Skip to main content

Full text of "Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 ..."

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 



I 







I 

I 




COLLECTION 



DES 



INVENTAIRES-SOMMAIRES 



DES 



ARCHIVES DÉPARTEMENTALES ANTÉRIEURES A 1790, 



PUBLIEE SOUS LA DIRECTION DU MimSTRE DE L'INTÉRIEUR. 



> 



I 



h-. 

À:: 



y 




/^(v4</^v/ oUf»^..Un'i<v(^r.Ù4 cU^ /V^-^r-zW- 



INVENTAIRE-SOMMAIRE 

DES 

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES 

ANTÉRIEDRES A 1790, 
Resiot PAU H. ROSENZWEIG, arcsitiste. 



MORBIHAN. 



ARCHIVES CIVILES. — SÉRIE E, SUPFIËHENI. 

1» PARTIE. (N« 1 i WJ.) 

TOME IV. 









VANNES, 

IHPRIHEAIE ET LIBRAIRIE GALLES. 



AS'/ 



• ♦ . 



-5- -3^ \ ^1. 



IV O XI O E 



SUR LES 



ARCHIVES COMMUNALES DU MORBIHAN 



ANTÉRIEURES A 1790. 



Généralement moins connues et moins explorées que les archives départementales, les archives 
communales antérieures à 1790 présentent cependant, au moins dans le Morbihan, et malgré 
leur date relativement moderne , un intérêt qui ne le cède en rien à celui des premières , non 
seulement pour l'histoire locale, mais encore pour l'histoire générale à laquelle elles se rattachent 
par tant de points de contact. 

Composition. — Comme partout ailleurs, les archives communales du Morbihan se composent 
dans chaque dépôt , en suivant Tordre d'inventaire adopté pour toute la France , de neuf séries 
distinctes, d'après la nature des pièces ou registres : la 1'% indiquée par la double lettre AA, 
comprend tous les documents relatifs aux privilèges et franchises , la correspondance des hauts 
personnages, qui concerne le plus ordinairement la députation aux États de la province, les 
événements précurseurs de la tourmente révolutionnaire ; la 2* série (BB) est consacrée presque 
uniquement à la collection des registres de délibérations ; la 3* (GC) aux titres de comptabilité , 
de recettes et de dépenses, d'impôts et d'octrois; la 4* (DD) embrasse toutes les pièces qui 

> traitent des travaux publics et des propriétés de la communauté de ville ; dans la 5* (EE) sont 

réunis les dossiers relatifs aux passages de troupes , aux milices bourgeoises et au papegault ; 
dans la 6* (FF) les papiers de procédure ; la 7* série (66) renferme principalement les registres 
paroissiaux de baptêmes , de mariages et de sépultures , les délibérations des fabriques , les 
comptes et inventaires des trésoriers d'églises, de chapelles ou de confréries, les fondations 
pieuses ; à la 8* série (HH) appartiennent les lettres patentes d'érection de foires et marchés , 
les cahiers des corporations d'arts et métiers; enfin la 9* (II) est réservée aux inventaires, aux 
cartes, aux objets mobiliers divers et à tous documents anciens qui, par leur nature, n'auraient 

I pu trouver place dans les divisions précédentes. 

\ A 



f 



— II — 



Lettres de piivilôges, etc. — Mais ce cadre ne s'applique guère qu'aux anciennes villes, 
c'est-à-dire à onze de nos communes actuelles ; encore est-il loin d'être rempli pour quelques- 
unes d'entre elles. Seule, la 7"" série est représentée, souvent même d'une façon très respectable, 
dans tous les dépôts communaux , et c'est heureusement l'une des plus importantes ; nous en 
reparlerons plus loin, avec tous les développements qu'elle comporte. Quant aux autres divisions, 
ce sont principalement les deux premières qui fournissent à l'histoire le plus de renseignements : 
quelques extraits de l'inventaire suffiront pour le démontrer. La série AA de Sarzcau, par 
exemple, qui remonte au xv* siècle, contient, au sujet des privilèges des habitants de la pres- 
qu'île de Rhuis, des lettres patentes de Jean Y, duc de Bretagne (1439), de la reine Anne (1504), 
des rois de France Henri II (1549), Henri III (1577), Henri IV (1598), Louis XIV (1644), des 
arrêts du parlement et de la chambre des comptes de Bretagne , etc. On trouve , dans la même 
série, à Vannes, des lettres du duc François II (1483) et du roi François I (1538) relatives au 
papegault ; d'autres de Louis XU (1500) et de François I (1515) fixant à Vannes un parlement 
sédentaire; des lettres de François I, Henri II, Charles IX, Henri III et Louis XIII portant 
exemption d'aides et de tailles en faveur des habitants de la même ville ; plusieurs autres encore 
concernant la perception des droits d'octroi. Le Port-Louis et f.orient possèdent leurs titres 
d'érection en communautés (1618, 1738). Dans les archives d'Hennebont figure une lettre 
intéressante touchant le voyage du comte d'Artois en Bretagne et son passage par cette 
ville (1777). 



de délibérations. — En ce qui regarde les registres de délibérations , dont les 
plus anciens, ceux d'Âuray, remontent à 1607, ils fournissent, de leur côté, d'importants 
détails sur les révoltes des seigneurs au commencement du règne de Louis XUI (Auray) , sur 
l'épidémie de 1633 (Vannes) et la résidence du parlement de Bretagne dans cette ville (1675- 
1689) , sur le séjour du roi d'Angleterre Jacques II à Ploèrmel , du 24 au 26 décembre 1691 , 
sur la maladie contagieuse qui désola Hennebont en 1699, sur la grande tempête qui ravagea 
le pays à la fin de 1705 (Josselin et Sarzeau), sur l'inondation qui se produisit à Josselin au 
mois d'août 1746, sur l'attaque de Lorient par les Anglais en octobre delà même année, sur 
la construction des murailles de la ville vers cette époque et sur ses relations avec la célèbre 
Compagnie des Indes, sur la disette de 1751-1752 dans la presqu'île de Uhuis, sur la misère 
de ses habitants en 1773, et sur la visite qu'y fit, en 1775, le duc de Chartres connu plus tard 
sous le nom de Philippe-Égalité (Sarzeau), sur l'inondation d'Hennebont en 1776, sur le passage 
à la Roche-Bernard, en 1782, du comte et de la comtesse du Nord, pseudonyme sous lequel le 
Izaréwitz Paul et sa femme parcouraient la France, etc. 

Ce n'est pas à dire qu'on ne puisse rencontrer dans les autres séries de l'inventaire quelques 
renseignements précieux. A Vannes, par exemple, les comptes des « miseurs, » dont les premiers 
datent de 1573, relatent les diverses dépenses faites dans cette ville pendant les guerres de la 
Ligue, et, plus loin, les frais occasionnés par la réception de la reine d'Angleterre qui avait 
débarqué à Brest et se rendait à Paris (1644), etc. Mais c'est surtout aux registres de délibéra- 
tions qu'il faut recourir pour bien comprendre l'organisation et le fonctionnement de nos commu- 
nautés de ville aux deux derniers siècles. Toutes sortes d'affaires incombaient à ces corps-de-ville 
composés de la plus « saine * partie, comme on disait jadis, de la population des bourgs et des 
campagnes : personnels, travaux, impôts, octroi, milice régulière ou milice bourgeoise, établisse- 



— III — 

ments religieux et hôpitaux, innombrables feux de joie (1), ils veillaient et pourvoyaient & tout, 
avec des ressources le plus souvent fort restreintes, sous le contrôle du gouverneur et de l'in*- 
tendant de la province. « Sans parler des devoirs imposés particulièrement au syndic ou maire, 
il n'était pas de travaux , pas d'acquisitions , pas de procès qui ne fussent confiés à la diligence 
de commissions spéciales choisies soit parmi les membres de la communauté , soit en dehors ; 
d'autres étaient chargées de vérifier les comptes du syndic ou du miseur ; d'autres encore étaient 
déléguées vers les hauts personnages de passage sur les lieux ou dans les environs, pour présenter 
les respects de la ville et offrir leurs services ; aux États ou au Parlement , pour demander des 
secours ou déposer un vœu ; vers les gouverneurs , commandants ou intendants de la provinct 
nouvellement nommés , pour solliciter l'honneur de leur protection. C'étaient les membres du 
corps-de-ville qui répartissaient les impôts de tout genre et qui en désignaient les receveurs ; 
qui élisaient les officiers de la milice bourgeoise et, au besoin, se mettaient h sa tête (S). » Et, 
à propos de cette dernière remarque, il est bon d'ajouter que si, au xyiii' siècle principalement, 
les exploits de cette milice se bornaient le plus souvent à des démonstrations toutes pacifiques 
aux jours de procession et autres cérémonies publiques , les annales de la plupart de nos villes 
prouveraient aisément qu'il n'en fut pas toujours ainsi. « C'était merveille , en vérité , de voir 
ces bourgeois, tour à tour syndics ou membres de la communauté, trésoriers des églises ou 
économes des hôpitaux , commissaires délégués pour la garde des ports ou pour la surveillance 
des travaux publics, pour la confection des rôles de la milice ou de la capitation, pour le soutien 
des procès de la ville , de voir , disons-nous , ces mêmes bourgeois , si admirablement dévoués à 
l'administration intérieure de leur cité, quitter au premier appel leurs délibérations, leurs affaires 
personnelles et leurs foyers pour courir sus à l'ennemi, puis, après l'avoir battu, payer encore 
les frais de la guerre avec le plus complet désintéressement (3). » 

Registres paroissiaux de baptômes, mariages et sépultures. — Quant aux simples 
paroisses rurales , en l'absence de communautés de ville , elles étaient administrées chacune par 
le « général » formant le « corps politique » ou la fabrique de la paroisse , sous la présidence 
du « recteur » ou curé. Ces assemblées avaient aussi leurs registres de délibérations, et comme, 
indépendamment de Tentretien des églises et chapelles , des réparations des presbytères et des 
cimetières, de l'administration des biens et revenus paroissiaux, elles étaient, en outre, chargées 
du soin de lever les impôts, de recruter la milice, de veiller à la confection des routes et autres 
travaux , de diriger les procès d'utilité publique , de jouer , en un mot , dans les campagnes le 
rôle des corps-de-ville, leurs délibérations pourraient offrir également un certain intérêt local, 
si ces collections étaient plus nombreuses , plus complètes et moins modernes. Heureusement 
qu'à côté de ces registres, il en existe d'autres, émanés également de l'administration paroissiale, 
remontant , en général , à une date beaucoup plus ancienne , et qu'on retrouve , avons-nous dit 
plus haut, dans toutes les communes : ce sont les registres de baptêmes, de mariages et de sépul- 
tures. Leur nombre et leur importance sont tels que, sans parler des archives des villes, il nous 
a fallu souvent, pour une même localité, consacrer plusieurs jours à la confection de leur 
inventaire. C'est qu'ils renferment, en dehors des actes de pur état civil, actes si utiles déjà 



(1) A Auray, on n'en compte pas moins de dix pendant les années 1703 et 1704, pas moins de vingt-et-un en 
1744-1745. — (2) Voir nos Recherches historiques dans les archives départementales, communales et hospitalières 
du Morbihan, 1881. (Sarzeau et presqu'île de Rhuis). — (3) Recherches historiques, etc, 1867. (Âuray), 



t 



— IV — 

pour la reconstitution généalogique des familles, quantité d'annotations de toute sorte qu'au premier 
abord on ne songerait guère à y chercher et qu'un examen plus approfondi peut seul faire 
découvrir. Ces notes nous ont paru d'autant plus précieuses à recueillir qu'elles fournissent par 
leur ensemble, indépendamment des faits d'intérêt local, l'histoire complète et yéridique du pays 
tout entier, écrite au jour le jour et sans parti pris par des hommes que leur caractère ne permet 
pas de taxer de mensonge et qui étaient les témoins , souvent même les acteurs des événements 
qu'ils racontaient. Aussi ne craindrons-nous pas d'affirmer que ces registres paroissiaux — c'est 
ainsi que nous les désignerons désormais pour abréger — sont , au point de vue historique , 
d'une valeur supérieure à celle des délibérations elles-mêmes des corps-de-ville, et, dans cette 
persuasion, leur avons-nous consacré presque exclusivement cette notice dont on nous pardonnera, 
nous l'espérons , la longueur , en considération de l'abondance des détails , nouveaux ou peu 
connus pour la plupart, que nous avions à y introduire. 

Leur état.— Quelques mots d'abord sur l'état et la conservation de ces registres. Tout le monde 
sait avec quel soin les archives étaient autrefois généralement conservées, qu'il s'agisse des 
juridictions royales ou seigneuriales, des admioistrations provinciales, des études de notaires, 
des corps-de-ville ou des familles particulières , du clergé séculier ou du clergé régulier ; les 
anciens inventaires qu'on en possède aujourd'hui, les cotes dont chaque pièce est revêtue , et 
jusqu'aux étiquettes attachées aux sacs de procédures en sont un irrécusable témoignage. Si du 
passé l'on se reporte au temps présent, en laissant de côté, bien entendu, quelques grands 
dépôts exceptionnellement favorisés^ la comparaison, sous ce rapport, sera loin d'être à l'avantage 
de notre époque , il faut bien le reconnaître ; sans vouloir rechercher ici les causes de ce fait , 
ni énumérer les preuves nombreuses que nous en avons recueillies dans le Morbihan , nous nous 
bornerons à le constater. En ce qui regarde exclusivement nos archives paroissiales, une revue 
d'ensemble permet d'en établir ainsi le bilan : tous les dépôts communaux, sauf trois ou quatre 
pour lesquels les recherches ont été jusqu'à ce jour sans résultat, possèdent des registres 
antérieurs à 1790; mais ces registres, comme aussi ceux des délibérations des villes, offrent 
de regrettables lacunes , et les plus anciens sont d'ordinaire en très mauvais état. Pour savoir 
à qui ou à quoi attribuer cette fâcheuse situation, il est nécessaire de remonter de quelques 
siècles en arrière; lacunes et détérioratioos eurent, en effet, bien avant le xix* siècle, des 
causes qui sont révélées par les registres eux-mêmes. Tantôt c'est une note de 1598 qui constate, 
à propos d'une lacune de dix années dans des actes de sépulture, qu'aucun décès ne fut enregistré 
« du temps de la grande contagion qui eut cours aulx années 1587 et 1588, ny mesmes des 
dix années de la guerre (i)* » Tantôt c'est une observation, intercalée au milieu des baptêmes 
du mois de décembre 1589, à la suite de quelques pages maculées et non remplies, accusant de 
ce fait les « meschant volleurs, brigant, soldars... (2) ; » ou bien un avertissement placé en tête 
d'un registre de baptêmes, par lequel on apprend que, le dimanche 8 septembre 1591, passèrent 
h Mauron des Anglais et des lansquenets de la compagnie du prince de Dombes, qui pillèrent 
et volèrent tout ce que renfermait l'église de ce bourg, entre autres le « livre baptistère (3) ; » 
et ailleurs que, le 5 janvier 1595, les Espagnols incendièrent plusieurs maisons du bourg de 
Plaudren, dans l'une desquelles fut brûlé le « pappier baptistouer » de cette paroisse, commencé 
en 1591, et les « pappiers tant nuptial que funérail, » pareillement consumés ou emportés par 

(1) Reg. par. de Saint-Léry. — (2) Reg. par. de Rieux. •» (3) Reg. par. de Mauron. 



lesdits Espagnols (1). Des lacunes, de 1589-1593, 1589-1594, 1591-1599, parmi les actes de 
baptême de Bréban-Loudéac, d'AUaire, de Bignan, et quelques autres remarquées ailleurs à cette 
époque paraissent devoir être attribuées également aux troubles de la Ligue. Enfin, le soulè- 
vement provoqué par l'impôt du papier timbré en 1674 ne suffi t-il pas pour expliquer de même 
la disparition de plusieurs registres, comme à Naizin, par exemple, où manquent les années 
1675 et 1676? 

Indépendamment de ces causes violentes et accidentelles , de la peste ou de la guerre , il y en 
avait d'autres , permanentes cette fois , qui menaçaient à chaque instant l'existence et la bonne 
conservation des registres paroissiaux : c'était, d'une part, l'obligation où se trouvaient alterna- 
tivement chaque année un certain nombre de paroisses de les faire transporter chez leurs voisines 
pour les soumettre au visa de l'Évêque ou de son vicaire général , lors des tournées épiscopales ; 
d'autre part, la règle pareillement établie de les envoyer aussi annuellement aux greffiers des 
juridictions royales chargés de les vérifier. Ce double ou plutôt ce quadruple transport, en y 
comprenant le retour, effectué quelquefois par eau et même par mer pour les lies, avait souvent, 
on le conçoit, de funestes conséquences (2). Ajoutons-y la négligence de quelques recteurs ou 
curés dans le choix du lieu affecté au dépôt desdits registres. Ceux de 1614 à Plumelec, de 1663 
à Lanouée, sont reconnus humides et pourris. Missire Pierre Fraboulet, prenant possession, 
en 1745, du premier de ces bénéfices, constate, dès son arrivée, que les registres de baptêmes, 
mariages et sépultures sont détériorés ; on ne peut lui dire d'abord où ils se trouvent, mais 
il finit par les découvrir « au fond d'une armoire, dans la sacristie, sous plusieurs lambeaux 
de vieux ornements. » Plusieurs membres du clergé tentèrent, mais un peu tard, de réagir contre 
ces négligences, s'eSbrçant d'éveiller le zèle de leurs confrères par leur exemple^ par leurs 
conseils, voire même par un blâme énergique. C'est ainsi qu'à la fin du siècle dernier, missire 
Guillaume Chotard, recteur de Plouay, dans des notes longues et minutieuses qui accompagnent 
les répertoires des registres de cette paroisse et sur lesquelles nous aurons à diverses reprises 
l'occasion de revenir, recommande expressément, comme moyen de conservation qu'il a 
expérimenté , la reliure des volumes par séries d'années ; cette recommandation faisait suite, 
.il est vrai, à celle que maître Corroller du Moustoir, procureur royal de la sénéchaussée 
d'Hennebont, avait adressée dans une circulaire, vers 1785, à tous les recteurs de ce ressort. 
A la même époque, un autre prêtre, missire Julien Jouan, curé de Lanouée, fait couvrir en 
parchemin tous les registres de cette paroisse, opération qu'il répétera, en 1791, pour ceux de 
Pommeleuc, sa voisine. L'état « pitoyable » de plusieurs d^entre eux excite à la fois sa sollicitude 
et sa mauvaise humeur : « Le papier de ce cahier est tout pourri , écrit-il ; il demande a être 
. manié bien doucement ; » et ailleurs : « La postérité sera justement indignée de ce que nos pères 
n'avaient pas eu l'attention de veiller à la conservation de ces pièces importantes. » Il les recouvre 

donc, « dans la vue de rendre service à sa patrie, » « afin de les conserver à la postérité 

qui peut-être lui aura quelque obligation de lui avoir fourni des actes qui intéressent le bien 
public (3). » Ces nobles efforts ne furent sans doute pas isolés , bien que nous n'ayons point 
rencontré d'autres mentions de ce genre ; en tout cas, l'élan était donné, et il est à croire que 
missires Chotard et Jouan eussent eu de nombreux imitateurs, si la Révolution n'avait imposé 
au clergé de plus sérieuses préoccupations. 



(1) Reg. par. de Plaudren. — (2) V. à l'inventaire la commune du Palais ': trêve d'Hœdic. — (3) Reg. par. de 
Lanouée, passim. 



— TI — 

Pertes attribuées à la Révolution. — Ici nous entrons dans une nouvelle phase pour les 
archives paroissiales. « La Révolution a tout détruit, tout brûlé : » telle est la réponse banale 
et commode qui nous a été faite cent fois, pendant noire chasse aux archives à travers le dépar- 
tement, par une foule de gens dont les uns ne savaient pas chercher et les autres ne voulaient 
pas en prendre la peine. C'est une erreur tellement accréditée aujourd'hui que nous aurons 
peut-être bien de la difficulté à la dissiper ; et cependant, nous ne craignons pas de l'affirmer, 
tant nous en avons rencontré de preuves dans notre carrière déjà longue, rien n'est plus faux, 
du moins pour notre département. La Révolution compte à son actif assez d'excès et asses 
de crimes, sans qu'on mette encore à sa charge des fautes qu'elle n'a point commises. La vérité, 
c'est qu'il existe partout des archives anciennes ; sans parler du dépôt départemental , nous en 
avons trouvé dans les sous-préfectures, dans les greffes des tribunaux, dans les bureaux de 
l'administration des domaines , dans ceux de la marine et du génia militaire ; il y en a au chapitre 
de la cathédrale et à l'évèché , dans les séminaires , dans les presbytères et dans les sacristies ; 
il y en a dans les hôpitaux , dans les mairies , chez les notaires , dans les châteaux , dans les 
maisons bourgeoises et chez bon nombre d'habitants des campagnes. Dans ces divers dépôts tous 
les corps, toutes les administrations, tous les établissements, toutes les communautés religieuses, 
toutes les familles d'autrefois sont encore aujourd'hui représentés par leurs archives plus ou 
moins considérables. Ce n'est pas à dire que les troubles révolutionnaires n'aient entraîné, comme 
ceux de la Ligue, la disparition de documents peut-être précieux. Au rapport de témoins oculaires, 
il aurait été brûlé à cette époque , sur la place de Saint-Gildas-de-Rhuis , un tas de papiers 
provenant de l'abbaye de ce nom. Une enquête de 1790 nous révèle que la plupart des titres 
du château de la Villequéno en Carentoir furent aussi la proie des flammes. Enfin une certaine 
quantité d'archives féodales auraient été également jetées au feu à la Roche-Bernard. En ce qui 
concerne particulièrement les registres paroissiaux , une note du maire de Berric , de l'an VIII , 
attribue aux troupes républicaines l'enlèvement ou la mutilation d'une douzaine de registres de 
cette commune; c'est, croit-on, par suite de violences analogues que ceux de Rochefort sont 
tout déchirés, maculés et remplis de lacunes. Hais nous ne saurions voir dans ces faits isolés , 
dont on trouve des exemples à toutes les époques de notre histoire , un motif suffisant pour 
accuser la Révolution d'une destruction systématique des archives dans le Morbihan ; quels que 
fussent ailleurs les funestes effets des mesures désastreuses prises à leur égard de 1792 à l'an III, 
il ne semble pas que notre département ait eu beaucoup h en souffrir, soit par suite d'une sourde 
résistance des autorités locales, soit plutôt à cause de leur indifférence en pareille matière. 



Véritables causes de déperdition. — Le bénéfice de cet état de choses fut malheureu* 
sèment amoindri par les déplacements successifs auxquels les archives furent soumises. Trans- 
portées d'abord aux chefs-lieux de district, en vertu de la proclamation du Roi du ^ avril 1790 
relative aux administrations supprimées , de la loi du 5 novembre de la même année sur les 
bénéficiers et les communautés religieuses, de celle du 30 octobre 1792 au sujet des émigrés, 
elles furent plus tard, conformément aux lois du 21 fructidor an lY et du 5 brumaire an V 
(7 septembre et 26 octobre 1796), réunies au chef-lieu de département. A la confusion qui 
résultait de ces déplacements , aux détournements auxquels ils donnèrent Heu , malgré les peines 
sévères édictées contre les coupables, il convient d'ajouter, comme causes de déperdition des 
archives, la situation et l'aménagement généralement peu favorables des locaux affectés à ces 



r— TU — 

sortes de dépôts, rincurie et Tincapacilé de la plupart des agents à la garde desquels ils étaient 
confiés. 

Les papiers des municipalités, laissés le plus souvent aux lieux mêmes où ils avaient été 
jusque-là conservés, furent exposés à moins de dommages. Quant aux registres paroissiaux, il 
en existait, comme on le verra plus loin, une double collection pour chaque paroisse ; les uns, 
provenant des sénéchaussées royales , furent apportés , en exécution de la loi du 20 septembre 
i792, au dépôt départemental, dont ils sortirent en 1815, d'après les instructions des ministres 
de l'intérieur et de la justice , pour être répartis entre les greffes des tribunaux civils des quatre 
arrondissements; suivant une correspondance officielle que nous avons sous les yeux, leur 
nombre était évalué à plus de 29,000, en y comprenant les années modernes jusqu'à l'an XI, 
mais ils offraient de nombreuses lacunes. L'autre collection avait passé , dès l'année 1792 , des 
mains du clergé dans celles de l'administration communale. Nous n'avons à nous occuper que 
de ces derniers. 

Après toutes les péripéties qu'ils avaient traversées, tant pendant la période révolutionnaire 
que sous l'ancien régime, on pouvait espérer qu'une fois déposés définitivement dans les mairies, 
les registres paroissiaux auraient désormais un sort tranquille et assuré , grâce à une surveillance 
quotidienne, grâce aux recommandations et aux prescriptions des autorités centrales, grâce enfin 
au jugement plus éclairé des masses qui comprennent aujourd'hui qu'il est des choses que tous 
les partis doivent respecter dans l'intérêt général. C'est ce qui eut lieu, en effet, à peu d'excep- 
tions près , dans les centres cantonaux ; mais il n'en fut pas de même dans la plupart des 
communes rurales où bien des causes de déperdition persistèrent et compromettent de plus en 
plus chaque jour l'existence de ces vieux documents. Sans parler des cas, encore trop 
nombreux, où l'absence de mairie contraint le maire à garder les archives dans sa propre 
demeure , au milieu de ses ustensiles de ménage ou de ses provisions de bouche , sans parler 
des transports qui résultent de cette situation à chaque changement de maire et des chances 
fréquentes d'incendie, en laissant même de côté certains méfaits, heureusement fort rares, comme 
celui de ce magistrat municipal échangeant ses registres paroissiaux contre une bouteille de vin (1), 
nous avons eu souvent à signaler les ravages exercés dans les archives des communes , soit par 
l'humidité naturelle du climat , humidité qui se fait principalement sentir dans les communes du 
littoral, soit par celle que dégageaient les murs fraîchement enduits de mairies trop tôt occupées. 
Quelques précautions de la part des maires prévieûdraient des pertes quelquefois irréparables ; 
loin de là, ils les aggravent d'ordinaire par le désordre et la malpropreté. Lorsque, il y a plusieurs 
années , nous nous chargeâmes de dresser , pour toutes les communes du Morbihan , l'inventaire 
des archives antérieures à 1790, au lieu et place des maires et de leurs secrétaires pour lesquels 
un pareil travail était absolument impossible, nous dûmes commencer, dans la plupart des 
mairies, par opérer un nettoyage à fond qui nous permit d'abord de distinguer les registres 
anciens , afin de pouvoir ensuite les réunir , les classer et les analyser ; nous ne nous retirions 
pas , en outre , sans les avoir mis en liasses et soigneusement enveloppés. On ne comprendra 
jamais assez dans nos campagnes le bienfait d'une reliure par série d'années ou même d'un 
simple empaquetage ; c'est à de semblables procédés, adoptés à une époque plus ou moins récente, 

(1) Ce fait a eu lieu en 1836, à Sérent, où la disparition des registres en question a longtemps passé et passe 
encore aujourd'hui pour être l'œuvre de la Révolution. 



— vm — 

que plusieurs de nos communes doivent la conservation presque intégrale de leurs collections ; 
c'est à Tabsence d'une précaution si simple qu'il faut attribuer les lacunes d'une grande partie 
de nos vieilles archives. 

Époque à laquelle se sont produites la plupart des lacunes et détériorations. -* 
Quoi qu'il en soit , nous avons eu déjà maintes fois 1 occasion de le faire observer et nous ne 
saurions trop insister sur cette remarque qui est toute à la décharge de la Révolution et de nos 
administrateurs modernes, la plupart des lacunes que l'on constate aujourd'hui dans les registres 
paroissiaux se trouvent déjà signalées soit par d'anciens inventaires, soit par des notes intercalées 
dans les registres eux-mêmes; c'est ce qu'il sera facile de vérifier, par exemple, pour les 
paroisses suivantes : Guer (reg. des sépultures de 1663 et coUationnés du xyiii' siècle), Lanouée 
(répertoire dressé, en 1785 et années suivantes, par missire Julien Jouan), Larré (note relative 
aux années 1668-1673), Plouay (répertoires de missire Chotard, de la fin du xyiii® siècle), 
Pommeleuc (lacunes relevées, en 1785, par missire Jouan), Saint-Gildas d'Auray (tables rédigées, 
vers 1779, par missire Dufau, curé de cette paroisse), Sarzeau (note inscrite en 1762 sur le reg. 
de 1686 et tables de René Brenugat de Kerveno), Taupont (note du xviii* siècle, en tête du 
premier reg. des baptêmes). Nous avons indiqué précédemment d'autres lacunes, avec leurs 
causes connues ou présumées, à Saint-Léry, Mauron, Plaudren, Bréhan-Loudéac et Naizin. On 
peut également se convaincre , soit par le numérotage primitif des registres , comme à Missiriac 
et à Saint-Nolff, soit par les annotations qu'ils renferment, comme à Lanouée, Plouay, Pluneret, 
le Roc-Saint-André , Taupont , soit par les relevés des noms des recteurs , comme à Plumelec 
et à Saint-Gildas d'Auray , soit encore par la date initiale des répertoires généraux , comme à 
Coêtbugat, Lanouée, Pénestin, Plouay, Pommeleuc, Sarzeau, etc., que ces collections remontent 
aujourd'hui , sauf de rares exceptions , précisément aux années où elles remontaient il y a un 
siècle. Il n'y a pas enfin jusqu'à leur état matériel qui ne donne lieu à quelques observations^ 
analogues bonnes à recueillir; aux citations que nous avons déjà faites plus haut à ce sujet, 
nous en pourrions ajouter d'autres concernant les registres d'Ëlven de 1640 à 1660 (vérification 
du sénéchal de Largouet en 1768), le registre des sépultures de Pleucadeuc pour 1638 (note du 
recteur, missire Ponvallon-Hervoêt , en 1746), etc. Toutes démontrent qu'à ce point de vue 
encore, l'époque actuelle n'a pas été seule coupable de négligences. 

Reconstitution des collections. — Et cependant, malgré les chances de déperdition 
auxquelles ces archives ont été tant de fois soumises, malgré le peu de soin dont elles ont été et sont 
encore aujourd'hui l'objet en général, que de collections il nous a été possible de reconstituer 
presque intégralement, et dont quelques-unes remontent jusqu'aux premières années du 
XYi'' siècle^ même pour les plus petites paroisses ! Signalons, par exemple, les registres d'Aliaire 
où les baptêmes principalement n'offrent pas de lacunes depuis 1594; ceux de Saint-Gildas d'Auray, 
presque au complet depuis 1571 ; ceux de Béganne où se retrouvent tous les baptêmes depuis 
1548, toutes les sépultures depuis 1580, tous les mariages depuis 1615 ; ceux de Beignon dont 
les baptêmes se suivent à peu près sans interruptions depuis 1502, la date la plus ancienne que . 
nous connaissions ici dans ce genre de documents ; ceux de Bourg- Paul-Muzillac , sans lacunes 
à partir de 160^^ pour les baptêmes et les sépultures ; ceux d'Elven , où rien ne manque depuis 
1587 pour les baptêmes, depuis 1630 pour les sépultures ; ceux des Fougerêts où trois ou quatre 
années seulement font défaut depuis 1548 pour les baptêmes, 1582 pour les mariages et 1583 



— IX — 

pour les sépultures ; point de lacunes non plus à la Gacilly (bapt. dep. 1573, sép. dep. 1643, 
mar. dep. 1646), f.imerzel (bapt. dep. 1587, sép. dep. 1615, mar. dep. 16^), Malansac (bapt. 
dep. 1603), Noyal-Muzillac (bapt. dep. 1615, mar. dep. 1628, sép. dep. 1636), Péaule (bapt. et 
sép. dep. 1581), Ploêrmel (bapt. dep. 1538, sauf quatre années), Pontivy (bapt. dep. 1579), Rieux 
(bapt. dep. 1533, sauf deux années, mar. et sép. dep. 1599, sauf trois années), Saint-Dolay (bapt. 
et sép. dep. 1593, mar. dep. 1597), Saint-Guyomard (bapt. dep. 1628), Saint-Jacut (sép. dep. 
16J1, mar. dep. 1619, bapt. dep. 1633), Theix (bapt. dep. 1594). Si nous descendions jusque 
dans la seconde moitié du xyii' siècle , il nous faudrait désigner presque toutes les paroisses ; la 
nomenclature qui précède suffit pour démontrer l'exactitude de notre affirmation* 

D'après les faits relatés ci-dessus il faut avouer que ces registres avaient, comme on dit 
vulgairement , la vie dure ; peut-être leurs détenteurs eurent-ils , de temps en temps , conscience 
de leur responsabilité qu'une surveillance plus ou moins active engageait, d'ailleurs, réellement 
jusqu'à un certain point. Le souci de celte responsabilité semble percer dans quelques curieuses 
recommandations faites en prévision du cas où ces registres seraient égarés ; celle-ci , qu'on lit 
en tète du cahier des sépultures de Saint-Mar lin-sur- Oust pour 1580, mérite d'être transcrite : 
« Cieulx qui le trouveront, cy CsiJ me randent et donnent, Dabo pouesra le vin, mesure de Saint- 
Martin. Tesmoign son signe y mys le segond jour de janvier an 1580. [Signé :] Jean Dabo, 
presbtre. » Des avis analogues accompagnent les registres de baptêmes de Saint- Abraham pour 
1574 et 1614, de Néant pour 1584, de Cléguer pour 1597 et 1626, de Rufflac pour 1628. Quel- 
quefois la promesse d'une récompense faisait place à des cousidérations d'un ordre plus élevé : 
« Je vous supplie tous en général, dit le registre des baptêmes de Guidel pour 1613, de me 
rendre aux parroissiens , soubz peine de pescher mortellement. Ainsin soit-il ; car c'est Dieu quy 
le commande en ses canons, conimandementz et documans divins et spirituelz. » D'autres, il est 
vrai, attachaient plus de prix à l'enveloppe qu'au contenu, si l'on en croit cette plaisante requête 
bilingue, en écriture du temps, qui termine le premier volume des baptêmes du Guerno, allant 
de 1608 à 1642 : 

c Si quis lihrum par advanture 
Inve^ierit en son chemin , 
Redde mihi la couverture 
Quœ fada est de parchemin. :» 

Blalgré la parcimonie du poëte qui , lui , ne promettait point de « payer le vin , » ce volume 
nous a été heureusement conservé ; néanmoins le procédé de missire Dabo et de plusieurs de ses 
confrères nous parait plus efficace, et nous le recommanderions volontiers à nos maires de 
campagne ; peut-être eût-il suffi pour empêcher la disparition de quelques registres que nous 
avons constatée depuis peu d'années. 

Leur dispersion actuelle. — Du reste, pour reconstituer, aussi complètement que possible, 
les anciennes collections de registres paroissiaux, nous ne nous sommes pas contenté d'interroger 
les dépôts actuels des communes ; nous avons dû, lorsque la permission nous en a été accordée, 
consulter aussi les archives des sacristies, des presbytères, des greffés des tribunaux civils, 
voire même de quelques particuliers ; nous avons indiqué à l'inventaire , surtout pour les dates 
les plus reculées , les différentes sources où nous avions puisé nos analyses. Les causes de cette 

B 



— X — 



dispersion sont faciles à reconnaître : sans parler des pertes et des soustractions auxquelles 
les archives furent exposées par suite de leurs nombreux déplacements , les registres paroissiaux 
furent, à plusieurs reprises, soumis à des répartitions et à des triages auxquels on ne donna pas 
toujours le soin désirable. Les anciens recteurs eux-mêmes, qui avaient le devoir de déposer 
les grosses de leurs actes au greffe de la sénéchaussée dont relevaient leurs paroisses , s'étaient 
souvent dispensés de le faire, ou bien y avaient indûment envoyé leurs minutes. Lorsque la loi 
du 20 septembre 1792 leur enjoignit de verser également les minutes dans leurs mairies 
respectives, cette seconde opération ne se fil pas plus exactement que la première ; le clergé 
conserva dans quelques localités une partie, dans d'autres la totalité des registres, soit qu'il ne 
crût pas à la stabilité du nouveau régime, soit qu'il ne fût pas d'humeur à lui obéir. En outre, 
nous avons constaté pour un certain nombre de communes que souvent les municipalités, 
privées à l'origine du local ou du mobilier nécessaire, laissèrent en dépôt, d'accord avec les 
recteurs, tantôt au presbytère, tantôt à la sacristie de l'église paroissiale, les archives dont elles 
étaient devenues responsables. Cela est si vrai qu'on y trouve parfois, indépendamment des 
registres paroissiaux, le commencement des collections du Bulletin des lois et du tlecueil des 
actes administratifs de la préfecture, les correspondances adressées au maire, et tous autres 
documents modernes qui constituent essentiellement un dépôt d'archives communales. Dans 
quelques communes, et pour des raisons analogues^ la conservation des registres fut confiée 
temporairement à des particuliers. Malheureusement cet état de choses , qui ne devait être que 
provisoire, a fait nattre dans les esprits, avec le temps et par une sorte de prescription, la 
conviction d'une propriété légitime ; tous nos efforts pour y remédier n'ont amené jusqu'à ce 
jour que des résultats partiels et nous ont même attiré des observations aussi injustes qu'irré- 
fléchies. Nos successeurs seront sans doute plus heureux , lorsqu'on finira par comprendre qu'à 
côté du point de vue légal et d'une question d'ordre administratif, la considération seule de 
l'intérêt public devrait suf&re pour provoquer des restitutions fort peu préjudiciables, d'ailleurs, 
aux détenteurs actuels. 

En attendant , et comme conséquence inévitable de ce qui précède , les collections de registres 
paroissiaux, ainsi disséminées et se complétant les unes les autres, présentent, chacune de son 
côté, de regrettables confusions. Sans parler de celles que nous avons pu faire cesser, telles que 
la présence dans une commune de registres appartenant à des communes étrangères plus ou moins 
éloignées, il en est d'autres que nous avons fréquemment remarquées, par exemple l'existence 
à la mairie ou au presbytère, concurremment d'ordinaire avec les minutes correspondantes, 
de grosses dont la place est au greffe du tribunal ; cette remarque s'applique particulièrement 
aux dernières années du xvii* siècle et aux premières du xviii*. Par contre, on trouve dans 
les greffes quantité de registres minutes, remontant quelquefois à une date reculée, qui appar- 
tiennent incontestablement aux communes ; on rencontre , en outre , dans leurs collections des 
registres de paroisses étrangères non seulement à l'arrondissement , mais même au département. 

Après avoir reconstitué , à l'aide de recherches dans ces divers dépôts , les séries à peu près 
complètes des registres de chaque paroisse, il est temps de les étudier d*abord dans leur ensemble, 
puis dans leurs particularités les plus remarquables, d'en tirer enfin toutes les données qu'ils 
peuvent nous fournir sur leur origine , leur composition , leurs caractères extrinsèques et intrin- 
sèques, leur valeur au point de vue de l'histoire, etc. 



— XI — 



Création des registres paroissiaux. — Les règles qui présidèrent à la création et à la tenue 
des registres paroissiaux en France sont toutes indiquées dans un certain nombre d'édits 
d'ordonnances ou de déclarations royales , commentés , développés et sanctionnés par les arrêts 
du Conseil d'État, par ceux des Parlements, par les statuts synodaux et par les sentences 
des différentes sénéchaussées. « Avant le xvi* siècle, point d'état civil pour le troupeau humain. 
Les familles nobles avaient leurs chartriers où elles enregistraient leurs dates de joie ou de deuil 
Les églises et les monastères inscrivaient sur leurs obituaires un mot de souvenir pour leurs 

principaux serviteurs ou bienfaiteurs, et c'était tout C'est en 1539 que François I, par son 

ordonnance de Villers-Cotterets , voulut que , dans chaque église , il fût tenu un registre exact 

des baptêmes Quarante ans se passèrent avant que Tordonnance de Blois (1579) ne parlât 

aussi des mariages et des décès Les ordonnances furent tant bien que mal obéies, et plutôt 

mal que bien. Il n'y a rien de plus rare que de rencontrer, dans les archives des communes, 
des registres datant du xyi* siècle ; la plupart ne remontent qu'à la fin du règne de Louis XIII , 
ou même au milieu du règne de Louis XIY. L'ordonnance de 1667, ou le code Louis, est celle 
qui parait avoir été la première exécutée avec un peu de soin dans tout le royaume. » A l'appui 
de son assertion, l'écrivain auquel nous empruntons ces lignes (1) parle du synode de Séez où 
pour la première fois, dit-il, en 1524, il fut question d'ouvrir des registres dans les paroisses. 
Il signale, à titre d'exceptions, plusieurs paroisses de Paris, celle de Saint-Jean qui, la première, 
avait pris note des mariages , celles de Saint-André-des-Ârcs et de Saint-Jacques-de- la-Boucherie 
dont les registres de baptêmes remontaient à 1525, celles de Saint-Josse et de Saint-Landry 
où les décès dataient de 1527. Quant aux églises de province, les plus anciens registres dont 
il reste trace seraient, suivant lui, ceux de Rouen commencés en 1535, puis ceux du Blandy 
près de Melun, en 1540, et ceux de Lyon, en 1555. 

Assurément , l'auteur de cet article sera bien étonné d'apprendre , si jamais cette notice lui 
tombe sous les yeux, que, pour le Morbihan au moins, ses affirmations sont absolument inexactes. 
Tout d'abord, nous mentionnerons le synode assemblé à la Roche-Bernard, le 6 juin 1408, par 
Henri le Barbu , évêque de Nantes , et dans lequel il fut ordonné aux curés de ce diocèse de 
tenir des registres de baptêmes (2). Nous ne saurions dire si, dans le reste de Tévêché de 
Nantes, il fut tenu compte de cette injonction ; elle ne paraît pas avoir été suivie d'effet dans les 
paroisses qui en ont été détachées à la Révolution pour concourir à la formation du département 
du Morbihan. Mais ce que nous avons constaté par nous-même, c'est que, sur les 360 paroisses 
ou trêves environ comprises dans le territoire actuel de ce département, on en compte une 
centaine dont les registres commencent au xvi* siècle ; une vingtaine datent même de la première 
moitié de cette période, savoir: Beignon, dioc. de Saint-Malo (1502); la Trinité-Porhoët , 
même dioc. (1507) ; Taupont, même dioc. (1519) ; Saint-Léry, même dioc. (1520) ; Rieux, dioc. 
de Vannes (1523) ; Bignan, même dioc. (1531); le Faouët, dioc. de Cornouaille (1535); Bréhan- 
Loudéac, dioc. de Sainl-Brieuc (1536) ; Pleugriffet, dioc. de Vannes (1537) ; Ploërmel, dioc. 
de Saint-Malo fl538) ; Ménéac, même diocèse (1540); Caro, même dioc. (1541); Carentoir, 
dioc. de Vannes (1541) ; Pluherlin, même dioc. (1543) ; Monterrein, dioc. de Saint-Malo (1546) ; 
Béganne, dioc. de Vannes (1548); Cournon, même dioc. (1548); les Fougerêts, même dioc. 
(1548) ; Lanouée, dioc. de Saint-Malo (1548). On remarquera que dix de ces paroisses possèdent 



(1) Moniteur universel^ 14 avril 1875. — (2) Ogée, Dictionnaire de Bretagne; art. La Roche-Bernard. 



— XII 



des registres antérieurs à l'ordonnance de François I. Ajoutons que, dans trois d'entre elles, 
les mariages sont enregistrés : à la Trinité-Porhoët dès 1567, à Beignon dès 1570, à Rieux 
dès 1577; qu'on trouve d'autre part les sépultures : à Ménéac depuis 1540, à la Trinilé-Porhoët, 
à Saint-Léry et à Caro depuis 1541, à Lanouée depuis 1549, à Beignon depuis 1550, à Guer 
et à Tréhorenteuc depuis 1573, ces dernières paroisses ayant toutes appartenu au diocèse de 
Saint-Malo. Il en résulte que, dans une dizaine de localités du Morbihan, on a encore devancé 
l'ordonnance de Blois, en ce qui regarde l'inscription des mariages et des décès. Toutefois il 
ressort de nos relevés qu'en général les premiers registres qui aient été tenus sont ceux des 
baptêmes ; nous n'avons guère compté qu'une vingtaine de collections dans lesquelles les actes 
de mariage remontent au xvi' siècle, et autant pour les actes de sépulture, ceux-ci précédant 
ceux-là d'ordinaire ; c'est de 1620 à 1650 que furent ouverts le plus grand nombre de registres 
pour ces deux dernières séries. 

Dès la fin du xvii* siècle toutes nos paroisses ou trêves étaient pourvues de registres, 
abstraction faite , bien entendu , de celles qui , en très petit nombre , ont été érigées postérieu- 
rement. Lorsque les trois collections des baptêmes, des mariages et des sépultures d'une paroisse, 
ou deux seulement d'entre elles, commencent à la même époque, il y a tout lieu de croire 
qu'elle a conservé ses plus anciens registres ; ce fait devait naturellement se présenter aussi pour 
deux paroisses annexées, desservies par un seul recteur, ou pour une paroisse et les trêves 
qui en dépendaient. Jusqu'à l'ordonnance de 1667, les trois collections sont distinctes, mais 
les registres , assez volumineux , renferment chacun plusieurs années ; quelquefois cependant 
les actes de mariage et de sépulture sont réunis dans le même registre, aux deux extrémités 
et en sens inverse les uns des autres ; plus rarement les baptêmes y sont également joints : nous 
n'avons guère rencontré ce dernier cas que dans trois communes, à Beignon et à Guillac 
au XYi'' siècle , à Saint- Abraham au xyIl^ Enfin pour quelques paroisses , telles que Plœmeur 
(1608-1622), Rieux (1651-1667), Augan (1655-1668), nous avons reconnu l'existence de deux 
registres minutes de baptêmes ; mais c'était évidemment là une exception. 

Ordonnance royale de 1667. — C'est seulement au mois d'avril 1667 qu'une ordonnance 
de Louis XIY prescrivit de tenir chaque année deux registres , une minute et une grosse , com- 
prenant tout ensemble les actes de baptême, de mariage et de sépulture. Détachons, du reste, 
de cette ordonnance quelques articles du titre xx qui regardent particulièrement notre sujet : 
« Art. 7. Les preuves de l'âge , du mariage et du temps du décès seront reçues par des registres 
en bonne forme qui feront foi et preuve en justice. — Art. 8. Seront faits par chacun an deux 
registres pour écrire les baptêmes , mariages et sépultures en chaque paroisse , dont les feuillets 
seront paraphés et cotés, par premier et dernier, par le juge royal du lieu où l'église est située ; 
l'un desquels servira de minute et demeurera es mains du curé ou du vicaire , et l'autre sera 
porté au greffe du juge royal , pour servir de grosse ; lesquels deux registres seront fournis an- 
nuellement, aux frais de la fabrique, avant le dernier décembre de chacune année, pour commencer 
d'y enregistrer , par le curé ou vicaire , les baptêmes , mariages et sépultures , depuis le premier 
janvier ensuivant jusqu'au dernier décembre inclusivement, —r Art. 10. Les baptêmes, mariages 
et sépultures seront en un même registre, selon l'ordre des jours, sans laisser aucun blanc; etc. — 
Art. 11. Seront tenus les curés ou vicaires, six semaines après chacune année expirée, de porter 
ou d'envoyer sûrement la grosse et la minute du registre , signé d'eux et certifié véritable , au 






— XIII — 

greffe du juge royal qui l'aura coté et paraphé ; et sera tenu le greffier de le recevoir et y faire 
mention du jour qu'il aura été apporté, et en donnera la décharge, après néanmoins que la grosse 
aura été coUationnée à la minute qui demeurera au curé ou vicaire, et que le greffier aura barré 
en l'une et en l'autre tous les blancs et feuillets qui resteront , le tout sans frais ; laquelle grosse 
de registre sera gardée par le greffier pour y avoir recours. » 

Cette ordonnance ne paraît avoir été mise en vigueur dans nos paroisses que vers le milieu de 
1668; quelques-unes cependant, comme celle de Sarzeau, s'y conformèrent dès le 1" janvier de 
celte année ; d'autres, au contraire, ne s'exécutèrent que l'année suivante ou même en 1670 et 1671 . 

■ 

Propriété des registres. — Bien que les registres en question dussent être fournis aux 
frais des fabriques^ il ne semble pas qu'elles aient pris elles-mêmes le soin de se les procurer ; 
pour plus de régularité, pour parvenir à une plus grande uniformité dans leur format, dans leur 
mode de couverture, dans leur confection, peut-être aussi, comme on le verra plus tard , en vue 
de réaliser quelque, bénéfice sur cette fourniture, les greffiers des sénéchaussées royales se char- 
gèrent en général de cette opération , dont les dépenses leur étaient, d'ailleurs, exactement rem- 
boursées. Et, à ce propos, revenant sur une question que nous n'avons fait qu'effleurer plus haut, 
nous nous permettrons une observation en réponse aux attaques dont la Révolution est encore 
souvent l'objet, relativement à la propriété des registres paroissiaux. Qu'on l'accuse de s'être 
rendue coupable de confiscation en dépouillant les établissements religieux et les, émigrés non 
seulement de leurs biens , mais aussi de leurs mobiliers et de leurs titres , assurément nous 
serons loin d'y contredire, quels qu'aient été ses motifs et quelque précieux que soient les résultais 
obtenus par la création de ces musées et de ces dépôts d'archives qui font aujourd'hui l'orgueil de 
la France et l'admiration des étrangers. Mais que l'on considère comme une confiscation le 
transfert des registres paroissiaux des mains du recteur d'une paroisse dans celles du maire de la 
commune correspondante, il y a là, suivant nous, erreur ou calomnie. De ce que le recteur, ou 
le prêtre qui le représentait , dressait les actes de ces registres et était chargé de leur con- 
servation, on aurait tort d'en conclure que ceux-ci lui appartenaient ; personne ne songerait à les 
regarder aujourd'hui comme la propriété du maire ou de l'offîcier d'état civil investi des mêmes 
attributions. 

Nous irons plus loin : les plus anciens registres , ceux qui sont antérieurs à l'ordonnance de 
1667, portent généralement des en-tête qui vont nous servir à élucider la question Dans plusieurs 
localités, il est dit que les registres ont été achetés par le recteur , ou par son vicaire ou curé , à 
ses frais et donnés par lui à la paroisse (voir Bourg-Paul-Muzillac , bapt. de 1635; Malestroit, 
bapt. de 1597 et de 1637 ; Montertelot, sépult. de 1607 ; Noyal-Muzillac, bapt. de 1616 ; Rieux, 
bapt. de 1603; Saint-Dolay, bapt. de 1593, 1621, 1642, mar. de 1640, sépult. de 1628, 1646). 
En d'autres lieux, on remarque des donations analogues faites par des seigneurs : à Cournon, 
par exemple, le registre des baptêmes de 1644 est acheté et donné à la paroisse par Guillaume 
Deforges , écuyer , sieur de la Ville-Janvier ; au Roc-Saint-André , Guillaume PouUain , écuyer, 
seigneur du Pontlo , après avoir doté l'église de cette trêve de fonts baptismaux, lui fournit éga- 
lement un registre de baptêmes (1609), et le premier acte qu'on y trouve consigné est précisément 
celui d'un de ses enfiants; le « papier baptismal » de Saint-Âllouestre pour Tannée 1653 est de 
même dû à la libéralité de noble homme René Perier, sieur de Kerleau, agent de MM. du Garo. 
Que ces témoignages de générosité , interdits par notre législation actuelle « aient eu pour mobile 



— XIV — 



la vanité ou Fintérêt particulier , que ces dépenses aient été , dans certains cas , imposées aux 
recteurs sur les revenus de leur bénéfice, il n'en est pas moins vrai que la chose donnée devenait, 
ipso facto, la propriété des donataires, et que ce fait ne saurait autoriser aujourd'hui les récla- 
mations des donateurs ou de leurs représentants, quels qu'ils soient. C'est bien ainsi qu'on 
l'entendait à Réminiac où le cahier des baptêmes de 1569, donné par le sous-curé, et même relié 
tr par les mains » d'un de ses confrères , est reconnu « être et appartenir aux paroissiens dudil 
Réminiac. >» 

D'autres registres (Arzon, bapt. de 1648; Bourg-Paul-Muzillac , bapl. de 1602, 1615, 1624, 
1651, mar. de 1649; Malestroit, bapt. et mar. de 1659, sépult. de 1661 ; Plescop, mar. de 1654; 
Remungol, bapt. de 1653; Sarzeau, bapt. de 1621, mar. de 1643 ; Theix, bapt. de 1594), sont 
indiqués simplement comme achetés, fournis ou présentés par le recteur ou par le curé, sans 
mention de celui qui en a fait les frais. 

Enfin il existe bon nombre de cas où le droit de propriété est aussi clairement établi qu'on 
vient de le voir pour Réminiac ; tantôt, comme à Cléguer (bapt. de 1597 et de 1626), à Néant 
(bapt. de 1584), k Saint-Martin-sur-Oust (sépult. de 1580), il est constaté que le registre « est 
et appartient » à l'église ou à la cure; tantôt, comme à Guidel (bapt. de 1613), à Ruffiac 
(bapt. de 1628), à Saint-Dolay (bapt. de 1554), à Saint-Patern de Vannes (bapt. de 1555), il est 
dit « être et appartenir aux paroissiens. » On trouve, il est vrai, en tête des baptêmes de 1606 
pour la paroisse d'Ambon, ces mots : « Ce présent papier apartient par raison et équité et droict 
au recteur de Ambon...., » mais cette formule, unique d'ailleurs, est-elle autre chose qu'un avis 
donné au public, analogue à ceux que nous avons relevés plus haut, pour le cas où ce registre 
eût été égaré? Celui des baptêmes de Moustoirac pour 1618 commence également ainsi : « Ce 
présent pappier apartient à missire N. recteur de Locminé et de Moustouer-Radenac..., » mais, 
dès le second feuillet , on lit cette correction : « Le présent pappier appartient es enffans du 
Houstouer . . • • » 

D'autres formules ne laisseront pas plus de doute dans les esprits, ce sont celles où il est 
déclaré que le registre a été acheté par le « fabrique, » marguillier ou trésorier en charge 
(Malansac, bapt. de 1657 ; le Roc-Saint-André, mar. et sépult. de 1623 ; Saiot-Patern , bapt. 
de 1555 ; Taupont, bapt. de 1558 et sépult. de 1617), ou bien encore par le recteur, mais payé 
par le trésorier delà paroisse (Naizin, bapt. de 1622). On verra, du reste, plus loin que, dès 
l'année 1600, c'est aux fabriques seuls qu'il est enjoint de se procurer des registres. 

L'ordonnance de 1667, confirmée plus tard sur ce point par la déclaration royale de 1736, 
en spécifiant que les deux registres à tenir annuellement seraient fournis « aux frais de là 
fabrique, » ne faisait donc que rendre obligatoire une mesure adoptée depuis longtemps déjà 
dans la plupart des paroisses et qui devint par la suite une règle invariable qu'on ne manqua 
pas de rappeler à l'occasion. C'est ainsi qu'à Lauzach, en 1741, il est stipulé que les registres 
pris au greffe le « sont aux frais de la fabrique et non du recteur ; » et que , peu de temps 
avant la Révolution, missire Chotard, recteur de Plouay, parle, dans les notes précieuses qu'il 
nous a laissées, de l'acquisition des registres faite, dans chaque paroisse, « aux frais de la 
fabrique bien entendu. » Or, on ne contestera certainement pas que la fabrique, appelée 
autrefois dans ce pays le « général » de la paroisse, ne représente la communauté des habitants, 
c'est-à-dire la commune actuelle. Que l'autorité civile, chargée, d'après notre nouvelle législation, 



— XV — 

de la tenue des registres modernes, concurremment avec l'autorité ecclésiastique (1), ait reçu, 
en outre, pour des raisons que nous n'avons pas à apprécier, le dépôt des registres anciens, 
nous ne saurions voir dans cette détermination qu'une transmission de responsabilité peu enviable, 
sans aucune idée de préjudice ni de spoliation. Le seul intérêt qui soit en cause, le seul qui 
doive nous préoccuper, est assurément celui des habitants, et nous ne voyons pas bien en quoi 
il a pu en souffrir. 

Confusion des minutes et des grosses. — Revenons à l'ordonnance de 1667. Aux termes 
de cette ordonnance, toutes les grosses des registres, mais les grosses uniquement, nous insistons 
là-dessus , devaient être remises aux greffes des sénéchaussées royales ; ce sont ces collections 
qui, après les diverses péripéties indiquées plus haut, sont aujourd'hui revenues aux mains des 
greffiers des tribunaux civils. Outre que chaque registre porte, en général, sur sa couverture ou 
çur son premier feuillet le mot minute ou grosse qui annonce suffisamment sa destination, d'autres 
indices permettent de les distinguer facilement. D'ordinaire , dès le principe , la minute seule est 
revêtue, dans tous les actes, des signatures des particuliers; la grosse ne renferme que celle 
du prêtre chargé de la copie. Lorsque, plus tard, ces signatures furent exigées sur les grosses 
comme sur les minutes, l'enregistrement sur papier timbré ne fut obligatoire que pour ces 
dernières. Enfin, tandis que la grosse est, à la suite du dernier acte, certifiée par le recteur 
conforme à l'original qu'il garde par-devers lui, au même endroit de la minute le greffier 
reconnaît avoir été saisi de 1' « autant » correspondant. 

La confusion n'était donc pas possible^ et cependant que d'erreurs se sont accumulées sous ce 
rapport ! Ce qui semble y avoir surtout contribué, c'est l'édit daté de Fontainebleau, octobre 1691, 
portant création des ofQces de greffiers-conservateurs des registres de baptêmes , mariages et sé- 
pultures , dans toutes les villes du royaume où il y avait justice royale , duché-pairie et autres 
juridictions. C'était l'époque fatale où les nécessités de la guerre obligeaient l'État de recourir à 
de nombreuses créations de même genre pour subvenir à des dépenses sans cesse croissantes. 
C'est à partir de ce moment, c'est-à-dire de la substitution des greffiers-conservateurs aux greffiers 
des sénéchaussées, que la confusion dans la répartition de nos registres devint générale, ainsi que 
nous l'avons fait remarquer plus haut , quoique rien ne fiït changé à cet égard dans les pres- 
criptions de l'ordonnance de 1667 : les minutes seules devaient rester dans les paroisses. Un 
arrêt du Conseil d'État, du 14 juin 1695, insistant sur ce point, enjoignait, en effet, aux curés de 
« remettre aux mains des greffiers, gardes et conservateurs des registres, les grosses desd^ts re- 
gistres depuis le 1" janvier 1692, à peine de saisie de leur temporel ; et aux greffiers des juridictions 
royales de remettre auxdits greffiers-conservateurs les doubles desdits registres qui avaient été 
déposés en leurs greffes depuis l'ordonnance de 1667, à peine de 50 livres d'amende. » 

De nouveaux édits, qui tous témoignent des embarras financiers de la fin du règne de 
Louis XIV, prolongèrent quelque temps le désordre que nous venons de signaler ; nous nous con- 
tenterons de les indiquer : édit de Versailles, juin 1705, créant des offices de contrôleurs des 
registres et des extraits de baptêmes, mariages et sépultures ; édit de Versailles, octobre 1706, 



(1) On sait qu'il existe, en effet, aujourd'hui dans chaque commune deux catégories de registi*es, les uns à la 
mairie y constatant l'état civil, c'est-à-dire la naissance, le mariage et le décès des individus, les autres à Péglise, 
^relatant plus spécialement leur baptême, leur union religieuse et leur sépulture. Un double des premiers est déposé 
au greffe du tribunal de l'arrondissement ; un double des seconds est de môme remis à l'évéché. 



— XVI — 

réunissant au domaine de la couronne le contrôle desdits registres; édit de Versailles, juillet 1709, 
rétablissant des offices de greffiers -gardes-conservateurs et de contrôleurs alternatifs; édit de 
Marly, juillet 1710, supprimant enfin ces derniers offices. Il paraît toutefois que cette suppression 
rencontra des difficultés, car on trouve encore un édit semblable, daté de Paris, décembre 1716- 
C'est seulement à partir de cette époque , ou même quelques années plus tard , que les grosses 
des registres paroissiaux recommencèrent à prendre assez régulièrement le chemin des greffes 
des sénéchaussées royales. 

Déclaration royale de 1736. — Une déclaration du Roi, donnée à Versailles le 9 avril 1736, 
« concernant la forme de tenir les registres des baptêmes, mariages, sépultures, noviciats et pro- 
fessions , et des extraits qui en doivent être délivrés , » fut néanmoins reconnue nécessaire pour 
faire revivre les dispositions les plus importantes de Tordonnauce de 1667, auxquelles la création 
des greffiers-conservateurs avait porté une sérieuse atteinte. Nous ne reproduirons ici que les 
modifications ou additions faites à ladite ordonnance : Art. i. Des deux registres ouverts chaque 
année dans les paroisses , « l'un continuera d'être tenu sur du papier timbré , dans les pays où 
Tusage en est prescrit, et l'autre sera en papier commun ; et seront lesdits deux registres fournis 
aux dépens de la fabrique, un mois avant le commencement de chaque année. — Art. 2. Lesdits 
deux registres seront cotés par premier et dernier, et paraphés sur chaque feuillet , le tout sans 
frais, par le lieutenant-général ou autre premier officier du bailliage, sénéchaussée ou siège royal... 
Voulons que , lorsqu'il y aura des paroisses trop éloignées dans l'étendue dudit siège , les curés 
puissent s'adresser, pour faîte coter et parapher lesdits registres, au juge royal qui sera commis à 
cet effet, au commencement de chaque année, pour lesdits lieux, par ledit lieutenant-général ou 
autre premier officier dudit siège, sur la réquisition de notre procureur , et sans frais. — Art. 3. 

Tous les actes seront signés sur les deux registres par ceux qui les doivent signer, le 

tout en même temps qu'ils seront faits. » Cet usage s'était introduit déjà depuis plusieurs années 
dans différents diocèses. — « Art. 17. Dans six semaines au plus tard après l'expiration de chaque 

année , les curés , vicaires , desservants seront tenus de porter ou envoyer sûrement un 

desdits deux registres au greffe du bailliage, sénéchaussée ou siège royal. « . — Art. 18. Lors de 
l'apport du registre au greffe , s'il y a des feuillets qui soient restés vides , ou s'il s'y trouve 
d'autres blancs, ils seront barrés par le juge; et sera fait mention par le greffier, sur ledit registre, 
du jour de l'apport ; lequel greffier en donnera ou enverra une décharge en papier commun aux 
curés, vicaires, desservants. ... ; pour raison de quoi sera donné pour tous droits 5 sols au juge 
et la moitié au greffier, sans qu'ils puissent en exiger ni recevoir davantage , à peine de con- 
cussion ; et sera ledit honoraire payé aux dépens de la fabrique ou des églises. ... qui sont en 
possession d'avoir des registres. — Art. 19. Il sera au choix des parties intéressées de lever des 
extraits des actes, soit sur le registre qui sera au greffe , soit sur celui qui restera entre les mains 
des curés, vicaires, desservants.... ; pour lesquels extraits il ne pourra être pris par lesdits greffiers 
ou par lesdits curés, ou autres ci-dessus nommés, que 10 sols pour les extraits des registres des 
paroisses établies dans les villes où il y aura parlement , évêché ou siège présidial , 8 sols pour 
les extraits des registres des paroisses des autres villes , et 5 sols pour les extraits des registres 
des paroisses des bourgs et villages, le tout y compris le papier timbré ; défendons d'exiger ni 
recevoir plus grande somme , à peine de concussion. — Art. SK). En cas de changement de curés 
ou desservants, l'ancien curé ou desservant sera tenu de remettre à celui qui lui succédera les re- 
gistres qui sont en sa possession, dont il lui sera donné une décharge en papier commun, contenant 



— xvu — 

le nombre et les années desdits registres. — * Art. SI. Lors du décès des curés ou desservants, 
le juge du lieu , sur la réquisition de notre procureur ou de celui des hauts-justiciers , dressera 
procès-verbal du nombre et des années des registres qui étaient en la possession du défunt , de 
rétat où i] les aura trouvés ou des défauts qui pourraient s'y rencontrer ; chacun desquels re- 
gistres il paraphera au commencement et à la fin. — Art. 34. Voulons que notre édit du mois de 
décembre 1716, portant suppression des offices de greffiers-conservateurs des registres des 
baptêmes, mariages et sépultures, soit exécuté selon sa forme et teneur, et, en conséquence, que 
dans trois mois au plus tard après la publication de la présente déclaration , ceux qui ont exercé 
lesdits offices, en titre ou par commission, leurs veuves et héritiers ou ayants-cause, soient 
tenus de remettre, si fait n'a été, tous les registres qui étaient en leur possession. . . . aux greffes 
des bailliages, sénéchaussées et autres sièges royaux — Art. 35. Les héritiers ou ayants- 
cause des curés ou autres dépositaires des registres mentionnés en la présente déclaration , et 
généralement tous ceux qui auraient en leur possession , à quelque titre et sous quelque prétexte 
que ce soit, aucunes minutes ou grosses des registres dont ils ne doivent point être dépositaires, 
seront tenus, dans le délai porté par l'article précédent, de les remettre au greffe des juridictions 
mentionnées audit article. ... — Art. 36. Lors de la remise desdites minutes ou grosses au greffe 
par les personnes mentionnées aux deux articles précédents, il sera dressé procès-verbal de l'état 

d'icelles, et elles seront paraphées par le juge — Art. 37. Toutes les grosses 

des registres qui auront été remises au greffe y demeureront ; et, à l'égard des minutes , . . . . il 
sera ordonné qu'elles seront remises ou renvoyées à ceux qui en doivent être dépositaires. ...» 
n est clair que, pour les registres paroissiaux, ce ne pouvait être que les recteurs. 

Registres des trêves et de (xuelqpies autres localités. — L'article 14 de la même décla- 
ration porte en outre : « Toutes les dispositions des articles précédents seront observées dans les 
églises succursales qui sont actuellement en possession d'avoir des registres des baptêmes , ma- 
riages et sépultures ou d'aucun desdits genres d'actes , sans qu'on puisse en ce cas se dispenser 
de les insérer dans lesdits registres des églises succursales , sous prétexte qu'ils auraient été 
inscrits sur les registres des églises matrices. » En ce qui concerne le territoire occupé actuelle- 
ment par le Morbihan, les succursales ou, comme on les appelait, les trêves ou fillettes y étaient 
nombreuses, et il y en a très peu qui ne possèdent aujourd'hui leurs collections distinctes de re- 
gistres, remontant souvent à une date aussi ancienne que celles des paroisses elles-mêmes. Pour 
quelques-unes les actes sont enregistrés en double, à la paroisse et à la trêve. D'autres fois, la 
trêve n'a point de registres spéciaux et , dans ce cas, les actes qui regardent les tréviens sont 
inscrits sur les registres de la paroisse dont ils dépendaient , tantôt séparément , le plus ordinai- 
rement entremêlés avec ceux des paroissiens. L'absence de registres particuliers pour certaines 
trêves peut s'expliquer de différentes façons : soit parce que , la trêve n'étant pas pourvue d'un 
presbytère, le prêtre qui la desservait résidait au bourg paroissial et n'avait aucun intérêt à dé- 
doubler la collection de registres qui y existait ; soit parce que le peu d'importance de la population 
trévienne ne nécessitait pas, en réalité, ce dédoublement; soit enfin, et ce devait être le cas le 
plus fréquent, parce que paroisse et trêve étant perpétuellement en lutte au sujet de la réparation 
des églises ou des presbytères, de l'exercice du culte, etc., le recteur ne négligeait aucun moyen 
d^amoindrir, au profit de l'égUse-mère^ les avantages que la fillette avait recueillis en obtenant , 
noA sans peine, d'en être détachée. 



— XVIIl — 

D'autres localités étaient plus heureuses, quoique leurs droits fussent plus contestables, n'étant 
que ceux d'une simple « frairie » ; c'est ainsi que Sainte-Hélène, en la paroisse de Locoal, après 
avoir, depuis 1773, fait d'inutiles démarches pour son érection en trêve, laquelle n'eut lieu qu'en 
1784, fut néanmoins autorisée, dès 1779, à se pourvoir d'un registre de baptêmes, « attendu 
qu'on y baptistait , et que les extraits sur feuilles volantes , même pour être reportés sur les re- 
gistres de la paroisse, étaient défendus (1). » C'est ainsi encore que la frairie de Trédion, dé- 
pendant de la paroisse d'Elven, possède une collection séparée de registres de sépultures depuis 
1678, Mais aussi quelles précautions le recteur d'Elven ne prend- il pas pour sauvegarder ses 
droits ? Non seulement il transcrit sur les registres de la paroisse tous les actes des inhumations 
qui ont lieu à Trédion, mais il fait ses réserves à l'égard de ces dernières. Il écrit, par exemple, 
à la suite d'un acte de 1751 : « De grâce, H. le recteur a exempté la peine d'apporter auparavant 
le corps du défunt à l'église paroissiale d'Elven ; » et, après l'enregistrement des sépultures faites 
à Trédion pendant l'année 1753, il ajoute : « J'ai accordé, de grâce et par bienveillance, à cause 
de l'éloignement , les susdites sépultures à Trédion , sans préjudicier à mes droits et à ceux de 
mes successeurs, qui sont de révoquer, lorsqu'on le jugera à propos. » Enfin, Guémené et la 
Roche-Bernard, qui n'étaient ni paroisses ni trêves, avaient cependant leurs registres de baptêmes, 
mariages et sépultures ; mais c'étaient deux petites villes d'une certaine importance , toutes deux 
sièges d'un doyenné et la première, en outre, d'une collégiale. 

Registres des communautés religieuses. — Les dispositions de la déclaration de 1736 
étaient également applicables, sauf quelques modifications, à certaines catégories de registres dont 
on trouve encore, çà et là, mention dans notre inventaire, tels que ceux de vêture, noviciat et 
profession des communautés religieuses , ceux de sépultures desdites communautés et des hô- 
pitaux. EnGn la même déclaration traite des registres des consistoires protestants, mais nous 
n'avons pas à nous en occuper , n'ayant rencontré dans aucune mairie cette sorte de documents , 
bien que le calvinisme ait pénétré dans plusieurs de nos villes , particulièrement à la Roche- 
Bernard. Peut-être aurait-on quelque chance de les découvrir dans les greffes des tribunaux civils, 
car un arrêt du Conseil privé du Roi, daté de Fontainebleau, 9 août 1683, avait ordonné « à 
toutes personnes ayant en leur possession les registres , tant anciens que nouveaux , des consis- 
toires des lieux où l'exercice de la religion prétendue réformée avait été interdit , de les mettre 
incessamment au greffé des bailliages ou sénéchaussées dans le ressort desquelles étaient situés 
lesdits lieux (2) ; » et, de son côté, la déclaration de 1736 décidait que ces mêmes registres 
demeureraient tous exceptionnellement audit greffe, « les minutes ainsi que les grosses. » 

Arrêt du Conseil d'État de 1746. — EnGn , les collections de registres paroissiaux eurent à 
subir, quelques années plus tard, une dernière transformation : un arrêt du Conseil d'État, du 
12 juillet 1746, qui a uniquement pour objet une mesure fiscale, « ordonne qu'à commencer du 
premier janvier 1747, le registre sur lequel doivent être inscrits les baptêmes, mariages et sépul* 
tures , sera divisé en deux , sur l'un desquels seront inscrits les actes de sépultures dont les 
curés , vicaires ou desservants dans les paroisses , seront tenus de donner communication aux 
fermiers des domaines, leurs commis ou préposés ; et qu'à l'égard de l'autre registre, sur lequel 



(1) Arch. départ. d'Ule-et- Vilaine ; f. de Tabb. de Saint-Sauveur de Redon. — (2) Registres secrets du parlement 
de Bretagne. Arch. du greffe de la Cour d'appel de Rennes. 



XIX — 



seront inscrits les baptêmes et actes de célébration de mariages, la communication ne pourra par 
eux être exigée. » A en juger par Texamen des registres du petit nombre de communes du 
Morbihan qui dépendaient autrefois de révêché de Nantes , cet arrêt ne semble pas avoir été 
suivi d'exécution dans ce diocèse. 



Nombre approximatif des registres dans le Morbihan. — Ainsi, l'ordonnance de 1667 
avait imposé aux paroisses et trêves l'obligation d'ouvrir un registre par chaque année ; l'arrêt 
de 1746 les contraignit à en avoir deux ; en y ajoutant pour chaque localité quatre ou cinq re- 
gistres antérieurs à la première ordonnance, cela fait pour chacune d'elles 170 volumes, nombre 
qui, multiplié par les 360 paroisses ou trêves comprises dans le Morbihan, permet d'évaluer, en 
tenant compte des collections incomplètes , à 60,000 environ le total des registres minutes , sans 
parler des grosses, qui nous ont passé par les mains. Il est vrai de dire que, dans les petites 
paroisses , par suite du système de division adopté , ces registres ne sont guère que des cahiers 
de quelques feuilles. 

Fourniture des registres. — Tous ces édits, ordonnances et déclarations trouvaient naturel- 
lement de fidèles interprétateurs dans les sénéchaussées royales. A la suite de l'ordonnance 
de 1667, les registres revêtirent un caractère plus uniforme et plus régulier. Chacun d'eux porte 
en tête une formule imprimée indiquant , sous la signature du sénéchal ou de son représentant 
parmi les juges, la destination du registre, le nombre de ses feuillets, la date de l'année, le nom 
de la paroisse ou de la trêve , quelquefois même rappelant aux fabriques l'obligation du dépôt de 
la grosse au greffe à l'expiration de l'année. C'est surtout après la suppression des greffiers-conser- 
vateurs, et pour remédier au désordre causé par leur création, que ce dernier avertissement de- 
venait nécessaire ; aussi , à partir de cette époque et pendant plusieurs années , remarque-t-on 
généralement un avis de ce genre, également imprimé, collé sur la couverture à l'intérieur des 
cahiers. La déclaration de 1736 donna lieu à des avertissements analogues accompagnés d'un 
extrait de ladite déclaration. 

La présence de ces formules , leur texte même où il est dit que « les fabriques trouveront dé- 
sormais au greffe, dans les derniers jours de chaque année, les registres chiffrés et millésimés, » 
ne laissent aucun doute sur le système universellement adopté pour la fourniture de ces registres. 
Bien que cette mesure ne fût prescrite ou simplement conseillée ni par l'ordonnance de 1667 ni 
par la déclaration de 1736, il est certain qu'à tous les points de vue elle était excellente et devait 
rapidement se généraliser ; aussi n'avons-nous relevé qu'un très petit nombre de cas où , posté- 
rieurement à 1667, le registre continue d'être acheté directement, comme autrefois, par le recteur 
(Arzon, 1680) ou par la fabrique (Surzur, 1683). Ainsi que nous l'avons fait remarquer plus haut, 
la fourniture des registres par les greffiers eut pour conséquence une plus grande uniformité 
dans leur confection ; ceci nous amène à dire quelques mots de leur format, de leur mode de 
couverture, du papier qui les composait , etc. 

Leur format. — Les plus anciens registres paroissiaux se distinguent, en généra], par l'exiguïté 
de leurs dimensions , ce qui suffirait à expliquer la perte de beaucoup d'entre eux. Quelquefois 
carrés, comme à Ploërmel (bapt. de 1538 à 1619), où les pages ont été par suite divisées en 
deux colonnes , plus souvent allongés dans le sens de la hauteur et étroits sur la largeur, comme 
k Hontertelot (bapt. de 1575-1628), à Elven (mar. de 1616-16^), à Saint-Abraham (bapt. de 



I 



— XX 



1633-1654, bapt. mar. et sépull, de 1643-1666), ils passèrent subitement, à partir de 1693, 
c'est-à-dire peu de temps après l'établissement des greffiers-conserrateurs , à un très grand 
format que ne comportait pas la population de la plupart de nos paroisses ; aussi Tabandonna-t-on , 
au bout de quelques années, pour revenir à des dimensions plus raisonnables. 

Leur couverture.— Recouverts, dès le principe, tantôt de feuilles de carton, renforcées ou 
non de parchemin, tantôt de parchemin seulement, les registres furent, de cette façon, sufQ- 
-samment protégés jusqu'en 1746 ; mais depuis le dédoublement prescrit à cette époque par un 
arrêt du Conseil d'État, un grand nombre de paroisses, reculant sans doute devant l'augmentation 
de dépense qui en résultait , cessèrent de faire couvrir leurs cahiers dont l'état se ressentit natu- 
rellement de celte économie. On ne revint guère à l'ancienne coutume qu'en 1790 et 1791, 
années pour lesquelles des feuilles de parchemin détachées des livres de plain-chant semblât 
avoir fait seules les frais de la couverture, procédé d'autant plus inexplicable qu'à cette époque 
la tenue des registres incombait encore au clergé, et que l'uniformité du fait ne permet pas de 
l'attribuer à des déprédations postérieures. Signalons également, comme particularité remar- 
quable, l'existence de trois registres garnis de plaques de bois , à Bignan (bapt. et sépult. de 
1531-1599), à AUaire (bapt. de 1594-1637), à Béganne (bapt. de 1602-1638) ; dans la seconde 
de ces paroisses, les plaques sont, en outre, munies de fermoirs en cuivre ; dans la troisième, 
elles sont recouvertes de cuir. Missire Guillaume Chotard, recteur de Plouay à la fin du 
xviii* siècle, après avoir lui-même donné l'exemple, en faisant relier par séries d'années les 
registres de sa paroisse et confectionner une armoire spéciale pour les y déposer, insiste, dans ses 
notes que nous avons déjà mentionnées, sur la question de la reliure, à propos d'une circulaire 
de maître CorroUer, procureur royal de la sénéchaussée d'Hennebont, dans laquelle cette question 
était traitée. La circulaire recommandait aux recteurs du ressort la reliure des registres paroissiaux 
soit par année, soit par dix, quinze ou vingt années. Missire Chotard, après avoir reproduit cette 
instruction, émet l'avis que, pour les différentes paroisses du ressort, sauf celle de Lorient où 
les actes d'une même année sont considérables, la reliure par séries d'années est préférable 
^de toute façon ; c'est économique et cela permet de ranger les volumes debout sur les tablettes 
d'une armoire, en mettant au dos de chacun d'eux les indications nécessaires ; cette méthode 
facilite autrement les recherches, dit-il, que l'usage généralement adopté dans les presbytères 
de renfermer les registres dans des coffres , ce qui , outre la perte de temps , entraîne des boule- 
versements pour chaque recherche, fatigue les volumes, impatiente le chercheur, etc. Il conseille 
le choix de bons relieurs, connus et établis dans le pays, et non de ces ouvriers ambulants, le 
plus souvent inhabiles et dans lesquels on ne peut toujours avoir confiance ; on croirait lire une 
circulaire offi<;ielle de nos jours. Il recommande la reliure à dos brisé ou reliure de Hollande, 
l'emploi, pour la couverture, de feuilles de parchemin d'une seule pièce, etc., avec quatre bons 
lacets de cuir de veau du pays, et non de cuir de Russie qui casse facilement, étant brûlé pour 
l'ordinaire ; — est-ce pour cette raison qu'il écrit : « Roussie ?» — S'il entre, ajoute-t-il , dans 
ces détails minutieux et qui paraîtront puériles, c'est qu'il a vu les registres d'un de ses voisins, 
if dont la relieure fait pitié, » bien que son confrère ait dépensé autant que lui, etc. 

Nature des feuilles qui les composent. — Parmi nos plus anciens registres paroissiaux, 
un certain nombre, exclusivement affectés aux actes de baptême, sont composés de feuilles de 
parchemin : à Reignon (150SÏ-154O), la Trinité-Porhoët (1507-1541), Néant (1517-1566, aujourd'hui 



égaré), Saint-Léry (1520-1532, incomplet au commencemenl et à la fin), le Faouët (1535-1574), ' 
Bréhan-Loudéac (1536-1572), Ploërmel (1538-1619, six volumes). Tous les autres sont en papier 
plus ou moins bien approprié à l'usage auquel il était destiné. A partir de 1674, par suite de la 
création de l'impôt du timbre qui excita, comme on sait, tant de troubles en Bretagne, l'emploi 
du papier timbré devint obligatoire pour les registres de baptêmes , mariages et sépultures ; 
lorsque la déclaration de 1736 eut limité cette obligation à Tun seulement des deux registres 
tenus chaque année, on réserva le plus ordinairement le timbre pour la minute. L'étude du 
timbre, de son type qui se modifiait presque d'une année à l'autre, du format, du prix et de la 
qualité du papier ou du parchemin qui en était revêtu , demanderait à elle seule une monographie 
qui nous éloignerait de notre sujet. Bornons-nous à constater que le mode d'assemblage des 
feuilles de papier timbré par cahiers eut pour effet habituel l'un des deux inconvénients suivants, 
auxquels l'adoption d'une moyenne ne remédiait qu'imparfaitement : ou bien le nombre de 
feuilles fourni par le greffe à une paroisse était insuffisant, et il fallait recourir à des feuilles 
supplémentaires qu'on omettait parfois de rattacher au cahier principal et qui, par conséquent, 
couraient le risque de se perdre ; ou bien il était trop considérable et la paroisse n'était point 
remboursée de ses frais inutiles. 

Date de la fourniture. — Quant à la régularité qui devait résulter pour la fourniture des 
registres du monopole que s'étaient attribué les greffiers royaux, si elle fut, en effet, facile à établir, 
elle ne se maintint pas toujours aussi exactement qu'on était en droit de s'y attendre. Quoique la 
fourniture en question dût être faite, aux termes de l'ordonnance de 1667, « avant le dernier 
décembre de chacune année, » il arriva fréquemment, surtout au commencement du xyiii* siècle, 
que, les registres de l'année nouvelle n'ayant pas été livrés eu temps convenable aux paroisses, 
les recteurs durent se servir des registres précédents pour l'inscription des premiers actes. C'est 
ainsi qu'en 1715, par suite de difficultés soulevées contre les greffiers-conservateurs, un certain 
nombre de recteurs, n'ayant pas reçu les cahiers de cette année, furent obligés d'utiliser les 
^feuillets blancs des registres de 1714 ou même des années antérieures. Pour éviter, autant que 
possible, le retour d'un fait semblable, la déclaration de 1736 fixa l'époque de la livraison des 
registres à un mois avant le renouvellement de Tannée. 

Millésimage»— L'existence du monopole de la fourniture des registres par les greffes pré* 

sentait encore un avantage en ce sens que ces cahiers étaient remis aux paroisses tout cotés 

et paraphés, conformément à la volonté royale. Indépendamment, en effet, de ia « chiffrature » 

des registres paroissiaux par les juges des juridictions seigneuriales, qui y apposaient leur 

signature lors du décès des curés ou desservants, en vertu de l'article 31 de la déclaration 

de 1736, on a vu que chaque cahier devait être, suivant l'ordonnance de 1667, paraphé et coté, 

par premier et dernier feuillet, par le juge de la sénéchaussée royale dont la paroisse relevait.; 

,et la déclaration de 1736 ajoutait, par un redoublement de précaution, qu'il serait, en outre, 

paraphé sur chaque feuillet. Antérieurement à 1667, les registres étaient chiffirés et millésimés 

.tantôt par les sénéchaux des hautes-justices seigneuriales, tantôt par des notaires royaux, 

quelquefois par le vicaire général ou par l'archidiacre en tournée de visite, le plus souvent par 

ries recteurs ou desservants eux-mêmes. Exceptionnellement on trouve, en tête de trois registres 

.4e la paroisse Sainte-Croix de Vannes (mar. et sépult. de 1645^1668, bapt. de 1646-1654), la 

«>signature de l'Évêque, M^' Sébastien de Hosmadec ; le registre de baptêmes de Moréac pow 



— XXII — 



1652 est également chiffré par Tévêque de Vannes. Après la création des ofuces de greffiers- 
conservateurs, en 1691, les registres continuèrent pendant quelque^ années à être millégimés par 
les sénéchaux des cours royales ou leurs représentants, comme ils Tétaient depuis Tordonnance 
de 1667. Un arrêt du Conseil, du 23 juin 1705, confirmé par un autre du 17 septembre 1709, 
ayant donné pouvoir aux greffiers-conservateurs, ou à leurs commis et préposés, de signer, 
chiffrer et millésimer lesdits registres, « en la forme qu'ils étaient ci-devant, » les sénéchaux 
ne rentrèrent dans ce droit qu'après la suppression définitive de ces offices en 1716, et ils le 
conservèrent jusqu'à la fin. Et, à ce sujet, nous ferons ici une observation : quoique nous 
n'eussions à inventorier que les registres paroissiaux antérieurs à 1790, nous avons cru devoir, 
dans certains cas, reculer la limite jusqu'à l'année 1791, lorsque nous avons trouvé, particu- 
lièrement dans la sénéchaussée d'Auray, des registres paraphés jusqu'à cette époque par les 
sénéchaux , opération dans laquelle ils furent ensuite remplacés par les présidents des districts. 
Peut-être même eût-il été plus régulier de continuer les relevés jusqu'à l'application de la loi 
du 20 septembre 1792, d'après laquelle fut confié à des officiers publics ou aux maires Tenre* 
gistrement des actes d'état civil , tel qu'il se pratique encore de nos jours. 

Dépôt des grosses. — Mais les rapports des sénéchaussées royales avec les paroisses, 
relativement aux registres paroissiaux , ne se bornaient pas , on le sait , à la remise aux recteurs 
ou aux fabriques des registres ainsi préparés. Outre le millésimage qui précédait cette remise, le 
renouvellement de chaque année ramenait l'obligation du dépôt au greffe des grosses de l'année 
précédente, dans un délai de six semaines, conformément aux injonctions de 1667 et de 1736. 
Ce dépôt comportait la collation par le greffier de la grosse sur la minute, le bâtonnage, par 
le sénéchal ou par le greffier, des feuillets ou portions de feuillets laissées en blanc, enfin la 
décharge de la grosse au profit du recteur. Tant que, aux termes de l'ordonnance de 1667, la 
grosse et la minute durent être apportées au greffe, comme cela était indispensable pour 
la collation , ce reçu fut donné naturellement à la fin de la minute que remportait le recteur ; 
mais la déclaration de 1736 ayant sagement modifié sur ce point la première ordonnance, en 
prescrivant l'apport au greffe d'un des registres seulement, la décharge dut être, à partir de ce 
moment, délivrée sur papier commun. Cette question du dépôt et du reçu des grosses avait attiré 
particulièrement l'attention de mattre Corroller et, après lui, celle de missire Chotard ; le 
premier recommande, à ce sujet, aux recteurs du ressort de la sénéchaussée d'Hennebont de ne 
pas joindre aux doubles des registres qui, d'après l'art. 17 de la déclaration de 1736, doivent 
être déposés au greffe, les originaux pour y faire mettre le reçu du dépôt du double, ces 
originaux pouvant être, de cette façon, perdus ou gâtés ; il ne faut jamais, dit-il, les déplacer, à 
moins d'ordonnance de justice ; le greffier doit délivrer un reçu du dépôt des doubles sur papier 
commun et non sur les originaux. A quoi missire Chotard ajoute que les juges d'Hennebont, et 
maître Corroller lui-même, avaient exigé longtemps l'apport des deux registres' au greffe, 
prétendant avoir le droit et le devoir de collationner les doubles avec les originaux , jusqu'à ce 
qu'un arrêt du Parlement, confirmatif de l'art. 17 ci- dessus mentionné, eût interdit le dépla- 
cement de l'original, le double déposé devant être seulement certifié véritable et conforme à 
Tautre expédition par le recteur, sans qu'il fût nécessaire de le collationner. Si les juges tenaient 
absolument à la vérification, c'était à eux de se transporter dans les paroisses pour la faire. Cette 
obligation ne leur souriant qu'à demi, il est permis de croire qu'ils y renoncèrent, et cda 



— XXIII -^. 

d'autant plus facilement que la plupart des recteurs continuèrent^ à cet égards de suivre 
les anciens errements. 

Il est également probable , pour les mêmes raisons , bien que nous n'ayons pu le contrôler , 
qu'on eut rarement à appliquer Tart. 3 de la déclaration de 1736, d'après lequel les juges royaux 
devaient aller eux-mêmes, « et sans frais, » coter et parapher les registres dans les paroisses 
trop éloignées du siège de la sénéchaussée. Tout au plus commit-on quelquefois pour celte 
opération les juges ordinaires des lieux. 

Droits perçus sur les registres. — Notons en passant, que cette dernière prescription 
confirme pleinement ce que nous avons dit ci-dessus au sujet de la fourniture par les greffes des 
registres préalablement millésimés : ce monopole n'était pas prévu par les ordonnances. S'il 
s'établit et se généralisa promptement, au moins dans notre pays, s'il persista jusqu'à la Révolution, 
c'est sans doute à cause des avantages multiples qu'il présentait et que nous avons fait ressortir, 
avantages appréciables surtout pour les paroisses rurales privées des ressources les plus indis- 
pensables pour la confection de leurs cahiers ; c'est aussi , il faut bien le reconnaître , parce que 
les bénéfices , souvent exagérés , produits par ce monopole n'étaient pas moins précieux à ceux 
qui les réalisaient. L'ordonnance de 1667 ne parle point de frais de millésimage et spécifie que 
le dépôt de la grosse , la collation et la décharge se feront également « sans frais, » Quant à la 
déclaration de 1736, elle stipula que le millésimage serait gratuit, même en cas de déplacement 
des juges, ainsi qu^on vient de le voir ; mais elle accorda, ieiux dépens des fabriques, 5 sous au 
juge chargé de barrer les blancs des registres, et la moitié au greffier, probablement comme droit 
de dépôt et de décharge , puisqu'il n'y avait plus de collation , « sans qu'ils pussent en exiger ni 
recevoir davantage, à peine de concussion. » Nulle mention des droits de fourniture, puisqu'elle 
était censée faite par les paroisses. Sauf donc pour ce dernier article , où l'on pouvait se donner 
carrière, le tarif des honoraires à payer à la sénéchaussée était parfaitement déterminé et n'aurait 
dû fournir matière à aucune contestation; néanmoins, profitant du silence de recteurs ou de 
fabriques trop timorées , on ne tarda pas à exploiter largement cette source de revenus sous les 
noms divers de droits de papier timbré, d'impression de la formule, de reliure ou de cartonnage, 
de millésimage ou de chiffrature, du sénéchal, de dépôt et de garde, de contrôle et de collationné^ 

C'est surtout lorsque les greffiers-conservateurs ou leurs préposés eurent été , depuis la fin du 
XYii^ siècle, substitués aux greffiers royaux, que l'abus devint manifeste. Â cette époque, les 
droits sont fréquemment indiqués en bloc sous la dénomination de droits ou devoirs des registres 
et sont calculés d'après le nombre des chefs de famille dans chaque paroisse ; en 1695, ils 
s'élèvent pour Plescop à la somme de 8 livres 13 sous 8 deniers, et pour Marzan, à celle de 
14 livres 13 sous. C'est à partir de la même époque, on s'en souvient, que les grosses restèrent 
généralement aux mains des recteurs, malgré la menace contenue dans l'arrêt du Conseil de 
1696, soit que les fabriques voulussent par ce moyen s'affranchir d'une partie au moins des droits 
onéreux qui leur étaient imposés, soit encore qu'elles éprouvassent une réelle difficulté, pour 
l'exécution de la formalité du dépôt , à se mettre en rapport avec de nombreux préposés qui se 
renouvelaient souvent et ne semblent pas avoir eu de résidence fixe, circonstance qui seule 
suffirait à expliquer le désarroi que l'on remarque à ce moment dans la réparlitioa des registres 
paroissiaux. 



— XXIV — 

Si ce désordre cessa après la suppression des greffiers-conservateurs, il n'en fut pas de même 
de l'abus qui s'était introduit dans la perception des droits en question. Déjà, pour le faire dis* 
paraître , l'évêque et le diocèse de Vannes , autorisés par des lettres patentes données à Versailles 
le 15 octobre 1713 (1), avaient imaginé de « rembourser la charge des gardiataires des registres 
qui prenaient considérablement pour la fourniture d'iceux contre tous droits (Saint- Vincent-sur- 
Oust, 1715). » Cet abus persista, mais beaucoup moins excessif, lorsque les greffiers des séné- 
chaussées royales eurent été réintégrés dans leurs privilèges. Longtemps avant que la déclaration 
de 1736 ne leur eût attribué des honoraires , on les voit recevoir des émoluments de toute sorte, 
parmi lesquels figure le droit de dépôt, montant ici à 10 sous (Surzur, 17S0), là à 40 sous 
(Naizin, 1728), etc. Ils appuient, il est vrai, leurs prétentions sur un « arrêt du Conseil » qu'ils 
ne désignent pas autrement et dont nous avons lieu de regarder l'existence comme problématique, 
si nous rapprochons de cette indication vague l'arrêt du parlement de Bretagne, du 16 décembre 
1730, portant « défense aux juges royaux et aux greffiers de rien exiger pour le paraphe et dépôt 
des registres de baptêmes, mariages et sépultures (2), » conformément à l'ordonnance de 1667. 
Après la déclaration de 1736, le droit du sénéchal, fixé d'abord à 5 sous, s'éleva graduellement 
jusqu'à 1 livre ; celui du greffier , qui ne devait être que de 2 sous et demi , atteignit parfois le 
chiffre de 15 sous , non compris, bien entendu, les frais de papier timbré, reliure, etc. A rap- 
proche de la Révolution , les paroisses avaient à débourser annuellement près de 5 livres pour le 
payement des différents droits , ce qui , même en tenant compte du dédoublement des registres 
opéré en 1746, s'écartait trop de la taxe officielle pour ne pas paraître exagéré. Aussi les mécon- 
tentements, les réclamations commençaient-elles à se faire jour ; on en trouve encore l'écho 
dans les instructions de maître CorroUer et dans les observations correspondantes de missire^ 
Chotard. Le procureur royal déclare, un peu tardivement, s'opposer à ce que la fourniture des 
registres paroissiaux soit faite par le greffe d'Hennebont, parce que cette fourniture était devenue, 
par la perception des droits de chiffralure, la source de petites concussions absolument contraires 
aux termes de l'art. S de la déclaration de 1736 ; s'il prescrit également de ne pas apporter au 
greffe les registres originaux, il s'appuie, entre autres, sur ce motif qu'on en abusait pour sou- 
mettre ces originaux au droit d' « arrêté , » — c'est ainsi qu'il désigne le barrage des blancs 
(art. 18 de ladite déclaration) — droit qui n'était dû, en réalité, que sur le double déposé. 
L'attaque de maître CorroUer , pour des raisons que nous n'avons pas à rechercher ici , était , 
comme on le voit, uniquement dirigée contre les juges royaux. De son côté, le recteur de Plouay, 
renouvelant les mêmes griefs contre la sénéchaussée , semble vouloir , au contraire , ménager le» 
juges au détriment du greffier : « On s'était bien aperçu , dit-il , au prix que l'on exigeait pour 
les registres fournis par le greffe, qu'il y avait de la concussion, mais personne n'osait se plaindrOt 
parce qu'on s'imaginait que les juges royaux étaient de connivence avec le greffier.. •• On ne w, 
plaignit qu'en 1781. Alors les juges décidèrent que chaque recteur du ressort achèterait son 
papier, ce qu'ils font, aux frais de la fabrique, bien entendu ; ils y mettent l'intitulé et la chiffra-* 
ture, les font passer au juge en décembre; ce dernier n'a, en conséquence, qu'à ajouter ses 
qualités, coter, signer et parapher, ce qu'il fait gratis, comme la loi l'ordonne. On achète du 
papier timbré dans les bureaux des contrôles, ou, si on le trouve de mauvaise qualité, on est en 



*•" 



«^n 



(1) Ardi. du greffe de la Cour d'appel de Rennes : Registres d'enregistrement du parlement de Bretagne. 

(2) Arch. du greffe de la Cour d'appel de Rennes : Registres secrets du parlement de Bretagne, vol. 350, f* 10. 



— XXV — 

droit d'en acheter de commun chez un marchand « et on le fait passer à Rennes pour être timbré ; 
les frais de timbre sont peu de chose. » Missire Guillaume Chotard estime que les petites cou- 
eussions du greffier d'Hennebont, multipliées par les cinquante-trois paroisses ou succursales du 
ressort, pouyaient s'élever annuellement à la somme de 300 livres au moins, pour la peine qu'il 
se donnait d'acheter le papier, d*en faire des cahiers, d'inscrire l'intitulé et de chiffrer les 
feuillets.... « Mais, ajoute-tr-il , ces exactions étaient peu de chose relativement à celles qu'on a 
commises autrefois , après la création des greffiers , gardes , conservateurs et contrôleurs des re- 
gistres. Les circonstances critiques où se trouvait l'Élat, l'épuisement des finances, le besoin 
urgent de fonds^ forcèrent le Gouvernement d'avoir recours à ces moyens et à bien d'autres pour 
se procurer de l'argent. » Comme preuve de la rapacité des officiers qui achetèrent cette 
charge, il cite le jEsdt suivant : « Leur plus forte exaction fut celle de 1710 : on exigea, pour les 
registres de cette année consistant en vingt-sept rôles, du fabrique en exercice de la paroisse de 
Plouay, la somme de 74 1. là. s. 6. d., et encore on n'avait pas pris la peine de ehifirer les 
feuillets. » Aussi rappelle-t-il avec joie l'édit de suppression de cette charge « si inutile pour k 
garde et la conservation des registres et si oppressive des pauvres églises. » 

Contrôle de rautoiité diocésaine. — Indépendamment des vérifications diverses auxquelles 
étaient soumis les registres paroissiaux de la part des représentants du pouvoir judiciaire , outre 
les avertissements ^ les menaces , les amendes qu'elles comportaient , les recteurs et les labriques 
avaient à subir un autre contrôle « celui de l'autorité diocésaine , plus sérieux et {dus efficace. 
En effet, tandis que les premiers, par devoir et aussi par des c(Misidéralions d'intérêt persoanel 
que nous venons de mettre en évidence , se préoccupaient des documents en question au point 
de vue exclusivement matériel de leur confection, de leur distribution, du versement des uns 
dans les greffes , de la bonne conservation des autres dans les paroisses , l'Église , elle , tout en 
maintenant ses administrés dans la stricte observation des lois civiles ci-dessus mentionnées , 
veillait particulièrement à l'exécution des règles établies par les conciles, par les statuts synodaux, 
fiar les ordonnances royales, relativement à la rédaction mâme des actes inscrits sur lesdits 
re^stres. Ce contrôle , qui s'exerçait vers le milieu de l'année , dans l'église soumise à la visite , 
son seulement pour cette égl»e , mais aussi pour les paroisses avoisinantes , était constaté sur 
les registres par des formules signées du visiteur , le plus souvent rédigées en latin à l'origine 
et toujours faciles à reconnaître. La première visite dont nous ayons trouvé la trace est celle 
que fit , au mois de juillet 1540 , en l'église paroissiale de Ménéac « le grand-vicaire de l'évéque 
de Saint-Halo. A partir de cette époque, on peut relever, d'année en année ^ dans ce diocèse 
(Beignon^ Caro« Lanouée, Méttéac^ Sidntr*Léry, la Trinité-Porhoët, etc.)^ les visites épîscopales 
pour lesquelles l'Évéque est rqMrésenté soit par un vicaire générid ou par l'official, soit par 
le promoteur ou par un autre commissaire ; ceux-ci sont habituellement accompagnés^ au 
XVI* siècle , d'un greffier , scribe ou secrétaire qui écrit et signe la formule ; enfin ces visites 
sont ordinairement suivies de près par celle de l'archidiacre de PiDrhoèt. En 1555 et annéûi 
subséquentes, on remarque des visites analogues dans les paroîsa» eu diocèse de Nantes* 
airchidiaconé de la Mée (Saint-Dolay), avec cette différence que l'Évéque et l'archidiacre sont 
ious les deux rej^ésentés par un « vicaire général de la visite, » et que, depuis 1564» leurs 
visites eurent lieu pendant nombre d'années le même jour, si bien qu'on finit par* les confondre 
é»m une seule formule. Ce n'est qa^en juillet 1566» à Bignan, que nous avons rencontré le premier 

D 



— XXVI — 

visa signé , au nom de Tévèque de Vannes , par le promoteur , camerariui promotor ; posté<^ 
rieurement , les paroisses de cet évèché ont leurs registres visés tantôt par le promoteur , tantôt 
par un scribe. Pendant les dix dernières années du xvi* siècle, on ne trouve plus aucune mention 
de visites ; peut-être faut-il en chercher la cause dans les troubles de cette époque ; elles ne 
reprennent régulièrement leur cours qu'à partir de 1599; mais longtemps on ne voit guère 
figurer , surtout dans le diocèse de Vannes , que celles de Tarchidiacre , quelquefois précédées 
ou suivies, dans l'année, de celle du vicaire général ou du promoteur. L'ordonnance de 1667 
et l'établissement du contrôle judiciaire semblent avoir fait disparaître, pendant plusieurs années, 
les vérifications ecclésiastiques ; mais la création, en 1691 , des offices de greffiers-conservateiurs 
des registres paroissiaux, leur donna, au contraire, une nouvelle impulsion. Depuis ce moment, 
les visites archidiaconales devancent presque toujours les autres ; dans la seconde moitié 
du xviii* siècle, il n'y en a plus qu'une par année, soit celle de l'archidiacre, soit celle 
du vicaire général; cette réduction était d'autant plus naturelle que les deux visites avaient 
à peu près le même objet. 

Au nombre des personnages auxquels incombait le soin de contrôler annuellement les registres , 
nous ne devons pas oublier le doyen de Pont-Belz , recteur de Mendon ; mais le contrôle de ce 
dernier, mentionné seulement depuis 1691 et qui précédait d'ordinaire la visite épiscopale, 
ne s'exerçait que sur une vingtaine de paroisses ou trêves composant son doyenné ; encore 
rencontra-t-il parfois de vives oppositions de la part des recteurs intéressés. Le doyen avait , 
entre autres privilèges, celui de fournir à toute sa circonscription les saintes huiles, qu'on venait 
chercher à Hendon le jour du Vendredi-Saint. 

Citons enfin, à titre de particularité que la situation des lieux et une organisation spéciale 
suffisent à expliquer , les visites faites par un prêtre de Belle-Ile , ayant qualité d'official , dans 
les quatre paroisses de cette lie. Dès la fin du xvii* siècle, celles-ci furent soumises, comme 
le reste du diocèse de Vannes , aux visites du vicaire général ou de l'archidiacre. 

Visites des Ëvêques en personne. — Jusqu'à présent nous n'avons point parlé des véri- 
fications des registres par les Évoques en personne ; si elles furent rares, surtout dans le principe, 
il faut sans doute attribuer cette abstention soit au défaut de résidence des titulaires , soit à leurs 
grandes occupations , peut-être aussi à leur âge avancé ou à la difficulté des communications , 
toutes choses qui ne leur permettaient guère des tournées fréquentes et prolongées dans leur 
diocèse. Cependant nous en avons relevé un certain nombre , et la rareté du fait leur donne 
assez d'importance pour que nous n'ayons garde de les passer sous silence. Outre que la 
présence de l'Évêque était indispensable pour l'accomplissement de plusieurs cérémonies , telles 
que la confirmation , la consécration des églises , etc. , la substitution d'un vicaire général ou de 
tout autre commissaire pouvait oflDrir quelquefois de graves inconvénients ; le contrôle des 
registres d'une paroisse, par exemple, était-il bien sérieux, lorsqu'il était confié au recteur 
même de cette paroisse , en qualité de vicaire général ou de simple commissaire , ainsi que nous 
l'avons constaté pour Sarzeau en 1631 et en 1708, pour Elven en 17S7? 

Quoi qu'il en soit, un article d'une ordonnance royale rendue à Orléans, dès le mois de 
janvier 1560, avait enjoint aux archevêques, évoques et archidiacres de visiter eux-mêmes les 
églises et les cures de leurs diocèses. Malgré cette injonction , la première visite d'Évêque que 
nous iiyons remarquée sur nos registres date seulement de 1599. A cette époque, Jean du Bec, 



— XXVII — 

éTÔque de Saint-Halo, vérifie les registres de la paroisse de Guer, en compagnie d'un vicaire 
général et du promoteur. On retrouve encore ce prélat à Hénéac, le 23 août 1602 ; à Caro, le 
18 juin 1604. Pour continuer la série des évoques de Saint-Malo dont les visites sont relatées, 
signalons ensuite Guillaume Le Gouverneur, présent à Saint-Léry le 18 août 1613 ; Achille du 
Harlay de Sancy, à Lanouée en 1641, et & Guilliers le 25 mai 1642; Sébastien de Guémadeuc, 
à Lanouée en 1672, et à Ploêrmel en 1674 ; Vincent-François Desmarets, à Caro en 1710; Jean- 
Joseph de Fogasses de la Bastie, à Caro en 1741. Dans le diocèse de Nantes, les seules visites 
d'Évêques que nous ayons constatées sont celles de Charles de Bourgneuf , à Camoël en Tannée 
1600, et de Pierre Hauclerc de la Husanchère, à Saint-Dolay en 1748. C'est naturellement dans 
Févèché de Vannes que nous avons relevé le plus grand nombre de visites pastorales ; nous nous 
contenterons ici de mentionner, par ordre chronologique, les noms des Évêques qui les accom- 
plirent sur divers points du diocèse : Jacques de Martin ou mieux Jacques Martin (1608 et 1613), 
Charles de Rosmadec (1654, 1662, 1668), Louis Casset de Vautorte (1674), François d'Argouges 
(1688, 1689, 1691, 1693, 1694, 1695, 1697, 1705), Antoine Fagon (1721, 1729, 1730, 1732, 
1733, 1737, 1738), Jean-Joseph de Jumillac (1744), Charles-Jean de Berlin (1748, 1749, 1760, 
1752, 1755, 1760, 1762, 1768, 1771, 1774), Sébastien-Michel Amelot (1784, 1785, 1790). Ces 
nomenclatures sont , on le comprendra , nécessairement incomplètes : outre les visa qui ont pu 
nous échapper et les lacunes qui existent dans les collections , il est probable que les Évêques 
ne signèrent pas toujours les registres qu'ils vérifiaient et que, dans les formules de vérification, 
on dut souvent omettre de relater leur présence. Toutefois il est permis d'affirmer, d'après ces 
listes, que les toiurnées des évêques de Vannes ne devinrent à peu près régulières qu'à partir 
de répiscopat de François d'Argouges. Parmi les nombreuses paroisses que ce prélat visita 
figurent, à plusieurs reprises, celles de Belle-De qui, après avoir relevé jusque-là directement 
du Saint-Siège, avaient été enfin annexées, en 1666, au diocèse de Vannes. Un de ses successeurs, 
Charles-Jean de Bertin, se rendit également dans cette lie et poussa même le zèle jusqu'à aller 
vérifier et signer, le 8 août 1749, le registre du petit tlot d'Hœdic. 

Droit de visite. — Nous avons dit que , dans l'impossibilité où se trouvait l'Évèque , ou son 
représentant, de visiter annuellement toutes les paroisses du diocèse, il était de règle qu'il vérifiât 
non seulement les registres de celles dans lesquelles il s'arrêtait, mais encore ceux qu'on lui 
apportait des localités avoisinantes ; les visites de l'archidiacre devaient sans doute donner lieu 
à de pareils déplacements. Ajoutons que chaque visite, épiscopale ou archidiaconale, entraînait 
pour les fabriques le payement d'un droit qui ne semble pas avoir jamais été contesté ; nous en 
avons, d'ailleurs, rencontré fort rarement la mention. Signalons cependant celte note qui termine 
le registre de Saint-Gonnery pour 1693 : « Le recteur de Saint-Gonnery ne doit aucun droit 
de visite à l'archidiacre ; il ne doit à l'Évesque, pour tout droit de visite, que 4 sob 4 deniers. • 
A moins de voir là un privilège spécial , il faut avouer que le tarif ecclésiastique n'était pas très 
élevé, n n'en était pas de même toutefois relativement au doyen de Pont-Belz qui, lui aussi, 
percevait des droits de visite dans l'étendue de son doyenné, et ce fut probablement la cause 
des oppositions qu'il rencontra. « H recevait, dit H. l'abbé Luco (1), 64 sous de chaque recteur 
eu vicaire-perpétuel visité, 10 sous de chacun des deux fabriques de chaque paroisse, 10 sous 
du procureur ou trésorier de chaque église paroissiale, enfin 5 sous de chaque procureur des 



(1) Bulletin de la Société polymathique du Morbihan , 1878 , 2« semestre , p. 184w Les paroisses. 



— XXYIII — 

chapelles. De ce chef, il retirait une centaine de livres environ par an. Comme chaque paroisse 
lui rapportait ainsi au moins cinq livres par année et qu'alors cette somme avait une valeur biea 
supérieure à celle que nous lui attachons de nos jours, il se comprend combien devait être 
grande la ponctualité des visites. Aussi les anciennes collections des registres de baptêmes, 
mariages et sépultures ne manquent-elles pas d'exhiber, pour chaque année, la signature du 
doyen in cursu visitationis. » 

Recommandations diverses à l'occasion de la visite. — Sans parler des différentes céré* 
monies qui accompagnaient d'ordinaire le passage de l'Évèque, les visites épiscopales ou archi-* 
diaconales comprenaient, indépendamment de la vérification des registres paroissiaux, Texamen des 
comptes des fabriques, trésoriers ou procureurs (1) des églises, chapelles et confréries, l'institution 
de ces « fabriques » préalablement élus pour l'année par le « général » des paroissiens, le con- 
trôle des biens, revenus et ornements de l'église. Outre ces opérations , auxquelles assistaient 
habituellement le recteur et les autres prêtres de la paroisse, les registres de 1599 et de 1600, 
dans le diocèse de Vannes , renferment , à l'occasion des vbites reprises à cette époque , après 
une interruption de plusieurs années, un certain nombre de recommandations relatives à l'entretien 
des édifices du culte , à l'acquisition d'objets mobiliers, à la discipline ecclésiastique, qui témoignent 
assez de l'intensité des maux dont la guerre civile venait d'affliger le pays. Ces reconunandations 
à peu près uniformes partout, signées, en 1599 du scribe Le Goff, en 1600 du secrétaire Pougeoise 
ou du scribe Le Bouquin , émanaient , selon toute probabilité , d'un personnage plus autorisé 
présent à la visite, mais dont le nom ni la qualité ne nous sont révélés ; on ne s'expliquerait guère 
autrement le style et la nature de ces prescriptions. Le visa de la première année porte injonction 
aux fabriques de chaque paroisse , sous peine d'amende et de prison , de réparer , dans un délai 
de deux mois , l'église , le presbytère , le cimetière , parfois même quelque chapelle ; d'acheter et 
d'entretenir les ornements, joyaux, croix, calices, missels et manuels nécessaires au service divin. 
De son côté, le recteur est condamné à rembourser aux paroissiens soit le quart, soit le tiers des- 
dits achats et réparations , et il devra , huit jours après les deux mois révolus , avertir l'ordinaire 
(l'Évèque) de ce qui aura été fait, sous peine d'amende et de suspense. Dans la formule de 1600, 
le visiteur, tout en se référant à la précédente ordonnance, entre dans quelques détails qui ne sont 
pas à négliger : les réparations imposées aux fabriques comprendront le dedans et le dehors de 
l'église, mais pour la nef seulement, le reste de l'édifice étant uniquement à la<îharge soit des 
décimateurs , soit des seigneurs fondateurs ; ces derniers particulièrement , s'ils ne veulent pas 
perdre leurs privilèges , devront entretenir à leurs frais les parties de l'église qui en conservaient 
la trace et en perpétuaient le souvenir. Ici il est spécialement recommandé d'agrandir le reliquaire 
(ossuaire) , là de veiller à la « garniture du Sainf-Sacraire , » ou d' « enduire le Saint-Ciboire 
d'une toile neuve , » de faire enclore les fonts baptismaux , de les couvrir , ainsi que le grand- 
autel, d'un voile ou d'une tente; etc. Mais ce qui caractérise surtout la visite de 1600, c'est 
l'injonction adressée aux prêtres d' «assister au divin service, grand'messes et processions en habits 
décents et tonsure {atiàs : avec leurs couronnes faictes) , sous peine de suspense a divinis, » el 
au recteur de la paroisse de les y contraindre et de prévenir, au besoin, l'ordinaire. H y est éga- 



ailleurs, ermites. 



-de-Beign< 



lement interdit au recteur ou à son curé d' « admettre aucuns prêtres vagabonds ou suspendus 
à la célébration de la messe, sans licence de M. le grand-vicaire ou permission de leurs recteurs. » 
Les termes mêmes de cette double injonction prouvent surabondamment qu'elle ne s'appliquait 
qu'au clergé inférieur ou aux membres de l'Église déchus de leur fonctions. Enfin les fidèles ne 
sont pas non plus oubliés : il leur est défendu quelque part de « transgresser les fêtes. » Tel 
était , en effet , le relâchement des mœurs à cette époque que l'autorité ecclésiastique avait à dé- 
ployer la plus grande sévérité pour faire revivre l'ancienne discipline profondément ébranlée. 
Désormais on ne rencontrera plus que par exception des recommandations du genre de celles de 
1599 et de 1600, comme, par exemple, à Saint-Caradec-Trégomel en 1748, où, le trésorier de 
la chapelle de Kernascléden ayant dépensé une partie des revenus de cette chapelle à soutenir 
un procès contre le prince de Guémené au sujet des droits de marché de ce bourg , il lui fut in-« 
ter^t de les employer à l'avenir à cet usage , ou à d'autres dépenses profanes, telles que « gages 
de lutteurs , sonneurs et souUes , • et enjoint de les consacrer uniquement aux réparations de 
ladite chapelle , etc. 

. Injonctions particyliôres des autorités ecclésiastiques au sujet des registres pa- 
roissiaux. — En ce qui concerne particulièrement la tenue des registres paroissiaux , l'Église , 
avons-nous dit , secondait de toute son influence les efforts du pouvoir judiciaire et rappelait sans 
cesse le clergé à l'observation des prescriptions royales. Elle les prévint même , nous l'avcms vu , 
sur plusieurs points : c'est ainsi que , bien avant l'ordonnance de Blois de 1579 , le grand-vicaire 
de l'évêque de Saint-Halo , pendant sa visite épiscopale en la paroisse de Ménéac , au mois de 
juillet 1540 , avait donné l'ordre d'ouvrir un registre de sépultures qu'on y retrouve aujourd'hui. 
Nous avons indiqué bon nombre d'autres paroisses où l'enregistrement des baptêmes, des mariages 
et des décès avait précédé les décisions royales de 1539 et de 1579 ; il est à croire que l'autorité 
diocésaine ne fut pas étrangère à cette heureuse inspiration. A la suite de l'ordonnance de Blois, 
elle fit son possible pour en rendre l'exécution générale ; parmi les obstacles qu'elle eut à sur* 
monter, peut-être faut-il compter le prix excessif que coûtait la confection des registres : une 
note placée en tête de celui des baptêmes de Theix pour l'année 1594 nous apprend que le coût 
de ce dernier s'élevait à 4 livres monnaie. Quoi qu'il en soit, dès 1580, la paroisse de Béganne 
se munit d'un « papier j» des sépultures, d'après l'ordre des commissaires de l'évêque de Vannes. 
Une grande quantité d'autres paroisses s'empressèrent d'imiter cet exemple et commencèrent à. 
inscrire leurs sépultures et leurs mariages. Le visa de 1600, outre les diverses recommandations ci- 
dessus mentionnées, porte uniformément injonction aux fabriques qui n'en possédaient pas encore 
d'acheter les registres nécessaires pour l'inscription des baptêmes , des mariages et des « mortua- 
ges » , et aux recteurs ou curés de les « chiffrer , miUésimer et coter , mettant en tête l'indication 
des mois et an, et en marge les noms des baptisés, mariés et trépassés. » Dans les visites 
suivantes , on revient à plusieurs reprises sur cet objet , sur la nécessité de numérotée chaque 
feuillet , de ne laisser aucun blanc entre les actes , d'inscrire ceux-ci suivant leur ordre de date , 
etc. Plus lard , les visiteurs du clergé insistèrent de même sur l'observation de l'ordonnance 

de 1667 , de la déclaration de 1736 et de l'arrêt du Conseil de 1746. 

• 

: Mais, ainsi que nous l'avons fait remarquer , l'attention de l'autorité ecclésiastique se portait" 
principalement sur la rédaction des actes pour laquelle les instructions royales restèrent longtemps 
insuffisantes. Aussi , indépendamment du règlement relatif aux registres paroissiaux publié par 



— XXX — 

M^' Sébastien de Rosmadec, évèque de Vannes (1624-1646), les recteurs sont-ils fréquemment 
rappelés, pour les formules dont ils se servaient, à la « forme » du rituel romain, ou bien encore, 
dans l'évèché de Vannes , aux modèles donnés par les statuts synodaux de ce diocèse , imprimés 
en 1693. Toutefois l'ordonnance de 1667 et la déclaration de 1736 entrèrent, à cet égard, dans 
des détails précis sur lesquels nous reviendrons plus loin. 

Travaux du clergé relativement à ces registres* -^ Toutes ces ordonnances , arrêts , 
instructions et vérifications , en prouvant au clergé paroissial l'importance qu'on attachait aux 
registres dont la tenue et la garde lui étaient confiées, devaient nécessairement avoir pour 
résultat d'exciter et d'entretenir le zèle des recteurs ou de leurs curés dans l'accomplissement 
de cette double mission ; et , en effet , ce zèle se manifesta de diverses façons. Nous avons déjà 
signalé les services rendus, au point de vue de la conservation des registres, par missires 
Guillaume Chotard, recteur de Plouay, et Julien Jouan, curé de Lanouée, à la fin du xtiii* siècle. 
C'est à eux également qu'on doit les annotations relatives à l'état et à la contenance des différents 
volumes qu'ils avaient entre les mains, à la manière de les consulter aisément et avec profit. 
Mentionnons, à la même époque, les travaux analogues de Louis-Marie Guillemoys du Fau, 
curé de Saint-Gildas d'Âuray, de Le Duin, recteur de Saint-Gildas de Rhuis, de J. Harion, 
curé et plus tard ofQcier public d'Hœdic. D'autres, en plus grand nombre, afin de faciliter 
les recherches, imaginèrent un moyen bien simple et dont, cependant, nous n'avons trouvé nulle 
part la recommandation , ce fut de dresser , à la fin de chaque registre , des tables soit chro- 
nologiques, soit alphabétiques. Malheureusement, les premières qu'on rencontre pe datent guère 
que du milieu du xtii* siècle et elles ne dépassent pas, dans beaucoup de paroisses, la moitié 
du xviii'; de plus, elles présentent de fréquentes lacunes et ne sont, pour la plupart, que 
des tables de baptêmes. Nous n'en devons pas moins savoir gré à leurs auteurs qui comprenaient 
parfaitement l'utilité de ce travail et ne réclamaient pour leur peine qu' « un Pater et un Ave • 
(Kervignac, 1710 et années suivantes). D'autres enfin, encore mieux inspirés, comme missires 
Chotard, Jouan, du Fau, etc., nous ont laissé des tables ou répertoires généraux remontant 
souvent jusqu'aux premiers actes de leurs collections ; parfois , il y ont ajouté de minutieuses 
indications sur l'usage de ces répertoires, des commentaires, des listes chronologiques et complètes 
des recteurs de la paroisse, etc. Parmi les auteurs de tables générales, il convient de citer, 
à côté du clergé, le nom de maître René Brenugat de Kerveno, syndic de Rhuis de 1733 à 1766, 
à qui l'on doit en grande partie les répertoires de Sarzeau. N'oublions pas, non plus, les travaux 
du même genre exécutés de nos jours, par exemple celui de M. Louis-Auguste-Raimond Yallet, 
secrétaire de la mairie de Questembert en 1836, qui a eu l'heureuse idée de relever les baptêmes, 
mariages et sépultures de cette paroisse, de 1751 à 1790. Puisse-t-il avoir de nombreux 
imitateurs ! 

Dans l'espoir que ce vœu sera entendu, nous intercalons ici quelques conseils recueillis 
encore dans les notes de Guillaume Chotard, l'auteur des répertoires de Plouay. Après ,avoir, 
pour une cinquantaine d^années , dressé des tables à la fin de chaque registre , il a reconnu , 
dit-il , l'inconvénient de cette méthode et a recommencé son travail sur des cahiers distincts. 
Il appelle l'attention sur l'avantage d'adopter , comme il l'a fait , l'ordre alphabétique des noms 
de baptême, dont l'orthographe ne varie pas , plutôt que celui des noms de famille ou surnoms , 
qui ont été altérés dans tous les temps. Ces surnoms ou sobriquets, pour la plupart, recon-^ 



s 



naissables à Tarticle qui les précède , sont fréquemment modifiés, soit qu'on les traduise de la 
langue bretonne en français, soit qu'on en change la première lettre ou la terminaison qui offrent, 
en effet, quelques difficultés. Il a remarqué que ces altérations se produisent surtout lors du 
changement du recteur ou du curé, le nouvel arrivant n'étant pas familiarisé avec les noms 
des habitants de la paroisse; on devrait, ajoute-t-il, en faire une étude préalable pendant 
plusieurs mois, avant de rapporter les actes sur les registres. Pour la table des mariages, tout 
en suivant l'ordre alphabétique des prénoms, il a divisé chaque année en deux colonnes, Tune 
pour les hommes, l'autre pour les femmes ; il y a compris les publications de bans. 

Enfin quelques recteurs, peu nombreux il est vrai, poussèrent le zèle jusqu'à recopier ou faire 
recopier entièrement plusieurs registres paroissiaux ; tels sont les « collationnés » de Guer , 
œuvre du xyiii* siècle « remontant à l'année 1600 et finissant à 1693; telles sont encore les 
transcriptions de J. Harion à Hœdic , transcriptions d'autant plus précieuses que ces copies seules 
ont survécu. 

Négligences.— Malheureusement, tous les membres du clergé n'imitèrent pas ces salutaires 
exemples. Nous avons déjà vu l'incurie avec laquelle les registres de certaines paroisses avaient 
été conservés et les détériorations qui en étaient résultées ; nous avons fait remarquer le désordre 
qui s'était introduit dans presque toutes les collections au sujet de la répartition des grosses et 
des minutes, désordre auquel tenta de remédier un arrêt du parlement de Bretagne, du ftO août 
1773, rappelant le clergé de la province à l'observation des prescriptions royales relatives au 
dépôt des doubles au greffe. Hais les recteurs ou leurs curés se rendirent trop souvent coupables 
d'autres négligences plus graves encore , en ce qu'elles étaient irréparables ; c'étaient celles qui 
concernaient l'enregistrement des actes eux-mêmes. Sans parler des lacunes, parfois considérables, 
qui avaient pour cause soit la contagion, comme à Caro (1S66), à Saint-Léry (1587-1588), soit 
la guerre civile, comme à Âllaire, Bignan, Bréhan-Loudéac, Mauron, Plaudren, Rieux, Saint- 
Léry, etc. (fin du xyi'' siècle), soit encore la situation des lieux , comme à l'Ile d'Hœdic (1), en 
mettant de côté les simples omissions de noms que la guerre ou la peste, comme à Malestroit et 
dans un grand nombre de paroisses, rendait inévitables , il est certain que les registres ne furent 
pas toujours tenus avec le soin nécessaire. Ici ce sont plusieurs feuillets tournés en double 
trop rapidement et laissés en blanc « par oubliance » (Saint-Nolff, baptêmes, milieu du xyii* siècle) ; 
là des actes ne portant aucune signature, pas même celle du prêtre officiant, malgré les recom- 
mandations expresses de la déclaration de 1736 (Billiers, 1743), ou bien entièrement passés 
sous silence : à Lanouée, par exemple, nous trouvons cette note de Julien Jouan : « Ce cahier 
semble avoir été inexact dès le principe ; ceci se prouve par une déclaration d'un grand-vicaire, 
couchée sur le registre de 1663. €e grand-vicaire, en visite à Josselin, atteste qu'il y a dans 
ledit registre des actes de manque et beaucoup de blancs. Si H. le grand-vicaire avait eu le 
courage de condamner missire Jean Chauvel, doyen, à réformer tout à fait son registre, qu'il 
nous aurait rendu un grand service ! » Le parlement de Bretagne agissait avec moins de ména- 
gements : les registres de Glénac, pour les années 1743 et 1743, présentant beaucoup de lacunes, 
un arrêt du 30 janvier 1744 en ordonna une nouvelle confection suivant les déclarations des 
parties intéressées devant les juges (S). Par suite de négligences semblables, le recteur de Saint- 

(1) Voir rinventaire de la commune du Palais : trêve d'Hœdic. — (2) Arch. du greffe de la Cour d'appel de Rennes : 
Reg. secrets du parlement de Bretagne, n<» 363, f" 20 et 2i. 



— XXXII — 



Gildas d'Auray était également condamné par le Parlement à reconstituer ses cahiers de 1765 et 
à payer une amende (!)• Un autre arrêt, du 1" octobre 1776, enjoignit de compléter les registres 
de Pluvigner (â) ; c'est à cela sans doute qu'il faut attribuer l'existence, dans cette commune, 
de plusieurs doubles de cette époque. On pourrait relever de nombreux faits de ce genre. 

Quelquefois les lacunes comprenaient des mois entiers, voire même des années, ainsi que 
nous l'avons constaté, sans en reconnaître la cause, à Berric (bapt. de 1602-1618), à AUaire (mar. 
et sépult. de 1635-1638;, au Roc-Saint-André (1749-1767). Mais le plus souvent elles consistaient 
uniquement dans une rédaction défectueuse et inachevée, entre autres dans l'omission assez mal- 
heureuse des noms de personnes. Les registres des villes ne sont pas exempts de pareils défauts ; 
ceux de Saint-Patem de Vannes, au xvi' siècle, sont plus mal tenus que dans les moindres pa- 
roisses rurales ; ceux de Malestroit, au commencement du xvii* siècle, ne sont pas moins né- 
gligés, principalement pour les actes de sépulture; on y rencontre, par exemple, des inscriptions 
ainsi conçues (mai 1609) : « Le 20»«, enterré la sellyère; ne sçay son nom; reste sçavoir. » 
Et puis , c'est tout ; pas la plus petite recherche postérieure. Il est vrai de dire qu'à cette 
époque la rédaction des actes était abandonnée d'ordinaire à des sous-curés ou à des sous- 
diacres ; mais les recteurs n'étaient-ils pas responsables des négligences de leurs subordonnés ? 
D'autres fois encore, comme à AUaire (bapt. de 1635-1638) et à Saint-Marlin-sur-Oust (1742), les 
actes ne sont inscrits que sur des feuilles volantes ; à propos de cette irrégularité dans la der- 
nière paroisse, le parlement de Bretagne, par arrêt du 23 décembre 1756, interdit à tous les 
recteurs de la province l'usage dun semblable procédé (3). 

A l'occasion, l'autorité ecclésiastique déployait aussi une sévérité reconnue nécessaire. Le 
98 août 1615, l archidiacre Gouault, en visite à Pleugriffet, écrit sur le cahier des baptêmes : 
« Après avoir vu le grand défaut qu'a fait le recteur d'insérer en ce registre tous les baptêmes 
des enfants de sa paroisse, l'avons condamné aumôner au bAtiment des capucins de Venues 
douze livres, et lui enjoint de faire un plus fidèle registre, et le mettre en une armoire à l'église, 
pour y avoir recours lorsque besoin sera. » Le visa du même archidiacre à Saint-Jean-Brévelay, 
en 1622, renferme l'ordre de ne laisser à l'avenir aucun blanc et d'insinuer tous les baptêmes 
« sous peine de prison. » C'est encore sur le registre de Saint-Jean-Brévelay, lors de la vérifin 
cation de 1768, que Tévêque de Vannes Charles-Jean de Bertin écrivait de sA propre main : 
« Vu et examiné en cours de visite ; nous avons ordonné que l'extrait baptistmre porté au bas de 
la page de Tautre part sera bAtonné et couché plus décemment à la suite de notre présaste 
ordonnance. » 

Formules des actes. — Quant aux erreurs ou à l'insuffisance de renseignements que Yoa 
remarque trop fréquemment dans les actes , il serait injuste d'en rejeter toujours la faute sur le 
clergé* Nous avons dit plus haut, au sujet des formules à employer dans l'enregistrement des 
baptêmes, mariages et sépultures, qu'en dehors des modèles fournis par les statuts synodaux, 
Vcyrdonnance de 1667 fut la première manifestation précise de la volonté royale à cet égard. En 
étudiant ci-après les trois espèces d'actes auxquelles se rapporte cette ordonnance, ainsi que la 

(1) Arch. du départcmeot du Morbihan : f. de la sénéchatte6é»,d'Aw«f. 

(2) Id. Ibid, 

(3) Id. Ibid, 



— XXXIU 



déclaration de 1736, nous reproduiroas les articles qui les concernent, et Ton pourra juger, 
par les détails qu'ils renferment, du soin avec lequel on s'était appliqué à Texamen de cette 
importante question. H parait, néanmoins, qu'après une expérience de cinquante années, les 
instructions de 1736 furent trouvées elles-mêmes imparfaites, si Ton en croit missire Chotard, 
le consciencieux annotateur de Plouay. Cef te imperfection était telle qu'en 1785, les États de 
Bretagne réclamèrent du Roi une déclaration plus complète. A ce moment, maître CorroUer, 
dans sa circulaire aux recteurs de la sénéchaussée d'Hennebont , leur recommandait précisément 
de nouvelles formules, en remplacement de celles que les ordonnances royales ou synodales 
avaient mises en vigueur et dont l'insuffisance était palpable , surtout pour les recherches à faire 
en matière de successions. Les nouvelles formules , adoptées déjà par les recteurs de Trônent 
et de Berné, permettront, disait maître CorroUer, de remonter jusqu'à Adam pour les degrés de 
parenté. Si l'on en découvre de meilleures , on sera libre de les modifier , et , lorsqu'enfin elles 
seront arrivées à la perfection , il fera des démar hes auprès du Gouvernement pour en obtenir 
des registres paroissiaux dans lesquels les formules seront tout imprimées, avec les blancs néces- 
saires. Maître CorroUer du Moustoir était, on le voit, en avance sur son époque; il appartenait, 
d'aiUeurs , à cette classe laborieuse de gens de robe , procureurs et avocats pour la plupart , qui 
embrassèrent avec empressement la cause de la Révolution et luttèrent avec énergie en faveur 
des réformes qu'elle promettait. 

Missire Chotard n'approuvait pas l'idée des registres imprimés. Suivant lui , par suite de la di- 
versité des détaUs à insérer dans les blancs qui y seraient ménagés, ces blancs seraient nécessai- 
rement ou trop courts , ce qui entraînerait des intercalations fâcheuses , ou trop longs , et , dans 
ce cas, les cahiers seraient inutilement plus volumineux et plus coûteux. Mais il appuyait de son 
entière adhésion les formules proposées par maître CorroUer , et se répand même en objurgations 
amères contre ceux de ses confrères qui refuseraient de les accepter. Dans un autre passage de 
ses notes, il adhère également, et sans restrictions cette fois, au projet soumis à l'État, en 1786, 
par un curé de Normandie dont les observations fort judicieuses tendaient à restreindre dans de 
justes limites la responsabilité du clergé , relativement à l'enregistrement des actes. Ce n'est pas 
le tout, écrivait ce curé (1), de prescrire aux membres du clergé de consigner dans leurs actes 
tels et tels renseignements, sans y commettre d'erreurs ; ils ne peuvent reproduire que ceux qu'on 
leur donne ; il faudrait donc , au préalable , enjoindre aux parties de fournir , de leur côté , des 
déclarations complètes et exactes. S'il s'agit d'un baptême, par exemple, comment le curé pourra- 
t-il inscrire fidèlement les noms de baptême ou de famille , les qualités du père et de la mère de 
l'enfant, etc., si la famille n'est pas tenue de procurer sur ces différents points des indications 
véritables ? Or , il arrive fréquemment que , le père étant absent ou malade , ou retenu chez lui 
par un mauvais préjugé , — rappelons-nous que c'est un prêtre de Normandie qui écrit cela , — 
l'on se contente d'envoyer l'enfant à l'église, accompagné d'une sage-femme, du parrain et de la 
marraine pris quelquefois parmi des enfants ou des étrangers, qui ignorent souvent les vrais 
noms du père et de la mère , l'orthographe réelle du nom de la famiUe et autres renseignements 
nécessaires. De là des omissions ou des erreurs inévitables , que l'on constate à chaque instant 
en compulsant les registres. Les mariages et les sépultures donnent lieu à des observations ana- 



^1) Nous ne faisons qu'analyser son mémoire. 

B 



— xxxiy — 

logues. Il serait donc indispensable qu'une loi obligeât les parents , lors de renregistrement des 
trois grands actes de la vie , à substituer aux déclarations verbales , dans lesquelles on dit ce 
qu'on croit ou ce qu'on yeut bien dire , des pièces authentiques , des extraits d'actes antérieurs , 
de baptême surtout, qu*on retire à peu de frais, et qui, se complétant et se confirmant les 
uns les autres , faciliteraient plus tard les recherches et permettraient de suivre avec exactitude 
la filiation des membres d'une même famille. Hissire Chotard , en approuvant les dispositions 
essentielles de ce projet, insiste principalement sur la nécessité de ne rien omettre dans la rédac- 
tion des actes de baptême et de mariage. C'est ainsi que, sur divers points de la France, des 
esprits sérieux appelaient de leurs vœux et préparaient par leurs travaux individuels cette 
législation nouvelle dont ils allaient bientôt voir l'application (1). 

Registres de baptêmes. — Jusqu'ici nous avons parlé des actes considérés dans leur en- 
semble ; nous allons maintenant examiner chaque espèce d'acte en particulier, à commencer par 
les baptêmes , pour en analyser les différents éléments. Les plus anciens registres étant en géné- 
ral , comme on l'a dit plus haut , ceux de baptêmes , c'est aussi de leur examen que sortiront les 
résultats les plus intéressants. 

Désignés souvent sous le nom de « papier baptismal ou de baptistaire , » les premiers registres 
de baptêmes portent habituellement un titre explicatif plus ou moins développé* On lit, par 
exemple, en tête du cahier des baptêmes de la paroisse de Malguénac, ouvert en 1593 : « Ce 
présent livre est pour insinuer les noms propres et surnoms de ceux quy seront régénérés par le 
sacrement de baptême en l'église paroessialle de Halguennac , et pour mètre les noms de leurs 
pères et mères , tant naturels que spirituels , et pour certifier le jour , le moys et l'an qu'ils 
auront receu le sacrement. » Le registre des baptêmes de Theix, pour 1594, commence ainsi : 
« Ce présent papier a été fait pour mettre les noms et surnoms de tous les enfants qui seront 
baptisés sur le font paroissial de Theix ; et était pour lors recteur dudit Theix N. , et étaient curés 
pour lors , sous ledit recteur , N. et N. ; et ce présent papier a été présenté auxdits paroissiens 
par ledit N. (l'un des curés) » Plus tard, au lieu des noms du recteur et des curés, les re- 
gistres porteront quelquefois en tête ceux des fabriques ou trésoriers de l'année. 

Souvent aussi la formule du titre renfermait un souhait : « Dieu par sa grAce doint à cyeulx dont 
le [nom ou baptême] sera oudit libvre escript vivre des ans plus de cent ! » (La Trinité-Porhoët, 

1561) ; « à qui (le curé présentant le registre) Dieu daint bonne vye et à tous les pa- 

rouessiens pareillement,... en priant Dieu que, à l'affîn de noz jours ^ Dieu nous daint à tous 
asemblemenl son royaulme de paradis, comme nous le désirons ! Ainsin soict-il ! » (Theix, 1594); 

.... « Dieu nous doint paradis à la fin de noz jours ! Amen » (Concoret, 1602); « il (le 

recteur) supplie tous ceux qui mettront leurs noms au présent papier de prier Dieu pour sa pros- 
périté et bonne et longue vie , ainsi que pareillement lui-même s'oblige de faire le semblable 
envers iceux » (Rieux, 1603) ; .... « Dieu donne son paradis à tous ceux quy en ce pappier 
seront mis et à ceux quy les y mettront aussy ! » (Bignan, 1625) ; ou bien un passage de la 
Bible : « Nisi quis renatus fuerit ex aquâ et Spiritu-Sancto , non potest introire ^ou intrarej in 
regnum Dei » (Elven, 1624; Bourg- Paul-Muzillac , 1651). 



(1) Loi du 20 septembre 1792, c qui délermine le mode de constater l'état civil des citoyens ; » et instructions cor- 
respondantes, 1793. 



— XXXV — 

Actes de baptême. — Si Ton passe ensuite à l'examen des actes , on remarque d'abord que 
les premiers sont rédigés tantôt en latin , tantôt en français. Il résulte d'un relevé minutieux fait 
pour chaque paroisse que , jusqu'à la moitié du xvi* siècle , le latin est la langue adoptée de pré- 
férence pour les baptêmes ; à partir de 1650 environ, le français gagne du terrain de plus en 
plus , si bien qu'après le milieu du xvir siècle , Vemploi du latin n'est qu'une exception fort rare. 
h est bon, d'ailleurs, de constater qu'à l'époque où l'on se sert indifféremment des deux langues, 
le français domine surtout dans la partie orientale ou « gallaise » du département , le latin dans 
la partie occidentale ou « bretonnante ; » que , dans les cahiers rédigés en français , il se trouve 
d'ordinaire quelques actes latins ; et que réciproquement , dans les paroisses mêmes où les actes 
sont constamment dressés en latin , ceux qui relatent le baptême des enfants des principales fa- 
milles du pays le sont exclusivement en langue française. 

Quelquefois , au xvi* siècle particulièrement , comme à Beignon , Péaule , Rieux , plusieurs 
baptêmes sont enregistrés dans un seul article ; ce fait se reproduit peu par la suite. 

Formule des actes de baptême. — A l'origine (Beignon, depuis 1502), l'acte est ainsi 
conçu : « Le .... fut baptisé N., fils (ou fille) de N. et de N., et furent parrains N. et N. et mar- 
raine N. , et le (ou la) baptisa N. » Pendant tout le cours du xyi^ siècle , cette formule varie sans 
doute dans le tour de phrase et dans les expressions ; on y voit , par exemple , que l'enfant « fut 
tenu sur les fonts de baptême par N. et N. , » ou bien que « N. et N. le nommèrent, » ou encore, 
dans un style pompeux , qu'il fut « in fade templi et in fonte baptismali prcuentatus, ad reci- 
piendas cerernonias et solemnitates eccleiÙB ; harum testes fuenmt (N. et N. parrain et marraine) ; » 
mais , en général , que l'acte soit écrit en latin ou en français , il contient toujours les mêmes 
éléments : date du baptême , prénom de l'enfant , noms des parents , des parrains et marraines , 
ainsi que celui du prêtre officiant. Cependant , à Ploërmel , le nom de la mère est fréquemment 
omis, à cette époque, avec une intention évidente. Au xvn* siècle, lorsque le pape Paul Y (1605) 
eut mis en vigueur l'usage du rituel romain , la formule de l'acte de baptême s'allongea quelque 
peu et se transforma comme suit : « Ce... du mois de... Fan..., je N., recteur (ou curé, ou prêtre) 
de l'église (vocable) , paroisse de... , ai baptisé N. , fils (ou fille) de N. et N. (noms et prénoms), 
demeurant à...., selon la coutume et ordonnance de notre mère sainte Église ; N. et N. ont été 
parrain et marraine » (Âmbon). Mais le rituel romain ne semble pas avoir été observé dans le 
diocèse de Vannes avant Tannée 1615 où l'adoption en fut prescrite par l'évêque Jacques Martin de 
Belle- Assise , si l'on s'en rapporte aux notes insérées dans le registre d'Elven , à la date du 
19 juillet 1615 : « Usage romain pratiqué de ce jour par le recteur ; » et dans celui de Sarzeau, 
le 8 octobre de la même année : « Hoc die incepit usm et rittu romanus mandato d. d. episcopi 
venetensis. » Cette autre note , relevée sur le registre de Taupont , indiquerait que l'emploi de la 
nouvelle formule ne fut ordonné qu'un peu plus tard dans l'évêché de Saint-Malo : « En 1617, 
on usa du manuel romain , ce qui n'avait encore été fait en Taupont. » 

Rappelée aux recteurs dans les visites épiscopales , reproduite par les statuts synodaux , la 
formule du rituel romain s'établit peu à peu dans toutes les paroisses. Mais elle était elle-même 
susceptible de développement ; ainsi , vers le milieu du xvii^ siècle , l'autorité ecclésiastique or- 
donna d'inscrire le jour de la naissance des enfants , indépendamment de celui de leur baptême. 
Cette mesure , tellement importante qu'on est surpris de la voir adopter si tard , ne pouvait être 
négligée lors de la rédaction de Tordonnance royale de 1667. On y lit, en effet, à l'art. 9 : 



— XXXVI — 

« Dans l'article des baptêmes sera fait mention du jour de la naissance, et seront nommés 
Tenfant, le père et la mère, le parrain et la marraine. » De son côté, la déclaration de 1736, 
art. 4 f s*eiprime en termes à peu près semblables : « Dans les actes de baptême il sera fait 
mention du jour de la naissance , du nom qui sera donné à Tenfant , de celui de ses père et mère, 
parrain et marraine. » Les prescriptions royales étaient , sous certains rapports , moins complètes 
que celles du rituel et des statuts synodaux , puisqu'il n'y est plus question ni du nom du prêtre 
qui administrait le sacrement , ni de la demeure des père et mère de l'enfant. Ce dernier oubli 
principalement était trop préjudiciale aux recherches postérieures pour que missire Chotard le 
passât sous silence dans ses observations : U faut toujours, écrit-il, indiquer dans les actes de 
baptême le lieu de naissance des enfants , c'est-ànlire la demeure des père et mère au moment 
de la naissance ; les statuts synodaux sont formels à cet égard. Si l'enfant est né accidentellement 
sur le territoire d'une paroisse que n'habitent pas les père et mère, il est nécessaire de noter 
cette particularité. Les mêmes statuts recommandent expressément, dit-il encore, qu'on men- 
tionne les qualités , conditions ou « vacations » des père et mère ; on doit donc les inscrire, 
« quelles qu'elles soient. » En outre, missire Cholard propose d'ajouter aux anciennes formules 
deux nouveaux renseignements : le lieu de naissance des père et mère, le lieu et l'époque de 
leur mariage. Il est indispensable, en effet, de connaître le premier renseignement pour dresser 
une généalogie ou pour faire valoir des droits à une succession ; grâce à cette précaution, il sera 
facile à l'avenir de se reporter de son acte de baptême à celui de son père et de sa mère , puis à 
celui de ses aïeuls , et ainsi de suite , en remontant dans les deux branches paternelle et mater- 
nelle. Quant au second renseignement , il serait utile par la raison que le mariage du père et de 
la mère peut avoir été célébré dans une paroisse autre que celle où ils sont nés. Toutefois le bon 
recteur de Plouay fait une réserve en ce qui concerne l'époque du mariage , pour le cas où 
l'enfant serait venu au monde quinze jours , un mois ou même sept mois après la célébration 
des noces. Dans ce cas, dit-il, il faudrait bien se garder de relater dans l'acte de baptême la date 
du mariage, car ce serait : « l"" consigner dans un registre public la turpitude des père et mère, 
S^ confusionner cet innocent , quand il serait obligé de produire son extrait baptistaire , lui qui n'a 
pas présidé à l'acte honteux qui lui a donné la vie. » On doit donc alors se borner à indiquer le 
lieu du mariage. 

Particularités de quelques actes de baptême. — Dès le xvi'' et le xyii'' siècle , - quelques 
recteurs avaient déjà tenté, de diverses façons, de rendre les actes de baptême plus complets, en 
y introduisant certains éléments qui n'étaient point obligatoires. Les uns ajoutaient atix noms du 
père et de la mère ceux des aïeuls ; les autres notaient le rang de l'enfant parmi ses frères et sœurs : 
« C'est le dixième enfant de six filles et quatre fils , dont à présent n'y a que cinq en vie, » cons- 
tate un acte de Berric , en 1609. Ce mode de numérotage fiit même parfois poussé un peu loin ; 
il n'est pas rare de voir l'enfant qui vient de naître porter la qualification de « premier enfant, » 
de « fils (ou fille) aîné. » C'était d'un bon augure pour l'avenir. Enfin on trouve souvent , au 
xvi^ siècle , indépendanunent des données ordinaires de la date , la mention soit de l'heure pré- 
cise, soit du moment approximatif de la journée où le baptême a été administré ; tantôt il est dit 
simplement , suivant la formule des actes notariés , qu'il a eu lieu avant ou après midi ; tantôt on 
apprend, comme dans les registres de Saint-Patern de Vannes, que la cérémonie s'est accomplie 
« environ nuict clouante » (1557), ou encore • ungn soir, bien tart, à la chandelle » (1591 )• 



Plusieurs expressions des actes de baptême méritent d'être relevées. Il en 9st qu'on rencontre 
partout et à toutes les époques, telles que celle d*« enfant naturel et légitime, » opposée à celle 
d' « enfant naturel et illégitime, » et aussi, mais depuis le premier quart du xvu* siècle seulement, 
à celle d'« enfant naturel » prise dans le sens qu'on lui donne aujourd'hui* Pour s'expliquer la 
signification du mot « naturel » employé conjointement avec celui de « légitime, » peut-être 
suf&ra-t-îl de relire le titre du registre des baptêmes de la paroisse de Malguénac en 1593, titre 
que nous avons transcrit plus haut : il y est question des « pères et mères, tant naturels que 
spirituels, » c'est-à-dire évidemment du père et de la mère d'une part, du parrain et de la 
marraine de l'autre ; d'où il suit que l'enfant « spirituel » ou filleul de ces derniers était aussi 
Fenfant « naturel » des premiers, que ceux-ci fussent ou non légitimement unis ; c'est l'obligation 
de prévenir les doutes à cet égard qui nécessita d'ordinaire l'addition d'un second qualificatif. 

On ne saurait trouver également une autre explication à l'emploi constant des formules : N. fils 
(ou fille) de N. et de N. « sa femme ou sa compagne épouse ; » N. fils de N. et de N. « son père 
et sa mère. » Mais nous ignorons quelle préoccupation dictait aux recteurs la formule non moins 
fréquente : N. veuve de « feu » N., où nous ne pouvons voir qu'un pléonasme. 

Les baptêmes assez nombreux des enfants jumeaux, « gémeaux ou bessons, » se font gêné* 
ralement remarquer par l'expression un peu bestial de « même ventrée ou portée, » traduite 
quelquefois, au milieu de l'acte français, par les mots plus convenables : « ex uno partu. » Et, 
à ce propos, deux notes à peu près identiques, extraites des registres de Bignan pour 1554 et 
1570, montrent quelle était, à cette époque, l'opinion du clergé au sujet de l'ordre de naissance 
à attribuer aux enfants procréés dans ces conditions : « Nota que ses deux enffans N. et N. ont esté 
en une ventrée, dont N. vint le derroin sur le monde et est le plus jeune ; tesmoign les parrens 
surdits (aliàs : au record de ses parentz). » 

Signalons encore quelques termes usités çà et là, comme ceux d'enfants « baptisés et 
crestiennez , » pu qui « reçoivent le premier caractère du salut ; » d'enfant « femelle ; * etc. 

Mais ce qui frappe surtout dans un grand nombre d'actes de baptême de la seconde moitié du 
xyi'' siècle et de la première du xvii®, ce sont les formules qui les terminent et qui sont abso- 
lument étrangères à celles que recommandaient les ordonnances ecclésiastiques et royales. Tantôt 
c'est une prédiction relative à l'enfant : après avoir enregistré le baptême du septième fils d'un 
de ses paroissiens, un recteur (Landévant, 1617) ajoute ce distique : 

c SeptimuB in liLcem partu qui masculus exit 
Strumosum fertur sistere posse malum. » 

Tantôt c'est une flatterie à l'adresse des personnes qui avaient assisté à la cérémonie : « Était 

présente bonne et honorable compagnie; » « en présence de N. N. et de plusieurs autres 

gens de bien ; » « et furent assistants bon nombre de gentilshommes et demoiselles, entre 

autres » Le plus souvent, ce sont des vœux pour la félicité temporelle ou spirituelle de 

l'enfant , vœux émis quelquefois par le parrain et la marraine , « lesquelz prient Dieu d'affection 
dévotieuse qu'il donne très bonne, heureuse et longue vye à leur filleure » (Quéven, 1608), ou 
par un membre de la famille qui se déclare en signant « grand-père du petit que Dieu bénisse » 
(Saint-Brieuc-de-Mauron , 1630), mais d'ordinaire par le recteur ou son représentant, sous une 



*-• XXXVIII — 

forme extrêmement Tariable : les uns se bornent à demander pour l'enfant « bonne vie et longue ; » 
les autres préfèrent solliciter de Dieu pour lui « la grâce d'estre homme (ou : femme) de bien 

(ou : d'honneur), et le paradis à la fin,... • ou la mort en breff. » Ici le souhait s'étend au 

père et à la mère, au parrain et à la marraine : « auxquelz Dieu doint sancté et bonne prospérité 
de heure en heure ! » (Saint-Patem de Vannes, i664); là au prêtre rédacteur de l'acte : « Dieu 
doint bonne et heureuse vye à l'enfant et bonne aventure à madamoiselle la marraine, et au 
pouvre Kersuzan (le recleur) parradys ! » (Melrand, 1619); ailleurs à « toute la compaignye 
et assistance. » 

A Saint-Patern , de i559 à i565, les vœux du baptême revêtent parfois une tournure un peu 
gauloise : « Dieu doint que le compère soit bon compaigoon aux assistans! • (janvier 1559). 
Pour comprendre la signification de cette formule, il suffit de tourner quelques feuillets ; on la 
retrouvera plus développée : « Dieu doint la grAce aux compères d'estre bons compaignons et 
aux assistant! de boire d'aultant! Amen » (février 1559).- Bientôt elle s'accentue davantage : 
ff Je prye Dieu que les compaires soynt bien yveres » (novembre i559).... « Vive les bons 
compaygnons \ Il fault bouaire » (octobre 1562).... « Et fauldra boayre » (juin i563). Le succès 
de semblables recommandations ne pouvait être douteux, et l'on ne manque pas de le constater 
& l'occasion : « Témoign que les compères beurt bien, et les comères auxi » (novembre i563). 
Et, à chaque pas, ce cri d'allégresse : « Vive bons compaygnons! » (décembre 156S, juillet 1563, 
janvier 1565). A ceux qui s'étonneraient de pareilles licences, nous rappellerons que nous 
sommes ici en plein xvi' siècle, à l'époque où les « tailleurs d'ymaiges » s'en permettaient bien 
d'autres dans les églises ; que les auteurs des annotations qui précèdent sont tous, sans exception, 
des sousH^urés ou même de simples diacres attachés à la paroisse. Du reste, ces annotations, 
qui eussent été déplacées dans les actes de baptême, figurent toujours en marge desdits actes. 

C'était en marge , en effet , qu'on inscrivait d'habitude , soit après la cérémonie les faits qui s'y 
rattachaient , soit postérieurement ceux qui concernaient l'enfant baptisé , lorsqu'il était devenu 
un personnage de quelque importance. Encore ému de tant de générosité, un officiant nous 
apprend, par exemple, qu'il « fiit mis au pilet (cierge) deux francs par les compères » '(Saint- 
Patem, 1580). En regard de l'acte du baptême de Gilles de Trécesson (Campénéac, là juin 1664), 
nous lisons : « Ledit Gilles de Trécesson est lieutenant-général des armées de Sa Majesté 
Louis XY ; facial Deus qu'on lui donne im bâton pour l'appuyer, avant qu'il aille dans l'autre 
[monde figuré par un globe surmonté d'une croix]; ce 11* janvier 1737. » Et au dessous : 
« Décédé à Paris l'an 1743. » Quelquefois cependant c'est dans le corps même de l'acte que sont 
introduits certains détails étrangers aux formules ordinaires. Tantôt c'est un hommage rendu, par 
le moyen d'une épithète de choix , aux vertus ou aux mérites de telle ou telle personne : « la 
compaigne et loyalle espouze ; le digne sénéchal, » etc. Tantôt c'est la description de la cérémonie 
faite « en grande pompe , le régiment d'infanterie de Berwick-Irlandais , en garnison en cette 
place, étant sous les armes, bayonnettes au bout du fusil, drapeaux déployés, les tambours 
battant aux champs, au bruit d'une salve de douze coups de canon , toutes les cloches de l'église 
sonnant, en présence du clergé assemblé et des RR. PP. récollets, de tous MM. les officiers ou 
gentilshommes établis dans cette ville, des syndic et principaux habitants ; » etc. (Le Port-Louis, 
i752 et 1755). 11 s'agissait du baptême de deux filleuls du ministre de la Guerre, tous deux fils 
de môssire Félix-François Le Royer de la Sauvagère, ingénieur en chef du Port-Louis, de Lorient 



— XXXIX — 

et de la côte sud de Bretagne, l'auteur du Recueil des antiquités de la Gaule. Ailleurs, à propos 
d'une signature donnée comme parrain, en 1786, par un « marinier, » on retrace l'itinéraire qu'il 
avait suivi pendant son dernier voyage de deux années dans le I.evant ; il venait de rentrer de ce 
voyage et en avait rapporté une rose de Jéricho , achetée à Alexandrie d'Egypte au prix d'un 
para, c'est-à-dire cinq liards, et qu'il dépose dans l'église de la paroisse (Saint-Gildas-de-Rhuis). 

Lieu du baptême. — En dehors de leur rédaction , les actes de baptême donnent matière à 
différentes observations relativement au lieu et à l'époque où le sacrement est administré , au 
prêtre qui le confère, au parrain et à la marraine, aux prénoms et qualités des enfants, etc. 

En règle générale , la cérémonie du baptême se faisait à l'église de la paroisse ou de la trêve 
dans laquelle était né l'enfant, sans parler de quelques églises que nous avons déjà citées et qui, 
par une faveur spéciale, possédaient des fonts baptismaux : Guémené en Locmalo, la Roche- 
Bernard en Nivillac, Sainte-Hélène en Locoal, Trédion en Elven. Pour la paroisse Sainte-Croix 
de Vannes, on baptisait particulièrement, au moins jusqu'au milieu du XYii* siècle, dans la 
chapelle de Saint-Jean-Baptiste, qui touchait la cathédrale, mais en était entièrement séparée. 
Toutefois la règle que nous venons de rappeler souffrait de nombreuses exceptions : souvent on 
voit le sacrement administré soit dans une chapelle publique de la paroisse , soit dans une cha- 
pelle domestique, au bénéfice des enfants ou des filleuls des seigneurs du lieu; dans ce cas, 
l'autorisation de l'Évêque était nécessaire. Elle l'était, à plus forte raison, lorsqu'on portait 
l'enfant à baptiser dans une autre paroisse que celle dans laquelle il avait pris naissance ; alors 
il fallait obtenir aussi la permission du recteur de cette dernière, et l'acte de baptême devait être 
enregistré dans les deux paroisses. 

11 ne faudrait pas croire , d'ailleurs , que ces infractions à la règle eussent habituellement pour 
motifs le caprice ou les préférences personnelles des familles ; le plus souvent elles étaient 
imposées soit par Téloignement de l'église paroissiale dans les paroisses très étendues , soit par le 
mauvais état des chemins qui y conduisaient, soit par la rigueur de la saison ; c'était une question 
d'humanité autant que de bon sens. Il suffira d'avoir une carte sous les yeux pour comprendre 
comment des enfants nés dans telle partie de la paroisse de Grand-Champ étaient baptisés à 
l'église de Plescop , ou pourquoi Malestroit recevait à ses fonts baptismaux un grand nombre 
d'habitants des paroisses limitrophes. On pourrait multiplier les exemples; bornons-nous à 
quelques-uns des plus saillants : Les seigneurs du Bois-Kuault , en Caro , pouvaient-ils raisonna- 
blement envoyer leurs enfants dans ce dernier bourg, lorsque celui de Missiriac était à leur 
porte ? La même observation s'applique aux seigneurs de Castel, en Saint-Servant, par rapport à 
Féglise avoisinante de Quily où la plupart d'entre eux reçurent le baptême. Ceux de Kerangat allaient 
pareillement le demander à Plumelec, quoiqu'ils appartinssent à la paroisse de Saint-Jean- 
Brévelay , et, de nos jours, l'administration a ratifié leur choix, en détachant de la commune de 
Saint-Jean le château de Kerangat et ses environs , pour les annexer à celle de Plumelec. Mais 
le fait le plus curieux sous ce rapport, celui qui démontre le mieux combien, par suite de l'en- 
chevêtrement des paroisses, le baptême en paroisse étrangère était parfois justifié, c'est celui-ci : 
le château des Timbrieux et quatre ou cinq villages circonvoisins, situés aujourd'hui dans la 
conmiune de Cruguel, dépendaient jadis de la paroisse de Guéhenno ; or, pour se rendre à leur 
église paroissiale , les habitants de ces localités avaient à passer par le bourg de Cruguel ; inutile 
d'ajouter qu'aucun des enfants des seigneurs des Timbrieux n'alla chercher plus loin le 
sacrement de baptême. 



XL — 

D'autres motifs, plus impérieux encore, pouvaient empêcher Taccomplissemeut de la cérémonie 
dans l'église paroissiale : tantôt l'entrée en était interdite par des réparations urgentes ; tantôt 
les émotions de la guerre n'en permettaient pas facilement l'accès. C est ainsi que , le 30 mai 
1595 , le baptême d'un enfant de la paroisse de Plaudren est administré dans la chapelle Notre- 
Dame, au chAteau d'Elven, « à raison des troubles à présent régnant » (reg. d'Elven et de 
Plaudren) ; que, le iO ayril 1598, un enfant de la paroisse de Saint-Dolay est apporté à l'église 
de Bieux, le père et toute sa compagnie « estant fugités à cause de l'armée royalle » (reg. de 
Rieux). Tantôt enfin c'était la contagion qui contraignait les paroissiens à s'adresser à une église 
yoisine : aux mois de septembre 1548, novembre 1563 et janvier 1564, des enfants sont baptisés 
à Bignan , quoique appartenant à la paroisse de Saint-Jean-Brévelay , « causa pestis ibidem tune 
multiém regnantis » (reg. de Bignan); en 1566, un enfant de la paroisse de Caro est porté 
à l'église de Hissiriac, « ratione contagionis qum regnabat illo anno et tempore in burgo dictm 
parrochiœ de Caro. » Une raison identique amène, en 1631, les enfants de Guénin à Plumelin, 
en 163S ceux de Hénéac à Brignac, en 1634 ceux de Sulniac à Berric, en 1638 ceux de Rieux 
à Allaire (reg. de Plumelin, de Brignac, de Berric et de Rieux). De même encore, en septembre 
1639, « à cause de la contagion qui était au bourg d'Elven, » des enfants de cette paroisse sont 
conduits à Téglise de Plumelec (reg. d'Elven et de Plumelec;. Quelquefois, sans sortir de la 
paroisse, on se borne à s'éloigner du centre de population : c'est ainsi qu'à Hennebont, de 
novembre 1587 à février 1588, « par cause des corps pestiférés que l'on enterre au cimetière 
de Téglise paroissiale de Saint-Gilles » fermée pour ce motif, on baptise dans la chapelle Notre- 
Dame-de-^Paradis située au faubourg de ladite ville ; qu'à Plouharnel , aux mois de février et de 
mars 1599, les baptêmes ont lieu dans la chapelle Notre-Dame-du-Fleur , en dehors du bourg. 

Prêtre qui baptise.— D'ordinaire, c'est le recteur, ou son représentant, qui baptise les 
enfants de sa paroisse. Lorsqu'un enfant était baptisé dans une paroisse autre que celle dans 
laquelle il était né » c'était le recteur de cette dernière qui administrait néanmoins le baptême , 
mais il ne pouvait le faire , lui aussi , qu'avec l'autorisation du recteur dans la paroisse duquel 
avait lieu la cérémonie. Indépendamment des recteurs ou de leurs représentants , nous avons 
remarqué, dans les registres de Saint-6ildas-de-Rhuis , au xviir siècle, quelques baptêmes 
conférés par l'abbé de Saint-Gildas ; dans ceux de Campénéac^ en 1583, et du Faouêt en 1645, 
des baptêmes administrés par les évêques de Saint-Malo et de Cornouaille en personne. 

Époque du baptême.— Si, au XTi* siècle, les enfants étaient en général baptisés aussitôt 
après leur naissance , il n'en fut pas ainsi pendant les deux siècles suivants où les familles nobles 
particulièrement semblèrent , au contraire , prendre à tâche de reculer la cérémonie du baptême 
de plusieurs mois et souvent de plusieurs années ; le retard fut parfois si considérable qu'il n'est 
pas rare de rencontrer des enfants « anonymes » âgés de plus de quinze ans ; on trouve même 
dans les registres d'Elven, en 1708, le baptême d'un enfant dont le père est encore anonyme. 
Bien qu'il soit difficile aujourd'hui d'indiquer d'une manière certaine les raisons de semblables 
agissements, il résulte de quelques actes que les retardataires paraissent n'avoir eu le plus 
souvent d'autre motif que le désir de faire baptiser ensemble plusieurs de leurs enfants. Quoi 
qu'il en soit, pour procéder à l'ondoiement des nouveaux- nés et remettre à plus tard le sup- 
{dément des cérémonies du baptême , c'est-à-dire la nomination , il fallait obtenir de l'Évêque 
ufie autorisation qui n'était jamais refusée. Quelquefois aussi l'enfant était « chrétienne » à la 



— XL! — 

maison , à riastaat de sa naissance , « par nécessité , à cause de péril de mort ; » en ce cas v 
dans la crainte qu'on n'eût omis quelque point essentiel du baptême , le supplément qui lui en 
était conféré postérieurement à l'église renfermait une formule conditionnelle de nouveau 
baptême : « Si non es baptizattUj etc. » La déclaration de 1736 s'exprime ainsi au sujet des 
ondoiements : « Art. 5. Lorsqu'un enfant aura été ondoyé, en cas de nécessité ou par permission 
de l'ÉYéque, et que l'ondoiement aura été fait par le curé, vicaire ou desservant, ils seront 
tenus d'en inscrire l'acte incontinent sur les deux registres ; et , si l'enfant a été ondoyé par 
la sage-femme ou autre , celui ou celle qui l'aura ondoyé seront tenus , à peine de dix livres 
d'amende qui ne pourra être remise ni modérée , et de plus grande peine en cas de récidive , 
d'en avertir sur-le-champ lesdits curé , vicaire ou desservant , à l'effet d'inscrire l'acte sur lesdits 
registres ; dans lequel acte sera fait mention du jour de la naissance de l'enfant , du nom 

des père et mère et de la personne qui aura fait l'ondoiement Art. 6. Lorsque les cérémonies 

du baptême seront suppléées, l'acte en sera dressé ainsi qu'il a été prescrit ci-dessus pour 
les baptêmes , et il y sera , en outre , fait mention du jour de l'acte d'ondoiement. » 

On voudra bien observer que, dans notre inventaire, nous ne relatons habituellement que 
la date des actes de baptême ; c'est à eux que les registres baptismaux sont spécialement affectés ; 
ce sont eux qu'ils visent exclusivement jusqu'au milieu du xvii^ siècle. Toutefois nous avons toujours 
mentionné l'année de la naissance, lorsqu'elle différait de celle du baptême. De même, si nous 
avons négligé, dans la plupart de nos relevés, les indications des demeures et professions, 
les noms des assistants, celui du prêtre officiant et autres détails que nous ne pouvions consigner, 
faute de temps et d'espace, au milieu de notes destinées surtout à faciliter les recherches dans 
des documents plus complets, nous avons néanmoins donné, dans l'intérêt de l'histoire, toute 
l'extension désirable aux articles relatifs à des personnages distingués, soit par le nom qu'ils 
portaient , soit par leur mérite personnel. 

Parrains et marraines. — Sauf de rares exceplions où elles sont considérées comme de 
simples témoins, « testes » (Guiscriff, 1599), les personnes chargées de tenir l'enfant sur les fonts 
baptismaux portent constamment les qualifications connues de « parrain et marraine » , « parrin 
et marrine » , « patrinus et matrina » , ou encore celles de « compère et commère » , « compater 
et œmmater ». Employées, pendant tout le xvi' siècle et pendant la première moitié du xvii% 
concurremment et souvent dans les mêmes actes, avec les expressions de parrain et marraine, 
celles de compère et commère se retrouvent, principalement dans la partie bretonne du dépar- 
tement, jusqu'à la fin du xvii' siècle, époque où elles firent définitivement place aux premières. 

Dès le principe, on constate invariablement la présence de deux parrains (ou compères) et 
d'une marraine (ou commère) pour le baptême d'un garçon, d'un seul parrain et de deux 
marraines pour celui d'une fille. Nous avons cependant relevé le cas d'un compère et de trois 
commères, celles-ci paraissant être les sœurs de l'enfant (Bréhan-Loudéac, 1548), et le cas plus 
fréquent de deux parrains et de deux marraines. Quelquefois on établit la distinction entre le 
«r premier ou principal » parrain et le « second ou l'autre , » entre le « grand » et le « petit » 
parrain; et autant pour les marraines; alors aussi on remarque, dans certains actes, que le 
premier parrain ou la première marraine tient seule l'enfant sur les fonts ; les autres ne figurent 
que comme « témoins » ou « assistants. » Bien que le concile de Trente. (1545-1 563) eût prescrit 
de ne plus admettre au baptême qu'un parrain et une marraine, afin de ne pas multiplier les^ 

F 



— XLII — 

alliances spirituelles, l'ancien usage ne fut guère abandonné que dans les dernières années du 
XYi' siècle, et, pour beaucoup de paroisses, dans les premières du xnv seulement, à la suite des 
ordonnances des É vaques; celle du diocèse de Saint-Malo daterait de 1611, d'après une note 
inscrite en marge d'un acte de baptême du mois de mai de cette année : « Ici commence l'or- 
donnance de M<' de Saint*Halo de ne mettre qu'un parrain et une marraine » (Mohon). Les 
familles nobles avaient, déjà depuis quelque temps, adopté cette réforme, lorsque l'application 
en devint générale. 

Les parrains et les marraines sont choisis d'ordinaire, comme de nos jours, pour les premiers 
enfants parmi les grands-parents, puis successivement parmi les autres membres de la famille^ 
oncles et tantes paternels et maternels, soit « germains, » soit « à la mode de Bretagne, » 
cousines et cousins germains ou « remués de germains, » etc., finalement parmi les frères et les 
sœurs du baptisé pour les familles nombreuses, et ici l'on trouve encore l'épilhète de « germain » 
ayant la signification de « consanguin » (Plumelec, 1647). Quant aux parrains et aux marraines 
pris en dehors de la famille, quelques-uns doivent attirer particulièrement l'attention. Parfois ce 
sont de hauts personnages étrangers au pays, des princes et princesses du sang, comme Louis- 
Philippe, duc d'Orléans, et Louise-Adélaïde de Bourbon, duchesse de Chartres (Augan, 1770), 
Louis-Philippe d'Orléans, duc de Chartres, et Eugénie-Adélaïde-Louise d'Orléans (Saint-Gilles- 
Hennebout, 1789) ; des minisires secrétaires d'État (Le Port-Louis, 1752 et 1755 ; Molac, 1754); 
tous se font représenter à la cérémonie. Le plus souvent, ce sont les seigneurs du lieu de qui 
l'on réclame ce service et qui ne s'y épargnent pas ; il en est, au xtii'' siècle, dont les noms 
reviennent une dizaine de fois par année, en qualité de parrain ou de marrraine. Ou bien encore 
on s'adresse aux Évêques eux-mêmes, qui acceptent avec non moins d'empressement, ainsi qu'on 
peut en juger par le nombre de ceux que nous avons relevés : évêques de Vannes en 1604 
(Sarzeau), 1624 (Billio), 1626 (Theix), 1648 (Baud et Saint-Nolflf), 1649 (Plescop), 1652 (Theix), 
1654(Elven), 1657 (Plescop), 1658 (Quily), 1671 (Séglien), 1687 (Sainte-Croix de Vannes), 1699 
(Pluherlin) ; évêques de Saint-Malo en 1602 (Guer), 1628 (ibid.), 1646 (Saint-Malo-de-Beignon), 
1672 (Ménéac), 1673 (Notre-Dame-du-Roncier de Josselin), 1685 (ibid.), 1690 (Saint-Malo-de- 
Beignon) ; évêques de Léon en 1667 (Trégranteur), 1714 (Theix); évêque de Quimper en 1700 
(Loyat) ; évêque de la Rochelle en 1651 (Sarzeau) ; évêque d'Avranches en 1708 (Séglien). Et a 
ne faudrait pas croire que seigneurs et Évêques ne montrassent une semblable condescendance 
qu'envers les plus riches et les plus puissants de leurs vassaux ou de leurs diocésains; non, 
beaucoup de leurs filleuls sont des enfants de simples bourgeois, de gens de robe, de commerçants 
et même d'artisans, témoin ce fils d'un maître-perruquier qui a pour parrain l'évêque de Vannes 
Louis de Vautorte, et pour marraine la femme du président et sénéchal de ladite ville (Sainte-Croix 
de Vannes, 1687). D'autres enfin, sans remonter jusqu'au premier pasteur, faisaient tenir leurs 
enfants sur les fonts baptismaux par des prêtres séculiers, par des religieux ou par des religieuses, 
avec l'autorisation de l'évêque du diocèse ou de son vicaire général. 

Tandis que certaines familles, poussées par la vanité ou par le désir de se créer des 
protecteurs, allaient chercher dans les hautes classes parrains et marraines, d'autres, au 
contraire , et des plus illustres , entre lesquelles nous citerons celles de Volvire , de Rohan , du 
Guémadeuc, de Carcado, de Robien, de Trécesson, de Sérent, etc., se plaisaient à prendre les 
leurs parmi les petits et les faibles , paysans ou gens du peuple , domestiques de la maison , 



— 3aiii — 

pauvres des hôpitaux , mendiants et infirmes , dont les qualités étaient chaque fois soigneusement 
indiquées dans Vacte de baptême (i). Ce choix, dicté la plupart du temps par un sentiment 
louable d'humilité * était aussi quelquefois imposé par les circonstances : l'enfant naissait-il dans 
des conditions douteuses de viabilité , si Ton ne voulait pas remettre les cérémonies du baptême , 
il fallait bien substituer un parrain et une marraine qu'on avait sous la main, et qui se trouvaient 
toujours fort honorés de celte substitution, à ceux, généralement éloignés, qu'on avait eus d'abord 
en vue et qui devaient, d'ailleurs, éprouver quelque répugnance à venir assister un petit 
moribond ; c'est ainsi que deux domestiques du seigneur de Crévy sont « mis pour parrain et 
pour marraine » de l'enfant dudit seigneur, « à cause de sa faiblesse » (La Chapelle, 1689). 
Deux ans auparavant , un motif analogue avait donné lieu , dans la même famille , à un incident 
plus significatif encore : un autre enfant est apporté à l'église , par l'un des domestiques de la 
maison, aussitôt après sa naissance, « à cause qu'on le croyait faible ; » il est ondoyé et l'acte du 
supplément des cérémonies est préparé à l'avance ; l'enfant y est désigné sous les noms de René- 
François et on lui assigne pour parrain messire René Le Feuvre^ seigneur de la Faluère, 
premier-président au parlement de Bretagne, qui s'empresse de signer avec plusieurs autres 
persimnages. Qu'advint-il ensuite ? S'éleva-t-il quelque difficulté au sujet de la marraine qui ne 
figure pas à l'acte, ou le seigneur du Crévy agit-il simplement, comme dit le registre, « par 
reconnaissance et humilité ? » Toujours est-il que, le danger ayant disparu pour Tenfant, celui-ci 
fut présenté au baptême par un <« pauvre domestique » et par une « pauvre fille, » et qu'il fallut 
dresser un nouvel acte en conséquence (La ChapellCi 1687). Souvent enfin le choix de pauvres 
gens est le résultat d'un vœu formulé, soit en faveur de l'enfant, soit en faveur de la mère 
(Saint-Gonnery, 1599 ; Bignan, 1601 ; Saint-Léry, 1636 ; Quily, 1645). 

A propos des parrains et des marraines , le recteur de Plouay , missire Chotard , expose la 
nécessité de faire connaître dans les actes , non seulement de quelles paroisses ils sont , ce qui 
était exigé par les statuts synodaux , mais encore le lieu de leurs demeures , ainsi que leur degré 
de parenté ou d'alliance avec l'enfant. 

Noms de baptôme. — Si l'on veut étudier les actes de baptême au point de vue des prénoms 
donnés aux enfants, on remarquera d'abord qu'en général ils prennent ceux de leurs parrains ou 
de leurs marraines , bien entendu lorsque ceux-ci ne sont pas eux-mêmes encore anonymes , cas 
qui se présente quelquefois. Parmi ces prénoms , l'on distingue naturellement en première ligne 
ceux des saints et saintes qui ont illustré le pays ou dont le culte s'y est répandu, avec les 
modifications nécessitées par le sexe de Tenfant : Armel {Armagilus) et Armelle, Aubin et Aubine, 
Avoye , Colomban et Colombane , Corentin et Corentine , Gildas , Gobrien , Golven , Guénael et 
Guénaelle , Guigner , Hernin , Jagu devenu par corruption Jacut , Halo et Maclovie , Maurille , 
Melaine , Néliau , Mériadec , Noyale , Reine , Servan et Servanne , Symphorien et Symphorienne , 
Thuriau, Tréphine ou Triphine, Yves ou Yvon et Yvonne, Yvy etYvie, etc. Pour les autres 

(1) Comme fait de ce genre, se rapportant à des familles dont le nom est intimement lié à l'histoire de notre pays, 
nous croyons devoir signaler le suivant : c Du dimanche, 13 octobre 1655, furent faites les cérémonies du baptême de 
Charles, fils de haut et puissant prince Charles de Rohan, duc de Montbazon, prince de Montauban, et de haute et 
puissante princesse Jeanne-Ârmande de Schomberg, son épouse. Le parrain : frère Etienne de la Forge, dit le Bon-^ 
Pauvre ; la marraine ; Magdeleine Portier, veuve de feu Antoine Potru , savetier, i (lIiLtrait des registres de bapt. de 
l'église paroissiale Saint-Germain-FAuxerrois à Paris.) 



— XLIV — 

prénoms, en laissant de côté les plus vulgaires, on pourra relever : Agathon, Ange, Artus et 
Artuse, Bon et Bonne, Catharin, Cyrille, Exupère, Florent et Florente ou Florence, Florentin et 
Florentine, Florimond et Florimonde, Fulcber, Catien et Gatienne, Guy (Guida) ou Guyon et 
Guyonne , Hilarion , Honorât , Imbert , Marin et Marine , Maury et Maurie ou Amaurie , Pasquer , 
iPayen, Pelage et Pélagie, Prégent, Sabulin, Sévère, Siméon et Siméonne, Suzan. Mais c'est parmi 
les noms féminins que se trouvent surtout des formes peu communes ; à ceux que nous venons 
de citer , nous ajouterons : Alexise , AUanette ou Allenette , Andrée , Arthure , Aude et Audette , 
Barthélemie ou Barthélemine , Basilie, Benoîte, Bertrande ou Bertranne, Briande, Calliope, 
Christophlette, Denise, Émérentiane, Fiacrette, Fleurie, Georgine, Gillette ou Gillonne, Grégorine, 
Guillemette, Henrie, Hiéronime ou Jéronime , Jacqueline, Jacquemine, Jacquette ouJacquine, 
Joachime ou Joacinne , Josèphe , Lorande , Lucrèce , Marcque ou Marquise , Mauricette , Olive , 
Paule, Perronne, Perronnelle ou Pétronille, Prudence, Baoulle et Raoullette, Raymonde, Roberte 
ou Roberde, Robine, Rolande, Samsonne, Sylvie, Tbomase ou Thomasse, Urbanne, Valence, 
Xavière, Yvorée. Plusieurs prénoms sont empruntés à l'histoire ancienne ou à la mythologie, 
comme Alexandre, Annibal, César, Hercule, etc. ; ou à l'Ancien Testament en particulier, comme 
Abel, Daniel, Éiie et Éliette^ fréquemment transformé en Alliette, Esther, Gédéon, Isaac, 
Jonathan, Judith, Rébecca, Zacharie, etc. Ces derniers, introduits en Bretagne à la suite du 
protestantisme, disparaissent peu à peu sous les efforts des Évoques qui les changent dans leurs 
tournées de confirmation. Quelques-uns, tels que Bretagne, Dinan, Lorient, Redon, etc., avaient 
spécialement pour but de perpétuer le souvenir soit du patronage d'une famille puissante, soit de 
la gratitude de la population pour des services rendus. D'autres enfin rappelaient simplement le 
jour de la naissance ou du baptême de l'enfant, lorsqu'aux noms du parrain et de la marraine on 
substituait celui du saint ou de la sainte de ce jour, parfois même celui de la grande solennité de 
l'Église à laquelle il était consacré , comme le témoignent les prénoms de Noël et de Noëlle , de 
Toussaint et de Toussainte devenue souvent, par abréviation. Sainte. 

Signalons encore , au sujet des prénoms , certaines fantaisies qui devaient à l'occasion devenir 
des causes d'embarras et d'erreur, par exemple l'affectation à un garçon d'un nom de fille ou 
réciproquement. On voit, en effet, des garçons recevoir au baptême les noms d'Adélaïde, Agathe, 
Angélique, Anne, Aurélie, Calliope, Éléonor, transformé quelquefois en Léonor ou Aliénor^ 
Elisabeth , Félicité , Isabelle , Marie , Rose , Scolastique , Suzanne , Thérèse ; et des filles , ceux 
de Bonaventure, Félix, Grégoire, Ignace, Isidore, Philippe, Sylvestre, Xavier, etc. L'embarras 
n'était pas moindre lorsqu'on adoptait un prénom pouvant s'appliquer également aux deux sexes, 
comme Ambroise, Claude, Sévère, Théode, etc. Pour y remédier, missire Chotard recommande 
l'emploi dans les actes , à la suite du prénom , des mots « fils » ou « fille ». On y obviait encore 
en accolant au nom équivoque un autre nom qui ne laissât aucun doute sur le sexe de l'enfant ; 
mais ce moyen est rejeté par le recteur de Plouay, à cause des abus qu'il n'avait pas tardé 
à engendrer, d'abord dans les grandes familles, puis, par imitation, dans les plus humbles : 
au XYiii' siècle , on ne se contentait plus d'un ou de deux prénoms , on en compte fréquemment 
de cinq à sept, parmi lesquels figure habituellement celui de Marie ; en 1788, une demoiselle 
de Berthou se fait inscrire à son acte de mariage avec huit prénoms (Guémené) ; et nous avons 
constaté que M'' de la Rovère , prieur de Lannénec en Plœmeur (i777) , n'en avait pas moins 
de seize. Il est facile de comprendre qu'une telle abondance offrait de nombreux inconvénients , 
entre autres, dit avec raison missire Chotard, celui d'empêcher de reconnaître l'identité d'une 
personne , pour peu que l'ordre de ses prénoms fût interverti. 



— XLV — 

Baptêmes d'étrangers. — Parmi les enfants ou adultes présentés au baptême , on relèvera 
sur notre inventaire une dizaine d'Irlandais ou Hibemois (xyii'' siècle) , des musulmans d'Egypte 
(Saint-Gilles-Hennebont , 1623; le Roc-Saint-André, 1634), du royaume de Golconde (Saint- 
Cîldas d'Auray, 1688), du Bengale (Malestroil, 1760), du Maroc (Saint-Malo-de-Beignon, 1690) ; 
ce dernier, âgé d'environ sept ou huit ans, « trouvé ci-devant sur mer, dans les quartiers 
de Saint-Malo-de-l'Isle , enveloppé dans une voile de navire, » a pour parrain M«' Sébastien 
du Guémadeuc, évéque de Saint-Malo, et pour marraine dame Suzanne du Guémadeuc, 
'sa sœur, abbesse du Mont-Cassin. Mais ce sont surtout les nègres qui abondent dans nos registres, 
principalement au xviii' siècle et pour les paroisses du littoral, nègres dé Madagascar, de 
Mozambique , de Guinée , du Sénégal , de l'ile Sainte-Hélène , des Indes orientales et occiden- 
tales. Amenés en France , à un âge généralement incertain , à la suite des capitaines de navires 
marchands ou des officiers des vaisseaux du Roi et de la Compagnie des Indes , ils étaient , par 
les soins de leurs maîtres , instruits des principales vérités de la religion catholique , et par eux 
conduits aux fonts baptismaux, assistés souvent des plus hauts personnages, heureux de les 
entendre abjurer toutes les erreurs dans lesquelles ils avaient pu tomber. 

Baptôxnes des enfants naturels. — Il est une catégorie d'enfants , du pays cette fois , 
dont les actes de baptême attirent également l'attention à différents points de vue , et d'abord par 
la manière dont ils sont enregistrés la plupart du temps ; nous voulons parler des bâtards. Dans 
les plus anciens registres , les actes qui les concernent ne se distinguent en rien de ceux des 
autres enfants ; mais , dès le milieu du xvi' siècle , l'usage s'introduit de les signaler aux yeux 
par l'addition en marge soit d'une croix, soit des mots : « Nota, bâtard, illégitime, enfant d*église, 
spurius ou spuria, suspirium ou suspiria. » Un peu plus tard, quelques recteurs ou curés, tout 
en continuant de les enregistrer dans l'intérieur des cahiers, commencèrent à les y inscrire 
à l'envers. Plus tard encore, on imagina de les y porter, soit en marge, soit au milieu des 
autres actes, en travers de la page, dans le sens de la longueur du registre (Campénéac, 
Saint-Gonnery , Saint-Martin de Josselin). 

Mais la méthode le plus généralement suivie, à partir de la Cm du xyi' siècle, pour l'insertion 
des actes de baptême des enfants illégitimes , fut de les rejeter isolément à la fin de chaque 
registre , tantôt à J'endroit , tantôt et le plus ordinairement à l'envers. C'était plus conforme aux 

prescriptions ecclésiastiques : « Injunctum rectori inserere nomina eorum qui sunt Ulegitimo 

matrimonio nati in loco particulari » (Visite de Tarchidiacre Gouault, Noyal-Pontivy, 1610). 

Quoi qu'il en soit, tous ces moyens imaginés pour révéler et perpétuer la honte des familles , 
et qui ne ménageaient aucun nom, moyens, hâtons-nous de le dire, que pendant deux cents 
ans, un grand nombre de recteurs refusèrent d'adopter, furent complètement abandonnés vers 
le milieu du xviii'' siècle, époque depuis laquelle les actes de baptême des enfants naturels 
furent de nouveau confondus, sans aucun signe distinctif, avec ceux des enfants légitimes. C'est 
à cet esprit de charité qu'obéissait, nous l'avons vu, misûre Chotard, lorsqu'il recommandait 
de garder le silence , dans certams cas , sur Tépoque du mariage des parents. 

L'Église avait, d'ailleurs, pu se convaincre que la sévérité qu'elle avait si longtemps déployée 
à cet égard n'avait pas produit le résultat que sans doute elle en attendait. Sans vouloir établir 
aucune comparaison avec les temps actuels ni surtout rechercher les motifs de cet état de choses, 
nous nous bornerons à faire remarquer que jadis le nombre des enfants naturels était consi- 



— XLVI — 

dérable : dès le xvi* siècle et presque dans chaque paroisse, on en compte en moyenne un ou 
deux par an, outre les infanticides que font connaître les procès criminels ; encore ce chifiBr^ 
est-il fréquemment dépassé : l'année 1565 en voit naître six en Saint-Dolay, Tannée 1649 cinq 
en Ambon. Les villes, comme de raison, se signalent sous ce rapport : à Ploêrmel, de 1684 
à 1750 environ, le nombre des bâtards varie annuellement de quatre à six ; la paroisse, fort peu 
étendue cependant, de Notre-Dame-du-Hené, à Vannes, en fournit, durant tout le cours du siècle 
dernier, une quantité surprenante : de 1785 à 1790, par exemple, le total des enfants illégitime» 
atteint le cinquième, le quart et même le tiers de celui des naissances (7 sur 23 en 1785, 5 sur 
S3 en 1786, 6 sur 24 en 1788, 3 sur 12 en 1789, 4 sur 22 en 1790) ! 

Les formules des actes de baptême des enfants naturels, même lorsqu'ils sont mélangés avec 
les autres et sans caractère apparent , contiennent néanmoins d'habitude quelque mention spéciale 
relative soit à l'enfant, soit à son père. Ainsi on y indique que l'enfant « n'est pas de léaù {aliài 
loyal) sacrement de mariage » (Les Fougerêts, xvi* siècle) ; qu'il a été « coneeptut in fomkatione 
et extra leges matrimonii » (Béganne, xvi* siècle), etc. Tantôt il est « avoué à N. », et alors le nom 
du père figure à côté de celui de la mère ; tantôt il est inscrit « né de père inconnu ; » cela 
dépendait naturellement des déclarations faites par la mère, par la matrone ou sage-femme, 
par les témoins. A une époque où la recherche de la paternité n'était point interdite, le prêtre 
lui-même provoquait ces déclarations, parfois sans résultat, parfois aussi avec menace de refus 
du baptême (Questembert, xvii* siècle). 

Sans doute il existait un procédé pour échapper à cette honte, et nos registres prouvent 
surabondamment que bien des mères dénaturées eurent le triste courage de s'en servir, c'était 
d'abandonner son enfant, avec ou sans espoir de le reconnaître un jour. Beaucoup moins nombreux 
cependant que les autres illégitimes, les enfants « exposés » ou « trouvés » étaient enregistrés 
avec eux ; mais, pour suppléer en quelque sorte aux soins maternels, on les entoure généralement 
d'attentions particulières : ici un petit sac rempli de sel déposé à côté d'eux annonce tout d'abord 
aux premiers qui les aperçoivent qu'ils n'ont pas été baptisés (Taupont, milieu du xvii' siècle); 
ailleurs, les seigneurs et dames de l'endroit se disputent l'honneur de les tenir sur les fonts 
baptismaux ou se chargent de leur entretien ; quelquefois , ce sont les paroissiens eux-mêmes qui 
se cotisent pour subvenir à leur nourriture (Elven, xvii« siècle). Il n'est pas Jusqu'au nom qu'ils 
reçoivent à leur baptême qui ne puisse, à la condition toutefois de quitter le pays, contribuer 
plus tard à leur procurer un établissement avantageux. Recueillis, en effet, soit sous le balet 
(porche) de l'église, soit au pied d'une croix, au bord d'une fontaine, sur la lisière d'un bois ou 
près d'une haie, etc., ils voient souvent accoler à leur prénom, en guise de nom de famille, un 
mot commémoratif de leur origine ; on les appelle Jeanne ou Gildas de la Croix (Questembert, 
1671 ; Bohal, 1680), Jean ou Jacquette de la Fontaine (Buléon, 1708 et 1727), Catherine de la 
Haie (Noyalo, 1721), etc. Les mots Portai, Barrière, Chemin, Forêt, Chêne et d'autres ana- 
logues trouvèrent fréquemment un pareil emploi. Or , il est facile de concevoir comment ces 
sortes de dénominations, loin de leur être préjudiciables, devinrent, au contraire, entre les 
mains des plus hardis, à une époque où la particule était , comme de nos jours, fort recherchée, 
de merveilleux auxiliaires pour la conquête d'un rang , d'une position sociale que le vice de leur 
naissance paraissait devoir à tout jamais leur interdire. 



J 



— XLVII — 

Baptêmes des enfants de cordiers. — Si Ton comprend jusqu'à un certain point les divers 
modes d'enregistrement des baptêmes des enfants naturels, si Ton s'explique même l'inscription 
parmi eux d'un enfant légitime de Pierre Heillart, maître des hautes-œuvres de la ville de Vannes, 
« mis de ce côté à cause de la qualité et condition du père » (Sainte-Croix de Vannes, 1646), on 
à plus de peine à se rendre compte, à moins d'être familiarisé avec les vieux préjugés du pays, 
de la raison pour laquelle les actes de baptême des enfants de cordiers étaient confondus avec 
ceux des bâtards. Descendants des lépreux ou ladres du moyen-âge, les cordiers, désignés aussi 
sous le nom de « cacous, caqueux ou caquins, » inspiraient au reste des habitants une répulsion 
4ont les effets subsistent encore aujourd'hui , et qui se traduisait par certaines vexations contre 
desquelles les arrêts du parlement de Bretagne et les remontrances de la partie éclairée de la 
population cherchaient en vain à lutter. Telle était, par exemple, l'obligation qui leur était imposée 
^de se tenir, pendant les offices, dans la partie inférieure de l'église, de ne se présenter que les 
derniers pour baiser la paix et les reliques, de recevoir dans la main le pain bénit qu'ils ne 
pouvaient prendre eux-mêmes, etc. Composés d'une vingtaine de familles entre lesquelles l'in- 
dustrie de la corde se perpétue depuis quatre cents ans, groupés, comme les anciens lépreux, 
dans des villages situés à quelques centaines de mètres des bourgs ou des villes , dont les uns ont 
conservé le nom primitif de « Maladrerie, en breton Clandy, • et dont les autres, en plus grand 
nombre, ont pris celui de « Magdeleine, » les cordiers subirent, pour l'enregistrement de leurs 
actes de baptême, les mêmes humiliations que les enfants illégitimes. Outre que leurs parrains et 
leurs marraines étaient tous cordiers sans exception, les enfants de ces sortes de parias étaient 
enregistrés avec les bâtards ou signalés, comme eux, au mépris public par l'inscription en marge 
des mots : « Cordier, cordier-natif , ou simplement natif, caquin, lépreux; » cette dernière 
expression se rencontre à plusieurs reprises, jusqu'à la fin du xyii' siècle, avec la signification 
de « cordier » (Caro, i554 ; Guer, 1590 et 1596 ; Campénéac, 1613 et 1659 ; Caro, 1687) (1). 

Abjurations. — Avant de clore le chapitre des baptêmes , il nous reste quelques mots à dire 
des abjurations publiques qui précédaient celui des protestants. Reçues, avec l'autorisation de 
i'Évêque diocésain , ou par les recteurs des paroisses , ou par des religieux adonnés à la prédi-^ 
cation, ces abjurations , dont les premières remontent k la seconde moitié du xviv siècle se 
multiplièrent surtout après la révocation de l'édit de Nantes (1685). On en remarque dans nos 
registres une quantité assez considérable : pour cette seule année 1685 , par exemple , et dans la 
seule ville de Pontivy , on en compte une vingtaine , parmi lesquelles celles d'Henri de Portebize, 
gouverneur de la ville et du château, de sa femme et de leurs domestiques. Mais, soit que les 
protestants du pays aient persisté dans leur hérésie , soit qu'ils aient abandonné le territoire au 
moment des persécutions ordonnées contre eux , soit plutôt que leur nombre fût extrêmemeot 
restreint , toujours est-il que ces abjurations ne proviennent guère que de personnes étrangères 
à la Bretagne , souvent même à la France , principalement de soldats et de marins en garnisoQ 
dans la province. 

Mentionnons encore, en dehors du protestantisme : le baptême, en 1636, du fils de gens « se 
disants de la Petite-Église, passant par ici » (Plouay) ; deux actes de renonciation à la Franc- 



.t*m* 



■ (1) V. dans le Bulletin de la Société polymathique du Morbihan , année 1871 , 2* semesrtrey notre Étude sur les 
CaamB de Bretagne. 



— XLVIII — 

Maçonnerie, signés au Palais en i760 et en 1767, conformément aux bulles des papes Clément XH 
et Benoit XIV ; une abjuration du judaïsme faite à Ârradon, en 1777, par un Prussien auquel 
les seigneur et dame du lieu servirent de parrain et de marraine. 

Registres de mariages. — Les actes de mariage , sauf pour une vingtaine de paroisses ou 
trêves où ils datent du xvi' siècle, ne remontent guère, avons-nous dit plus haut, qu'à la 
première moitié du xvii' siècle. Tantôt isolés sur un registre spécial, tantôt occupant une partie 
seulement d'un registre dont l'autre est consacrée soit aux baptêmes, soit de préférence aux 
sépultures, les mariages sont groupés, suivant les époques, sous diverses rubriques : « Papier, 
dial ou mémoire des nopces et espousailles,.... où sont escripts les noms de eeulx qui ont espousé 
en l'église de...., aliàs qui ont été espousez par le recteur de...., pour escrire ceux qui se 
convolveront en mariage de la paroisse de...., les conjoints en mariage par paroles de présent, 
etc. » Sur le premier feuillet du registre des mariages de Guer dfe 1681, sans doute pour mieux 
en faire ressortir la nature, un poète écrit : 

c II serait temps en cette terre 
Que la paix régnât à son tour. 
Et que tous les bruits de la guerre 
Fissent place aux jeux de Tamour. » 

Actes de mariage.— Rédigés exclusivement en langue française durant le cours du xyi* siècle, 
les actes de mariage commencèrent , au siècle suivant , à être dressés en latin dans quelques 
paroisses, mais les Évoques s'opposèrent bientôt à cette substitution. En i648, il est enjoint au 
recteur de Bréhan-Loudéac, diocèse de Saini-Brieuc , de « rapporter les certificats des mariages 
en langue française, aux fins de l'ordonnance, et afin que les témoins qui signeront lesdits certi- 
ficats sachent ce qu'ils signeront. » 

Comme les baptêmes , mais beaucoup plus tard , les actes de mariage sont quelquefois accom* 
pagnes de tables, soit annuelles, soit collectives. Comme eux aussi, et dans un plus grand 
nombre de cas , ils ofirent plusieurs mariages réunis dans un seul et même article. Cet usage , 
que Tautorité diocésaine eut beaucoup de peine à déraciner, malgré ses recommandations et 
ordonnances (Saint-Dolay , 1613; Crédin et Theix, 1738; Surzur, 1739; Cléguérec, 1752), 
provenait de l'habitude où l'on était, et qu'on a conservée de nos jours, lorsqu'il y avait urgence, 
aux approches du carême, par exemple, de célébrer une seule messe pour plusieurs couples 
de mariés. Le registre de Halestroit, au mois de janvier 1593, nous montre dix couples unis 
de cette façon ; à Gourin , au commencement du xtiii' siècle , il n'est pas rare de rencontrer 
pareillement huit ou dix mariages consacrés le même jour et inscrits ensemble ; enfin on lit 
en marge du registre de Sarzeau, à la date du 9 février 1779 : « Nota. Les douze mariages qui 
se suivent ici furent tous faits en même temps, les vingt-quatre époux étant tous rangés à la table 
de communion devant le grand-autel, les prières générales se faisant en commun pour tous; 
et les bénédictions des époux et des anneaux se firent de quatre en quatre.... M. le curé faisait 
les interrogations en particulier à chaque époux ; M. le recteur faisait les bénédictions. • 
Du moins, ces sortes d'unions étaient-elles parfois commandées par les circonstances, dans le cas 
de double alliance entre deux familles, comme cela se présenta, en 1646, dans la paroisse de 
Hohon, en 1660 dans celle de Caro, et même de triple alliance, comme à Pkeren, en 1759, 
où trois frères épousèrent simultanément les trois sœurs. 



— XLIX 



Époque et lieu du mariage.-— Hormis les jours compris entre le premier dimanche de l'Âvent 
et la fête de TÉpiphanie, et entre le mercredi des Gendres et Toctave de Pâques, la célébration 
du mariage était permise en tout temps ; une dispense de TÉvêque pouvait même autoriser 
le mariage en temps prohibé. Quant au lieu de la cérémonie , c'était d'ordinaire Féglise de la 
paroisse de Tépouse, mais elle s'accomplissait également, avec dispense épiscopale, non seu-^ 
lement dans les différentes chapelles, publiques ou privées, de cetle paroisse, mais aussi dans 
la paroisse de l'époux ou encore, avec le consentement des recteurs intéressés, dans toute autre 
localité, souvent fort éloignée du domicile des contractants. Toutefois, l'acte devait être transcrit 
sur les registres de leurs paroisses respectives. Indépendamment des raisons que nous avons 
énumérées à propos des baptêmes et qui imposaient, dans certaines circonstances, le choix 
d'une localité étrangère au domicile des époux, telles que l'état des chemins pendant la mauvaise 
raison, la présence de soldats ennemis, la crainte de la contagion, etc., on obéissait fréquemment 
aussi à d'autres motifs d'une nature plus intime, comme la disproportion d'âge ou l'inégalité 
de conditions des conjoints, l'union en secondes noces, la reconnaissance d'enfants nés avant 
le mariage. 

Mariages des cordiers. — A quelques-uns enfin l'entrée de l'église paroissiale était formel* 
lement interdite. Si les baptêmes des cordiers donnaient lieu , ainsi qu'on l'a vu , à des mesures 
spéciales, il en était de même de leurs mariages : outre qu'ils ne s'unissaient qu'entre eux 
et en présence de témoins de leur profession, la cérémonie, dans beaucoup de paroisses, 
ne pouvait s'accomplir que dans les chapelles particulières de leurs villages, et l'acte était 
enregistré soit isolément, soit au milieu des baptêmes des enfants naturels, soit avec les notes 
marginales que l'on sait. En vain quelques familles nobles avaient essayé de réagir contre 
le préjugé, les unes en tenant des enfants de cordiers sur les fonts baptismaux, les autres 
en prenant leurs chapelles pour la célébration de leurs mariages ; le préjugé n'en persista 
pas moins. 

Age et parenté des conjoints.— Tandis que le mariage devait être, pour les deux sexes, 
« décrété de justice » jusqu'à l'âge de vingt-cinq ans, l'Église n'exigeait, pour conférer le 
sacrement, que quatorze ans accomplis du côté de l'homme et douze du côté de la femme. Ces 
dernières conditions se présentaient, il est vrai, bien rarement ; relevons cependant l'union d'un 
garçon de quinze ans avec une fille de quatorze (Camors, 1706), et le mariage d'une fille âgée 
de treize ans et cinq mois (Saint-Grave, 1741), qui devient mère l'année suivante. 

Nous avons mentionné les dispenses épiscopales nécessaires soit pour l'époque, soit pour le 
lieu du mariage ; pareille dispense était obligatoire en cas de consanguinité ou d'affinité, au troi- 
sième ou au quatrième degré, entre les conjoints ; le Pape seul pouvait accorder celle du second 
degré. On sait que l'on comptait ces degrés selon le système du droit canonique et dans les lignes 
collatérales seulement, le mariage élant impossible entre parents en ligne directe à tous les degrés. 
Cette sorte de dispense était fréquemment réclamée par les cordiers et par les insulaires, auxquels 
leur isolement moral ou réel ne permettait guère de relations avec les autres habitants du pays. 
Missire Chotard indique , dans ses notes , les démarches à faire pour obtenir des dispenses de 
consanguinité ou d'affinité, soit de la cour de Rome, soit de l'Ordinaire. 

G 



— L — 



Fiançailles.— Le mariage était précédé des « fiançailles ou acoordailles ou promesses de 
mariage » qui avaient lieu le plus souvent à Téglise paroissiale de la future, quelquefois dans 
une chapelle ou simplement dans la salle d'une maison particulière (Elven, 1634 et i639}, mais 
toujours entre les mains du recteur ou d'un prêtre de la paroisse et en présence de témoins. 
Ces fiançailles étaient enregistrées tantôt sur le cahier des mariages , à leur ordre de date ou 
isolément , tantôt sur un cahier spécial , avec ou sans indication de l'acte de mariage en marge. 

La formule habituelle est celle-ci : « Le.... N. et N. ont fiancé en l'église de par-devant 

moi (le nom du prêtre), en présence de ; » ou bien : « Le.... M. fils de... et N. fille de 

se sont fait mutuelles promesses de mariage , par paroles de futur (par opposition aux « paroles 

de présent » de la cérémonie nuptiale), par-devant moi en présence de ; » ou encore : 

« Le.... je soussigné (le prêtre) ai reçu en face d'église les promesses mutuelles du futur mariage 

d'entre N et N.... en présence de.... » Missire Chotard nous apprend qu'A l'époque où il 

vivait, c'est-^-dire à la fin du xyui* siècle, l'enregistrement des fiançailles était depuis longtemps 
tombé en désuétude dans la plupart des paroisses. 

Publication des bans. — Après les fiançailles venait la publication des bans enregistrés, 
comme elles, soit à part, soit avec les mariages eux-mêmes. L'article 40 de l'ordonnance 
de Blois, de 1579, s'exprime ainsi à ce sujet : « Pour obvier aux abus et inconvénients qui 
adviennent des mariages clandestins , avons ordonné et ordonnons que nos sujets, de quelque 
état , qualité et condition qu'ils soient , ne pourront valablement contracter mariage sans procla* 
mations précédentes de bans, faites par trois divers jours de fête avec intervalles compétents , 
dont on ne pourra obtenir dispense, sinon après la première proclamation faite et seulement 
pour quelque urgente et légitime cause, et à la réquisition des principaux et plus proches parents 
des parties contractantes ; après lesquels bans seront épousés publiquement. » Ici encore l'auto- 
rité civile avait été devancée par l'Église depuis plusieurs siècles ; le titre du premier registre 
de mariages de la paroisse de Beignon, qui commence en 1570, mentionne les « trois bans et 
proclamations faits en ladite église aux messes paroissiales , tant aux jours de dimanche qu'aux 
fêtes synodales. » C'était donc, alors comme aujourd'hui, au prône de la grand'messe et à trois 
dimanches consécutifs qu'avait lieu la publication. Hais l'usage se répandit de bonne heure dans 
les grandes familles de demander des dispenses épiscopales d'un ou de deux bans , quoiqu'il n'y 
eût pas apparence d' « urgente et légitime cause ; » les Évêques et les vicaires généraux aceor* 
dèrent même parfois dispense des trois bans, autorisés en cela par le concile de Trente qui s'en 
remettait à leur prudeùce et à leur discernement, surtout à l'égard des mineurs. 

Les bannies, ayant pour objet de provoquer les déclarations de ceux qui auraient quelque 
motif valable à opposer à la célébration du mariage, devaient naturellement être faites aux lieux 
où les fiancés étaient le plus connus , c'est-à-dire aux Ueux de leur domicile ; mais il pouvait y 
avoir pour les mineurs deux sortes de domicile, le domicile « de droit » et le domicile « de fait, » 
et dans ce cas les publications étaient obligatoires dans les deux, ainsi que le prescrivait un édit 
du mois de mars 1697 : « Défendons à tous curés et prêtres, tant séculiers que réguliers, de 
conjoindre en mariage autres personnes que ceux qui sont leurs vrais et ordinaires paroissiens « 
demeurant actuellement et publiquement dans leurs paroisses, au moins depuis six mois à l'égard 
de ceux qui demeuraient auparavant dans une autre paroisse de la même ville ou dans le même 
diocèse, et depuis un an pour ceux qui demeuraient dans un autre diocèse... Déclarons que le 



— LI — 

domicile des fils et filles de famille mineurs de vingt-cinq ans, pour la célébration des mariages, 
est celui de leurs pères, mères, ou de leurs tuteurs ou curateurs, après fa mort de leursdits 
pères et mères (c'est le domicile de droit) ; et , en cas qu'ils aient un autre domicile de fait ^ 
ordonnons que les bans seront publiés dans les paroisses où ils demeurent et dans celle de leurs 
pères I mères, tuteurs et curateurs. » Hissire Cbotard, en rappelant les prescriptions relatives à 
la publication des bans et à la question de domicile, traite également des oppositions aux mariages, 
de la dissolution des fiançailles et des moyens de l'obtenir, du mariage en secondes noces avant 
le délai suffisant, mariage toléré de son temps et par les lois civiles et par les lois ecclé-* 
sias tiques. 

De même que, dans notre inventaire, nous avons négligé pour les actes de baptême la date de 
la naissance et d'autres renseignements, lorsqu'ils ne nous semblaient pas utiles à constater, de 
même, et pour des raisons analogues, nous avons passé sous silence, dans le relevé des actes 
de mariage , tous les détails concernant les fiançailles et les bannies , les dispenses obtenues , 
l'âge des époux, l'énumération des témoins, etc. 

Formule des actes de mariage. — La formule de l'acte de mariage se dégage de tout ce qui 
précède avec ses variantes. Les plus anciens registres fournissent les suivantes : « N. et N. 

espousèrent le (date); » € et les espousa N. (le prêtre); » « N. espousa N. de par moi, 

prêtre; » ou encore : « et furent espousez de par N. » « Et pour pouvoir témoigner, ajoute 

l'ordonnance de Blois , de la forme qui aura été observée èsdits mariages , y assisteront quatre 
personnes dignes de foi , pour le moins , dont sera fait registre , le tout sur les peines portées et 
indiquées par les conciles. Enjoignons aux curés , vicaires et autres de s'enquérir soigneusement 
de la qualité de ceux qui se voudront marier, et s'ils sont enfants de familles, ou étant en la 
puissance d'autrui. Nous leur défendons très étroitement de passer outre à la célébration desdils 
mariages, s'il ne leur apparaît des consentements des père et mère, tuteurs ou curateurs, sur 
peine d'être punis comme fauteurs du crime de rapt. • En conséquence, les actes postérieurs 
commencent à mentionner les noms des témoins, ainsi que l'église où « est administré le sacre- 
ment de mariage, ou la bénédiction nuptiale, par paroles de présent. » Quelquefois, comme aux 
baptêmes, il s'y mêle un souhait : « Dieu leur doint bon mariage et les veuille combler de toutes 
sortes de bonheurs et de bénédictions (Limerzel, 1627)! » Vers le milieu du xvii' siècle, on 
rencontre de fréquents rappels des visiteurs ecclésiastiques à la forme du rituel romain ; depuis 
cette époque, les actes contiennent de nouveaux renseignements relatifs aux fiançailles, aux 
bannies, aux dispenses diverses, s'il en existe ; la formule se développe et devient uniformément 
celle-ci : « Le-., après avoir publié les bans du futur mariage, par trois jours de dimanche, au 
prône de la grand'messe paroissiale , et ne s'étant trouvé aucun empêchement canonique , j'ai 
soussigné N., recteur de..., solennellement conjoint en mariage par paroles de présent N. de la 
paroisse de... et N. notre paroissienne, dans l'église (ou dans la chapelle) de..., ayant préalable- 
ment reçu leur mutuel consentement audit mariage, en présence de..., et leur ai donné, selon 
la coutume de l'Église, la bénédiction nuptiale durant le saint sacrifice de la messe. » 

L'article 9 de l'ordonnance de i667 ajouta encore aux prescriptions précédentes : « Aux 
mariages, dit-il, seront mis les noms, surnoms, âges, qualités et demeures de ceux qui se marient ;^ 
s'ils sont enfants de familles , en tutelle , curatelle , ou en puissance d'autrui ; et y assisteronf 
quatre témoins qui déclareront sur les registres s'ils sont parents, de quel côté et en quel degré. ^ 



— LU — 

La déclaration de 1736, après avoir reprçduil, à son article 7» les termes de celte ordonnance, 
continue ainsi : « Et les consentements de leurs père et mère , totenrs ou curateurs , y seront 

pareillement énoncés Les noms, qualités et domiciles (des témoins) seront pareillement 

mentionnés dans lesdits actes — Art. 8. Lesdils actes de célébration seront inscrits sur les 

registres de l'église paroissiale du lieu où le mariage sera célébré ; et, en cas que, pour des 
causes justes et légitimes, il ait été permis de le célébrer dans une autre église ou chapelle, les 
registres de la paroisse, dans retendue de laquelle ladite église ou chapelle seront situées, seront 
apportés lors de la célébration du mariage, pour y être l'acte de ladite célébration inscrit* 
— Art. 9. Voulons qu'en aucun cas lesdits actes de célébration ne puissent être écrits et signés sur 
des feuilles volantes, ce qui sera exécuté à peine d'être procédé extraordinairement contre le curé 
ou autre prêtre qui aurait fait lesdits actes , lesquels seront condamnés en telle amende ou autre 
plus grande peine qu'il appartiendra, suivant l'exigence des cas, et à peine contre les contractants 
de déchéance de tous les avantages et conventions portés par le contrat de mariage ou autres 
actes, même de privation des effets civils, s'il y échet. » 

En même temps, l'autorité diocésaine prescrivait aux recteurs de se conformer le plus exac- 
tement possible, pour la rédaction des actes de mariage , aux modèles fournis par les statuts 
synodaux. Hais ni les ordonnances ecclésiastiques ni les lois civiles n'amenèrent un résultat 
complètement satisfaisant, tant était considérable le nombre des indications à énoncer, et, à lu fin 
du siècle dernier, missire Chotard, faisant observer qu'un acte de mariage bien dressé peut 
suppléer aux actes de baptême des époux , lorsqu'ils sont défectueux , se plaint de la négligence 
apportée en général par ses confrères dans leurs enregistrements. En outre, au sujet de la 
nouvelle formule proposée par maître Corroller, le procureur royal de la sénéchaussée d'Hennebont, 
il examine, à son tour, les divers modes de rédaction précédemment usités, réprouve comme 
inutile la mention des « paroles du présent » et de la célébration de la messe , et réclame , au 
contraire , quelques additions , par exemple les noms et surnoms des pères et mères des époux , 
le lieu de naissance de ceux-ci, indispensable pour suivre la filiation des familles; mais il re- 
commande à ce propos de bien distinguer entre les expressions « natif, nattu in aliquo loco, » et 
« originaire, oriundus ex aliquo loco. » Il fait également remarquer qu'il serait nécessaire de relater, 
indépendamment des différentes dispenses épiscopales énumérées plus haut, celles qui concerne- 
raient le compérage ou affinité spirituelle, le temps requis pour le domicile, la célébration des 
noces dans l'après-midi ; de rapporter les permissions de mariage accordées par leurs chefs aux 
soldais ou officiers de troupes régulières, par l'Intendant aux miliciens ou soldats provinciaux ; 
enfin de mentionner les reconnaissances d'enfants légitimés par l'union subséquente de leurs 
pères et mères ; etc. Et il donne des formules spéciales pour tous les cas qu'il a prévus. 

Reconnaissance des enfants nés avant le mariage. — Le mode de reconnaissance et de 
légitimation des enfants est assez curieux pour que nous nous y arrêtions un instant. Pendant la 
cérémonie du mariage , les bâtards étaient placés sous le poêle tendu au-dessus des époux ; le 
seul fait de la bénédiction du prêtre légitimait les enfants. Les conjoints devaient, on le comprend, 
s'efforcer souvent d'échapper à cette humiliation, soit en choisissant, pour la célébration des 
noces, une chapelle écartée ou même une paroisse étrangère, soit en feignant d'ignorer 
Tobligation de la présentation des enfants. Pour les uns, l'éloignement suffit (Sarzeau, 1715); 
d'autres préfèrent réunir les deux procédés : en 1687, un paroissien de Caro, muni d'une 
sentence de l'officialité de Saint-Malo, malgré l'opposition de sa famille, et sur le refus de son 



J 



— LUI — 

fccteur qui connaissait la position des fiancés, va faire célébrer son mariage dans une chapelle 
domeslique de la paroisse de Comblessac ; puis il revient, quelques mois plus tard, confesser au 
recteur de Caro, qu'il avait « omis » de mettre son enfant « sous la nappe, » lors de la cérémonie 
de son mariage , parce qu'il croyait cette « formalité inutile et point nécessaire , » regardant 
Tenfanl comme légitimé de plein droit par l'union qu'il avait contractée avec sa mère et par la 
reconnaissance qu'il en avait faite dans son contrat de mariage ; d'ailleurs , il le reconnaît de 
nouveau en signant l'acte du baptême qu'il avait reçu à Caro même, en 1684, sous le nom de sa 
0ière seulement, et entend quMI pn^nne son nom et participe à sa succession, en qualité d'enfant 
légitime. Cet enfant étant mort en 1691, c'est encore le père qui écrit et signe seul Tacte 
d'inhumation sur le registre de Caro ; le recteur était demeuré inflexible. 

En 1703, ce même recteui*, ayant à unir deui autres de ses paroissiens, qui avaient obtenu 
un arrêt du Parlement en leur faveur contre le père et la mère de l'un d'eux, cède sa place à un 
prêtre de Tréal, et cela « pour bonnes raisons, » écrit-il à l'acte de mariage. Mais il ne semble 
pas que le clergé ait été partout aussi rigide; on trouve, en eflet, un grand nombi^e de cat 
(Notre-Dame-du-Mené à Vannes, 1697 ; Grand-Champ, 1722; Saint-Gildas d'Àuray, 1768; etc). 
où la reconnaissance d'un enfant résulte uniquement de la déclaration faite au prêtre par les 
parents pendant la cérémonie du mariage et inscrite soit dans le texte, soit en marge de l'acte qui 
la rapporte. 

Droit eccléslastiopie sur les mariages. — Nous n'avons rencontré la mention de droits unes 
payés à l'Église à l'occasion des mariages que dans les paroisses de Belle-Ile au xvii* siècle. Au 
Palais , d'après les comptes des deux fabriques ou « abbés » nommés annuellement et désignés 
sur les registres , ce droit était d' « environ » trois sous perçus de chaque « escuelle ou couple » 
de mariés, pour l'entretien des « pilets » ou cierges. A Sauzon, il consistait en une livre de cire. 

Bans des ordinations. — Les registres de vêture , noviciat et profession des communautés 
religieuses peuvent rentrer dans la catégorie des registres de mariage , mais nous n'avons rien de 
particulier à en dire. Seules, les ordinations étaient parfois soumises à des règles analogues à celle 
de la publication des bans. A Josselin et dans quelques paroisses environnantes, la réception des 
ordres sacrés était au préalable proclamée trois fois , aGn de provoquer les observations relati- 
vement aux intéressés, « tant pour les mœurs qu'autrement. » Ailleurs (Gourhcl, 1734), on est 
avisé que « le sieur N. , originaire de cette trêve, désire se faire promouvoir au sous-diaconat à 
l'ordination prochaine ; si quelqu'un veut former opposition ou a quelque avis à donner à ce sujet 
aux supérieurs, il prendra les mesures convenables etc. » 

Registres de sépultures.— Généralement postérieurs aux baptêmes, mais antérieurs aux ma- 
riages, les premiers actes de sépulture, sauf pour une vingtaine de paroisses, ne datent, avons- 
nous dit, dans le Morbihan que du commencement du xyii' siècle, jusque-là quelques actes de 
décès ou d'inhumation apparaissent de loin en loin, inscrits exceptionnellement au milieu des bap- 
têmes; puis on avait commencé à enregistrer les sépultures sur le même cahier que les mariages, 
tout en les isolant de ceux-ci ; enfin on leur avait consacré des registres spéciaux. Réunis aux 
baptêmes et aux mariages après l'ordonnance royale de 1667, les actes d'inhumation en avaient 
été de nouveau séparés, comme on l'a vu, à la suite de l'arrêt du conseil d'Étal de 1746. 11 y 
avait aussi des registres de sépultures dans les communautés religieuses et dans les hôpitaux. 



— LIV — 

Désignés sous le titre de « livre des défunts, des morts, des inhumations, des enterrages ou des 
enterrements, » de « papier défunctaire, morluaire ou de mortuages, » les registres de sépultures 
portent parfois des en-tête plus développés ; nous Irancrivons les principaux : « Ensuit le livre 
des noms des défunts de la paroisse de Hénéac ensépulturés en Téglise paroissiale dudit Ménéac...; 
ledit livre commençant le premier jour d'août en Tan de grâce 1540, baillé.... aux subcurés de 
ladite église paroissiale pour marquer et écrire les noms des défunts de celte paroisse, tant vieux, 
anciennes gens et jeunes gens que... (enfants 7j« In memorid œtemd eruntjusti; ab auditione malâ 
non timebunt. » — « Ensuit le papier et dial des défunctz décédez et trépassez et enterremans de 
la ville de Hallestroict , tant en réglisse de monsieur sainct Gilles que aultres églissez dudiot 
Hallestroict, depuis le moys de janvier en Tan mil cinq cens quatre^-vingtz , les obsèquez et funé- 
railles faictez de par les presbtres de Hallestroict et moy subcuré. [Signé :] Bauduz. * — « Ce 
présant papier est pour insinuer les noms et surnoms de ceux quy feront enterrer leurs corps en 
Téglise et cimetière de la paroisse de Malguénac , et cotter le lieu et place qu'ils seront mys et 
enterrés, et le jour, moys et an » (1598). — « Je suis pour servir aux paroissiens de la paroisse 
de Marzan pour papier de mortuage. [Et plus bas :] 

Mortel vivant , pense et crois que ta fin 
Sera enfer ou paradis la fin. i 

Les recherches dans les registres d'inhumations sont , comme pour les mariages, quelquefois 
mais assez tardivement, facilitées par des tables; encore celles-ci sont-elles généralement négligées. 
Le consciencieux missire Chotard lui-même confesse avoir omis volontairement, dans son relevé 
des sépultures de Plouay, plusieurs noms de défunts qui ne présentaient aucun intérêt, et s'il n'a 
fait partir ce relevé que de Tannée 1700, c'est qu'antérieurement, dit-il, les actes ne renfermaient 
point d*autres renseignements que le prénom et le nom de famille de la personne décédée. Il 
aurait pu ajouter que, bien souvent, ces noms mêmes étaient oubliés (Malestroit, vers 1615). 

Actes de sépulture. — Examinons , en effet , séparément les actes de sépulture , ainsi que 
nous l'avons fait pour ceux de baptême et de mariage. Tout d'abord on remarque que, comme 
les mariages , ces actes , sauf de rares exceptions, sont écrits en français ; nous avons rapporté le 
commandement adressé, en 1648, au recteur de Bréhan-Loudéac , relativement à la rédaction 
des formules de mariage ; pareil avis lui était donné, à la même date, au sujet des actes d'inhu- 
mation : « PrcBcipitur rectori ut deinceps referai nomina defunctorum lingvA vernaculd. • Comme 
pour les baptêmes et les mariages, on trouve fréquemment et jusqu'à la fin , consignées dans un 
seul article , toutes les sépultures qui avaient eu lieu le même jour. 

Formule des actes de sépulture.— Quant à la formule d'enregistrement, très courte à l'ori* 
gine, si elle ne contient guère que les renseignements principaux signalés par missire Chotard, 
et que celui-ci considérait avec raison comme fort insuffisants au point de vue où il se place 
toujours , c'est-à-dire pour les recherches à faire relativement à la généalogie des familles , elle 
en fournissait néanmoins d'accessoires que nous ne saunons négliger dans cette étud^ Les plus 
anciennes sont ainsi conçues : « Le .... décebda N., confessé par N. , et fut enterré en l'église 
(ou : au cimetière) de .... » Quelquefois on indique la demeure du défunt; quelquefois aussi à la 
date du décès on substitue celle du jour où le corps est « ensépulturé » ou « entombé ; » à partir 



J 



— ly — 

du milieu du xyii* siècle, c'est la dernière qui figure le plus souyent , lorsqu'on ne donne pas les 
deux. À la même époque , le clergé , rappelé à la forme du rituel romain , comme plus tard à 
pelle des statuts synodaux , commence à dresser des actes de sépulture un peu plus détaillés : la 
mention de la confession, par exemple, est accompagnée de celles de la communion et de Tex- 
trème-onction , et il est à remarquer que, jusqu'à la fin du siècle dernier, sauf le cas de mort 
subite, il n'est point d'acte, pour ainsi dire, qui ne rapporle l'accomplissement de cette triple 
cérémonie, témoignage incontestable de la foi énergique de nos pères. Puis viennent les diverses 
prescriptions royales qui ajoutent peu de chose à ce qui se pratiquait déjà : Tart. 9 de 
l'ordonnance de 1667, un arrêt du Conseil d'État du 11 juillet 1676, l'art. 10 de la déclaration 
de 1736, se bornent à réclamer l'insertion dans les actes du jour et de l'heure du décès, du 
nom, surnom et qualité du défunt. C'était véritablement trop peu, et Ton conçoit encore 
ici l'exaspération de missire Chotard au sujet des renseignements essentiels laissés de côté; 
la nouvelle formule proposée par "maître CorroUer et approuvée par le recteur de Plouay devait 
mentionner, indépendamment de tout ce qui précède, l'âge de la personne décédée, le lieu de 
sa naissance et celui de son décès, les noms de son père, de sa mère, de sa femme ou de son 
mari, l'indication des témoins de l'enterrement et de leur degré de parenté avec le défunt. 
Plusieurs recteurs avaient déjà reconnu depuis longtemps la nécessité de compléter les actes de 
sépulture et avaient songé , entre autres additions , à celle dé l'âge, mais en général ce rensei- 
gnement était donné d'une façon vague et approximative , surtout pour les vieillards ; ils n'ont 
jamais que tel âge ^ ou environ, » quoiqu'il fût souvent facile d'être plus précis à cet égard. 
Pour ne citer qu'un exemple de l'indifférence habituelle en pareille matière , il suffira de rap- 
porter que, la mère du recteur de Lanvaudan étant morte chez son fils, au presbytère, en 1713, 
on se borna , dans son acte d'inhumation , à indiquer qu'elle était âgée de 80 ans « et quelque 
peu davantage. » 

Ëpocpxe et lieu de la sépulture* — Si lés actes de sépulture présentent fréquemment des 
omissions regrettables , on comprendra plus aisément que nous ne nous soyons pas astreint , ici 
encore, à reproduire dans notre inventaire tous les détails qu'ils renferment, lorsqu'ils n'offraient 
rien de particulièrement intéressant. C'est ainsi que nous avons le plus souvent négligé la date 
du décès remontant d'ordinaire à un jour ou deux ; mais nous n'avons pas manqué de la relever 
lorsqu'il s'agissait de personnages importants, à quelque titre que ce fdt, ou bien lorsque la 
comparaison de la date du décès avec celle de la sépulture méritait d'appeler l'attention , soit à 
cause de l'écart existant entre ces deux dates , comme ceux que nous avons signalés à la Trinité* 
Porhoët(3-ll avril 1591), à Malguénac (8-13 janvier 1602), à Guilliers (8-16 octobre 1645), à Sainte- 
Croix de Vannes (29 juillet-6 août 1646), à Péaule (10-16 octobre 1646), à Sainte-Croix de 
Vannes (13-19 décembre 1687), à Saint-Malo-de-Beignon (4-11 mars 1702), à Plescop (16-27 
février 1742), soit, au contraire, à cause du peu d'intervalle qui les sépare, intervalle qui n'est 
parfois que de quelques heures. Sans doute ce dernier cas ne se présente guère qu'aux époques 
de contagion, comme à Malestroit, en 1627 et en 1631, où le décès ne précède souvent la sépul* 
ture que de 8 ou 9 heures ; mais on frémit en songeant au nombre de personnes qui, par suite 

d'une telle précipitation, ont dû être inhumées vivantes. 

■» 

On a vu que , pour les baptêmes et pour les mariages accomplis en dehors de la paroisse des 
intéressés , les actes de ces cérémonies devaient être néanmoins enregistrés dans cette paroisse ; 



h 

L — 



il en élaît de même pour les sépultures des individus décodés et inhumés loin de leur domicile 
habituel. On en trouvera plusieurs exemples à Tinvenlaire. 

Quant aux personnes décédées et inhumées dans la paroisse, il y a, suivant les époques et 
suivant la qualité des parties, des distinctions à établir relativement au lieu de leur inhumation 
et à la manière dont les actes étaient enregistrés. Il résulte de l'examen des plus anciens cahiers 
de sépultures que, dès l'origine, les églises paroissiales et la plupart des chapelles étaient entourées 
de cimetières, et qu'on inhumait indifféremment dans ceux-ci et dans celtes- là; cet usage 
se perpétua jugique fort avant dans le xyiii* siècle, avec une double tendance toutefois, des 
paroissiens d'un côté à délaisser les cimetières, des recteurs de l'autre à déposséder les chapelles 
de leurs droits acquis au profil de l'église-mère. Nous avons déjà vu, sur ce dernier point, les 
réserves faites par le recteur d'Iilven au sujet des inhumations de la frairie de Trédion ; on 
remarque dans les registres d'Arzal, aux années 1730-1732, une résistance analogue du recteur 
contre ses paroissiens du village de Lantiern, et, cette fois, les hostilités se traduisirent par des 
faits regrettables : pour une dizaine de décès audit village, les habitants durent enterrer eux- 
mêmes leurs morts, soit dans leur chapelle, soit dans le cimetière contigu, « sans la présence 
d'aucun ecclésiastique ; » par représailles , les actes de sépulture furent rapportés en ces termes 
à l'envers sur les registres de la paroisse. 

Souvent, comme pour les baptêmes et les mariages, Tinhumation avait lieu dans une paroisse 
étrangère à celle du décès, avec l'autorisation du recteur de celle-ci et ses droits toujours réservés 
relativement à la cérémonie. Aux raisons de voisinage et autres que nous avons déjà données 
pour expliquer ces déplacements , il faut ajouter ici le désir exprimé par le défunt de reposer 
dans r « enfeu » ou tombeau de ses ancêtres situé hors de la paroisse où il avait son domicile. 
Dans ce cas encore, l'enregistrement était indispensable des deux côtés. « S'il y a transport hors 
de la paroisse, dit la déclaration de 1736, art. 11 , il en sera fait un acte sur les deux registres 
de la paroisse d'où le corps sera transporté , et il sera fait mention dudit transport dans l'acte 
de sépulture qui sera pareillement mis sur les deux registres de l'église où se fera ladite sépulture. » 
Quelquefois l'inhumation était accordée dans une abbaye, dans une communauté religieuse 
quelconque , que la personne décédée y fût ou non pensionnaire ; c'est ainsi que le registre de 
sépultures du couvent des Carmes d'Hennebont renferme des actes relatifs non seulement aux 
religieux, mais encore à des laïques enterrés daiïs leur chapelle, et même aux particuliers inhumés 
dans l'église paroissiale avec l'assistance des moines. 

Sépulture des seigneurs. — Nous avons parlé des enfeus ; c'était le lieu de sépulture 
ordinaire des seigneurs qui possédaient ce droit exclusif ou « prohibitif » dans l'église ou dans 
une des chapelles de leur paroisse. Indiqués habituellement par une voûte ou arcade pra- 
tiquée dans la muraille et surmontant une tombe « levée, » ces enfeus étaient placés tantôt 
dans une chapelle de l'église appartenant également au seigneur, tantôt dans le chœur ou 
« chanceau » même de l'église, « dans les baluslres du grand-autel. » Or, il est à remarquer 
que ce n'étaient pas des tombeaux de famille, mais uniquement des tombes privatives des 
propriétaires d'une seigneurie. Aussi, quelque jaloux que fussent ces derniers de leur privilège, 
les voit-on fréquemment en octroyer le bénéfice soit au fermier général de leur domaine, soit au 
capitaine de leur château, soit au sénéchal ou au procureur-fiscal de leur juridiction, personnages 
qui, de leur vivant, partageaient souvent leur propre logis. Les seigneurs n'en étaient que plus 



j 



— LVll — 

ardeDls à faire respecter leurs droits , et l'occasion n'était pas rare , contre ceux qui s'ingéraient 
de vouloir usurper leur place. On voit, par exemple , dans les registres de Halestroit , à l'année 
1615, que, les prêtres ayant inhumé quelques paroissiens au chœur de l'église sans permission, 
le seigneur de cette baronnie , H. le comte de Brissac , « venant audit Malestroit quelque temps 
après, étant indigné de quoi on enterrait dans le cbancel, fit commandement de n'y plus 
enterrer. » Ainsi mis en demeure de sauvegarder une prérogative exposée à de nombreuses 
attaques , le clergé n'avait pas toujours un rôle commode à remplir ; parmi les usurpateurs , les 
uns appuyaient leurs prétentions sur de simples déclarations verbales, dont il n'avait ni le pouvgir 
ni le loisir de contrôler la véracité , les autres pour tout argument recouraient à la violence , et 
les pauvres prêtres n'avaient, comme décharge , que la ressource de constater les faits sur leur 
registre. « Le troisième jour du mois de février mil six cent et vingt, écrit l'un deux, il fut 
enterré en l'église de Saint-Dolay le corps de N., depuis peu métayer en la métairie de 
Cadouzan ; et a été mis dans le chœur de ladite église , pas loin du grand-autel , et ce par force 
et violence de mademoiselle dudit Cadouzan, qui l'a fait mettre en terre par ses serviteurs et 
voisins, malgré moi et toute la puissance que j'y pouvais avoir, me disant et proférant plusieurs 
sortes d'injures atroces et scandaleuses, et ce dans ladite église, près le grand-autel ; dont 
plusieurs de ceux qui y étaient présents s'en sont fort scandalisés ; ce que je certifie être vrai. 
Témoin mon seing ci-mis, le jour et an que dessus. [Signé :] Launay. » (Saint-Dolay.) 

Que l'inhumation se fit dans le chœur ou dans une autre partie de l'église, les actes du xvi' siècle 
et surtout ceux du xvii' relatent généralement d'une façon précise l'endroit où elle avait 
lieu pour chaque individu : contre le marchepied de l'autel, vers la muraille, du côté de 
l'Évangile ou de l'Épilre , près de la porte ou du confessionnal , « sous une grosse pierre tombule 
verte à-vis du grand-autel » (Plumelec, 1658), à la troisième tombe du premier rang, vers midi 
ou vers minuit, « dans les tombes ordinaires des seigneurs et dames de...., cavées et enfoncées 
en forme de voûtes au milieu du chanceau de l'église, près le balustre du grand-autel, et 
auxquelles tombes celle du second rang, qui est vis-à-vis le milieu du tabernacle et la lampe, en 
descendant du balustre vers le bas dudit chanceau, sert d'entrée » (Caro, 1698). Relevons encore 
une expression particulière que nous avons rencontrée à diverses époques dans les actes de 
sépulture des Fougerêts, de Pleucadeuc, de Bieux, de Saint-Perreux , celle de porte « mortuale 
ou mortuelle , » ce qui signifie sans doute la porte par laquelle on introduisait les morts dans 
l'église , la porte à deux vantaux , la grande porte. Pour les inhumations qui avaient lieu dans le 
cimetière, la place était indiquée d'une manière non moins précise : à la « passée, » à la porte 
mortuelle, du cimetière cette fois, près du « reliquaire » ou ossuaire, près de la croix 
des bannies, etc. 

Sépulture des ecclésiastiques. — Les membres du clergé avaient également, dans le chœur 
de l'église paroissiale, un tombeau réservé , mais de bonne heure la plupart d'entre eux deman- 
dèrent €f par humilité » à être enterrés soit dans le bas de l'église , soit au « parvis , vestibule , 
chapitreau ou porchet, » le plus souvent dans le cimetière même, près de la porte de la sacristie 
ou au pied de la croix , à côté les uns des autres. La noblesse imita quelquefois cet exemple , 
« par un esprit de piété et de religion » (Noyal-Pontivy, 1766), tout en maintenant son droit d'enfeu. 

Inhumation dans les cimetières. — Cet exemple était d'autant plus nécessaire que , nous 
l'avons dit ci-dessus , le commun des paroissiens faisait de plus en plus invasi(m dans l'église , 



— LVIU — 

par suite d'un préjugé dont nous ne saurions indiquer la source et qui l'empêchait de considérer 
le cimetière comme terre sainte. La force de ce préjugé se révéla d'une façon toute particulière 
à l'occasion de la publication d'un arrêt du parlement de Bretagne rendu en 1719. A cette époque, 
la ville de Rennes venait d'être cruellement ravagée par une maladie contagieuse, et le 
Parlement, supposant, non sans raison, que l'usage d'inhumer dans les églises était l'une des 
principales causes des épidémies autrefois si fréquentes, entreprit enfin d'y mettre un terme en 
décidant qu'à l'avenir ces sortes d'inhumation ne seraient plus permises , sinon pour ceux qui 
avaient un droit d'enfeu bien établi. L'utilité d'une aussi sage mesure était incontestable ; 
l'espace consacré aux sépultures , dans des paroisses souvent considérables , était tellement exigu 
qu'on était exposé à chaque instant, en creusant le sol pour une inhumation, à rencontrer des 
corps incomplètement décomposés, témoin ce cercueil qu'on eut tant de peine à placer dans l'église 
Saint-Gilles de Haleslroit, au mois de juillet 1617 : « Auparavant que de trouver une tombe 
propre pour le mettre , en furent levées trois tombes. » Si l'on ajoute à cela le défaut d'aération 
suffisante, Taccumulation fréquente des fidèles sur un terrain constamment remué et toujours 
imparfaitement recouvert , on comprendra que les églises étaient devenues des foyers d'infection 
qu'il était urgent d'assainir (1). 

Peut-être le clergé, en réclamant pour lui-même la sépulture dans les cimetières, avait-il déjà 
compris depuis longtemps le danger de cet état de choses dont il souffrait tout particulièrement ; 
aussi ne fit-il, en ce qui le concernait et malgré ses droits reconnus, aucune difficulté d'obéir 
aux ordres du Parlement, en même temps qu'il s'efforçait de concourir à leur exécution relative- 
ment aux paroissiens. Dans la plupart des paroisses on se soumit, non sans murmures, aux 
nouvelles prescriptions et, dès les derniers mois de l'année 1719, les inhumations eurent lieu à 
peu près exclusivement dans le cimetière; dans d'autres, au contraire, on continua, pendant 
plusieurs années encore, d'observer l'ancien usage. Quelques paroisses, comme Sainl-Jean-Bré- 
velay, Elven et Trédion, etc., se signalèrent par leur résistance et, de 1719 à 1732, les recteurs 
eurent à constater sur les registres un certain nombre de sépultures faites dans l'église « par 
violence, » malgré eux, « sans assistance de prêtres. » A Saint-Jean-Brévelay, suivant un acte 
de la fin de décembre 1719, deux hommes assistant à un convoi s'étaient écriés que « si on leur 
donnait une palle, ils allaient percer dans l'église; puis tous, sans attendre l'enterrement, s'en 
étaient allés et avaient laissé les femmes percer de force dans l'église ; l'une d'elles , en présence 
de son mari , avait rempli la fosse du cimetière (qu'on y avait préparée d'avance pour l'inhu- 
malion\ Le tout rapporté plus au long dans le certificat envoyé à M»' le procureur-général. » 
On trouve encore un fait analogue en 1743, à Nonteneuf, où une femme est inhumée dans l'église 
par son propre fils, sur le refus du curé. Le Parlement avait cependant renouvelé ses défenses 
à plusieurs reprises et prescrit l'ouverture de cimetières dans les bourgs qui en manquaient ; les 
Évêques, de leur côté, usaient de toute leur autorité pour appuyer les ordonnances de la Cour 
(V. l'inventaire de Saint-Caradec-Trégomel, 1748) ; mais telle était la force de l'habitude et du 
préjugé populaire qu'on ne pouvait guère compter, pour obtenir une réforme complète , que sur 
le temps et sur l'évidence des améliorations apportées à la santé générale des habitants par cette 
mesure de salubrité publique. 



(i) On peut voir à ce sujet, dans le bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1865, 1« semestre, l'article 
de M. le D' G. de Closmadeuc, intitulé : Une question d'hygiène publique traitée dan$ une petite ville de Bretagne, 
au XVIJI^ siècle. 



— LIX 



Vers la fin du xviii* siècle , la question des sépultures fit un nouveau pas, et, cette fois, ce fut 
à la demande des populations elles-mêmes dont les plaintes s'exhalaient par la bouche des 
Évèques et des officiers de justice. Non seulement les inhumations dans les églises continuaient 
à être nombreuses, mais la plupart des cimetières, devenus à leur tour trop étroits et attenant 
aux églises , c'est-à-dire situés au milieu des habitations , ne remplissaient qu'imparfaitement le 
but qu'on s'était proposé. Quelques villes, comme Vannes, Ploêrmel, Maleslroit, Auray, quelques 
bourgs, comme Hissiriac, avaient, il est vrai, repris ou conservé l'usage d'un double ou d'un 
triple cimetière ; mais ces précautions étaient insuffisantes ; des lettres patentes , datées de 
Versailles, 15 mai 1776, devaient heureusement être plus efficaces. Ces lettres ordonnèrent qu'à 
l'avenir les Évêques et les curés, les ancien^ patrons, hauts-justiciers et fondateurs auraient seuls 
droit de sépulture dans les églises et les chapelles, moyennant la construction de caveaux spéciaux 
d'une grandeur déterminée, et sans qu'ils pussent transmettre ce droit à personne en dehors de 
leurs familles ; que ce privilège ne serait désormais accordé à aucun seigneur, même à litre de 
fondation ; que les enfeus des églises pourraient être remplacés par des caveaux particuliers 
pratiqués au cimetière dans des terrains privatifs ; enfin que les cimetières trop exigus seraient 
agrandis et ceux dont la situation était préjudiciable à la santé publique transportés à quelque 
distance des habitations , avec toutes facilités offertes aux fabriques et aux communautés de ville 
pour l'acquisition des terrains nécessaires^ C'est alors qu'on vit successivement les viiles de Lorient 
(1780), Hennebont (1783), Josselin (1784 et 1786), Vannes (1786), se pourvoir de cimetières 
extérieurs ; une fois donné , ce mouvement vers un progrès réel allait se communiquer aux 
campagnes où, quoique bien lentement encore , il opère de nos jours d'urgentes transformations. 

Sépulture des enfants. — Si le lieu de la sépulture varie suivant l'époque , il diffère égale- 
ment selon la qualité de l'individu décédé , et aussi selon le genre du décès. Tandis que les 
membres de la noblesse et du clergé jouissaient sous ce rapport de privilèges fort enviés du reste 
de la population, certaines catégories étaient vouées systématiquement après leur mort à l'indif- 
férence, au mépris et à l'abandon. Sans parler des enfants morts-nés ou morts sans baptême qui 
eurent de tout temps une place spéciale dans le cimetière, et dont les inhumations étaient 
quelquefois consignées à l'envers à la fin des registres , lorsqu'elles n'étaient pas complètement 
passées sous silence (voir les notes de la visite épiscopale de 1762 à Brandi vy, Guéhenno, Saint* 
AUouestre), on ne semble pas attacher d'importance à la sépulture des enfants en général, surtout 
au XYi^ et au xyir siècle ; ici on leur accorde l'inhumation dans l'église , là on la leur refuse ; 
ailleurs, on leur assigne une chapelle particulière, comme celle de Sainte-Marguerite à Locminé, 
celle de Saint-Michel à Vannes où , indépendamment des prêtres de la communauté de ce nom , 
sont enterrées également, en dedans ou en dehors de la chapelle, certaines gens de basse 
condition, les criminels exécutés par la main du bourreau (Sainte-Croix de Vannes, 1686) et 
l'exécuteur des hautes-œuvres lui-même (ibid.). Quel que soit le lieu de la sépulture des enfants, 
les actes qui la rapportent sont enregistrés, soit isolément, soit en bloc , comme à Crédin où un 
seul article, daté du 20 août 1609, relate l'inhumation de dix-huit enfants , morts depuis le 
!•' juillet précédent, au moyen de cette simple indication pour chacun d'eux : « Un fils (ou une 
fille) à N. » Bien que la déclaration de 1736 prescrivit, à son art. 10, d'observer les règles 
données pour les actes de sépulture, « même à l'égard des enfants, de quelque âge que ce fût, » 
on remarque encore ^ à une époque postérieure , l'usage d'un autre procédé qui consistait à né 



— LX — 

pas enregistrer riahumatioQ et à porter uniquement , en marge du cahier des baptêmes et eu 
regard du nom de l'enfant, le mot Obiit et la date de son décès. Quant aux tables de sépultures, 
jusqu'à la fin du XYiii' siècle on ne prend pas la peine d'y relever celles des enfants : « Les 
petits enterrements ne sont point marqués sur ce catalogue, » écrit le recteur d'Arradon en 1773; 
mais la limite d'âge n'est pas la même pour tous : quelques-uns signalent les inhumations à 
partir de sept ans; de son côté, missire du Fau, annotant, de 1767 à 1779, les registres de 
Saint-Gildas d'Auray , laisse en dehors du compte des sépultures celles des enfants morts au- 
dessous de douze ans. D'après un principe analogue, plusieurs tables de baptêmes ne font pas 
figurer les noms des enfants morts dans l'année de leur naissance. 

Sépulture des bfttards. — Des mesures semblables accompagnaient naturellement l'inhumalioa 
des enfants illégitimes; outre qu'elle était enregistrée d'habitude à la fin du cahier à l'envers , 
elle ne pouvait, dans le principe, être accordée qu'au cimetière. Un enfant bâtard, étant mort à 
Malestroit en 1627 , fut « enterré dans le cimetière de la Magdeleine , jouxte la croix qui est 
proche de l'épine, d'autant que N., qui était pour lors fabrique, s'opposa qu'il n'eût été enterré 
en la chapelle, et il y eut pour ce sujet grande dispute. » 

Sépulture des personnes mortes de la oontagion. — Nous avons dit qu'aux époques 
d'épidémie, la sépulture était donnée, aux personnes mortes de la maladie contagieuse, le jour 
même de leur décès et souvent au bout de quelques heures seulement. Ajoutons ici certaines 
remarques assez curieuses relativement au lieu et au mode d'inhumation qui leur étaient propres 
au XVI' siècle et dans la première moitié du xvu'. On en trouve , il est vrai , plusieurs enterrées 
dans des chapelles plus ou moins isolées, comme à Bourg-Paul-Muzillac, Crédin, Guer, Limerzel, 
Malestroit, Marzan, Questembert, etc., voire dans l'église paroissiale, comme à Berric et à Malestroit; 
mais ce sont là des exceptions dont quelques-unes même furent le résultat de la violence. Les 
registres de Malestroit nous apprennent, par exemple, qu'une femme ayant été inhumée, le 
â novembre 1606, dans le cimetière de Sainte-Anne, « à cause qu'elle était décédée de la 
contagion, » son mari, le 8 décembre suivant, « déterra sa défunte femme et l'enterra en l'église 
monsieur saint Michel lès-Malestroit. » On voit également, dans les registres de Berric, qu'en 
1634, un enfant de six ans, « malade et défluant de la contagion et peste, » fut inhumé par son 
père dans l'église paroissiale, « par force et violence, ouverture et fraction des portes de ladite 
église, » malgré un arrêt de la Cour rendu sur celte matière et publié au prône de la grand'messe. 
D'habitude, l'inhumation des malheureux qui mouraient de la peste, ou qui seulement étaient 
«r soupçonnés » d'en être morts , se faisait dans les cimetières , soit celui de l'église , soit celui 
d'une chapelle quelconque, soit dans un cimetière spécial, comme celui de la Passion à Elven; 
quelquefois ce cimetière est ouvert à l'occasion du fléau : tels étaient ceux de la Santé à Hennebont 
et de la Croix-Julien ou Croix-des-Défunts à Pleucadeuc. Souvent on ne prenait pas la peine 
d'aller jusqu'au cimetière et, la crainte de la contagion aidant, on se bornait à creuser une 
fosse dans un jardin, dans une pièce de terre, au pied d'une croix (Elven, 1632; Carnac, 1633; 
Campénéac, 1637 ; Malestroit, 1638-1639) ; c'étaient de véritables enfouissements. 

Pour rendre plus évidente la justesse de cette expression , il nous suffira de constater qu'à 
celte époque le clergé ne préside même pas à la sépulture ; médecins, juges, prêtres, tous parti-f 
cipent à l'affolement général que cause l'apparition de l'épidémie. Au nombre des précautions 



j 



— LXI — 

prises contre le mal, nous avons signalé ailleurs (1) le procédé qui consistait à « cadenasser » 
dans leurs maisons les personnes qu'on supposait atteintes de la contagion, et à leur faire parvenir 
par les fenêtres avis et ordonnances de police, vivres et médicaments (2). La victime venait-elle 
à succomber, ses parents étaient tenus de pourvoir eux-mêmes à Tinhumation ; citons quelques 
exemples : en 1586, une paroissienne de Halestroit décédée de la contagion est enterrée par son 
mari dans Téglise de la Hagdeleine; nous extrayons les autres des registres d'Ëlven : en 
novembre 1632, une fenune meurt dans un village de cette paroisse ; « sur le bruit qui courut 
qu'elle avait du pourpre et qu'on craignait qu'elle f&l morte de la peste, les paroissiens firent 
difQculté de permettre qu'on amenât le corps au bourg ; de sorte que que]qu,es-uns des parents 
Tenterrërent au pied de la croix de -Camarec , d'où elle a été depuis, au bout de trois ou quatre 
jours, transportée et enterrée de nuit dans le cimetière de la Passion , » où son mari ne tarda 
pas à la suivre. En décembre de la même année, le corps d'un particulier, qu'on soupçonnait 
avoir été frappé par la contagion , est « laissé un jour et une nuit dans le porche de l'église 
paroissiale qu'on ne voulut ouvrir l'espace de deux jours ; sur quoi intervint sentence du prési- 
dial de Vannes portant commandement au fils du défunt de l'enterrer au cimetière de la Passion , 
à peine de 200 livres d'amende. » Au mois de janvier 1640, c'est le contraire : un père inhume 
son fils , sur un pareil soupçon. Parfois la famille est remplacée par des étrangers dans ces soins 
douloureux : à Àuray les PP. capucins, à Hennebont les religieux récollets se signalent par leur 
dévouement à ce sujet ; mais ceux qu'on rencontre surtout dans les lieux où sévit le terrible 
fléau , ce sont les « désaireurs ou esventeurs » qui à leurs attributions ordinaires suffisamment 
indiquées par cette dénomination joignaient encore la charge d'inhumer les corps des pestiférés ; 
on les voit fonctionner à Caro en 1605, à Auray en 1631 , à Crédin en 1632, à Hennebont, 
Bourg-Paul-Muzillac, Guilliers, Quily, Rieux, de 1633 à 1638; et, s'ils font quelquefois largement 
payer leurs services , qu'on a trop souvent l'occasion de réclamer, il est juste de dire qu'ils 
figurent fréquemment aussi parmi les victimes. 

Nous avons dit que les prêtres séculiers, s'appuyant sur un usage admis à cette époque et sur 
les décisions des sénéchaussées, se dispensaient d'assister à l'enterrement de leurs paroissiens, 
avec autant de soin qu'en mettaient les médecins à ne pas s'approcher des malades, dans ces 
circonstances qni, lorsqu'elles se représentent de nos jours, provoquent, au contraire. Chez les 
uns et les autres , un redoublement de zèle et d'abnégation. L'enregistrement des actes de sépul- 
ture devait naturellement se ressentir de cet état de choses. Tantôt on se bornait à donner les 
noms'^des trépassés, soit sous forme de liste, soit confusément dans un seul acte, sans men- 
tionner pour chacun d'eux ni le jour du décès ni celui de l'inhumation ; tantôt ils n'étaient même 
pas tous désignés nominativement ; on se contentait d'indications telles que celles-ci : « la femme 
de N. ; N., son fils, ses deux filles et sa servante, » etc. Ailleurs, le vague plane aussi sui^ 
le nombre des décès : « Deux ou trois morts de la contagion au Bois-Solon » (Malestroit ,* 
juin 1638) « Notez que dans la Santé il est mort de peste plus de deux cents personnes, tant 



(1) Recherches historiques dans les archives départementales ^ communales et hospitalières du Morbihan» 
Archives communales : Hennebont. — Voir V Annuaire du Morbihan, 1872. 

(2) On peut rapprocher ces faits de ceux qui se passaient en Italie, vers 1628, et que rapporte Manzoni dans un 
chapitre de see Fiancés; de nos jours encore, qui ne se rappelle le drame de la mort de Philarëte Ghasles , emporté 
par le choléra dans un hôtel de Venise, au mois de juillet 1873? i 



— LXII — 

grands que petits ^ desquelles nous ne savons les noms ni le jour de leur trépas et enterrement, 
et sont enterrés dans le cimetière dudit Sa'MXM » (Saint^illes-Hennebont, 1639). Des annotations 
de ce genre , si intéressantes qu'elles soient à recueillir aujourd'hui pour l'histoire, n'avaient 
aucune valeur pour les familles. Et dans combien de circonstances les registres reslèrent-ils 
absolument muets ? « On n'était pas bien eiact à enregistrer ceux qui décédaient de la maladie 
contagieuse, * écrit le recteur de Pleucadeuc« missire Ponvallon-Hervoët, dans une note de 1746, 
en parlant de l'épidémie de 1638. Antérieurement, nous avons vu qu'en la paroisse de Saint-Léry, 
au temps de la grande contagion de 1587-1588, aucun décès n'avait été inscrit ; les cahiers de 
la Trinité-Porhoët^ à la même époque (1588), mentionnent cent et quelques décès sur 340 
qu'accuse une note particulière. 

Sépulture des cordiers. — Il était une sorte de pestiférés avec lesquels nous avons déjà fait 
connaissance et que la population pouvait d'autant moins oublier qu'à ses yeux la contagion 
existait chez eux à l'étal permanent , c'étaient les cordiers. Aussi , non seulement leurs actes de 
sépulture sont portés à l'envers à la fin des registres ou distingués de ceux du reste des habitants 
par une indication spéciale en marge, mais pendant longtemps il ne leur est permis de se faire 
enterrer que dans leurs Magdeleines ou autres chapelles de leurs villages, Saint-Nicolas à Garo, 
3aint-Marc à Guer, etc., ou dans les cimetières de ces chapelles. Peu à peu, grâce aux arrêts 
du Parlement , à l'appui de la noblesse et du clergé , ils obtinrent le droit d'être inhumés dans 
le cimetière paroissial, dans le porchet de l'église (Locminé), puis enfin dans la nef de l'église 
elle-même ; mais cette révolution dans les vieux préjugés, qui date des dernières années du 
XYii* siècle, ne s'effectua pas sans une lutte acharnée, sans des scènes de désordres et de 
sauvagerie qu'on s'imaginerait difficilement, si elles n'étaient rapportées en détail dans des 
dossiers de procédure criminelle (1). 

Sépulture des étrangers et des paroissiens décédés de mort subite ou violente. — 

A l'époque où tout le monde était enterré dans les églises, on reléguait rigoureusement dans le 
cimetière les corps des mendiants et des étrangers de passage , surtout s'ils venaient à mourir 
subitement. A peine leur identité était-elle constatée : on donnait approximativement leur âge, 
ieur taille et leur figure, on signalait leur costume, les objets trouvés sur eux; on relatait les 
renseignements qu'ils pouvaient avoir fournis aux habitants sur leur profession, leur pays 
d'origine , leur nom ou prénom ; et puis , c'était tout ; pas de vérification , pas de contrôle « pas 
la moindre recherche ultérieure. Étaient pareillement inhumés dans le cimetière, en générait 
ceux des paroissiens qui décédaient de mort subite ou violente, par suite d'un accident, c'est- 
à-dire sans avoir reçu les derniers sacrements. Dans certaines paroisses, comme à Noyal-Huzillac 
et à Locminé , leurs actes de sépulture étaient inscrits à Tenvers à la fin du registre. Jusqu'au 
milieu du XTii' siècle , il fallut même la permission de l'autorité ecclésiastique, ce qu'on appelait 
« l'absoulx , » pour les inhumer soit dans l'église paroissiale , soit simjplement en terre sainte « 
dans le cimetière (Radenac , 1626; Malestroit, 1626 et 1628; Saint-Jacut, 1633; Naizin, 1645; 
Baden, 1652). Pour obtenir cette autorisation, il suffisait que le recteur attestât la moralité 
Ordinaire du défunt, et surtout sa fidélité dans l'accomplissement de ses devoirs religieux : 
en 1654, par exemple, un paroissien de Baden meurt sans absolution, « n'étant venu personne 



(i) Les Cacaus de Bretagne, loc. cit. 



— LXÏII — 

avertir de lui porter les sacrements ; comme ayant néanmoins vécu en bon catholique et fait 
sa fêle (ses Pâques) depuis peu de temps, lui a été octroyée la permission (d*être inhumé 
chrétiennement). » Quant aux étrangers inconnus, quelques probabilités sur leur conduite étaient 
nécessaires : en 1638, un mendiant de passage est trouvé mort à la gueule d'un four, dans un 
village d'Ëlven ; « ne sachant s'il était catholique ou non. M' de Vannes ordonna qu'il serait 
enterré en terre profane, de sorte que les voisins l'inhumèrent en une fosse proche ledit four, 
n'ayant osé ni pu le porter plus loin , crainte qu'il fût mort de peste. » Sur une apparence de 
preuves, au contraire, le clergé se départit de sa rigueur : en 1646, un homme venu en pèleri- 
nage à la chapelle Saint- Eutrope , située au village de Saint-Doué en Questembert, meurt audit 
village, dans une maison où il avait reçu l'hospitalité, demandant un prêtre pour le confesser 
et lui dire la messe à ladite chapelle, suivant l'attestation de tous les habitants ; « ce que voyant, 
écrit le recteur, et qu'il porloit mesme sur soy lettre du subcuré de Comblessac comme il avoit 
esté fortuné du feu... et contrainct de mandier, l'avons inhumé dans ladicte chappelle. » Les 
mêmes registres de Questembert mentionnent également l'inhumation, en 1661, dans l'église 
de cette paroisse , d'un mendiant dont on ignore le nom ; mais il avait dit à quelques personnes 
« avoir confessé à Saincl-Anne et encore depuis avoir confessé et receu la saincte communion 
en passant à Vannes,... et est ce qu'on a peu sçavoir, fors qu'il avoit encore un chapelet en sa 
pochette. » 

Un paroissien meurt-il assassiné , c'est toujours à ses mœurs habituelles qu'on se réfère pour 
le genre de sépulture à lui accorder : un seigneur est tué par son frère, le 22 février 1633, dans 
la paroisse de Marzan ; son corps est aussitôt , par le commandement du juge de la juridiction 
de l'Isle , transporté à l'église et gardé à vue jusqu'à l'arrivée des ofQciers de la cour de Vannes 
qui , après l'avoir visité , le 24 , ordonnent de l'enterrer dans l'église même ; et l'acte ajoute : 
« Le lendemain , à la venue de quelques-uns de ses parents , fîmes l'inhumation en terre sainte , 
émus de ce faire par les enseignes de bon et vrai catholique trouvés sur lui après sa mort, savoir 
une croix et crucifix d'os blanc , un chapelet avec un Agnm Dd au bout et une discipline , qui 
sont marques d'un vrai chrétien. » 

Mais il est des cas où le clergé se montre inflexible envers les paroissiens , c'est lorsqu'il» 
meurent en état de rébellion contre les commandements de l'Église : un acte , enregistré sépa- 
rément à la fin d'un cahier de Noyal-Muzillac , nous apprend qu'en 1691 un individu est trouvé 
mort dans son litj « et parce que, depuis cinq ans, il ne constait point qu'il eût communié à 
Pâques, son corps a été inhumé proche la chapelle de Brangolo. * Il y a tout lieu de croire que, 
s'il eût eu le temps de se reconnaître , cet individu se fût repenti, tant était rare l'endurcissement 
des pécheurs jusqu'à leur dernier soupir, à celte époque où le chiflre de la population se cal*- 
culait d'après le nombre des « communiants. » Citons cependant, à titre de curiosité, une 
exception, la seule que nous ayons rencontrée : le 17 novembre 1640, est signalée la mort d'un 
paroissien d'Elven, « lequel n'ayant voulu se confesser ni avoir de prêtre, n'a été inhumé dans 
la terre sainte, faute de la permission des supérieurs. » 

À partir de la fin du xyii'' siècle, c'est particulièrement aux officiers de justice qu'appartient la 
police des sépultures en cas de mort violente ou supposée telle. La déclaration de 1736 s'exprime 
ainsi à cet égard : « Art. 12. Les corps de ceux qui auront été trouvés morts avec des signes ou 
indices de mort violente, ou autres circonstances qui donnent lieu de le soupçonner, ne pourront 



— LXIV — 

être inhumés qu'en conséquence d'une ordonnance du lieulenant-criminel , ou autre premier of-- 
ficier au criminel, rendue sur les conclusions de notre procureur ou de ceux des hauts-justiciers, 
après aToir fait les procédures et pris les instructions qu'il appartiendra à ce sujet ; et toutes les 
circonstances ou observations qui pourront servir à indiquer ou à désigner Tétat de ceux qui 
seront ainsi décédés « et [le lieu] où leurs corps morts auront été trouvés , seront insérées dans 
les procès-verbaux qui en seront dressés ; desquels procès-verbaux , ensemble de l'ordonnance 
dont ils auront été suivis, la minute sera déposée au greffe, et ladite ordonnance sera datée dans 

l'acte de sépulture, qui sera écrit sur les deux registres de la paroisse — Art. 13. Ne seront 

pareillement inhumés ceux auxquels la sépulture ecclésiastique ne sera pas accordée, qu'en vertu 
d'une ordonnance du juge de poUce des lieux , rendue sur les conclusions de notre procureur ou 
de celui des hauts-justiciers ; dans laquelle ordonnance sera fait mention du jour du décès et du 
nom et qualité de la personne décédée.... * C'est par suite de ces prescriptions qu'en 1760, par 
exemple, six journaliers ayant été écrasés par un éboulement dans une perrière, en Noyal-Pon- 
tivy, on dut demander au procureur-fiscal de Pontivy la permission de leur donner la sépulture. 
Quant aux noyés rejetés par la mer sur le littoral, et ils étaient nombreux , il fallait s'adresser, 
pour leur inhumation, aux officiers de l'Amirauté. A voir ce qui se passe encore aujourd'hui 
dans nos campagnes, qui pourrait dire combien de fois le respect des droits de la justice , dans 
ces circonstances et autres analogues, ou plutôt une fausse interprétation des règlements, 
d'après laquelle on n'eût osé toucher un cadavre avant la descente des juges sur les lieux ou 
l'arrivée de l'autorisation nécessaire, détermina la mort d'infortunés que des secours prompts 
et intelligents eussent rendus à la vie? C'est seulement vers 1773 qu'on trouve dans quelques 
villes les appareils destinés au traitement des noyés et asphyxiés. 

Sépulture des aliénés. — Enfin plusieurs actes de sépulture de la paroisse de Locminé 
(février et juin 1664, mars et juillet 1665, 1667, 1708, 1726) nous font connattre une dernière 
classe de malheureux soumis , eux aussi , même de leur vivant , à des mesures spéciales et bar- 
bares dont l'usage s'est perpétué, paraît-il, jusqu'à une époque assez récente. Au nord de 
l'église paroissiale Saint-Sauveur, à laquelle elle est reliée par une large arcade moderne, 
s'ouvre une chapelle dédiée à Saint-Colomban , patron de Locminé , dont l'intercession était par* 
ticulièrement invoquée pour la guérison des fous. Dans cette chapelle sont creusés deux caveaux 
où on enfermait et attachait les aliénés , de l'un et de l'autre sexe , conduits à Saint-Colomban 
« pour y faire leur neufvaine, » non seulement de diverses paroisses du diocèse, mais aussi des 
diocèses voisins ; ils ne tardaient pas naturellement à y mourir et étaient enterrés soit dans la 
chapelle , soit dans le cimetière avoisinant ; la mention du décès est parfois consignée à l'envers 
à la fin du registre. 

Particularités des plus anciens actes de sépulture. — Les actes de sépulture , conune 
ceux de baptême et de mariage, se terminent fréquemment, surtout au nyv et au xvii* siècle, 
par une formule dans laquelle le prêtre implore la miséricorde de Dieu en faveur du défunt : 
•r Cujus mima requiescat cum Christo in face! »....« Dieu veuille avoir (ou recevoir) son âme en 
son paradis ! »...- « Devant Dieu soit son âme, et de tous fidèles trépassés ! ».... « Dieu lui fasse 
paix et pardon ! ».... « Que Dieu, par sa sainte grâce, lui veille CticJ, pardonne et efface de devant 
ses yeux toutes les fautes en quoi elle , en son vivant , pourrait l'avoir offensé ; et lui plaise , p« 
sa divine bonté , conduire àon âme en son benoît royaume et repos de paradis ! Amen. » etc. 



— LXV — 

Mais ce qui est spécial aux actes de sépulture, ce sont les indications qu'ils renferment^ jusque 
vers le milieu du xyii* siècle , relativement aux donations et legs faits à l'église par le défunt ou 
par sa famille, au prix de Tinbumation suivant la place choisie pour le tombeau. Les plus anciens 
registres ne manquent jamais de relater , soit en marge , soit dans le corps de l'acte , si l'on a 
laissé ou non un testament ou « ordonnance, » s'il y a ou s'il n'y a pas d'héritiers. Quelquefois 
l'absence de donation est justifiée parles annotations marginales : « pauvre, fort pauvre» mineur » 
(Ménéacj ; ou bien elle est sévèrement blâmée , par exemple chez ce paroissien décédé « après 
une longue maladie, sans jamais avoir voulu faire testament ni aucune ordonnance ni aumône, 
quoique très riche » (la Gacilly, 1652). L'emploi du legs est souvent spécifié : ici, le jour de 
l'inhumation , « est mise , de Tordonnance du défunt , une écharpe de taffetas rouge à la croix 
de la frairie de céans et deux rideaux devant Notre-Dame^ » (Guer , 1609) ; là , chaque somme 
léguée est affectée au carrelage de l'église (Saint-Dolay , 1617) ; le plus ordinairement elle est 
destinée à un service , avec distribution d'aumônes aux pauvres. 

Quant aux frais de la sépulture, ils sont mentionnés avec non moins d'exactitude, tant pour la 
messe et pour les prêtres qui y assistent , tant pour les cierges , tant pour la croix d'argent , tant 
pour le droit de tombe ; à peine reste-t-il de la place pour indiquer le nom du défunt , ce qui 
fait ressembler certains registres bien plutôt à des livres de compte qu'à des cahiers d'inhuma- 
tions ; ib portent , d'ailleurs , régulièrement en tète les noms des trésoriers chargés de la recette* 
De ces différentes données nous ne retiendrons que celles qui concernent le prix des tombeaux. 
Sans parler des cas particuliers, tel que celui d'un paroissien de Plescop enterré dans la cha- 
pelle du Saint-Rosaire et qui , « pour ce sujet , a fait présent de 30 livres à ladite chapelle » 
(1668), ce prix varie selon les lieux et selon les époques ; toutes autres choses égales, il varie 
encore suivant l'emplacement de la sépulture dans l'église : à la fin du xyi* siècle , il s'éche- 
lonne de 5 à SO sous dans la paroisse de Guillac , descend à 3 sous 4 deniers dans celle de 
Plumelin; de 1607 à 1620, à Horéac, il est de 4 sous pour une inhumation dans le milieu de 
Féglise, de 24 sous dans le chanceau ; de 1629 à 1635, il est, à Sarzeau, de 24 sous dans la 
nef, de 60 sous dans le chœur ; ce droit est réduit de moitié pour un enfant ; de 1645 à 1661, à 
Plescop, le prix des tombes est fiixé entre 12 et 36 sous, dont le tiers appartient au recteur et 
les deux tiers à l'église ; il s'élève plus tard jusqu'à 60 sous ; en 1651, il n'est encore, au Palais, 
que de 12 sous pour le chœur et de 6 sous pour la nef ; à Malansac, vers la même époque^ on 
ne trouve que des enterrements à 6 sous , toujours avec réduction de moitié pour les enfants. 

Détails sur le défont» sur sa mort, sur ses funérailles. — Bon nombre d'actes de 
sépulture sont intéressants par les détails qu'ils fournissent sur le défunt, sur son genre de mort, 
sur la cérémonie de ses funérailles. Indépendamment des victimes de la contagion et de la 
démence, l'indication des cas de mort subite ou violente est, en général, accompagnée de 
quelques développements sur la cause du décès : ceux-ci sont « assassinés, tués d'un coup d'épée 
ou à coups de fusil, morts par homicide, trouvés blessés d'un coup de pistolet, » etc.; les 
assassinats — nous laissons de côté les faits de guerre — sont fréquents , surtout au xvii* siècle ; 
celui-là est surpris par « une mort extraordinaire, frappé de foudre et feu du ciel » (Harzan, 
1637) ; d'autres sont « brûlés et presque réduits en cendres dans la mabon de N. où ils étaient 
pour secourir ledit N. à cause de l'incendie.... » (Bignan, 1654). Les noyés étaient quelquefois 
recueillis sur le bord des rivières , comme le supérieur des camaldules de Roga retiré de l'Oust 

I 



— LXf I — 

en 1780 (Saint-Gongard) ; à Hennebont, ils avaient un cimetière spécial; mais ils étaient surtout 
nombreux à la côte où venaient Journellement s'échouer des corps déOgurés par un séjour plus 
ou moins prolongé dans la mer. A la suite du combat naval soutenu contre les Anglais par M. de 
Conflans, le 20 novembre 1759, on trouva pendant trois mois des cadavres sur le littoral, à 
Sarzeau principalement, mais dans un état de décomposition tel qu'avec la permission de l'Ami- 
rauté, ils durent être, vu la distance du cimetière paroissial et les dangers de contagion, enterrés 
sur place dans le sable, au fur et à mesure qu'on les découvrait, par les employés des Fermes 
du Uoi. A Campénéac, en 1633, est inhumée une femme « dévorée d'un loup enragé » ; en 1634, 
à Elven, c'est un vieillard, âgé de plus de 100 ans, « blessé en la cuisse par un pourceau d'un 
coup de couteau qu'il tenait en la gueule et que le bonhomme tâchait de lui ôter. » Ici, on ren- 
contre la mention de la sépulture d'un soldat « expédié » à la citadelle, pour cause de désertion 
(Le Port-Louis, 1720), ou de celle d'un cavalier exécuté militairement sur le champ-de-foire de 
Pontivy (Noyal-Pontivy, 1766) ; là le récit sommaire, écrit à l'envers au milieu des autres actes 
de décès , de la mort de deux criminels « conduits , par le bourreau de Rennes , des prisons de 
Halestroit jusques au lieu patibulaire de la baronnie dudit Halestroit, pour être attachés dans la 
potence érigée tout exprès pour eux , où ils finirent la vie, en présence d'un nombre infini de 
peuple.... » (Halestroit, 1631). Ailleurs, il est question de femmes mortes « en peine d'enfant ; » 
l'une d'elles, dès 1575, est « oupverle par son costé gauche pour recouvrir (sic) l'enffant » 
(Marzan) il); une autre est pareillement « ouverte pour luy tirer deux enfans, pas plus longs 
qu'une paume de main, qui receurent le saint baptême, les ayant vu remuer et en vie..., » mais 
ne tardèrent pas à expirer (Grandchamp, 1683). Ailleurs encore, c'est le tableau touchant de 
deux époux qui « vivaient d'une très bonne intelligence et amitié, et tombèrent malades ^i 
même temps et rendirent l'esprit presque à même temps, et leurs corps mis ensemble côté à côté 
devant l'autel de la Vraie-Croix. Âmaverunt se in vite sud a in morte non sunt separcUù... ^ 
(Harzan, 1632). 

Parfois le rédacteur de l'acte fait un long récit de la maladie qui a entraîné la mort : on voit, 
par exemple, inhumer dans le cimetière de Bréhan-Loudéac , en 1696, une sœur du Tiers-Ordre 
de Saint-François « alitée depuis près de huit ans , tellement attaquée de toutes sortes d'infir- 
mités et de maladies si extraordinaires qu'on peut dire que ses maux ont été des maux divins, 
n'étant connus de personne. Dieu a pris plaisir à en faire un miroir de souffrances et de patience ; 
paralytique d'un côté ; le corps tout écorché par la longueur du temps à garder le lit ; remplie 
d'ulcères que les vers couraient souvent dans son lit ; le corps si gâté et corrompu que l'eau 
qu'elle buvait lui sortait par le côté, non par les voies ordinaires; et, parmi toutes ses peines, 
tme patience d'ange ; enfin, après avoir été souvent assistée des saints sacrements , étant presque 
toujours agonisante, elle a rendu son âme entre les mains de Celui qui ne lui donnait des forces 
que pour soufi'rir, et est morte en baisant le crucifix, comme pour marquer l'union et le mariage 
éternel qu'elle avait contractés avec son divin époux.... » 

D'autres fois on ajoute ou l'on substitue à ces détails une notice nécrologique plus ou moins 
développée. Tantôt elle se borne à relater l'importance de la parenté du défunt, « issu d'une 



(1) Bull, de la Soc. polym. du Morbihan, lâ75, 1*^ sem. : Les opérations césariennes dans le Morbih€t9i, par 
M. )• Di- G. de Closmadeuc. 



— LXVII — 

des plus illustres familles bourgeoises de la ville de Hennebont , et allié aux meilleures maisons 
de noblesse tant de la robe que de l'épée » (Reg. de sépult. du couv. des Carmes d*Hennebont, 
1678); en constatant, s'il y a lieu, Textinction de la ligne directe : « C'est le dernier enfant 
masle portant le nom de N. » (Àmbon, 1636); ou bien, c'est 1' « unique et dernière héritière de 
l'illustre maison de Halestroit » (Billio, 1770). Tantôt elle se rapporte plus personnellement au 
défunt ; ici elle vante son âge ou sa bonne santé : de deux personnages du même nom qui 
meurent à Malestroit en 1615, à quelques jours d'intervalle, l'un est donné comme un « homme 
fort Agé, » l'autre comme « le plus ancien de la ville ; » en 1645 est inhumé un prêtre attaché 
à la paroisse du Palais, qui, « aagé de 80 ans et plus, chanta la messe quatre jours avant sa 
inort, avec autant de force que s'il eust esté en l'aage de 50 ans ; » l'enregistrement du décès 
d'une femme de 85 ans est également pour nous une occasion d'apprendre qu' « elle ne se 
servait point encore de lunettes » (Saint-Vincent, 1709) ; là elle nous fait connaître que le défunt 
« avait marié trois fois » (Harzan, 1637; ; ailleurs qu' « il avait, dans la jeunesse, pris l'habit de 
l'ordre (des cannes), mais il ne s'en put accommoder, ce qui fit qu'il le quitta pour retourner 
dans le siècle » (Sépult. du couv. des Carmes d'Hennebont, 1695). 

D'ordinaire, la notice rappelle des mérites plus réels , mentionne des services rendus et exalte 
le défunt à ce sujet : l'un est « décédé au grand regret de toute la paroisse, étant nécessaire 
tant par son esprit que pour son naturel » (Bignan, 1663); l'autre « eut une très belle mort, 
parlant et invoquant le saint nom de Dieu jusqu'au dernier soupir » (Elven, 1664) ; la valeur de 
ce troisième, capitaine-colonel et ancien syndic de la ville d'Hennebont, lui « a mérité de notre 
invincible monarque des lettres d'anoblissement , ayant à ses frais entretenu plusieurs navires de 
guerre pour purger nos mers des ennemis de l'État, et rendu d'autres bons services à Sa Majesté 
et à la province en diverses rencontres où il s'est trouvé » (Sépult. du couv. des Carmes d'Hen- 
nebont, 1678). On trouve dans les mêmes registres l'inhumation d'un ecclésiastique qui « avait 
exercé avec applaudissement, avant que de se faire prêtre, la charge d'avocat du Roi dans la 
ville de Vannes » (1701); et celle d'un officier, « gentilhomme de bon exemple, fort aumônier et 
regretté » (1767). Mais le modèle du genre est assurément l'article suivant : « Messire Jean de 
Bréhant, seigneur de Gallinée, conseiller du Roi et doyen de la Cour au parlement de Bretagne, 
est décédé et mort le 7* janvier 1681, environ midi, âgé d'environ 76 ans. Sa maladie était une 
gravelle .douloureuse en rendant l'iirine. C'était un protecteur du peuple, un seigneur débonnaire 
et affable comme un roi David, savant universel pour toutes sortes de sciences, aumônier et 
charitable, juge équitable et incorruptible ; il mérite bien cet éloge que Pyrrhus donna à Fabricius, 
cet illustre romain, disant de lui qu'on eût plutôt détourné le cours dii soleil que de le faire dé- 
tourner de la justice et de l'équité. Tout le peuple et les sujets de [ses terres] et seigneuries 
pleurent , gémissent et s'attristent incessamment de la mort d'un si puissant , si débonnaire et 
affectionné supérieur ; car on peut dire de la maison de monseigneur de Gallinée ce que l'on a 
autrefois écrit de plusieurs maisons illustres en deux vers : 

Hœc damus odit, amat, punit, conservât y honorât, 
Nequitiam , paeem^ crimina , jura , proho$. 

Voici l'explication : La maison et les seigneurs de Gallinée haïssent le péché et la malice ; ils 
aiment la paix ; ils punissent les criminels et méchants , conservent le droit à un chacun ; ils 
honorent et respectent les probes et les gens de bien » (Mauron). 



— Lxvni — 

Le plus grand nombre de ces notices sont naturellement consacrées aux membres du clergé : 
outre un article biographique sur H<' Jean-Joseph de Fogasses de la Bastie , érèque de Saint- 
Malo, décédé en janvier 1767 (Saint-Malo-de-Beignon) , une note généalogique sur l'abbé de 
Villeneuve, dernier supérieur de Tabbaye de Saint-Gildas-de-Rhuis, mort en 177S (Saint-Gildas), 
le nécrologe des prêtres du diocèse de Quimper dressé chaque année , à partir de 177S, sur les 
registres de Gourin , on peut relever, par ordre chronologique , de courtes oraisons funèbres , 
touchantes souvent par leur simplicité même. En 1630, le recteur d'Elven rapporte ainsi l'acte 
de sépulture de son sous-curé : «... Depuis dix-sept ans, il a toujours fait la charge de subcuré si 
dignement et avec telle vigilance et charité qu'il ne s'est trouvé un seul entre tous mes paroissiens 
qui s'en soit plaint ou en ait reçu mécontentement; au contraire, chacun le regrette et moi 
particulièrement; il était bon grammairien, bien versé aux cas de conscience, avait la voix 

bonne, savait le plain-chant et officiait très bien » En 1639 est inhumé le curé de MalguénaC| 

« lequel avait bien vécu et pour récompense eut une belle mort. » Un article intercalé, par 
erreur, au milieu des actes de mariage de Mauron, nous apprend que le P. Boniface, carme, 
originaire de cette paroisse, enterré à Ploërmel en 1659, était r bon religieux et grand prédi- 
cateur. » Cet autre prêtre est signalé comme ayant « beaucoup obligé et travaillé pour la déco- 
ration et structure de l'église » (La Gacilly, 1665). En 1689 est inhumé dans l'église Saint- 
Patern de Vannes le corps du recteur de Landévant, « digne pasteur, vigilant, laborieux, intègre 
en ses mœurs, sobre, pieux et sans reproche de vie et regretté généralement de tous ses 
paroissiens » (Landévant). « L'an 1711, mourut à Caden, en odeur de sainteté, missire Pierre 
Garel, recteur de Caden, originaire de la paroisse de Bignan. Son tombeau est visité des fidèles 
en foule ; on tient que plusieurs y reçoivent soulagement. C'était un grand homme de bien , la 
perle des prêtres et chef de missions françaises, consommé dans la science des Saints et grand 
prédicateur » (Saint-Vincent). Extrayons encore de la même source deux notices analogues : 
« H. l'abbé de la Prévalaye, de Rennes, recteur de Grandchamp et syndic du clergé de Vannes, 
fut inhumé le vendredi, 13 mars 1716. On ne saurait assez pleurer la perte d'un si grand homme. 
Dieu , n'étant encore guères avancé en âge , a voulu récompenser ses grandes charités à l'égard 
des pauvres. Étant allé le voir en 1705, sa gouvernante me dit qu'il y avait quelquefois à sa 
porte plus de cinq cents pauvres. • Et au-dessous : « François d'Argouges , évêque de Vannes , 
mourut le lundi, 16 de mars 1716, environ les trois heures et demie du malin. Il a souffert des 
maux de goutte pendant plus de vingt années. C'était un des grands génies de son temps et d'une 
science épurée et très orthodoxe... » Quelques mots nous révèlent pareillement que le recteur 
de Pontchâteau, mort en 1764, était né à Limerzel « et faisait du bien à l'église et aux pauvres 
de cette paroisse » (Limerzel); que l'ancien recteur-doyen de Beignon, enterré en 1779, était un 
« très digne prêtre » (Beignon) (1); que le recteur de Saint-Laurent, inhumé en 1777, était 
« regretté de ses confrères et de ses paroissiens » (Saint-Laurent). On pourrait multiplier ces 
citations. Mentionnons, pour finir, l'acte du 3 mai 1784, enregistré à Sarzeau, qui relate le service 
solennel célébré en l'église de cette ville pour le repos de l'âme de « scientifique personne » 



(1) Son nom était Michel Bécel. CeUe famille, illustrée aujourd'hui par l'élévation d'un de ses membres au siège 
épiscopal de Vannes ^ a fourni plusieurs sujets recommandables à l'Église. Michel Bécel avait eu, dès 1768, comme 
succov^eur au doyenné de Beignon, missire Jean-Marie Bécel qui mourut en 1770. Déjà, en 1609, un autre prêtre du 
mén.v^ nom, dom Olivier Bécel, avait été inhumé dans l'église de Guer à laquelle il avait fait un legs. 



J 



LXIX 



missire Pierre-Nicolas Rollando, décédé recteur de Languidic ; « oprès avoir exercé avec zèle les 
fonctions de son ministère, chéri de ses paroissiens, et, malgré ses infirmités, chanté sa grand' 

messe, il mourut, généralement regretté et inhumé à Languidic. » Au milieu de ce concert 

d'éloges, on n'est pas peu surpris de rencontrer Tépitaphe : « Conculcate sal infatuatum » gravée 
sur sa propre tombe par missire Urbain Sauvageau, recteur de Riantec et du Port-Louis, qui 
avait voulu être enterré dans le porchet de Téglise paroissiale de Riantec (Le Port-Louis, 1682). 

La cérémonie des funérailles , précédée ou non du transport du corps en dehors de la paroisse, 
donne également lieu quelquefois à des descriptions détaillées que nous ne saurions toutes 
reproduire ici à cause de leur longueur. En cas de déplacement, c'est d'ordinaire le clergé de la 
paroisse dans laquelle est mort le défunt qui fait la conduite du corps et le remet entre les mains 
des prêtres de celle où doit s'accomplir l'inhumation. Fréquemment la dépouille mortelle est 
partagée, soit entre deux ou trois points de la paroisse, soit entre deux ou trois paroisses souvent 
fort éloignées Tune de l'autre : h Tune le corps, aux autres le cœur ou les entrailles. Comme 
moyens de conservation et de transport on a les embaumements , les châsses en plomb , les 
« coches » (Saint-Hartin-sur-Oust, 1580), les « calèches et petits carrosses à deux roues » 
(Mauron, 1669), les « carrosses tirés à six chevaux » (Guilliers, 1645 ; Hauron, 1681), etc. Quant 
à la cérémonie elle-même, son importance dépend non seulement de la valeur du défunt, mais 
aussi du nombre et de la qualité des personnes qui l'accompagnent jusqu'à sa dernière demeure. 
En 1580, le corps du seigneur de Gastellan, décédé en la paroisse de Pipriac, au diocèse de 
Saint-Malo, « fut amené en une coche avec ung de cestz chevaulx, avec grande multitude de 
peuple , » jusqu'à $on « sépulchre » en l'église de Saint-Martin-sur-Oust ; à son service , célébré 
quelques jours plus tard, « asistèrent grant nombre de noble personnez, tant gentylzhomes que 

damoisselles, entre aultres » (Saint-Martin). La mort d'un sous-curé de Malestroit, en 1584, 

est l'occasion d'un témoignage général et non équivoque de sympathie à son égard : « Néanmoins 
qu'il fût mort de peste, fut porté par les prêtres, et presque toute la ville assista aux funérailles ; * 
il fut, de plus, exceptionnellement enterré dans l'église. En 1586, aux obsèques d'un autre 
paroissien de Malestroit, « se trouvèrent tous les habitants de la ville. Animadverte, lector, qudd 
oportet mori. » Ailleurs, l'inhumation a lieu « avec un grand convoi » (Malestroit, 1691) ; « en 
grande compagnie, tant d'ecclésiastiques, nobles que laïques » (Ménéac, 1639); « en présence 
d'un grand concours de monde » (Augan, 1769) ; ou bien : « Assistèrent au convoi une grande 
af&uence de peuple et personnes de distinction » (RufEiac, 1770). Sans parler de toutes les 
funérailles présidées à Vannes par le chapitre de la cathédrale ou par l'Évêque lui-même , le 
nombre des prêtres appelés aux cérémonies funèbres par la volonté du défunt ou par le désir 
de sa famille est parfois considérable : il est mention, par exemple, à Questembert, en 1639, 
d'un « service général faict par les prestres de la communauté de ladicte paroisse et de Plufaerlin 
et Molac; » à Saint-Laurent, en 1650, de « funérailles faites avec les solennités requises, accom- 
pagnées de plusieurs personnes de qualité : entre autres, il s'y trouva vingt-quatre prêtres ; • 
dans la même paroisse, en 1658, est célébré un service « par tous les prêtres de Saint-Laurent, 
Malestroit, Saint-Martin, Saint-Congard, Ruffiac et Saint-Nicolas. » 

Pour avoir des descriptions plus complètes , il sera nécessaire de rechercher, soit dans l'inven-* 
taire, soit dans les registres paroissiaux, les articles relatifs : à messîre Henri de Yolvire, comte 
du Bois-de-la-Roche (Guilliers, octobre 1645); aux évêques de Vannes Sébastien de Rosmadec 



— LXX — 

(Sainte-Croix de Vannes, juillet 1646), Louis Casset de Vantorte (ibid., décembre 1687) et 
Antoine Fagon (PJescop, février 1742); à messire Joseph-François comte de Sérent (Sarzeau, 
janvier 1768); à M<' Charles-Jean de Berlin, évèque de Vannes (Plescop, septembre 1774). 

Translations d'ossements. — Nous devons enfin comprendre parmi les sépultures la trans- 
lation des ossements faite à certaines époques dans les différentes paroisses. Au fur et à mesure 
des inhumations , tous les anciens ossements étaient réunis dans un édicule spécial voisin de 
Téglise, appelé reliquaire ou ossuaire, et, lorsque ce reliquaire était rempli, ces ossements étaient 
de nouveau transportés dans une fosse particulière creusée en quelque point du cimetière. 
Cette translation donnait lieu à une cérémonie qui porte quelquefois le nom de « funérailles » 
(Le Faouet, 1739 et 1757) ; on en trouvera d'autres de ce genre à Mousloirac (1687), à Beignon 
(1693), à Guégon (1701), à Berric (1735), à Guémené (1745), à Landaul (1756), à Brandivy (1761), 
à Buléon (1776), à Saint-Servant (1783), à Ambon (1785), etc. 

Data des actes en général. — Reprenons maintenant l'examen des actes en général, qu'ils 
fie raj^ortent aux baptêmes, aux mariages ou aux sépultures, pour en étudier deux éléments 
constitutifs, qui leur sont communs h tous et dont nous n'avons pas encore parlé, à savoir la date 
^i les signatures. Dans les premiers registres , chaque acte ne porte le plus souvent que Tindi- 
.cation du jour où il est dressé ; pour compléter la date, il faut remonter jusqu'au commencement 
du mois et de l'année. A la suite des recommandations faites dans la visite ecclésiastique de 1600, 
on rappela le mois et l'année en tète de chaque page , puis bientôt on répéta dans chacun des 
actes tous les renseignements nécessaires. On sait qu'en France, au xvv siècle, la fête de Pâques 
marquait le point de départ de l'année; aussi la date de cette fête est-elle donnée avec précision 
dans la plupart des registres et, aux environs de cette date, fait-on connaître ordinairement si 
l'acte est antérieur ou postérieur à PAques. A l'indication du jour de Pâques , quelques actes en 
ajoutent d'autres, comme celle de la lettre dominicale : « N. baptisatus fuit in die dominico duode- 
wno mensis oetobris, E litterâ dùminicali currente, Innâ in Scorpio signo celesti existante, anno humane 
siUfétis etc. • (Ploërmel, 1550). Ce n'est qu'à partir de 1565 que l'année commença invariablement 
le 1" janvier, conformément à l'édit royal de Roussillon (1564). Dès-lors on rencontre pour la 
date différentes formules : « Anno a partu virgineo...; anno ab orbe redempto (ou : servato)... ; l'an 
•de grâce.... • Le quantième du mois est souvent accompagné de la désignation de la fête du 
aaint correspondante, d'une observation particulière relative au jour : « Le lundi du lard avant 
carême prenant » (Pleucadeuc, 1603); ou d'un rapprochement avec un fait local : « Le lundi 
foirier d^ PAques » (Guégon, 11 avril 1594); « durant les généraux-plaids de Ploërmel • (Taupont, 
34 octobre 1603), etc. Parfois, pour aider le rédacteur dans ses annotations, un almanach de 
l'anaée figure en tête du registre (Notre-Dame-du-Hené , à Vannes, 1734). 

Signatures. — Les premières signatures qu'on rencontre sont celles des prêtres officiants. Elles 
apparaissent d'abord dans les plus anciens registres de baptêmes , tantôt après chaque acte sé- 
parément, tantôt au bas de chaque page, tantôt de loin en loin seulement. Elles sont fréquemment 
suivies des mots : « Vroy est ;... lia refero (lou : referlj ;... Scriptor (^ou : ScribaJ ;..• Mtor bap^ 
tism ;... Prmens fui;... Ita fuit;... Témoin mon signe ; » etc. Les actes de mariage et surtout 
ceux de sépulture ne sont signés du prêtre, sauf de rares exceptions, que bien postérieurement, 
ou ne le sont qu'au bas des pages. Quant aux signatures des particuliers, parrains, marraines ou 






— LXXI — 

simples témoins , il y en a très peu d'antérieures au xvii* siècle ; encore n'accompagnent-elles 
que les actes de baptême et de mariage ; ceux d'inhumation en sont , jusqu'à la fin et comme de 
nos jours, complètement dépourvus, les assistants se retirant d'ordinaire sans signer, excepté 
lors de l'enterrement des prêtres pour lequel l'acte est toujours revêtu des signatures de tous les 
ecclésiastiques présents à la cérémonie. L'ordonnance royale de 1667 et la déclaration de 1736 
renferment cependant, au sujet des signatures pour toute espèce d'actes, des prescriptions for- 
melles ; l'art. 10 du titre XX de l'ordonnance s'exprime ainsi : « Aussitôt que (les actes) auront 
été faits , ils seront écrits et signés , savoir les baptêmes par le père , s'il est présent , et par les 
parrains et marraines ; et les actes de mariage par les personnes mariées et par quatre de ceux 
qui y auront assisté ; les sépultures par deux des plus proches parents ou amis qui auront assisté 
au convoi ; et, si aucuns d'eux ne savent signer, ils le déclareront , et seront de ce interpellés 
par le curé ou vicaire, dont sera fait mention. » Les articles 4, 5, 7 et 10 de la déclaration 
de 1736 reproduisent les mêmes obligations et h peu près dans les mêmes termes, en les étendant 
toutefois aux actes d'ondoiement et en comprenant parmi les signatures nécessaires celle du prêtre 
qui aura administré le baptême , célébré le mariage ou donné l'inhumation. Bien que cette der- 
nière injonction ne figure pas à l'ordonnance de 1667, il est certain que depuis cette épôquef 
tous les actes sont régulièrement signés par le prêtre officiant ; c'est aussi celle où abondent les 
signatures des particuliers, surtout aux actes relatifs aux grandes familles ; le baptême d'un enfant 
de Guervasic de Malestroit , par exemple , est souscrit par plus de cent témoins (Sainte-Croix de 
Vannes, 1695). Mais, à partir de la fin du xyii"" siècle, ces familles ayant abandonné peu à peu 
leurs châteaux pour aller vivre à Nantes , à Rennes , à Versailles ou à Paris , le nombre des 
signatures diminue de jour en jour , au moins dans les paroisses^rurales ; il se maintient dans 
les villes, grâce à la prodigieuse quantité de gens de robe qui les habitent, ainsi qu'à l'aisance 
et à l'instruction qui s'y développent dans toutes les classes de ta population. 

Considérées en elles-mêmes, les signatures fournissent la matière de quelques observations 
curieuses. Dans certaines paroisses, comme à TIle-d'Arz, Arzon^ Saint-Patem et Saint-Salomon 
de Vannes, elles sont fréquenunent remplacées, au xvi* et au xvii* siècle, par des figures diverses 
ou par des instruments de métiers grossièrement dessinés à la plume et parfois difficiles à re- 
connaître, les professions n'étant point indiquées dans les actes. Ceux qui signent de leur nom 
s'ingénient , en général , à le faire suivre des paraphes les plus compliqués» Tracées dans le 
principe en gros caractères, les signatures s'allongent par la suite jusqu'à occuper toute la 
largeur du feuillet; on peut voir, dans les registres de Sainte-Croix de Vannes (1679), celle d'une 
femme qui atteint O'flO de longueur, et dont les lettres n'ont pas moins de O'^fi^ de hauteur ea 
moyenne. Parmi ces différentes signatures , on relève celles de nombreux évêques , gouverneur» 
de ville et autres personnages remarquables appelés comme parrains ou comme témoins. Disons 
enfin qu'en cas de divergence entre l'orthographe des noms de famille adoptée dans les actes et 
ceUe des signatures , nous nous sommes toujours référé à cellesrci pour notre inventaire , même 
quand elles offraient quelques variantes , ne nous reconnaissant pas le droit d'écrire ces noms 
autrement que ceux qui les portaient ; nous avons cru devoir également conserver les variantes 
des noms de lieu, si utiles pour les recherches ultérieures ; il sera, d'ailleurs, facile de grouper 
dans des tables les une& et les autres. 

Contraint de. parcourir rapidement nos volumineuses collections de Iregisbres, nous ne ferons 



— LXXII — 

aucune difficulté d'avouer que nous avons trouvé dans les signatures notre principal auxiliaire 
pour Taccomplissement d'un aussi long travail. Persuadé , en effet , que leur nombre et leur 
valeur dépendaient de l'importance des personnes visées dans les actes , nous avons , sans né- 
gliger absolument les autres, ainsi qu'on a pu s'en convaincre, donné de préférence notre 
attention aux actes revêtus des signatures les plus nombreuses et les plus marquantes. Mais il 
résulte de cette manière de procéder que nos relevés offrent probablement quelques lacunes, par 
exemple pour les paroisses ou les années dont on ne possède que des grosses entièrement dépourvues 
de signatures. Nous nous en remettons , pour combler ces lacunes , à l'aide des loisirs dont ils 
peuvent disposer , aux ecclésiastiques et aux propriétaires particulièrement intéressés à mettre au 
jour dans tous ses détails l'histoire du pays qu'ils habitent et des anciennes familles qu'ils repré- 
sentent; nous voulons espérer que le travail auquel nous nous sommes livré développera chez eux 
le goût de ces sortes d'études, et sera le point de départ d'une série de notices locales où 
l'histoire générale ne saurait se dispenser de puiser ses véritables éléments. 

Renseignements divers fournis par les actes paroissiaux : Noblesse. — Jusqu'ici nous 
n'avons guère demandé aux registres paroissiaux que les renseignements qu'ils renferment au 
point de vue des baptêmes , des mariages et des sépultures ; pris dans leur ensemble , ils con*- 
tiennent quantité d'autres matériaux précieux à recueillir relativement aux personnes et aux 
institutions. Veut-on s'occuper de la généalogie des familles nobles ? Il suffira de relever dans 
notre inventaire les noms de ces familles par paroisse, sauf à recourir ensuite aux registres eux- 
mêmes, car, en présence du grand nombre d'enfants issus autrefois de chaque union, nous avons 
dû nous borner à indiquer les actes relatifs aux trois ou quatre premieris, aux enfants mâles 
surtout chargés de perpétuer le nom. Préfère-t-on étudier la géographie féodale ? Les nomen- 
clatures de terres qui accompagnent les noms patronymiques indiqueront les transmissions 
successives des différentes seigneuries. Cà et \k les actes fourniront , en outre , quelques données 
sur les droits et privilèges attachés à la possession de ces terres , droits de chapelle et d'enfeu , 
d'escabeau, de banc et d'accoudoir, de litre et d'armoiries, sources intarissables de contestations 
et de procès. 

A ceux qui voudront se faire une idée des titres et qualités , non seulement de la noblesse , 
mais aussi des diverses classes de la société, nos registres encore ne seront pas iûutiles. Parmi 
les dignitaires de la noblesse, on trouvera, ici comme partout, des princes, des ducs, des marquis, 
des comtes, des vicomtes, des barons et des châtelains, ces derniers chefs de châtellenies, 
distincts des anciens châtelains, simples receveurs des seigneuries. A ces dignités sont joints les 
titres d'office indiquant un commandement militaire, une charge judiciaire ou administrative. 
Les nobles qui ne possèdent ni titres ni dignités font du moins, à l'exemple des autres, suivre leur 
nom patronymique des mots : dominus (ou domina) temporalis de....^ sire, sieur, seigneur 
(ou dame) de..., et du nom de leur terre. Le tout est précédé, selon le personnage, de la qualité 
de chevalier (miles) ou de celle d'écuyer {scutifer , armiger) , parfois les deux réunies , de dame 
ou de demoiselle pour les femmes ; qualité précédée elle-même des qualifications honorifiques : 
discrète, vénérable, honorable, illustre ou noble personne, haut et puissant , très haut et très 
puissant, maître, messire, monsieur, monseigneur (ou madame). Les expressions de « monsieur » 
et de « madame, » d'un usage si commun de nos jours, étaient employées déjà au xvi* siècle, 
où elles désignaient, entre autres, les saints et les saintes. 



j 



— LXXUI — 



Puis viennent les mentions des ordres militaires, civils ou religieux dont le seigneur a été 
gratifié, ordres de Saint-Michel, du Saint-Esprit (souvent uni au précédent), de Sainl-Jean-de- 
Jérusalem ou de Malte , de Notre-Dame-du-Mont-Carmel , de Saint-Lazare , de Saint-Louis ; de 
son privilège de « patron, fondateur et supérieur de l'église ou de la paroisse ; » de son rang et 
de ses prérogatives comme « fils aîné, principal et noble. •••, chef de nom et d'armes de sa 
maison , issu de noble et ancienne extraction, » etc. 

Clergé. — Les détails relatifs au clergé ne sont ni moins abondants ni moins intéressants. 
Depuis les premiers pasteurs et les dignitaires des chapitres diocésains jusqu'aux derniers cha- 
pelains de nos paroisses, tous figurent dans les actes avec leurs titres et leurs qualifications 
diverses, suivant une hiérarchie analogue à celle de la noblesse. Mais, si les titres de la noblesse 
rappelaient le souvenir d'anciennes charges tombées dans l'oubli à l'époque dont nous nous 
occupons, il n'en était pas ainsi de ceux du clergé ; les fonctions attachées à ceux-ci subsistèrent 
jusqu'à la Révolution et subsistent encore en grande partie de nos jours. Inutile, par conséquent, 
de nous y arrêter, même pour en donner une simple nomenclature (1) ; tout au plus signalerons- 
nous , comme particulières au pays , les expressions de « recteurs , de curés et de sous-curés 
(inférieurs aux recteurs), de vicaires-perpétuels, de prieurs-recteurs, de communautés de prêtres, 
de prêtres habitués, » etc. Nous ferons, en outre, remarquer que si, d'une part, l'étendue 
de nos paroisses nécessitait, en général, la présence d'un nombreux clergé, d'autre part ses 
membres étaient souvent pourvus de plusieurs titres dont on s'expliquerait difficilement la réunion 
sur une seule tête, si l'on n'admettait que, dans ce cas, le titre n'obligeait pas à l'exercice absolu 
de la charge correspondante, mais conférait seulement la jouissance d'un bénéfice plus ou moins 
considérable. C'est ainsi que, à commencer par les Évèques, M^' Sébastien du Guémadeuc, 
par exemple, unissait à sa haute dignité d'évêque de Saint-Malo (1671-1702) celles d'abbé com- 
mendataire de Saint-Jean-des-Prés en Bretagne et de Notre-Dame-de-la-Noë en Normandie, 
d'archidiacre en l'église cathédrale de Rennes, de prieur de différents prieurés, etc. En 1651, 
Helchior Rouxel , abbé commendataire de Lanvaux , était en même temps officiai et grand-vicaire 
de Vannes et recteur de Plumergat. A toutes les époques, nombre de recteurs sont titulaires de 
charges importantes auprès de l'Évêque ou du chapitre, ou sont donnés comme remplissant 
diverses fonctions dans plusieurs paroisses à la fois , sans parler des paroisses annexées ; les uns 
joignent à leur rectorat un prieuré distinct ou une chapellenie , les autres un bénéfice de curé 
ou de sous-curé, d'autres un décanat de collégiale (Bréhan-Loudéac, 1556 ; Saint-Vincent, 1575; 
Elven, 1625 ; Plescop, 1634). Le recteur de Saint-Goustan-de-Rhuis , en 1580, est aussi sacriste 
de Saint-Patern de Vannes; le curé du Port-Louis, en 1621, est aumônier de la citadelle 
de ce nom. D'après le même principe, on voit des prieurs cumuler les titres de plusieurs prieurés, 
et des chapelains ceux de plusieurs chapellenies ; l'un de ces derniers , au commencement 
du XVIII* siècle , n'en possédait pas moins de six ; il ne faisait , du reste , que suivre l'exemple 
et sans doute profiter des faveurs de M<' Sébastien du Guémadeuc, cité plus haut, dont il était 
le « propre neveu » (Note portée sur un reg. de Lanouée de la fin du xyi' siècle). En dehors 



^ 



(1) Cette question a, d'ailleurs , été traitée avec tous les développements et toute la compétence nécessaires par 
M. l'abbé Luco dans ses études sur VOrganisation de Vancien personnel ecdésiastiqiLe du diocèse de Vannes et 
sur Les paroisses de ce diocèse (Bulletin de la Société polymathique du Morbihan , 1874 et années suivantes). 



— Lxxiy — 

des fonctions ecclésiastiques , on rencontre beaucoup de prêtres exerçant le modeste emploi 
de régent ou maître des « Petites-Écoles. » Parmi les autres on dislingue un recteur de Réguiny, 
principal au collège de Vannes (Sainte-Croix de Vannes, 1626), un « conseiller du Roi en ses 
conseils et son aumônier ordinaire » (Locminé , 1673) , un commissaire des États de Bretagne 
(Sain t-Malo-de-Bei gnon, 1769), un avocat-général et un conseiller au parlement de cette province 
(Sarzeau, 1683; Saint- Guy omard , 1753), quelques conseillers au siège présidial de Vannes 
(Baden, Questembert, Sainte-Croix de Vannes^ voire même des maires en 1790 (Ménéac et 
Saint-Dolay) , etc. 

Il résulte de ce qui précède que , pour un grand nombre des membres du clergé , malgré 
l'obligation de la résidence imposée aux prélats et aux recteurs , tout à la fois par les règlements 
canoniques et par plusieurs ordonnances royales renforcées d'arrêts du Parlement , la résidence 
était, en réalité, impossible. Pour les recteurs spécialement, on ne les voit guère résider dans 
leurs paroisses que depuis le xvii' siècle ; antérieurement , ils s'y faisaient représenter par leurs 
curés ou leurs sous-curés qui percevaient, comme rémunération, soit un traitement fixe, soit une 
partie des revenus du bénéfice, en qualité de « fermiers des devoirs rectoriaux » (V. le titre des 
reg. bapt. de Rieux, 1524, et de Lignol, 1582). 

Quant aux qualifications affectées au clergé, les plus anciennes relevées dans nos registres sont 
celle de « dom » {dominus) qui, à l'origine, désigne aussi bien les prêtres séculiers que les 
religieux auxquels elle appartiendra plus tard exclusivement, et celle de « maître » (magister) 
qu'on a déjà remarquée comme qualification noble. On retrouve également ici, à partir du 
xyii* siècle, celles de « vénérable et discret, » de « monsieur » et de « monseigneur; » 
les recteurs sont appelés « monsieur de Sarzeau » ou « monsieur d'Elven, » par exemple, suivant 
la paroisse qu'ils administrent ; Tévêque de Vannes lui-même est nommé « monsieur de Vannes, » 
jusqu'à ce qu'enfin, pour le distinguer des chefs de paroisse, on lui donne la qualité de « mon- 
seigneur » et l'épithète de « révérendissime. » Une autre qualification commune à tous les prêtres 
est celle de « missire » qui, sauf le changement d'une lettre, est encore empruntée à la noblesse; 
les cadets de famille entrés dans les ordres conservent, d'ailleurs, la désignation de v messire , » 
comme ils gardent celles de « noble et discret , » d' « écuyer , » etc. Par l'efiet d'une tendance 
analogue, à côté des expressions : « humble, indigne et dévot religieux, frère ou sœur » qui 
précèdent les noms des membres du clergé régulier, figurent quelquefois celles de « noble, • 
de « dame, » de « révérend; » et pareillement les noms des Évêques sont suivis d'ordinaire, 
dans les actes importants , des titres des seigneuries temporelles annexées à leurs évêchés. 

Outre ses titres et ses qualifications, le clergé avait aussi ses grades, et le nombre de ses 
gradués était considérable, ce dont il faut chercher probablement la cause dans l'institution des 
concours pour l'obtention des différents bénéfices. C'est presque à chaque page qu'on rencontre, 
aux deux derniers siècles, même dans des paroisses de médiocre importance, des bacheliers, 
des licenciés , des docteurs en théologie de l'université de Paris , soit du collège de Sorbonne, 
soit du collège de Navarre ; on y trouve également des gradués de la faculté de droit et de la 
faculté des arts (belles-lettres). Aussi le clergé avait- il généralement à cette époque une valeur 
intellectuelle et morale incontestable ; sans parler des fonctions , peu absorbantes sans doute, 
d'aumônier du Roi, de la Reine ou de quelque prince du sang, ses membres fournissaient 
Biséiiient, au besoui, des députés aux États de la province et des syndics de leur ordre, des 



— LXXV — 

examinateurs des concours , des prédicateurs et des chefs de « missions » distingués , de zélés 
supérieurs de retraites , de dévoués directeurs de congrégations ou d'écoles. On sait , du reste, 
quel rôle multiple les recteurs avaient à remplir dans les paroisses dépourvues de communauté 
de ville ; nous dirons un mot tout-à-l'heure de celui qu'ils jouèrent, pour la plupart, pendant 
nos guerres contre l'étranger. 

Bourgeoisie et classes inférieures. — A côté du clergé s'élevait la bourgeoisie, composée 
à l'origine des principaux habitants des villes et gros bourgs. Les « nobles bourgeois , » comme 
disent les plus anciens registres de délibérations des corps-de-ville , avaient , eux aussi , quoique 
roturiers, conscience de leur position sociale et s'intitulaient fièrement « enfants de famille et 
bourgeois » (Campénéac, 1668). À l'exemple de la noblesse et du clergé, ils prenaient les quali- 
fications honorifiques de « discrète ou honorable personne, » de « sieur » suivi du nom d'une 
terre acquise ou reçue en patrimoine. Au temps de missire Ghotard (fin du xviii' siècle), le 
qualificatif de « sieur » se donne v aux bons marchands, à ceux qui vivent bourgeoisement; » celui 
de « noble homme » est accordé « à ceux qui vivent noblement ou honorablement, soit de leurs 
rentes, soit d'une profession considérée. » Parmi ces derniers il faut citer en première ligne les 
officiers de justice et tout ce qui se rattache à la magistrature : d'une part les présidents, les 
sénéchaux, les alloués, les lieutenants, les conseillers, les procureurs royaux ou fiscaux,. les 
avocats, qui sont qualifiés « noble maître, » et plus fréquemment « monsieur maître; » d'autre 
part les notaires et procureurs, les greffiers, les huissiers-audienciers , appelés simplement 
« maître. » Ces expressions sont , d'ailleurs , justifiées par les grades de bachelier, de licencié et 
de docteur « aux lois » ou « es droits » obtenus par un grand nombre d'entre eux. Ajoutons que 
la considération attachée à Texercicé d'une charge judiciaire rejaillissait sur les femmes des ma- 
gistrats qui figurent elles-mêmes dans les actes avec les titres de « présidente, sénéchale, allouée, 
lieutenante, conseillère, procureuse, » etc. 

Sans nous arrêter aux autres professions, dites aujourd'hui libérales, auxquelles l'usage attri- 
buait autrefois le caractère général d' « honorabilité, » arrivons à la classe des petits commerçants, 
des artisans , des marins et des laboureurs ; nous y rencontrons encore les qualifications 
d' « honorable, » d' « honnête » et de « maître, » celle-ci particulièrement affectée, fait observer 
missire Ghotard , aux « bons artisans , ayant atelier et compagnons , » et toujours placée» comme 
de nos jours , entre le nom de famille et celui du métier. Parmi les qualifications communes aux 
diverses classes de la société, celle de « maître » était, on le voit, Tune des plus usitées et 
demande, pour être bien comprise, une sérieuse attention relativement à Tépoque où elle est 
employée et au personnage qui eii est revêtu. Il en est une autre dont l'intelligence n'offre pas 
moins de difficulté, c'est celle de « sire, » adoptée tout à la fois par la noblesse et par la bour- 
geoisie, même par de simples marchands ; la seule remarque que nous nous permettrons à ce 
sujet, c'est que, quand elle précède un nom de terre, cette expression est synonyme de « seigneur » 
et s'applique particulièrement à la haute noblesse ; lorsqu'elle est mise, au contraire , devant les 
nom et prénom de la personne, c'est un indice de condition inférieure, et sa signification se 
rapproche de celle du « sieur » actuel. 

Usurpations de titres et de qualités. — Pour compléter nos remarques à l'égard des titres 
et des qualités , il est nécessaire dé dire un mot des usurpations dont la fréquence, signalée déjà 



— LXXVI — 

au XV' siècle, prit, au xvii* et au xviii% malgré les ordonnances et les édits de réformalion, 
des développements inconnus même de nos jours. Comme conséquence, les actes de nos registres 
s'allongent peu à peu et finissent par atteindre des proportions démesurées ; car, si la vanité 
poussait à usurper des titres, c'était naturellement dans le but d'en faire un pompeux étalage 
auquel le temps se chargerait d'apporter sa consécration ; mais que de marquisats, que de comtés^ 
que de baronnies dont les lettres d'érection sont encore à trouver ! Autant en était-il des quali- 
fications ; il est curieux de suivre , sous ce double rapport , les progrès plus ou moins rapides par 
suite desquels telle ou telle famille, partie du dernier degré de la hiérarchie sociale, est parvenue 
au sommet, sans que rien d'i^rdinaire justifie cette élévation.. Il dut arriver cependant quelquefois 
que des mésalliances ou des revers de fortune entraînèrent la dégénérescence de certaines 
familles qui ne regagnèrent jamais leur splendeur primitive ; mais ce cas se présente rarement 
dans notre région ; nous n'en avons guère rencontré qu'un bien saillant : il se rapporte à la famille 
de Rosnarho , vieille seigneurie de la paroisse de Crach , dont les descendants , répandus dans 
plusieurs villages de la paroisse voisine de Plumergat , sont devenus aujourd'hui pour la plupart 
d'humbles cultivateurs ayant à peine conservé le souvenir de leur origine. Il est à remarquer, 
d'ailleurs, que les usurpations signalées ci-dessus ne sont pas uniquement à la charge de la 
noblesse ; la même tendance se manifesta parmi les roturiers ; mais il advint que, tous les rangs 
s'élevant à la fois par degrés, les distances qui les séparaient furent néanmoins toujours maintenues. 

L'élévation des classes moyennes se traduisait le plus souvent par 1 addition d'un nom de terre 
au nom patronymique, et, si cette addition ne conférait en aucune façon l'entrée dans la noblesse, 
en dépit de l'opinion qui a prévalu de nos jours dans le vulgaire, il n'en est pas moins vrai 
qu'en parcourant les registres paroissiaux des villes, ceux de Vannes par exemple, au siècle 
dernier, on est étonné d'y trouver encore, après le départ des grandes familles , tant de noms à 
particule ; c'était l'un des attributs essentiels de la bourgeoisie, et il fallait être bien dénué de 
ressources pour ne s'en point affubler. L'usage de la particule était tellement entré dans les 
mœurs qu'à défaut d'une terre plus ou moins importante ou plus ou moins fictive, on se con- 
tentait du nom de famille et l'on s'intitulait : Nicolas, Gérard, Lemoyne, Tuai, Chrestien ou 
Noblet, « sieur (ou dame) dudit lieu; » les plus logiques écrivaient « sieur dudit nom; » d'autres 
enfin, par une transposition hardie, ne craignaient pas de se faire appeler : de Raymond, de 
Thomas ou de Martin ! Heureux ceux dont le nom commençant par les syllabes De, De la. Du, 
Des, ou par l'article séparé Le, La, Les, se prêtait naturellement à cette combinaison ! 

Le clergé ne mettait-il pas trop de complaisance à favoriser toutes ces usurpations dans la 
rédaction des actes ? On serait tenté de le croire en comparant ces derniers avec les signatures 
qui les accompagnent et qui, pour la plupart, ne semblent pas manifester de pareilles pré- 
tentions (1). Toutefois, si l'on s'en rapporte à missire Chotard, qui accable de ses plaisanteries 
les usurpateurs, ceux-ci « exigeaient » de son temps l'enregistrement de leurs titres ou qualités. 



: (1) Nous ne parlons pas, bien entendu, de Tusage, adopté par quelques familles nobles, de faire précéder dans les 
signatures leur nom patronymique de leur nom de terre sans particule^ c'était upe omission volontaire qui n'avait 
aucune chance ni de se généraliser ni surtout de se perpétuer chez nous. De nos jours, ceux qui , bénéficiant de la 
longue possession qui vaut titre, jouissent ainsi d'une double dénomination en omettent de même souvent une partie, 
mais c'est ordinairement le nom de famille ; tout au plus, par prudence ou p^r un reste de pudeur, en conservent-ils 
Hnitiule en guise de prénom. 



— LXXVII — 

soit dans les actes notariés, soit dans les actes paroissiaux, sans que prêtres et notaires pussent s'y 
opposer, « pour toutes sortes de considérations ; » mais, ajoute-t-il, le gouyernement et le public 
éclairé ne s'y trompent pas et se moquent de ces « titres fastueux qui ne servent qu'à éblouir les 
ignorants et les imbéciles ! » Le bon recteur de Plouay était-il dans le vrai en s'exprimant ainsi? 
Ses critiques eurent-elles plus de résultat que n'en avaient obtenu contre le même ridicule les 
immortels plaidoyers des La Bruyère, des La Fontaine et des Molière ? Nous n'avons pas à ré- 
pondre à ces questions ; mais nous devons faire remarquer que, en ce qui concerne les titres, 
qualités et particules, nous nous sommes, comme pour les noms de lieu et de personne, 
strictement renfermé, pour l'inventaire, dans notre rôle de copiste, laissant à qui de droit les 
responsabilités et les appréciations. 

Fonctions et professions; industrie et commerce. — D'autres documents peuvent être 
tirés des actes paroissiaux relatifs à la petite noblesse, à la bourgeoisie et aux classes inférieures; 
c'est là, en effet, qu'on devra rechercher tout ce qui intéresse les fonctions judiciaires, muni- 
cipales ou administratives quelconques, les professions intellectuelles ou manuelles, l'industrie et 
le commerce. D'une part, on y recueillera les éléments nécessaires à la confection d'une liste 
des sénéchaux royaux et des syndics ou maires des communautés de ville. D'autre part, on y 
verra comment, pour l'administration de la justice, par analogie avec ce qui se passait dans le 
clergé, des charges multiples et quelquefois les plus diverses se trouvaient souvent réunies sur la 
tête d'une seule et même personne : celui-ci est sénéchal de plusieurs juridictions à la fois ; 
celui-là joint à son titre de sénéchal ceux d'alloué, de juge, de procureur-fiscal ou de simple 
greffier d'une, juridiction voisine. Et il en est ainsi pour presque tous les officiers de justice, 
pour presque tous les notaires et procureurs , deux charges accolées d'ordinaire, sans parler des 
autres fonctions, qu'ils exercent simultanément, de miseurs des villes, d'économes des hôpitaux, 
de trésoriers des fabriques, de subdélégués de l'Intendance, de correspondant de la Commission 
intermédiaire des Étals, etc. Indépendamment des offices déjà mentionnés on rencontre encore 
des baillis (alloués) dans la sénéchaussée de Gourin ; des notaires royaux et apostoliques ; des 
juges-consuls; des lieutenants et contrôleurs généraux des eaux, bois et forêts du diocèse de 
Vannes et spécialement du duché de Rohan (Noyal-Pontivy) ; des vendeurs, surgardes, sergents- 
verdiers et forestiers préposés aux tailles et aux ventes dans les anciennes forêts de Rhuis 
(Sarzeau), de Brohun (Elven), de Branguily (Noyal-Pontivy), etc.; des châtelains (receveurs) de 
la baronnie de Maleslroit jusqu'au milieu du xvii' siècle ; des exécuteurs dans plusieurs villes et 
à toutes les époques. En dehors de la justice et de ses accessoires nous signalerons, comme 
méritant une attention particulière , les commis aux Devoirs et employés des Fermes du Roi ; les 
médecins, chirurgiens, pharmaciens et apothicaires ; les barbiers-perruquiers-baigneurs-étuvistes ; 
les. matrones « qui levaient les enfants des femmes à leur accouchement » (Maleslroit, 161S); 
les maîtres d'école « au latin » (Malestroit , 1780) ou autres, parmi lesquels il ne faut pas 
oublier de citer maître Julien Mathieu, « écrivain et précepteur, » qui, le 11 novembre 1626, 
faisait représenter au Bouffais de Malestroit Y Histoire de Judith, son œuvre sans doute, par ses 
propres écoliers (Malestroit) ; les imprimeurs-libraires , si honorablement représentés à Vannes 
aux deux derniers siècles par les Moricet, les Doriou, les Hovius, les Lacroix, les Audran, 
les Galles, les Cochois, les Guermeur. Toutes ces familles, comme la plupart de celles qui suivent, 
exerçaient de père en fils là même profession, s'alliaient entre elles et perpétuaient ainsi des 
traditions d'habileté et de probité que n'eussent point offertes des industriels de passage. 



— LXLXYIII — 

Parmi les autres corporalions , généralement organisées en confréries ayant leurs « abbés , » 
inspecteurs ou prévôts, nous remarquons encore les orfèvres de la jurande de Lorient ; les 
sculpteurs au nombre desquels se distingue la célèbre famille des Nivet, de Plumelec ; les peintres- 
doreurs qui comptent quelques artistes de talent, comme le peintre de Vannes Lbermitais, au 
XYiii* siècle ; les « sonneurs de tambourin » (Malestroit, 16S6-1637) et les « joueurs de bé* 
nigueui (1) » (Salnt-Avé, 1771); le personnel des forges de Lanouée comprenant, outre le 
4irecleur, des afQneurs, des marteleurs, des fondeurs, des chauffeurs, etc., presque tous origi- 
naires du Mans (Lanouée, 1760-1784), et celui des ouvriers, également étrangers au pays, 
employés, un siècle auparavant, aux forges de Cargroix et des Salles-de-Roban (Remungol, 
Sainte-Brigitte et Cléguérec) ; les fondeurs de cloches, venus aussi du dehors, et dont l'industrie, 
complètement inconnue à Vannes de nos jours, y était jadis si florissante au temps des AUain 
(164M670), des Chavain (1662), des Malzart (1668), des Le Soueffé (1675-1690), des Le Beurier 
(1686-1733), des Huet (1718-1777), des Guillaume (1764-1774), des Gourbillon (1774), des 
Châtel (1774-1790), sans parler des Picart de Rochefort (Marzan, 1587, et Sainte-Croix de 
Josselin, 1643), des Hivel et des Le Jeune de Rennes (Concoret, 1610-1621), des Paris de 
Lorraine (Elven, 1621), des Le Breton de Ploêrmel (Saint-Marcel, 1623), des Allain d'Hennebont 
(Mohon, 1628), des Trousel de Morlaix (Guiscriff, 1672), des Joly de Langres (Guémené, 1736- 
1739), des Nau de Quintin (Noyal-Pontivy, 1768-1771), et de tous ceux dont la résidence n'est 
pas indiquée dans les actes, tels que les Migorel et les Euzenu (Noyal-Pontivy, 1610, Saint-Léiy, 
1615, et Sainte-Croix de Josselin, 1643), les du Parc (Quily, 1628, Saint-Léry, 1031, Ménéac, 
1635, et Guilliers, 1659), les Martin (Beignon, 1647), les Berthou (Concoret, 1717), les Élie 
(Ménéac, 1722), les Laurein (Langonnet, 1770) (2); les verriers de la forêt de Colpo (Grandchamp, 
1717); les drapiers de Beignon, de Josselin et de Malestroit (xyiV et xviii* siècle) ; les papetiers 
de Bréhan-Loudéac (Bréhan, 1698, Montertelot, 1755), de Plumelec (1759), de Plouay (1762); 
les tanneurs de Beignon, de Malestroit et de la Trinité-Porhoët ; les potiers d'AUaire, de Béganne, 
de Malansac, de Rieux et de Saint- Jean-des-Marais ; les maçons de Guéhenno et de Taupont ; 
les cordiers sur le compte desquels nous n'avons pas à revenir et qu'on rencontre un peu partout ; 
les tisserands et fabricants de toile de Pontivy ; les boulangers de Saint-Aignan ; etc. Beaucoup 
de ces industries tendent à disparaître de nos jours ou ont même déjà entièrement disparu. 

Quant au commerce, nous avons peu de chose à en dire. A part les marchands de drap de soie 
qui semblent avoir abondé à Vannes, surtout vers la fin du XYii' siècle, pendant Texil du par- 
lement de Bretagne dans cette ville, et les nombreux négociants attirés à Lorient par le trafic des 
marchandises de la Compagnie des Indes , le commerce portait principalement sur les grains et 
les bestiaux, sur les sels, sur les vins de la presqu'île de Rhuis, sur le cidre. Ces divers produits 
étaient ou transportés à l'extérieur par les « maîtres de barques et capitaines de navires , » 
QU vendus à l'intérieur , soit directement par les fermiers , appelés quelquefois « ménagers • 
dans la Basse-Bretagne, soit par les négociants en gros, soit enfin par les revendeurs au détail 
QU « regrattiers. » 



(1) C*est la cornemuse, le c biniou > de Bretagne. 

(2; ^ous avons signalé, dans notre Répertoire archéologique du Morbihan , d*autrai fondeurs d*une époque 
antérieure, dont les noms ont été relevés sur les inscriptions des cloches elles-mêmes. 



— LXXIX — 

Personnages célèbres. — Si , parmi les actes mentionnés dans notre inventaire , le plus 
grand nombre se rapportent naturellement aux familles nobles du pays, nous ne pouvions 
néanmoins négliger les personnages , à quelque classe qu'ils appartinssent, qui ont acquis de la 
célébrité et dont les noms nous étaient fournis, avec plus ou moins d'exactitude pour les dates et 
les localités, soit par le Dictionnaire de Bretagne d'Ogée, soit par la Biographie bretonne. On y 
trouvera donc des renseignements précis sur plusieurs personnages connus, les uns par la sain- 
teté de leur vie et par la vénération dont ils ont été l'objet après leur mort, tels que Armelle 
Nicolas, dite la Bonne-Àrmelle (Campénéac, 1606, Sainte-Croix de Vannes, 1671), le P. jésuite 
Vincent Huby (Saint-Gilles-Hennebont, 1608), Yves Nicolazic (Pluneret, 1625 et 1645), Mathurine 
Berthelot (Ploërmel , 1643), Anne-Toussainte de Volvire (Néant, 1653 et 1694, Guilliers, 1659), 
Pierre Le Gouvello, sieur de Queriolet (Sainte-Croix de Vannes, 1660), Charles de Gouandour 
(Inzinzac, 1684), Magdeleine Morice (Guer, 1769); les autres parleurs écrits, comme Gilles Vauge 
(Berne, 1665), Alain-Bené Lesage (Sarzeau, 1668), Augustin-Marie PouUain du Parc (Ploërmel , 
1731), Jacques Cambry (Lorient, 1749) ; d'autres encore par leur rôle militaire, comme Pierre 
Guillemot (Bignan, 1759), l'amiral Jean-Philibert Willaumez (Le Palais, 1761), Georges Cadoudal, 
ou mieux Cadudal (Brech, 1771), le général Jean-Louis Dubreton (Ploërmel, 1773), le général 
Auguste-Julien Bigarré (Le Palais, 1775). Nous sommes loin d'avoir épuisé la liste des illustrations 
du pays ; nous ne pouvons les citer toutes ici , mais elles figurent dans Tinventaire. 

Topographie et population. —- Enfin de l'ensemble des actes paroissiaux peuvent être extraits 
des matériaux utiles pour la topographie du pays, pour les circonscriptions des doyennés, des pa- 
roisses, des trêves et des frairies, des juridictions royales et seigneuriales. La qualification de 
« ville» donnée à certaines localités, comme leFaouet, laGacilly, Gourin, Guémené, Guer, 
Hauron, Muzillac, Péaule, Peillac, Pontscorfif, Questembert, Bieux, Bochefort, Bohan, Saint-Halo- 
de-Beignon, Sérent, la Trinîlé-Porhoët, qui n'avaient cependant ni gouverneur ni communauté 
de ville , atteste l'importance qu'elles tiraient uniquement du nombre des gens de robe qu*y re- 
tenait le fonctionnement de la justice à tous les degrés. Il en était de même des autres villes , 
indépendamment des causes permanentes ou passagères d'accroissement afférentes à quelques-unes 
d'entre elles ; c'est ainsi que la population de Vannes s'accrut d'une manière sensible pendant 
l'exil du Parlement dans cette ville, de 1675 à 1689, le déplacement des membres de celte as- 
semblée ayant entraîné celui de leurs familles, de leurs serviteurs, de médecins, de perruquiers, 
de quantité d'industriels de toute sorte; que le Palais et les trois autres paroisses de Belle-Ile-en- 
Her bénéficièrent du transport des Aeadiens effectué dans cette lie en 1765 ; que la création de 
la Compagnie des Indes et le développement de la marine royale donnèrent aux villes de Lorient 
et du Port-Louis la vie et le mouvement dont elles jouissaient. Les variantes dans l'orthographe 
des noms de lieu, les vocables des églises paroissiales dont un grand nombre ont été changés de 
nos jours, ceux des chapelles, soit isolées, soit faisant partie des églises elles-mêmes, sont encore 
des renseignements à ne point négliger dans les actes. 

Quant à la population en particulier, on en trouvera le chiffre pour certaines paroisses ou trêves 
à des époques précises : Brandivy (1779), Brignac (1693 et 1783), Marzan (1695), Mauron (1692), 
Persquen (1698), Plescop (1695), Saint-Brieuc-de-Mauron (1693), Saint-Gildas-de-Bhuis , Houat 
et Hœdic fl785), Surzur (1694). Les registres fournissent, en outre, année par année, soit par le 
relevé de leur9. actes, soit par leurs tables, soit par les notes qui les résument, le chiffre des 



1 



— LXXX — 

naissances et celui des décès ; la comparaison de ces chiffres entre eux ou a?ec les statistiques 
actuelles , en tenant compte , bien entendu , des modifications de territoire et des circonstances 
exceptionnelles d'épidémie, de guerre ou autres analogues, amènera parfois de curieux résultats, 
comme augmentation ou comme diminution. Nous ayons eu déjà Toceasion de faire remarquer 
que le nombre des enfants, principalement dans les familles nobles, était d'ordinaire considérable; 
lorsque, à la fin du xyii* siècle, les seigneurs commencèrent à quitter le pays pour aller vivre 
auprès de la cour ou dans les grandes villes, où les appelaient leurs charges, où les retenaient de 
meilleures conditions d'existence, ne revenant que de loin en loin dans leurs vastes châteaux dé* 
labres, par quelque motif extraordinaire et toujours pour peu de temps, cette disparition eut 
nécessairement pour conséquence un décroissement dans le chiffre de la population. A côté de ce 
fait commun à toutes les paroisses, il en est un autre qui semble également général, surtout au 
xyiii' siècle, c'est l'effrayante mortalité des jeunes enfants, sans parler de l'abondance des morts- 
nés : « Il est d'expérience, écrivait missire Chotard, que de cent baptêmes qu'on fait pendant un 
an dans une paroisse, la moitié de ces enfants sont morts au bout de cinq ans. » Quelques lo- 
calités donnent lieu, au contraire, relativement à la population, à des observations spéciales : à 
Langonnet, par exemple, il est constaté que le chiffre des filles est supérieur en moyenne à celui 
des garçons. A Beignon, les naissances d'enfants jumeaux se rencontrent plus fréquemment 
qu'ailleurs. Disons, à ce propos, que le cas des triples couches n'était pas rare ; nous l'avons 
relevé en 1606 à Campénéac, en 1646 à la Gacilly, en 1668 à Elven, en 1759 à Plœren. On 
lit en tête du registre des sépultures de Sarzeau pour 1769 : « Ce registre est remarquable 
en fécondité : on y voit plusieurs couches de trois gémelles ou gémeaux, mais qui ne vivent 
pas. » Citons enfin le cas unique de quatre filles mises au monde le même jour, dans la 
paroisse de Guern, en 1739, et qui pareillement moururent peu après leur naissance. 

Les exemples de longévité sont beaucoup plus nombreux encore ; quelques-uns même sont 
véritablement surprenants. Sans nous arrêter aux octogénaires et aux nonagénaires, qu'on trouve 
partout et dans tous les temps , bornons^nous à signaler le décès de plusieurs centenaires : à 
Hénéac en 1546, à Elven en 1634, à Saint-Dolay en 1680, à Plouay en 1762, à Lanvaudan en 
1767, à Inguiniel et à Sérent en 1774. A Lauzach en 1706, meurt une femme âgée de 106 ou 
107 ans. A Néant, en 1654, le parrain d'un enfant de Volvire est un prêtre de la paroisse âgé 
de 114 ans, « suivant sa déclaration. » En 1656, une femme de Saint-Dolay serait décédée à 
l'âge de lâO ans. Enfin, le 22 décembre 1677, on aurait inhumé, dans la paroisse de Sarzeau, 
un particulier âgé de 137 ans, « ainsy que l'ont assuré ses parans et autres personnes dignes 
de foy qui ont assistés au convoy. » 

Notes historiques. — • Dans cette longue étude sur les registres de baptêmes, de mariages et 
de sépultures, nous nous sommes efforcé de faire ressortir tout l'intérêt que pouvaient présenter 
de semblables documents considérés en eux-mêmes. Incidemment, nous avons été amené à 
toucher quelques questions historiques d'un intérêt supérieur encore ; peut-être sera-t-on étonné 
d'apprendre que c'est surtout à cause des matériaux qu'ils fournissent à l'histoire que les registres 
paroissiaux méritent d'être placés au premier rang des archives communales. Jusqu'ici , en effets 
nous ne les avons pas envisagés à ce point de vue ; or, les notes semblables à celles que nous 
avons eu l'occasion de 'mentionner, c'est-à-dire ayant quelque relation avec les actes dont nous 
nous occupions spécialement , et les autres annotations de tout genre complètement étrangères k 



\ 



— LXXXI — 

ces actes fourmillent dans nos registres ; on les rencontre à chaque pas , lorsqu'on parcourt 
attentivement ces volumes, tantôt entre les actes, tantôt dans leur texte même, tantôt en marge, 
tantôt en tète des registres, le plus souvent à la fin, quelquefois sur la couverture; la date de 
la note est fréquemment postérieure à celle du registre sur lequel elle est consignée, les recteurs 
se servant indifiéremment , pour fixer leurs souvenirs, de toutes les pages blanches de leurs 
collections. Quelle que soit la défectuosité de cette manière de faire, nous n'en devons pas moins 
à cette excellente inspiration du clergé, malgré des lacunes regrettables, un ensemble de rensei- 
gnements utiles qui , une fois coordonnés et rapprochés les uns des autres dans les diverses 
paroisses, constituent pour l'histoire une mine abondante, peu connue jusqu'à présent et que 
l'absence de procès-verbaux officiels et de journaux à cette époque rend d'autant plus précieuse ;. 
nous avons eu la bonne fortune de l'exploiter largement dans notre circonscription pendant de 
longues années , heureux quand nos modestes chroniqueurs , témoins , comme nous l'avons dit , 
et souvent même acteurs des événements qu'ils racontaient, se donnaient librement carrière sur 
des faits vraiment dignes d'être portés à la connaissance du public. 

Toutes les notes, en effet, que nous avons relevées n'offrent pas un égal intérêt ; les unes sont 
particulièrement relatives au clergé, aux prêtres de la paroisse ; les autres concernent les pa- 
roissiens ou s'appliquent à une étendue de pays plus considérable, à des sujets d'un ordre plus 
général. Dans les premières nous classerons, sans nous y arrêter, celles qui relatent les nominations 
des évêques de Vannes de Tressan, de Caumarlin et Fagon (Saint-Vincent, 4717 et 1719); la 
lettre de M^' de Bertin au clergé de son diocèse avant son départ pour les États, lettre contenant 
diverses recommandations aux prêtres et aux fidèles (Saint-Caradec-Trégomel , 1753) ; les actes 
et observations ayant trait à l'introduction de la congrégation de Saint-Maur à l'abbaye de Saint- 
Gildas (1650), à l'union de la mense abbatiale à l'évèché de Vannes (1772), au clergé séculier 
et régulier de la presqu'île de Rhuis et des tles de Houat et d'Hœdic, aux deux saints Gildas et 
Goustan (Saint-Gildas-de-Rhuis) ; les listes chronologiques de vicaires-perpétuels et de recteurs 
de plusieurs paroisses ; les prises de possession de bénéfices , indiquant d'ordinaire l'époque où 
le nouveau titulaire a célébré sa première messe ou administré son premier baptême : « Dieu luy 
doint bon commancement ! » écrit à ce propos l'un d'eux (Marzan, 1581) ; « Dieu lui fasse la 
grâce de bien régir son troupeau! » ajoute un autre (Landévant, 1670). Celui-ci, ancien curé 
de Fontenay-aux-Roses près Paris, profite de la circonstance pour nous apprendre qu'il y a 
« demeuré plus de dix ans et qu'il l'a quitté avec peine, à cause de la satisfaction qu'il avait 
généralement de tous ses paroissiens » (Elven, 1745); celui-là pour nous faire connaître que, 
lors de son installation, « il avait dans sa valise plus de 100 louis et beaucoup d'effets » (Saint- 
Brieuc-de-Mauron, 1786). Notons en passant, dans les registres de Locoal, la prise de possession 
du prieuré de ce nom par les bénédictins, le 8 décembre 1755. 

Parmi les annotations de médiocre importance signalons encore celles qui concernent : la cons- 
truction ou la restauration des presbytères ; les terres qui en dépendaient ; les plantations dont 
les enrichissaient les recteurs ; les dîmes que ceuxTci percevaient ; leurs ventes ou acquisitions 
particulières ; les prêts ou payements faits par eux, et autres articles analogues que nous appel- 
lerions volontiers leurs comptes de ménage. Puis viennent des compositions plus ou moins réussies, 
en prose et eil vers : des notices hagiographiques, comme la « Vie de saint Gobrien » par 
missire Noël Gautier, recteur de Saint-Servant (seconde moitié du xviii' siècle) ; des sermons, 

K 



— LXXXII — 

dissertations ou conférences, comme celle qu'on trouve dans un registre de Grand-Champ (1690) 
sur les empêchements de mariage , et comme celles du même Noël Gautier sur la sanetiGcation 
du dimanche , sur les danses et sur les bals qui avaient lieu à l'occasion de la fêle des patrons 
de paroisses et de chapelles, ou à propos des « ûleries, pesteleries, pileries de pommes, 
gleuries , etc. , » sur les commandements de Dieu et de l'Église , sur les devoirs des maris , des 
femmes, des maîtres et des domestiques, des parents et des enfants, sur la calomnie, la mé- 
disance, la colère, les meurtres, les blasphèmes, les superstitions, etc. Entre autres superstitions, 
l'auteur cite celles qui consistent à considérer comme un signe fâcheux de renverser une salière, 
de rencontrer sur son chemin un prêtre, un moine, un couturier, un lièvre ; k observer dans 
les noces les cierges placés devant les mariés; à vider, après la mort de quelqu'un, 
Teau qui se trouve dans les vases de l'appartement, de peur que l'âme du défunt n'aille s'y noyer ; 
à panser des personnes ou des animaux en prononçant certaines prières, en se servant de 
Certaines herbes cueillies dans un certain temps , à une certaine heure et en certaine quantité ; 
à ajouter foi aux cris des animaux terrestres et des oiseaux nocturnes , aux rêves ou aux songes ; 
à consulter des devins lorsqu'on a perdu quelque chose , etc. 

Quant au talent poétique de notre clergé , nous en avons déjà donné des échantillons français 
et latins ; ajoutons-en ici quelques autres. Sur la première page du registre des baptêmes de 
Sarzeau pour 1579, on lit ce quatrain : 

€ Se trouve par raison vive {sic) 
Qui vouldra bien mourir bien vive ; 
Car ne furent jamais d'accord 
Maulvaise vie et bonne mort. > 

Le registre de Marzan pour 1670 débute par ce pentamètre : 

c Foc ea quœ moriens fada fuisse voles, > 

Un recteur de Theix, à la fin du xvii' siècle, consacre les efforts de sa muse à Dieu, 

c Illius in laudem vasii qui conditor orbis 
Qui sine principio , qui sine fine manet. » 

Et ailleurs il transcrit cet autre distique : 

c Vmhra fugit ; volât hora ; dies périt ; occidit annus ; 
Stat nihil ; et stahit qui velut umhra fugit. » 

Moins austère est l'auteur de ce logogriphe recueilli sur le registre de 1744 de Noyal-Ponlivy : 

c Sum verbum , sed pronomen mihi vertice dempto ; 
Altéra si ex mediis tollaiur liitera, fortis 
Bellua sum, sed sublatis incedo duabus. > 

Nous ne citerons ni les méchants vers français dans lesquels un vicaire de Saint-Dolay, en 1619, 
demande à Dieu le repos éternel pour lui et pour les défunts de la paroisse, ni ceux dont le 
recteur de Saint-Servant ci-dessus désigné, après avoir poursuivi de sa prose la danse en général, 
accable particulièrement les danseurs et les danseuses de Josselin, ni enfin les énigmes et les 
vers latins dont missire Julien Jouan, Tannotaleur déjà connu de la fin du xviii* siècle, s'est plu 
à enjoliver les feuillets blancs du plus ancien registre de baptêmes de Lanouée. 



j 



'— LXXXIII 

Nous rangerons enfin dans les notes de la première catégorie l'enregistrement des remèdes 
tirés de différents auteurs et s'appliquant h diverses maladies (Plouay, 1761-1764; Quistinic, 
1786) ; et aussi les actes rappelant les dissentiments qui parfois animèrent les uns contre les 
autres les membres du clergé séculier ou ceux-ci contre le clergé régulier : ordonnances obtenues 
par les prêtres des paroisses de Belle-Ile contre les aumdniers de la citadelle, interdisant à ceux- 
ci de rien entreprendre sur les fonctions curiales (milieu du xviii* siècle) ; procès entre le recteur 
et le curé de Saint-Gildas d'Auray d'une part, de l'autre les prêtres habitués ou la communauté 
des prêtres de la paroisse, relativement à la préséance dudit curé (1769-1772); altercations 
au sujet de quelques enterrements entre le clergé de Saint-Gilles de Malestroit et les augustins 
de celte ville (1636-1637); contestations fréquentes, par rapport à l'administration des sacrements, 
entre les recteurs de Pluherlin et de Locmalo et les chanoines des collégiales de Rochefort et de 
Guémené, dont les différends, portés à plusieurs reprises devant l'évêque du diocèse et le par- 
lement de Bretagne, donnèrent souvent lieu à des solutions contraires. L'hostilité entre les deux 
branches de la famille ecclésiastique ne se révèle nulle part avec plus d'aigreur que dans les 
notes du recteur de Rieux sur le couvent des trinilaires de cette paroisse (1725-1761). 

Groupons ensuite dans une rapide énumération quelques articles qui intéressent l'ensemble des 
habitants, ceux, par exemple, qui concernent les attributions multiples des fabriques rurales : 
perception des impôts (Quily, 1638; Landévant, 1675; Saint-Servant et autres paroisses voisines, 
xviii* siècle); recrutement de la milice (Péneslin, 1689; Campénéac, 1742); confection et 
entretien des routes (Moréac, 1607; Néant, 1763) et des ponts (Limerzel, 1763 ; Saint-Servant, 
1764); administration des biens et revenus des églises et des chapelles (Séglien, vers 1630; 
le Palais, 1652) ; vente des offrandes (Pommeleuc) ; nomination et comptes des trésoriers. Bien 
que ces articles dussent trouver place dans des registres spéciaux de délibérations et autres, il 
n'est pas rare de les rencontrer au milieu des actes de baptême, de mariage ou de sépulture, 
soit que les registres en question fissent défaut, soit que dans plusieurs cas il fût nécessaire de 
recourir à l'intervention particulière du clergé ou à des cérémonies ecclésiastiques, qu'il croyait 
alors utile de consigner sur ses propres cahiers, comme pour l'emploi des fondations et donations 
diverses, pour l'acquisition, la réparation et l'inventaire des ornements, linges et objets mobiliers, 
etc. Dans ce dernier ordre de faits nous mentionnerons : la réédification du maître- autel de l'Ile- 
aux-Moines (1668) et d'Elven (1736) ; la pose d'un maître-autel en marbre dans Téglise de 
Ploêrmel, aux frais du « général » de cette paroisse (1779) ; l'érection de l'autel du Rosaire dans 
l'église collégiale Notre-Dame-de-la-Fosse de Guémené (Locmalo, 1612); la bénédiction de 
tabernacles ou de rétables k Béganne (1646), à Guern (1693), à Férel (1739), à Surzur (1751), 
i Bourg-Paul-Muzillac (1778) ; celle des fonts baptismaux nouvellement installés à Férel (1749) ; 
celle des fonts en marbre qui ornèrent , en 1784 , l'église de Pénestin , suivant les dispositions 
testamentaires d'un ancien recteur de ce lieu, et qui nous rappellent une donation analogue faite, 
en 1609, au Roc-Saint- André, par le seigneur du Pontlo ; le « racoustrement » des vitraux des 
églises de Guillac (1597) et de Guégon (1678) ; la mise en couleur et dorure des « ymaiges » 
de l'église et de plusieurs chapelles de Plescop (1605); de trois statues à Nivillac (1783); la bé- 
nédiction des statues récemment exposées dans les églises d'Elven (1626), de Saint-Marcel (1653), 
d'Arzon (1680), de Quily (1730), de Pénestin (1740), de Priziac (1763), de Nivillac (1783) ; la 
confection d'un tableau pour l'église de Gourin aux frais d'un vicaire de la paroisse (1716) , d'un 
autre tableau peint par Lhermitais pour l'église de Saint-Jacut (1741), d'un autre encore dé- 



— LXXXIV — 

posé dans celle de Mivillac (1783) ; les nombreux dons et acquisitions d'ornements complets, de 
tuniques, de chapes, de dalmatiques, d'étoles, de bannières, de dais, de draps mortuaires, 
d'étoffes pour statues, de « soleils, » de croix et de crucifix, d' « orceaux et de bassinets, • 
de lampes, d'encensoirs et de navettes, recueillis dans les paroisses ou trêves de Cruguel (1630), 
Elven (1754), Groix (1731), Guern (1697), Landévant (1678), Lantillac (1751), Limerzel (1758), 
Locmaria-Grandchamp (1781), Monlertelol (1768), Pénestin (1740), Persqu^n (1769 et 1772), 
Quily (1739), Saint-Servant (1757), Surzur (1746). L'abondance des documents de ce genre ne 
nous permet pas de relever ici les détails qu'ils renferment habituellement, tels que la description 
et le prix de l'objet, le nom du donateur et celui de l'artiste, étranger ou de résidence 
inconnue, dont il est l'œuvre. Tout au plus appellerons-nous particulièrement l'attention du 
lecteur sur la chape de damas blanc offerte, en 1739, par les dames de Castel i l'église de Quily, 
et au sujet de laquelle le recteur écrit, en marge de son registre : « Conservez-la soigneusement ; » 
ainsi que sur la chape, l'étole et le dais « avec sa garniture » taillés dans la robe de noces 
de M"* de la Chapelle, femme de M. Paul-Guy du Pérenno, comte de Penvem, « qu'elle a voulu 
donner de présent à son église paroissiale de Persquen, (et dont) la façon, avec le galon et les 
franges d'or, a coûté 42 écus (1772). » 

Nous pourrions encore moins signaler séparément les baptêmes et bénédictions de cloches si 
nombreux dans nos registres où ils se confondent avec les baptêmes des enfants ; les observations 
que nous avons faites pour ceux-ci, en ce qui concerne les noms, les parrains et les marraines, etc., 
s'appliquent également à ceux-là; ajoutons que les actes relatifs aux cloches renferment, en 
outre, lorsqu'ils sont complets, indépendamment du nom du prêtre autorisé par l'Ordinaire à 
procéder à la cérémonie, celui de la personne ou des personnes généreuses qui ont pris la 
dépense à leur charge , celui du fondeur à qui le travail a été confié , l'indication du lieu et do 
moment do la fonte, des incriptions, figures et armoiries qui couvrent la cloche, du montant des 
frais tant pour la façon que pour la pose , des moyens de transport et de mise en place , de son 
poids, etc. Les poids les plus considérables que nous ayons constatés sont de 2,066 livres 
(Hénéac, 1722), 2,336 1. (Guémené, 1686), 2,900 1. (Notre-Dame-du-Roncier de Josselin, 1781), 
3,000 1 (Noyal-Pontivy, 1771). 

La construction et la réparation des églises ou chapelles exigeraient encore de longs développements 
dans lesquels nous ne saurions entrer ; bornons-nous donc à mentionner, par ordre alphabétique 
de paroisses ou trêves , les principaux travaux de ce genre dont on trouve la trace dans les re- 
gistres, en renvoyant le plus souvent à notre inventaire pour les détails. Ambon : reconstruction 
de la chapelle de Cromenach (1778). Arzon : réparation de l'église (1680). Aiégan : bénédiction 
de la chapelle de Saint-Yves et de Saint-Vincent annexée à l'église paroissiale (1777). Beignon : 
bénédiction de la chapelle Sainte-Reine-des-Aulnays construite par ordre de messire Sébastien 
du Guémadeuc, seigneur et évêque de Saint-Malo ; « la dépense de la construction et ornements 
de ladite chapelle a été faite des oblalions données en ce lieu-là depuis six ans que la dévotion 
s'y est excitée » (1695) (1); le même Évêque figure, l'année suivante, comme parrain de la 
première cloche de Sainle-Reine (2). Berné : reconstruction de la plus grande partie de l'église 



(1) Un acU notarié, du 17 avril 1764, prouve que cette dévotion ne se ralentit pas par la suite (Archives commu* 
Dale<> de Beignon). 

(S.) V. dans £a Semaine religieuse du diocèse de Y amies, du 19 septembre 1878, ce qu'a fait, de so.i côté, 
Mff'Bécel, évêque actuel de ce diocèse, pour favoriser à Beignon le culte de sainte Reine. 



A 



paroissiale (1772). Bignan : bénédiclion de la première pierre de Téglise « qui va être recons- 
truite en entier dans l'emplacement de l'ancienne qui tombail de vétusté et que plusieurs signes 
et monuments ont toujours fait regarder comme ayant appartenu autrefois aux Templiers » (1787). 
Billien : démolition de Féglise de Tabbaye de Prières en 1714; dédicace de la nouvelle église en 
1736 (Reg. de Saint-Vincent). Bourg-Paul-Muzillac : reconstruction du chœur de l'église (1778). 
Bréhan-Loudéac : célébration de la première messe dans la chapelle de Saint-Isidore (1719). 
Caden : réparation du chœur de l'église (1787). Caro : dédicace de la chapelle de ta Chapellette 
(1604) ; béuédiction de la chapelle Saint-Nicolas affectée aux cordiers et voisine du presbytère 
(1655). Caudan : bénédiction de Téglise paroissiale nouvellement rétablie (173^). Cléguérec : 
bénédiction de la chapelle du château de Beauregard(1730). Croix-Hellcan (La) : bénédiction de 
l'église récemment restaurée (1777). Gacilly {La) : pose de la première pierre et bénédiction de 
deux chapelles de l'église (1626, 1628, 1631). Glénac : bénédiction de la chapelle du château du 
Haut-Sourdéac (1751). Grand-Champ : pose de la première pierre de la tour de l'église parois** 
siale (1669). Groix : reconstruction du mur du nord de l'église (1758). Guénin : bénédiction 
de l'église (1774). Guern : réparations à l'église paroissiale et à la chapelle de Quelven (1693- 
1697). Guilliers : restauration de la chapelle frairienne du Riolo (1739). Kergrist : bénédiction 
de la chapelle du manoir du Lié (1655). Lignol : bénédiction de la chapelle du château du Coscro 
(1758). Limerzel : reconstruction de la nef de l'église (1773-1774). Locmalo : ordonnance de 
M*' François d'Argouges, nommé par le Roi à l'évèché de Vannes, interdisant de continuer le 
service divin dans l'église collégiale de Guémené qui menaçait ruine (Keg. de Guémené, 1691) ; 
chute de la tour de cette église (Ibid. 1756) ; bénédiction d'un « emplacement sur la montagne 
joignant ladite église, pour y bâtir un dôme en forme de clocher, » et pose de la première pierre 
de cet édifice (Ibid. 1761). Reconstruction de la chapelle de la Magdeleine à l'entrée du bourg de 
Locmalo (Locmalo, 1773-1774). Loyat : bénédiction de la chapelle du village de Crétudel (1714) 
et de la nouvelle église paroissiale (1749). lllalansac : bénédiction de la chapelle de Saint-Jacques 
et Sainl-Colomban bâtie à l'entrée du bourg (1712). Malestroit : découvertes en l'église Saint- 
Gilles de restes d'anciennes constructions (1615-1628). Malguénac :. bénédiction de la chapelle 
domestique du manoir de Moustoirlan (1781). Marzan : reconstruction de la nef de l'église 
(1745). Melrand : pose de la pierre fondamentale de la lanterne de l'église (1690) ; bénédiction 
de la première pierre de la tour (1733). Ménéac : consécration de la chapelle des Brientz dans 
l'église paroissiale (1602) ; construction de la chapelle du manoir de Belouan (vers 1618). Meslan : 
bénédiction de la chapelle de Saint-Armel (1735). Moréac : grandes réparations à l'église (1640). 
Moustoirac : achèvement de la tour de l'église (1777). Nivillac : bénédiction de la chapelle du 
château du Bois-Gervais (1776). Nostang : marché passé pour la réédificalion de l'église parois- 
siale (1681). Palais (LeJ : construction de la nouvelle église, l'ancienne, située à la Haute- 
Boulogne, ayant été démolie, par ordre du Roi, comme nuisible à la citadelle (1677-1678^ 
Restauration de la chapelle de Loctudy, saccagée pendant la guerre précédente (1770). Peillac : 
bénédiction du nouveau chœur de l'église paroissiale (1734) et de la chapelle de la maison de la 
Graë presque entièrement reconstruite (1739). Péneslin : bénédiction de l'église (1777) et d'une 
chapelle réédifiée près du port de Tréhiguer (1783). Persquen : réparations considérables à 
l'église ainsi qu'aux chapelles de Saint-Hervé et de Saint-Vincent -Miliziac (1767-1769). 
Pleugriffet : bénédiction de la chapelle neuve de Saint-Vincent, bâtie au village de la Ville-Tual 
(1724). Plouray ; agrandissement de l'église par le recteur, malgré l'opposition d'un seigneur 



— LXXXVI — 

avec lequel il ayait ioutilement « employé le vert et le sec » (Reg. de comptes de la fabrique 
1660-1661). Pose de la première pierre de la tour de ladite église (1758). Pluneret : « Était 
appelé pour être compère (à un baptême) Tves Nicolazic, lequel a manqué de s'y trouver, à 
cause des empêchemens du bâtiment de madame Sainte-Anne, mais a fait venir en sa place 
Pierre Nicolazic, son fr^re » (15 décembre 1635). Quistinic : réédiflcation de l'église paroissiale 
(1749-1752). Radenàc : pose de la première pierre de la tour de l'église ; marchés pour sa 
constrution (1767). Réminiae : bénédiction de la chapelle bâtie près de la maison de Sur-I aiide 
(1778). Saint- Allouestre : pose de la première pierre du chœur de Téglise (1690). Saint-Caradee- 
Henneboni : construction d'une nouvelle église (1777-1778). Sainte- Croix de Jottelin : pose de 
la première pierre de la chapelle Saint-Mathurin (1669). Saint-G^ldas d'Àuray : reconstruction 
de l'église paroissiale (1623-1641). Dédicace des chapelles des Capucins et de Thôpital (1627). 
Saint- Gilles- Hennebont : bénédiction de la croix, pesant 250 livres et longue de 19 pieds, placée 
sur le haut de la tour de l'église Notre-Dame-de-Paradis , après la réparation de cette tour dont 
le sommet avait été renversé, en 1705, par un ouragan (1709). Saint-Malo-de-Beignon : réédifi- 
cation de l'église paroissiale (1749-1751) ; détails précis sur remplacement de l'ancienne église 
et sur les tombes qu'elle renfermait. Saint-Nolff : construction du clocher de Téglise (1783). 
Sarzeau : pose de la première pierre de la nouvelle église paroissiale (1670). Bénédiction de la 
chapelle de l'hôpital récemment bâtie (1725). Surzur : bénédiction de la chapelle du château de 
Penbuizo (1777). Theix : construction de la chapelle Saint-Isidore de l'église paroissiale 
(1700-1701). Bénédiction de la chapelle de la maison noble de Kerandrun (1758). Tréal : mise 
en interdit de l'église, sans doute à cause de son mauvais état (1762-1764). 

Lorsqu'une chapelle avait cessé depuis longtemps d'être entretenue et de servir au culte , elle 
ne pouvait être rendue a sa destination primitive sans une cérémonie ecclésiastique appelée 
« réconciliation. » C'est ce qui eut lieu pour celles du château du Vaudequy en AUaire (1726), 
de la maison noble de la Souallaye en Béganne (1715), de Notre-Dame-de-Place-Manec en l'île 
de Groix (1734), de Sainte-Anne de la lUaye en Hénéac (1765 « reg. de Brignac), du château de 
Rochefort (1715). La même cérémonie était nécessaire après un acte attentatoire au respect des 
lieux saints, ainsi que le prouvent la réconciliation, en 1631, par Tévêque de Vannes, de l'église 
paroissiale et du cimetière d'Elven « pollués, depuis la nuit de la Toussaint 1630, par une 
violente effusion de sang humain; » celle du cimetière de Rieux, en 1656, avec « défense à 
toutes sortes de personnes d'exposer à l'avenir en vente dans ledit cimetière ni sur les murs 
d'icelui aucunes marchandises, de quelque condition et qualité qu'elles puissent être, sur peine 
d'excommunication...; » celle de l'église et du cimetière de Sarzeau, en 1699^ « à cause de l'irré- 
vérence notoire et considérable portée à ladite église paroissiale de Sarzeau et au Saint- 
Sacrement,.... à cause d'une sédition populaire émue contre l'appelé N. pour avoir dit quelques 
paroles, dans laquelle émotion il fut maltraité de coups, même par le visage, dans ladite église 
de Sarzeau, jusques à effusion de sang; » celle encore, en 1700, dudit cimetière de Sarzeau 
« pollué par du sang humain répandu au-dedans en une batterie ; » celle enfin de la chapelle 
Saint-Sébastien et du cimetière du Palais, en 1764, après l'occupation de Belle-Ile par les 
Anglais. 

' D'autres cérémonies de bénédiction nous font connaître : l'ouverture de nouveaux cimetières à 
Baud en 1786, à Guémené en 1784 (on inhumait à Locmalo depuis 1779), à l'hôpital du Palais en 



I 



— LXXXYII — 

1770, à Ploërmel en 1759, à Plouày en 1781, k Sainl*Dolay en 1746, à Saint-Gilles-Henncbont 
en 1783, à Surzur en 1785 ; l'érection de croix de pierre ou de bois, abstraction faite des 
calvaires, dans un grand nombre de paroisses, telles que Guern ("1694), Melrand (1733), le 
Palais (1764, à la suite des dégâts commis par les Anglais), Péaule (1734), Saint-Marcel (1653), 
Sarzeau (1783 et 1785, etc.) ; la construction du château du Perron en la paroisse de Mauron 
(1747-1748). L'insertion aux registres paroissiaux de notes relatives aux premiers travaux du mur 
de clôture du parc de Rocbefort en 1717 (Reg. de Saint- Vincent) et à la reconstruction du 
château de Penvern en Persquen (1771), permet de penser que, dans ces deux circonstances 
également, les propriétaires réclamèrent pour leurs entreprises la bénédiction ecclésiastique. On 
sait enfin que celle-ci accompagnait d'ordinaire la remise de drapeaux aux régiments (Le Palais , 
1747, 1750, 1751). 

C'est grâce à cette participation du clergé aux différents actes de la vie des paroisses que nous 
trouvons encore, consignés dans ses archives, tant d'autres souvenirs qu'on chercherait 
vainement ailleurs , tout ce qui concerne , par exemple , les missions , les confréries , les confir- 
mations, les reliques des saints, les processions annuelles, etc. Nous ne pouvons dire qu'un mot 
de ces divers sujets. 

Les « missions, » dont l'usage s'est perpétué dans le pays jusqu'à nos jours, étaient une sorte 
d'assises ecclésiastiques tenues, tantôt dans une paroisse, tantôt dans une autre, à des intervalles 
plus ou moins réguliers, et ayant pour but de réchauffer le zèle des populations environnantes 
pour le service de Dieu, de corriger les mœurs, de rappeler à chacun ses devoirs, de faire ren- 
trer dans la bonne voie ceux qui s'en étaient écartés. Les moyens employés pour y parvenir étaient 
la prédication et la confession. Échelonnés à l'intérieur et à l'extérieur de l'église, dans des 
confessionnaux rustiquement formés de toiles et de branchages, de nombreux prêtres, accourus de 
tous les points du diocèse et dirigés par un chef spécial, distribuaient aux fidèles, en français ou 
en breton , suivant les localités et les individus , les consolations , les conseils et le pardon qu'ils 
venaient demander. D'habitude , l'affluence était telle que la mission se prolongeait plusieurs 
semaines, aux frais du recteur du lieu ou des personnes qui en avaient eu l'initiative ; elle se 
terminait par une communion générale, par l'érection d'un « calvaire » ou croix de mission, 
quelquefois par la translation des ossements du cimetière ou autre cérémonie religieuse. Après 
ces indications applicables à toutes les paroisses, il nous suflSra de mentionner sommairement, par 
ordre chronologique, les différentes missions dont nous avons rencontré la trace dans nos re- 
gistres : 1684, à Saint-Avé, sous la direction du recteur de Plumergat. — 1687, à Moustoirac. — 
1691 , à Baud, avec le R. P. Jean Rolland, de la compagnie de Jésus, comme prédicateur. — 
1698, mission h Josselîn, donnée par « messieurs » de Saint-Méen, M. Le Bourcier supérieur (Reg. 
de Saint-Martin de Josselin). — 1699, à Pontivy, par les PP. jésuites de Vannes et de Quimper, 
pendant quinze jours. — 1701 , à Guégon , par les jésuites. — Mai 1712, à Josselin, le R. P, 
Gabriel, capucin, supérieur (Reg. de N.-Dame-du-Iloncier). — 9-23 octobre 1712, à Moustoirac, 
sous la direction du recteur de Carnac. — 17 juin-8 juillet 1714, mission à Plouay, pendant 
laquelle on a administré la communion à 4000 personnes. — 5 mai 1715, ouverture de la qua- 
trième mission prèchée au Palais depuis la fondation de ces exercices par le surintendant Fouquet 
et Marie-Magdeleine de Castille , sa femme ; aux termes de cette fondation , une rente annuelle 
de 250 livres était affectée aux frais d*une mission que devaient tenir tous les cinq ans au Palais 



— Lxxxvni — 

les PP. Jésuites de Vannes (Rcg. de Bangor). — « Le 16"* jour du mois de juin 1715, les jésuites 
de Vannes commenct^rent la mission qu'ils sont obligés de faire de six ans en six ans, et dura 
quinze jours » (Guégon). — 1715, à Sainl-Jacut (Note portée au rcg. de 1742). — 3-24 mai 1716» 
à Noyal-Pontivy; liste dès prêtres qui y prirent part. — 1716, à Caro. — 21 juin-13 juillet 1721, 
à Baud, avec le recleur de Sulniac pour chef. — 1725, k Saint-Jacut (Note de 1742). — 3-18 juin 
1731, h Sulniac; noms des « ouvriers » de la mission. — 1734, à Peillac. — « l.e 30 mai 1736 
finit la mission des PP. capucins, au nombre de quatorze, tous gens choisis et distingués par 
leur savoir et par leur piété , où présidait le R. P. Angélique de Dinan , gardien du couvent de 
Vannes ; elle finit après avoir duré un mois, entretenue par les soins et dépens du sieur Hamon, 
recteur, des sieurs Murault et Élie, aussi recteurs, et du public, après une quête faite en toute la 
ville et faubourgs, et tous les dons et charités de plusieurs particuliers, tant d'ici que d'ailleurs, 
depuis la mission commencée » (Nolre-Dame-du-Roncier de Josselin). — 7-21 juin 1739, à Lan- 
guidic ; liste des missionnaires. — 1741 , mission k Saint-Jacut, sans doute celle qui y avait été 
fondée en 1735 fNotes de 1742 et de 1744). — 26 avriH7 mai 1744, à Noyal-Pontivy ; noms des 
prêtres qui y ont assisté. — 1745, mission de quatre semaines à l'église collégiale de Guémené, 
donnée par le P. Percheron, de la compagnie de Jésus. — 1747, à Plouray, par le recteur de 
Moréac, supérieur des missions bretonnes, et par plusieurs de ses confrères. — 28 avril-26 mai 
1748, à Saint-Dolay, par M. Mulot et quelques autres membres de la « société de M. de Montfort» 
établis à Saint-Laurenl-sur- èvre en Poitou. — Mai 1749, à Questembert, où le même M. Mulot, 
supérieur desdits missionnaires, mourut au milieu de ses prédications et fut inhumé. — « Cette 
année 1749 , missire Olivier La Cornière , recleur de cette paroisse , a donné à ses frais une 
mission où il y avait environ vingt-quatre missionnaires de convoqués » (Surzur). — 1750, « la 
mission fondée par M. Rouxel, prêtre, a commencé le 11 octobre et a fini le 11 novembre,.... à 
laquelle a présidé M. Tabbé des Laurans, grand-vicaire » (Guer). — 1753, à Sainl-Jacul. — 
8 septembre 1754, ouverture à Saint-Grave d'une mission dont le supérieur est missire Hervoèt 
de Ponvallon, recteur de Ruffiac. — 1754, à l'Ile-d'Arz. — 1755, au Palais, par les jésuites. — 
1756, à Saint-Servant (Note du reg. de 1759). — 1757, à Taupont ; liste des prêtres qui y parti- 
cipent. — « Le 4 juin 1758 a commencé en cette paroisse une mission bretonne et française qui 
a fini le 18 du même mois » (Lesbins-PontscorfT). -^ 24 juin-8 juillet 1759, à Baden. — mai 
1760, mission à l'église paroissiale de Locmalo , « à l'effet de déraciner et détruire en cette pa- 
roisse les bacchanales qui se faisoient à pareil jour (le lundi de la Pentecôte) tous les ans, 
l'assemblée y étant nombreuse. ... » — 29 juin*26 novembre 1760, dans les paroisses annexées 
d'Helléan et de la Croix-Helléan. — 2-17 mai 1762, à Saint-Gonnery ; noms des missionnaires, et 
cette note désespérante : « Fletus multus, fruclus nullus. » — 6 juin 1762, ouverture d'une mis- 
sion à Sainl-Dolay par les « messieurs prêtres » de Saint-Laurent-sur-Sèvre. — 3-17 juillet 1763, 
à Languidic ; liste des ecclésiastiques présents ; la croix de mission est estimée 1 ,200 livres ; il y 
avait au milieu du cimetière une croix de pierre, de 1555, qui est déplacée et mise devant la 
croix de mission. — 6-27 mai 1764, à Noyal-Pontivy; noms des prêtres assistants. — 8 septembre 
1765, ouverture d'une mission à Marzan par quatorze prêtres du diocèse, ayant à leur tête le 
rectenr de Molac, chef des missions françaises. — 6-20 octobre 1765, k Caudan; 1,950 com- 
muniants ; les frais, supportés par M"' de Keralno, dame de Sconhel, s'élèvent à 1200 livres. — 
li juin 1769, commencement d'une mission à Taupont ; liste des prêtres. — 1"-15 juillet 1770, 
à Nostang. — 2-30 mai 1773, au Palais; les instructions françaises se faisaient à l'église Saint* 



— LXXXIX — 

Gérand, les instructions bretonnes à la chapelle Saint^Sébastien (Reg. de Bangor). — 1774, 
mission à Ambon, fondée en 1773 pour avoir lieu tous les dix ans (Note de 1785). — 31 ayril 
1776) ouverture d'une mission à Pleugriffet. — Novembre 1776« à Buléon, « à l'occasion de 
Tannée sainte. • — « Le 22 décembre 1776 finit la mission donnée dans cette ville par vingt- 
deux recteurs et prêtres du diocèse ; M. de Grandclos-Heslé, archidiacre et théologal de Saint- 
Malo, en fut le supérieur » (Notre-Dame-du-Roncier de Josselin). — 1776, à Saint-Jean-Brévelay. 
— 15 juin 1777, commencement d'une mission à Taupont. — 1777, mission de dix Jours à 
Nontertelot, après laquelle fut planté le calvaire au milieu du bourg, « aux frais des habitants qui 
se cotisèrent volontairement pour celte sainte œuvre. » — 1779, mission de trois semaines à 
Bréhan-Loudéac , où il y avait vingt missionnaires ; « elle était si bien arrangée et si bien con* 
duite que tous ceux qui y ont assisté la mettaient au-dessus de celles qu'ils avaient vues ; elle a 
opéré beaucoup de bien et il ne faut pas perdre la mémoire d'un pareil événement. » — Juillet 
1783, à Remungol ; noms des prêtres. — 12 octobre 1783, ouverture à Saint-Servant d'une 
mission qui dure quinze jours. — 18 avril-20 mai 1784, à Saint-Dolay, par les prêtres de Saint* 
Laurent-sur-Sèvre. — Juillet 1785, mission de trois semaines à Loyat ; liste des prêtres.—. 
35 septembre-9 octobre 1785, à Ambon, par vingt-trois prêtres « qui tous avaient travaillé à là 
grande satisfaction des paroissiens. » — 6 mai 1787, ouverture de la troisième mission donnée 
à Saint-Gonnery ; noms des missionnaires. — 1*' juillet 1787, commencement d'une mission à 
Plumelec ; liste des prêtres. — Septembre 1788, à Caden. — 1788, à TIle-d'Arz. — 1788, mission 
française et bretonne à Saint-Jean-Brévelay ; liste des missionnaires. — 3-12 novembre 1789, à 
Meucon^ avec le recteur de Laiiguidic pour supérieur. — 12-26 septembre 1790, àPlescop« 
sous le même supérieur ; noms des missionnaires. 

Ces missions étaient indépendantes des retraites d'hommes ou de femmes dont on trouve aussi 
quelques mentions , ainsi que des prédications ordinaires du carême et de Tavent. Â ceux qui 
voudraient rechercher les noms des prêtres chargés de porter la parole de Dieu dans les diffé- 
renles paroisses, nous signalerons la liste des prédicateurs bretons qui ont eîercé leur ministère 
au Palais, de 1732 à 1757 (Reg. de Bangor). 

Les efforts des missionnaires étaient également secondés par l'existence de nombreuses coq* 
fréries ; nous nous bornerons à désigner celles pour lesquelles les registres fournissent des' dates 
certaines d'érection : Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement établie, le 1*' jour de janvier 
1753, dans l'église de Notre-Dame-du-Roncier de Josselin ; confrérie du Saint-Scapulaire érigée 
en 1761 à Noyal-Pontivy ; celles du Saint-Rosaire fondées : en 1612 à Guémené, dans l'église 
collégiale de Notre-Dame-de-la-Fosse (Reg. de Locmalo), en 1637 dans l'église paroissiale de 
Sainte-Croix de Josselin, en 1648 à Bignan, en 1654 à Peillac, en 1712 à Honterlelot, en 1728 
à Saint'Dolay, en 173i à Saint-Caradec-Trégomel (avec un bref d'indulgence du pape Clément XII). 
en 1779 à Houstoirac et à Pénestin. L'établissement de la confrérie du Rosaire, de beaucoup 
la plus répandue, ne pouvait avoir lieu, dans chaque paroisse, que par l'entremise des Frères 
Prêcheurs. 

Les Évêques ayant profité quelquefois de l'affluence des fidèles provoquée par les missions 
pour administrer à ceux qui ne l'avaient pas encore reçu le sacrement de confirmation , nous 
consignerons ici certains relevés numériques relatifs à cette dernière cérémonie. Lors de sa visite 
à l'église de Guilliers, en 1642, l'évêque de Saint-Malo confirme « par supputation 2,000 personnes.» 

L 



— xc — 

Le nombre des habitants confirmés i Sarzeau par l'évéque de Vannes « en 1763, ne s'élève pas 
à moins de 1800 pour les trois paroisses de Sarzeau ^ d'Arzon et de Saint-Gildas^^e-libuis ; 
en 1784, la première de ces paroisses en fournil 788 à elle seule, savoir 365 hommes ou garçon^ 
et 5â3 femmes ou filles. 

Parmi les autres cérémonies religieuses, nous devons mentionner celles qui concernent la 
réception, Fexposition ou la translation de diverses reliques. Pour ce qui regarde spécialement 
les parcelles de la Vraie-Croix, il faut consulter les registres de Bangor (1774), de Bieuzy (1780), 
de Guégon (1763), de Locnialo (1774), de Nolre-Dame-du lloncier de Josselin (1776), de Noyal- 
Muzillac (1755), de Noyal-Pontivy (1760), de Questemberl (1757), de la Roche-Bernard (1771), 
de Saint-Caradec-Trégomel (1739). Ceux de Locminé (1758) donnent quelques renseignements 
sur les reliques de saint Colomban ; ceux de Locoal (1768), sur les reliques de saint Goal en 
partie détruites par un incendie; ceux de Notre-Dame-du-Ronciér (1776), sur les reliques de 
saint Jean et de saint Etienne; ceux de Saint-Caradec-Trégomel (1735, 1737, 1739), sur ua 
morceau du voile de la sainte Vierge et sur les reliques de sainte Harie-Magdeleine , de saint 
Jucundin, de saint Cast et de saint Dédier, martyrs, de saint et de sainte Placide et de saint 
Célestin, également martyrs. N'oublions pas le report au cimetière de Bieuzy, en 1703, de la 
« pierre sonnante de monsieur saint Bieuzy , » qui en avait été enlevée depuis plus de quarante 
ans et qu^on y voit encore aujourd'hui. 

Sans parler des processions de la Fête-Dieu , des Uogations et autres communes à toutes les 
paroisses, en laissant aussi de côté celles qui étaient particulières à chacune d'elles lors des fêtes 
patronales , on rencontre au milieu des actes paroissiaux des indications précieuses au sujet de 
certaines processions accomplies à des époques plus ou moins régulières. Quelques-unes ont un 
cachet d'ancienneté et même d'obligation , comme celles des habitants de Malestroit à Missiriac 
(Reg. deMaleslroit, 1617), à Ploërmel ilbid- 1619, 1627), à Saint-Marcel (Ibid. 1635, 1636, 
1637) ; celles des tréviens de Monleneuf à leur église paroissiale de Guer (Reg. de Guer, 1751). 
Cet hommage rendu à Téglise-mère se retrouve dans la permission accordée, en 1771, par l'évéque 
de Nantes au recteur de Nivillac, doyen de ta Roche-Bernard, de faire porter processionnellement, 
le jour du Vendredi-Saint de chaque année, à Nivillac, « attendu que c'est la paroisse, » et de 
faire rapporter de même à la Roche-Bernard , la parcelle de la Vraie-Croix récemment concédée 
à cette ville. D'autres processions tiraient leur origine de la confiance des habitants dans tel ou 
tel patronage céleste pour obtenir telle ou telle faveur : c'est ainsi qu'au xvu* siècle on voit 
les paroissiens de Saint-Jacut se rendre fréquemment en procession du bourg à la chapelle 
Notre-Dame du Pont-d'Arz, à l'effet de demander le temps convenable pour les biens de la terre ; 
que, dans deux circonstances graves, lors de l'incendie de 1769 cl de la contagion de 1773, les 
habitants d'Auray firent vœu d'aller processionnellement au sanctuaire vénéré de Sainte-Ânne 
remercier la patronne des Bretons du secours qu'elle leur avait prêté. Des vœux analogues eurent 
pour résultat rétablissement de processions annuelles, telles que celles de Pontivy après « l'année 
de la mortalité 1696, » d'Hennebont à la suite de l'épidémie de 1699, de Lorient en souvenir 
de la levée du siège de cette ville par les Anglais en 1746. 

A ces cérémonies nous pouvons rattacher celles qui eurent lieu à Bignan, du 14 au âl septembre 
1533, è l'occasion du « grant pardon général de peine et coulpe de Sainct-Jehan-de-Latraa 
de Rome; » à Vannes, du 25 février au 25 avril 1652, à propos du Jubilé (Reg. du Roc-Sainl- 



— XCl — 

André); au Palais, pour un autre Jubilé, du 21 novembre au 8 décembre 1751 ; à Taupont, 
le â février 1779 , jour où « le recteur et ses paroissiens se mirent publiquement sous la pro^ 
tçction de la Très-Sainle-Vierge-Marie. » 

Les registres paroissiaux fournissent également quelques données relatives : aux fêles solen- 
nelles, par exemple à celle de Sainl-Gilles de Maleslroit (1750) et à celle de Notre-Dame-de-la- 
Fosse établie à Guémené en 1753 ; aux représentations dramatiques qui devaient accompagner 
ces fêtes, comme V Histoire de madame minte Marguerite^ jouée à Malestroit en 1601 et où missire 
Nicolas Guillorel, Tun des prêtres de cette paroisse, « portait le papier, » et V Histoire de Judith 
représentée dans la même ville, en 1626, par les écoliers de mattre Julien Mathieu dont nous 
avons déjà parlé ci-dessus ; à d'autres œuvres littéraires, telles que « la chanson contenant la vie 
de saint Bieuzy, réformée et augmentée par missire Jacques Lestrat, recteur de la parroesse 
de Bieuzy , où ledit saint Bieuzy fut martyrisé par le {gentilhomme du chasleau de Querveni 
(Kerven) en la parroesse de Helrand, chantée à la grand'messe par ledit sieur recteur, N. et N., 
OÙ le concours du peuple fut si grand que la table paschale et la balustrade du Rosaire furent 
brisées » (Bieuzy, 1697) ; et le cantique breton composé à Toccasion de Tindulgence plénière 
accordée par le pape Urbain VIII à la confrérie de Notre-Dame de Kemascléden (Saint-Caradec^ 
Trégomel , copie du xviii* siècle). 

On trouve enfin dans nos registres quelques articles concernant : les hôpitaux de Pontivy (Heg. 
de Noyal-Pontivy, 1734), de Pluvigner (1774), d'Auray (1777) ; les Petites-Écoles d'Elven (1772), 
etc. ; mais les documents de ce genre y sont rares, et c'est à d'autres fonds qu'il faudra recourir 
pour avoir de plus amples renseignements sur ces institutions. 

Jusqu'ici nous n'avons mis en relief, parmi les notes dont l'histoire nous semble pouvoir tirer 
parti, que celles qui relatent des faits où se manifeste, plus ou moins directement, l'action du 
clergé. Quant à celles qui traitent des événements étrangers à cette action, le nombre en est tel- 
lement considérable et l'importance en est si grande qu'il nous faut renoncer à en donner ici 
une analyse diême sonmiaire. Outre qu'elles sont consignées à chaque page de notre inventaire, 
lorsque leur étendue le permettait, nous nous proposons d'en faire l'objet d'une publication 
spéciale que leur intérêt justifie pleinement. Elles se répartissent elles-mêmes en deux séries 
distinctes. La première comprend des copies d'édits royaux et d'arrêts du paiiement de Bretagne , 
applicables soit à la France, soit à la province tout entière ; des annotations sur la naissance, le 
mariage et le décès de nos llois, sur quelques actes du Pape et d'autres souverains étrangers, 
sur les guerres intérieures ou extérieures, sur les époques de Jubilé , sur le jansénisme et les jé- 
suites, sur les États et sur le parlement de Bretagne, etc., toutes choses rentrant dans le 
domaine de l'histoire générale, sortant de notre cadre par conséquent, et pour lesquelles, 
d'ailleurs, nos historiens locaux ne semblent pas toujours bien exactement renseignés. Les notes 
de la seconde série , et ce sont heureusement de beaucoup les plus nombreuses , concernent ex- 
clusivement la région dont nous nous occupons; on peut les diviser, suivant leur objet, en 
plusieurs catégories : visites de hauts personnages, telles que celles du roi Charles IX (Saint- 
Patem de Vannes, mai 1570), de la reine d'Angleterre (Gestel, août 1644), du comte d'Artois, 
frère de Louis XVI, et de Joseph II, empereur d'Allemagne (Landévant, mai et juin 1777) ; 
guerres et discordes civiles. Ligue, hostilités de la noblesse et des protestants, révolte dite du 
Papier^Timbré , attaques des Hollandais et des Anglais soigneusement relatées dans les registres 



— xcu — 

des paroisses du littoral et à Toccasioii desquelles le clergé breton se signala plus d'une fois par 
son courage et son patriotisme, ainsi qu'il résulte de notes relevées à Bangor, au Palais, à Saint* 
6ildas-de-Rhuis et ailleurs ; tempêtes et naufrages , rapportés également sur les registres des 
cdtes ; froids excessifs ; fortes chaleurs ; sécheresses ; pluies abondantes et inondations ; pluie de 
sang ; apparition de comète ; tremblements de terre ; chutes de la foudre ; incendies ; abondance 
ou absence de récoltes ; apprécis de grains et autres denrées ; puis, comme conséquence des in- 
tempéries et des années de stérilité, la disette, la misère, les maladies épidémiques si fréquentes, 
désignées le plus souvent sous la dénomination vague de peste ou de contagion, entraînant 
parfois une grande mortalité. 

Pour énumérer, aussi rapidement que possible, tous les faits recueillis dans les registres pa- 
roissiaux et qui sont de nature à rentrer dans Tune des divisions que nous venons d'indiquer , fl 
faudrait un volume auquel chaque paroisse, chaque année se chargerait de fournir des matériaux. 
Tout est là , en effet , dans ces registres de baptêmes , de mariages et de sépultures dont nous ne 
craignons pas d'affirmer de nouveau la haute valeur historique ; c'est là qu'il faut chercher la 
chronique locale et presque quotidienne depuis le xyi' siècle jusqu'à la Révolution. Le clergé, 
auquel nous sommes redevables de ce trésor, eut-il toujours conscience du service qu'il rendait 
aux historiens de l'avenir ? Nous ne le pensons pas ; si l'on songe à la manière dont les diverses 
annotations sont dispersées le plus souvent dans les registres, on est porté à croire que la plupart 
des recteurs ne les y inséraient que pour leur satisfaction personnelle, ou tout au plus pour 
l'instruction de leurs successeurs et de leurs paroissiens. Il est certain toutefois que quelques-uns 
d'entre eux eurent des vues plus étendues , écrivant, ainsi qu'ils prennent soin de le constater 
eux-mêmes, « pour mémoire à la postérité » (Guégon, 1627), « in favorem posteritatis » (Plu- 
mergat, 1674), « ad perpétuant rei memoriam » (Saint-Dolay , 1748 et 1784). Honneur à eux et 
à tous ceux qui , de nos jours , se livrent , dans l'intérêt du pays , à des travaux analogues ! 



L. R0SENZWEI6, 

Archiviste du Morbihan. 



Vannes, 1881. 



J 



« « 



TABLE DE LA NOTICE 



SUR LES 



ARCHIVES COMMUNALES DU MORBIHAN ANTÉRIEURES A 1790. 



Pige 

Composition. . . • • ;••;.•••••••••»«• i 

Lettres de privilèges^ etc. . . • . • •••,•••••;•. h 

Registres de délibérations. ......•••• •••••••••• ^ n 

Registres paroissiaux de baptêmes I mariages et sépultures. ... •••••••••••••• n 

Leur état •.......*...• • ••••••••••• ir 

Pertes attribuées à la Révolution « i • • i • vi 

Véritables causes de déperdition , ••••«••••••• vi 

Époque à laquelle se sont produites la plupart des lacunes et détériorations. •••••••• vm 

Reconstitution des collections #••••• •••••• ym 

Leur dispersion actuelle • a 

Création, des registres paroissiaux ••••«• xi 

Ordonnance royale de 1667 •••••••• xn 

Propriété des registres. • • ••<••••• xm 

Confusion des minutes et des grosses • ••••«•••••••i xv 

Déclaration royale de 1736 « • • • • • xn 

Registres des trêves et de quelques autres localités • ••••••• xvn 

Registres des communautés religieuses • • • • xvm 

Arrêt du Conseil d'État de 1746 s ^ . • . xvm 

Nombre approximatif des registres dans le Morbihan. •••••••••••••••»••• xn 

Fourniture des registres. .«.•• >•• ••••••• xnc 

Leur format.. • • ••ii.è xnc 

Leur couverture. •• ••••. ••••••••••••••••»•••• xx 

Nature des feuilles qui les composent. ••• ••••••••••••^•èè xx 

Date de la fourniture • 黫iè«««*«« 



TABLE. 

Millésimage xxi 

Dépôt des grosses ••..•• xxu 

Droits perçus sur les registres • xxm 

Contrôle de l'autorité diocésaine xvr 

Visites des Ëvêques en personne • xxvi 

Droit de visite. • • •••*•'•..•. xxyn 

Recommandations diverses à l'occasion de la visite xxvm 

Injonctions particulières des autorités ecclésiastiques au sujet des registres paroissiaux. . • xxix 

Travaux du clergé relativement à ces registres. ...•••• • ^exx 

Négligences • • xxxi 

Formules des actes xxxn 

Registres de baptêmes •••••, xxxiv 

Actes de baptême • xxxv 

Formule des actes de baptême xxxv 

Particularkés de quelques actes de baptême • • • xxxvi 

/■ 2 'i '< ' ~ 

Lieu du baptême. xxxix 

Prêtre qui baptise. . • • • • • . • • • XL 

Ëpoque du baptême • • . • xl 

Parrain» et marraines • xu 

Noms dé baptême. • xtm 

Baptêmes d'-étrangeps. . • . xlv 

Baptêmes des enfants naturels. . • • * ...••. xlv 

Baptêmes <les enfants de eordiers. 4 # « # « « « . « . xLvn 

Abjurations. . « xlvu 

Registres de mariages; . . . , XLvm 

Actes dé mariage XLvni 

Époque ek lieu au mariage. • xlix 

Mariages des eordiers. • '. xlix 

Age et pareifité dés conjoints xux 

Fiançailles. •....- , l 

Publication des bans.- , l 

Formule des actes -de mariage.. • ù 

Reconnaissance des enfants nés avant le mariage . • .••.•••.•••..• ui 

Droit ecclésiastique Huir les mariages • • • . . • un 

Bans des ordinations. •..'•.• • . • uà 

Registres de sépultures. •.-. Lin 

Actes de sépiHtare.- .-.*.•.• ..•..•..#....... uv 

Formule des- actes -dé sépiàture . • •.••«•...• ilf 



TABLE. 

Époque et lieu de la sépulture lv 

Sépulture des seigneurs. . • % lvi 

Sépulture des ecclésiastiques. » « lvii 

Inhumation dans les cimetières Lvn 

Sépulture des enfants ux 

Sépulture des bàU\rds lx 

Sépulture des personnes mortes de la contagion lx 

Sépulture des cordiers lxii 

Sépulture des étrangers et des paroissiens décédés de mort subite ou violente lxii 

Sépulture des aliénés. lxiv 

Particularités des plus anciens actes de sépulture . lxiv 

Détails sur le défunt, sur sa mort, sur ses funérailles lxv 

Translations d'ossements • 

Date des actes en général 

Signatures lxx 

Renseignements divers fournis par les actes paroissiaux : Noblesse Lxxn 

Clergé Lxxni 

Bourgeoisie et classes inférieures lxxv 

Usurpations de titres et de qualités « lxxv 

Fonctions et professions ; industrie et commerce lxxvii 

Personnages célèbres lxxix 

Topographie et population lxxix 

Notes historiques lxxx 



Département du Morbihan. 



INVENTAIRE-SOMMAIRE 



DES 



ARCHIVES COHHUNiLES ANTÉRIEURES A 1790. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. 



ARRONDISSEMENT DE LORIENT. 

Canton d'Auray. — Gomxune d*Auaat. 
£. Suppl. 1. — AA. 1. (liasse.)— 53 pièces, papier. 

t9SO-t999* — Lettres de convocation aux États de 
la province. — Lettre de M. Le Goff da Quellenec par 
laquelle il refuse, pour cause de maladie, de représenter 
la communauté d'Auray aux États. — Correspondances 
relatives aux cérémonies publiques ordonnées pour 
naissances et décès de souverains, victoires, etc.; lutte 
entre le syndic et le < miseur > d^Auray à Foccasion 
d^une de ces cérémonies.— Évëneogents divers de 1789; 
lettres de Pintendant de la province ; adhésion des jeunes 
citoyens d'Auray aux arrêtés de ceux de Rennes et de 
Nantes, à la suite des événements de janvier ; cahier des 
plaintes et doléances de la ville d'Auray aux États- 
généraux. 

£. Suppl. 2.— BB. 1. (Regbtre.)— In-foUo, 263 feuiUets, papier. 

tMIY-fl«94. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la réparation des ponts de 
Pontsal et de Saint-Goustan ; — Padministration de la 
confrérie des Trépassés; —l'entretien des pavés de la ville 
et du quai de Saint- Goustan; — celui de l'horloge; 
— la répartition des fouages ; — la nomination de deux 
députés aux États de la province ; — celle du maltre- 
d^école de la ville, d'un organiste, du sacristain de Féglise 



paroissiale Saint-Gildas , des prêtres de la communauté 
de Saint-Gildas ; — l'élection du procureur-syndic des 
bourgeois; des < pères des pauvres > ou administrateurs 
des hôpitaux de la ville ; — le balayage des rues de la 
ville ; — rétablissement dans la ville des Frères mineurs 
de Saint-François ou capucins ; — les dépenses faites 
pendant les troubles de la Ligue et les révoltes des 
seigneurs sous Louis XIII, pour approvisionnements ^ 
armements, défense des cêtes ; — la reconstruction de 
l'église Saint-Gildas ; — le logement du vicaire-perpétuel 
d'Auray ; — celui du prédicateur des Avents et carêmes ; 

— la garde du port ; — l'obtention de lettres d'octroi ; 

— la création d'un service de courrier entre Auray et 
Vannes ; — la maladie contagieuse qui s'était déclarée au 
Port-Louis et les mesures à prendre en cette occasion 
par les habitants d'Auray. 

£. Suppl. 3.— BB. 2. (Registre.)-— In-folio, 75 feuillets, papier. 



— Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la construction de l'église 
paroissiale Saint-Gildas et du quai de Saint-Goustan ; 

— les mesures à prendre contre la maladie contagieuse 
(peste) qui ravageait la ville et les paroisses environnantes ; 

— le traitement du régent et maltre-d'école , du prévêt- 
féodé, du médecin de la ville; — les devoirs des 
Présidiaux et issues de ville ; — l'établissement à Auray 
des religieuses cordelières de l'ordre de Saint-Françoii 
de Nantes. 



Morbihan. — Tomb IV. — Suppl. Série E. 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 4.— 6B. 3. (Registre.)— In-folio , 183 feuillets, papier. 



^-tMl9* — Délibérations de la communauté de 
▼ille d'Auray concernant : le bail à ferme des octrois 
de la ville ; — celui du devoir des c planches et mesures » 
au profit des hôpitaux d'Auray ; — la reconstruction de 
réglise paroissiale Saint-Gildas ; — Tentretien du port, 
des quais , des pavés , du pont de Saint-Goustan ; — 
le traitement du médecin de la ville , du tambour, du 
chapelain des hôpitaux ; — la réparation de la fontaine 
du Loc; — le curage de la rivière d'Auray; — l'établis- 
sement de la confrérie de Saint-Christophe. 

E. Suppl. 5.— BB. 4. (Registre.) — In-folio , i53 feuillets, papier. 

ft04ft-tM4. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : les dépenses à faire pour le 
logement et la subsistance des troupes de passage ou de 
garnison et des prisonniers espagnols ; — la nomination 
du prévôt-féodé de la ville, des gardes du port d'Auray ; 

— les mesures de défense à prendre pendant les troubles 
de la Fronde; — la construction de l'église Saint-Gildas; 
d^un nouvel hôpital; — la confection d'une armoire 
destinée à recevoir les archives de la communauté ; — 
les tentatives faites par les carmes déchaussés de Vannes 
pour s'établir à Auray ; — la réparation du pont de 
Saint-Goustan. 

E. Suppl. 6. — BB. 5. (Registre.)— In-foUo, 93 feuillets, papier. 

t«99-t099. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : les dépenses à faire pour le 
passage du duc de Chaulnes, gouverneur de la province, 
du marquis de Nointel, intendant, du marquis de 
Lavardin , lieutenant-général ; pour un service funèbre 
en l'honneur du comte de Lannion , ancien gouverneur 
d'Auray ; pour des réjouissances ordonnées à l'occasion 
des prises d'Alh et de Barcelone ; — la réparation de la 
charpente du clocher de Saint-Gildas ; — celle de l'horloge 
de la ville. 

E. Suppl. 7. — BB. 6. (Registre.) — In-folio, 93 feuillets , papier. 

«••9-t904. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : les réjouissances ordonnées 
après la publication de la paix générale; à l'occasion 
des victoires remportées en Italie et en Allemagne; 
de la prise de Eehl , de Brisach, de Landau, de Suse, 
de Yerceil ; de la naissance d'un fils du duc de Bourgogne ; 

— la restauration de la chapelle Saint-René en Saint- 
Goustan ; de la chapelle Notre-Dame ; — le recensement 



des pauvres mendiants de la ville et des faubourgs ; — 
l'établissement à Auray d'un maître d'hydrographie; 

— la répartition de la capitation. 

E. Suppl, 8. — BB. 7. (Registre.)— In-folio, 96 feuiUeto , papier. 

ft904-t9O9. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la restauration de la chapelle 
Notre-Dame; de l'église paroissiale de Saint-Gildas; 

— les réjouissances ordonnées à l'occasion d'une victoire 
navale dans la Méditerranée ; des succès de nos armées 
en Italie et en Espagne ; de la naissance du duc de 
Bretagne ; — l'entretien des pavés , fontaines et c douets » 
de la ville. 

E. Suppl. 9. — BB. 8. (Registre.)— In-folio, 102 feuillets , papier. 

1909-19 II. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la vérification des comptes 
du miseur ; — les apprécis des grains par quinzaine ; 

— le dénombrement des habitants de la ville et des 
faubourgs ; — l'impôt du dixième ; — les réjouissances 
ordonnées pour la prise de Tortose, la naissance du duc 
d'Anjou , les succès remportés sur les Espagnols. 

E. Suppl. 10.— BB.^. (Registre.)— In-folio, 104 feuillets , papier. 

t9tt-t9t9. — Délibérations de la ^communauté de 
ville d'Auray concernant : les réjouissances ordonnées 
à l'occasion de la prise de Gironne, de Douai, du Quesnoy, 
de Bouchain ; de la publication de la paix ; de la prise 
de Barcelone ; — la nomination des prêtres de la commu- 
nauté de Saint-Gildas ; — les services funèbres célébrés 
après la mort du Roi; après celle du comte de Lannion, 
gouverneur de Vannes et d'Auray ; — la restauration de 
la chapelle Notre-Dame. 

E. Suppl. 11.— BB. 10. (Registre,)— In-foUo, 96 feuiUets, papier. 

1919-1 9 ••• — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la restauration des vitraux et 
de la tour de la chapelle Notre-Dame ; de la couverture 
et de la tour de Saint-GUdas ; — les réjouissances or- 
données au sujet de la prise de Fonlarabie et de Saint- 
Sébastien ; du rétablissement ^de la santé du Roi ; de son 
sacre ; de son mariage ; de la cessation du mal con- 
tagieux ; — la confection d'une armoire à trois cle6 pour 
la conservation des archives de la communauté ; — la 
réparation de l'horloge de la ville. 



J 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'AURAY. 



E. Suppl. 12. — BB. il. (Registre.) — In-folio, 100 feuillets , papier 

t9«9-ft9S4. -- Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : les réjouissances ordonnées 
à Toccasion de Ja naissance du Dauphin ; de celle du duc 
d'Anjou ; des victoires de Milan , Parme, Philipsbourg ; 

— la réparation du pont, des quais et des pavés de la 
ville ; - la confection des rôles de capitation. 

« 

E. Suppl. 13.— BB. 12. (Registre.)— In-folio , 150 leuiUets, papier. 

t9S4-t940. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : les réjouissances ordonnées 
à l'occasion de la victoire de Guastalla ; de la publication 
de la paix avec l'Empire ; — le service funèbre célébré 
après la mort de Mk' le comte de Toulouse, gouverneur 
de la province ; — la lutte de la communauté contre les 
officiers de la sénéchaussée d'Auray au sujet du banc 
établi dans l'église paroissiale pour les membres de la 
dite communauté ; — le nettoyage des rues de la ville ; 

— l'extension des octrois d'Auray jusqu'à une demi-lieue 
en dehors des portes ; — la bénédiction des drapeaux 
de la milice bourgeoise. 

£. Suppl. 14. — BB. 13. (Registre.) — In-iP , 150 feuillets , papier. 

1940-1944. ^ Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la réparation du quai de Saint- 
Goustan ; — l'acquisition d'une nouvelle horloge avec 
timbre pour Saint-Gildas; — l'entretien des pavés de la 
ville ; — les réjouissances ordonnées au sujet de la con- 
quête du comté de Nice, de la prise d'Ypres, Furnes, 
le Château-Dauphin; du rétablissement de la santé 
du Roi. 

£. Suppl. 15.— BB. 14. (Registre.)— In-folio, 150 feuiUets, papier. 

ft944-t9ft9.— Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : les réjouissances ordonnées 
à l'occasion de la prise de Fribourg, de Tournay, de 
Gand, de Bruges, d'Oudenarde, de Dendermonde, 
d'Ostende, de Nieuport, de Tortone, de Parme, de 
Plaisance, d'Ath, de Bruxelles, d'Anvers, de Hons, 
de Charleroy, de Berg-Op-Zoom ; de la publication de la 
paix ; de la naissance da duc de Bourgogne ; du réta- 
blissement de la santé du Dauphin ; de la naissance 
du duc d'Aquitaine ; de celle du duc de Berry ; de l'é- 
rection d'une statue du Roi à Rennes ; de la naissance 
du comte de Provence ; de la conquête de 111e Minorque ; 
de la victoire remportée par le maréchal d'Estrées sur le 
duc de Cumberiand ; de la naissance du comte d'Artois ; 



— le contingent de miliciens fourni chaque année par 
la ville au bataillon de Vannes ; — la commanderie du 
Saint-Esprit d'Auray; — la levée des impôts du vingtième 
et des 2 sous pour livre du dixième ; — la réparation 
du clocher de Saint-Gildas ; — le curage des vases du 
port ; — les dégâts causés par le tonnerre à la tour de 
Notre-Dame ; — la reconstruction de l'autel de cette 
chapelle ; — les travaux du nouveau quai ; — les gages 
du médecin de la ville ; — l'établissement d'une nouvelle 
horloge à Saint-Goustan ; — la fourniture des lits pour 
les casernes. 

E. Suppl. 16.— BB. 15. (Registre.)— In-folio, 119 feuinets, papier, 

t9ft9-t9Ml. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : le curage du port ; — les ré- 
jouissances publiques ordonnées pour les victoires rem- 
portées au pays de Hesse , au Canada et en Bretagne ; 
pour la conclusion de la paix; — l'entretien des pavés de 
la ville; des lits des casernes; — l'installation d'un nouveau 
jeu d'orgues à l'église Saint-Gildas et les gages de l'orga- 
niste ; — la suppression des fonctions de chasse-gueux 
d'Auray ; — les cérémonies publiques à l'occasion de la 
mort du comte de Lannion , gouverneur de Vannes et 
d'Auray ; — une contestation de terrain entre la com- 
munauté de ville et le prieur de Saint-Gildas ; — l'éta- 
blissement à Auray d'une sage-femme jurée; — les 
réparations de la tour de Notre-Dame ; — les prières 
prescrites pour le repos de Tâme de M^ le Dauphin. 

E. Suppl. 17.— BB. 16. (Registre.)— In-folio, 100 feuiUets, papier. 

t9Ml*t990. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : l'élargissement des rues de la 
ville ; — le numérotage des maisons ; — la restauration 
de la tour de Saint-Gildas; —les gages de la sage-femme 
appointée de la ville ; — le service funèbre célébré après 
la mort de la Reine ; — le projet de construction d'une 
maison-de-ville ; — l'acquisition du matériel nécessaire 
pour éteindre les incendies ; — les réjouissances occa- 
' sionnées par le rétablissement du parlement de Bretagne ; 

— la vérification et la rectification des registres de bap- 
têmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Gildas. 

E. Suppl. 18.— BB. 17. (Registre.)— In-folio , 10(î feuillets , papier. 

ft99a-t99S« — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : une disette de grains , des dis- 
tributions de seigle aux pauvres de la ville et la création 
d'ateliers de charité ; — l'empierrement du quai neuf ; 

— le projet de construction de la maison-de-ville ; d'un 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



auditoire pour la sénéchaussée royale ; de halles et de 
prisons nouvelles ; — Tacquisition de quatre pierriers ; 

— les biens de la commanderie du Saint-Esprit d'Auray ; 

— les frais de réception de M. le duc de Fitzjames, com- 
mandant de la province ; — l'envoi par les États de la 
carte d'Ogée ; — les mesures à prendre contre la maladie 
contagieuse qui faisait ravage dans la ville. 

E.Suppl. 19.— BB. 18. (Registre.)— ïn-foUo, 100 feuiUets , papier. 

19 99-1 9 9e. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la création d'un cimetière sup- 
plémentaire ; — le service funèbre célébré après la mort 
du Roi ; — les réjouissances occasionnées par la rentrée 
du parlement de Bretagne ; par le sacre de Louis XVI ; 

— la réparation de la charpente et du chœur de l'église 
Saint-Gildas et la confection d'un nouvel autel ; — la 
construction de Thôtel-de-ville ; — l'acquisition de la ma- 
chine à accouchements inventée par M»» du Coudray ; — 
Pentrelien des pavés de la ville et du pont de Saint- 
Goustan ; — l'embellissement de la promenade du Loc. 

E. Suppl. 20. — BB. 19. (Registre.) — In-foUo, 150 feuillets, papier. 

ft99a-t999. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Anray concernant : la confection d'une armoire 
pour les archives; — l'achat de seaux pour les incendies; 

— la réparation des corps-de-garde et des prisons; des 
tours de Saint-Gildas et de Notre-Dame'; des pavés du 
quai neuf de Saint-Goustan ; — les réjouissances or- 
données à Toccasion du passage du comte d'Artois ; de la 
naissance d'une princesse ; de celle du Dauphin ; des 
succès de nos soldais en Amérique ; de la publication de 
la paix ; de la naissance du duc de Normandie ; — l'ad- 
judication des boues de la vUle;— rachèvemeni de l'hôtel- 
de-ville et l'acquisition d'un mobilier pour cet édifice ; 

— la pose de plusieurs balises sur les vases de la rivière 
d'Auray ; — Torganisation des travaux de charité ; — 
l'embellissement de la promenade du Loc 

E. Suppl. 21. — BB. 20. (Registre.)— In-folio, 100 feuniets, papier. 

1999-1 9MI. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Auray concernant : la réparation des deux hor- 
loges de la ville et des pavés ; — la convocation des États 
de la province à Rennes et celle des États-généraux ; — 
les déclarations de la communauté et de toutes les pa- 
roisses de ressort de la juridiction royale d'Auray en 
faveur du Tiers-État; — la distribution des drapeaux et 
le serment de la milice bourgeoise et de la garnison ; — 
la contribution patriotique ; — les approvisionnements ; 

— la création d'un comité permanent. 



E. Suppl. 32. — BB. 21. (Liasse.)-— 9 pièces, parchenÛD; 65 pièces, 

pa^er. 

te»«-t999.— Arrêts du Conseil d'Etat : réglant le 
payement des ports de lettres des communautés de Bre- 
tagne pour les affaires du Roi ; — concernant les assem- 
blées des villes et communautés de la province de Bre- 
tagne : — portant règlement pour la ville et communauté 
d'Auray ; — étendant à toutes les villes de la Bretagne 
une ordonnance de Tintendant relative aux assemblées 
de la communauté du Port-Louis. — Etats des offices 
municipaux d'Auray.*- Lettres du gouverneur de h 
Bretagne portant approbation des votes de la communauté 
de ville pour les nominations des maires ; lettres-patentes 
de provision de cet office. — Commissions de maître de 
quai au port d'Auray. — Lettre de l'intendant qui refuse 
d'autoriser une dépense de 300 livres par an pour le 
rétablissement d'un secrétaire de la communauté de ville. 

£. Suppl. 23. — ce. 1. (Liasse.) — 53 pièces, papier. 

ft909-t999. — Mandements et rôles de capitalion, 
milice et casernement. — c De par le Roy i relatif à 
Texemption de la capitation à perpétuité. — Demandes 
en réduction. 

E. Suppl. 24. — ce, 2. (Liasse.) — 99 pièces, papier. 

t09S-t9Ml. — Mandements et rôles des fouages de 
la ville d'Auray ; quittance^. 

E. Suppl. 25. — ce. 3. (Liasse.) — 17 pièces, papier. 

t9lM-i99ft. — Rôles et quittances du vingtième. — 
Contrat passé en la ville de Rennes, le 19 février 1775, 
entre MM. les commissaires du Roi et MM. des États de 
Bretagne, pour les années 1775 et 1776; don gratuit 
au roi de deux millions, etc. — Bail général des devoirs 
pour 1777 et 1778 ; pour 1779 et 1780. 

E. Suppl. 26. — ce. 4. (Liasse.)— 1 pièce , parchemin ; 148 pièces, 

papier. 

te9t-t9Ml. — Comptes des recettes et dépenses de 
la communauté d'Auray. avec pièces à l'appui. Le compte 
de 1687-1688 porte une recette de 16,000 livres et une 
dépense de 17,300 livres environ. Le compte des années 
1788-1789 se règle par une charge de 25,879 livres 
2 sous 9 deniers, et une décharge de 21,103 livres 9 sous 
5 deniers. 

E. Suppl. 27.— ce. 5. (Liasse.)— 29 pièces, parchemin; 190 pièces, 

papier. 

tft9te-t999. — Lettres du duc de Mercœur auto- 
risant la communauté d'Auray à percevoir, pendant un 
an^ un demi-écu sur chaque pipe de vin qui sortirait de 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTON D'AURAY. 



la Tille ou des faubourgs et sur celles qui seraieut dé- 
bitées dans rétendue de la juridiction, pour être le pro- 
duit dudit devoir employé aux fortifications de Vannes 
et d'Auray (1592). — Lettres royales portant concession, 
prorogation, augmentation et extension d'octrois pour la 
ville d'Auray. — Adjudications des baux à ferme desdits 
octrois. — Procès-verbal de délimitation de la banlieue 
d'Auray. — Baux à ferme du devoir des issues de ville et 
Présidiaux ; — de celui des c planches et mesures > dont 
le produit appartenait à Thotel-Dieu d'Auray. — Adjudi- 
cations des boues de la ville. — Rentes et dettes de la 
communauté. 

E. Suppl. 28.— BD. 1. (Liasse.)— 2 pièces, parchemin; 453 pièces, 

papier ; 11 plans et dessins. 

ft<MMi-t999. — Expropriations pour l'élargissement 
des rues d'Auray. — Requêtes de la communauté aux 
États de Bretagne pour obtenir l'ouverture de deux 
grandes routes reliant la ville d'Auray à celles de Baud 
et de Locminé.— Devis et adjudications des réparations 
à faire au pont de Saint-Goustan, au port, aux quais et 
cales, anx fontaines, lavoirs, puits et abreuvoirs, aux 
pavés d'Auray. — Ordonnance des commissaires royaux 
des États de Bretagne, concernant l'achèvement du pont 
de Pontsal. — Comptes des recettes et dépenses relatives 
au curage du port et de la rivière d'Auray. — Devis, plan 
et adjudication pour la construction d'un hôtel-de-ville 
à l'est des halles. — Devis et adjudication des travaux 
à exécuter à l'église paroissiale de Saint-Gildas et aux 
chapelles Notre-Dame-du-Cimetière et Saint-René de 
Saint-Goustan ; dessins de maltre-autel , de lutrin , etc. 
— Procès-verbal et adjudication des réparations à faire 
aux halles, à l'auditoire et aux prisons d'Auray. — Devis 
des murs de clôture, barrières, plantations et aplanis- 
sement de la promenade du Loc. — Acquisition de 
pompes et seaux à incendies ; adjudications pour leur 
entrelien. — Procès-veibal des dommages causés aux 
propriétés particulières de la ville par l'ouragan du 29 dé- 
-cembre 1705. — Arrêt du Conseil d'État relatif à l'adju- 
dication de l'enlèvement des boues de la ville et à la 
suppression des fonctions de chasse-gueux. — Etat esti- 
matif des réparations à faire au four banal de la ville. — 
Comptes des dépenses occcasionnées par les travaux de 
charité. 

E. Suppl. 29. — EE. 1. (Liasse.)— 181 pièces , papier. 

tS96-t900. — Acte par lequel le maire de la com- 
munauté d'Auray certifie avoir vu et accepté le nouvel 
oiseau en bois offert, selon l'usage, par le roi du c pa- 
pegault. > — Nomination des officiers de la milice bour- 



geoise. — Rôles pour servir au logement des troupes 
dans la ville d'Auray. — Feuilles de route pour des dé* 
tachemenLs ou des soldats isolés. — Billets de réquisition 
pour le transport des bagages et des malades. — Adjudi- 
cations : pour la fourniture des bois, chandelles et pailles 
aux corps-de-garde ; — pour celle des lits militaires. — 
Ordonnance royale qui défend à tous les pécheurs de 
poissons de mer l'usage du filet nommé Rel^traversier ou 
chaliU, 

E. Suppl. 30. — FF. 1. (Liasse.) — 55 pièces, parchemin; 267 pièces, 

papier. 

te44-t999. — Procès : entre la communauté de 
ville et le recteur de la paroisse Saint-Gildas, au sujet du 
gouvernement du temporel de ladite paroisse ; — entre 
la ville et le prieur de Saint-Gildas, relativement aux ré- 
parations de l'église paroissiale; à l'entretien de son 
mobilier ; au traitement du recteur ; à l'agrandissement 
du cimetière. 

E. SuppL 31. — FF. 2. (Liasse.)— 8 pièces, parchemin ; 191 pièces, 

papier. 

t«9t-t9fNl.— Procès : entre la communauté de ville 
et les héritiers de Jean Partenay, sieur de Keijestin, au 
sujet de la^propriété d'un terrain situé sur la Grande- 
Place et sur lequel avait été construit un corps-de-garde ; 
— entre la communauté et les juges de la sénéchaussée 
d'Auray, relativement au banc occupé par ces derniers 
dans Téglise paroissiale Saint-Gildas. 

£. SuppL 32. >- GG. 1. (Clahiers.)— In-folio et in-l«, 644feuiUets, 

papier. 

tft9ft-tMI9. — Paroisse de Saint-Gildas. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures.— !«' juillet 1576. Baptême 
de Pierre Le Gouvello, flls de nobles gens Jean Le Gou- 
vello et Marguerite Le Couriault ; compères nobles gens 
Pierre Le Gouvello et Pierre Le Livec ; commère Marie 
Le Livec, veuve de François Le Gouvello. — A partir du 
V^ septembre 1633, enregistrement d'une soixantaine 
de décès causés par une contagion (1). — 16 juillet 1662. 
Baptême de Charles Gouyon (né en 1653), ûls de messire 
Charles Gouyon, seigneur delà Rivière et de Vaudurand, 
et de dame Anne de Larlan ; parrain messire Jean-Louis 
Gouyon, et marraine demoiselle Julienne Gouyon, frère 
et sœur de l'enfant. 

E. SuppL 33. — GG. 2. (Cahiers)— In-folio et in-l», 601 feuiUets, 

papier. 

te90-t«9ft. — Paroisse de Saint-Gildas. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — U juillet 1670. Baptême 



(1) Extrait d'un cahier de sépultures qui fait aujourd'hui partie des 
archives du greffe du tribunal de Lorient. Mentionné pour mémoire. 



1 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



de Claude-Jacques Pezron, fils de Da^id Pezrou, seigneur 
de Penlan, et de dame Perrine Le Boudoul ; parrain 
messire Claude de Langle, seigneur de la Boulaye ; mar- 
raine dame Jacquette Morice, dame du Chesnay, du 
Bolerff et autres lieux. — 20 mai 1672. Baptême de Vin- 
cent de Robien, fils de messire Christophe de Robien, 
seigneur de Pérosse, et de Catherine Boutouillic— 8 juin 
1673. Mariage entre messire Guy de Lopriac, chevalier, 
seigneur de la Haute-Touche, et demoiselle Jacquette du 
Bouêtiez , dame dudit lieu. — 8 février 1674. Baptême 
de François-Sébastien de Robien, fils de messire Sé- 
bastien de Robien, chevalier, seigneur de la Ville-Mainguy, 
Plaintel, etc., conseiller au parlement de Bretagne, et 
de dame Françoise de Cleuz. — 12 mars 1675. Baptême 
de Joseph-Grégoire Gouyon , fils de messire Jean Gouyon, 
chevalier, seigneur de Kerambartz , sénéchal de la cour 
d'Auray, et de dame Marie Le Gouvello ; parrain messire 
Grégoire de Keralbaut, sieur dudit lieu; marraine 
demoiselle Marguerite Le Livec, dame de-Kernaut. — 
11 décembre 1675. Baptême de^ Josèphe-Hyacinthe 
de Robien, fille de messire Sébastien de Robien, etc. 
— 22 novembre 1680. Baptême de Joseph-Nicolas de 
Robien, fils de messire Christophe de Robien, chevalier, 
seigneur de Pérosse et de Sainte-Geneviève, etc.— 6 oc- 
tobre 1682. Baptême de Philippe-Hyacinthe de Langle, 
fils de messire Louis de Langle, chevalier, seigneur de 
Kermorvan, conseiller au parlement de Bretagne, et de 
dame GuiUemelte Gellouard ; parrain et marraine deux 
pauvres de l'hôpital-général d'Auray. 

E. Suppl. 34. — GG. 3 (Gahiars.) — ïn-foUo et in-4», 514 feuUlets, 

papier. 

te^e-tmie. — Paroisse de Saint-Gildas. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 9 décembre 1688. 
Baptême d'un jeune garçon, âgé d'environ quinze ans, 
mahométan du royaume de Golconde, présenté par les 
RR. PP. Récollets de Bernon qui Pont instruit des prin- 
cipales notions du christianisme. — 25 juin 1689. Ma- 
riage entre René-Michel de Larlan, écuycr, seigneur 
dudit lieu , et demoiseUe Jacquette de Kermadec , dame 
du Moustoir. 

• E. Suppl. 35. — GG. 4. (Cahiers.) — In-foUo , 509 feuiUets, papier. 

t«fKl-tlf09. — Paroisse de Saint-Gildas.— Bap- 
têmes^ mariages et sépultures.— 26 avril 1696. Baptême 
de François-Julien de Marin, fils de messire François- 
Louis de Marin, seigneur de Moncan, conseiUer au 
* pariement de Bretagne ; parrain messire Julien de Marin, 
chevalier de Moncan ; marraine dame Françoise Magon, 



femme de messire Claude-Hyacinthe Loz, chevalier, 
seigneur de Beaulieu. — 21 mai 1696. Baptême de 
David-Yalentin de Talhouet, fils de messire Germain- 
Joseph de Talhouet, chevalier, seigneur de la Gra* 
tionnaye , et de dame Marie-Catherine Pezron ; parrain 
messire David Pezron, seigneur de Penlan; marraine 
dame Yalentine de Talhouet, femme de messire Vincent 
du Bot, chevalier, seigneur du Grégo. — 13 décembre 
1696. Baptême de Charles-René-Louis Gouyon, fils de 
messire Jean-Louis Gouyon, chevalier, seigneur de Yau- 
durant, et de dame Jeanne-Julie de Bodoyec ; parrain 
messire Charles Gouyon, chevalier de Vaudurant ; mar- 
raine dame Renée de Kerouarlz, comtesse de Rocbefort, 
veuve douairière de messire Yincent-Exupère de Larlan 
de Kercadio, comte de Rochefort, président à mortier au 
parlement de Bretagne. — 15 août 1701. Mariage entre 
Julien Le Mezec^ écnyer, seigneur du Parce, et demoi- 
selle Marie de la Coudraye. — 2 juin 1703. Baptême de 
Jean-Louis Gouyon, fils de messire Jean-Louis Gouyon, 
chevalier, seigneur de Yaudurant , etc. — 26 mars 1706. 
Baptême de Perrine de Talhouet, fifie de messire Ger- 
main-Joseph de Talhouet, etc. ; parrain Jacques de Ker- 
madec, écuyer, seigneur du Moustoir; marraine dame 
Anne Le Boudoul, dame du Guern.— 23 novembre 1705. 
Baptême de Jacques-Jules de Trévellec, fils de messire 
Christophe-Joseph de Trévellec, seigneur de Keriergon, et 
de dame Renée-Anne Jouhannic ; parrain messire Jacques 
de Trévellec, seigneur de Brché ; marraine dame Jeanne- 
Julie de Bodoyec, dame de Yaudurant. — 7 novembre 1706. 
Baptême de Yincente-Anne de Talhouet , fiUe de messire 
Germain-Joseph de Talhouet, etc. ; parrain et marraine 
Yincent-Marie et Anne-Marie de Talhouet, frère et sœur 
deFenfant. — 15 décembre 1706. Baptême de François- 
Anne Le Gouvello, fils de Yincent-Exupère Le Gouvello, 
écuyer, seigneur de la Porte, et de dame Jeanne-Marie 
Prioul du Haut-Chemin; parrain François-Gabriel de 
Montigny, chevalier, marquis dudit lieu, baron de Corn- 
per, la Gacilly, etc. ; marraine dame Anne-Marie Le 
Gouvello, femme de messire François de la Grée, con- 
seiller au parlement de Bretagne. — 3 mars 1707. Ma- 
riage entre messire Joseph-François du Botdéru, che- 
valier, seigneur dudit lieu, Kerbourvellec, etc., et demoi- 
selle Marie-Anne Le Livec, dame de Haute-Yille. — 
8 juillet 1707. Inhumation de dame Marie Pezron, femme 
de messire Germain-Joseph de Talhouet, etc. 

E. Suppl. 36. — GG. 5. (Cahiers.) — In-foUo, 512 feuUleU, papier. 

1909.1 9 ••• — Paroisse de Saint-Gildas.— Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 6 février 1711. Inhu- 
mation de messire Jean-Louis Gouyon, chevalier, seigneur 



J 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'AURAY. 



d6 Vaudurant. — iS.septembra 1712. Mariage, dans la 
chapelle de la Congrégation d'Auray, entre messire Ar- 
mand-François Guyton, seigneur de Sourville, et demoi- 
selle Marie-Thérèse BoutouilUc de Kerlan. — 27 juin 
nu. Sépulture de messire Jacques de Langle, seigneur 
de la Boulaye. 

E. Suppl. 37. — GG. 6. (Cahiers.)— In-folio , 490 feuiUets, papier. 

ft9f4-t9S«. — Paroisse de Saint-Gildas. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 19 juin 1724. Mariage 
entre Joseph-Guillaume Guyet, écuyer, seigneur de 
Keransquer, et demoiselle Jeanne-Catherine Boutouillic, 
dame de Kerlan, fille de Vincent BoutouilUc, écuyer, 
seigneur de Kerlan, sénéchal d'Auray, et de dame Jac- 
quette du Poussé. — 28 janvier 1727. Mariage entre 
messire Alexis Le Gouvello , chevalier , seigneur de 
Kerenlré, et demoiselle Marie-Guillemette-Jacquette du 
Botdéru. — 16 septembre 1728. Baptême de Jean-Mathieu 
Provost, fils de René Provost, directeur et receveur des 
domaines d'Auray , et de demoiselle Jeanne-Perrine 
Advisse des Ruisseaux. — 2 mai 1730. Sépulture 
de messire Vincent de Robien, chevalier, seigneur de 
Pérosse, etc. — 1732. Baptême de Pierre-Louis Provost, 
fils de René, etc. 

E. Suppl. 38. — GG. 7. (Cahiers.) — In-folio , 458 feuillets, papier. 

t9S9-t940. — Paroisse de Saint-Gildas. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 19 février 1737. Mariage 
entre noble maître Malhurin Chevillard, sieur de la Bes- 
nerais, avocat au parlement de Bretagne, et demoiselle 
Harguerite-Françoise-Josèphe Guillemot, de la paroisse 
de Saint-Gildas d'Auray. — 30 septembre 1737. Mariage 
entre noble homme Hyacinthe Boullays de la Giraudière 
et demoiselle Marguerite BouUé. — 15 octobre 1737. 
Mariage entre noble homme Jacques-René Le Livec, 
sieur de Kerguen, et demoiselle Marguerite-Michelle-Au- 
gustine Henry, fille de noble homme Jacques Henry, sieur 
de Kemevilil et de feue dame Yvonne Cadio.— 1740. 
Baptême de Jean-Louis Provost, fils de René^ etc. 

E. Suppl. 99. — GG. 8. (Cahiers.)— In-folio, 546 feuillets, papier. 

t949-t9ft9. — Paroisse de Saint-Gildas. — Bap- 
têmes^ mariages et sépultures.— U janvier 1749. Ma- 
riage entre messire François-Anne Le Gouvello, che- 
valier, seigneur de la Porte, conseiller au parlement de 
Bretagne, et demoiselle Marie-Josèphe-Jacquette Bou- 
touilUc, dame de Kerlan, fille de messire Jules-Joseph 



Boutouillic, seigneur de Kerlan. — 11 février 1749. Ma- 
riage entre Jean Le Livec, écuyer, seigneur de Kergal, 
fils de Vincent-Eugène Le Livec , écuyer, seigneur de 
Limellec, alloué d'Auray, et demoiselle Marguerite Au- 
thueil, dame du Roscoet, fille de François Authueil, sieur 
de Rostevel. — 25 novembre 1751. Baptême de Charles- 
Marie Le Lymonnier, fils de messire Jean-Emmanuel 
Le Lymonnier, chevalier, seigneur de la Marche-le- 
CoUédo, et de demoiselle Rose-Émilie de Talhouet, dame 
de Brignac; parrain messire Charles du Cambout, marquis 
de Coëslin, colonel des grenadiers de France; marraine 
demoiselle Marie de Talhouet, dame de Brignac et de la 
Villouet. — 6 février 1752. Baptême de Louis-Marie 
Le Métayer, fils de Julien-François Le Métayer, écuyer, 
seigneur de la Garde, et de dame Jacquette Authueil. — 
2 décembre 1752. Baptême de Jean-Louis de Trévellec, 
fils de messire Jacques-Jules de Trévellec, seigneur de 
Keriargon , et de dame Renée-Marie de Servaude de la 
Villecerf. — 18 décembre 1752. Baptême de Louis-Marie 
Coudé, né la veille, fils de Joseph Coudé, marguillier en 
charge de la paroisse de Saint-Gildas d'Auray, et de 
demoiselle Thérèse-Julie Le Houx; parrain Louis Faucher, 
officier sur les vaisseaux de la compagnie des Indes ; 
marraine demoiselle Marie-Françoise Perro de Kerau- 
dran. — 30 juillet 1753. Baptême de Jean-Pierre Boullé, 
né la veille, fils de M. Boullé, avocat à la Cour et sénéchal de 
Largouet à Auray, et de demoiselle Thérèse-Barbe Lauzer. 

— 28 mai 1754. Mariage entre messire René-Olivier du 
Menez, seigneur de Lézurec, et demoiselle Perrine- 
Françoise Le Mezec, dame de Kerlutu.— 29 juillet 1755. 
Baptême d^un enfant nègre, âgé de onze ans, domestique 
chez messire Gilles-Yves du Menez, seigneur de Lézurec, 
sénéchal d' Auray ; on lui donne les noms de Lonis-René. 

— l«r juillet 1756. Baptême de Louis-Paul-Alain Philippe 
de Kerarmel, fils de Dominique Philippe de Kerarmel, 
chirurgien-major, et de demoiselle Marie-Anne Hellec. 

— 29 janvier 1758. Abjuration du protestantime et pro- 
fession de foi de Jean-Bernard Kochs, prussien protestant, 
arquebusier. 

E. Suppl. 40. — GG. 9. (Cahiers.) — In-folio , 531 feuillets , papier. 

t<rft9-t 9m.— Paroisse de Saint-Gildas.— Baptêmes, 
mariages et sépultures.— 17 juin 1760. Mariage entre 
messire Julien-Louis de Robien, chevalier, seigneur 
dudit lieu, fils de messire Jean-Thomas de Robien, sei- 
gneur de Treulan , et de dame Josèphe-Adélaide-Hélëne 
Éon de Carman ; et demoiselle Marie-Anne de Lesquen 
de Goizac. — 15 décembre 1761. Inhumation de dame 
Françoise-Jeanne-Pélagie de Talhouet, veuve de messire 
Louis-Marie Huchet, marquis de Cintré. 



8 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



£. Suppl. M. — GG. 10. (Calûers.) — In-folio , 532 feuillets , papier. 

ftlfe9-ft999.-— Paroisse de Saint-Gildas.— Baptêmes, 
mariages ei sépullures. — H mars 1768. Baptême d^ua 
garçoQ né ce jour de père et mère inconnus ; parrain 
Guy-Martin Quinio; marraine Marie-Hélène Noguès; 
lesquels ont donné à Tenfanl les noms de Julien-Jean* 
— 21 mars 1768. Mariage, dans la chapelle des Cordelières 
d'Auray, entre Jean-François Berthelot et demoiselle 
Angélique Le Métayer de la Garde, qui reconnaissent 
comme leur propre enfant ledit Julien-Jean, né et baptisé 
le 14 du même mois.— 26 octobre 1768. Inhumation de 
messire Cbarles-César Rabeau , seigneur du Bois-de -la- 
Motte, lieutenant des vaisseaux du Roi, mari de dame 
Hélène- Joséphine Le Mezec, dame de Kerbois. - 25 mars 
1769. Baptême d^un jeune nègre ^^ âgé de huit aqs, 
nommé Zélindor, appartenant au sieur Mathieu Advisse 
des Ruisseaux, de Vannes; il reçoit les prénoms de Joseph- 
Bertrand. — 23 juin 1773. Bénédiction par missire Le 
Rocb, recteur de Saint-Gildas, du cimetière supplé- 
mentaire de cette paroisse. 

E. Suppl. 42. — GG. 11. (Cahiers.) — In-folio, 377 feuillets, papier. 

ft999-t1f9t.— Paroisse de Saint-Gildas.— Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 8 juin 1778. Mariage entre 
messire Gilles-Louis-Joseph-Marie du Menez, fils de feu 
René-Olivier du Menez, chevalier, seigneur de Lézarec, 
lieutenant des vaisseaux du Roi, et de dame Perrine- 
Françoise Le Mezec; et demoiselle Marie-Céleste Le 
Gouvello, fille de messire François-Anne Le Gouvello, 
chevalier, seigneur de la Porte, conseiller et sous-doyen 
au parlement de Bretagne, et de dame Marie-Josèphe- 
Jacquetle Le Boutouillic. — 28 mars 1779, Baptême de 
Louis-Marie Martin , fils de noble homme Jacques-Louis 
Martin , négociant et ancien c fabrique » de la paroisse 
Saint-Gildas, et de dame Augustine Saint.— 11 mai 1780. 
Baptême de Joseph-Marie Bosquet (né en 1779), fils de 
noble homme Pierre-Michel Bosquet de Préfontaine, 
receveur des domaines du Roi à Auray, et de dame 
Françoise-Ignace Guérin ; parrain noble homme Joseph- 
Gilbert Guérin, entreposeur du tabac à Auray, aïeul 
maternel de Tenfant; marraine dame Jeanne Millier, 
veuve de noble maître Pierre-Charles-Yves Bosquet de 
Préfontaiûe, de Châteauneuf-du-Faou (Finistère), son 
aïeule paternelle. 

E. Suppl. 43. — GG. 12. (Cahiers.) — In-folio, 364 feuillets , pajHer. 

tf««-tf«t.— Paroisse de Saint-Gildas— Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 17 juillet 1782. Baptême de 



Jean-Marie Bosquet, fils de Pierre-Michel, etc. — 13 fé- 
vrier 178i. Baptême de Françoise-Louise Fregerays, 
fille de noble maître Hyacinthe-Vincent-Marie Frogerays 
de Saint-Maudé, avocat à la Cour, et de demoiselle 
Josèphe-Julienne Allain du Minio ; parrain Jacques-Louis 
Le Page; marraine demoiselle Françoise-Catherine- 
Elisabeth Fougère, cousine-germaine paternelle de la 
mère*-- 4 mai 1784. Mariage entre noble homme Louis- 
Élie Dupont de Bodélio, négociant à Concarneau (Fiois- 
tère), et demoiselle Élisabeth-Gillette Coudé, fille de 
noble homme Jean-Joseph -Félix Coudé du Foresto, 
négociant, et de dame Julie-Thérèse Le Houx. — 2 fé- 
vrier 1786. Baptême de Jérôme-Marie-Just-Victor Guimar, 
fils d'écuyer Jean-Baptiste Guimar d'Auzon , lieutenant- 
canonnier garde-cêtes de la division de Belle-Ile, et de 
dame Agatbe-Marie^Rose-Emmanuelle Renie dé Gas- 
tine; parrain écuyer Jérôme-Ange^Yves-Victor-Maric 
Guimar d^Auzon , ancien capitaine garde-côtes de Bre- 
tagne; marraine dame Ma rie- Jeanne-Hélène Anneixde 
Gastine. 

E. Suppl. 44. — GG. 13. (Cahiers.) — In-folio , 374 feiimets , papier. 

ft999-t99«.— Paroisse de Saint-Gildas. — Tables 
chronologiques des baptêmes, mariages et sépultures, 
dressées par missire Dufau, curé d'Auray, pour les actes 
antérieurs à 1779, et tables alphabétiques pour les années 
suivantes ; ces tables accompagnées de notes relatives : 
anx visites des recteurs de Mendon , en leur qualité de 
doyens de Ponlbelz ; — à la consi^cration de Téglise 
paroissiale Saint-Gildas, en 1641 ; — au violent incendie 
qui, dans la nuit du 4 au 5 janvier 1769, détruisit trois 
maisons de la ville;— au procès soutenu, de 1769 
à 1772, entre le curé et le recteur d'une part , et d'autre 
part les prêtres t habitués ^ ou communauté des prêtres 
de régUse Saint-Gildas, au sujet de la préséance du curé ; 
— à la maladie épidémique de 1773, qui fit à Auray 
beaucoupjie ravages ; — à Punion des biens de la com- 
manderie du Saint-Esprit d'Auray à Phêpital-général de 
cette ville, en 1777. — Liste des vicaires-perpétuels et 
des recteurs de Samt-Gildas, depuis 1571. 

E. Suppl. 45. — GG. 14. (Liasse.)— 11 pièces, parchemin ; 69 {nèces, 

(Mipier. 

t90t-t1f99.— Paroisse de Saint-Gildas. — Extraits 
des registres de baptêmes, mariages et sépultures.— 
Inventaires des titres de la fabrique ; procès-verbal 
de chiffrature des registres. — Nominations des mar- 
guilliers ou c fabriques. > — Aveux , baux à ferme et 
accensements de biens appartenant à la fabrique ; fon- 
dations en sa faveur. — Délibérations du c général » de 



j 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'AURAY. 



la paroisse relatives à la réparation et à racqaisitioD 
ff objets mobiliers. — Arrêt du parlement de Bretagne 
eoncernant la location des bancs de Péglise. 

E. Suppl. 46.— GG. 15. (liasse.)— 5 pièces, parchemin; 508 pièces, 

papier. 

t«9S-t909.— Paroisse de Saint-Gildas. — Comptes 
des marguilliers , trésoriers ou fabriques de Péglise 
paroissiale; mémoires, quittances et autres pièces 
à Pappui; procédures; rôles rentiers; inventaires; 
extraits des délibérations de la communauté de ville ; 
rôles des confréries de Saint-Rocb et des Trépassés, des 
quêtes ordinaires et des < paradelles. > 

E. Suppl. 47.— GG. 16. (liasse.)— 5 pièces, parchemin; 534 pièces, 

papier. 

ft9tt-t9«9.— Paroisse de Saint-Gildas.— Comptes 
des fabriques de Péglise paroissiale ; pièces à Pappui ; 
mémoires; quittances, etc. 

E. Suppl. 48. — GG. 47. (Liasse.) - 524 pièces, papier. 

t9St-t9m.— Paroisse de Saint-Gildas.— Comptes 
des fabriques de Péglise paroissiale ; pièces à Pappui ; 
mémoires; quittances ; rôles des bancs établis dans Péglise 
à Pusage des paroissiens. 

E. Suppl. 49. — GG. 18. (Liasse.) — 512 pièces , papier. 

t9«t-t990«— Paroisse de Saint-Gildas.— Comptes 
des fabriques de Péglise paroissiale ; pièces à Pappui ; 
mémoires ; quittances ; comptes-rendus par les commis- 
sabres nommés par le général de la paroisse, en vertu 
d^un arrêt du parlement de Bretagne, pour acheter du 
blé et faire distribuer du pain en nature aux pauvres de 
ladite paroisse. 



£. Suppl. 50.— (}G. 19. (Liasse.)—! pièce, parchemin; 515 pièces, 

papier. 



ft99t-t999.— Paroisse de Saint-Gildas.— Comptes 
des fabriques de Péglise paroissiale ; pièces à Pappui ; 
mémoires ; quittances ; extraits des registres d'apprécis 
des juridictions d'Auray et de Pluvigner. — Arrêt du 
parlement de Bretagne portant règlement pour le général 
de la paroisse Saint-GOdas.— Inventaire des vases sacrés, 
argenterie, ornements, linges et autres effets de Péglise 
paroissiale Saint-Gildas. — Rôles de la confrérie de la 
Sainte-Trinité. 



E. SappL 51.-* GG. 20. (Liasse.)— 1 pièce, parchemin; 641 pièces, 

papier. 



»— Paroisse de Saint-GOdas. — Comptes 
des fabriques de Péglise paroissiale ; pièces au soutien ; 
mémoires et quittances. 

£. Suppl. 52.— GG. 21. (Registre.) — In-folio, 276 feuiUets, papier. 

t«t9-t«99«— Paroisse de Saint-Gildas.— < Papier 
de merque pour missire Bonadventure Lapie , Pun des 
presbtres de la communitté Monsieur Sainct-Guédas 
d'Auray, » où sont inscrites toutes les messes d'enter- 
rements et services célébrés par les prêtres de ladite 
communauté, avec les sommes reçues pour chaque céré- 
monie , amsi que plusieurs notes relatives : aux visites 
épiscopales et doyennales ; — au jubilé universel de 
1620 ; — à celui de 1621 ; — aux dégâts causés par le 
tonnerre aux tours de Notre-Dame et de Saint-Sauveur ; 

— à la < montre > des habitants de la ville et de la 
juridiction d'Auray portant arquebuses, hallebardes et 
piques ; — aux processions solennelles ordonnées en 
actions de grâce des avantages obtenus par Louis XIII 
(1622); — au tremblement de terre qui, le 22 mai 1622, 
vers minuit , c estonna beaucoup de monde ; » — à la 
pose de la première pierre de Péglise Saint-Gildas (1623) ; 

— à la dédicace des chapelles des capucins et de Phôpital 
d'Auray ; — à la mort du maréchal de Thémines , gou- 
verneur de la province. 

E. Suppl. 53. — GG. 22. (Liasse.) — 1 pièce , papier. 

leifA. — Paroisse de Saint-Gildas. — Nomination, par 
la conununaulé de ville d'Auray , d'un prêtre de la com- 
munauté de Saint-Gildas. 

E. Suppl. 54.— GG. 23. (Liasse.)— 17 pièces, parchemin ; 314 pièces, 

papier. 

ftft9ft-t99ft« — Paroisse de Saint-Gildas. — Inven- 
taires des litres, linges et ornements de la chapelle 
Notre-Dame-du-Cimeliëre d'Auray. — Nomination des 
procureurs ou trésoriers de ladite chapelle. — Rôle de 
ceux qui ont droit de tombe en la chapelle et des sommes 
perçues pour ce droit. — Déclarations , ventes , baux à 
ferme et convenants, testaments, fondations et autres 
titres relatifs aux biens et revenus de la chapelle Notre^ 
Dame, s*étendant sur les paroisses de Saint-Gildas d'Auray, 
Saint-Goustan , Brech , Plœmel , Pluneret , Pluvigner , 
Landaul, Erdeven, Plouharnel, Belz, Hendon, Locoal et 
Locmariaquer. 



Morbihan. — Tous IV. — Suppl. Série E. 



10 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



£. Suppl. 55.— GG. St4. (liasse.)— 1 pièce, parehemm; 436 pièces, 

papier. 

«•SI -!••!• — Paroisse de Saint-Gildas. — Comptes 
de recettes et dépenses rendus par les procoreurs de la 
chapelle Notre-Dame-du-Cimetière ; états des titres , linges 
et ornements de cette chapelle ; mémoires ; quittances ; 
procédures et autres pièces au soutien des comptes; 
extraits des registres de délibérations de la communauté 
de ville. — Comptes de la fratrie du Saint-Rosaire des- 
servie en la chapelle Notre-Dame. — Rdies des archers 
du papegault. 

£. Suppl. 56. — GG. 25. (Liasse.) — 438 pièces , papier. 

t09t-t9i4« — Paroisse de Saint-Gildas. — Comptes 
des recettes et des dépenses de la chapelle Notre-Dame- 
du-Cimetiëre, fournis par les procureurs de ladite cha- 
pelle ; mémoires ; quittances ; procédures et autres pièces 
à Tappui. 

£. Suppl. 57.— GG. S6. (Uasse.)—; S pièces, parchemin ; 418 pièces, 

papier. 

ft9tS-i9St. — Paroisse de Saint-Gildas .— Comptes 
des recettes et des dépenses de la chapelle Notre-Dame^ 
du-Cimetière , fournis par les procureurs de ladite cha- 
pelle ; mémoires ; quittances ; rôles rentiers , etc. 

E. Suppl. 58. — GG. 27. (Liasse.) — 343 pièces , papier. 

fl9St-i9St. — Paroisse de Saint-Gildas. — Comptes 
des recettes et des dépenses de la chapelle Notre-Dame- 
du-Cimetière, fournis par les procureurs de ladite cha- 
pelle ; mémoires ; quittances ; râles rentiers , etc. 

£. Suppl. 59.-> GG. 28. (Liasse.)—! pièce, parchemin ; 581 pièces, 

papier. 

1 9et-i999. — Paroisse de Saint-Gildas. — Comptes 
des receltes et des dépenses de la chapelle Notre-Dame- 
du-Cimetière, fournis par les procureurs de ladite cha- 
pelle ; mémoires ; quittances , etc. 

E. Suppl. 60.— GG. 29. (Liasse.) — 1 pièce, parchemin; 20 pièces, 

papier. 

t045-i0OO. — Paroisse de Saint-Gildas. — Fon- 
dations et constituts de rentes au profit de la confrérie 
du Rosaire ou de la Sainte-Vierge, desservie en la cha- 
pelle Notre-Dame-du-Cimelière ; baux à ferme et à do- 
maine de biens situés dans les paroisses de Locoal, Er- 
deven, Plœmel, et appartenant à ladite confrérie. 



E. Suppl. Gl. — GG. 30. (Liasse.)- 53 pièces, papier. 

t9t9-t99S.— Paroisse de Saint-Gildas. — Rôles de 
recette des revenus en argent et en grains de la comman- 
derie du Saint-Esprit d'Âuray, sur des biens situés dans 
les paroisses de Saint-Gildas d^Auray, Brech, Pluneret, 
Crach, Locmariaquer , Plougoumelen , Belz, Mendon, 
Carnac, Plouharnel, Plœmel, Vannes, Bourg-Paul-Mu- 
zillac, Hennebont. — Ferme générale de ces revenus. — 
Procès-verbal des réparations à faire aux bâtiments de la 
commanderie*. — Procès entre la communauté de ville et 
le commandeur frère Uichel de France de Vandeuil , re- 
lativement à la propriété d'un terrain voisin de la com- 
manderie. — Mémoire, requête et correspondances de la 
communauté de ville tendant à obtenir Tunion de la com- 
manderie à Thôpital-général d'Auray. — Nomination d'un 
marguillier delà Rédemption desChrétiens-capUts, chargé 
de faire la quête pour leur rachat dans les églises de 
Saint-Gildas d'Auray et de Notre-Dame. 

E. Suppl. 62. — GG. 31. (Cahiers.) — In-folio et in-4«, Mi feuillets, 

papier. 

ftMi9-ie90« — Paroisse de Salnt-Goustan. — Bap- 
têmes et mariages. — 23 février 1608. Baptême de Har- 
guerite de Quéhéon, fille de nobles gens François de 
Quéhéon et Louise Le Tort, sieur et dame de Uanégourio; 
compère noble homme François Le Toux, sieur de Ker- 
bourhis et de Kerglévérit; commère demoiselle Mar- 
guerite de Quéhéon. -* 19 octobre 1649. Mariage entre 
messire Christophe Pulunyan, seigneur deKeralic, sé- 
néchal d'Auray, et demoiselle Marguerite de Bréhant, 
dame du Chaussis. 

E. Suppl. 63. -• GG. 33. (Cahiers.) — Iii*folio et iii-4», 537 feuillets, 

papier. 

t09i-t1f9ft*-- Paroisse de Saint-Goustan.— Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 3 mai 1676. Baptême 
de Marie-Angélique Gravay, nt^e en 1674, fille de nobles 
gens Henri Gravay, sieur de Martinière, et Thérèse 
Guillon ; parrain noble homme Pierre Berthelot ; mar- 
raine Marie Le Priollic. — 15 avril 1722-. Mariage entre 
Jean-Baptiste de Blond , écuyer, sieur de Saint-Hilaire, 
capitaine au régiment d'Auvergne, et Françoise-Magdeleine 
Allanic .de Kermabon , dame de Kerquer. 

E. Suppl. 64. — GG. 33. (Cahiers.)- In-folio, 653 feuillets , papier. 

t99«-i99i« — Paroisse de Saint-Goustan. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 5 février 1732. Mariage 
entre mattre Barnabe-Julien Lauzer, sieur de Kerganee» 






SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'AURAY. Il 



avocat à la Coor^ et demoiselle Anne*Moniqae Vividn, 
dame du Glérigo. — 12 mars 1740. Arrêt du Conseil 
d'État portant règlement pour la viile et communauté 
d'Auray. — 1747-1773. Extraits du rôle rentier de la pa- 
roisse Saint-Goustan. — 1766. Baptême de la grande 
cloche de Sainl-Goustan, fondue à Vannes par Huet. — 
88 juin 1767. État du casuel dû â la paroisse Saintr-Gous- 
tan pour chaque enterrement, d'après le règlement du 
général de cette paroisse. — 1768. Procès entre le recteur 
de Saint-Goustan et celui de Pluneret, au sujet de la bé- 
nédiction des barques et chasse-marées de la rivière 
d'Auray. — 1769. Liste des chapellenies et fondations 
qui doivent se desservir en la paroisse de Saint-Goustan. 
— 1769. Inventaire des archives de la paroisse Saint- 
Goustan. — 1772. Requête du recteur de Saint-Goustan à 
révéque de Vannes, tendant à améliorer sa position 
précaire par l'annexion de certains bénéfices et la ré- 
duction de plusieurs services de fondations. — 7 août 
1776. Arrêt du parlement de Bretagne portant règlement 
pour le général de la paroisse Saint-Gildas d'Auray. — 
26 février 1782. Arrêt du parlement de Bretagne, relatif 
aux bancs et chaises de l'église de Saint-Goustan. — 
18 octobre 1786. Mariage entre messire François-Joseph 
de Lescouet, chevalier, seigneur du Hénimur, et demoi- 
selle Jeanne- Thérèse Derieu. 

E. Suppl. 65. — GG. Si. (Liasse.) — 3 cahiers et 3 pièces, papier. 

t«Slf-lf«l.— Paroisse de Saint-Goustan.— Extraits 
des registres de baptêmes, -mariages et sépultures. — 
Inventaire des archives de cette paroisse et délibérations 
du général concernant : la nomination des membres de 
cette assemblée, du fabrique, du procureur de la cha- 
pelle Saint-René et du sacristain ; — l'administration des 
biens de l'église; — le service des fondations; — les répa- 
rations de l'église, de la chapelle Saint-René et du pres- 
bytère ; — l'achat d'objets mobiliers pour les cérémonies 
du culte ; — la taxe des chaises et bancs privatifs, des 
sépultures dans Finlérieur de Téglise ; — la formation 
des listes annuelles pour le recrutement de la milice. 

E. Suppl. 66. — GG. 35. (Liasse.) — 4 cahiers et 8 pièces , papier. 

te91f-t1f9i'. — Paroisse de Saint-Goustan. — Fon- 
dations desservies dans la paroisse ; leur réduction par 
Pévêque de Vannes, à la requête du recteur de cette 
paroisse. — Comptes en charge et décharge rendus par 
les fabriques de Saint-Goustan ; mémoires et quittances 
au soutien. 



E. Suppl. 67. — GG. 36. (Liasse.) — 1 pièce parchemin ; 18 pièces, 

papier. 

t«5S-fl99d* — Traité passé par la conmiunautd 
d'Auray pour l'établissement de deux médecins dans cette 
ville. — Arrêt du Conseil d'État et correspondances pour 
l'établissement d'une sage-femme dans la même ville. — 
Ordonnance royale et instruction relatives aux interro- 
gatoires et à Ja quarantaine à faire subir aux navires ar- 
rivant de pays atteints de maladie contagieuse. — Lettre 
de H. Lebret, intendant de Bretagne, qui fixe à la somme 
de 100 livres la part de la ville d'Auray dans la contribu- 
tion du logement des deux chirurgiens résidant à Belle- 
Ile. — Permission donnée par Hs' Charles- Jean deBertin, 
évêque de Vannes, aux habitants d'Auray d'aller en pro- 
cession à Sainle-Anne pour demander à Dieu la cessation 
de la maladie contagieuse qui décimait cette ville (1773). 

— Extrait du registre des délibérations de l'hôtel-Diea 
d'Auray, relatif à la situation financière de cet établis- 
sement. 

E. Suppl. 68. — HH. 4. (Liasse.) — 51 pièces, papier. 

t<MI9-t999. — Extraits des registres d'apprécis de 
la sénéchaussée royale d'Auray. — Correspondances de 
la communauté avec les villes de Nantes et de Bruxelles 
relativement à une acquisition de grains pour le soulage^ 
ment des pauvres. — Lettres de la communauté de 
Nantes à celle d'Auray réclamant de prompts envois de 
grains. — Déclarations d'embarquement de grains sur la 
côte du ressort d'Auray à destination de Nantes, Lorient 
et Brest. — Enquêtes et perquisitions relatives aux acca- 
parements. — Nomination par le Roi d'un changeur à 
Auray, sous le ressort de la cour des Monnaies de Nantes. 

— Mémoire du sieur Bigot des Iles, ancien officier de la 
compagnie des Indes , relatif à la canalisation de la Vi- 
laine. 

E. Suppl. 69. — II. i. (Liasse.)— 18 pièces, papier ; 1 plan. 

te48-ilf9ft. — Inventaires partiels des titres de la 
communauté de ville d'Auray. — Rôles de fouage des 
paroisses de Plœmel, Brech, Plouharnel.— Observations 
sur l'édil royal de 1672 relatif aux francs-fiefs et nouveaux- 
acquêts.— Almanachs de 1738, 1739 et 1744. 

Commune de Crach. 
E. Suppl. 70.— GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 555 feuillets, papier. 

i.e09-t990.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 28 novembre 1671. Mariage entre messire Joseph 
Peschard, chevalier, baron de Beaumanoir, et demoiselle 
Suzanne-Marie Riaud, demoiselle de Calisson, fille de 



i2 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



messire René Riaud, cheyalier, seigneur de Calisson, 
baron da Plessis-Kaer. — 10 juin 1680. Baptême de 
Julienne-Paoline Coué , fille de messire François Goné, 
chevalier, seigneur du Brossay et de Kergurionné , et de 
dame Anne Sorel ; compère messire Paul-Michel Sorel , 
chevalier, comte du Laz ; commère dame Julienne Sorel , 
dame de la Demi-Ville. — 8 août 1686. Mariage, dans 
la chapelle du Plessis-Kaer, entre messire Joseph Le 
Meneust, chevalier, seigneur de Brécpiigny, du Chas- 
telier, etc., conseiller au parlement de Bretagne, et 
demoiselle Marie-Françoise-Angélique Peschard, baronne 
de Beaumanoir, Bienassis, etc. — 8 avril 1710. Inhu- 
mation, dans la chapelle du Saint-Esprit d^Auray, de 
dame Jeanne-Elisabeth de Kersallio, femme de messire 
Nicolas Riaud, chevalier, baron du Plcssis-Kaer. — 
28 février 1712. Baptême d'Alexis-François Le Bayon, 
fils d^ André Le Bayon et de Marie Josset ; parrain Alexis 
Le GouvoUo, écuyer, seigneur de Kerentré; marraine 
demoiselle Hélène-Françoise de Kermadec, dame du 
Moustoir. — 12 novembre 1715. Mariage entre Vincent- 
Hyacinthe de Trévellec, écuyer, et Jeanne-Françoise 
Davier, dame de Kerampoul.— 5 février 1716. Mariage 
entre Hyacinthe Coué , écuyer, seigneur de Brionnel , et 
Anne Aubin , dame de Coëtsal.— 3 février 1718. Baptême 
de Jeanne-Renée-Anne Coué (née en 1715), fille de 
messire François Coué, chevalier, et de dame Pauline 
Huchet de la Bédoyère, seigneur et dame de Salarun, 
le Brossay, etc. ; parrain messire Georges-René de 
Talhouet, chevalier, comte de Keravéon ; marraine dame 
Jeanne-Julie de Bodoyec, veuve de messire Jean-Louis 
Gouyon , chevalier, comte de Vaudurant. 

E. Suppl. 71. — GG. 2. (Cahiers.)— In-foUo, 783 feuillets, papier. 

t99t-i99t»— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 25 août 1729. Mariage entre Julien-François Le 
Métayer, écuyer, seigneur de la Garde, et demoiselle 
Jacquette Authueil , dame du Roscoët, fille de François 
Authueil, sieur de Rostevel, et de dame Marguerite 
Guydo. — 22 octobre 1742. Baptême de Charies-René- 
Valentin Coué, fils de messire Charles-Marie Coué, 
chevalier, seigneur de Salarun , et de dame Magdeleine 
Bertrand ; parrain messire René Bertrand de la Closerie ; 
marraine dame Valentine Coué, veuve de messire Pierre 
de Malestroit, chevalier, seigneur de Guervazy. — 15 avril 
1751. Sépulture de Marie-Jacquette du Boldéru, dame 
de Kerentré, décédée en son château de Kerentré. — 
20 janvier 1756. Mariage entre messire Paul-Joseph 
de Gouvello, chevalier, seigneur de la Germerais, au 
diocèse de Nantes, et demoiselle Françoise de Gouvello, 



dame de Kerentré.— 19 août 1776. Sépulture de messire 
Alexis Le Gouvello, écuyer, seigneur de Kerentré, décédé 
au château de Kerentré, k Page de 85 ans.— 17 septembre 
1776. Baptême de Paul-René de Robien , né au château 
du Plessis-Kaer, fils de messire Louis-René de Robien 
et de dame Victoire-Aimée Le Gonidec ; parrain messire 
Paul-Christophe-Céleste de Robien, chevalier, seigneur 
dudit lieu , président à mortier au parlement de Bretagne; 
marraine, dame Magdeleine-Marie-Agathe- Renée de la 
Bigotière^ veuve de messire Olivier-Joseph Le Gonidec. 

— 4 juin 1791. Baptême de Louis-Marie-Joseph-Édouard 
de Gouvello, fils de messire Joseph-Pierre de Gouvello 
et de dame Anoe^Émilie Picot de Dampierre ; parrain 
messire Louis de Gouvello; marraine dame Louise- 
Emilie Picot. 

E. Sappl. 73.— GG. 3. (Cahiers.) —In-folio, 137 feufflets, painer. 

Tables des baptêmes de 1644 à 1779. — Tables des 
sépultures de 1669 à 1779. 

Commune de Logmaruquer. 

E. Suppl. 73. — GG. 1. (Cahiers et feuUlets détachés.) — In-foUo, 

140 feuiUets , papier. 

ft9ts-t999.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 12 août 1724. Baptême de Jeanne-Armande du Poussé, 
fille de Jean-Sébastien du Poussé, sieur de Kerlegan, et 
de demoiselle Perrine-Cbarlotte Daviers ; parrain messire 
Joseph-Armand-Nicolas Le Heneust de Bréquigny, che- 
valier, seigneur du ChasteUer, baron du Plessis-Eaer; 
marraine demoiselle Jeanne-Advisse des Ruisseaux , de 
Vannes. — 15 mai 1770. Mariage entre messire Charles- 
Claude de Brosssrd, seigneur de YiUefranche, fils de 
Nicolas de Brossard , écuyer, du diocèse de Quimper, et 
demoiselle Françoise Berthelot, originaire de la paroisse 
de Saint-Goustan d'Auray. 

Commune de Plougoumelen. 

E. Suppl. 74.— GG. 1. (Cahiers.:) — In-folio et in^, 520 feuillets, 

papier. 

flMM-fl«99* — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 29 septembre 1630. Baptême d'Anne de Lor?eloux, 
fille de Jean de Lorveloux, écuyer, et de demoiselle 
Jeanne Robelot; parrain Philippe Cadio, écuyer, seigneur 
de Kerloguen, sénéchal d'Âuray; marraine demoiselle 
Renée de Mezuillac, dame de Querisouet. — 12 juillet 
1637. Baptême de Nicolas de Lorveloux, fils de Jean, etc.; 
parrain Nicolas de Talhouet, sieur de Kersenrant, 
Pontsal, etc. ; marraine demoiselle Marie Gouyon , dame 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'AURAY. 



i3 



de la Yoltaye. — 5 avril 1648. Baptême de Jean du 
Bodoyec, fils de Claude du Bodoyec, écuyer, et de dame 
Jeanne Peluche; parrain Jean de Clégnennec, aieur de 
Culéac et du Guern; marraine demoiselle Marguerite 
de Brébant , dame du Chaussy. — Liste des paroissiens 
de Plougoumelen formant la confrérie de T Adora tion- 
perpétueDe du Saint-Sacrement de PAutel, érigée en 
cette paroisse en 1655, et copie du règlement dressé par 
lesdits confrères. 

E. Suppl. 75. — GG. 2. (Cahiers.) — In-foUo et in-4», 656 feuiUets, 

papier. 

t<Mi9-tift5.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 26 septembre 1713. Mariage entre. Jean-Tves Jou- 
bannic, écu^er, sieur de Kervilio, et demoiselle Anne- 
Claudine du Plessis, dame de Penfrat, de la paroisse 
de Saint-Salomon de Vannes.— 31 juillet 17U. Baptême 
de Jean-Louis Jouhannic, fils de Jean-Y?es, etc.; parrain 
noble et discret messire Julien-Louis du Plessis ; marraine 
demoiselle Jeanne-Bernardine Havys, dame de Kerverret 

E. Suppl. 76.— GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 553 feuillets, papier. 

t9ie-t9ft9.-— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 6 juin 1749. Inbumation dans Téglise paroissiale, 
dans le caveau situé au-dessous du mausolée qui est au 
milieu du cbœur, de Josepb-François Botherel de Quintin 
de Saint-Denac, écuyer, mort à Pontsal, âgé d'environ 
un mois. — 12 août 1749. Mariage entre messire Jean- 
Louis Jouhannic, sieur de Kervilio, écuyer, et dame 
Jacquette Calmar de Villemezec, de la paroisse Saint- 
Louis de Lorient. — 12 février 1752. Sépulture d'Anne- 
Claude du Plessis, dame de Kervilio, en la cbapelle 
de Saint-Sébastien. 

E. Suppl. 77. — GG. 4. (Cahiers.)*- In-folio , 593 feuillets, papier. 

ft95S-il9i«— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 9 octobre 1754. Baptême de Charles Botherel, né au 
château de Pontsal, fils de Marie-Daniel-Jérôme Botherel 
de Quintin, comte de Saint-Denac, et de dame Thérèse 
Bertrand; parrain René-Jérême Botherel de Quintin, 
frère de Tenfant ; marraine demoiselle Elisabeth Coué, 
dame de Salarun. — 10 octobre 1774. Mariage entre 
messire Joseph-Marie Beschays , chevalier, seigneur de 
Garman, et Joséphine Botherel de Quintin, demoiselle 
de Saint-Denac, fille de Marie-Daniel-Jérôme Botherel 
de Quintin, comte de Saint-Denac, Pontsal, etc. 



Commune de Plumergat. 
E. Suppl. 78. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 637 feuUlets, papier. 

ttttt-tMid.— - Baptêmes et mariages. — 30 janvier 
1620. Baptême de Joachim Le Trépézec, fils de nobles 
gens Louis Le Trépézec et Louise Le Mordant.— 25 août 
1633. Baptême et bénédiction de la cloche de la chapelle 
Saint-Servais par missire Claude Le Mordant, recteur 
de Plumergat; parrain Julien du Rohello, sieur du 
Quenhuen ; marraine dame Gabrielle de la Bourdonnaye, 
dame de Menars. — 27 octobre 1641. Baptême et béné- 
dictioi^de la cloche de la Vraie-Croix ; parrain Julien de 
Larlan, écuyer, sieur de Couëtro; marraine Anne 
de Larlan, dame du Penher. — 9 février 1649. Mariage 
entre messire Charles Gouyon, chevalier, seigneur de la 
Rivière, et Anne de Larlan, dame du Penher. — 23 oc- 
tobre 1650. Baptême de Paul de Rosnarho, fils de noble 
homme Guy de Rosnarho et de Jeanne Treneuff; 
compère messire Paul du Botdéru, seigneur de Kerdrého; 
commère Anne de Guer, dame de Kerdrého, Tron- 
goff , etc. 

E. Suppl. 79.— GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 412 feuiUets, papier. 

ft<Ml9-i9iM.-^ Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 18 janvier 1674. Baptême de Jeanne de Rosnarho, 
fille de noble homme Paul de Rosnarho, sieur de Kercado, 
et de demoiselle Augustine de Yieux-Cbastel ; parrain 
noble homme Guy de Rosnarho ; marraine demoiselle 
Jeanne Ae Vieux-Chas tel. — 1674. c Ce jour, samedi 
9 24 juin, Fan 1674, parurent 85 navires, frégates, 
» corvettes, flûtes et tartanes hollandaises à la rade de 
» Belle-Ile, dont 5,000 hommes descendirent en ladite 
» lie le mercredi suivant , firent le pillage qu^ils purent, 
» profanèrent les églises de Locmaria, Bangor et Sauzon, 
9 remontèrent leurs navires le samedi suivant ; et, pour 
) ce , toutes les paroisses des - côtes de la Bretagne 

> parurent à la garde de la cête, chacune en son poste. 
» La même année, il y eut quelque danger de révolte, 

> surtout vers Quimper, et , pour ce , le Roi envoya des 

> cavaliers et fantassins tout Fhiver en garnison. Hœc in 

> favorem posteritatis. » (Note de la main de missire 
Pierre Le Tallec, recteur de Plumergat.)— 25 janvier 
1675. Baptême de Pierre de Rosnarho, fils d'honorable 
homme Paul de Rosnarho et de demoiselle Augustine de 
Yieux-Chastel , demeurant au manoir de Trongoff en Plu- 
mergat. —22 avril 1676. Baptême de Jean de Rosnarho, 
fils de Paul, etc. — Note de Pierre Le Tallec, placée en 
tête de Tannée 1684 : c Hoc anno hyems fuit gravissima, 
ità ut arbores prœ frigore perietint et aruerinL » — 



I 



u 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



15 janvier 1688. Baptême de Paul de Rosnarho, fils de 
Paul, etc. — 31 janvier 1689. Mariage entre messire 
Louis- Joseph Eudo, écuyer, sieur de Keronic, conseiller 
du Roi au parlement de Bretagne, et demoiselle Marie- 
Anne Le Mezec, dame de Cantizac. — 3 décembre 1691. 
Baptême de Pierre de Rosnarho, fils de Paul , etc. — 
10 mai 1694. Mariage entre honorable homme Jean de 
Rosnarho et Louise Le Gohebel. — 16 septembre 1606. 
Bénédiction de la cloche de Téglise paroissiale de Plu* 
mergat; parrain André-Joseph de Robien, fils aîné du 
seigneur de Coetsal ; marraine M"»« de Coetsal, sa mère. 

— 9 mars 1698. Baptême de Julien de Rosnarho, fils 
d'honorables gens Pierre de Rosnarho et Guillemette 
Le Portz, demeurant à Trongoff.— U avril 1699. 
Baptême de Paul de Rosnarho , fils de Jean de Rosnarho 
et de Louise Le Gohebel. — 6 novembre 1700. Baptême 
de Tugdual de Rosnarho, fils de Pierre, etc. 

E. Suppl. 80.— GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 937 feuiUels, papier. 

1901-1991.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— l®f août 1701. Baptême de Patern de Rosnarho, fils 
de Paul de Rosnarho et de Nicole Adelisse, demeurant 
à la maison noble de Trongoff. — U novembre 1786. 
Mariage entre Gabriel-Pascal Kerléro de Rosbo, sieur 
de Ghefdubois, fils de maître Jean Kerléro de Rosbo, 
sénéchal de Lorient, et demoiselle Françoise-Bonne 
Chaigneau. — 10 septembre 1788. Sépulture de Gabriel- 
Pascal Kerléro de Rosbo, sieur de Ghefdubois. 

E. Suppl. 81. -— GG. 4. (Cahiers et feuillets détachés.) >- In-folio 

et in-4o, 644 feuillets, papier. 

iMl9-i99t.— Trêve de Mériadec-Coetsal.— Bap- 
têmes, mariages et sépultures.— 29 avril 1635. Baptême 
de François d'Avaugour, fils de messire Mathurin 
d'Avâugour et de dame Gabrielle de la Bourdonnaye, 
seigneur et dame de Menart; parrain messire Julien 
de Livillion, recteur de la paroisse de Plœren ; marraine 
Françoise du Bois-de-la-Salle, dame de Locmaria.— 
Î2 janvier 1653. Baptême de René-Gilles Botherel, fils 
de messire Pierre Botherel , sieur de Mouillemusse, et de 
Françoise de Coetsal; paiTain messire René Gouault, 
chanoine et archidiacre de Vannes ; marraine Gillette de 
Trévegat, dame de Kerboulard. — 11 novembre 1688. 
Baptême de Pierre de Robien , fils de Jean de Robien 
écuyer, et de dame Anne Aubin , seigneur et dame de 
Coetsal; parrain messire Pierre de Cliâlons, chanoine 
et grand-vicaire de l'évêché de Vannes; marraine 
demoiselle Marie de Berrolles, veuve de Jean Hélo, 
écuyer, avocat au parlement de Bretagne. 



Commune de Plumeret. 
E. Suppl. 82. — GG. 1. (Cahiers.) — In-foUo, 411 feumets, papier. 

i599-t«85.— Baptêmes. — Pendant ces premières 
années, les baptêmes des enfants illégitimes et des enfants 
de cordiers sont inscrits à Tenvers à la fin de chaque 
cahier. — 29 mai 1583. Baptême de Jean du Couetdro, 
fils de noble homme Claude du Couetdro et de demoiselle 
Marie d'Auray, sieur et dame de Lescahouet et de Ker- 
madio ; compères nobles gens Jean de Rosniadec, sieur 
du Plessis-Josso, et Jean de Kermeno, sieur de Kerallio ; 
commère demoiselle Marie Jégo, dame de Brouel. — 
19 février 1612. Baptême de Jérôme de Bodoyec, fils de 
Jean de Bodoyec, écuyer, et de demoiselle Jeanne Le 
Bley, sieur et dame de Kervillio et du Penhair ; compère 
Louis Chohan, écuyer, sieur de Kerambartz, Tré- 
mondec, etc.; commère dame Julienne de Kerbervet, 
femme de messire Christophe d'Arradon, baron de 
Camors, seigneur de la Grandville, Rulliac et le Penhouet. 
— 29 septembre 1620. Baptême de Françoise de Coetsal, 
fiUe de messire Alain de Coetsal et de dame Gabrielle de 
la Bourdonnaye ; compère Jérôme du Bahuno, écuyer, 
sieur de la Demi-Ville ; commère demoiselle Françoise 
du Bois-de-la-Salle, dame douairière de Locmaria. — 
22 octobre 1620. Baptême de Philippe du Couetdro, 
fils de Julien du Couetdro, écuyer, sieur de Lescahouet 
et de Kermadio, et de demoiselle Françoise Le Gouvello ; 
compère Philippe Cadio, sénéchal d'Auray.— 15 décembre 
1625. Baptême d'Yves Le Pluar. « Était appelé, pour 
être compère, Yves Nicolazic, lequel a manqué de s'y 
trouver à cause des empêchements du bâtiment de 
Madame Sainte-Anne, mais a fait venir en sa place 
Pierre Nicolazic, son frère. » — 31 mai 1629. Baptême 
d'Hélène de Montigny, fille de messire Louis de Montigny, 
sieur dudit lieu et de Kerispert, gouverneur du château 
de Sucinio et lie de Rhuis, et de dame Gillette du Maz, 
dame dudit lieu; parrain messire René de Montigny, 
avocat-général au parlement de Bretagne ; marraine 
dame Hélène du Maz, dame de la Châtaigneraye, de la 
Thébaudaie, etc. — 18 janvier 1634. Baptême de Claude 
d'Avaugour (né en 1633), fille de messire Mathurin 
d'Avaugour et de Gabrielle de la Bourdonnaye, seigneur 
et dame de Menard ; parrain messire Sébastien de Ros- 
madec, évêque de Vannes; marraine Claude de Nevet, 
femme de messire François d'Avaugour, seigneur de la 
Lohière, etc. 

E. Suppl. 83.-- GG. 2. (Cahiers.)— In-Iolio, 595 feuiUets , papier. 

i08ft-toe9. — Baptêmes, mariages et sépultures.--^ 
9 août 1635. Baptême de François de la Motte (né en 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'ADRAY. 



i5 



1634), fils de noble homme Jean de la Motte, sieur des 
Fontaines, et de demoiselle Jeanne Foucber; parrain 
François de Gossé, dac de Brissac, lieutenant-général de 
la province de Bretagne ; marraine demoiselle Catherine 
Le Breton , dame de la Forêt ; ledit baptême administré 
dans la chapelle de Sainte-Anne, en présence de Févêque 
de Vannes.— 13 mai 1645. Inhumation, dans la chapelle 
de Sainte- Anne, d'Yves Nicolazic du bourg de Pluneret. 
— 26 avril 1665. Baptême de Louis-Hercule de Monligny, 
fils de messire Pierre de Hontigny, chevalier, seigneur 
dudit lieu et de Kerispert, et de dame Louise Hamon. 

E. Suppl. 8é.— GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 660 feuillets, papier. 



— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 8 octobre 1673. Baptême de Paul-Michel Vivian (né 
en 1671), fils de Sébastien Vivian, écuyer, et de dame 
Marguerite Le Trépézec , seigneur et dame du Clérigo et 
de Kerso ; parrain Paul-Michel Sorel, chevalier, seigneur 
comte du Laz ; marraine dame Simone-Jude Le Trépézec, 
dame de Kerostin. — 10 mai 1676. Mariage entre Julien 
Aubin, écuyer, seigneur de Botcouarch, fils de feu Pierre 
Aubin, écuyer, seigneur de Botcouarch, et de dame 
Perrine Coudé ; et demoiselle Marie- Anne Le Gouvello, 
fille de défunts Pierre Le Gouvello, écuyer, et dame 
Anne Marquer.— 19 août 1683. Baptême de Marie-Louise 
de Talhouet, fille de Germain de Talhouet, seigneur de 
Bonamour, conseiller au parlement de Bretagne, et de 
dame Françoise Le Cosic; parrain Louis-Redon de 
Talhouet, chevalier, seigneur dudit lieu ; marraine dame 
Marie de Maupeou, femme de messire Louis Philippeau, 
seigneur de Pontchartrain , premier-président au par- 
lement de Bretagne. — 19 août 1683. Baptême de 
Françoise-Louise de Talhouet, fille de Germain de 
Talhouet, etc. et de dame Suzanne-Marie Rio ; parrahi 
Louis-Redon de Talhouet; marraine dame Marie Le 
Gosic. 

£. Suppl. 85.— GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 537 feuiUets, papier. 

t09i-t9t9.-— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 18 janvier i705. Mariage entre messire François 
Authueil, sieur de Rostevel, et demoiselle Marguerite 
Guydo, dame du Roscoet.— 30 août 1706. Mariage entre 
Jean-Laurent de Kercadio et demoiselle Jacquette Char- 
lotte de Cléguennec de CuUéac. 

E. Sappl. 86. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 509 feuillets^ papier. 

ft9ts-i940.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— ^ 14 octobre 1720* Mariage entre messire Jean de Pluvié, 
seigneur de Ménéhouarne , et demoiselle Thérèse de la 



Pierre, dame de Frémeur. — 15 avril 1737. Baptême de 
Pierre-Louis-Achille de Robien (né en 1736), fils de 
messire Jean-Thomas de Robien, chevalier, seigneur 
de Treulan, et de dame Hélène-Adélaïde Éon; parrain 
messire Pierre-Julien Éon , seigneur de Carman ; mar- 
raine dame Louise de Robien, femme de messire Louis- 
Marie-Joseph Le Mezec, clrevalier, seigneur de Kerbois- 
Kercado. 

E. Suppl. 87. — GG. 6. (C^ahiers.)— In-folio, 531 feoiUets, papier. 

1941-1 909.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 25 juillet 1759. Inhumation , dans Tenfeu de ses 
ancêtres, de haut et puissant seigneur messire François- 
Julien de Marin de Moncan, décédé la veille à son hôtel, 
à Vannes. — 11 février 1764. Mariage entre messire 
Louis-Marie de Sarraut, chevalier, seigneur dudit lieu, 
conseiller au parlement de Bretagne, et demoiselle 
Renée-Armande-Françoise de Montigny, fille de messire 
François-Marie comte de Montigny, seigneur de Kerispert, 
et de dame Marguerite-Anne-Renée du Cambout. 

E. Suppl. 88.— GG. 7. (Cahiers.)— In-folio, 481 feuiUets, papier. 

t9«9-t99t.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 12 mai 1775. Baptême de Marie-Vincente Lauzer, 
fille de Philippe-Nicolas Lauzer, seigneur de Kerzo, 
officier de la garde-côtes, et d^Eulalie-Vincente-Josèphe- 
Anne Lauzer de Larmor ; parrain et marraine Barnabe 
et Monique Lauzer, frère et sœur de l'enfant. — 8 avrfl 
1786. Inhumation, dans le cimetière, de missire Jean- 
Baptiste Rallier, recteur de Pluneret , décédé subitement 
la veille à son presbytère. — 21 janvier 4788. Mariage 
entre Vincent-Alexis Boullé, ancien négociant à Bordeaux, 
originaire de Saint-Gildas d'Auray, fils de défunts Yves 
Boullé et dame Thérèse-Barbe Lauzer; et demoiselle 
Thérèse-Marie Lauzer, fille de Philippe-Nicolas Lauzer et 
de dame Eulalie Lauzer de Larmor. — 14 octobre 1788. 
Ondoiement d'un fils, né ce jour, de noble homme 
Vincent-Alexis Boullé, et de dame Thérèse-Marie Lauzer, 
demeurant au château de Kerso en Pluneret. — 23 juin 
1790. Baptême de Philippe-Marie Boullé, né ce jour au 
chftteau de Kerso, fils de Vincent-Alexis Boullé, actuel- 
lement procureur-syndic du district d'Auray, etc.; parrain 
Philippe-Nicolas Lauzer, grand-père de Fanfant ; mar- 
raine dame Marie-Françoise Guillo du Bodan , dame de 
Larmor. — 28 décembre 1791. Baptême de Jean-Marie- 
Vincent BouUé, né et ondoyé le U octobre 1788 ; parrain 
Jean-Pierre Boullé, frère du père de Tenfant et maire 
de Pontivy; marraine Eulalie-Marie Tuault, veuve de 
Grégoire Lauzer-Larmor, bisaïeule maternelle de Penfant. 



L 



16 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Canton de Belle-Ilb-en-Mer. — Commune de Bangor. 
£. Sappl. 89.-* GG.i. (Cahiers.) - In-folio, 517 feuillets, papier* 

«•19 -!••#• — Baptêmes^ mariages et sépultures. 
— 1682. Rôle de ceux de la paroisse de Bangor qui ont 
été confirmés cette année par rèrêque de Nantes. — 
1688. Visite de M^ d^Argouges, évéque de Vannes, au 
Palais ; il signe les registres de Bangor. — 1693. Visite 
de messire J. de Robien, vicaire-général du diocèse de 
Vannes. 



£. Suppl. 90. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 554 feùiUets, papier. 

ie99-tift9* — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— nu. c Le 13» jour du mois d'octobre 1714, vint à 
Belle-Ile M. le comte de Belle-Ile, brigadier des armées 
du Roi et maltre-de-camp général des dragons de France, 
petit-fils de H. le surintendant Fouquet, le premier de 
cette illustre maison qui y soit venu prendre possession 
de leur marquisat, et, le 14 dudit mois, il vint à Bangor. » 

— 5 mai 1715. Ouverture de la quatrième < mission i> 
prôchée au Palais depuis la fondation de ces exercices 
par 'le surintendant Fouquet et Marie-Hagdeleine de 
Castille, sa femme. (La fondation portait une somme de 
250 livres par an affectée à une mission que devaient tenir 
tous les cinq ans au Palais les PP. Jésuites de Vannes.) 
—•1717. Copie d'une lettre du duc d'Antin à messire 
Charles-Louis-Auguste Fouquet, chevalier, comte de 
Belle-Ile, relative à la c litre » que ce dernier voulait 
faire mettre en Péglise du Palais. — 1740. Enregistre- 
ment du décès de onze naufragés, tous de Quiberon, 
parmi lesquels était missire Olivier Le Toullec, prêtre 
de la Retraite des femmes de Vannes ; le chasse-marée 
qui les portait s'était perdu par un temps de neige entre 
Quiberon et Belle-Ile, le 13 janvier 1740 ; on n'avait pu 
retrouver le corps d'aucune des victimes, ni rien sauver 
de la chaloupe. — Liste des prédicateurs bretons qui, 
de 1732 à 1757, sont venus successivement chaque année 
prêcher au Palais. 

E. Suppl. 91. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 304 feuillets, papier. 

t9ft9-i99t. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 1763 (ou 1764). Copie d'une lettre de l'évêque de 
Vannes au clergé de Belle^Ile pour le féliciter de sa con- 
duite pendant la dernière guerre, et du succès des dé- 
marches qui avaient été faites auprès du clergé de France 
en vue de dédommager par des secours pécuniaires les 
prêtres de 111e des pertes et des fatigues qu'ils avaient 
éprouvées. — 1769. Copie de la lettre écrite parle clergé 



de Bangor au parlement de Bretagne, pour le compli- 
menter à l'occasion de son rétablissement. — Procès- 
verbal de la mission donnée à Belle-Ile, du 2 au 80 mai 
1773 ; les instructions françaises avaient eu lieu à l'église 
Saint-Gérand du Palais, les instructions bretonnes à la 
chapelle Saint-Sébastien de la même ville. — Copie d'une 
lettre, datée de Paris, 16 mai 1774, adressée par Far- 
chevêque de Séleucie, nonce du Pape, à M. le Sergent, 
recteur de Bangor, en lui envoyant une relique de la 
Vraie Croix, avec son authentique ; copie de cet au- 
thentique qui devait être déposé aux archives de la 
paroisse; procès-verbal de vérification de l'évêque de 
Vannes, et permission d'exposer ladite relique. — Table 
alphabétique des naissances, mariages et sépultures de 
la paroisse de Bangor depuis 1780. 

E. Suppl. 92. — GG. 4. (Registre.) — In-folio, 35 feuillets, papier. 

1 9S9* — Généalogie des familles acadiennes réfugiées 
en France^ contenant particulièrement celle des 21 fa* 
milles nouvellement établies dans la paroisse de Bangor. 
Cet enregistrement avait été ordonné par un arrêt du 
parlement de Bretagne, du 12 janvier 1767 ; il devait $e 
faire d'après les déclarations des chefs de famille, et, en 
outre, d'après celle de messire Jean-Louis Le Loutre, 
ancien vicaire-général du diocèse de Québec, au Canada, 
missionnaire et directeur des familles acadiennes. Il 
résulte de la déclaration de ce dernier que ces Acadiens 
avaient été transportés par les Anglais, en octobre 1755, 
dans différentes colonies anglaises ; de là en Angleterre 
et dispersés dans ce royaume ; puis ils avaient été amenés 
en France après le traité de paix de 1763, répartis dans 
divers ports de mer, et envoyés enfin à Belle-Ile, au 
mois d'octobre 1765, par ordre du duc de Choiseul, 
ministre de la marine. 

£. Suppl. 93. — GG. 5. (Cahier.) — In-folio , 14 feuiUets , papier^ 

1999-1199. — Délibérations du c général )» de la 
paroisse de Bangor, concernant : la nomination des 
€ égailleurs et collecteurs :» des impositions de la paroisse ; 
— celle des marguilliers ; — la réception des comptes de 
ces derniers ; — les distributions de secours à faire aux 
pauvres ; — les réparations de l'église paroissiale , du 
presbytère et de la chaire à prêcher; etc. 

E. Suppl. 94.— GG. 6. (Cahiers.)— la-foUo, 7 feuiUets, papier. 

i9e4-t909.— Comptes des marguilliers et pro- 
cureurs de l'église paroissiale de Bangor. On y remarque 
les articles suivants : < Reçu de M. le général Cranford, 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE BELLE-ILE. il 



pour les réparations de Téglise qai avait servi d'hôpital- 
général pendant le siège et pendant nn an après, 250 
livres. » ..:. c Reçu, poar la croix du cimetière cassée 
par on ofBcier anglais, 12 livres. » .... c Reçu, ponr des 
ardoises vendues à des officiers anglais, 9 livres. » 

E. Suppl. 95. — GG. 7. — 37 plans, painer. 

^ tves.- Plans des différents villages et dépendances 
de la paroisse de Bangor (le bourg, Kerguélen, Douant, 
Calastrène, Kergallic, Kerohène, Parlavant , Vazen , 
Bomord , Gouastin , Kerourdé , Bordenerch , Berlin , 
Kervillaonen, etc.), avec l'indication de la superficie des 
terres en labeur, prairies, landes, etc. — Plan du bourg 
de Bangor, dressé par Loréal jeane, avec les emplace- 
ments de maisons et jardins concédés à divers particuliers 
par les commissaires des États résidant à Belle-Ile (1766). 

Commune de Locmaria. 
E. Suppl. 96. -* GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 561 feuiUets, papier. 

tatt-tasA. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 1626 et années suivantes. Vérification des registres 
par missire Piet, officiai de Belle-Ile. — 1662. Liste des 
paroissiens de Locmaria confirmés par Févêque de 
Yannes, Charles de Rosmadec. — Octobre 1662. Établis- 
sement du Saint-Rosaire dans la paroisse de Locmaria. 
— 10 avril 1666. Enregistrement du naufrage, dans le 
havre de Locmaria, de cinq matelots revenant de la 
pêche. — En tête d^'un registre, notes diverses, la plu- 
part de la main de missire Charles Iliaqaer, recteur de 
Locmaria de 1654 à 1704 : c Le comte deCornouaille, 
Caignard, la paix faite, fonda Tabbaye de Sainte-Croix 
de Quimperlé et y donna nie de Belle-Ile qu'on appelle 
Querveur, et donna plusieurs autres héritages et droits 
qu'il avait dans la ville de Quimperlé, et fut Pan de grâce 
1028, et Quersosien, religieux, fut le premier abbé. En 
cette lie de Querveur il y avait si grande multitude de 
eonnins (lapins) que, par des années, on chargeait huit à 
dil navires, et ceux qui les enlevaient laissaient les peaux 
et n'emportaient que la chair qu'ils salaient, et on ven- 
dait chaque peau un denier. L'abbaye de Quimperlé, ou 
ses gens, recevait 1200 livres ou plus par an, ainsi qu'il 
est rapporté au feuillet 74, dans un livre qui esta Car- 
baix, en Bretagne. »... c M. François-Paul, archevêque de 
Paris, cardinal de Retz, étant disgracié de la Cour, fut 
constitué prisonnier dans le château de Nantes, et, par 
industrie, se sauva pour se réfugier ici, H. le Duc, son 
firëre, y étant comme seigneur temporel et spirituel. Il 



entra le 16* jour d'août 1654 et, le 26* septembre, il 
s'embarqua de nuit dans la barque de maître Alain Sé- 
véno, an que dessus, et, combien que nous avions la 
guerre avec l'Espagnol , il alla droit à Saint-Sébastien 
et fut bien reçu ; et nous fûmes assit^gés, un mois durant, 

par M. de la Meilleraye. • « M. de Chevigny, premier 

capitaine des gardes du Roi, est entré dans son gouver- 
nement de nie le 5« septembre 1661. » < H. de Lo- 

gerie est entré en son gouvernement de Belle-Ile le 
15« octobre 1664, el y est mort le H« mars 1678, enterré 
le lendemain, 12« du courant, dans la nouvelle église. »... 
c H. Salverte, intendant de madame Fouquet, sur les 
onze heures du matin, a pris possession à Locmaria en 

son nom, le 27« octobre 1673. » c Les Hollandais, 

inhumains et ennemis de la loi, d'une armée composée 
de 77 voiles, commandée par le comte de Horn, ont mis 
8,000 hommes à terre aux Grands-Sables, le 27* juin 
1674, sur les huit heures du matin. On a livré bataille 
qui a duré quatre heures. Ils ont rôdé et fait rafle et 
emporté le plus liquide de ille, comme les cloches de 
Sauzon , après avoir réduit les églises en très pitoyable 
état, renversant les autels et bouleversant les tabernacles, 
déchirant les tableaux. Il a été tué deux hommes dans le 
bourg de Bangor, une femme de celte paroisse, du villa{[e 
du Hagouéric, un homme de Porhalan et un soldat de 
la milice de Venues dans les tranchées ; il a eu une cuisse 
emportée et fut ensablé. > .... c Le i2« jour de mai 1676 
est^mort H. le duc de Retz. > .... < M. de Louvat est 
entré en son gouvernement de Belle-Ile le 7« avril , jeudi 
absolu, à heure des Ténèbres, 1678.»— 1692. Mort 
de missh-e Philippe Jouny, officiai de Belle-Ile. 

E. Suppl. 97. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio , 503 feuillets ."papier. 



i-iVttO.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 29 décembre 1705. Enregistrement d'une c tempête 
extraordinaire qui a duré environ 6 heures et demie, 
qui a délabré la plupart des églises et chapelles de 111e et 
causé des naufrages en mer. La terre trembla quatre fois. 
Yannes , Auray et Nantes ont été fort endommagées. On 
a cru, en bien des endroits, que nous allions avoir la fin 
du monde. » (Note de missire Le Glas, recteur.) — c Le 
comte de Fouquet, accompagné du chevalier, son frère, 
a fait sa première entrée à Belle-Ile en 17U ; Pile était 
à sa mère la surintendante, morte à Paris en 1716, 
âgée de 84 ans. » — 1717. Copie de la lettre du duc 
d^Antin à messire (Iharles-Louis-Auguste Fouquet, comte 
de Belle-Ile , relative à la litre que celui-ci voulait faire 
mettre en Péglise du Palais. 



MoRBraAn . — Tome IV. — Suppl. Sérib E. 



18 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 98. — GG. 3. (Cahiers.) — In-foUo, 428 feuillets, papier. 

itfti-iV9i.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 13 janvier 1765. Inhumation, dans le cimetière de la 
paroisse, de mîssire Gilles Jégat, recteur de Locmaria et 
promoteur de Belle-Ue. 

E. Sappl. 99. — GG. 4. (Registre.) — In-folio , 36 feuillets , papier • 

tvav. — Déclaration des familles acadiennes établies 
dans la paroisse de Locmaria ; elles sont au nombre 
de onze. 

E. Sappl. 100. — GG. 5. (Registre.)— In-folio, 53 feuillets, papier. 

iVOft-i9ftft. — Comptes en charge et décharge, 
rendus à révoque de Vannes par les procureurs ou mar- 
guilliers de la fabrique de Notre-Dame de Locmaria. 

Commune du Palais. 
E. Suppl. 101 . — GG. 1. (Cahiers.) — In-foUo, 583 feuillets , papier. 

tftV9-taft0.-— Paroisse de Saint-Gérand. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 14 mai 1586. Baptême 
d*Albert Rasonnier, fils de Gilbert Rasonnier, receveur 
du duc de Retz à Belle-Ile , et de demoiselle Catherine 
Voullant ; compères Albert de Gondy, duc de Retz, pair 
et maréchal de France, marquis de Belle-Ile, et François 
du Cambout, lieutenant de la ville et du château de 
Nantes ; commère demoiselle Jeanne de Craguy. — 1645 
et années suivantes. Les baptêmes des enfants bâtards 
sont inscrits à la fin des cahiers, à Tenvers.— 15 mai 1645. 
Inhumation, dans la chapelle Notre-Dame de Téglise 
de Saint-Direc (Saint-Gérand), de missire Yves Bedex, 
prêtre sde cette église, qui, <t âgé de 80 ans et plus, 
chanta la messe, quatre jours avant sa mort, avec 
autant de force que s'il eût été en Tâge de 50 ans. > 
— 1645. Inventaire des ornements de Téglise et prise 
en charge de ces ornements par les nouveaux < fa- 
briques. 1 — 1645 et années suivantes. Enregistre- 
ment, chaque année, des noms de^ deux fabriques ou 
c abbés > en charge, et de la réception de leurs comptes ; 
en 1651, les droits d'inhumation sont de 12 sous ou de 
6 sous, suivant qu'on est enterré dans le chœur de Tég^lse 
ou dans la nef; ce prix est réduit de moitié pour les 
enfants, dont les inhumations sont enregistrées sépa- 
rément.— 1652. Autorisalioji donnée par la fabrique 
à Gabriel Samzun de bâtir un petit c taudis » sur un 
canton de terre appartenant à l'église, avec jouissance 
assurée pendant six ans de cette construction qui re- 
tournera ensuite à la paroisse. — 1654. c Ici sortent de 



charge Pierre Kerrel et Raoul Le Guilcher, et sont reçut 
en leur place le sieur Martin Charmier et Etienne Le Luc. 
Dieu nous veuille, durant cette année et à toujours, 
maintenir ensemble en bonne paix et amitié. Jésus, 
Maria , Joseph , Joachim et Anna nous veuillent assister. 
Amen. > — c En 1658, Belle-Ile passa à Nicolas Fouquet 
pour la somme de l,ftOO,000 livres. Il commença, dès ce 
moment , à y faire travailler, dans le but de s'y trans- 
porter ; il fut arrêté à Nantes, le 5 septembre 1661 , et 
tous les travaux furent arrêtés. Louis XIV se rendit 
à Nantes à ce sujet, et visita les capucins de l'Ilermitage. 
Son petit-fils fut, par la suite, duc et pair et premier 
maréchal de France, ayant toute la confiance du roi 
Louis XV. Pendant la guerre contre l'Anglais, en 1756, 
il fut comme le seul ministre. > (Cette note, ainsi que la 
plupart des suivantes, est de la main de missire Choblet, 
recteur du Palais et officiai de Belle-Ile, au milieu du 
xviii® siècle.) 

E. Suppl. 102. — GG. 2. (Cahiers.)— In-folio, 549 feuillets, papier. 

t«lS-iaV9. — Paroisse de Saint-Gérand. — Bap- 
têmes , mariages et sépultures. — «Ce jour, 5* de sep- 
tembre, l'an 1661 , fut arrêté à Nantes messire Nicolas 
Fouquet, seigneur de Belle-Ile après les messieurs de 
Gondy, depuis 1658. La garnison fut changée en même 
temps, et tous les officiers de la place de même. Adrian 
de la Haye, gouverneur pour H. Fouquet, partit avec sa 
famille pour Nantes, et les autres aussi. Il entra dans la 
citadelle, des soldats du Boi, cent cinquante hommes; 
H. de Chevigny, capitaine des gardes du roi Louis XIV, 
fut le commandant ; il y resta peu et se fit oratorieù. » 
— 1674. c Les Hollandais parurent devant Belle-Ile le 
24 Quin) et descendirent le 27 au port Louscâte en Loc- 
maria. »....€ Les Hollandais, sous le commandement 
du comte d'Horne, mirent pied à terre à Belle-Ile, le 
27 juin 1674 , et en partirent un lundi, 2 juillet, sur les 
cinq heures du soir ; on en fut quitte pour quelques 
maisons brûlées sur la campagne, mais rien à la ville 
d'où ils n'approchèrent pas. Ils se tinrent dans le milieu 
de rile et surtout à Sauzon. M. de Logerie, alors gou- 
verneur, fit bonne contenance. Seulement le gouverneur 
fit brûler plusieurs maisons couvertes de paille qui 
faisaient la rue dite rue En-Abatti , trop voisines de la 
citadelle, à la Haute-Boulogne. > (Note du milieu du 
XYiii^ siècle.) — 1674 et années suivantes. Abjuration 
du protestantisme par plusieurs soldats en garnison 
à Belle-Ile. — 30 décembre 1676. Baptême de François 
Le Gallen, né le même jour, fils de Marc Le Gallen et de 
Marie Le Diffon.— 3 avril 1677. Pose de la première 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTON DE BEILE-ILE. 



49 



pierre de la nouvelle église paroissiale da Palais par 
missire Joaay, rectear de cette paroisse, officiai de Belle- 
Ile. (L^ancienne église avait été détruite par ordre de 
Louis XIV, comme nuisible à la citadelle, se trouvant 
près des fossés^ sur le milieu du glacis , en allant aux 
moulins.) — 5 mars 1678. Bénédiction de la nouvelle 
église. 
•• 

£. Suppl. 103. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 501 feuillets, papier. 

ta90-ia99. — Paroisse de Saint-Gérand. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures.-— 10 février 1689. Baptême 
de Sébastien Massiac, fils de Noël Hassiac, écuyer, ingé- 
nieur du Roi entretenu à Belle-Ile, et de dame Marie- 
Anne Duchesne ; parrain haut et puissant seigneur messire 
Sébastien de Vauban, lieutenant-général des armées du 
Roi et commissaire-général des fortifications de France ; 
marraine haute et puissante dame Geneviève Robert, 
dame de Louvat, gouvernante de Belle-Ile. Signé : Yauban, 
6. Robert, de Louvat, etc. — 4 mars 1697. Baptême de 
Jean- Baptiste Imbault, fils de Charles Imbault, écuyer, 
seigneur de Marigny, commissaire provincial d^artillerie, 
et de dame Jeanne du Bois. 

E. Sappl. 104. — GG. 4. (Cahiers.) — In.-foHo, 550 feuillets , papier. 

t099-i999.— Paroisse de Saint-Gérand. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — Copie de la lettre du 
duc d'Antin à messire Charles-Louis- Auguste Fouquet, 
comte de Belle-Ile, relative à la litre que celui-ci voulait 
faire mettre en Téglise du Palais. — 2 avril 1721. Inhu- 
mation, dans le cimetière du Palais, de missire Antoine 
Le Crom, recteur de cette paroisse et officiai de Belle-Ile, 
ancien recteur de Sauzoo , âgé de plus dé 80 ans. — 
8 janvier 1722. Inhumation, dans le chœur de Téglise 
paroissiale, de haut et puissant seigneur Joseph Bigot, 
seigneur des Fournaux, lieutenant-général des armées 
du Roi, gouverneur de Belle-Ile. 

E. Suppl. 105. — GG. 5. (Cahiers.) -> In-folio. 492 feuillets, papier. 

tV99-t945. — Paroisse de Saint-Gérand. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 10 décembre 1730. 
Bénédiction de la cloche de la congrégation des Femmes, 
au Palais; parrain Antoine-Ambroise-Harie de Tré- 
mereuc, écuyer, sieur du Bois-de-la-Roche ; marraine 
demoiselle Jeanne-Marie-Thérëse Mercier ; ladite cloche 
nommée Thérèse. — 15 novembre 1736. Bénédiction des 
drapeaux du Régiment-Blésois, alors en garnison à Belle- 
Ile. — A la fin de Tannée 1736, nombre considérable de 
décès par suite d^un c flux de sang très commun en nie. > 



~ 80 mars 1737. Bénédiction des cloche^ de Péglise de 
Sauzon et de la c figure i de Saint-Éloi.— 17 novembre 
1738. Bénédiction de la cloche refondue de la chapeDe 
Saint-Sébastien, au Palais.— 6 août 1739. Bénédiction 
de la seconde cloche de Péglise paroissiale du Palais. — 
1740. Relation du naufrage d'un chasse-marée entre 
Quiberon et Belle-Ile (voir ci-dessus, commune de Bangor). 
— 16 octobre 1741. Arrivée à Belle-Ile et réception 
solennelle de H. de Saint-Sernin , gouverneur. 

E. Suppl. 106. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio , 500 feuUleU , papier. 

i'94a-t9a4.>- Paroisse de Saint-Gérand.— Bap- 
têmes, mariages et sépultures.— 1746. t Le dernier jour 
de septembre, les Anglais parurent à la hauteur de Belle- 
Ile, au nombre de cinquante-quatre voiles. Ils firent 
descente à la côte du Pouldu, près Lorienl, le premier 
octobre , et s'en furent le dix , sans avoir rien fait. > 
.... € Le douzième octobre, quatre vaisseaux anglais, 
échappés de leur flotte, poureuivirent un navire du Roi 
français, de 70 canons, qui fut obligé de faire côte au 
Port-Maria de Quiberon, après avoir refusé Tabri du 
canon de la citadelle ; le vaisseau nommé V Ardent j et le 
capitaine, M. de Sainle-Colombe. Il fut canonné depuis 
midi jusqu'à la nuit, s'éUnt défendu jusqu'à la fin. On 
lui avait donné, par grâce singulière, 89 marins de Belle- 
Ile qui sortirent sains et saufs du combat. » .... c Le 
treizième octobre, la fiotle anglaise passa devant Befle-Ile 
sans faire aucune hostilité, partie du côté de la grande 
côte, et l'autre passa devant la citadelle, ce qui donna 
Talerte à tout le pays. Le vent était nord-ouest et favo- 
rable pour les Couraux vers où elle parut aller ; c'était 
une feinte. Elle entra le môme jour dans la baie de 
Quiberon où elle n'a fait que côtoyer tout le temps, 
jusqu'au 15 qu elle prit Quiberon par la falaise. Elle entra 
par les Cardinaux et sortit par le môme lieu, le 28 octobre, 
vers les cinq à six heures du soir. ».... 16 octobre 1746. 
€ Ce jour, délibération de paroisse pour déposer à la 
citadelle les ornements et autres effets de l'église ; item 
de changer l'argent eil papier. » .... a Le 19 (octobre), 
Houat fut sommée de se rendre, et se rendit du 20 au 
21. » .... c Le quatrième novembre 1746, M»»" Bertin, 
évoque de Vannes, y arriva et fit son entrée sans éclat, 
et fut loger de suite au séminaire où il a reçu ses visites, 
le palais épiscopal étant empoché par lU' le duc de 
Penthièvre qui y loge ; ce prince est venu en Bretagne 
à l'occasion de l'entreprise des Anglais sur les côtes de 
la province. » .... « Le 3« décembre (1746), vers le 4* du 
matin (siV), p^rit à la grande côte de Belle-Ile le Prince- 
de-Comij un des vaisseaux de la Compagnie des Indes. 



so 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Il y périt 140 hommes et s'en sauva environ soixante. 
Il y avait deux antres vaisseaux qui se sauvèrent, le 
Philibert et Y Aimable. » (Toutes ces notes sont de la main 
de missire Choblet, recteur du Palais à cette époque). 

— 4 avril 1747. Pose et bénédiction de la première 
pierre du grand bastion construit le long du Grand-Sable. 

— 26 juin 1747. Bénédiction des nouveaux drapeaux des 
deux bataillons de la milice de Mayenne et d'Angers ; 
après cette cérémonie, les anciens furent déposés dans la 
tribune de Uéglise paroissiale du Palais.— 6 juillet 1747. 
Bénédiction des drapeaux du bataillon de Ponthieu. — 
16 août 1747. Bénédiction des drapeaux du Régiment- 
Suisse.— 3 décembre 1747. Bénédiction des drapeaux 
de la milice garde-côtes de Belle- Ile. (Tous ces corps 
étaient en garnison à Belle-Ile.) — 1748. Missire Gilles 
Jégat, recteur de Locmaria, est nommé promoteur de 
Belle-Ile. — 31 juillet 1749. Visite, au Palais, de 
M. Fumel, vicaire-général du diocèse et archidiacre ; ce 
fut la première visite d'un archidiacre dans le diocèse. — 
4 août 1749. Visite, au Palais, de M^ Tévêque de Vannes, 
Charles-Jean de Berlin.— 1750. Abjuration du protes- 
tantisme par un soldat de marine en garnison au Palais. 

— 11 août 1750. Bénédiction des drapeaux du régiment 
de Béarn. — 4 juillet 1751. Bénédiction des drapeaux du 
premier bataillon de Lorraine. — Du 21 novembre au 
8 décembre 1751. Processions et autres cérémonies à 
l'occasion du jubilé. — 1754. c Ce jour, lundi 15 juillet, 
vers midi et demi, arriva à Belle-Ile M. de Paumy, avec 
son cousin M. de Voier ayant la survivance de M. d'Ar- 
genson, ministre de la Guerre, avec plusieurs autres 
seigneurs, et partit, le jeudi matin 18, par Quiberon 
pour le Port-Louis. > — 7 mai 1755. Abjuration de 
plusieurs soldats, pendant la mission donnée par les PP. 
de la Compagnie de Jésus. — 1756. c Le 8 avril, arrivée 
de M. le duc d'Aiguillon, et partit le 12 ; il entendit la 
messe à Thôpital le jour des Rameaux. » — 1758. c Le 
23" juin, bataille près la Meuse, avec désavantage pour 
les Français , par une méprise inconcevable. > — 12 fé- 
vrier 1759. Inhumation, dans la chapelle de l'hôpital, de 
messire François Pore, écuyer, sieur d'Alion, ancien 
commis.saire des Guerres. — mars 1759. Inhumation, 
dans la chapelle de Saint-Sébastien, de messire François 
Devant, écuyer^ seigneur de la Brosse, maréchal de 
camp, commandant delà place, qui eut, peu de temps 
après, pour successeur M. de Sainte-Croix.— 1759. c Le 
lundi, 17" septembre, bloc des Anglais à Morbihan, 
jusqu'au 19* novembre. >....€ Le 20, retour des Anglais, 
et combat près les Cardinaux, au désavantage des 

Français. » c Le dix-neuvième novembre , cette 

année (1759), vers les cinq heures du soir, l'escadre an* 



glaise, qui était devant Morbihan depuis le 17 septembre, 
appareilla et passa par la Teigneuse et dans la rade [de] 
Sauzon , et cela par la crainte d'être bloquée à son tour 
par l'escadre de M. de Conflans, sortie de Brest, le 14 de 
ce mois, dans la vue de venir délivrer Morbihan. ».... 
c Le vingt novembre 1759, l'escadre française, de 21 
vaisseaux de ligne, se rencontra derrière Belle-Ile avec 
l'escadre anglaise qui , s'élant réunie avec de nouveaux 
vaisseaux et beaucoup plus nombreuse, attaqua la nôtre 
sur le soir aux environs des Cardinaux et d'flœdic. 
Malgré la tempête, il y eut un choc violent où les Anglais, 
par leur nombre, eurent l'avantage. Le Thésée, français, 
sous M. de Kersein, fut coulé à fond ; deux furent pris; 
plusieurs échouèrent sur les vases voisines, et autres 
relâchèrent. > — 6 mai 1760. Acte par lequel M. Couppé, 
commissaire aux classes à Belle-Ile, déclare renoncer 
à l'association des Francs-Maçons, c dans laquelle il était 
entré à la légère, sans savoir qu'il y eût à cela rien de 
contraire à Dieu et à l'Église, et contre les bulles des 
papes Clément XII et Benoit XIV. > — «Les Anglais ont 
souvent tenté de faire descente en Belle-Ile ; ils se pré- 
sentèrent sans succès l'an 1696 et 1705 ; mais, en 1761, 
ils parurent, le 6« avril; ils tentèrent une descente 
infructueuse, le 7«, à Port-en-Dréau, mais ils redescen- 
dirent, le 22, à la pointe de Locmaria, au Port-Haine, 
sur les rochers, et prirent nie. Le siège de la citadelle 
fut furieux; elle se rendit par capitulation, le 7« juin, 
avec les honneurs de la guerre, liberté de religion et 
commerce conservée aux habitants. Après la descente 
du 22 avril 1761, il partit avec la garnison, le 11 juin, 
quantité d'habitants avec leurs effets , et successivement 
les uns après les autres passèrent en terre ferme, et 
surtout dans le mois de septembre 1762, où la plus 
grande partie des gens de campagne désertèrent leurs 
villages et , poussés d'une terreur panique, passèrent tous 
précipitamment dans les campagnes de Vannes, princi- 
palement de Locmaria et Bangor, et peu du Palais, 
parce «que le recteur les rassura et retint en la ville 
quantité des autres paroisses qui lui en surent bon gré. 
Leurs parents, passés légèrement en terre ferme, ne 
furent pas longtemps à se repentir ; le mal-£tre, chan- 
gement d'air et de nourriture, joints au chagrin de leur 
abandon, en firent mourir plusieurs. Le clergé tint 
ferme. Le sieur Choblet, officiai, s'occupa tout le temps 
à faire rétablir l'église qui avait été toute délabrée par 
les bombes, et, malgré tout, on y fit tout le temps les 
fonctions à l'ordinaire. » (Note delà fin du xviii<> siècle.) (1) 



(1) Cette note est inscrite, en réalité, sur un cahier antérieur; 
sous ayons cm devoir lui rendre sa place chronologitiue. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE BELLE-ILE. 21 



— 1761. c Le 5 mars, départ de la flotte anglaise par 
feinte, et revint le 7« avril. > .... c Le 7* avril, arrivée 

de la flotte anglaise devant Belle-Ile, où elle tenta une 
descente infructaeuse , le S*», à Port-Andréan. » .... 

c 8* avril. Ce jour, vers midi, descente des Anglais à 
Port-Andréau où ils furent repoussés avec perte considé- 
rable ; beaucoup de tués et noyés et environ 300 prison- 
niers dont 60 mal blessés ; parmi les prisonniers plusieurs 
offlciers. Les soldats malades furent mis àThôpilal, et 
les antres à la citadelle. Deux officiers blessés furent mis 
chez MM. La Clos-Naude. »....« Le 22 avril, descente 

en force faite à la pointe de Locmaria , au lieu dit Port- 
Haine, entre trois et quatre heures après-midi...... « Le 

22 (avril), descente des Anglais à Locmaria, à Port-Haine, 
à la pointe de Locmaria, où ils réussirent. Les Français 
se replièrent et rentrèrent à la citadelle ; la garde-côtes 
mit bas les armes. » .... <r Le lendemain des deux descentes, 

il y eut furieux coups de vent de nord-est, dont les 
Français ne surent pas profiler. ».... c L'armée anglaise, 

composée [de] 9,000 hommes, campa près Mérezele; 
les officiers-généraux logèrent chez UM. les prêtres de 
Bangor. >....« Le 2 mai, prise du second général, 

H. Crafort. » .... « Le 13, prise des redoutes et entrée 

d'an millier d'hommes dans la ville, en la rue du Four 
et de Stangrelan, où il y eut pillage. Depuis, jusqu'au 
7 juin, grande canonnade et furieux bombardement 
jusqu'au 7 juin, jour de la capitulation de la place, d'où 
sortit la garnison avec les honneurs de la guerre, le 11.» 
.... c Le 13* mai, prise des redoutes conservatrices de la 

ville, où les Anglais entrèrent au nombre de près de 
1,000, mettant les premières maisons du passage, par la 
rue des Fours, au pillage, et depuis ils y furent fort 
tranquilles. > .... c Le 13 mai, Martin Arvoir fut tué d'un 

coup de fusil par un Anglais entrant en ville. » .... 

c 2 juin. Inhumation de demoiselle Catherine Périer 
sous le porche de l'église paroissiale , à cause de l'em- 
barras et fracas du siège actuel de Belle- Ile.» .... c 1761. 

Attaque et prise de Belle-Ile par les Anglais ; le général 
des troupes de débarquement, H. Hogdson, 9,000 hommes 
et le commandant de l'escadre, M. Quepelle, qui partit 
seul en décembre pour une expédition. M. Hogdson partit 
peu après. > . ... c H. Hogdson fut remplacé à Belle-Ile 

par M. Jean Crafort, gouverneur commandant général 
de Belle-Ile, d'où il partit, au mois de mars, pour se 
pendre en Portugal, et cela aussi[tôt] la publication de 
gaerre contre l'Espagne. H. le colonel Lambart succéda 
an commandement, où il fut jusqu'au 6« juillet qu'il 
partit avec les anciennnes troupes. » .... c Le septième 

juin (1761). après le plus furieux bombardement de 
plusieurs jours , la citadelle, épuisée de tout, fut rendue 



aux Anglais par une capitulation des plus honorables. 
Les troupes sortirent par la brèche, le jeudi matin, 
onzième du même mois de juin 1761. ».... —Juillet 1761. 
On racheta les cloches des églises aux Anglais ; celles du 
Palais furent rendues pour 1200 livres que le recteur 
avança pour la fabrique ; celles de Locmaria pour 480 liv. 
On n'exigea rien pour celles de Bangor, en considération 
des dépenses faites, lors de la descente, par le recteur, 
M. Le Sergent, pour héberger les principaux officiers 
anglais. On avait demandé 40 louis pour les cloches de 
Sauzon; cette somme ayant paru excessive, la fabrique 
les laissa embarquer pour l'Angleterre ; mais le recteur 
du Palais obtint une diminution, et Crafort, appelé dans 
cette note < le commandant de Sauzon , » aida lui-même 
au rachat de sa propre bourse. — 7 août 1761. Baptême 
de Jean-Philibert Willaumez, né ce jour, fils de Jean- 
Baptiste Willaumez et de Marguerite Bertho ; parrain 
Philibert Valle, bourgeois négociant en l'Ile; marraine 
demoiselle Michelle Bertho. — 11 mars 1762. Copie du 
mandement de Mr' l'évêque de Vannes, Charles- Jean 
de Bertin, relatif à l'usage des aliments gras pendant le 
carême. (Ce mandement était particulier à Belle-Ile, 
à canse des circonstances.) — 1763. « M. le duc d^Aiguillon 
passa à Belle-Ile, le 29 juillet, pour voir les débris, et 
en repartit le 2« de septembre, accompagné d'une grande 
pluie et furieux tonnerre, qui donnèrent à des critiques 
lieu de raisonner.» — 20 janvier 1764. Nouvelle béné- 
diction de la chapelle Saint-Sébastien et du cimetière du 
Palais. — 16 septembre 1764. Bénédiction de la croix de 
Mérezel, c de très ancienne institution, qui avait été ren- 
versée, en mai 1761 , par les Anglais, lors de leur camp 
général dans la plaine de Mérezel. » — 30 septembre 
1764. Bénédiction de la croix de Loctudy, renversée de 
même par les Anglais en 1761.— 1«' novembre 1764. 
A la procession de la Toussaint , bénédiction de la croix 
du cimetière érigée en remplacement de celle que les 
Anglais avaient arrachée. 

E. Suppl. 107. — GG. 7. (Cahiers.) — In-foUo , 688 feuUlels, papier. 

iVMI-i99i. — Paroisse de Saint-Gérand. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. — 25 août 1766. Béné- 
diction de la première cloche du Palais par messire 
Hippolyte de Brilhac, abbé de Saint-Jean-des-Prés de 
Josselin , en présence du duc d'Aiguillon, commandant 
de la province, et d'autres personnes; ladite cloche 
nommée Bichard-Auguste-Catherine ; parrain messûré 
Richard- Auguste de Warren, commandant à Belle-Ile; 
marraine dame Catherine Gavoty , femme du sieur A. 
Verrier, ingénieur en chef à Belle-Ile. — 17 mars 1767. 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Acte par lequel le sieur Jean-Baptiste Le Gallen déclare 
renoncer à Tassociation des Fraacs-Naçons. — 7 avril 
1770. Nouvelle bénédiction de la chapelle de Locludy res- 
taurée à neuf après les désastres de la guerre de 1761 ; 
au retour, bénédiaion du cimetière de Thôpital. — 
l«r juillet 1771. c Ce jour, la rentrée du Roi dans la pos- 
session de ses domaines H droits en Bretagne. > — 
l«r janvier 1775. Bapléme d'Auguste-Julien Bigarré , né 
ce jour, flls de maître Augustin-David-Marie Bigarré , 
sénéchal de la juridiction royale de Belle-Ile, et de dame 
Marie-Louise Niel ; parrain David-Marie Bigarré, frère de 
Tenfant; marraine demoiselle Marguerite-Julie Raveneau. 

— 1780. Abjuration du protestantisme par un soldat 
de la garnison de Belle-Ile. —15 mars 1784. Baptême de 
Jacques-Joseph Le Blanc , né ce jour, fils d^ Anselme Le 
Blanc et de demoiselle Marie-Josèphe Houin ; parrain Jean- 
Jacques Le Grand ; marraine demoiselle Marie Le Blanc, 
femme Cholette, tante de Tenfant. 

E«Suppl. lOB.— GG. 8. (Registre.)— In-folio, 23 feuiUets, ptpier. 

iV09* -' Paroisse de Saint-Gérand. — Généalogie 
des familles acadiennes nouvellement établies à Belle-Ile- 
en-Mer, relevée en conséquence de Tarrêt du parlement 
de Bretagne, du IS janvier de la même année. 

E. Suppl. 109. T- GG. 9. (Liasse.) — 2 pièces , papier. 

tV99-t 994. -— Paroisse de Saint-Gérand. — Extraits 
mortuaires : pour Charles Diberder, de Sauzon , matelot 
à bord du vaisseau royal VHeclorj décédé à ThApital 
du Fort-Royal, à la Martinique ; — pour Julien Carreau, 
matelot de Belle-Ile, débarqué du vaisseau royal le PliUon^ 
décédé à rhôpital du port de Brest. 

£. Suppl. 110.— GG. 10. (Registre.) — In-i» , 200 femllets, p4pier. 

ta9S-t99S. — Paroisse de Saint-Gérand. — Déli- 
bérations du général formant le corps politique de la 
paroisse , assemblé en la sacristie de Péglise paroissiale ; 
lesdites délibérations concernant : la nomination des 
trésoriers et marguilliers de ladite paroisse; — les comptes 
rendus par ces trésoriers ; — Tinventaire des papiers de 
la fabrique ; — la répartition et la levée des impôts ; — 
Fadministration des biens et revenus de la paroisse ; — 
l'arrangement et la taxe des bancs de Téglise ; — les 
admissions dans la communauté des prêtres de la paroisse; 

— les réparations de l'église et Tentretien des ornements 
et du mobilier ; — les travaux exécutés au presbytère et 
au cimetière; — le soulagement des pauvres. — Copies 
d'arrêts du parlement de Bretagne : ordonnant de dresser 



la généalogie des familles acadiennes nouvellement 
établies à Belle-Ile (1767) ; — interdisant les quêtes sous 
prétexte de célébration de messe du matin. 

£. Suppl. 111.— GG. 11. (Registre.)— In-foUo , 58 leulleU, pifitr. 

t99»-i9»«. — Paroisse de Saint-Gérand. — Déli- 
bérations du général de la paroisse concernant : les ré- 
parations de réglise paroissiale et du presbytère de 
Saint-Gérand ; — la nomination des marguilliers ; -^ la 
vérification de leurs comptes ; — l'élection annuelle d^m 
trésorier des pauvres ; — l'agrandissement du cimetière 
situé auprès de la chapelle Saint-Sébastien ; — la restau- 
ration du clocher et de l'horloge de l'église ; — le service 
des fondations ; — le choix du sacristain ; — la taxe et 
la disposition des bancs de l'église ; — la nomination des 
égailleurs et des collecteurs des impositions de la paroisse. 

E. Suppl. 112. — GG. 12. (Registre). -- In-folio, 34 feuUlets, papier. 

t999-i99i« — Paroisse de Saint-Gérand. — Déli- 
bérations du général de la paroisse concernant : le serment 
des troupes de la garnison prescrit par un décret de l'As- 
semblée nationale ; — la convocation des assemblées de 
la paroisse ; — la contribution patriotique. — Copies des 
lettres-patentes du Boi et des décrets de l'Assemblée na- 
tionale relatifs : à la déclaration des droits de l'homme; 

— à la Constitution; — à l'abolition des droits féodaux; 

— au rétablissement de la tranquillité publique; — à la 
contribution patriotique ; — à Texportation des grains et 
farines ; — à la perception des impôts ; - à la réformation 
de quelques points de la jurisprudence criminelle ; — aux 
attroupements; — à la déclaration des biens ecclésias- 
tiques, etc. 

E. Suppl. 113.— GG. 13. (Registre.)— In-foUo, 18 feuilleU, papier. 

t9A9-i999.— Paroisse de Saint-Gérand.— Délibé- 
rations du général de la paroisse du Palais , assemblé en 
rauditoire de la sénéchaussée royale de Délie- Ile, rela- 
tives : à la nomination des syndics élus tous les deux ans ; 

— à celle des égailleurs et collecteurs pour la levée des 
impositions ; — aux droits à percevoir sur les vins dé- 
bités dans 111e. 

E. Suppl. 114.— GG. 14. (Liasse.)— 6 pièces, parchemin ; 45 pièces, 

papier. 

iS9t-t999.— Paroisse de Saint-Gérand. — Titres 
de propriété de la fabrique.— Fondations : de demoiselle 
Julienne Moussin, veuve de Guillaume Grossin; — de 
demoiselle Jeanne Guégan, veuve iNicolay. — Acte d'ar- 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARROSDISSEMENT DE LORIENT. - CANTON DE BELLE-ILE. Î3 



rentement consenti à la fabrique par dame Harie- 
Kagdeleine de Gastille, i^eave de messire Nicolas Fonqnet, 
pour un emplacement de terrain situé auprès de Féglise 
paroissiale, et contrat d'afféagement par la même dame 
d'un emplacement destiné au cimetière au haut de la rue 
Stangrelan, a?ec un arrêt du Conseil d'État relatif à 
Tagrandissement de ce cimetière. — Contrats et procis 
au siûei de la maison presbytérale. — Baux à ferme de 
biens appartenant à la fabrique. 

E. Sappl. 115. — GG. 15. (Liasse.) — 1 pièce , pardiemin ; 

121 piëcee » papier. 

taft9-i V80.— Paroisse de Saint-Gérand.— Comptes 
en charge et décharge des procureurs, trésoriers ou 
marguUliers de la paroisse ; pièces à Tappui ; marchés ; 
méii)oires de fournisseurs et d'ouvriers ; quittances. — 
Rôles des sommes dues par lés cabaretiers du Palais à la 
fabrique de Féglise paroissiale, à raison de 10 sous par 
barrique de vin. 

E. Sappl. 116. — GG. 16. (Liasse.) -~ 1 pièce, parchemin; 

227 pièces, papier. 

itst-t VS^.— Paroisse de Saint-Gérand.— Comptes 
en charge et décharge des marguilliers de la paroisse ; 
pièces à Tappui ; mémoires ; quittances. 

£. Snppl. 117. — GG. 17. (Liasse.) — 306 pièces, papier. 

tv«i-i990.— Paroisse de Saint-Gérand.— Comptes 
en charge et décharge des margoilliers de la paroisse ; 
pièces à Tappui ; mémoires ; quittances ; états ; corres- 
pondances. 

E. SappL 118. — GG. 18. (Liasse.) — 4 pièces , parchemin ; 

180 pièces, papier. 

1 V1fO-tV94»— Paroisse de Sainl-Gérand.— Comptes 
en charge et d«'charge des marguilliers de la paroisse ; 
pièces à Pappui; mémoires; quittances; procédures, 
entre autres contre les héritiers de missire Jacques- 
Marie Choblet, recteur de Saint-Gérand (mort en 1772), 
relativement aux réparations du presbytère et du chancel 
de réglise paroissiale. — Inventaire des ornements et du 
mobilier de Téglise. 



E. SuppL 119. ^ GG. 19. (Liasse.) ~ 8 pièces , parchemin ; 

319 pièces, papier. 

tt94-t99i.— Paroisse de Saint-Gérand.— Comptes 
ed charge et décharge des marguilliers de la paroisse ; 
pièces à Tappui ; mémoires ; quittances ; états ; extrait^ 



des délibérations du général de la paroisse; marché 
pour la reconstruction du presbytère et toisé définitif. 

E. SuppL 120.— GG. 20. (Liasse.) — 6 pièces , parchemin ; 

377 pièces, papier. 

1991-1 V9t.— Paroisse de Saint-Gérand.— Comptes 
en charge et décharge des marguilliers de la paroisse ; 
pièces au soutien ; mémoires ; quittances ; procès-verbal 
des réparations à faire à Féglise paroissiale.— Procédure 
relative à la fondation de demoiselle Jeanne Guégan , 
veuve Nicolay. 

E. Supp). 121.-- GG. 21. (Registre.)— In-foUo, 110 feuiUets, papier. 

i994-t9Mi«— Paroisse de Saint-Gérand. — Livre 
de recettes et de dépenses pour Padministration des 
quêtes et aumônes de la paroisse (avec un supplément, 
de Tan X à 1849, pour les recettes et dépenses du bureau 
de bienfaisance). 

E. Sappl. 122. — GG. 22. (Liasse.) — 2 pièces , parchemin ; 

15 pièces , papier. 

19S«-19§0. — Paroisse de Saint-Gérand. — Arrêts 
du parlement de Bretagne : concernant les assemblées 
du général de la paroisse du Palais ; — relatifs aux 
comptes des marguilliers de cette paroisse ; — au sujet 
des bancs de Téglise; — ordonnant à tous navires chargés 
de marchandises pour Belle-Ile de c tenir planche » 
pendant trois jours. — Lettres-pateqtes du Roi portant 
établissement d'un marché dans la ville du Palais.— 
Projet d'une fondation à Thôpital des Incurables de 
Vannes, en faveur de deux habitants de Belle-Ile, par 
Pierre-Jean-Balthazar Loréal, pour la somme de 4,(XX) liv. 

— Procès-verbaux dePétat des retranchements, batteries 
et corps-de-garde du pourtour des cêtes, dans la paroisse 
du Palais. — Tableau de la quantité de grains existant 
à Belle-Ile-en-Mer après la récolte de 1789.— Estimation 
du rapport des terres dans les quatre paroisses de V\\e. 

E. Suppl. 123. -~ GG. 23. (Liasse.)-- 39 plans, dont 1 gravé et coUé 

sur toUe. 

lV#i-i9#9«— Paroisse de Saint-Gérand. — Carte 
topographique de Belle-Ile , avec celle des cdtes de 
Bretagne depuis Brest jusqu'à Tembouchure de la Loire, 
et le plan de la ville et de la citadelle du Palais, c pour 
servir à Pintelligence de la guerre présente (1761), » 
par le chevalier de Beaurain, géographe ordinaire du Roi. 

— Plans détaillés des diffi^enls villages de la paroisse du 
Palais, dressés, à la requête des agents du domaine rojàl, 
par MM. Fontarive, Ulliac, Robinet-Bourbonnois, Friche. 
Le Roux, Guilbert de la Cour, Détaille, Loréal. 



24 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 121. — GG. 24. (Cahiers.) — In-4», 260 feuillets, papier. 

ia99-i999. — Paroisse de Hoaat. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — En tête est un petit cahier des 
baptêmes, mariages et décès, de 1682 à 1684, pour les 
ties de Houat et d'Hoedic, alors desservies toutes deux 
par D. Antoine Fardel ; ce cahier est présenté à G. Raoul, 
vicaire-perpétuel de la paroisse de Saint-Goustan-de- 
Rhuis (plus tard Saint-Gildas) et des îles de Houat et 
d'Hœdic. — A partir de 1696, cahiers particuliers pour 
nie de Houat, signés par Fardel, desservant ou curé. 
— Dès 1699, les cahiers sont paraphés et millésimés à la 
juridiction royale de Rhuis. — 1704. Visite épiscopale, 
faite à Péglise de Saint-Gildas de Houat par missire 
Antoine Le Crom, prêtre, commissaire de H?' Té- 
vêque de Vannes. — En 1752, Plie de Houat porte la 
qualification de trêve de la paroisse Saint-Goustan-de« 
Rhuis; en 1783, celle de paroisse. 

E. Suppl. 125. ~ GG. 25. (Cahiers.) — in-4«, 160 feuiUets, papier. 

i«99-i99«. — Trêve d'Hœdic. — Baptêmes, ma- 
riages et sépultures. — En 1698, on trouve André Raoul, 
prêtre de Tlle d'Hœdic dépendant de la paroisse Saint- 
Goustan-de-Rhuis- — En 1700, apparaît la qualification 
de curé d'Hœdic ; en 1711 , celle de curé de la chapelle 
Notre-Dame-la-Blancbe en File d'Hœdic. — De 1720 à 
1723, aucun prêtre ne voulant résider à Hœdic, Antoine 
Fardel recommença à desservir les deux lies , comme il 
l'avait fait précédemment; on ne sait ce qu'il devint 
ensuite. — 23 juin 1728. Bénédiction d'une cloche à 
Hœdic par P. Blanchet, prêtre de Saint-Goustan-de-Rhuis; 
parrain messire Jacques de Saint-Jean, capitaine d'in- 
fanterie et ingénieur ordinaire du Roi à Belle-He ; mar- 
raine dame Marie-Marguerite Thérèse, femme de messire 
Pieire-Sébastien de Lattre, seigneur d'Erceleine, tré- 
sorier des troupes et receveur du Roi à Belle-He. — 1749. 
Cahier signé par Vl^ Charles-Jean de Bertin , évêque de 
Vannes , dans le cours de sa visite à Hœdic, le 8 août de cette 
année. — 1777. Nombreux décès d'enfants à Hœdic, causés 
par la petite vérole.— Depuis 1783, lie et église tréviale 
d^Hœdic. — Dans les différents cahiers , notes de missire 
J. Marion, curé d'Hœdic, de 1786 à 1790, et ensuite of- 
ficier public. Elles apprennent, entre autres choses, que 
les registres d'Hœdic furent c déterrés, i» en 1788, dans 
les archives de Saint-Gildas-de-Rhuis ; qu'ils étaient mal 
tenus et incomplets, par suite de la difficulté d'avoir des 
prêtres attachés longtemps à nie d'Hœdic ; qu'on était 
souvent obligé d'avoir recours, pour les cérémonies du 
culte , aux prêtres de Houat, de Quiberon on d'ailleurs. 



Plusieurs actes d'Hœdic sont même rapportés sur les 
registres de Houat. Le mauvais état des registres avait 
aussi pour cause leur transport fréquent par mer dans la 
presqu'île de Rhuis où ils devaient être vérifiés et signés ; 
ils étaient souvent mouillés. Missire Marion avait relevé 
sur les registres de Houat tous les actes relatifs à Hœdic ; 
il avait même recopié en entier un certain nombre de 
registres de cette dernière lie; ce sont ces copies qui seules 
existent aujourd'hui. Il continua d'enregistrer exactement 
les baptêmes, mariages et sépultures jusqu'en 1792, 
époque à laquelle ces actes furent rédigés conformément 
à la loi du 20 septembre de cette année. 

E. Suppl. 126. — II. 1. (Liasse.) — 68 pièces, papier. 

t999-t99i. — Documents divers ne provenant pas 
des archives paroissiales. — Correspondances, extraits de 
délibérations adressés par différentes communautés de 
ville et concernant : la représentation du Tiers-État aux 
États-Généraux et aux États particuliers des provinces ; 

— la réforme des abus et l'abolition des privilèges ; — 
les approvisionnements de grains ; — la formation d'une 
commune et d'une milice nationale au Palais. — Décrets 
de l'Assemblée Nationale et lettres- patentes du Roi, re- 
latifs : au rétablissement de la tranquillité publique ; — 
aux passeports; — à la loi martiale; — aux vaisselles; — 
aux étrennes, gratifications, c vin de ville, » etc.; — aux 
biens ecclésiastiques; — aux municipalités. — Enregistre- 
ment : des déclarations de la contribution patriotique; — 
des décrets de l'Assemblée Nationale et des proclamations 
du Roi ; — des délibérations de la commune du Palais ; 

— des lettres écrites par cette commune. 

E. Suppl. 1*27. — II. 2. (Registre.) — In-folio, 100 feuillets, papier. 

Copie faite en 1789, d'un manuscrit de THistoire iné- 
dite de Belle-He (arrêtée à l'année 1754) par le R. P. 
François-Marie Le Gallen , capucin. 

Commune de Port-Puilippe fautrefois Sauzon). 
E. Suppl. 128.— GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 553 feuiUets, papier. 



^-ta9i« — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 1Ç24. VériQcation du registre baptistaire par missire 
Jean Piet, officiai de Belle-He. Cette vérification se répète 
chaque année jusqu'en 1631 ; il fait en même temps la 
visite de l'église paroissiale. ^ 6 août 1630. Installation 
des nouveaux fonts baptismaux de l'église paroissiale 
Saint-Nicolas , de la vitre du milieu du cdté sud , de la 
porte , de la chaire et de Tautel Notre-Dame, c le tout iu 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT CANTON DE BELLE-ILE. fS 



nom de la Très-Saiate-Trinilé, de la Vierge, de Honsienr 
Saint-Nicolas et de tous les saints du Paradis. > — 1674. 
c En Tan mil six cent soixante et quatorze, le vingt et 
troisième jour de juin, veilla de la fêle de Saint-Jean- 
Baptiste, paruirarmée de Hollande devant Belle-Ile,qui vint 
mouiller en la rade dudit Belle-Ile, le vingt et quatrième, 
jour et fête de Saint-Jean , et , le vingt et septième , Tin- 
fanterie mit pied à terre ; on faisait compte de huit mille 
hommes dUnfanterie, outré deux mille matelots, qui tous 
furent trois jours campés en la paroisse de Sauzon, entre 
la chapelle de Saint-Michel et les villages de Deuborg, 
Bordheris et Logonnet. Ils ne firent pas grand mal au 
monde, mais pillèrent tout le pays, emportèrent les cloches 
de Téglise paroissiale de Saint-Nicolas, après avoir rasé 
entièrement les autels et brûlé toutes les images, déchiré 
les tableaux et presque démoli toute Téglise. > (Note de 
missire Antoine Le Crom, recteur de Sauzon.) — 6 dé- 
cembre 1677. Bénédiction de la plus petite des cloches 
de Saint-Nicolas par missire Philippe Jouny, officiai, en 
présence du gouverneur, du sénéchal et du procureur-fiscal 
de Belle-Ile ; ladite cloche achetée à Nantes par missire An- 
toine Le Crom, recteur de Sauzon, et pesant 150 livres, à 
19 sous la livre. — 16 octobre 1683. Abjuration de la 
religion réformée , entre les mains de missire Antoine 
Le Crom, par Catherine Labbé, delà paroisse Saint- 
Étienne de Tours. — 2 décembre 1683. Abjuration du pro- 
testantisme par Jacques Bonnet, de la paroisse de Saint- 
Bilaire-du-Bois, diocèse de Luçon.— 1685. Liste de ceux 
qui payent : pour la frairie du Saint-Rosaire ; «- pour 
celle de Saint-Éloi ; — pour celle de Saint-Roch ; — pour 
celle de la Passion ; — pour celle de TAnge-Gardien. — 
Règlement, fait et arrêté du consentement de toute la pa- 
roisse de Sauzon , pour Tentretien de relise paroissiale 
et pour les enterrements. 

E. Sappl. iS9. » GG. 2. (Cahian.) — In-folio, 506 fouiUete, papier. 

t«99-t9«9. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— A partir de 1692, les registres sont paraphés parle 
sénéchal de la juridiction royale d'Auray. — Août 169i« 
Yériflcation des registres par Hf' d^Argouges, évêque de 
Yannes, pendant le cours de sa visite à Belle-Ile. — Listes 
des personnes confirmées au Palais, pendant la visite 
épiscopale, en 1694 et en 1705. — Commencement du 
XVnP siècle. Liste des paroissiens inscrits pour Pado- 
ration perpétuelle du Saint-Sacrement de Pautel. — 
Contrats de donations passés devant le recteur de 
Sauzon (1). — 1717. Copie d'une lettre datée de Paris, 

(i) Ces deos derniers paragraphes se trouvent, en réalité, sur des 
calam de rartide préeedeut ; nous les rétablissons ici à leur date. 



8 juin, adressée par le duc d'Antin à messire Chartes* 
Louis-Auguste Fouquet, chevalier, comte de Belle-Ile, 
et autorisant ce dernier à faire mettre une litre en Péglise 
du Palais. Les titres produits, remontant à Tannée 1029, 
ont été examinés avec soin ; ils prouvent que le comte 
de Belle-Ile est fondateur de toutes les églises de llle. 
Des ordres ont été donnés en conséquence au gouvemeor 
ou commandant de Belle-Dé. 

E. Suppl. m — GG. 3. (Cahiers.) * Ia*foUo, 407 feumets, VUfi»^ 

tV90-t9a9« — Baptêmes, mariages et sépultures* 
— 13 décembre 1736. Inhumation, dans Péglise parois* 
siale du Palais, de dom Pierre Helot, recteur de Sauzoa 
et promoteur de Belle-Ile. — 30 mars 1737. Bénédiction 
de la grande cloche de Saint-Nicolas par missire J.-H« 
Choblet, recteur du Palais et officiai de Belle-Ile ; parrain 
Ambroise-Anne Trémereuc du Bois-de-la-Roche, écuyer» 
receveur des domaines à Belle-Ile ; marraine dame Jac« 
quette Loréal. — 3 avril 1737. Bénédiction de la petite 
cloche de Saint-Nicolas de San7on. — 1749. Yérificationi 
des registres par Fumel, archidiacre de Vannes, dans le 
cours de sa visite à Sauzon. ~ 1757. c L'an de grâce 
1757, le deuxième jour d'avril, périrent à la cdte duCroizic 
Jacques Le Port, Charles Bruyère, Pierre Bruyère, Pierre 
Bertho et Etienne Le Bonnegard, qui allaient à Nantes 
avec une charge de gros poissons, et d'un gros temps. 
En foi de quoi j'ai signé. [Signé :] S. Le Tonquèze, recteur 
de Sauzon. > -- 1760. c L'an de grftce 1760 , fut tué par 
les Anglais le nommé Bonaventure Querel , allant à la 
pèche à la pointe des Poulins du bourg de Sauzon. En foi 
de quoi j'ai signé. [Signé :] S. Le Tonquèze, recteur de 
Sauzon. » — A la fin du cahier de 1761-1762, note 
dudit Le Tonquèze , ainsi conçue : c Le septième jour 
d'avril mil sept cent soixante-un, à sept heures du 
matin , arriva dans la rade de Belle-Ile l'armée anglaisa 
composée de six vaisseaux de ligne, de six frégates , deux 
brAlots , et de plusieurs vaisseaux de transport qui tous 
mouillèrent ce jour dans la rade dudit Belle-De. Le 
lendemain, 8« dudit mois, environ dix heures du matin^ 
ils bombardèrent Sauzon et y donnèrent une fausse 
attaque, et, le même jour, ils bombardèrent Locmaria et 
y firent même une descente où ils furent tous tués ou 
blessés et faits prisonniers , au nombre de plus de cinq 
à six cents ; quinze jours après, le vingt-deux dudit mois, 
ils attaquèrent derechef la pointe de Locmaria , environ 
quatre heures du matin, et, après une forte résistance de 
la part des Français, ils mirent pied à terre environ 
quatre heures après-midi» le même jour, au nombre 
d'environ six à sept mille hommes ; le vingt-six dudit 



Morbihan.— Tomb IV. — Suppl. Série E. 



L 



S6 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



mois» ib gagnèrent tout le terrain josqu'an boorg de 
Saozon où ils campèrent en partie, nn régiment à Ker- 
gnéli, rantre à Denbonrg, et'nn troisième à Bordéry, et 
ainsi de même dans différents endroits de l^le, dans 
chaque paroisse donnant sur les cdtes. Après s'être 
emparés ainsi de tonte nie, ils commencèrent à battre sur 
la citadelle dadit Belle-Ile, dès le premier dimanche du 
mois de mai jusqu'au premier dimanche de juin de la 
même année, et, le sept dadit mois de juin, la citadelle 
capitula avec tous.les honneurs de la guerre, par la belle 
défense qu'elle fit sous les ordres de M. le cheyalier 
de Sainte-Croix, alors commandant audit Belle-Ile. Après 
quoi, les Anglais descendirent à Belle-Ile, au nombre de 
plus de seize mille hommes qui y étaient à la fois pen- 
dant quelque temps, avec six cents dragons bien montés 
qui parcouraient toute nie, y étant campés dans diffé- 
rents quartiers de nie. Cette descente se fit sous les 
ordres du général Hodson et du général Craufort qui fit 
bâtir une maison à Bordeloh , en la paroisse de Sauzon , 
et fit faire de grands chemins dans File. Ces Anglais 
ne firent ancun mal à personne, mais prirent tous les 
bestiaux qu'ils y trouvèrent ; ils occupèrent plusieurs 
églises et chapelles pour servir d'hôpital, et démolirent 
plusieurs villages dans IMle, surtout au Palais, Locmaria 
et Bangor, et à Sauzon trois ou quatre. Ils occupèrent 
nie pendant deux ans et seize jours ; ils en partirent 
le dix mai 1763, et miredt à la voile l'onze dudit mois 
pour l'Angleterre, après la paix faite entre le roi de 
France et celui d'Angleterre, au mois de décembre 1762. 
Ainsi finit la misère de Belle-Ile qui s'en est ressentie 
pendant plusieurs années après le départ des Anglais qui 
l'avaient ruinée. [Signé :] S. Le Tonquèze, recteur de 
Sauzon. » — Cette dernière note est précédée de la copie 
d'une lettre de M^r Charles-Jean de Bertin , évéque de 
Vannes, datée de Kerango, 29 juin 1761 : Il prend bien 
part à tous les malheurs des prêtres de 111e, les engage 
à continuer de maintenir le pays dans l'exercice de la 
religion. Il est persuadé qu'ils auront le libre exercice 
de leurs fotictions , se fondant sur ce que le roi d'An- 
gleterre avait fait à l'Ile de Minorque. Ils demanderont 
au commandant si l'Évêque peut leur adresser, comme 
par le passé, les mandements et ordonnances du diocèse 
et continuer avec eux les diverses relations du ministère 
spirituel , le seul qui doive les occuper en ce moment. 
Pour le cas où cela ne serait pas possible, il leur donne 
les instructions et pouvoirs relatifs à divers objets. — 
7 août 1766. Bénédiction d'une nouvelle petite cloche 
à Saint-Nicolas de Sauzon; parram, messire Richard- 
Auguste de Warren , commandant à Belle-Ile ; marraine 



haute et puissante dame Catherine Gavoty» femme de 
M. Yerrier, ingénieur en chef à Belle-Ile. 

E. Suppl. lai. — GG. 4. (Cahiers.) ~ In-fqjio , 891 feuiUeU, papier. 

tva^-iVSi.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 19 mars 1774. Baptême d'Etienne Willaumez, né ce 
jour, fils de Jean Willaumez et de demoiselle Marguerite 
Bertho ; parrain Jean Obriet ; marraine demoiselle Anne 
Quérel. — 8 novembre 1779. Abjuration du calvinisme 
par Jean-Louis Bernery, ex-soldat de la garnison de 
Sauzon, entre les mains du recteur de cette paroisse. 

E. Suppl. 132.— GG. 5. (Registre.)— In-folio, 28 feuiUets, papiec. 

t V#9. — Déclarations pour servir à la généalogie des 
Acadiens établis dans la paroisse de Sauzon. 

Canton de Belz. — Commune de Belz. 

E. Suppl. 133.— GG. 1. (Cahiers.) — In-folio et fn-4>, 534 feaiUeU, 

papier. 

i«i9-t«Mi.-» Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 25 novembre 1699. Baptême de Jean-Jules-Harc- 
Hyacinthe Le TouUec , fils d'honorable homme Jean Le 
Toullec et d'honorable demoiselle Anne Le Pipec; parrain 
messire Marc-Hyacinthe de Rosmadec, chevalier de 
Malte, seigneur de Kerlutu et autres lieux; marraine 
Jeanne-Julie de Bodoyec, dame de Yaudurant. 

E. Suppl. 134. — GG. 2. (Cahiers.)— In-folio, 506 feuillets, papier. 



i-tV4ft. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 16 février 1706. Mariage entre Joseph-François Le 
Livec, seigneur de Kerguen, et demoiselle Marguerite 
Chapelet, dame des Cormiers.-— 9 octobre 1707. Baptême 
de Jacques-René Le Livec, fils de Joseph-François Le 
Livec et de Margueûte Chapelet.— 17 juillet 1708. 
Baptême de Nicolas-Alexis Le Livec, fils de Joseph- 
François, etc.— 26 décembre 1709. Baptême de Joseph- 
Marie Le Livec, fils de Joseph-François, etc.— 1«' janvier 
1718. Inhumation de messire Joseph-François Le Livec, 
décédé en sa maison de Kerguen en Belz.— 10 novembre 
1720. Sépulture de Marie-Paul de Trévelec, écuyer, 
décédé cbez son père en la maison noble de Keriargon. 
— 16 octobre 1738. Mariage entre noble homme Charles- 
Joseph Gravé, sieur de Coligny, fils de noble homme 
Joseph Gravé, sieur de la Bouteveille, et demoiselle Marie- 
Anne Le Toullec , fille de Jean Le Toullec et d'Anne Le 
Pipec— 30 septembre 1739. Baptême d'Éléonore-Zacharie 
de Trévelec, né en 1737, fils de JacquesJules de Trévelec, 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE BELZ. 



n 



cbeTalier, seigneur de Keriargon, et de dame Anne- 
Renée de Senraude; parrain messire Josepb-Zacharie 
de Serraade ; marraine Éléonore-JnUe du Gnémadeuc, 
dame de Goyon. 

E. Suppl. 136. — GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 353 feuillets, papier. 

iV4e-t99t«— Baptêmes, mariages et sépultures. 
^ 14 août 17i6. Baptême administré par messire Jean- 
Henri-Félix de Fumel, grand-vicaire de Tévèque de 
Vannes, à un nègre de Mozambique, âgé d'environ 
douze ans, domestique chez M»'® de Coligny, à Saint-Cado. 
On le nomme Anne-Marie-Cado. Parrain Guy-Anne- 
Jules de Goyon, chevalier; marraine dame Marie-Anne 
Le Toullec-Gravé de Coligny ; présents à la cérémonie 
U^ Jean-Louis de Goyon, évéque et comte de Léon, 
Achille-Louis de Goyon, abbé de Quimperlé, Jacques* 
Jules de Trévelec, seigneur de Keriargon, Éléonore- 
Julie du Guéniadeuc, dame de Goyon, Renée de Servaude, 
dame de Trévelec, etc.— 17 juillet 1751. Inhumation de 
Marie-Anne Le TouUec, dame de Coligny, décédée en sa 
maison à Saint-Cado.— 19 septembre 1752. Mariage 
entre messire Hyacinthe Le Livec, seigneur de Limellec, 
et demoiselle Anne-Vincente Le Livec de Kei^en, fille 
de Joseph-François Le Livec et de Marguerite Chapelet. 

— 31 août 1755. Baptême de Jean -Vincent-Hyacinthe 
Le Livec, fils de Hyacinthe Le Livec et d'Anne- 
Yincente, etc.; parrain messire Jean Le Livec de Kergal; 
marraine demoiselle Jeanne-Thérèse Chapelet, dame des 
Cormiers. — 27 février 1772. Mariage entre messire 
François-Louis-Hyacinthe de Penfeuntenio, marquis de 
Chefibntaine, et demoiselle Renée-Rosalie de Trévelec 
de Keriargon, fille de Jacques-Jules de Trévelec, seigaeur 
de Keriargon, Talhouet, etc., et d'Anne-Renée de Ser- 
vaude de la Villecerf. — 7 août 1778. Sépulture d'écuyer 
Jean-Vincent-Hyacinlhe Le Livec de Limellec, décédé 
en sa maison de Kerguen. 

Commune d'Erdeven. 
E. Suppl. 196.— GG. 1. (Cahiers.) ^^i^'folio, 592 feuiUets, papier. 

!••••§ 9ttO. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 5 juillet 172t. — Mariage entre mes?ire Pierre- Armand 
duCambout, chevalier, marquis du Cambout, vicomte 
de Carheil, etc., et demoiselle Renée-Angélique de Tal- 
bouet de Keravéon, fille de messire Georges-René de 
Talhouet, comte de Keravéon, et de dame Marie- Anne- 
Renée de Derval.— 2 septembre 1728. Baptême de Guy- 
Joseph de Goyon, fils de Guy-Anne-Jules de Goyon, 
seigneur de Kercadio, et de dame Éléonore-Julie du 



Guémadeuc; parrain Joseph de Trévegat, seigneur de 
Limoges, conseiller au parlement de Bretagne; mar« 
raine dame Scolastique-Guyonne de Briand, marquise 
du Guémadeuc. — 19 juin 1734. Mariage entre messire 
Louis-Marie Huchet, marquis de Trégoil, fils de Joseph 
Huchet, comte de Cintré, et demoiselle Françoise* 
Jeanne-Pélagie de Talhouet, fille de Georges-René de 
Talhouet, etc.— 1737. Les Talhouet de Keravéon sont 
reconnus seigneurs fondateurs de Téglise d'Erdeven. 

E. Suppl. 137.— GG, 2. (Cahiers.) — In-foUo, 663 feuUlets, papier. 

iVftt-i99i.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 25 octobre 1752. Mariage entre Vincent Le Mezec et 
demoiselle Pélagie de Tronquedy. — 6 juillet 1757, 
Inhumation, dans Téglise paroissiale, de messire Georges- 
René du Cambout de Coislin, décédé à Keravéon.— 
24 mars 1759. Abjuration du protestantisme par Jean- 
Baptiste €héry, suisse.— 13 février 1761. Inhumation, 
dans réglise paroissiale, de messire Georges-René de 
Talhouet de Keravéon.— 24 avril 1761. Inhumation, 
dans l'église paroissiale, de messire Arnaud-François 
de Pontual , seigneur de Saint-Lunaire , etc., décédé à 
Keravéon.— 18 novembre 1768. Inhumation, dans le 
cimetière, d'Yves de Lanlivy de Bernac, écuyer, commis 
dans les Fermes du Roi.— 7 septembre 1779. Inhumation, 
dans le cimetière , de Jeanne-Louise de Kervaziou , fiUe 
de René-Marie Jéguic, chevalier de Kervaziou, et de 
dame Marie-Adélaïde Prévost. — 19 juin 1780. Inhu- 
mation, dans réglise paroissiale, sous son banc, de 
Mfff Jean-Louis de Goyon de Vaudurant, ancien évéque 
de Léon, décédé la veille à son château de Kercadio en 
Erdeven.— 27 août 1782. Mariage entre noble homme 
Hyacinthe Bonnard de Champ-Laurent, originaire de la 
paroisse de Bréhan-Moncontour, diocèse de Saint-Brieuc, 
et demoiselle Marie-Loulse-Jacquette Bonnard.— 23 no- 
vembre 1790. Mariage entre Philippe-Bon-Léonor de 
Percy, ancien officier de Royal-Cavalerie, et demoiselle 
Magdeleine-Adelaïde-Vincente Jéguic de Kervaziou , fille 
de feu messire René-Marie Jéguic, etc. 

COMICUME DE LoCOAL-MENDON. 

E. Suppl. 138. — GG. 1. (Cahiers.)— In-foUo, 695 feuiUete, papier. 

taiO-iS99.— Paroisse de Mendon.— Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 5 mars 1624. Baptême d'une 
fille (sans autre désignation) d'écuyer Guillaume de Tal- 
houet, sieur de la Villeneuve, et de demoiselle Françoise 
Le Boudier, dame de Ville-Burand ; parrain noble homme 
et discret messire Bertrand Guimarho, recteur de Grand- 



ARCHIVES DU MORBIHAN* 



Champ ; marraine demoiselle Perronnelle Phelipe, dame 
4a Reste. ~ 19 juillet 1634. Baptême de Louise de 
Kermadio, fille d^écuyer Jean de Kermadio et de demoi- 
selle Jeanne de Kerpédron; parrain Claude Robelot, 
écuyer, seigneur de la Yollaye; marraine demoiselle 
Louise du Bouètiez, dame dudit lieu.— IS octobre 1637. 
Baptême de Bertrand Guébenneuc, fils de messire 
Georges Guéhenneuc, seigneur du Boisheuc, et de Marie 
de Talhouet ; parrain noble et discret messire Bertrand 
Guimarho , sieur de Keriargon. — 15 octobre 1663. 
Baptême de Guillaume Le Mezec, fils de maître Julien 
Le Mezec et de Marie Guillevin ; parrain haut et puissant 
messire Guillaume de Talhouet, sieur dudit lieu, de 
Kerdually, etc.; marraine haute et puissante dame 
Guyenne de Langle, dame de Kerambartz. — 10 février 
1665. Baptême de Jean de Lésenet, fils d'écuyer Julien 
de Lésenet , sieur dudit lieu , et de dame Henriette de 
Kermadio, dame dudit lieu; compère messire Jean 
Robelot, seigneur de la Yoltaye ; commère dame Jeanne 
de Kerpédron, dame de Kermadio.— 17 août 1666. 
Baptême de Louise de Lésenet , fille de Julien de Lésenet 
et d^Henriette de Kermadio, sieur et dame de Lésenet et 
de la Yoltaye ; parrain missire Bertrand Pruneau , doyen 
de Pontbelz et recteur de Mendon; marraine dame 
Louise de Talhouet , dame de Larlan et du Penhair, 
présidente au parlement de Bretagne.— 16 mai 1675. 
Baptême, en Féglise paroissiale d'Erdeven, de Louis- 
François Guydo , fils d^écuyer Antoine Guydo, seigneur 
de Botpéro, et de dame Marquise de Carheil; parrain 
messire François de Carheil , seigneur de Kermouraut ; 
marraine dame Louise de Talhouet, dame de Larlan. — 
23 juillet 1676. Baptême de Jean-Yincent Guydo , fils 
d'Antoine Guydo, etc. ; parrain missire Jean Le Lardeur, 
recteur de Carnac ; marraine demoiselle Yincente Guydo, 
dame de Kerdavy. 

£. Suppl. 139. — GG. 3. (Cahiers.)— iQ-folio, 827 feuillets, papier. 

i#V9-tV9i«— Paroisse de Mendon.— Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 12 juin 1679. Baptême de Jean- 
Antoine Guydo, fils d'Antoine Guydo, sieur de Keryazo, 
et de dame Marquise de Carheil ; parrain messire Jean 
de Talhouet , chevalier, seigneur de Keravéon , baron de 
Goeirivas; marraine demoiselle Marie Ririëre, dame 
de Branboc. — 29 août 1690. Mariage, à la chapelle de 
Saint-Léonard en Mendon, entre noble homme Julien- 
Charles Perrin, seigneur de la Primelays, et demoiselle 
Louise de Lésenet, dame de Kercaer.— 16 novembre 
1693. Inhumation, dans Féglise de Notre-Bame-de-Pitié 
à Mendon , de messire Guillaume de Talhouet , prêtre , 



chevalier, seigneur de Kerrio-Talhouet en Mendon. — 
8 juin 1728. Mariage entre Louis de Toulboudou, écnyer, 
sieur de Trémelin et de Tréverat, et demoiselle Yincente 
Jouaud. — 21 octobre 1766. Inhumation de missire 
Jacques-Henri Poulce, recteur de Mendon et doyen de 
Pontbelz, décédé la veille.— 29 avril 1783. Mariage entre 
noble homme Pierre Berthelot, originaire de Locma- 
riaquer, au diocèse de Yannes , fils de feu noble homme 
Charles-Joseph Berthelot et de dame Thérèse-Angélique 
du Foussé ; et demoiselle Marie-Thérèse Le Sant, origi- 
naire de rile-d'Arz, même diocèse. 

E. Suppl. 140. — GG. 3. (Cahiers.)— In-folio et in-4», 

502 feuiUets, papier. 

i#4V-i9«S. — Paroisse de Locoal. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 24 mai 1678. Mariage entre 
noble homme Mathurin Auffret-Demourier, sieur de 
Pen-en-Pont, et demoiselle Magdeleine Pihan, fille de 
noble homme François Pihan , sieur de Kerverhault. — 
5 mai 1699. Baptême de Catherine de Robien, fille 
de messire Sébastien de Robien et de dame Louise- 
Christophe Gouyon , seigneur et dame de Raiz, demeurant 
au manoir noble de Kerambartz en Landaul; parrain 
et marraine deux laboureurs. 

E. Suppl. 141. — GG. 4. (Cahiers.) — In-foUo, 567 feuiUets, papier. 

19 94-4 9Ml« — Paroisse de Locoal. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 8 octobre 1737. Mariage 
entre noble homme Jean Caris , sieur de Kerhotonnec , 
avocat au parlement de Bretagne, de la paroisse de 
Languidic, et demoiselle Anne Coudé , dame du Foresto, 
fiUe de noble homme Joseph Coudé, de la paroisse 
de Saint-^ildas d'Auray. — 5 novembre 1741. Bénédic- 
tion de la grande cloche de Sainte-Hélène par missire 
Jean Belz, doyen de Pontbelz et recteur de Mendon; 
parrain noble homme Joseph Coudé du Foresto; 
marraine demoiselle Jeanne Caris. — Note à la fin du 
registre des baptêmes et mariages de 1755 : c Le huit 
décembre 1755, les bénédictins ont pris possession du 
prieuré de Locoal. » — A la fin du registre des baptêmes 
et mariages de 1768, copie de la requête adressée à 
révêque de Vannes par le général de la paroisse de Locoal, 
pour obtenir une nouvelle reconnaissance des reliques 
de saint Goal , brûlées le 7 juillet 1765, lors de Pincendie 
de réglise paroissiale. Le feu avait dévoré le reliquaire et 
la plus grande partie des reliques. Au mois d'août 1768, 
le doyen de Mendon est commis par TÉvêque pour vérifier 
les faits mentionnés dans la précédente requête ; au mois 
de septembre, il fait une enquête, et, en octobre^ il est 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DHENNEBONT. 39 



chargé de placer ce qui restait desdites reliques dans un 
noQTeaa reliquaire. — 27 septembre 1774. Mariage eatre 
noble homme Joseph-Marie Garnier, sieur de la Rue, 
contrôleur général au département de Vannes, originaire 
de Bodéo, diocèse de Quimper-Gorentin , et demoiselle 
Julie-Thérèse Coudé, fille de noble homme Joseph Coudé, 
sieur du Foresto , et de dame Julie-Thérèse Le ,Houx. 

Commune de Plosmel. 
E. Sappl. 1^.— GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 599 feuiUets, papier. 



i-t9S4. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 28 juillet 1668. Baptême de Marie Le Talhouédec, 
fille de Jean Le Talhouédec et de Hichelle Le Portz ; 
parrain noble homme Jean Le Métayer, sieur de Launay ; 
marraine demoiselle Marie-Louise Yénery. — 12 août 
1677. Mariage entre noble homme Louis Le Boulhic et 
demoiselle Marie Yénery ; témoins missire Pierre Vénery, 
recteur de Plœmel , messire Bertrand de Kermeno , che- 
▼aller, seigneur de Loyon, etc. — 23 janvier 1718. Bap- 
tême de Perrine-Marie Le Baron , fille de Jean Le Baron 
et de Marie Brazo ; parrain Joseph Le Gouvello, écuyer, 
siear de Locmaria; marraine demoiselle Perrine Le 
Gouvello, dame de Locmaria. 

E. Suppl. 143. * GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 560 feuilleto, papier. 

t9Sft-t999« — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 9 décembre 1735. Baptême de deux fils jumeaux nés 
à la maison de Kergo, en Plœmel, de nobles gens Jérôme- 
Ange-Yves-Viclor-Marie Guymart d'Auzon et demoiselle 
Marie-Anne Hellier. — 10 juin 1742. Bénédiction de 
la cloche de la chapelle de Saint-Goal ; parrain Paul Jou- 
hannic , écuyer, sieur du Penhair, capitaine-général de 
la garde-côtes ; marraine demoiselle Marie-Anne Mellier, 
dame d'Auzon-Guymart. — 10 novembre 1757. Inhu- 
mation, dans Féglise paroissiale, de missire Joseph-Pierre 
Le Breton, recteur de Plœmel. ^ 27 avril 1767. Mariage 
entre noble homme Charles-François Le Maître, sieur de 
la Chesnaye, et demoiselle Catherine Le Breton. — 3 no- 
vembre 1768. Mariage entre Charles-François Le Maître, 
veuf de Catherine Le Breton, et demoiselle Jeanne-Thé- 
rèse Rozé. 

Gantom d*Hknnebont. — Commune de Branderion. 
£. Sappl. 144. — GG. 1. (Cahiens.)— In-folio, 4G2 feuilleU, papier. 

tMiV-t VMI. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
«— 1655. c Mémoire des joyaux et ornements de Péglise 
paroissiale de Saint-Pierre en Branderion. » — 4 no- 



tembre 1673. Baptême d'Isaac-François de Broel, fus de 
messire François de Broel , seigneur de Lanigry , Ker- 
livio, Kergal, etc., et de dame Anne de Rohan ; parrain 
messire Isaac de Rohan , chevalier, seigneur du Pouldu , 
de Kercabu, de Kerpoisson et du Lano ; marraine dame 
Françoise Ermar, femme de messire Hyacinthe de 
Gosnoal, seigneur de Saint-Geoi^es , Kermérien et 
autres lieux. — 21 décembre 1676. Mariage entre écuyer 
Louis Aubin, sieur de Locqueltas , et demoiselle Hélène- 
Jeanne de Gastel, dame de la Garenne ; présents messire 
François de Broel, chevalier, messire Olivier de Broel, 
chevalier, Anne de Rohan, dame de Lanigry, etc. — 
24 avril 1677. Inhumation, dans la chapelle de Sainte- 
Anne en Branderion, de messire François de Broel, 
chevalier , seigneur de Kerlivio , Eer^^al , Trémelo , 
Coespion, eic. — 3 septembre 1680. Bénédiction et bap- 
tême d*une cloche destinée à Téglise paroissiale ; parrain 
messire Jacques du Bouêtiez, chevalier, seigneur dudit 
lieu, de Kerlan, etc. ; marraine demoiselle Harie-Renée 
de Baud^ dame de Kéroual et de Kerfrezec. — 21 dé* 
cembre 1702. Mariage entre écuyer Jean-Baptiste-Jérôme 
de Lanlivy , seigneur de la Ferrière , en Buléon , et de- 
moiselle Eléonore de Broel, fille de François de Broel et 
d*Anne de Rohan. 

E. Suppl. 145. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 15 CeuUleU , papier. 

t •99-1980. — Comptes en charge et décharge 
rendus à Tévêque de Vannes par les procureurs de la 
chapelle Sainte-Anne en Branderion. 

Commune d'Hennebont. 
E. Suppl. 146. — AA. 1. (Liasse.) — 61 pièces, papier. 

iatO-t999.— Lettres de Louis XIII et de Louis XVI, 
rois de France, de César de Vendôme et de Louis-Jean- 
Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, gouverneurs de 
Bretagne, du marquis d'Aubeterre, commandant de cette 
province, de M. Lebret, intendant, et délibération de 
la communauté d^Hennebont, relatives à la nomination, 
à renvoi et au traitement des députés de cette ville aux 
États de Bretagne. — Lettres : de Louis* Alexandre de 
Bourbon , gouverneur de la province , au sujet du réta- 
blissement de la santé de Louis XV (1728) et de la nais- 
sance du Dauphin (1729) ; -* de Louis XV, au sujet de la 
publication de la paix (1749) ; — de Louis XVI et du 
duc de Penthièvre, à Toccasion de la cérémonie do 
sacre du Roi (,1775) ; — de M. Petiet, relativemrat an 
voyage de Mr le comte d'Artois en Bretagne et à son 
passage à Hennebont (1777) ; «- de Louis XVI, au sojel 



30 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



da Te Deum qui sera chanté en actions de grâces des 
avantages remportés sur les Anglais en Amérique (1781^. 
— Documents relatifs à la convocation des États-généraux: 
lettre du Roi, ordonnance de la sénéchaussée d'Hennebont, 
délibération de la communauté de cette ville, doléances 
des différentes corporations. 

E. Suppl. 147. — AA. 2. (liasse.) - 265 pièces , papier. 

t999-t9Ml. — Documents relatifs aux diverses cir- 
constances de la période révolutionnaire : organisation 
des milices nationales ; — circulation des grains : — po- 
lice intérieure; — prestation de serment; — contribution 
patriotique ; — adresse à PAssemblée Nationale ; — déli* 
bérations des comités permanents; — armements de 
jeunes volontaires ; — abolition des privilèges ; — dé- 
sordres locaux ; — division de la France en départements, 
etc. Correspondances sur ces différents objets avec la mu- 
nicipalité d'Hennehont, datées d'Amboise, Angers, Au- 
dierne, Auray, Baud, Bordeaux, Brest, Caen, Carhaix, 
Châteaulin, Concarneau, Corlay, Le Groisic, Dinan, Dol, 
Falaise, Le Faouet, Fougères, Guémené, Guérande, La 
Guerche, Guingamp, Hédé, Hennebont, Josselin, Lam- 
balie, Landivisiau, Lannion , Lesneven, Ubourne, Loc- 
miné, Lorient, Machecoul, Le Mans, Moncontour, Hontfort, 
Morlaix, Nantes, Nîmes. 

E. Suppl. 148. — AA. 3. (Liasse.) — 215 pièces , papier. 

t999-t9Ml. — Documents relatifs aux diverses cir- 
constances de la période révolutionnaire, etc. Corres- 
pondances avec la municipalité d^Hennebont, datées de 
Paris et Versailles, Ploermel, Plouay, Pont-Croix, Pon- 
tivy, Pont-Labbé, Ponlrieux, Le Port-Louis, Quimper, 
Quimperlé, Redon, Rennes, Rhuis, La Roche-Bernard, 
Roscoff, Rouen, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Sainl-Méen, 
Saint-Pa^l-de-Léon , Strasbourg, Tréguier, Vannes , Vil- 
leneuve-le-Roi-sur-Yonne, Vitré. 

E. Suppl. 149.— BB. 1. (Registre.)— In-folio , 138 feuillets, papier. 

tas«-ta40. — Délibérations de la communauté de 
ville d'IIennebont concernant : renvoi de deux députés 
aux États de la Province ; — l'entreprise d'une messa- 
gerie de Nantes à Hennebont; — l'établissement d'un 
régent ou maître d'école ; — les mesures à prendre contre 
la contagion et contre les Espagnols qui menaçaient le 
Port-Louis ; — le renouvellement des lettres d'octroi ; — 
le bail à ferme des devoirs des Présidiaux et issues de 
ville ; —la nomination des syndics; — la construction de 
l'hôpital;-— les réparations des murailles, ponts et portes 



de la ville ; ~ le nettoyage des rues ; — le logement du 
vicaire-perpétuel ; — Tentretien du pont à mer ; — les ré- 
jouissances ordonnées pour la naissance du Dauphin ; etc. 

E. Suppl. 160. — BB. 2.. (Registre.)— In-folio, 17S fenillets, paiûer. 



• — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la nomination des syndics ; 

— le bail des issues de ville et Présidiaux ; — le choix 
des commissaires chargés de contrôler les dépenses des 
syndics ; — la construction d^une halle ; — la ferme da 
€ sou pour pot 1 d'octroi ; — les réparations des tours de 
Broërec, du pont à mer, de l'horloge de la ville ; — l'é- 
tablissement des ursulines à Hennebont; — l'armement 
des habitants menacés par une flotte espagnole ; — la 
garde des prisonniers de guerre ; — la réception de dif- 
férents personnages ; — l'institution d'un médecin de la 
viUe ; — les allocations accordées aux carmes et aux ca- 
pucins sur les deniers d'octroi ; — la nomination des 
prôlres de la communauté de Notre-Dame-de-Paradis ; — 
la direction de l'hôpital confiée à trois sœurs delà Charité; 
l'obtention de nouvelles lettres d'octroi dont le produit 
devra être affecté à la réparation du quai et à la recons- 
trtiction du pont à mer. — Enregistrement des lettres du 
Roi relatives : aux troubles intérieurs du royaume ; — 
à la mort de Louis XIII ; —à l'alliance de la France avec 
la république d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande. 

E. Suppl. 151. — BB. 3. (Registre.) — In-folio, 93 feuillets, papier. 

taA9-teS9. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : les services funèbres cé- 
lébrés après la mort du cardinal Mazarin ; du maréchal 
duc de la Meilleraye, lieutenant général de la province ; 
de la Reine-mère ; — les réjouissances occasionnées par 
la naissance du Dauphin ; — les réparations du puits de 
la Rue-Neuve, des murailles, ponts-levis et portes de la 
ville ; — la reconstruction du grand pont à mer ; — la 
nomination du prévôt et administrateur de l'hôpital ; — 
le logement des troupes de guerre passant ou séjournant 
dans la ville ; — la construction d'une fontaine et d'un 
abreuvoir publics ; — la réception de divers personnages ; 

— la liquidation des dettes de la communauté. 

E. Suppl. 152. — BB. 4. (Registre.) — In-foUo,98 feuillets, papier. 

tee9-ta99. -— Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la réparation des ponts- 
levis de la ville et des grands chemins ; — - les réceptions 
faites ou députations envoyées au duc de Chaulnes, gou- 
verneur de la province; à Tévêqae de Vannes; au premier- 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'IIENNEBONT. 31 



président, etc. ; — les fonmitnres à faire aux troupes 
passant ou séjournant dans la ville. — Arrêt du Conseil 
d^État relatif aux dettes de la communauté. — Lettres du 
Roi concernant : le service des étapes ; — les réjouis- 
sances occasionnées par Theureux accouchement de la 
Reine et les victoires des armées de Sa Majesté. 

E. Sappl. 153. — B6. 5. (Registre.) — In-folio, 89 feuiUets,. papier. 

t«V0-ta9V« — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : les réjouissances or- 
données pour la conclusion de la paix; pour le rétablisse- 
ment de la santé du Roi; — la fondation d'un hôpital-gé- 
néral dans la ville ; — la réparation desponts-levis, portes 
et pavés ; — la reconstruction du pont à mer ; — l'adju- 
dication du passage sur la rivière du Blavet. — Arrêt du 
Conseil d'État portant règlement pour les charges fixes de 
la communauté. — Lettres du duc de Chaulnes relatives 
au logement des gens de guerre. 

E. Sappl. 151. — B6. 6. (Registre.)— In-foUo, 48 feuillets, papier. 

iS99-taeo« — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : les députations envoyées 
à Yannes et à Auray pour complimenter Hff' d'Argouges, 
évéque du diocèse , et le maréchal d'Estrées ; — la sépa- 
ration des charges de procureur-syndic et de miseur ; — 
la reddition des comptes du directeur de l'hdpital-général ; 
*^ les réjouissances occasionnées par les victoires rem- 
portées en Flandre et en Piémont. 

E. Sappl. 155. - BB. 7. (Registre.)— In-foUo, 47 feoUlets , papier. 

tMlt-ta94l« — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la confection de nouveaux 
rôles pour le logement des gens de guerre ; — les réjouis- 
sances ordonnées à la suite de victoires et de prises de 
viDes ; — l'établissement d'un corps-de-garde sur la grande 
place d'Hennebont; — l'augmentation des deniers 
d'octroi ; — les réparations à faire à l'horloge delà ville; 
— la nomination du médecin ; — les baux des droits des 
issues de ville et Présidiaux. 

E. Suppl. 156.— BB. 8. (Registre.)— In-foUo, 221 feuiUets, papier. 

^••4-t909. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la confection des rôles de 
capitation ; — les réceptions faites au marquis de La- 
vardin, lieutenant général de la province ; au maréchal 
d'Estrées, commandant; à Mr Phelipeaux de Pont- 
ehartrain , ministre d'État ; — la chute du petit pont de 



I bois reliant le couvent des capucins au quai de la ville ; ~ 
la procession annuelle qui avait lieu en exécution du vœu 
fait par la communauté pendant la maladie contagieuse 
de 1699. — Lettres de provisions de la charge de gou- 
verneur et lieutenant-général de Bretagne en faveur du 
comte de Toulouse , amiral de France. — Compte rendu 
au Roi, devant la Chambre des Comptes de Bretagne, par 
le miseur de la communauté d'Hennebont. — Arrêts du 
Conseil d'État : réglant le payement des ports de lettres 
des communautés de Bretagne pour les affaires du Roi ; 

— concernant les assemblées des villes et communautés 
de cette province. 

E. Suppl. 157.— BB. 9. (Registre.)— In-folio , 221 feuillets, papier. 

t909-t90Y. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant: les réjouissances or- 
données pour les victoires remportées en Flandre, en 
Allemagne et en Italie ; pour la naissance du duc de Bre- 
tagne ; — Tadjudication du bail au rabais des réparations 
à faire aux ponts et pavés de la ville ; — la nomination 
des officiers de la milice bourgeoise : — la levée de la 
capitation ; — la fourniture du bois et de la chandelle au 
corps-de-garde ; — ^ les réceptions faites au premier-pré- 
sident de Bretagne ; au comte de Toulouse , gouverneur 
de la province ; au maréchal de Château-Renault , lieu- 
tenant-général ; au maréchal d'Estrées, commandant; 

— les réparations du pont de Broërec , de la tour, de 
l'horloge et des orgues de l'église paroissiale. — Arrêt 
du Conseil d'État qui établit des offices de maires et 
syndics perpétuels et héréditaires dans la province de 
Bretagne. 

E. Suppl. 158.— BB.IO. (Registre.)— In-folio, 238 feuillets, papier. 

t909-i9tt. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : le bail des devoirs des 
Présidiaux et issues de ville ; — la confection des rôles et 
la levée de la capitation et de l'impôt sur les maisons ; 

— la nomination des officiers de la milice bourgeoise ; 

— le renouvellement des lettres d'octroi ; — la réception 
de différents personnages ; — les réjouissances ordonnées 
à la suite des naissances de princes et des victoires rem- 
portées en Espagne ; — l'envoi fait au maire par les États 
de la province d'un exemplaire de VHistoire de Bretagne 
de Dom Lobineau , pour être déposé aux archives de la 
communauté ;— la requête adressée à l'intendant par les 
habitants du c bourg » de Lorient , à l'effet d'obtenir l'é* 
tablissement de marchés et de foires audit bourg ; — la 
levée de 500 sacs de froment et de 500 sacs de seigle 



82 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



faite sur les habitants d^HenDcboat pour la subsistance 
des troupes du Roi. 

E. Sappl. 150. — BB. 11. (Registre.)— In-fotio, SS feuilleto, papier. 

19 19-1 VIS. — Délibérations, de la communauté de 
Tille d'Hennebont concernant : la levée de la capitation ; 

— le bail des réparations des ponts et pavés de la ville ; 

— la vérification des comptes du miseur ; — les réjouis* 
sances au sujet des victoires remportées en Flandre et de 
la publication de la paix ; — le délestage des navires sur 
le quai de la ville ; — le procès soutenu par la commu^ 
nauté contre Tabbesse du monastère de la Joie, au sujet 
d'un banc placé par la première dans Péglise paroissiale ; 

— Texposition permanente de la statue de Notre-dame- 
du-Vœu. 

E. Suppl. 160.— BB. 13. (Registre.)— In-folio, 245 feuiUets, papier. 

19 19-19 90. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la nomination et la rétri- 
bution des prêtres de la communauté de Notre-Dame-<le- 
Paradis ; du sacristain de cette église ; du régent ; — la 
capitation ; — Tadjudication des réparations à faire aux 
ponts et pavés de la ville ; — les apprécis des grains 
vendus aux marchés d^Hennebont ; — les réjouissances 
occasionnées par les victoires remportées en Allemagne 
et en Espagne et par la publication de la paix ; — Félection 
des officiers de la milice bourgeoise ; — le rôle des loge- 
ments des gens de guerre ; — le service solennel célébré 
après la mort du Roi ; — le remboursement des offices 
municipaux ; — la démolition d'un pan des murailles de 
la ville ; — différentes députations et réceptions. — Rè- 
glement du Roi relatif au logement des troupes dans les 
villes du royaume. 

E. Suppl. 461.— BB. 13. (Registre.)— In-folio, 215 feaillets, papier. 

t99il-i9Si« — Délibérations delà communauté de 
ville d'Hennebont concernant : les réjouissances publiques 
ordonnées au sujet du rétablissement de la santé du Roi ; 
de son sacre ; de son mariage ; de la cessation du mal 
contagieux ; de la naissance du Dauphin ; de celle du duc 
d^Anjou; — la composition du corps-de-viUe; —la nomi- 
nation des officiers de la milice bourgeoise ; — la vérifica- 
tion des comptes desmiseurs;— la levée de la capitation 
efr de rimpOt du casernement ; ~ Fentretien de Tborloge 
d« réglise Notre-Dame ; — des constructions faites le 
141ong des murailles de la ville ; — Tacquisition du ma- 
tériel aécessaire pour éteindre les incendies ; — Tadju- 



dication des issues de ville et Présidiaux ; des réparations 
à faire aux ponts et au quai ; de Tenlèvement des boues. 

— Ordonnance du gouverneur de Bretagne relative à la 
marche des dépotée des communautés et des détachements 
de la maréchaussée, lors de la réception de quelque per- 
sonnage. — Règlement général de Tintendant de la pro- 
vince au sujet de la capitation. 

E. Suppl. 162. — BB. 14. (Registre.)— In-fotio, 48 fouiUets, papier. 

i98i-i9S4. — Délibérations delà communauté de 
ville d'Hennebont concernant : Tentretien des pavés de la 
ville ; — la levée de la capitation ; — les quêtes faites au 
profit des pauvres de ThOpital-général ; — la nomination 
des prêtres de la communauté de Notre-Dame; du 
régent ; du prévôt de la frairie de Notre-Dame-du-Vœu ; 

— Texamen des comptes du miseur ; — la députation aox 
États de la province ; — la fourniture des lits pour les 
casernes ; -r- la façon d^une nouvelle horloge à l'église 
paroissiale. — Arrêt du Conseil d'État qui décharge 
à ravenir la communauté des gages qu'elle payait au 
messager de Nantes. 

E. Suppl. 163. — BB. 15. (Registre.) — In-foUo, SO feailleto, papier, 

m 

19S9-19S9. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la capitation; — Texamen 
des comptes d'administration de Thôtel-Dieu ; — le service 
solennel célébré à l'occasion de la mort du comte de 
Toulouse, gouverneur de la province ; — l'entretien du 
matériel des incendies; — l'adjudication de l'enlèvement 
des boaes ; — la nomination des officiers de la milice 
bourgeoise ; — la réparation et l'élargissement du chemin 
de Lorient, à la sortie d'Hennebont. — Inventaire dea 
registres de délibérations de la communauté. 

E. Suppl. 161. — BB. 16. (Registre.)- In4«, 60 feuilUti, papier. 

i9S9-i940. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la construction de lavoirs 
et d'abreuvoirs publics ; — l'acquisition de literies pour 
les casernes ; — la réparation du quai ; — l'établissement 
du passage pour les voitures sur la Levée; — la réception 
de Mffc de Brancas, commandant en chef de la province ; 

— le rôle des garçons et des jeunes gens mariés soumis 
au tirage de la milice ; — l'extension des nouveaux droits 
d'octroi et la délimitation de la banlieue d'Hennebont ; 

— la location d'un corps-de-garde. — Ordonnance du 
Roi relative à la publication de la paix entre la France et 
Tempire d'Allemagne. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTON D'HENNEBONT. 



33 



E. Suppl. Ifô. — BB. 17. (Registre.) ^ In-4", 60 feuillets, papier. 

t94i-t949. ^Délibérations de la communauté de 
Ville d'Hennebont concernant : le bail des issues de yilld 
et Présidiaux ; — les afféagements de quelques terrains 
consentis par le domaine ; — le pavage de la Leioée ; -^ le 
rétablissement de la cloche de Thorloge ; — la confection 
des rôles de la milice, de la capitation et du dixième ; — 
les travaux exécutés près de la Levée, au-dessous du 
couvent des capucins. — Arrêt du Conseil d'État qui 
défend aux villes et communautés de procéder à aucune 
élection d'officiers municipaux. 

E. Suppl. 1G6. — BB. 18. (Registre.) — In-I«», 48 feuillets, papier. 

i949«t94ft. — Délibérations de la communauté de 
ville d^Hennebont concernant : la députation aux États 
de la province ; — le lestage et le délestage des navires 
au port d'Hennebont; — la levée de Timpôt du dixième 
et de l'industrie ; — la capitation ; — les octrois ; — les 
issues de ville et Présidiaux ; — les réjouissances or- 
données à la suite des victoires remportées en Italie et 
dans les Pays-bas ; — l'uniforme des officiers de la 
milice bourgeoise. — Inventaire des archives de la com- 
munauté de ville. 

E. Suppl. 167. — BB. 19. (Registre.) — In-^V>, 48 feuiUets, papier. 

1945-1949. — Délibérations de la communauté de 
ville d'IIennebont concernant : les réjouissances occa- 
sionnées par les victoires des Pays-Bas et d'Italie ; — les 
rôles de la capitation, du dixième et de l'industrie ; —la 
vérification dès comptes du miseur ; — la nomination des 
officiers de la milice bourgeoise ; — le logement des gens 
de guerre ; — la levée de la milice. 

E. Suppl. 168. — BB. 20. (Registre.) — In-«», 48 feuillets, papier. 

1949-1 9ft9. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la vérification des comptes 
d'administration de l'hôpital Saint-Louis ; ^ le bail des 
issues de ville et devoirs présidiaux ; — la nomination 
des hérauts de la ville ; — les réjouissances pour la publi- 
cation de la paix; pour la naissance du duc de Boui|;ogne ; 
— la confection des rôles de capitation, dixième et in- 
dustrie ; — l'adjudication de l'enlèvement des boues. 

E. Suppl. 169. — BB. 21. (Registre.) — In-4», 46 feuilleU, papier. 

t9i(9-t9l(ft«-— Délibérations de la communauté de 
Tille d'Hennebont concernant : les octrois ; — la levée 
des miliciens ; — la réparation de l'horloge ;— la naissance 



des ducs d'Aquitaine et de Berry ; — la nomination des 
prêtres de la communauté de Notre-Dame ; — la statue 
pédestre du Roi érigée à Rennes ; — la reconstruction 
d'une partie de Thôpital-général ; — le logement des gens 
de guerre ; — la chute d'une partie des murs de la ville, 
du côté du couvent des carmes. 

E. Suppl. 170. — BB. 22. (Registre.)^ In-folio, 100 feuUlets, papier. 

t9ftft-i9ft9» — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : l'iniposition du vingtième ; 
— la naissance du comte de Provence et celle du comte 
d^ Artois ; — la reconstruction du mur des carmes ; — 
le casernement des troupes en garnison dans la ville ; 
— la réception du duc d'Aiguillon, commandant de la 
province ; — la capitation ; — la vérification des comptes 
du miseur ; — l'entretien de la pompe à incendies ; — 
les victoires remportées à l'Ile Hinorque, au Canada, 
en Bretagne, en Allemagne ; — la réparation des pavés 
de la ville et des routes de Lorient et d'Auray, à la sortie 
d'Hennebont. 

E. Suppl. 171. — BB. 23. (Registre.)— In-foUo, 200 feuilleto, papier. 



\. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : la fourniture de lits aux 
casernes ; — la capitation ; — la vérification des comptes 
du miseur ; ^ l'enlèvement des boues ; — l'entretien de 
la pompe à incendies ; — l'adjudication des octrois ; — 
la nomination du bedeau de l'église paroissiale ; — le bail 
des issues de ville et droits présidiaux ; — les victoires 
remportées en Allemagne ; — les rôles du vingtième et 
de l'industrie ; — l'augmentation des gages de Torganiste 
et de l'horloger ; — le pavage de la ville et des banlieues ; 

— la réparation des orgues de Téglise Notre-Dame ; — 
la publication de la paix ; — le service solennel célébré 
après la mort du Dauphin ; — le percement des nouvelles 
routes de Lorient, Ponlscorff et le Port-Louis ; — la dé- 
molition de l'éperon du bout du quai et d'une partie des 
murs de la ville, du côté de la porte d'En-Bas ; — l'allo- 
cation accordée annuellement au recteur pour son loge* 
ment ; — l'accroissement du cimetière de Notre-Dame. 

— Arrêt du parlement de Bretagne relatif à l'expulsion 
des Jésuites. 

E. Suppl. 172. — BB. 24. (Registre.)— In-folio, 150 feuillets, papier. 

t9eo«t99ft. — Délibérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : les dépôts de bois faits 
sur les quais ; — les comptes du miseur ; — l'acUudicatioa 
des issues de ville et droits présidiaux ; — » la nomination 



Morbihan. -* Tous IV. — Suppl. Série E. 



34 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



des prêtres de la commonaaté de Notre-Dame ; — la levée 
de la milice ;-* l'enlèvement des boues; — le numé- 
rotage des maisons et Findication des noms des rues de 
la ville et des faubourgs ; — la capilation ; — l'entretien 
de la pompe et de Thorloge ; — Télection des officiers de 
la milice bourgeoise ; — les services solennels célébrés 
après la mort de la Reine et celle du Roi ; ^ les répa- 
rations du pont à mer ; des quais et des pavés de la ville ; 
de la prison et de Tauditoire ; — les réjouissances occa- 
sionnées par la rentrée du Parlement (1769 et 1774) ; 

— les chemins du Port-Louis et de Saint-Caradec ; — le 
soulagement des pauvres ; — le bail des octrois ; — les 
troubles causés dans la ville par des chargements de 
grains ; — le commerce du papier ; — l'acquisition des 
objets nécessaires pour le secours des noyés ; — le sacre 
du Roi ; — le cours d'accouchements de M™ du Coudray, 
à Rennes. 

£. Sappl. 173. — BB. 25. (Registre.)— In-foUo, 150 feuinets, papier. 

1995-1994. — Délibérations de la communauté de 
vUle d'Hennebont concernant : le pavage de la ville ; — 
l'acquisition de la machine à accouchements de M°>^ du 
Coudray ; — les réparations de l'auditoire et des prisons ; 
de l'horloge ; — le loyer d'un corps-de-garde ; — la levée 
de la milice; — la capitation et le.vingtième ; — l'entretien 
de l'orgue de Notre-Dame ; de la pom^e à incendies ; — 
les comptes du miseur ; — l'inondation du 22 août 1776; 

— le bail des issues de ville et Présidiaux ; — l'emprunt 
de 16,000 livres fait par la communauté aux chartreux 
d'Auray ; — le passage du comte d'Artois ; — le caser- 
nement des troupes ; — la police du pain ; — les octrois; 

— la naissance d'une princesse et celle du Dauphin ; — 
la nomination des officiers de la milice bourgeoise ; — la 
culture de la pomme de terre ; — le prolongement de la 
promenade dite La Plaine ; — les victoires remportées 
aux colonies sur les Anglais ; — la publication de la paix. 

E. Suppl. 174.— BB. 26. (Regittre.)— In-folio, 149 feuillets, papier. 

1994-1900. — Déhbérations de la communauté de 
ville d'Hennebont concernant : l'ouverture d'une nou- 
velle rue faisant communiquer la place avec la Rue- 
Neuve ; — l'augmentation des octrois ; — la naissance 
du duc de Normandie ; — le projet formé par les États 
de Bretagne d'un plan général de municipalités pour 
toutes les villes de la province ; — l'augmentation des 
gages des sœurs de la Charité desservant l'hôpital Saint- 
Louis ; — les travaux de charité ; — la démolition de la 



tour de Rospaderne faisant partie des murs de la ville et 
de l'enclos des carmes ; — la convocation des États- 
généraux ; — la rentrée du parlement de Rennes (1788); 

— les doléances du Tiers-État ; — la nomination d'un 
colonel et d'un lieutenant-colonel de la milice bourgeoise ; 

— la formation d'un comité permanent; — l'adresse 
à l'Assemblf'e Nationale ;— l'adhésion de toute la noblesse 
de la ville aux actes du Comité permanent ; — le serment 
de la milice nationale et des troupes ; — l'établissement 
d'un bureau de bienfaisance chargé de veiller aux appro- 
visionnements de la ville ; — la contribution patriotique ; 

— la réformation de la jurisprudence criminelle ; — la loi 
martiale ; — les passeports ; — l'émission des vœux 
dans les monastères ; — la déclaration des droits de 
rhomme et du citoyen ; — la Constitution ; — l'abolition 
des droits féodaux; — le maintien de la tranquillité 
publique ; — la circulation des grains et farines ; — le 
recouvrement des impôts ; — l'envoi et l'enregistrement 
des décrets de l'Assemblée Nationale et des lettres- 
patentes du Roi ; — la conservation des bois et forêts ; 

— le relevé des biens ecclésiastiques ; — le catalogue 
des bibliothèques et archives des communautés reli-*- 
gieuses ; — les provisions d'offices de judicature ; — 
l'organisation des nouvelles municipalités; — l'admission 
des non-catholiques à tous les emplois civils et mili-^ 
taires; etc. 



E. Suppl. 175. — BB. 27. (Liasse.)— 3 pièces, parchemin ; 26 pièces, 

papier. 

1O0O-199O. — Édits royaux et arrêt du Conseil 
d'État concernant l'office de commissaire aux saisies 
réelles des couTs et juridictions du royaume. — Quittances 
délivrées à la communauté d'Hennebont de la finance 
des offices de procureur du Roi et de la ville, de greffier- 
secrétaire et de garde-scel. — Ordonnances des intendants 
de la province et délibérations de la communauté de ville 
relatives : aux offices de maire, de lieutenant de maire, 
d'échevin, de trésorier-receveur des octrois, d^avocat et 
procureur du Roi de la communauté ; — à remploi de 
héraut de la ville. — Arrêt du Conseil d'État qui étend 
à toutes les communautés de ville de la Bretagne l'exé- 
cution d'une ordonnance de l'intendant relative aux 
assemblées de la communauté du Port-Louis. — Lettre de 
M. Caze de la Bove, intendant de Bretagne, qui engage la 
communauté d'Hennebont à se réunir à d'autres commu- 
nautés de la province pour entretenir à Paris un agent 
commun chargé de àitigeT leurs affaires auprès des 
ministres. 






SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANT0N:D'HENNEB0NT. 35 



E. Suppl. 176. — GG. i. (Liasse.) — 32 pièces, papier* 

iY99-t9SS# — Mandements généraux des États de 
Bretagne pour la levée delà capitation, milice, caser- 
nement, dixième , y ingtiëme ; rôles de répartition ponr 
la Tille d^Hennebont; an rôle de 1784, le montant de la 
capitation s'élève à la somme de 3,022 livres 17 sous 
10 deniers ; celui de la milice à 440 1. 6 s. 10 d.; et celui 
des fourrages, ustensiles et casernement à 11231. 17 s. 
6 d. — Baux généraux des devoirs de Bretagne consentis 
aux assemblées des États. 

E. SuppL 177. — ce. 2. (Liasse.) — 10 pièces , parchemin ; 

186 pièces, papier. 

tMN(-t99i. — Comptes des recettes et dépenses de 
ia t miserie » d'Hennebont; pièces à l'appui.— États des 
revenus et des charges de la communauté.— Procédures 
relatives aux comptes. — Lettres des intendants de Bre- 
tagne.— Commissions de comptables. — c Étals au vrai. » 

E. Suppl. 178. — GG. 3. (Liasse.) — 13 pièces , parchemin ; 

239 pièces, papier. 

t«9ll-i9Ml.— Arrêts du Conseil d'État et lettres- 
patentes du Roi autorisant l'augmentation des deniers 
d'octroi et la continuation de la levée de ces deniers. — 
États : des anciens et des nouveaux octrois ; — des grands 
octrois ou droits d'issues de ville et devoirs présidiaux.^ 
Rôles du débit de boissons fait par les cabaretiers et 
aubergistes de la ville et des faubourgs et des sommes 
dues par eux pour ce débit. — Comptes en charge et dé- 
chaiige rendus par les receveurs des octrois ; quittances. 

— Procès-yerbaux d'adjudication du bail des octrois; 
procès entre la communauté de ville et les adjudicataires. 

— Ordonnance de H^ Feydeau de Brou , intendant de 
Bretagne, portant règlement pour la distribution des bois- 
sons aux soldats de la garnison dans les cantines. 



E. SappL 179.— CX:. 4. (Liasse.)— 22 pièces, parchemin; 96 pièces, 

papier ; 1 plan. 



i9S9-t9S#.-— Lettres-patentes du Roi portant con- 
tinuation de la levée des deniers d'octroi , extension et 
augmentation dndit octroi. — Procès entre la comma- 
aauté de ville et le propriétaire de la maison de Kerorben, 
au sujet de la délimitation de la banlieue d'Hennebont ; 
plan à l'appui. — Procès-verbaux d'adjudication du bail 
des oarois. — Comptes en charge et décharge des rece- 
veurs d'octroi. 



E. Suppl. 180. — ce 5. (liasse.)— 4 pièces, parchemin ; 5 pièces, 

papier. 

t999-i9S9«— Lettre de Mr Dupleix de Bacquen- 
court, intendant de la Bretagne, relative à l'enlèvement 
des boues et immondices de la ville. — Adjudication de 
ces boues au plus offrant et dernier enchérisseur. --- 
Rentes de la ville sur les Tailles. — Lettres-patentes du 
Roi , sur arrêt du Conseil d'État , qui autorisent la commu- 
nauté d'Hennebont à emprunter une somme de 20,000 liv. 

E. Suppl. 181. — DD. 1. (Liasse.) — 1 pièce parchemin; 141 pièces, 

papier. 

t99ll-t99i. — Devis et adjudications des cons- 
tructions ou réparations à faire aux ponts, ponceaux, 
portes , pavés , banlieues , quais , murailles et prisons 
d'Hennebont ; correspondances et ordonnances des in- 
tendants de la province autorisant les travaux et procès- 
verbaux de vérification et de réception de ces travaux.— 
Adjudication de la fourniture de seaux en cuir, échelles 
et autres objets composant le matériel nécessaire en cas 
d'incendie. — Autorisation du Roi pour la démolition 
d'une des portes de la ville. — Devis estimatif des dé- 
penses à faire le long de la rivière de Blavet, depuis 
Hennebont jusqu'à Lorient , pour l'extraction de roches 
et de sables qui gênent la navigation.— Afféagement, 
par le domaine, de l'emplacement de l'ancien bastion de 
Lorraine situé sur le quai. — Mémoire relatif au droit 
d'étalage des marchandises sous la halle couverte. — Dé- 
libération de la communauté tendant à obtenir une 
ordonnance de police relative aux dépôts de bois sur les 
quais. — Ordonnance de l'intendant de Bretagne con- 
cernant les alignements. — Vente publique de gros 
moellons provenant de la démolition d'une partie de Ja 
tour de Rospademe. 

£. Suppl. 182. — EK. 1. (Liasse.) — 98 pièces , papier. 



*t9S9. — Délibérations de la communauté de 
ville et lettre de Tintendant de la province relatives 
à l'établissement du droit du papegault. — Ordonnances 
du Roi et du gouverneur de Bretagne, instructions dea 
États et de Tintendant concernant : le logement des 
gens de guerre ; — les étapes ; — la retenue à faire sur 
les troupes pour les journées de traitement des malades 
et blessés dans les hôpitaux du Roi ; — le transport des 
équipages d'artillerie ; — le service des places ; — la levée 
des recrues ; — les convois militaires. — Nominations 
d'officiers de la milice bourgeoise par la communauté de 
ville et approbations du gouverneur de la province. 



36 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Sappl. 183.— • FF. 1. (Liasse.)— 5 pièces, papier* 

t994-t999.— Procédure entre la commanaaté de 
ville et le receveur du domaine du Roi, relativement 
à une rente de 20 livres réclamée par ce dernier sur la 
rue de la Levée et sui; Pancien étang près le bois des 
capucins, devenu promenade publique. 

£. Suppl. 184. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 598 feuillets, papier. 

tl^ftS-tlIOS» — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 

— Baptêmes.— 12 septembre 15r>4. Baptême de Jean du 
Bouôtiez, fils de Jean du Bouëtiez, sieur dudit lieu, et 
de demoiselle Françoise de Kergoet ; compères Jean de 
Lopriac, sieur de Kermassonnet et de Poulguern, et Julien 
Fournoir, sieur du Quélenec ; commère demoiselle 
Claude de Kerguiris, dame de Coetrivas. —- 30 décembre 
1554. Baptême de Georges de Kerally, fils de Charles de 
Kerally et d'Isabeau Adam ; compères messire Georges 
de Lynas et René de Nozeray ; commères Marie Harion, 
femme de Gilles Le Brizoual, et Jeanne Baëllec, femme 
de Mahé Beaujouan. — 15 août 1555. Baptême de Louis 
du Bouëtiez, fils de Jean du Bouëtiez, etc.— 11 juin 1564. 
Baptême de Jean du Bouëtiez, fils de Jean du Bouëtiez, etc. 

— 28 août 1565. Mise en place de la grande cloche de 
Saint-Gilles.— 19 avril après Pâques 1566. c La journée 
des deux espées fut ledict jour. > — 22 juillet 1586. 
Baptême de Georges Cosnoal, fils de nobles gens Maurice 
Cosnoal et Louise Desportes, sieur et dame de la Ville- 
neuve; compères Georges de Talhouet, écuyer, seigneur 
de Keravéon, Coetrivas, etc., et noble homme Julien 
Desportes, sieur de Saint-Nudec; commère demoiselle 
Renée Bizien, dame de Saint-Georges.— Du 11 novembre 
1587 au mois de février 1588, les baptêmes se font en 
l'église Notre-Dame-de-Paradis, sise en la Rue-Neuve, 
faubourg d'Hennebont , c par cause des corps pestiférés 
que Ton enterre au cimetière de Téglise paroissiale de 
Saint-Gilles. » — 1590. c Le sabmady avant les Rameaulx, 
14« apvril mil \^ qualtre-vignte et dix , fut la ville de 
Henbont blocquée par Tarmée de Mons"^ le princze de 
Bombes et fut batuee de 12 piecze de canons, le mercredy 
de Pasques ensuilvant , jour de S«* Marc , et la brèche 
faicte vis-à-vis du Jeu-de-Paulme en la porte d'Embas, 
sur Tencoigneure de la muraille qui donne sur la mer, 
et Tassault donné sur les 3 heures de Paprès-midy dudict 
jour, lequel fut repoussé , où fut blessé le marquis d'As- 
sérac ; et commendoit dedans le s' de Quenepîly ; et fut 
rendue par composition 3 ou 4 jours après. [Signé :] 
J. Toarboul, notaire roial. > — 1590. c Au mois d'aougst 
mU v«<' qoattre-vignz et dix fui Téglise parrocbialle 



transférée à Notre-Dame-de-Paradis pour le démolis- 
sement adveau de réglise de Saint-Gilles, église parro- 
cbialle, laquelle estoict près la contrescarpe de la ville, 
près de la porte de Broaerec. > — 159Ô. c Et le mardy 
seixiesme de novembre oudict an mil v«^* quattre-vignz et 
dix, à deux iieures avant jour, fut ladicte ville réassiégée 
par Mons' le duc de Mercure, où y avoict, oultre les 
François, 3 ou 4 mille Espaignoz soubz la charge de dom 
Jouan d'AguiUa leur coronal; et durea ledict siège 
jusques au premier jour de janvyer ensuilvant nue ladicte 
ville fut rendue par composition , après avoir enduré le 
canon quy estoint au nombre de 14 et brèche faicte ; et 
ne fut présenté assault ; comendoit en ladicte ville le sieur 
du Pré, gascon, lequel avoict ung régiment de gens 
de pied pour ledict s"" prince et une compaignye de 
chevaux-légers ; et fut ladicte brèche faicte en Tencoi- 
gneure dudict Jeu-de-Paulme, vis-à-vis de la mer, et fut 
faicte de la baterye des François, quy avoient leur canon 
en la Vieille-Ville ; et la baterye des Espaignoz estoict 
contre la tour de S'-Nicolas, laquelle ne seurent oupvrir, 
combien qu'elle endurea huict centz à mil coups de 
canon, et y avoict huict canons quy batoinct pour lesdicts 
Espaignoz en la montaigne de Kerioay, à quattre centz 
pas près de la muraille ; et vindrent Tarmée d'Espaigne 
en Bretaigne au mois de septembre auparavant et print 
terre à S*-Nezer. » — A partir du mois de janvier 1591, 
baptêmes administrés en Téglise Notre-Dame-de-Paradis. 
— 25 mai 1592. Baptême de Jérôme de Kermadio, fils 
d'écuyer Guillaume de Kermadio et de demoiselle Anne 
Robellot; compère Jérôme d'Arradon, seigneur de Quini- 
pily et du Vieux-Chaslel, gouverneur des villes d'Henne- 
bont, Blavet et Quimperlé; commère demoiselle Claude de 
Belouan, dame de la Villefief.— 23 juillet 1592. Baptême 
de Jérôme de Kerally, fils d'écuyer Charles de Kerally et 
de demoiselle Marie Budes; compère Jérôme d'Arradon ; 
commère demoiselle Claude de Chefdubois. — 11 août 
1592. Baptême de René d'Arradon, fils de René d'Ar- 
radon, seigneur dudit lieu, gouverneur des villes et 
châteaux de Vannes, Auray et Malestroit, et de dame 
Gillette de Montigny ; compère messire René d'Arradon, 
seigneur de Kerdréan, Quinipily, la Grand ville, etc.; 
commère dame Marie de Quélen, femme de Jérôme 
d'Arradon, gouverneur des villes d'Hennebont, Nostang, 
Blavet et Quimperlé. — 6 février 1595. Baptême de 
François de Langourla, fils d'écuyer Jean de Langourla ; 
compère François de Carné, seigneur de Rosampoul et 
de Catellan ; commère Marie de Quélen, dame du Vieux* 
Chastel, Quinipily, etc. — 13 février 1595. Baptême de 
Jérôme de Camé, fils de François de Carné et de dame 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'HENNEBONT. 37 



Renée de Catellan, sieur et dame de Rosampoul, 
CatelIaD, etc.; compère Jérôme d'Arradon , gouverneur 
d^Hennebont , etc. ; coipmère demoiselle Louise Le Fo- 
restier, dame de Kerdrého. — ^4 juin 1595. Baptême de 
Jérôme de Kerpuncze, fils de nobles gens Henri de 
Kerpnncze et Jeanne Le Livec , sieur et dame du Stumo. 

— 22 février 1596. Baptême de Jean de Carné, fils de 
François de Carné, etc. — 28 août 159(5. Baptême 
de Jérôme Pezron , fils de nobles gens Jean Pezron et 
Françoise Le Livec, sieur et dame de Pénelan ; compère 
Jérôme d'Arradon, gouverneur d'Hennebont, Blavet et 
Quimperlé, sous Tautorité de Mr le duc de Mercœur. 

E. Suppl. 185. ^ GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 819 feuiUets, papier. 

tHOS-iaSi. — Paroisse de Saint-Gilles-Henn.ebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — l«f août 1607. 
Baptême de Vincent Le Gouvello, fils de noble homme 
Pierre Le Gouvello, sieur de Quelyehen , et de demoiselle 
Jeanne du Roscoet.— 16 mars 1608. Baptême de Vincent 
Huby, fils de nobles gens Jacques Huby et Marguerite 
Le Flo, sieur et dame de Kerguen ; compère Vincent 
Le Flo , sieur de Branhoc ; marraine demoiselle Marie 
Nicolase, dame de Talhouet, femme de noble homme 
Jean Le Livec , sieur dudit lieu de Talhouet. — 7 dé- 
cembre 1608. Baptême de Loais du Quellenec, fils de 
nobles gens Tanguy du Quellenec et demoiselle Marguerite 
Desportes, sieur et dame de Kerjacob; compère Louis 
Le Flo, sieur de Trémolo ; commère demoiselle Marie 
Bizien, dame de Kerigomarh.— 2i février 1610. Mariage 
entre noble homme Jacques du Bouëtiez, sieur dudit 
lieu, et demoiselle Françoise Huby.— 10 avril 1611. 
Baptême de Jacques du Bouëtiez , fils de Jacques du 
Bouëtiez, etc.; compère maître Jacques Huby, sieur de 
Kerguen, grand-père de l'enfant; commère demoiselle 
Briande Le Flo, femme de maître Françoisdela Couldraye, 
sieur de la Boulaye, sénéchal d'Hennebont.— 26 octobre 
4611. Baptême de Pierre Le Gouvello^ fils de nobles 
gens Regnault Le Gouvello et Olive Boutouillic, sieur et 
dame de Kersivien ; compère maître Pierre Le Gouvello, 
sieur de Quelvehen ; commère demoiselle Bertranne 
Le Livec, dame douairière de Kerjean. — 11 octobre 
1612. Baptême de François Le Gouvello, fils de Regnault 
Le Gouvello, etc. — 6 février 1617. Mariage entre noble 
homme Pierre Charpentier, sieur du Tertre, et demoiselle 
Renée de la Couldraye, fille de François de la Couldraye, 
sénéchal d'Hennebont. — i^^ juillet 1618. Baptême de 
Tmcent du Bouëtiez, fils d'écuyer Jacques du Bouëtiez et 
4e Françoise Huby ; compère Vincent Le Flo, sieur d 
Braahoc; commère demoiselle GuUlemette de Satni- 



Pem, femme de François de la Couldraye, sénéchal 
d'Hennebont. — 38 janvier 1620. Mariage, dans Péglise 
de Saint-Gilles-des-Champs , entre Jean deBroël, écuyer, 
sieur de Lanigry, et demoiselle Briande Huby, fille de 
Jacques Huby et de Marguerite Le Flo. — 11 avril 1622. 
Mariage entre Jérôme Pezroi, sieur de Penlan, sénéchal 
de Pontscorff, et demoiselle Marie Eudo, fille de nobles 
gens Louis Eudo et Adelice Tuault. — 23 mai 1623. 
Baptême de Vincent Charles, fils du capitaine François 
Charles et de Marie Salvator, de la nation égyptienne; 
compère Vincent Le Flo, sieur de Branhoc, alloué d'Hen- 
nebont; commère Jeanne de Fontenailles , femme de 
maître Mathurin Langlois. — 1625. € Le lundi , dixième 
jour de février 1625, fut enterré dedans l'église du 
couvent des Carmes M' de Trémeur, d'auprès de Venues, 
qui mourut d'un coup d'épée qui lui fut donné en cette 
ville, comme l'armée s'en retournait de Larmor de 
combattre les Rochellois au Port-Louis, lesquels Ro- 
chellois emmenèrent et dérobèrent les vaisseaux qui 
étaient pour lors audit Port-Louis pour le service du Roi. » 

— 21 novembre 1628. Inhumation, dans le chœur de 
l'église de l'abbaye de la Joie, de dame Thomasse de 
Rieux, abbesse de ladite abbaye.— 21 janvier 1629. 
Mariage entre noble homme François Gouyon , écuyer, 
sieur des Rocheltes, et demoiselle Guyoone de Langle, 
dame douairière de Keroman. — 4 juin 1629. Baptême 
de François et de Catherine Le Sénéchal, enfants de 
Claude Le Sénéchal, écuyer, seigneur de Sainl-Maudan, 
sénéchal d'Hennebont, et de demoiselle Mathurine Godart ; 
compère et commère dudit François : messire François 
Le Sénéchal, baron de Carcado, conseiller au parlement 
de Bretagne, et demoiselle Renée Le Cocq, dame de 
Beauchesne ; compère et commère de ladite Catherine : 
messire Paul de Laage, seigneur dudit lieu, de Gueli- 
gomarh, etc., et dame Catherine de Lys, dame de Car- 
cado. — 10 août 1631. Baptême de Pierre Le Sénéchal, 
fils de Claude Le Sénéchal , etc. 

E. Suppl. 186. — GG. 3. (Cahiers.) — In-foUo, 689 feuiUcls , papier. 

t«S9-i«l(ft. — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures.— 6 novembre 1634. 
Baptême de François du Pérenno, fils de messire Louis 
du Pérenno, sénéchal d'Hennebont, et de Catherine 
Coupé ; parrain Mv^" François de Cessé, duc de Brissac, 
pair de France, lieutenant-général pour le Roi en Bretagne, 
gouverneur du Port-Louis , Hennebont et Quimperlé ; 
marraine dame Anne du Cosquer, dame de la Yîgne^ 
le Houlle, etc. — 6 janvier 1636. Baptême de Louis du 
Pérenno, fils de Louis du Pérenoo, seigneur du Penverne, 



38 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



sénéchal d'Hennebont , et de Catherine Coupé ; parrain 
écuyer Jean Coupé ; marraine dame Marie du Pérenno, 
dame de Trémouan— 16 février 1639, Baptême de Louis 
du Quellenec, lils d'écuyer François du Quellenec et de 
demoiselle Julienne Guillemin.—Î3 juillet 1639. Mariage 
entre messire Charles Budes, conseiller au parlement de 
Bretagne , et demoiselle Jeanne Huby, dame de la Ville- 
André.— Du mois d'août au mois de novembre 1639. 
Peste à Hennebont. Note à la fin du cahier des sépultures : 
c Notez que dans la Santé il est mort de peste plus de 
200 personnes , tant grands que petits, desquelles nous 
ne savons les noms ni le jour de leur trépas et enter- 
rement, et sont enterrés dans le cimetière dudit Sanitas, » 
— 21 avril 1640. Baptême de Pierre du Quellenec, fils 
de François du Quellenec, etc.— 22 avril 1640. Baptême 
d'Antoine du Pérenno, fils de Louis du Pérenno, etc. — 
25 novembre 1640. Baptême d'Yves Pezron, né le 31 oc- 
tobre précédent, fils de nobles gens Louis Pezron et 
Louise de la Chapelle, sieur et dame de Kervégan; 
parrain noble homme Yves Geffroy, sieur de Kerispertz ; 
commère demoiselle Anne Pezron, dame de Keruzec. 
c Dieu lui donne bonne vie et longue et paradis à la fin , 
et aux assistants qui signent et autres, i — 30 novembre 
1640. Inhumation, dans l'église des Carmes, d'écuyer 
Louis du Péregno, sénéchal d'Hennebont.— 31 août 1642. 
Mariage entre François Dondel, sieur de Pendreff, et 
demoiselle Jacquelte Fournoir, dame de Talhouet. — 
28 novembre 1643. Baptême d'Antoine de Chefdubois , 
fils d'écuyer David de Chefdubois et de demoiselle Isabelle 
Le Flo, sieur et dame de Restraudan. — 11 juillet 1647. 
Inhumation, dans l'église de l'abbaye de la Joie, de dame 
Louise Robert, abbesse dudit lieu. — 3 février 1655. 
Baptême de Jacques Le Sénéchal , fils de messire François 
Le Sénéchal et de dame Marie-Anne Dondel, sieur et 
dame de Saint-Maudan; parrain messire Jacques de 
Malenoë, sieur de Marigny, lieutenant de M. le duc 
de la Meilleraye dans les villes du Port-Louis, Hennebont 
et Quimperlé ; marraine demoiselle Vincente Beaujouan, 
dame de Keruzever, mère de ladite Dondel. — 7 février 
1655. Baptême de Jean de la Pierre, fils de François de 
la Pierre et de demoiselle Thomasse Dondel. 

E. Sappl. 187. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 616 feuiUets, papier. 

i«ft««t«9l(.— Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 
— Baptêmes, mariages et sépultures. — 4 avril 1658. 
Baptême de Jacques du Boudtiez , né en 1 652 , fils 
d^écuyer Vincent du Boudtiez et de dame Renée Fournoir, 
sieur et dame de Kerorguen ; parrain messire Jacques 
du Bouëtiez, seigneur dudit lieu; marraine demoiselle 



Jacquette Ursel, dame du Pou. — 13 avril 1671. Mariage 
entre Anne Le Gouvello, écuyer, sieur de Rosmeno, et 
demoiselle Marie-Perrine Marquer. — 1678 et années 
suivantes. Enregistrement des baptêmes des enfants 
bâtards à la fin de chaque cahier, à Tenvers. — 11 janvier 
1672. Mariage entre Georges Boutouillic, sieur de Kerga- 
touarne, et demoiselle Françoise Pitouays, dame du Léré. 

E. Suppl. 188. — GG. 5. (Cahiers.) — In-foUo, 656 feaiUets , papier* 

t«lf«-iS9t. — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 
— Baptêmes, mariages et sépultures. — 21 juin 1676, 
Mariage entre Louis Boutouillic, sieur du Palevart, et 
demoiselle Anne Pitouays. — 12 février 1677. Baptême 
de François-Eugène de Pluvié, fils de Pierre de Pluvié, 
écuyer, sieur dudit lieu, et de Louise Bellec; parrain 
François-Eugène de Kermellec, écuyer, sieur de Keran- 
guen; marraine demoiselle Guillemette-Thérèse de Pluvié, 
dame de Ménéhouarn. — 17 février 1677. Mariage, dans 
la chapelle du monastère de Notre-Dame-de-Charité, 
à Hennebont, entre messire Jacques de Pluvié, chevalier, 
seigneur de Ménéhouarn, et demoiselle Anne du Bouëtiez, 
dame de Kerorguen. — 28 mars 1677. Baptême de Paul- 
René du Vergier, fils de messire Mathurin du Vergier, 
sénéchal d'Hennebont, et de dame Jeanne Le Clerc; 
parrain messire Paul du Vergier, chevalier, seigneur du 
Ménéguen; marraine demoiselle Renée Goudelin, dame 
de Kergolher.— 17 août 1677. Baptême de Jean-Maurice 
Boutouillic, fils de Louis Boutouillic, sieur du Palevart, 
et d*Anne Pitouays.— 29 août 1677. Mariage entre 
Mathias Guydo, écuyer, sieur de Beaumanoir, et demoi- 
selle Constance de Villiers , dame de Kermorgant. — 
22 octobre 1678. Baptême de David de Pluvié, fils de 
Jacques de Pluvié et d'Anne du Bouëtiez. — 21 novembre 
1678. Mariage entre messire Yves de Coniac et demoiselle 
Julienne de la Pierre, dame du Faouêdic, fille de François 
de la Pierre, écuyer, seigneur des Salles, et de dame 
Thomase Dondel. — 13 février 1679. Mariage entre 
messire Jean-Baptiste de Comulier, conseiller au parle- 
ment de Bretagne , et demoiselle Françoise Dondel , fille 
d'écuyer Thomas Dondel et de dame Marie Touzé , sieur 
et dame de Brangolo. — 3 août 1679. Baptême de Joseph- 
Jacques du Bouëtiez, fils de messire Jacques du Bouëtiez, 
chevalier, chef de nom et d'armes ^ seigneur dudit lieu, 
et de dame Catherine-Marie Ermar; parrain messire 
Joseph Ermar,* chevalier, seigneur de Lieuzel ; marraine 
dame Marie-Anne de Marigo, femme de messire Jérôme 
Desportes, chevalier, seigneur dé Saint-Nudec — 27 no^ 
vembre 1679. Baptême de François du Bouëtiez, fils de 
messire Jacques du Bouëtiez, chevalier, seigneur de 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E.— ARRONDISSEMENT' DE tORlENT. — CANTON D'HENNEBONT. 39 



Kerorguen, et de dame Perrine du Bahuno; parrain 
messire François du Bahuno, chevalier, seigneur de 
Bérien ; marraine dame Renée Fournoir, dame douairière 
de Kerorguen. — 10 juin 1680. Mariage entre noble 
homme François-Léonor de la Pierre, sieur dudil lieu, 
et demoiselle Marie-Marguerite Le Roy , dame de Poul- 
erveno. — 17 octobre 1680. Baplôme de Jacques-Alexis 
dePluYié, fils de Jacques de Pluvié, etc. ; parrain Jacques 
du Bouêtiez , seigneur de Kerorguen ; manaine Adelice 
Pezron, dame douairière de Ménéhouarn. — 25 mars 
1681. Baptême de Jacques du Bouêtiez, fils de messire 
Jacques du Bouêtiez, chevalier, seigneur de Kerorguen, 
et do dame Perrine du Bahuno. — U août 1683. Béné- 
diction de la cloche de la congrégation dite de Notre-Dame 
de-rAssomption.— - 32 août 1683. Bénédiction de la cloche 
de rhôpital-général de Saint-Yves. — 20 février 1686. 
Mariage entre messire Guy du Bahuno, chevalier, seigneur 
de Kerolain, fils atné de messire Guillaume du Bahuno, 
chevalier, seigneur de la Demi- Ville, Kerolain et autres 
lieux, Fun des cent réservés des chevaliers de Tordre de 
Saint-Michel ; et demoiselle Thérèse du Yergier, dame du 
Ménéguen, fille de messire Paul du Yergier, de son vivant 
sénéchal d'Hennebont. — \^^ décembre 1686. Baptême 
de François-Joseph de la Pierre, fils d'écuyer Thomas 
de la Pierre et de dame Louise-Perrine Eudo, sieur et 
dame du Frémeur. — 21 mars 1688. Mariage entre 
messire Jérôme de Perrien , chevalier, seigneur de Ker- 
hingant, et demoiselle Jeanne Eudo, dame de Kerohel. 

E. Suppl. 189. — GG. 6. (Cahiers.) — In-foUo, 552 feuUlcts , papier. 

«•••-tlO»,— Paroisse de Saint-Gilles-Hennebout. 
— Baptêmes, mariages et sépultures. — 12 juillet 1695. 
Mariage entre messire Vincent de Robien, tbevalier, 
seigneur de Pérosse, et demoiselle Louise Le Boudoul, 
dame de Kerandrun. — 13 février 1696. Mariage entre 
messire Guy de Moellien, chef de nom et d'armes, 
chevalier, seigneur dudit lieu, et demoiselle Marie- 
Thérèse de Trédazo, dame de Kerisouet.— lOfévrier 1697. 
Mariage entre messire René-Jean-Joseph , chef de nom 
et d'armes de Chefdubois , et demoiselle Louise-Anne 
Caignart, dame de Brangolo. — 29 avril 1697. Mariage 
entre messire Jacques du Bouêtiez , chevalier, seigneur 
de Kerorguen, et demoiselle Thomasse du Bois.— 
!•' janvier 1698. Baplôme de Toussaint-Joachim du 
Botdéru, Qls de messire Claude-Joseph du Botdéru, 
ckevalier, seigneur de Kerdrého, et de dame Jeanne du 
Trévou ; parrain messire Toussaint du Trévou, chevalier, 
comte de Breffeillac— En 1699, surtout au mois de 
septembre, grande mortalité à Hennebont ; la contagion 



sévit principalement sur les enfants. — 28 octobre 1706. 
Bénédiction d'une cloche destinée à Thôpital-général 
d'Hennebont; elle est nommée Georgine-Françoise ; par- 
rain Georges Boutouillic, écuyer, sieur de Kergalouarne, 
directeur dudit hôpital ; marraine demoiselle Françoise 
Drouillard , Tune des demoiselles du même hôpital qui 
ont soin des pauvres. — 12 septembre 1707. Mariage 
entre Jacques Boutouillic, écuyer, sieur de Keroman, et 
demoiselle Marie-Thérèse delà Pierre. — 23 janvier 1708. 
Mariage entre Jean Boutouillic, écuyer, sieur du Palevart, 
fils d'écuyer Louis Boutouillic, sieur du môme lieu, et 
demoiselle Catherine Mauduit, fille d'Antoine Mauduit. 

E. Suppl. 190. — GG. 7. (Cahiers.) — In-foUo, 488 feuiUets, papier. 

t90ll«t99t. — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 2 sep^ejabre 1 709. 
Bénédiction de la croix , du poids de 250 Irvres et de 
19 pieds de longueur, placée le môme jour sur le haut 
de la tour de Notre-Dame-de-Paradis.— 26 février 1710» 
Baptôme de Joseph-Eyacinlhe du Bouêtiez, fils de 
Jacques du Bouêtiez et de Thomasse du Bois. — 3 mars 
1710. — Baptême de Jacques-Maurice Mauduit, fils d'é- 
cuyer Antoine Mauduit, sieur du Plessis, et de dame 
Jeanne Huo ; parrain Jean-Maurice Boutouillic, écuyer, 
sieur du Palevart.-— 25 mai 1711. Mariage entre messire 
René-François Gefifroy, sieur de la Ville-Blanche, con- 
seiller au parlement de Bretagne, fils aîné d'écuyer René 
Geflroy, sieur de la Ville-Blanche; et demoiselle Catherine- 
Ursule du Bahuno, dame de Kerolain, fille de messire 
Guy du Bahuno, seigneur delà Demi-Ville^ Kerolain, etc. 

— 19 juillet 17H. Baptôme de Jean-Thomas Bréart, lUs 
d'écuyer Charles Bréart, sieur de Boisanger, ^énéchal 
d^Hennebont , et de dame Françoise Baron; parrain 
messire Thomas de Robien, chevalier, seigneur de 
Kerambourg , conseiller au parlement de Bretagne ; 
marraine dame Jeanne de Trévou, dame du Boldéru. — 
22 février 1712. Mariage entre François Visdelou, écuyer, 
sieur de Bonamour, et demoiselle Françoise- Thérèse 
Rogier de Blanchefort , dame de la Chapelle. — 26 avril 
1712. Mariage entre messire Joseph de la Couldraye, 
seigneur de Kerguenan, Kerdesarouet et la Villeneuve, 
et demoiselle Françoise Boutouillic, dame du Palevart.— 
12 février 1715. Baptôme de Jean-François Visdelou, fils 
de François Visdelou, etc. ; parrain messire Gilles Vis- 
delou, sieur du Liscouet ; marraine demoiselle Françoise 
de Loron, dame dudit lieu. — 3 mars 1715. Bénédiction 
d'une cloche neuve pour la chapelle de la congrégation 
des hommes. — 30 janvier 1719. Mariage entre messùre 
François-Claude L'Ollivier, chevalier, seigneur de Tron- 



L 



40 



ARCHIVES DU HOBBIHAN. 



joly, et demoiselle Angélique de la Pierre, dame de Fré- 
mëur. — Si jaa?ier 1719. Mariage entre messire Jean- 
Jacques de Cléguennec, ctievalier, seigneur de Meslien, 
et demoiselle Julie Hauduit. — 6 février 1719. Mariage 
entre messire Jacques du Bahuno, seigneur de Kerolain, 

m 

et demoiselle Jeanne de Baud, dame de Bresséan. — 
5février 1720. Mariage entre Joseph-Ange Guillo duBodan 
et demoiselle Marie-Jacquette Simon. — 7 février 1720. 
Mariage entre Jean-Jacques Fraboulet, sieur de Roslivio, 
et demoiselle Jeanne-Thérèse de Castillon, demoiselle de 
la Prairie. — 29 juillet 1720. MaFiage entre écuyer Jean 
Boutouillic, sieur du Palevart, et Marie-Jeanne de Clé- 
guennec, dame de Tronchâteau. — 21 octobre 1720. Bap- 
tême de Joseph-Hyacinthe Mauduit, fils d'écuyer Adrien- 
Joseph Mauduit, seigneur du Plessis, et de dame Jeanne- 
Hyacinthe Geffroy; parrain Gabriel-Hyacinthe Mauduit, 
-écuyer, seigneur du Plessis; marraine daine Marguerite 
Geffroy, femme de messire Joseph Huchet, comtede Cintré. 

C. Suppl. 191. — GG. 8. (Cahiers.) — In-folio, 4^ feaiUets, papier. 

t999-tlfS9. — Paroisse de Saint-GillesHennebont. 
— Baptêmes, mariages et sépultures. — 22 novembre 
1723. Mariage entre messire Jean-Jacques de Kerpaën, 
chevalier, seigneur de Kersalo, et demoiselle Marie-Anne 
Mauduit , dame du Plessis. — 22 février 1724. Mariage 
entre Pierre de Brossy et demoiselle Jacquette Carré, 
dame de Talhouet. — 26 novembre 1725. Mariage entre 
Marie-Vincent Le Gryl, sieur du Guern, et Marie-Thé- 
rèse Huo , demoiselle de Kerrio. — 6 février 1726. Bap- 
tême de Jean-Jacques de Pluvié , fils de messire Jean- 
Baptiste de Pluvié, écuyer, seigneur de Ménéhouarn, 
Kerroman, etc., et de Thérèse de la Pierre, dame de 
Frémeur; parrain^ messire Jacques du Bouëtiez, che- 
valier, seigneur dudit lieu; marraine dame Jeanne de 
Rosmar, dame de la Forêt. — 8 mai 1726. Mariage entre 
Antoine-Hyacinthe Mauduit, écuyer, sieur de Kerleau, 
fils d'Antoine Mauduit et de Jeanne Huo ; et demoiselle 
Scolastique Bigeaud, dame de Beaumont, fille de Thomas- 
François Bigeaud, sieur de Sesmaisons. — 30 décembre 

1726. Mariage entre messire Philippe-Armand Couessin, 
c'ievalier, seigneur de la Béraye , et demoiselle Fran- 
çoise du Bouëtiez, dame de Kerorguen. — 24 août 

1727. Baptême de Jacques-Louis-Ange de Forsanz, 
fils de messire Charles-Ange de Forsanz, chevalier, 
seigneur dudit lieu, et de dame Renée-Luce du Botdéru ; 
parrain messire Jacques de la Motte, chevalier, seigneur 
de Vauvert; marraine Jeanne du Trévou , dame de Ra- 
venel.— 11 septembre 1727. Baptême de René-Armand- 
Thomas Couessin, fils de Philippe-Armand Couessin, 



etc. ; panrain messire René Geffroy, seigneur de la Ville- 
blanche; marraine dame Thomasse du Bois, dame de 
Kerorguen, grand'mère de l'enfant. — 10 novembre 1728. 
Mariage entre écuyer Mathurin-Louis Blanchard, sieur du 
Val, et demoiselle Sainte-Françoise Boutouillic, dame de 
Keroman. — 19 décembre 1728. Baptême de Charles du 
Bouëtiez, fils de François du Bouëtiez, seigneur de Ker- 
orguen, et de dame Marie Briaud. — • 19 octobre 1730. 
Baptême de Vincent-Marie du Botdéru, fils de messire 
Jacques de Botdéru, chevalier, seigneur dudit lieu, et de 
dame Claude-Agathe du Bois-de-Brûlé ; parrain Vincent 
de Broel , écuyer, seigneur de Kerlivio ; marraine de- 
moiselle Céleste du Bois-de-Brûlé. — 21 janvier 1732. 
Mariage entre Vincent de Broel, écuyer, seigneur de Ker- 
livio , et demoiselle Cécile-Monique du Bouëtiez , dame 
dndit lieu. — 28 juillet 1737. Mariage entre écuyer Marc 
de Cosnoal et dame Cécile-Monique du Bouëtiez. 

£ Suppl. 192. — GG. 9. (Cahiers.) — In-folio, 501 feuiUets, papier. 

t98S-t9l(«. — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 20 avril 1739. 
Mariage entre messire Jacques de Lantivy, chevalier, 
seigneur de Kerveno , et demoiselle Anne du Bouëtiez , 
dame dudit lieu. — 10 avril 1741. Mariage entre messire 
Jean-Baptiste de Pluvié, chevalier, seigneur de Méné- 
houarn, et dame Jeanne-Charlotte de la Pierre , tous les 
deux veufs. — 7 octobre 1742. Mariage entre messire 
Pierre-Armand Le Gouvello, seigneur de Keryaval et de 
Kerlé venant, et demoiselle Françoise Boutouillic, dame du 
Léré. —23 octobre 1743. Mariage entre messire Jean- 
François-Auguste du Breil du Chalonge-Trévron, et de- 
moiselle Catherine Boutouillic, dame de Rumelec. — 
11 janvier 1745. Baptême de Marie-Thérèse-Renée de 
Talhouet, née en 1741, fille de messire Vincent-Marie de 
Talhouet, chevalier, seigneur de la Grationnaye, et de 
dame Catherine-Ursule-Reine Gouiquet de Bocozel ; 
parrain messire René-Armand de Talhouet , chevalier , 
seigneur de Séverac, conseiller au parlement de Bretagne; 
marraine dame Marie-Jeanne Briand , dame de Bocozel. 

— 20 février 1746. Mariage entre messire Hyacinthe- 
Joseph-Alexis de la Touche, chevalier, seigneur de 
Beaulieu , et demoiselle Thomase-Pélagie de la Pierre , 
dame de Ménéguen. — !•' juin 1747. Mariage entre 
messire François-Marie Le Mintier, chevalier, seigneur de 
Léhélec, et demoiselle Jeanne-Thérèse de Pluvié, dame d6 
Ménéhouarn. — 25 août 1747. Mariage entre messire An- 
nibal-Jacques-Gabriel de Farcy , chevalier , seigneur de 
Tresseault, conseiller au parlement de Bretagne, et de- 
moiselle Catherine-FrançoiseJeanne du Bahuno, dame de 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. ~ ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'HENNEBONT. 41 



X^olain, fille de JacqQesâaBalmQoetde Jeanne de Baad. 
•^11 février 1749. Baptême de Jean-François-Annibal du 
Bahono, fils de messire François-Jacques-Fortuné da 
Bahuno, chevalier, seigneur de Kerolain, et de dame 
Jeanne-Françoise Jourdain, dame du Coetdor; parrain 
messire Annibal-Jacques-Gabriel de Farcy. — 28 janvier 
1750. Mariage entre messire Vincent-Jérôme Gibon, che- 
valier, seigneur de Kerisouet, et demoiselle Eulalie-Scolas- 
lique Mauduit, dame de Kerleau. — 10 mai 1750. Mariage 
entre messire Thomas-André-François Le Couriault, che- 
valier, seigneur du Quilio , fils de messire Louis Le Cou- 
riault, seigneur du Quilio ; et demoiselle Jeanne-Scolas- 
tique de Kerpaën, dame de Kersalo, fille de Jean-Jacques 
de Kerpaën et de Marie-Anne Mauduit. — 12 août 1750. 
Mariage entre messire Pierre-Jacques de Rospiec, cheva- 
lier, seigneur de Trévien, et demoiselle Sainte-Françoise 
Bontouillic, dame du Lanic. — 4 octobre 1750. Mariage 
entre messire René-François du Bouëtiez, chevalier, 
seigneur de Kerorguen, le Quélenec, etc., et demoiselle 
Thérèse-Marie-Françoise Couessin , dame de la Béraye. 
-r— 1«' février 1752. Mariage entre messire Joseph-Marie- 
Hyacinthe de Chefdubois, chef de nom et d'armes, che- 
valier, seigneur de Kerguyomarch , et demoiselle Marie- 
Angélique des Amorost de Saint- Lazare, fille de messire 
Charles des Amorost de Saint-Lazare et de dame Michelle- 
Angélique de Stanguingamp. — 25 septembre 1752. Bap- 
tême d'Hippolyte-Clément Mauduit, fils d'écuyer An- 
foine-Joseph Mauduit du Plessis et de dame Françoise- 
Anne Hardouin. — 12 septembre 1753. Baptême de 
Thomas-Antoine Mauduit, né ce jour, fils d'Antoine-Joseph 
Mauduit, etc ; parrain écuyer Louis-Thomas Auffret du 
Cosquer; marraine dame Thérèse-Antoinette Le Pape de 
Prévasy. — 28 mai 1754. Mariage entre messire Thomas- 
Lpuis du Couêdic, fils de messire Olivier-Robert du 
Çouëdic de Kerousy ^^ chef de nom et armes, vicomte de 
Kerguélin, etc., et de dame Marguerite Ânsquer, dame 
du Lézardeau ; et demoiselle Marie-Nicole de la Pierre , 
fille de messire François de la Pierre, baron de la 
Porét, etc., et de dame Françoise-Gabrielle de Tinteniac, 
marquise de Quimerch. — 2 Juillet 1754. Mariage entre 
messire Charies-Claude de Montendre, chevalier, seigneur 
deLongchamp, fils de Louis de Montendre et de dame 
Marie-Françoise de Lantivy ; et demoiselle Yvonne-Guil- 
lemette-Adélalde du Botdéru, fille de Jacques du Botdéru, 
seigneur dudit lieu, et de dame-Claude-Agathe du Bois- 
de-Brûlé. — 19 août 1754. Mariage entre René-François 
Briant, écuyer, sieur de Kervagat, fils d'écuyer François- 
Â)seph Briant de Kervagat et de dame Marie-Eulalie Bou- 
tôtullic; et demoiselle Louise-Marie-Josëphe Le Milloch 

Morbihan.— Tomb IV. — Suppl. Série E. 



de Morfooace.— 31 août 1756. Baptême de JacquesrMarie-- 
Joseph du Bouëtiez, fils de René-François du BouStiez et de 
Thérèse-Marie-Françoise Couessin ; parrain messire 
Jacques-Pierre du Bouëtiez, chevalier, seigneur dudit 
lieu. — 22 octobre 1756. Baptême de François-René du 
Couëdic, fils de Thomas-Louis du Couëdic et de Marie- 
Nicole de la Pierre ; parrain messire Jean-Marie du Menez, 
seigneur dudit lieu ; marraine dame Françoise de Tin- 
teniac, baronne de la Forêt. 

£. Suppl. 193. — GG. 10. (Cahiers). — In-foUo, 689 feoUlets, papier. 

t9ft9-t99S. — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 15 novembre 

1759. Abjuration du protestantisme par Michel Shanly , 
irlandais, officier du régiment de Rothe. — 4 novembre 

1760. Mariage entre messire Antoine-Marie de Fournaset 
demoiselle Thomase-Bosalie de Kerpaën de Kersalo, 
fille de Jean-Jacques de Kerpaën, etc. — 10 février 1762. 
Mariage entre messire Jean-François Couessin , chef de 
nom et d'armes, chevalier, seigneur de la Béraye, fils de 
Philippe- Armand Couessin et de Françoise du Bouëtiez; et 
demoiselle Marie-Anne deCastillon. — l*' novembre 1762. 
Baptême de Jean-Bapliste-René du Botdéru (né en 1726), 
fils de Jacques-René du Botdéru et de Claude-Agathe du 
Bois-de-Brûlé^ — 25 janvier 1765. Baptême d'Armand- 
Joseph-François Couessin, fils de Jean-François Couessin, 
etc. — 19 septembre 1765. Inhumation, dans le cimetière, 
de Jean-Thomas de Robien, chevalier, seigneur de Treulan. 

— 3 juin 1766. Mariage entre messire Joseph-Marie-Fran- 
çois, chef de nom et d'armes de Chefdubois, chevalier, 
seigneur de Kerguyomarch , fils de Joseph-Marie-Hya- 
cinthe de Chefdubois; et demoiselle Françoise-Gabrielle- 
Charlotte de Verdière. — 7 mai 1770. Mariage entre 
messire Nicolas-Hyacinthe du Botdéru, chevalier, seigneur 
dudit lieu, fils de Jacques-René du Botdéru, etc. ; et de- 
moiselle Jeanne-Françoise-Hyacinthe Mauduit du Plessis, 
fille d'Antoine-Joseph Mauduit, etc. — 29 mai 1770. Bap- 
tême de René-Claude-Joseph-Marie de Langle (né en 1 769), 
fils de messire Louis-Vincent de Langle et de dame Ca- 
therine-Ursule-Thomase-Claire de Talhouet; parrain Yves- 
Claude-René marquis de Montigny , chevalier, seigneur 
de Comper; marraine dame Catherine-Ursule -Reine 
Gouyquet, dame de Talhouet de la Grationnaye. — 
30 juin 1772. Mariage entre messire Jacques-Yincent- 
Marie Le Borgne, chef de nom et armes, chevalier, 
seigneur de K^rmorvan, Kerdrain, etc., fils de Jacques- 
Yincent Le Borgne, seigneur de Kermorvan, et de dame 
Marie-Thérèse delà Marche; et demoiselle Marie-Jacquette 
de la Pierre delà Forêt, dame de Kernivinen, fille de 



L 



«2 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



François de la Pierre, grand-mallre des eaax et forêts de 
Bretagne, baron de la Forêt, Kerbrevet et Sébrevet, 
seigneur de Saint-Nouan , Kernivinen, Talhouet et autres 
lieux, et de Françoise-Gabrielle de Tinteniac. 

E. Suppl. 194. — GG. 11. (Cahiers.)— In-foUo, 853 feuiUets, papier. 

1994-1900.— Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — Liste des vicaires- 
perpétuels et recteurs de Saint-Gilles-Hennebont depuis 
îa fin du xvP siècle. — 25 avril 1775. Mariage entre 
messire Gabriel-François-Cyrille de Lys, chevalier, sei- 
gneur de la Yilleder, fils de messire Gabriel-Gaspard de 
Lys, chevalier, seigneur des Hayes; et demoiselle 
Pauline-Françoise du Bahuno, demoiselle de Kerolain , 
fille de François-Jacques-Fortuné du Bahuno, etc. — 
2 juUlet 1775. Baptême de Bonaventure-Joseph de la 
Pierre, fils d'écuyer Hyacinthe-Bonaventure de la Pierre 
de Ménéguen et de Thérèse-Marie Briant. — 14 novembre 
1779. Inhumation, dans le cimetière de Notre-Dame- 
âe-Paradis, de messire Yincent-Marie de Talhouet, 
chevalier, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de 
Saint-Louis, Âgé d'environ 81 ans. — 24 novembre 1779. 
Baptême de René-Hyacinthe delà Pierre, filsd'Hyacinthe- 
Bonaventûre de la Pierre, etc.— 2 avril 1781. Mariage 
entre messire Philippe-Henri de Kellermann , capitaine 
au régiment d'Anhalt, infanterie allemande, ep garnison 
à Guingamp , fils de messire Jacques-Christophe de Kel- 
lermann, chef de Tadministration civile et premier 
échevin de la bourgeoisie de Strasbourg ; et demoiselle 
Marie-Françoise Thibault de Pennaru, fille de noble 
homme Jean-Baptiste Thibault 4e Pennaru.— 5 mai 1781. 
Baptême de Fortuné-Charles du Bouëtiez (né en 1772)^ 
fils de messire Jacques-François du Bouëtiez, chevalier, 
seigneur de Saint-Nudec, et de dame Gatherine-Sainte- 
Fortunée du Bahuno de Kerolain ; parrain messire Jean- 
Fortuné de Pluvié, chevalier, seigneur de Tallen, etc.; 
marraine Thérèse-Charlotte du Bouëtiez, dame du Buat. 

— 25 octobre 1781. Baptême de Fidèle-Ange de Pluvié, 
fils de messire Jacques-Jean de Pluvié, seigneur de Mé- 
néhouarn , et de dame Françoise-Anne-Pélagie de Lys. 
— 24 février 1783. Mariage entre messire Charles-Marie- 
Henri du Bois , chevalier, marquis de la Ferronnière, 
et demoiselle Marie-Henriette-Fortunée du Bois de la 
Rongère. — 24 février 1783. Mariage entre messire 
Louis- François Godefroy du Breil, chevalier, seigneur 
du Buron, et demoiselle Jeanne-Marie-Sainte du Bois de 
la Rongère. — 1^' juin 1783. Bénédiction du nouveau 
cimetière de Saint-GiUes-Hennebont.— 11 octobre 1784. 
Mariage entre Jean-Anne Christy de la Pallière et demoi- 



selle Jeanne-Françoise-Pauline Kerléro de Rosbo, fille 
de messire François-Jacques Kerléro de Rosbo, capitaine 
des vaisseaux de la Compagnie des Indes, et de Marie- 
Pauline Audouyn.— 5 août 1788. Mariage entre Charle»* 
Marie Le Baron, sieur de Boisjaffray, et demoiselle 
Jeanne-Catherine Huo de Kerrio. — 20 octobre 1788. 
Mariage entre messire Jean-Joseph-Joachim-Victor de 
Lée, chevalier, seigneur de Kerouallan, et demoiselle 
Charlotte-Françoise-Antoinette Mauduit, fille d'Antoine* 
Joseph Mauduit et de Françoise Hardouin.— 26 septembre 
1789. Baptême de Théodore-Philippe-Louis du Rocheret 
(né en 1788), fils de messire Paul-François-Xavier comte 
du ;Rocheret , maréchal-de-camp , et de dame Lucie de 
Lagadec; parrain M»' Louis-Philippe d'Orléans, duc de 
Chartres , prince dn sang ; marraine M"« Eugénie- 
Adélaïde-Louise d'Orléans, princesse du sang; tous les 
deux représentés par procuration. — 19 mars 1790* 
Baptême de Marie-Jacques-François-Eugène du Bahuno, 
fils de messire Annibal-Julien-François du Bahuno, 
chevalier, seigneur de Kerolain, et de dame Pauline- 
Anne-Marie du Coetlosquet; parrain messire Marie- 
Jacques du Bahuno, marquis du Liscouet ; mairaine dame 
Catherine-Françoise-Jeanne du Bahuno, bisaïeule de 
l'enfant. 

£. Suppl. 195.— GG. 12. (Registre.) — In-i», 50 feuîUets, papier* 

t999-t9«t.— Paroisse de Saint-Gilles-HennebonL 

— Délibérations de la fabrique concernant : la nomination 
des trésoriers ou c fabriques » ; — celle du prévôt de la 
confrérie du Saint-Sacrement; — Fentretien des orne- 
ments et du mobilier de Téglise ; — les réparations de 
cette église ; — Térection d'une croix de calvaire ; — 
renvoi fait à la Monnaie de Nantes de quelques objets 
d'argenterie pour subvenir aux besoins de TEtat ; — le 
payement des bancs et chaises de Péglise; — la régularité 
du service divin ; etc. 

£. Suppl. 196. — GG. 13. (Registre.)— In-4«, 90 feuillets , papier (1)* 

t9«9-t9SS.— Paroisse de Saint-Gilles-HennebonL 

— Délibérations de la fabrique concernant : la nomination 
des trésoriers et l'examen de leurs comptes ; — Tentretira 
de l'église et des objets du culte ; — l'administration des 
revenus de la paroisse; — la disposition des bancs de 
l'église ; — le salaire du sacristain ; — un vol d'ornementé 
commis dans la sacristie ; — des distributions de graine 
aux pauvres de la paroisse ; — la réparation des oiigues ; 

— des donations faites aux pauvres et aux prisonniers ; 



^"«p 



(1) Ce registre se trouve au presbytère d'Hennebont. 



SUPPLÉMENT A LA SÉWE E, — ARRONDISSEMENT DE LORIEKT.— CANTON D'HENNEBONT. 43 



— la translation du cimetière (1783). — Enregistrement 
des arrêts da parlement de Bretagne : ordonnant de faire 
coucher les sacristains dans les églises depuis le !«' no- 
4Fembre jusqu'au 30 avril de chaque année ; -* défendant 
les inhumations dans les églises et les chapelles et Tin- 
troduction des corps morts dans les églises en temps 
dMpidémie ; — concernant les' registres de baptêmes , 
mariages et sépultures ; les réparations et reconstructions 
de presbytères ; etc. 

.£, Suppl. 197. — GG. 14. (Liasse.) — 7'2 pièces, papier. 

t«58-t9S9« — Paroisse de Saint-Gilles-Hennebont. 
'— Comptes en charge et décharge de la gestion et admi- 
nistration des revenus de la fabrique , avec les comptes 
des frairies des Trépassés , de Saint-Roch et du Saint- 
Sacrement; pièces à Pappui de ces comptes ; mémoires ; 
quittances ; rôles des bancs de Téglise. — Testament de 
demoiselle Jacquelte Tourboul, dame douairière de Ker- 
madio, qui donne au vicaire-perpétuel et aux prêtres de 
la communauté de Saint-Gilles, à charge de messes, un 
pré joignant celui du vicariat, situé aux dépendances du 
village de Lallumec, en la paroisse de Saint-Gilles- 
Hennebont ; déclaration et baux à ferme de ce pré. — 
Fondations de messes et autres soins spirituels à donner 
aux pauvres malades de Thôpilal Saint-Louis , faites par 
messire Armand-Charles duc de Mazarin , de la Meilleraye 
et de Mayenne, lieutenant-général pour le Roi au Port- 
Louis, et messire David de Cléguennec, seigneur de 
Meslien, et acceptées par le vicaire-perpétuel , le curé et 
les prêtres de la communauté de Saint-Gilles. — Ordon- 
nance de retendant de Bretagne concernant les biens et 
revenus des gens de main-morte. — Demandes d'admission 
au nombre des prêtres de la communauté. 

E. Suppl. 198.— GG. 15. (Cahiers.)— In-folio, 539 feuillets, papier. 

1 599-taY4.— Paroisse de Saint-Caradec-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 14 novembre 
1621.— Baptême de Louis Eudo, fils d'honorables gens 
François Eudo et Olive Guillemotto ; compère honorable 
homme Louis Eudo, sieur du Pou ; commère honorable 
femme Bonaventure Guillemotto , sœur de ladite Olive et 
.femme de maître Guillaume Lhermitte. — 10 avril 1624. 
Baptême de Jacques de Laage, fils d'Elie de Laage, 
-écuyer, sieur de Kergommo, et de demoiselle Françoise 
:Bizien. — 23 février 1631. Baptême de Guy du Lestiç, 
fils d'écuyer Adrien du Lestic et de demoiselle Françoise 
4q Guermeur, sieur et dame de Saint-Paben ; parrain 
4aessire Guy de Lopriac, sieur de Kermassonet , conseiller 
.au parlement de Bretagne.— 25 septembre 1640. Mariage 



entre Julien Desporles, écuyer, sieur de Saint-Nudec, 
et demoiselle Françoise de Laage, dame de Kergommo, 
fille d'Elie de Laage, etc. — De 1643 à 1669. Enregis- 
trement à part des baptêmes des enfants naturels et, 
parmi ceux-ci , des t caquins > ou cordiers du village 
de Kerroch. , 

E. Suppl. 199.-- GG. 16. (Cahiers,)— In-foUo, 516 feuillets, papier. 

*•»•- 1««0.— Paroisse de Saint-Caradec-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures.— 4 avril 1654. 
Abjuration du protestantisme par François Le Franc, 
natif de Strasbourg. — 12 septembre 1655. Baptême de 
Jacques Eudo, fils de nobles gens Guillaume Eudo et 
Jeanne Huo, sieur et dame de Keroman. — 3 mai 1656. 
Baptême de Joachim-Louis Geflfroy, fils d'écuyer Yves 
Geffroy et de demoiselle Laurence Darrazen, sieur et 
dame de Kerispertz. — 19 mars 1665. Bénédiction de la 
chapelle du manoir de Kerguen en Saint-Caradec par 
le vicaire-perpétuel de cette paroisse, avec Tautorisation 
de Mfr révêque de Vannes.— 5 septembre 1667. Mariage 
célébré par M»' Charles de Rosmadec, évêque de Vannes, 
entre noble homme Pierre Bonnard , de la paroisse du 
Mené près Vannes, et Marguerite Guichardaye, de la 
paroisse de Plouay.— 27 novembre 1669. Mariage, dans 
la chapelle Notre-Dame de Kei^uélen, dite à présent des 
Ursulines d'Hennebont, en Sainl-Caradec, entre messire 
Jérôme Desportes, fils de Julien Desportes, sieur de 
Saint-Nudec , et de dame Louise du Bouëtiez ; et demoi- 
selle Jacquette-Françoise Eudo, fille de Guillaume Eudo 
et de Jeanne Huo. 

E. Suppl. 200.— GG. 17. (Cahiers.)— In-folio, 543 feuillets, papier. 

t«^l-tftt.—Paroissede Saint-Caradec-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 9 janvier 1686. 
Baptême de Jacques de Lespiney, fils de noble homme 
Jérôme de Lespiney, sieur de Kerivalan, et de demoiselle 
Denise-Ursule Varz. — 18 octobre 1688. Mariage, à la 
chapelle Sainte-Catherine, entre noble homme Yves 
Perrier, sieqr des Ormeaux, et demoiselle Elisabeth 
Blanchard, dame du Val. — 12 juillet 1691. Baptême de 
Mathurin de Lage, fils de messire Louis-François de Lage 
et de dame Louise-Isabelle Grignart , sieur et dame de 
Lage et de Kergomo ; parrain messire Mathurin de Stan- 
chingant, sieur de Sconhel; marraine dame Marie 
Geflfroy, dame de Coetquelven.— 4 août 1697. Bénédiction 
de la cloche de la chapelle Notre-Dame-des-Neiges au 

^ Trescoêt^ en la paroisso de Saint-Caradec— 7 décembre 
.1710. — Baptême et bénédiction de la cloche de Téglise 



L 



^ 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



paroissiale ; parrain Jean de Lage, écayer, seignenr de 
Kergomo; marraine demoiselle Ursnle-Thomase du 
Bouëtiez. 

E. Suppl. S(H.— GG. 18, (Cahiers.)— In-folio, 588 feuiUeU, papier. 

1 9 19-1 9S t.-- Paroisse de Saint-CaradeoHennebont. 
— Baptêmes, mariages et sépultures.— 9 septembre 1721. 
Mariage entre messire Jean de Lage, chevalier, seigneur 
de Kergomo» et demoiselle Suzanne-Yincente Le Yeyer, 
dame de Villeneuve, de la paroisse de Locminé. 

£. Sappl. 902. — GG. 19. (Cahiers.)— In-foUo, 522 feuillets, papier. 

1 9S9-t 91^4.— Paroisse de Saint-Caradec-Hennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 1«' juin 1733. 
Mariage entre François de la Pierre, chevalier, baron de 
la Forêt, seigneur de Saint-Nouan, Kernivinen, Kerbrevet, 
Sébrevet, etc., grand-maître des eaux et forêts de Bre- 
tagne, et demoiselle Françoise-Gabrielle de Tinteniac, 
dame de Quimerch, native de la paroisse de Banalec 
(Finistère). — !•' février 1734- Mariage entre Jacques- 
Hyacinthe Aubin du Pérenno et demoiselle Marie-Jeanne 
Pongerard. — 7 octobre 1743. Mariage entre messire 
Henri-Clément de Lantivy, chevalier, seigneur de Talhouet, 
et demoiselle Louise de Lage, dame de Kergomo, fille 
de messire Jean de Lage et de dame Julienne Le Houx. 

E. Suppl. 903.— GG. SO. (Cahiers,)— In-foUo, 500 feuillets, papier. 

1 9l(l(-t 9 9S.— Paroisse de Saint-CaradeoHennebont. 

— Baptêmes, mariages et sépultures. — 9 octobre 1755. 

— Mariage entre messire Gésar-Louis-Anne de Talbouet- 
Boisorhand, chevalier de Saint-Louis, fils de messire 
Germain-Jude-François de Talhouet, seigneur de Boisor- 
hand , et de dame Françoise de la Houlle ; et demoiselle 
Françoise de Lage de Kergomo , fille de Jean de Lage et 
de Julienne Le Houx. — 8 mai 1764. Baptême de Julie- 
Sébastienne, négresse de Madagascar, âgée d'environ 
dix-neuf ans, appartenant à W* de Merville-Saint-Remy. 
— 31 août 1765. Baptême de Marie-Victoùre, négresse née 
à Pondichéry, âgée d'environ trente-cinq ans, appar- 
tenant à M"* Robin. 

E. Suppl. 904.— GG. 21. (Cahiers.)— In-folio, 530 fboiUets , papier. 



1 9 vs«i VS#.-* Paroisse de Saint-Caradec-Hennebont. 
•*- Baptêmes, mariages et sépultures. — 27 juillet 1774. 
Baptême de Julie-Hippolyte , négresse née à Ille Sainte- 
Hélène, âgée d'environ huit mois. — 12 septembre 1774. 



Mariage entre Augustin-Apolline Le Bescond de Ker- 
marquer, fils de François Le Bescond, sénéchal de Belle* 
Ile-en-mer ; et demoiselle Jeanne-Louise Montalant, flUe 
d'Olivier Montalant et de dame Ursule Chardon. — 
31 décembre 1774. Inhumation, dans le cimetière de 
Saint-Garadec, de Julie-Hippolyte, négresse, € esclave i 
de M. Le Roux, âgée d'un an.— 14 octobre 1776. 
Bénédiction d'une cloche donnée à la chapelle Notre- 
Dame du Trescoët par Mathurin Vary. — 27 avril 1777. 
Bénédiction de la première pierre de la nouvelle église 
paroissiale de Saint-Caradec.— 7 avril 1778. Bénédiction 
de ladite église par messire Yincent-Marie-David de 
Talhouet de la Grationnaye, recteur de Saint-Gilles- 
Hennebont. 

E. Suppl. 205. — GG. 22. (Cahiers.) — In-folio et in-4», 

401 feuillets, papier. 

t«9t-i9l(4.— Trêve de Saint-Gilles-des-Cbamps, 
succursale de Saint-Gilles-Hennebont, désignée longtemps 
elle-même sous la dénomination de paroisse. — Baptêmes^ 
mariages et sépultures. — 2 septembre 1708. Baptême 
de Jacques-Pierre du Bouëtiez, fils de messire Jacques 
du Bouëtiez et de dame Monique Beschart. — 13 octobre 
1710. Baptême de Jean-Louis du Bouëtiez, fils de Jacques 
du Bouëtiez, seigneur dudit lieu, etc.; parrain messire 
Jean de Robien, seigneur de Coetsal ; marraine demoiselle 
Louise du Bouëtiez.— 19 août 1738. Baptême de Jacques- 
François du Bouëtiez (né en 1737), fils de messire 
Jacques-Pierre du Bouëtiez et de demoiselle Charlotte- 
Jacquette Desportes, dame de Saint-Nudec; parrain 
messire François du Bouëtiez, seigneur de Keroi-guen; 
marraine demoiselle Anne du Bouëtiez. — 29 mai 1754. 
Bénédiction d'une cloche (sans doute pour l'église de 
Saint-Gilles des-Champs), en présence de messire Jacques- 
Pierre du Bouëtiez , chevalier, seigneur dudit lieu , et de 
dame Gharlotte-Jacquelte Desportes, sa femme, seigneurs 
fonciers de ladite église ; parrain et marraine messire 
Jacques-François du Bouëtiez et demoiselle Thérèse- 
Charlotte du Bouëtiez , enfants desdits seigneurs. 

E. Suppl. 206.— GG. 23. (Cahiers.)— In-foUo, SSS feumets, ptpier. 

ûHBB'tifSQ. — Trêve de Saint-Gilles-des-Ghamps« 
— Baptêmes, mariages et sépultures. — 31 mai 1763. 
Mariage entre messire Louis-Joseph-François-Ange- 
Pierre-Hyacinthe du Buat» chevalier, seigneur de la 
Ragotière, etc., et demoiselle Thérèse-Ghariotte du 
Bouëtiez, fille de Jacques-Pierre du Bouëtiez, seignev 
dudit lieu, de Kerleau, Quélenec, etc.— 24noTeflBbie 
1778. Mariage entre messire Pierre- Jean de Baud, chef 



SUPPLÉMENT A LA SERIE E. — ARRONDISSEMERT DE LORIENT. — CANTON D'HENNEBONT. 48 



de nom et armes , chevalier, seigneur de Kermaia , fils 
de messire Jean-Baptiste de Baad et de Marie-Ursule de 
laYilleloys, dame de Kermain; et demoiselle Harie- 
Jacquette du Bouêtiez , fille de Jacques-Pierre du Bouëtiez, 
etc. — 19 février 1783. Inhumation , dans le chœur de 
Péglise, de messire Jacques-Pierre du Bouêtiez, seigneur 
foncier de ladite trêve, de Plével et autres lieui« 

k. Suppl. 207.— GG. 24. (Registre.)— In-folio, 49 feuUlets, papier, 

t«9ll-t900. — Enregistrement des sépultures faites 
dans réglise du couvent des carmes d^Hennebont, tant 
de religieux que de particuliers laïques, ainsi que des 
inhumations qui ont lieu dans Péglise Notre-Dame-de- 
Paradis avec Fassislance des carmes (nous ne relevons 
ici que les premières). — l*' août 1672. Inhumation 
d'honorable homme Alain de la Pierre, sieur dudit lieu, 
dans une tombe appartenant à la famille Dondel. —, 
31 décembre 1675. Inhumation de Jean de Pluvié, 
écuyer, sieur de Ménéhouam , sous une tombe appar- 
tenant à la famille Pezron et sur laquelle il y a une rose 
et un cœur. — 8 août 1678. Inhumation d'écuyer Yves 
GefGroy, sieur de Kerispertz, capitaine-colonel de la ville 
d'Hennebont et ancien syndic , c dont la valeur a mérité 
de notre invincible monarque des lettres d'anoblissement, 
ayant à ses frais entretenu plusieurs navires de guerre 
pour purger nos mers des ennemis de TEtat et rendu 
d'autres bons services à Sa Majesté et à la province en 
diverses rencontres où il s'est trouvé. > — 12 novembre 
1678. Inhumation de noble homme François Huby, sieur 
de la Villeneuve , € issu d'nne des plus illustres familles 
bouiigeoises de la ville de Hennebont et allié aux meil- 
leures maisons de noblesse tant de la robe que de Tépée. > 
— 2 juillet 1684. Inhumation de Paul du Verger, sieur 
du Ménéguen. — 10 novembre 1695. Inhumation de 
messire David de Qéguennec, chevalier, seigneur de 
HesUen, chevalier du Mont-Carmel. cil avait, dans la 
jeunesse, pris l'habit de l'ordre, mais il ne s'en put 
accommoder, ce qui fit qu'il le quitta pour retourner dans 
le siècle. » — 3 mars 1701. Inhumation de Jean Bou- 
touillic^ sieur de Guergelin, prêtre, cil avait exercé 
avec applaudissement, avant que de se faire prêtre , la 
ebarge d'avocat du Roi dans la ville de Vannes, etc. > 
!— 14 février 1729. Inhumation d'Antoine Mauduit, écuyer, 
aieur du Plessis, dans la tombe de MM. de Locmaria. — 
:S3 février 1733. Inhumation de Jean-Maurice BoutouiUic, 
icayer, sieur de Palevart. — 14 juin 1734. Inhumation 
de Joseph-Adrien Mauduit , écuyer, seigneur du Plessis. 
— 1« octobre 1740. Inhumation de Mathurin Blanchard, 
éeoyer, sieur du Val* — 23 juillet 1743. Inhumation de 



François Boutouillic, écuyer, sieur de Palevart.— 27 
février 1755. Inhumation de M. BoutouiUic de Keroman.~. 
31 décembre 1760. Inhumation de M. Le Pape du Lesleau. 

— 28 décembre 1767. Inhumation de messire Antoine 
BoutouiUic, sieur de Prévasy, ancien commandant de 
bataiUon au régiment de Navarre, c gentUhomme de bon 
exemple;, fort aumônier et regretté. > — 20 mai 1772. 
Inhumation de messire Pierre BoutouiUic, sieur de 
Palevaru 

E. Suppl. 908. — GG. 25. (Liasse.) — 14 pièces , papier. 

t99«-t995. — Lettre adressée aux États de Bre- 
tagne par Ogée, ingénieur-géographe de la Province, par 
laqueUe U réclame un secours d'argent. — Règlement fait 
par MM. de Tordre du Tiers aux Etats de Bretagne , re- 
latif à rétablissement de bourses dans les coUéges. ^ 
Lettres des intendants de Bretagne concernant : la mendi- 
cité et le vagabondage ; — les enfants trouvés ; — le cours 
d'accouchements professé à Rennes par }IL^ du Coudray, 
et la machine inventée par eUe pour les démonstrations ; 
— les quêtes faites par les religieux des ordres de la Ré- 
demption pour le rachat des captifs dans les pays de Bar- 
barie; — > ceUes des religieux étrangers de dififérents 
ordres ; — une vente iUicite de remèdes. — Copies de 
déUbérations de la communauté d'Hennebont relatives : 
à la nomination d'un médecin de la viUe ; — à l'indem- 
nité due à l'hôpital Saint-Louis , à cause, du jardin qu'on 
lui avait pris pour faire un cimetière. 

E. Sappl. S09. — HH. 1. (liasse.) — 8 pièces , papier. 

1991-1999.— Documents divers concernant: le 
commerce, l'industrie, la navigation intérieure et ex- 
térieure de la Bretagne ; mémoire rédigé sur cette der- 
nière question par M. Bigot des Isles, ancien officier de 
la Compagnie des Indes. 

Commune >'lNziNZàG. 
E. Suppl. 210. — GG. i. (Cahiers.)— In-folio, 503 feiûUets, papier, 

t«S4-t«9S. --> Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 20 mai 1635. Baptême d^Anne Caignart, fille de Louis 
Gaignart , écuyer, sieur de Brangolo , et de demoiselle 
Louise Eudoux ; parrain noble homme Julien Harel, sieur 
de Botcalper; marraine demoiselle Anne Gaignart, fille 
d'autre écuyer Louis Caignart et de demoiselle Suzanne 
Le Testa, sieur et dame de CoetserveL — 26 août 1630. 
Baptême de Jean Gaignart, fils de Louis Caignart et 
de Louise Bodoux; parrain Christophe Phelippe, sieor 






46 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



de Kerdaniel; marraine Jeanne Bellec — 17 mai 1637. 
Baptême de Marguerite de Robien, fille de messire 
Christophe de Robien et de dame Marie Le Viconte, 
âeur et dame de Robien et autres lieux; parrain 
Jean Guymarho, écuyer, sieur de Lamouhicet de Kermain; 
marraine dame Marguerite Le Viconte , dame de Saint- 
Glain, Belorient, etc. — 30 mars 1643. Baptême d'Olivier 
Pbelippe, fils de Christophe Phelippe et de demoiselle Ca- 
therine Le Faucheur , sieur et dame de Kerdaniel. — 3 
août 1658. Baptême de Jean-Joseph Blanchard , fils de 
Gilles Blanchard , écuyer, sieur de Kerpunce , et de de- 
moiselle Jeanne Gontier ; parrain Jean Le Moenne, 
écuyer, sieur du Cosquer. — i^^ mai 1659. Mariage 
entre Jacques Le Floch,, écuyer, sieur de Boisdaly et 
demoiselle Jeanne-Thérèse Le Moenne, dame de Fontai- 
negol. — 11 février 1660. Baptême de Vincent-Joseph 
de la Saudraye , fils d'écuyer Guillaume de la Saudraye 
et de dame Louise de Pluvié, sieur et dame de 
Keroman, Keriquel, Kergourio, etc.; parrain Vincent 
du Bouëtiez, écuyer, sieur de Kerorguen; marraine 
demoiselle Anne-Françoise des Fontaines, dame de 
Keroman. — 31 mars 1660. Baptême de Raoul-Joseph 
Le Floch, fils d'écuyer Jacques Le Floch, etc. — ^4 fé- 
vrier 1666. Mariage entre Jean Cado, écuyer, seigneur 
du Boterf , en la paroisse de Melrand, et demoiselle Mar- 
guerite Caignart.— 6 juillet 1666. Baptême de Guillaume 
Le Moenne, fils d'écuyer Guillaume Le Moenne et de 
demoiselle Jacquette Herbert, sieur et dame du Rest. — 
1666 et années suivantes. Inscription des bâtards à la fin 
de chaque cahier, à l'envers. — 16 avril 1669. Mariage 
en la chapelle de Sainte-Croix , paroisse de Saint-Gilles- 
4esr Champs, entre messire Christophe de Robien, 
seigneur de Pérosse, et demoiselle Catherine Boutouillic, 
dame de Kerlan. — 11 novembre 1675. Baptême d'Hya- 
cinthe de Robien, fils de messire Christophe de Robien, 
sieur de Robien et de Sainte-Geneviève , et de dame Ca- 
therine Boutouillic; parrain noble homme Jean-Hya- 
cinthe Boutouillic, sieur de. Kerguéno ; marraine demoi- 
selle Renée Boutouillic, dame du Tertre. 

E. Suppl. 211.— GG. 2. (Cahiers.)— In-foUo, 517 feuiUets, papier. 

• 

; t«9ll-t9t«.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
~ 7 mars 1684. Inhumation , au milieu du cimetière, de 
messire Charles de Gouandour, recteur dlnzinzac , dé- 
cédé le jour précédent. — 4 mai 1701. Baptême de 
Vincent-Marie de Ghefdubois, fils de mess'ure René- 
Joseph de ChefduboiSy chef de nom et d^armes^ seigneur 
de Restraudan, Brangolo et Kerlois, et de dame Louise- 
Amie Caignart ; parrain Vincent de Ghefdubois, écuyer, 



seigneur de Talhouet, frère dudit René-Joseph ; marraine 
dame Marie Le Milloch, dame douairière de Brangolo. 

— 3 octobre 1701. Inhumation, dans le cimetière ^ 
de messire René-Joseph de Chefdubois , décédé la veille 
au manoir de Brangolo-le-Bas. 

E. Suppl. 212.— GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 613 feuiUvts, papier* 

t9t«-'t9«ll.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 5 mars 1738. Baptême et bénédiction, par le recteur 
d'Inzinzac, de trois cloches, une pour Penquesten, une 
pour la chapelle Saint-Symphorien en Inzinzac , et une 
pour réglise paroissiale de Lanvaudan ; parrain et mar-^ 
raine de celle de Penquesten : Jean Boutouillic , écuyer^ 
sieur de Guergelin, et dame Mathurine de Perrien, dame 
de Ménéhouarn ; parrain et marraine de celle de Saint- 
Symphorien : messire Jacques du Bahuno, sieur de 
Kerolain, et dame Hélène Eon, dame de Robien; par- 
rain et marraine de celle de Lanvaudan : messire Jean- 
Thomas de Robien, seigneur de Treulan, et demoiselle 
Catherine du Bahuno. 

E. Suppl. 213. — GG. 4* (Cahiers.) — In-folio, 699 feuillets , papier, 

t9ftO-t900.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 9 septembre 1762. Bénédiction d'une nouvelle cloche 
pour la chapelle de Saint-Symphorien ; parrain messire 
Julien-Louis comte de Robien, seigneur de Treulan; 
marraine dame Anne-Josèphe du Bahuno, dame de 
Kerolain. 

E. Suppl. 214. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 507 feuillets, papier, 

t«t9-t«99. — Trêve de Penquesten. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 19 mai 1627. Baptême de Jean 
du Quellenec , fils d'écuyer Julien du Quellenec et de 
demoiselle Marie de la Sauldraye, sieur et dame de Bémat ; 
parrain messire Jean de Jégado , commandant pour le 
Roi au Port-Louis et à Hennebont, seigneur de Kerolain, 
Kerdréan, etc. ; marraine dame Françoise de Trécesson, 
dame de Kerleau, la Bouessière, Tromelin, etc. -^ 
26 octobre 1631. Baptême de Pierre du Quellenec, fils 
de Julien du Quellenec , etc. ; parrain messire Pierre de 
Jégado, seigneur de Kerleau, Tromelin et la Bouessière; 
marraine Gillette Hay, dame de Kerolain. — 8 février 
1632. Baptême d'Isaac Loaisel, fils de messire François 
Loaisel, président du présidial de Nantes , et de dame 
Mathurine de Baud ; parrain et marraine messire Isaac 
Loaisel, chevalier, seigneur de Brie, président au par-» 
lement de Bretagne, et Anne du Cosquer, dame delà 
Vigne, grand-père et grand-mère de l'enfant.— 25 janvier 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON D'HENNEBONT. 47 



1636. Baptême de Jean des Fontaines, fils d'écayer 
GaiUaame des Fontaines et de demoiselle Anne du 
Qnellenec, sieur et dame de Keroman, Kei^ourio, le 
Parce, etc.; parrain Jean Huby, sieur de Kerguyo, 
avocat au Parlement ; marraine dame Marie Le Viconte , 
femme de messire Christophe de Robien, seigneur de 
Robien , de Kerivallan , vicomte de Plainlel , etc. — 
22 décembre 1655. Baptême de Jean-Alexandre de la 
Saudraye, fils de Guillaume de la Saudraye et de Louise 
de PIuYié ; parrain messire Jean Le Moenne, sieur du 
Cosquer; marraine Louise Gouyon, dame de Kerleau. 
— l^f février 1665. Mariage d'Hervé de Kermellec, sieur 
de i^eranguen, et de demoiselle Anne-Françoise des 
Fontaines, dame de Keroman. — 30 octobre 1665. 
Baptême de François-Hjacinthe de Kermellec, flis 
d'Hervé de Kermellec, etc. — 15 août 1668. Baptême 
de Pierre-Henri Poullain , fils d'écuyer Jean PouUain et 
de dame Jeanne Bertbou , sieur et dame de la Rivière ; 
parrain et marraine messire Pierre Poullain, seigneur de 
Kerolain, et dame Jeanne Deforges, sa femme. 

E. Snppl. 215. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio, 508 feuillets, papier, 

ia9#-i999. — Trêve de Penquesten. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 13 février 1679. Mariage entre 
maître Pierre Audouyn, avocat à la cour royale d'Hen- 
nebont , reçu au parlement de Bretagne , et demoiselle 
Suzanne Talvas. — 17 décembre 1679. Baptême de Julien 
Audouyn, fils de Pierre Audouyn , etc.; parrain et mar- 
raine noble homme Julien Audouyn, avocat-licencié en la 
Cour, sieur de Kerentrecb , sénéchal de la juridiction de 
Kerolain, et honorable femme Anne Gourdy, grand- 
père et grand'-mère de Tenfant. 

E. Suppl. 216. — GG. 7. (Cahiers.) — In-folio, 596 feuiUets, papier. 



u — Trêve de Penquesten. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 27 octobre 1750. Inhumation, 
dans le cimetière de Penquesten, de noble homme Olivier- 
Eugène de Kermellec. 

E. Suppl. ^7. -^ GG. 8. (Cahiers.) — In folio , 706 feuillets , papier. 



— Trêve de Penquesten. — Baptêmes , 
mariages et sépultures. — 8 mars 1785. Bénédiction de 
la grande croix d^argent achetée des deniers de la fabrique 
de Notre-Dame de Penquesten, produit des oblations de 
ladite trêve. — 15 août 1785. Bénédiction de la nouvelle 
croix^ de pierre du cimetière de Penquesten. 



GomiUME DB LàKOniDIC. 
£. Suppl. 218.— GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 517 feuiUets, papier. 

t€i(9«i^9S. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 29 septembre 1669. Inhumation, dans l'église parois- 
siale, de messire Louis de Kerret, prêtre.— 7 avril 1671. 
Mariage, en la chapelle Saint-Haur, entre Pierre de 
Pluvié, écuyer, sieur de Kerleau, et dame Louise Baellec, 
dame de Kermorial. — 2 février 1675. Mariage entre 
Robert de Douville, écuyer, seigneur dudit lieu , de Ker- 
frésec, etc., et demoiselle Jeanne de Chefdubois, dame 
dudit lieu , de Restraudan, etc. 



E. Suppl. 219. — GG. 2. (Cahiers.)— In-folio, 512 feuillets, papier. 

ta9a-t«#9. — Baptêmes ,, mariages et sépultures. 
— 30 novembre 1678. Baptême de Claude-René de Len- 
tivy (né en 1677), fils de René de Lentivy, écuyer, seigneur 
de Kerveno,et de dame Michelle- Agnès Duchemin; parrain 
messire Claude-François de Lentivy, chevalier, seigneur 
du Coscro; marraine dame Marie-Magdeleine Descartes, 
dame de Penvern, baronne de Persquen. — 31 octobre 
1683. Baptême de Pierre du Bouëtiez, fils d'écuyer 
Jacques du Bouëtiez et de dame Perrine du Bahuno, 
sieur et dame de Kerorguen, du Qaellenec, etc. — 27 
novembre 1684. Mariage entre Alain de Lentivy, écuyer, 
seigneur de Kerberne , et demoiselle Claude-Josèphe de 
Quemègues, dame dudit lieu. — 20 décembre 1685. In« 
humation, dans la chapelle de Saint-Abibon de Tréanray 
en Languidic, d^écuyer Pierre de Lentivy, sieur de 
Villeneuve, flgé de 80 ans. — 28 janvier 1687. Mariage 
entre Paul Le Forestier, écuyer, sieur de Kergosten, et 
demoiselle Magdeleine Gainche.— 20 mai 1687. Baptême 
de Louis-Charles de Lentivy (né en 1686), fils d'Alain de 
Lentivy, etc. 

E. Suppl. 930. — GG. 3. (Calûers.) — In-foUo, 628 feuiUets, papier. 

ta««-t99S.— Baptêmes, mariages et sépultures.^ 
21 juin 1689. Mariage entre messire Jean-Vincent dQ 
Quifistre, écuyer, seigneur de Bavalan, Tréinouar, etc., 
et Jacquette-Antoinette de Lentivy, demoiselle de Ker- 
veno. — 17 août 1700. Mariage entre messire François 
Boterel, sieur du Plessis, et demoiselle Perrine-Françoise 
Henry de la Heuselays. — 19 septembre 1701. Baptême 
de François de la Pierre (né en 1698), fils de messire 
Jean de la Pierre, chevalier, baron de la Forêt, seigneur 
de la paroisse, grand-maltre des eaux et forêts de Bre* 
tagne, et de dame Jeanne de Rosmar ; parrain messire 
François de la Pierre, seigneur de Talhouêt, maître 



t8 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



ordinaire en la Chambre des Comples de Bretagne; 
marraine dame Louise Eudo, dame de Frémeur. 

E. Suppl. 221. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 571 feuillets, papier. 

t9ll4-t9t9« — Baptêmes, mariages et sépnltares.— 
22 février 1704. Baptême de Jean de la Pierre, fils de 
noble homme Charles de la Pierre, avocat au parlement 
de Bretagne, et de demoiselle Marie Ribot. — 8 décembre 
1710. Baptême de Louis-Pierre de Kerpezdron, fils d'é- 
cuyer Jean de Kerpezdron et de dame Hélène Le Moenne ; 
parrain noble homme Pierre du Temple , greffier de la 
sénéchaussée d'Hennebont ; marraine demoiselle Louise 
Gainche, mère de ladite dame de Kerpezdron. — 20 oc- 
tobre 1717. Baptême de Louis-Jérôme de Montandre (né 
en 1716), fils de messire Louis de MontanJre, sieur de 
Longchamp, et de Marie-Françoise de Lentivy , demeu- 
rant actuellement en leur maison noble de Kerguénodic 
en Languidic ; parrain messire Jérôme de Lentivy , 
seigneur de Séroët; marraine demoiselle Louise de Len- 
tivy, dame de Kerherne. 

£. Suppl. 222. ^GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 597 feuillets, papier. 

f 9i#-t999. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
-^6 mars 1727. Mariage entre messire François de la 
Pierre, baron de la Forêt, seigueur de Kernivinen et 
autres lieux, grand-maltre des eaux et forêts de Bretagne, 
et demoiselle Jeanne de Cornouaille, fille de messire 
Guillaume de Cornouaille, seigneur de l'ancien comté 
de ce nom et de Kerinou. Ladite Jeanne meurt la même 
année. 

E. Suppl. 223. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio, 677 feuillets, papier. 

1980-1948.— Baptêmes, mariages et sépultures.-— 
1739. Liste des ecclésiastiques, recteurs, curés et prêtres , 
qui assistèrent à la mission donnée, du 7 au 21 juin de 
cette année, en la paroisse de Languidic, par messire 
Loui&-Marie Le Gall de Cunfio de Hénoray, recteur de 
ladite paroisse. •— 25 février 1740. Baptême de Jacques- 
François de Lentivy, fils de messire Jacques de Lentivy, 
chevalier, seigneur de Kerveno, Trémaudan et autres 
lieux, et de dame Anne du Bouëtiez ; parrain messire 
Jacques du Bouëtiez, chevalier, seigneur dudit lieu ; 
marraine dame Marguerite-Jeanne de Lentivy, dame de 
Trémaudan.— 27 septembre 1741. Bénédiction de la 
grande cloche de Téglise paroissiale; parrain messire 
François de la Pierre, baron de la Forêt, Kerbrevet et 
Sébrevet, seigneur de Saint-Nouan et de Kernivinen ; 
marraine dame Anne du Bouëtiez, dame de Kerveno. 



E. Snppl. 22(. — GG. 7. (Cahiers.)— In-fblio, 683 feuillets, papier. 

t944-t9ft«.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 
19 janvier 1746. Bénédiction d'une nouvelle grande 
cloche de Péglise paroissiale Saint-Pierre ; parrain mes- 
sire Louis-François-Marie Le Gall de Cunfio et de Pale- 
vart , fils de messire André Le Gall de Cunfio et de dame 
Marie Tcxîer; marraine demoiselle Marie-Thérèse de Ker- 
pezdron. — 3 août 1746. Inhumation dans le cimetière, 
près de la porte du Rosaire, de nkessire Louis-Marie Le 
Gall de Cunfio, recteur de Languidic. — 3 février 1747. 
Inhumation, dans le chœur de Péglise paroissiale, de 
messire Guillaume Le Gall, chevalier, comte de Ménoray, 
conseiller au parlement de Bretagne. — 18 octobre 1752. 
Inhumation, dans Péglise paroissiale, de messire Jacques 
de Lentivy, chevalier, seigneur de Kerveno, Trémaudan, 
etc., âgé de 36 ans. 

E. 'Suppl. 225. — GG. 8. (Cahier*.) — in-foUo, 587 feuiUets, papier. 

t9Sa-i9«9. — Baptêmes, mariages et sépultures* 
— 25 mai 1756. Mariage entre messire René-Marie Bou- 
tou'dlic, chevalier, seigneur du Guergelin, fils de Jacques 
Boutouillic et de Marie-Thérèse de la Pierre ; et demoi- 
selle Louise-Françoise Carré, dame de Coetavy.— 1763. 
Noms des ecclésiastiques présents à la mission donnée à 
Languidic, du 3 au 17 juillet de cette année, aux frais de 
missire Pierre-Nicolas RoUando, recteur de ladite pa- 
roisse. La croix de mission est estimée 1,200 livres; une 
croix de pierre, datée de 1555 et placée au milieu du 
cimetière, fut transportée au-devaat delà croix de mission. 

E. Suppl. 226. — GG. 9. (Cahiers.)— In-folio , 652 feuiUets, papier. 

tifea-tvvv. — Baptêmes, mariages et sépultures.— - 
30 juillet 1775. Baptême d'Emmanuel-Isidore de Lentivy, 
fils de messire Jacques-François de Lentivy j chevalier, 
seigneur de Kerveno, et de dame Marie-Vincente Le 
Limonier de la Marche. 

E. Suppl. 227. — GG. 10. (Cahiers.)— In-folio, 667 feuiUets, papier. 

i99f9-t990.^ Baptêmes, mariages et sépultures.— 
5 mars 1786. Baptême et bénédiction de trois cloches 
destinées à Péglise paroissiale de Languidic. La plus 
grande est, avec la permission de Ms' Tévèque de Vannes, 
bénite par messire Vincent-Marie-David de Talhouet, 
recteur de Saint-Gilles-Hennebonl ; on lui impose les 
noms de Marie-Louise ; parrain messire Thomas-Louis , 
chef de nom et armes du Couëdic, chevalier, seigneur, 
de Kergoaller, Kerguénelen, Keroussy, Lézardeao et 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E.— ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTONS DE LORIENT. 49 



autres lieox, conseiller du Roi en ses Conseils, grand- 
mattre enquêteur et général réformaleur des eaux et 
forêts de France au département de Bretagne et grand- 
yeneur de ladite province, faisant et agissant pour messire 
François-Hyacinthe de la Pierre, chevalier, seigneur 
baron de la Forêt, Kerbrevet, Sébrevet et autres lieux; 
marraine dame Marie-Nicole de la Pierre de la Forêt, 
propriétaire des château, seigneurie et juridiction de 
Kerniviaen à Saint-Yves-Bubry, sœur aînée dudit seigneur 
de la Forêt. La seconde cloche est bénite par missire 
Noël Pasco, recteur de Piuvigner; on lui impose les noms 
de Françoise-Jeanne-Armande; parrain messire François- 
Hyacinthe de la Pierre, baron de la Forêt, etc. , repré- 
senté par messire Armand du Couêdlc, conseiller au par- 
lement de Bretagne; marraine dame Françoise-Gabrielle 
de Tinteniac, veuve de messire François de la Pierre, che- 
valier, seigneur de la Forêt, etc., conseiller du Roi en ses 
Conseils, grand-maître des eaux et forêts et grand-veneur 
de Bretagne, représentée par dame Prudence de la Pierre 
de la Forêt, sa fille. La troisième cloche est bénite par 
missire François-Marie Morgan , recteur de Languidic ; 
on lui donne les noms de Pierre-Marie-Josèphe ; parrain 
Pierre- Jean Le Corvic, écolier; marraine demoiselle 
Marie-Josèphe Homo, femme de Mathurin Le Bobinnec, 
ancien officier des milices garde-côtes au département 
du Port-Louis. 



Cantons de Lorient (ier et2o).-- Commune de Lorient(1). 

E. Suppl. 228. — AA. 1. (Liasse.) — 1 pièce, parckemin ; 

1 pièce, papier. 

f 98#-t944.— Édit du roi Louis XV qui érige Lorient 
en corps-de-ville Quin 1738). — Règlement d'armoiries 
pour la ville de Lorient (20 mai 1744). 

E. Supfl. 229. — BB. 1. (Registre.) — In-folio, 102 feuillets, papier. 

t9S«'-t94t. — Di^libérations de la communauté de 
ville de Lorient. — Commission de Toffice de maire pour 
le sieur Pérault; réception et prestation de serment 
(12 septembre 1736). — Commission de l'office de pro- 
cureur du Roi en Thôtel-de-ville de Lorient pour le sieur 
de Hontigny (12 septembre 1736). — Cotnmission de 
l'office de secrétaire-greffier de Lorient pour le sieur 
Droneau (13 novembre 1736;.— Projet d'établissement 
d'une fontaine qui puisse fournir de l'eau en tout temps 
(10 juin 1737). — Edit» de création d'un corps de com- 



(1) L'inventaire de cette c 'tmmane a été rédigé en partie, en 1860, 
ptr 11. Laguarre, adjoint au maire de Lorient. 



munauté pour la ville de Lorient, enregistré au parlement 
de Bretagne le 11 août 1738. — Emprunt d'une somme 
de 40,000 livres pour les besoins de la ville (9 juin 1740). 

— Abandon fait par la demoiselle Claire Droneau, direc- 
trice de l'hôtel-Dieu, de sa maison et du terrain servant 
audit hôtel, à la communauté de Lorient (13 août 1740). 

— Enregistrement de Tarrôt du Conseil d'État, en date 
du 20 décembre 1740, qui autorise un emprunt de 50,000 
livres pour être employées aux ouvrages publics de la 
ville. — Nomination du sieur Châteaugiron en qualité 
de greffier et de consigne de Lorient (30 juin 1741). 

E. Suppl. 230. — BB. 2. (Registre.) — In-folio, 144 feuillets, p^ipier. 

1941-1950. — Délibérations de la communauté de 
ville de Lorient. — Élablissement de fontaines publiques 
(23 septembre 1741). — Estimation (îes maisons à dé- 
molir pour l'ouverture et Talignement des rues (li oc- 
tobre 1741). — Enregistrement de lettres-patentes con- 
cernant riiôtel-Dieu de Lorient (juillet. 1742) et les fon- 
taines publiques (9 juillet 1743). •— Concession des vases 
de Tréfaven par la Compagnie des Indes (21 décembre 
1743). — Enregistrement d'une lettre de M. le comte de 
Maurepas concernant les quatre canons et le mortier 
laissés parles Anglais dans leur camp (15 novembre 17415). 

— Vœu fait par la ville et communauté de Lorient à l'oc- 
casion de la levée du si-^ge par les Anglais, le 7 octobre 
1746. — Cérémonie du vœu de Lorient fixée au premier 
dimanche d'octobre de chaque année à perpétuité (30 sep- 
tembie 1747). — Achat d'un terrain pour la clôture de 
l'hôpital de la ville (16 avril 1748). — Formation du 
bureau de cet hôpital (16 avril 1748). 

E. Suppl. 231. — BB. 3. Registre.)— In-folio, 148 feuillets, papier. 

f 9&0-t9G8. — Délibérations de la communauté de 
ville de Lorient. — Compte arrêté à la somme de 148,455 
livres 19 sous 11 deniers avec la Compagnie des Indes qui 
en a fait l'avance , pour la construction des murs d'en- 
ceinte de la ville (15 juin 1751). — Acquisition d'une 
maison pour servir d'hôtel-de-ville (11 avril 1752). — 
Arrêt contradictoire du Conseil d'État en faveur du maire 
et des officiers municipaux de Lorient contre les officiers 
de la justice seigneuriale de ladite ville, relativement aux 
préséances (13 août 1752). — Vote de remerciements 
à la Compagnie des Indes pour la cession d'un terrain 
propre à faire un cimetière (24 juin 1756). — Enregis- 
trement de la lettre écrite, le 10 août 1757 , à la com- 
munauté de Lorient , par S. A. S. M^' le duc de Pen- 
thièvre, à l'occasion de la victoire remportée par l'armée 



Morbihan. — Tome IV. ^ Suppl. Série E. 



L 



50 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



française sur celle du duc de Cumberland. — Echange de 
terrains entre la communauté et la Compagnie des Indes 
pour rétablissement d'hôpitaux (24 mai 1758). — Instal- 
lation de M. Ferrand en qualité de conseiller maire de la 
ville et communauté de Lorient y au lieu et place de 
M. PérauU, démissionnaire (12 juillet 1762). 

E. Suppl. 232. — BB. 4. (Registre.) — In-folio, 23i feuillets, papier. 

t9«S-i99&. — DiHibérations de la communauté de 
ville de Lorient. — Noms donnés aux rues de la ville 
(15 juin 1763). — Concession de vases faite par le prince 
de Rohan pour établir les cales et quais de la ville (22 mars 
et 28 août 1764). — ConQrmation, approbation et ratifi- 
cation du contrat passé avec le prince de Rohan pour la 
cession des vases (7 décembre 1765). — Transmission à 
M^^" rintendant de Bretagne des plans, toisés, etc. des 
quais et cales de Lorient (24 avril 1766). — Présentation 
des comptes des grands et des petits octrois, de 1762 à 
1765 (2 décembre 1766).— Concession par l'intendant de 
la Marine d'un pouce d'eau pour rétablissement d'une 
fontaine nécessaire à la ville (23 mai 1770). — Nom de 
Guérin de Frémicourt donné ik une des rues de Lorient, 
en reconnaissance des services que ce commandant de 
la ville avait rendus à ses habitants (26 novembre 1771). 

— Présentation de l'office de maire par M. Ferrand qui 
en avait fait l'acquisition uu prix de 24,000 livres 
(31 juillet 1773). — Installation de M. Esnoul-Deschatelès 
en qualité de maire (9 août 1774). 

% 

m 

E. Suppl. 233. - BB. 5. (Registre.) — In-folio, 238 feuillets, papier. 

iYY&-tY99f.-' Délibérations de la communauté de 
ville de Lorient. — Emprunt d'une somme de 200,000 livres 
pour construction de quais, cales, abreuvoir, réservoir et 
fontaines (15 juillet 1775). — Dépense de 124 livres pour 
la réception de M. de Sarline, ministre de la marine. — 
Présentation de Tarrét du tlonseil pour les façades des 
maisons situées sur les terrains des quais et pour la vente 
desdits terrains (13févrierl777). — Emprunt de 50,000 liv. 
en forme de tontine pour bâtir une salle de spectacle 
(!«' avril et 19 juillet 1771). — Enregistrement d'un édit 
royal portant création d'un consulat à Lorient (2 fé- 
vrier 1782). — Établissement du consulat et de l'ami- 
rauté à l'hôtel-de-ville (27 mars 1783). — Éclairage de la 
ville par des réverbères (6 août 1783). - Dépôt de l'arrêt 
du Conseil d'État, du 14 mai 1784, pour la franchise de 
la ville de Lorient. — Assamblée des différents corps 
d'habitants relativement à la franchise (27 février 1785). 

— Communication de l'arrêt du Conseil d'État, du 



14 avril 1785, qui crée une nouvelle Compagnie des 
Indes (26 avril 1785). — Permission accordée au c gé- 
néral » de la paroisse de vendre le terrain de la place 
Saint- Louis (d décembre 1786). 

E. Suppl. 234.-- BB. 6. (Registre.)— In-folio, 64 feuillets, ptpier. 

i9#9f-i999. — Déli.bérations de la communauté de 
ville de Lorient. — Permission accordée à MM. Lazé et 
Hancel de bâtir sur les quais d'après un nouveau plan 
(17 mai 1787).— Projet d'acquisition d'un terrain pour y 
établir des boucheries (14 juin 1788). — Refus de l'offre 
faite par M. Deschatelès de se dessaisir de son office de 
maire en faveur de la commune ; instructions qui lui 
sont données comme député aux États (7 novembre 1788). 
— Consentement à la vente des terrains de la paroisse 
pour subvenir aux dépenses de la réédification de l'église 
(27 juin 1789). 

E. Suppl. 235.— BB. 7. (Registre.)— In-folio , 49 feuillets, papier. 

19911. — Délibérations de la municipalité et comité 
permanent de Lorient. — Nomination de commissaires 
de la commune à l'annonce des événements qui ont causé 
la chute de M. Necker (17 juillet 1789). — Rentrée de ce 
ministre aux affaires ; inauguration de son portrait dans 
la salle de l'hôtel-de-ville. — Formation et installation 
du nouveau comité appelé à succéder à la municipalité de 
Lorient. 

E. Suppl. 236.— BB. 8. (Registre.) — In-folio, 104 feuiUets, papier. 

t9f9fl-f Y90. — Délibérations du comité permanent 
de Lorient. — Offre d'une somme de 10,000 livres, faite 
par M. de Frémicourt, pour acquisition de grains néces- 
saires à la cité. — Établissement d'un bureau de charité 
à Lorient. — Mesures adoptées pour protéger les octrois 
de la ville. — Souscription d'une somme de i ,500 livres par 
M. de Lécluze pour venir au secours de l'État. — Discours 
prononcés à l'occasion du remplacement du comité per- 
manent par une nouvelle municipalité. 

E. Suppl. 237.— BB. 9. (Registre.)— In-folio , 179 feuillets, papier. 

t9f9fl-t990. — Copies de délibérations contenues 
dans le registre précédent, plus celles du 1«' au 24 février 
1790 émanant de la nouvelle municipalité et concernant 
sa formation et son organisation. 

E. Suppl. 238.— BB. 40. (Registre.)— In-folio, 66 feuillets, papier. 

t9S«-t'9f49. — Correspondances de la communauté 
de ville de Lorient. — Lettres adressées aux directeurs et 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTONS DE LORIENT. 



51 



aux contrôleurs de b Compagnie des Indes , aux inten- 
dants de Bretagne et à d'antres personnages, relativement 
aux affaires de la communauK^ , notamment à celles que 
mentionnent aux mêmes dates les registres de délibé- 
rations. 

E. Suppl. 239.— BB. 11. (Registre.)— In-folio, 121 feuillets, papier. 

t9&a-t9f9f4« — Correspondances de la communauté 
de ville de Lorient. — Lettres et mémoires adressés 
à M. Fraboulet, député de Loriént à Paris, aux syndics et 
directeurs de la Compagnie des Indes , aux intendants 
de Bretagne et à d'autres personnages, relativement aux 
affaires de la communauté ; etc. 

E. Suppl. 240.— BB. 12. (Registre.)— In-folio, 145 feuillets, papier. 

t99fl.— Correspondances de la communauté de ville 
de Lorient. — Création d'un bureau de correspondance 
par la communauté, pour fournir à son député aux États- 
Généraux, M. de la Ville-Le-Roulx, les instructions né- 
cessaires dans rintérét national et dans l'intérêt par- 
ticulier de la ville de Lorient. — Détails sur les progrès 
de la Révolution et sur les actes et résolutions de l'As- 
semblée Nationale. 

E. Suppl. 241.— BB. 13. (Registre.)- In-folio, 292 feuillets, papier. 

tY90-t9f9O. — Correspondances de la communauté 
de ville de Lorient. — Lettres échangées avec M. de la 
Ville-Le-Roulx, député à l'Assemblée Nationale.— Pétition 
à cette assemblée relativement aux abus inhérents à la 
franchise de la ville de Lorient. — Tableau de la contri- 
bution patriotique des citoyens de Lorient, s'élevant à 
303,265 livres 10 sous. — Installation de la nouvelle 
municipalité. — Nomination de M. Lecointe à la place de 
maire (5 janvier 1790). — Choix d'Hennebont comme 
cheMieu de district, non justifié aux yeux de la muni- 
cipalité de Lorient. — Réclamation des commerçants de 
cette ville contre le privilège de la Compagnie des Indes. 
— Commerce de l'Inde ouvert à tous les Français. — 
Décret de l'Assemblée Nationale qui fixe à Toulon et à 
Lorient les retours et les ventes des marchandises d'au- 
delà du cap de Bonne-Espérance. — Le siège du tribunal, 
sollicité par la municipalité de Lorient, est obtenu pour 
cette ville ; celui du district est décrété en faveur d'Hen- 
nebont (1790). 

E. Suppl. 2i2.— BB. 14. (Registre.) ^ In-foUo, 69 feuillets, papier. 



t999«i999. — Correspondances du comité perma- 
nent et municipalité de Lorient. — Demande de grains 



faite aux comités d'Auray et de Pont-Labbé (Finistère), 
pour venir au secours des pauvres de Lorient. — Trans- 
mission à toutes les villes de Bretagne d'un arrêté con- 
cernant la libre circulation des grains. — Réclamations 
adressées à M. Necker contre les abus résultant de la 
franchise du porl de Lorient. 

E. Suppl| 213. — BB. 15. (Liasse.) — 74 pièces, papier. 

t9f«G-t990. — Lettres adressées aux maires et of- 
ficiers municipaux de Lorient par les intendants de Bre- 
tagne. — Par M. de Fiesselle : recommandation de ne 
pas délivrer de passeports pour l'étranger (1766). — Par 
M. d'Agay (1767-1771) : pavage de la ville; frais de dé- 
tention des soldats dans les prisons de Lorient ; envoi 
d'une ordonnance, du 3 août 1708, portant défense 
de faire crédit aux troupes. — Par M. Dupleix (1772- 
1773) : injonction de ne plus permettre aux étrangers de 
mendier hors de l'enceinte de Lorient. — Par M. Gaze 
de la Bôve : établissement de secours pour les noyés 
(1775). — Par M. de Bertrand (1785-1786) : nomination 
d'un maître lesteur et délesteur. — Par M. Dufaure- 
Rochefort (1780-1790) : envois de lettres-patentes con- 
cernant les délits commis dans les forêts, la caisse 
d'escompte, les pensions et traitements, les conditions 
exigées pour être citoyen actif ; etc. 

E. Suppl. 244. — BB. 16. (Liasse.) — 38 pièces, papier. 

t9f90-tY90. — Lettres émanées de divei^s person- 
nages. — De M. Necker : réponses au maire et aux éche- 
vins de Lorient, au sujet de sa nomination au ministère 
des Finances et de son nom donné à l'une des rues de la 
ville. — De M. le comte de la Luzerne, ministre des Co- 
lonies : remerciements pour l'assistance prêtée aux 
officiers du Roi. — De M. le comte de Saint-Priest, mi- 
nistre et secrétaire d'État, à M. de Rochefort, intendant 
de Bretagne : envois de lettres-patentes, notamment de 
celles qui sont mentionnées dans l'article précédent. — 
De divers : régie des octrois ; accusés de réception de 
lettres et de délibérations. 

E. Suppl. 215. — ce. 1 . (Liasse.) — 23 pièces, papier. 

i9f4«-t9f90« — Mandements des États de Bretagne : 
pour la levée et répartition de 21 deniers pour livre de 
l'impôt de la milice et casernement (1746) ; — pour la 
levée du dixième du revenu des biens-fonds, en exécu- 
tion de la déclaration du Roi du 29 août 1741 (1746) ; — 
pour la levée du dixième sur les contribuables des villes 
de révêché de Vannes désignées dans l'article 8 de ladite 



52 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



déclaration (1746) ; — pour la capitatioQ de Tannée 1789, 
montant à la somme de 16,936 livres 3 sous 5 deniers. 

— Rôle de répartition, émané des États de Bretagne, de 
la somme de 17,045 livres 12 sous pour l'impôt de la mi- 
lice et casernement, et rôle supplétif sur les ci- devant 
privilégiés, contenant répartition de la somme de 
1,007 livres 10 sous (1789). 

E. Suppl. 246. — ce. 2. (Liasse.) — 19 pièces, papier. 

t9S9-t940. — Comptes des grands octrois et de- 
niers patrimoniaux. — Délibérations qui accordent 
22,000 livres à H. Guillois, ingénieur, pour le pavage de 
la ville de Lorient. — Quittances s'élevant ensemble à la 
somme de 4,563 livres. ~ Extraits des produits des oc- 
trois. 

E. Suppl. 247. — ce. 3. (Liasse.) — 96 pièces, papier. 

t944-tY49. — Comptes des grands octrois et de- 
niers patrimoniaux. — États des recettes et dépenses des 
anciens et nouveaux octrois (1744-1746). — Rembourse- 
ments de maisons pour rétablissement de Thôtel-Dieu. 

— Quittances de réparations de grands chemins. — 
Dixièmes des octrois, montant à la somme de 6,405 livres 
(1745-1748). 

E. Suppl. 2i8. — ce. 4. (Liasse.) — 48 pièces, papier. 

t949-f 9&4. — Commues des grands octrois et de- 
niers patrimoniaux. — Expédition du compte des octrois 
de Lorient, du l^f Juillet 1748 au 31 décembre 1754. — 
Pièces relatives à l'acquisition de cabanes vendues à la 
ville par les sieurs Chaban* et Mahy. — Observations de 
la Chambre des Comptes sur le compte des octrois de 
Lorient de 1749 à 1754. 

E. Suppl. 2i9. -— ce. 5. (Liasse.) 47 pièces, papier. 

« 

tY55-t9&Y« — Comptes des grands octrois et de- 
niers patrimoniaux. — Expédition du compte des octrois 
de 1755 à 1757. — État des pièces de dépenses montant 
à 57,879 livres 19 sous 6 deniers pour lesdites années. 

— Solde du payement de Tacquisition de riiôtel-de-ville, 
s'élevantà 1,977 livres 10 sous. 

E. Suppl. 250.— ce. 6. (Liass\) — 42 pièces, papier. 

t9f&9. — Comptes des grands octrois et deniers pa- 
trimoniaux. — Expédition du compte des octrois de 
Tannée 1758. — Extraits des produits des octrois s^éle- 
vant à 50,172 livres 4 sous 11 deniers.— Compte des 
travaux publics évalués à 12,181 livres 1 sou 7 deniers. 



E. Suppl. 251. — ce. 7. (Liasse.) — 35 pièces, papier. 

t9&9. — Comptes des grands octrois et deniers pa- 
trimoniaux. — Extraits des produits des octrois de 1759, 
montant à 42,326 livres 7 sous 8 deniers. — État de 
non-valeurs sur Toclroi des années 1755-1759, s'élevant 
à 7,450 livres. 

E. SuppL 252. — ce. 8. (Liasse.) — 32 pièces, papier. 

f 9MI* — Comptes, des grands octrois et deniers pa- 
trimoniaux. — Expédition du compte des octrois et de- 
niers patrimoniaux de Tannée 1760, rendu par M. Gillard 
de Keranflec, receveur. — États des travaux publics 
exécutés enC1760. 

E. Suppl. 253. — ce. 9. (Liasse.) — 26 pièces, papier. 

tifat. — Comptes des grands octrois et deniers pa- 
trimoniaux. — Expédition du compte des octrois de 1761. 
— États des produits desdits octrois montant à 37,519 liv. 
17 sous 2 deniers. — État de situation delà caisse du 
receveur des octrois, années 1760 et i761. — Quittances 
de M. Tingénieur Guillois pour travaux publics. 

E. SuppL 254. — ce. 10. (Liasse.) — 52 pièces, papier. 

f VSt. — Comptes des grands octrois et deniers patri- 
moniaux. — - Quittance de 600 Tvres pour députation aux 
États, rejetée du compte jusqu^à décision du contrôleur 
général. — Etats d'appointement du régisseur des octrois 
et des frais de régie. 

E. SuppL 255. — ce. 11. (Liasse.) — 34 pièces, papier. 

f 9f«8-f Ya&. — Comptes des grands octrois et deniers 
patrimoniaux. — Expédition du compte rendu par 
M. Ferrand, conseiller du Roi, maire de la ville et com- 
munauté de Lorient, années 1763-1765. — États divers 

de produits pour lesdites années, montant à 113,181 livres 
7 sous 9 deniers. 

E. SuppL 256. — ce. 12. (Liasse.) — 37 pièce», papier. 

t9f6ll-t9«9. — Comptes des grands octrois et deniers 
patrimoniaux. — Expéditions des comptes des octrois de 
1766-1707. — État de reprise sur les octrois de 1766, 
montant à 1,620 livres 2 sous 4 deniers. — États des pro- 
duits des octrois de 1767, s'élevant à 38,986 livres 
17 sous 3 deniers. — Quittances pour travaux publics 
en 1767, montant à 45,526 livres 6 sous 8 deniers. — 
Quittances et états d'appointements en 1767, montant à 
4,054 livres. — Quittances pour frais de régie d'octroi 
en 1767, montant à 650 lirres. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTONS DE LORIENT. 



58 



E. Suppl. 5^7.— ce. 13. (Liasse.) — 18 pièces, papier. 

£909. — Comptes des grands octrois et deniers pa- 
trimoniaux. — Expédition du compte rendu pour Tannée 
4768 par le sieur Laurent Bourgeois, receveur général 
et régisseur des octrois et deniers patrimoniaux de la 
ville de Lorient. — Ordonnances de l'intendant de Bre- 
tagne pour payements s'élevant à 5,528 livres 6 sous 
7 deniers. 

E. Suppl. 258. — ce. 14. (Liasse.) — 36 pièce», papier. 

f 900,-. Comptes des grands octrois et deniers patri- 
moniaux. — Quittances pour travaux publics des quais, 
montant à 10,055 livres 18 sous. — Quittance et ordon- 
nance pour les vingtièmes des octrois , s'élevant à 
2,200 livres. 

E. Suppl. 259. — ce. 15. (Liasse.) — 15 pièces, papier. 

tVIfO'tVVfl. — Comptes des grands octrois et deniers 
patrimoniaux. — Expédition de l'état vrai du miseur 
pour les années 1770-1771. — Expédition du compte ar- 
rêté par la Chambre des Comptes, portant le monlant 
des recettes des octrois , pour lesdites deux années, 
à 65,544 livres 10 sous 9 deniers. — État au vrai fourni 
par le miseur pour les années 1772-1773. — Expédition 
du compte arrêté par la Chambre des Comptes pour les- 
dites années, dout les octrois réunis se sont élevt^s en 
recette à 72,600 livres, en dépense à 62,429 livres 
10 sous 10 deniers. — État au vrai du miseur pour les 
années 1774 et 1775. — Expédition du compte remis à 
à la Chambre des Comptes pour les susdites années, dont 
les octrois se sont élevés ensemble pour la recette à 
74,700 livres, et pour la dépense à 63,436 livres 2 sous 
4 deniers. — Expédition du compte des octrois en régie 
pour 1778 et 1779. — Expéditions du compte rendu à la 
Chambre des Comptes pour lesdites années, monlant en- 
.<;emble en recette à 72,363 livres 12 sous 8 deniers, et 
en dépense à 78,090 livres 12 sous 9 deniers. 

E. S.ippl. '2C0. — ce. 16. (Liasse.) — 51 pièces^ papier. 

t9SO-tY9t. — Comptes des grands octrois et deniers 
patrimoniaux. — Compte du régisseur des octrois pour 
1781, avec divers états de produits. — Récépissés du 
receveur des octrois. — Quittances du fermier des de- 
voirs. — Quiiiances pour remboursements de droits; 
etc. 

E. Suppl. 2b l. — ce. 17. (Liasse.) — 100 pièces, papier. 

1 999-1998. — Comptes des grands octrois et denier^ 
patrimoniaux. — Double du compte du régisseur des oc* 



trois pour Tannée 1782. — Double du compte du rece- 
veur particulier pour la même année, avec états de pro- 
duits. — Compte du régisseur des octrois pour 1783. — 
Récépissés sur les grands octrois. — Quittances diverses. 

£. Suppl. 262. — ce. 18. (Liasse.) — 60 pièces, papier. 

t994-f 9f9&. — Comptes des grands octrois et deniers 
patrimoniaux.— Compte repdu par le sieur Chaumat, 
régisseur et receveur général des octrois et deniers patri- 
moniaux de la ville et banlieue de Lorient, pour Tannée 
1785, avec états de produits à Tappui. — Quittances di- 
verses |»our appointements, remboursements, etc. 

E. Suppl. 263. — ce. 19. (Liasse.) - 30 pièces, papier. 

f 999-1990. — Comptes des grands octrois et deniers 
patrimoniaux. — Minute du compte présentant la situa- 
tion générale du bureau de comptabilité du comité per- 
manent, du 16 septembre 1789 au 27 janvier 1790. — 
État des charges et dépenses annuelles de la ville de 
Lorient.— État au vrai des recettes et dépenses faites par 
M.Jean-Marie Bourgeois, receveur ancien, alternatif et 
triennal des octrois et deniers patrimoniaux, année 1788 
et partie de 1789. — Bordereau de situation des finances 
de la ville de Lorient, pour 1788-1789. — Compte, par 
recettes et dépenses, des octrois et deniers patrimoniaux, 
du 24 septembre 1789 au 31 janvier 1790. — Pièces se 
rattachant à la comptabilité de 1789. — Mémoires divers 
pour ouvrages et fournitures. 

£. Suppl. 264. — ce. 20. (Liasse.) — 96 pièces, papier. 

t9&9-t96t. — Comptes des petits octrois et deniers 
patrimoniaux levés spécialement au profit de THôtel- 
Dieu. — ' Comptes rendus par M. GQlard de Keranflec, 
receveur.— États de produits s'élevant ensemble, de 
1752 à 1761, à la somme de 34,439 Ivres 15 sous 
1 denier. 

£. Suppl. '265. — ce. 21. (Liasse.) — 41 pièces, papier. 

1 9«9-t9a&. Comptes des petits octrois.— Double 
du compte des petits octrois rendu par M. Ferrand, 
maire de Lorient, pour 1762-1765. — Etats de produits 
s'élevant à 16,127 livres 1 sou 11 deniers. 

E. Suppl. 266. — ce. 22. ^Liasse.)— 12 pièces, papier. 

i9ea. — Comptes des petits octrois. — Double du 
compte rendu pour Tannée 1766. — Etats de produits 
s'élevant ensemble à 4,916 livres 19 sous 6 deniers. — 
Quittances du trésorier de l'Hôtel-Dieu s'élevant à 7,000 
livres. 



t_ 



54 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 967. — ce. 33. (Liasse.)— 12 pièces, papier. 

t909. — Comptes des petits octrois.—- Double da 
compte rendu, pour Tannée 1767, par M. Laurent 
Bourgeois, régisseur et receveur général des octrois. — 
Etat des produits de la même année s'élevant à 4,731 
livres 2 sous 1 denier. — Quittances de payements faits 
au trésorier de l'Hôtel-Dieu, montant à 4,000 livres. 

E. Sappl. 268. — CC. 24. (Liasse.) — 45 pièces , papier. 

t9«9-t99«.-' Comptes des petits octrois.— Doubles 
des comptes rendus par M. Laurent Bourgeois pour les 
années 1768-1776.*-^ Etats de produits s'élevant ensemble 
à 5,936 livres 5 sous 8 deniers. 

E. SuppL 269. — CC. 25. (Liasse.) ~ 62 pièces , papier. 

t999-t9f99.^ Comptes des petits octrois. — Doubles 
des comptes rendus par MM. Laurent Bourgeois et 
Huerne pour les années 1777-1779. — Etats de produits 
montant à 9,960 livres 11 sous.— Délibérations, ordon- 
nances et quittances. 

E. SuppL 270. — CC. 26. (Liasse.) — 88 pièces, papier. 

1990-19 sa. — Comptes des petits oclrois. — 
Comptes rendus par MIff. Laurent Bourgeois, Huerne, 
Roche et Chaumat pour les années 1780-1786. — Etats 
des produits montant ensemble à 15,339 livres 8 sous 
3 deniers. — Délibérations , ordonnances et quittances. 

E. SuppL 271. — DD. 1. (Registre.) — In-folio , 75 feuillets, papier. 

t9S9-t909. — Pavage de la ville de Lorient. — 
Etat général de répartition des sommes dues à la com- 
munauté de Lorient par divers particuliers pour les pavés 
de la ville. 

E. Suppl. 272. — DD. 2. (Liasse.) — 1 pièce , parchemin ; 71 pièces, 

papier ; 2 sceaux. 

i9SS-t9Sfl. — Propriétés de la ville ; édifices ; 
travaux publics; voirie. — Arrêté du Conseil d'État con- 
cernant le pavage des rues et des places publiques 
(3 juillet 1738). — Devis relatif au pavage de la ville de 
Lorient. — Copie d'un état de remboursement ordon- 
nancé pour indemnités relatives à l'expropriation de 
maisons et cabanes démolies pour Texécution du plan 
de la ville de Lorient, et dont le payement a été effectué, 
à titre d'avance, par le caissier de la Compagnie des 
Indes, en l'acquit de la communauté , sauf rembourse- 
ment ultérieur par celle-ci (16 janvier 1741). — État des 



effets, matières et matériaux fournis par la Compagnie des 
Indes à la communauté de Lorient, du 29 juillet 1738 au 
27 mai 1751, montant à 148,455 livres 19 sous 11 deniers, 
pour les pavés , cales, quais, murs d'enceinte et autres 
travaux publics de la ville (15 juin 1751). — Projets de 
cales et quais. — Contrat de vente passé par-devant les 
notaires Marchand et Perret, de Paris , relatif à l'acqui- 
sition d'une maison-de-ville destinée à la réunion des 
assemblées générales de la communauté (15 mai 175i) ; 
lettres-patentes de Louis XV qui autorisent et ratifient 
cette acquisition (juillet 1752). — Mémoires concernant 
la vente de THôtel-Dieu de Lorient à la Compagnie des 
Indes ; autre mémoire relatif à l'Hôtel-Dieu et à ses édi- 
fices; étals estimatifs concernant cet établissement; lettres 
de l'intendant de Bretagne et des syndics et directeurs 
de la Compagnie des Indes, tendant à faciliter la cons- 
truction d'un nouvel Hôtel-Dieu (1752-1758). — États 
de dépenses en matières et main-d'œuvre pour les travaux 
publics en régie : hôtel-de-ville, cales, quais et chemins 
(1756-1757). — Toisés d'ouvrages de charpenterie : pour 
la réparation et l'entretien des latrines publiques ; — 
pour récoulement des eaux pluviales. 

E. Suppl. 273. — DD. 3. (Liasse.) — 1 pièce, parchemin ; 64 pièces, 

papier ; 2 plans. 

t9f&fl't99f9. — Propriétés de la ville ; édifices ; tra- 
vaux publics; voirie. — Pièces relatives à des rembour- 
sements faits par la ville de murs mitoyens , par suite 
d'arrangements et de transactions (1759-1778). — Plan 
de la ville de Lorient et de ses fortifications, avec une 
partie de Tenclos de la Compagnie des Indes, levé par 
M. de Saint-Pierre , ingénieur de la marine royale (12 
décembre 1762). — Acte notarié de la concession faite, 
à titre de féage roturier, par le prince de Rohan à la ville 
de Lorient, de toutes les vases et terrains situés le long 
de la côte, depuis la cale Ory inclusivement jusqu'au 
moulin du Faouëdic (24 août 1765 ; enregistré, le 9 dé- 
cembre 1766, au greffe de la Chambre des Comptes de 
Bretagne) ; à cette pièce se trouvent annexés : 1« un plan 
de ladite concession et des terrains vendus à la ville 
le 2 mai 1793; 2o une copie certifiée de la délibération 
prise, le 28 août 1764 , par les échevins et autres membres 
de la communauté , ainsi que des délibérations des 
18 et 21 janvier, 15 et 24 août 1793, relativement auxdiU 
terrains ; délibération portant rectification du plan des 
terrains cédés parle prince de Rohan (1" septembre 1775). 
— Mémoires de fournitures et rôles de journées pour les 
travaux des cales et quais (janvier 1767). — Mémoires et 
états de dépenses en matières et main-d'œuvre pour 
la construction des quais et cales (février 1767). 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTONS DE LORIENT. 55 



E. Sappl. 274. — DD. 4. (Registre.)— In-folio, 193 feuillets, papier. 

fY«Y-f996.— Livre de caisse des recettes et dé- 
penses relatives à la construcliofl de la nouvelle église 
paroissiale de Lorient. 

E. Suppl. 275. -- DD. 5. (Registre.)— In-folio, 139 feuillets, papier. 

tY«lf-t994. — Livre des dépenses faites pour la 
construction de la nouvelle église paroissiale, renfermant : 
i^ lesdites dépenses, i^ les statuts et règlements adoptés 
pour ladite construction, S'' la correspondance qui s^y 
rapporte. 

E. Suppl. 276. — - DD. 6. (Liasse.)— 2 pièces, parchemin; 104 pièces, 

papier ; 4 plans. 

f If «1- 19 SU.— Propriétés de la ville ; édifices; tra- 
vaux publics ; voirie. — Compte rendu par M. Laurent 
Bourgeois, chargé de la régie et recette des pavés de 
Lorient; rapport et pièces concernant ce compte (1767- 
1 789).— Détail du cérémonial observé lorsque la première 
pierre de l'église paroissiale de Lorient a été posée, au 
nom de S. M. Louis XV, par le vicomte Barrin, maréchal 
de camp (30 juin 1768).-— Plan du quai s'étendant entre 
la cale Ory et celle d'Aiguillon , « pour faire voir les parties 
qui restent à remblayer derrière le mur d'icelui ; » ledit 
plan levé par M. Détaille (17 août 1769) et approuvé par 
l'intendant de Bretagne (18 octobre 1769). — Extrait du 
registre des recettes des pavés de la ville de Lorient (1769). 

— Règlement et délibération concernant la police des cales 
et quais de Lorient (1771-1784).— Délibérations de la ville 
et communauté de Lorient relatives à la salle de spectacle 
(22 juin 1772, l»»- avril 1777, 24 mars 1778 et 8 avril 
1780); toisé estimatif de la salle de spectacle à construire 
sur le cours de la Bôve, accompagné d'une lettre adressée 
par Tarchilecte à M. Gaze de la Bôve, intendant de Bre- 
tagne 1,1777-1778); extrait des registres du Conseil d'État 
portant autorisation d'abandonner aux actionnaires de la 
salle de sp3:)tacle le terrain nécessaire pour bâtir cette 
salle, au bas de la place d'Espréménil, autrement dite 
de la Bôve (8 mai 1778) ; contrat, au rapport de maître 
Olivier, notaire, portant cession par la communauté de 
Lorient d'un terrain pour y construire ladite salle (26 juin 
1778); acte notarié, passé à Paris, concernant l'acqui- 
sition des actions pour la construction de ladite salle 
(24 juillet 1778).— Plan des terrains du quai d'Aleuillon, 
dressé, le 18 mai 1774, par M. DetaUle et approuvé par 
délibération du l«r juin de la môme année. — Plan de 
façade pour les maisons à construire sur les terrains du 
quai marchand, dessiné par M. Détaille (l®"- juin 1774). 

— État portant quittance^ des frais avancés par maître 



LeGuével, notaire, pour racquisition d'une maison et 
de terrains vendus à la communauté de Lorient par 
M. Cabot, de Paris, et destinés à la construction d^un 
hôtel-de-ville (31 mars 1775). — États et mémoires pour 
fournitures et façons d'ouvrages concernant la construc- 
tion de la cale de Rohan ; rapport sur l'emploi des 30,000 
livres données par le prince de Rohan pour cette cons- 
truction (1778-1781). — Plan d'une partie de la ville de 
Lorient contenant divers terrains jadis couverts par la 
mer, dressé, le 5 juin 1779, par l'ingénieur Guillois et 
approuvé par l'intendant de Bretagne, le 25 mars 1780. 
— Copie d'un arrêté du Conseil d'État concernant une 
prise d'eau pour la ville de Lorient (12 octobre 1779). 

E. Suppl. 277. — DD. 7. (Liasse.) — 12 pièces, papier.^ 2 plans . 

t9f9t-t990. — Propriétés de la ville ; édifices 
travaux publics; voirie. — Compte rendu par M. La- 
potaire, commissaire pour les travaux publics ; états et 
mémoires pour fournitures et ouvrages (1781-1788). — 
Compte ouvert avec le sieur Gohier, entrepreneur, pour 
la fourniture des pavés de Loriont; états des marchés 
adjugés à cet entrepreneur (1783-1790). — Extrait des 
registres du greffe de police de la juridiction de Lorient 
concernant les fontaines (13 août 1785). — Compte rendu 
par M. Lapotaire, échevin de la ville et communauté de 
Lorient, l'un des commissaires nommés, par délibération 
du 4 octobre 1788, pour faire la recette et la rentrée des 
pavés, d'après les quatre rôles arrêtés par l'intendant de 
Bretagne (novembre 1789).— Relevé des sommes restant 
à payer sur les divers rôles de pavage arrêtés par l'in- 
tendant de Bretagne ; état des avertissements envoyés 
aux di^biteurs de pavés (1789-1790). — Plan de la partie 
de la ville de Lorient joignant les vases à l'anse du 
Faouëdic, sur lequel sont marqués les petits murs qui 
séparent les terrains des particuliers, avec les bornes 
qu'on y i placées pour indiquer les anciennes limites 
(antérieur à 1790, mais sans date précise).— Plan 
général de l'enclos et du parc de la Compagnie des Indes 
au port de Lorient , sur lequel sont marqués les divers 
projets d'établissements et d'arrangements adoptés pour 
ce port (antérieur à 1790, mais sans date précise). 

E. Suppl. 278. — EE. 1. (Cahier.)— In-i2, 9 feuillets, papier. 

t9f4«. ■— Journal du siège de Lorient ^ attribué à 
M. de Barbarin (copie récente, non signée). 

E. Suppl. 279. — FF. 1. (Liasse.)— 3 pièces, papier. 

1991-1991. — Procédure relative aux prétentions 
des héritiers Boisseau et Nisseron sur une partie de la 
maison devenue l'hôtel-de-ville de Lorient. 



L 



56 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Sttppl. «0. — GG. 4. (Cahierg.) — In-folio , 487 feuilleU , papier. 

t909-tt«o.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 2 mai 1709. Mariage entre Antoine de France, écuyer, 
sieur de la Tour, et demoiselle Perrine Druay, fille de 
noble homme Jean Druûy, sieur du Parc, et de demoi- 
selle Marie Chevalier. - 13 août 4710. Baptême de 
Louis-Emmanuel-Clément de Montandre, fils d'écuyer 
Louis de Montandre de Longchamp, lieutenant des 
vaisseaux du Roi , et de dame Marie-Françoise de Len- 
tivy ; parrain messire Clément comte de Volvire , capi- 
taine des vaisseaux du Roi; marraine dame Claude- 
Emmanuelle Gelin, dame de Laval de MontmoreVicy. — 
23 septembre 4716. Mariage entre Henri Salbert, che- 
valier, seigneur de Forge, officier de la marine, et 
demoiselle Anne-Fleurie Robin.— 18 mai 1718. Mariage 
entre Henri-Eléonor Le Roy, écuyer, sieur de Rodon, 
commissaire ordinaire de la marine, et dame Marie 
Tranchant, veuve du sieur du Martray. 

E. Suppl. 281. — GG. 2. (Cahiers.) — In-foUo, 554 feuiUets, papier. 

1991-1 99«. — Baptêmes, mariages et sépultures. - 
Î2 février 1724. Mariage entre noble homme Charles 
Le Dali, sieur de Kerangallet, et dame Catherine-Thomase 
de DouviUe, veuve du sieur Oursin, de la paroisse de 
Quistinic. — 5 août 1726. Mariage entre Charles-Pierre- 
Nicolas Piché, écuyer, sieur de Ségris, et demoiselle 
Elisabeth-Charlotte RodoUet. 

E. Sappl. 282. — GG. 3. (Cahiers.)— ï»-'<>lio» 501 feuiUets, papier. 

t999-t9S9. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
44 février 1729. Mariage entre noble homme Charles 
Guillermin de Kerprat et demoiselle Marie-Louise Droneau. 
— 30 janvier 1730. Mariage entre Antoine du Coudray, 
capitaine des vaisseaux marchands, et demoiselle Jeanne- 
Louise-Mauricette Filhouze, dame de Kerbert. — 13 fé- 
vrier 1730. Mariage entre Yves-Isaac-Bonaventure Rolland, 
écuyer, sieur de Saint-Pérand , et demoiselle Marie- 
Claire-Reine Dubois. — 22 mai 1730. Mariage entre 
noble homme Pierre Hurat, avocat au Parlement, et dame 
Marguerite Dentremeuse, veuve de Louis-Guillaume Giret, 
Pun des directeurs de la Compagnie des Indes. — 
21 avril 1732. Mariage entre noble homme Jean-Baptiste 
d*Après de Blangy, originaire du Havre-de-Grâce, et 
demoiselle Marie-Magdeleine de Binar, du diocèse de 
Quimper. — 12 juillet 1732. Baptême de Pierre-Antoine 
de Valette, fils d'écuyer Antoine-Henri de Valette de 
Laudun et do demoiselle Marie-Thérèse de Mauclerc; 
parrain écuyer Pierre de Fayet, capitaine des vaisseaux 



du Roi, gouverneur général de nie de Saint-Domingue; 
marraine demoiselle Jeanne de Quentrec, dame de Butler. 

— '29 septembre 1732. Mariage entre noble homme 
Joseph Guyardet de Villeroux et demoiselle Françoise 
Lagadec. 

E. Sappl. 283. — GG. 4. (Cahiers.)— In-folio , 505 feuillets, papier. 

tVSS-ilfse.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 13 janvier 1733. Mariage^ntre Jacob-Adrien Le Roux, 
écuyer, sieur de Touffreville, capitaine des vaisseaux de 
la Compagnie des Indes, et demoiselle Marie-ÉIisabeth 
Bocquet.— 24 janvier 1733. Mariage entre Nicolas Dubois, 
sieur du Rocher, et demoiselle Marie-Françoise CoUin. 

— 31 janvier 1733. Mariage entre Charles-André Wan- 
neçon de Bellicourt, écrivain de la Compagnie des Indes, 
et demoiselle Jeanne-Marie Le Masson. — 9 septembre 
1733. Mariage entre noble homme François Collin, sieur 
de Penfrat, et demoiselle Angélique Droneau. - 14 jan- 
viei' 1734. Mariage entre Joseph-Gabriel de Parpillon, 
écuyer, seigneur de Chapelle, et demoiselle Agathe Dèze. 
— 17 avril 1734. Baptême de Geneviève-Elisabeth Chocat. 
fille de Daniel Chocat de Grandmaison et de dame Anne- 
Geneviève Gabriel ; parrain messire Jacques-Charles 
Gabriel, seigneur de Bernay, contrôleur gént^ral des 
bâtiments du Roi ; marraine dame Catherine-Elisabeth 
de Bouilling, femme de Jacques Du val, écuyer, seigneur 
d'Espréménil, directeur général de la Compagnie des 
Indes. — 30 juin 1734. Baptême de Marguerite-Charlotte 
de Montigny, fille de Laurent-André de Montigny, sieur 
du Timeur, et de dame Charlotte-Corentine Robin de 
Kernombre; parrain Charles Bréart, écuyer, sieur de 
Boisanger, conseiller du Roi, sénéchal de la cour d'Hen- 
nebont; marraine dame Marguerite GefTroy, comtesse 
de Cintré. .^ 12 octobre 1734. Baptême de Marie-Jeanne 
Monistrol, fille de noble homme André Monistrol, direc- 
teur des postes, et de demoiselle Claire-Bonne Cessé ; 
parrain écuyer Nicolas-Jean de la MotterJaziai , capitaine 
des vaisseaux de la Compagnie royale des Indes; mat raine 
dame Marie-Hyacinthe Louvard de Keranflec. — 18 no- 
vembre 1734. Mariage entre Jean-Jacques de la Chaise, 
capitaine des vaisseaux de la Compagnie royale des Indes, 
et demoiselle Guyonne-Renée Morin. — 25 novembre 

1734. Abjuration du calvinisme par Jean Martin , origi- 
naire de la ville de Hambourg.— 13 février 1735. Mariage 
entre Hoble homme Jean-Christophe Nantier , sieur du 
Plessis, et demoiselle Suzanne Bourges. — 19 février 

1735. Mariage entre noble homme Jacques -Vincent 
Le Verger, sieur de Kercado, avocat au parlement de 
Bretagne, et demoiselle Jeanne -Louise Droneau. — 



r 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. ~ ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTONS DE LORIENT. 



57 



7 mars 1735. Mariage entre Charles Rogon, écoyer, sieur 
de Kertanguy, et demoiselle Marie-Lydie Prévost. — 
30 mai 4735. Baptême, en Téglise paroissiale de- Saint- 
Louis de Lorient, d'Isidore-Casimir, nègre du Sénégal, 
âgé de 6 ou 7 ans, par messire Joseph de la Pierre, 
écuyer , seigneur de Carnouet , prêtre , aumônier de la 
reine d'Espagne; parrain Jean-Henri Ory, chevalier, 
seigneur de Fulvy, maître des requêtes au parlement de 
Paris; marraine demoiselle Marie-Elisabeth Duval d'Es- 
préménil ; présents et signants Mf' le prince Constantin 
de Rohan, messire Jacques Diival, seigneur d'Espréménil, 
directeur général de la Compagnie royale des Indes , de 
Godeheu, de Ricquebourg, lieutenant du Roi, écuyer 
Jean du Vernay, Cavalier, etc. — 20 juin 1735. Mariage 
entre Louis de Saint-Pierre, inspecteur ordinaire des 
bâtiments du Roi, ingénieur et inspecteur général de la 
Compagnie royale des Indes, et demoiselle Louise-Char- 
lotte Bassereau. — 8 novembre 1735. Mariage entre 
messire Pierre Duvelaer, chevalier, seigneur de Ker- 
viguen , et demoiselle Marie-Elisabeth Duval «d'Espré- 
ménil, fiUe de Jacques Duval, etc. 

E. Suppl. 2Bi. — G6. 5. (Cahiers.) — In-foUo, 596 feuiUets, papier. 

i9S9-t94ll. — Baptêmes, mariages et sépultures. — 
U novembre 1737. Mariage entre François-Guillaume 
Le Fol, écuyer, sieur de la Londe, et demoiselle Claudine 
Rapion de la Placeliërc. — 19 avril 1738. Baptême de 
Bonne-Jacquette Pérault, fille d'Etienne Pérault, maire 
delà ville de Lorient, et de demoiselle Jeanne Pépin ; 
parrain Jacques de la Chaise, capitaine des vaisseaux de 
la Compagnie des Indes; marraine demoiselle Claire- 
Bonne Cossé.— !•' septembre 1738. Mariage entre Ni- 
colas-Grégoire du Joncq, écuyer, sieur de Boisquesnay, 
et demoiselle Marie-Magdeleine de Joannis. — 23 février 
1739. Baptême de Pierre-André de Montigny, fils de 
maître Laurent-André de Montigny, procureur royal de 
la ville de Lorient, et de dame Charlotte-Corenline 
Robin de Kernombre ; parrain messire Pierre-François 
Dondel, écuyer, seigneur du Faouëdic, fondateur de 
réglise de Lorient ; marraine dame Anne-Fleurie Robin 
de Kernombre, veuve de messire Henri Salbert, seigneur 
de Forge. — 14 novembre 1739. Mariage entre noble 
homme Jean-Julien OlTray, sieur de la Mettrie, docteur 
en médecine, et demoiselle Louise Droneau, veuve de 
Jacques Le Verger, sieur de Kercado. 

£: Suppl. 285. — GG. 6. (Cahiers.) — In-foUo^ 553 feuiUets, papier. 

4941-1944.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 
i août 1742. Baptême de Jean-René-Joseph de Monta- 



lembert (né en 1694 à Saint-Malo), fils de messire René 
de Montalembert, chevalier, seigneur dudit lieu, et de 
dame Françoise Peronne ; parrain Jacques de la Chaise, 
capitaine des vaisseaux de la Compagnie royale des 
Indes; marraine demoiselle Jeanne-Mathurine Lesné, 
dame dô Larchantec. — 26 août 1743. Mariage entre 
noble homme Jean-Jacques d'Egmont, natif d'Ostende 
en Flandre, et demoiselle Magdeleine-Louise Rema- 
zeilhes. — li octobre 1743. Mariage entre Jérôme-Jo- 
seph Boudin, écuyer, sieur de Lannuguy, et demoiselle 
Marie-Thérèse de Brossy, fille de Pierre de Brossy, ca- 
pitaine des vaisseaux de la Compagnie des Indes. 

E. Suppl. 286. — GG. 7. (Caliiers.) — In-folio, 515 feuiUels, papier. 

f 94&-i949. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
14 avril 1745. Baptême de Charles-Hichel-Laurent Tru- 
blet, fils de Michel Trublet de la Ville-Jégu, capitaine des 
vaisseaux de la Compagnie des Indes, et de dame Anne- 
Marguerite-Antoinetie de Montigny ; parrain Laurent- 
André de Montigny, subdèlégué de l'intendant ; marraine 
demoiselle Anne-Elisabeth do Montigny. — 26 avril 
1745. Baptême de Claude-Victoire Prévost, fille de 
Charles-Adrien Prévost d'Arlincourt, directeur général 
des fermes de Bretagne, et de dame Marguerite La Haye; 
parrain René-Aignau-Victor Goury, écuyer, fermier gé- 
néral de Bretagne ; marraine demoiselle Claudine Gillard 
de Keranflec. — 13 mai 1745. Mariage entre messire 
Armand-François de la Pierre, écuyer, seigneur de Tal- 
houet, Mélinville et autres lieux, chevalier de Tordre 
militaire de Saint-Louis, demeurant en son château de 
Talhouet, paroisse de Guidel, et demoiselle Louise-An- 
toinette Leziart, dame du Terre, de^aint-Deron, etc. — 
17 février 1746. Mariage entre Henri-Nicola^Georges 
de Beaulieu, capitaine des vaisseaux de la Compagnie 
des Indes, et dame Louise-Thérèse-Charlotte Groul, 
veuve de Jacques Dufay, capitaine de port à Lorient. — 
12 septembre 1746. Baptême de Marie-Thérèse-Gabrielle 
Gillart (née en 1732), fille de Ma thieu- Joseph Gillart, 
écuyer, sieur de Keranflec, receveur général des Devoirs, 
lieutenant général de la côte, et de dame Marie-Hya- 
cinthe Louvart de Pontigny ; parrain écuyer Jérôme 
Gillart de Keranflec ; marraine demoiselle Marie-Élisa- 
beth de Montlouis, dame de Pontigny. — 11 avril 1747. 
Baptême de Jacques-Jérôme-Antoine Trublet (né le 17 no- 
vembre 1746 et ondoyé le lendemain), fils de Michel 
Trublet, etc. ; parrain Jacques-Marie- Jérôme Michau de 
Montaran, chevalier, conseiller du Roi en ses Conseils, 
maitre des requêtes ordinaire de son hôtel, intendant du 



Morbihan. — Tome IV. — Suppl. Série E. 



8 



L 



58 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



commerce et commissaire du Roi à la Compagnie des 
Indes ; marraine Corentine- Charlotte Robin de Ke^- 
nombre. — 25 mai 1748. Mariage entre écuyer René- 
Mathurin de Baud, fils de Paul-François de Baud, che- 
valier, seigneur de Kermain, et de dame Anne-Elisabeth 
de Coetnempren; et demoiselle Françoise-Charlotte 
Gourdel. 

E. Suppl. 287. — GG. 8. (Cahiers.) — In-folio , 546 feuillets , papier. 

t940-tv&9.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 
19 mai 1749. Mariage entre Thomas Rapion de la Place- 
lière, capitaine des vaisseaux de la Compagnie des 
Indes, et demoiselle Jeanne-Céleste Pérault, fille de noble 
homme Etienne Pérault, maire de la ville de Lorient. — 
10 août 1749. — Baptême de J^an-Baptiste Poupart, né 
ce jour, fils d'Alexandre Poupart, officier sur les vais- 
seaux de la Compagnie des Indes, et de dame Marie- 
Anne Gobia ; parrain Jean Cottin, cousin-germain de 
l'enfant ; marraine Louise Fromage, femme dudit Cottin. 
— 8 décembre 1749. Baptême de Jacques Cambry, fils 
d'écuyer Gilles Cambry, constructeur entretenu des 
vaisseaux de la Compagnie des Indes, et de dame Renée 
Le Houx. — 5 août 1750. Mariage entre écuyer Jean- 
Baptiste de Lesquelen, capitaine des vaisseaux de la 
Compagnie des Indes, natif du Port-Louis, et demoiselle 
Jeanne-Marie Gougeard. — 31 septembre 1750. Abjura- 
tion de la religion anglicane par Guillaume Wint, de la 
province de Somerset au royaume d'Angleterre. — 
24 mars 1751. Mariage entre François-Julien de Queran- 
gal de Kerarscoêt, lieutenant des vaisseaux de la Com- 
pagnie des Indes, fils de noble homme Maurice de Quer- 
angal, sieur de la Yillehéry; et demoiselle Guyonne- 
Yincente Gillart de Keranflec, fille de Mathieu-Joseph 
Gillart, etc.— 15 avril 1751. Mariage entre François 
Bonnefin , directeur des Devoirs à Lorient, et demoiselle 
Claude-Françoise Gillart de Keranflec , fille de Mathieu- 
Joseph Gillart , etc. — 4 mai 1751. Mariage entre écuyer 
Bonaventure-René-Hilaire de la Pierre du Mènèguen et 
demoiselle Jeanne Arnaud.— 8 aoUt 1752. Mariage entre 
Joseph Bouvet , officier de la Compagnie des Indes , et 
demoiselle Marie-Servanne Dordelin. — 12 août 1752. 
Baptême de Jean-François Colombel, fils de Pierre- 
François Colombel , écuyer, seigneur de Tromeur, et de 
dame Louise-Josëphe Laurent de Kercadio. — 26 sep- 
tembre 1752. Mariage entre Guillaume Le Gonidec et 
Marie-Louise Le Cloarec. 



£. Suppl. 288. — GG. 9. (Cahiers.) — In-folio, 554 feoilleU, papier. 

t9SS-tvS&. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
23 avril 1753. Baptême de François-Joseph Bouvet, né 
ce jour, fils de Joseph-René Bouvet, capitaipe sur les 
vaisseaux de la Compagnie des Indes ^^m parrain Pierre 
Danic ; marraine Marie-Rose-Vincente Perret. — 30 jan- 
vier 1754. Baptême de Laurent-François-Calixte de Chan- 
loiseau, fils d^écuyer Louis de Chantoiseau, capitaine des 
vaisseaux de la Compagnie des Indes, et de dame 
Louise-Anne-Calixte Tréhouart. — 28 mai 1754. Mariage 
entre Augustin Noblet, écuyer, sieur de Penhoat, et 
demoiselle Marguerite-Charlotte de Montigny, fille de 
Laurent-André de Monligny, etc.— 17 décembre 1754; 
Mariage entre Antoine-Jacques Fraboulet, sieur de 
Kerorgan, officier sur les vaisseaux de la Compagnie des 
Indes , et demoiselle Jeanne-Perrine-Fortunée de San- 
guinet, fille de Jean-Joseph de Sanguinet, capitaine sur 
lesdits vaisseaux. — 26 novembre 1755. Mariage entre 
Isaac-Pierre Boissière, trésorier de France, général des 
finances de Bretagne, et demoiselle Emilie Guillemaut 
de Beaulieu. 



E. Suppl. 289. — GG. 10. (Cahiers.)— In-foUo, 612 feuillets, papier. 

t9&«-tv&#«— Baptêmes, mariages et sépultures.-r 
15 juillet 1757. Baptême de Jean -Baptiste-François 
Bompard, né le 12 du même mois, fils de Jean-Baptiste 
Bompard et de demoiselle Magdeleine-Eléonore Sorbière; 
parrain François Sorbière , de Tours ; marraine demoi- 
selle Claude Bompard. — l**^ août 1757. Mariage entre 
messire Charles-Auguste Carré, seigneur de Lusançay 
et du Pou , commissaire de la marine du Roi, et demoi- 
selle Élisabeth-Anne de Montigny du Timeur, Aille de 
Laurent-André de Montigny, etc.— 11 août 1757. Mariage 
entre Julien-Marie Furie, écuyer, sieur de Lescrant, fils 
de Jean-Clément Furie, écuyer, sieur de KerguLstin, et 
de dame Louise-Véronique de la Garde; et demoiselle 
Louise-Thérèse de la Fargue, fille de noble homme 
Julien-Louis de la Fargue et de demoiselle Thérèse 
Miquelard. — 8 novembre 1757. Baptême de Michel- 
Guillaume-Louis Bouguen de Kerdanet, fils de noble 
maître Olivier Bouguen de Kerdanet, avocat au Parle- 
ment, et de dame Renée Salbert de Forge; parrain 
Michel Lally, brigadier des armées da Roi, commandant 
au régiment de Lally ; marraine demoiselle Louise- 
Lorient de Montigny. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTONS DE LORIENT. 



59 



£. Suppl. 290.— GG. il. (Cahiers.)— In-folio, 621 feuillets, papier. 

t9&9«tv«t. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
!•' octobre 1759. Mariage entre Pierre Kerléro, sieur de 
Kersily, avocat au Parlement, sénéchal et seul juge de la 
juridiction de Lorient y et dame Julie Defond , veuve de 
François Robin.— 49 mai 1760. Mariage entre Guillaume- 
Théophile du Jong de Boisquesnay, officier sur les vais- 
seaux de la Compagnie des Indes , fils de Guillaume- 
Théophile du Jong de Boisquesnay, capitaine des vaisseaux 
de ladite Compagnie, et de dame Marie-Anne de Joannis; 
et demoiselle Marie-Françoise Merigon de la Baume. — 
3 mars 1761. Mariage entre écuyer Jean-François-René 
de Blond de Saint-Hilaire , fils d'écuyer Jean-Baptiste 
de Blond de Saint-Hilaire et de dame Françoise-Mag- 
deleine AUanic de Kermabon ; et demoiselle Marie- 
Jacquette Esnoul des Chatelès, fille de Julien-Bertrand 
Esnoul des Chatelès, et de dame Marie-Angélique Offray 
delaMettrie.— 15 décembre 1761 . Mariage entre François- 
Jean-Thomas Emault de Landeneuf, lieutenant des 
vaisseaux de la Compagnie des Indes, et demoiselle 
Louise-Charlotte de Saint-Hédard, fille de Louis-Auguste 
de Saint-Médard , ancien capitaine des vaisseaux de 
ladite Compagnie , et de dame Jeanne-Françoise Alègre. 

£. Suppl. 291. — GG. 12 (Cahiers.) -- In-folio, 598 feuillets , papier. 

tva9-t9a4l. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 11 mai 1763. Baptême de Pierre de Sanguinet, fils de 
Pierre-André de Sanguinet, capitaine des vaisseaux de 
la Compagnie des Indes , et de dame Laurence Gillart de 
Keranflec— 11 février 1764. Baptême d'Alexândre-Jean 
Chaigneau, fils d'Alexandre-Georges Chaigneau, capitaine 
des vaisseaux de la Compagnie des Indes , et de dame 
Bonne-Jacquette Pérault ; parrain écuyer Jean-Jacques 
de la Chaise, capitaine des vaisseaux de ladite Compagnie; 
marraine Jeanne-Céleste Pérault, dame de Ramsault. 

— 13 mars 1764. Baptême d*Alain-Joseph Dordelin, né 
ce jour, fils d'Alain Dordelin, lieutenant des vaisseaux 
de la Compagnie des Indes, et de demoiselle Marguerite 
Billy ; parrain Jacques Morin ; marraine Marie-Joséphe 
Le Floch. -^ 31 juillet 1764. Mariage entre écuyer Jean- 
Baptiste Leneveux de Molmont, lieutenant-colonel du 
régiment du Yexin , et demoiselle Henriette-Marie Bou- 
cher.— 13 novembre 1764. Mariage entre Jean-Baptiste- 
Louis-Marie-Eugéne Marion« écuyer, sieur du Chênevert, 
écrivain sur les vaisseaux de la Compagnie des Indes, et 
demoiselle Marguerite-Gillette Deschiens de Kérulvé. 



E. Suppl. 292.— GG. 13. (Cahiers.)- In-foUo, 596 feuiUets, papier. 

tif«&-t9fav.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 13 janvier 1765. Baptême de Jean-Louis-Michel Guérin, 
fils de Joseph Guérin de Frémicourt, commandant pour 
le Roi à Lorient , et de dame Marie-Louise Bourceret ; 
parrain Michel-Pierre Bénard ; marraine Jeanne-Marie- 
Guy Bidard de la Morinays.— 12 février 1765. Abjuration 
de la religion anglicane par Thomas Samson , originaire 
de Kent, au diocèse de Cantorbéry en Angleterre, reçue 
par Charles Macmaines , religieux cordelier. — 14 mai 
1765. Mariage entre Étienne-Louis Le Marant, écuyer, 
sieur de Kerdaniel, et demoiselle Jeanne-Céleste Buzot. 

— 9 juillet 1765. Mariage entre Pierre Voysin, sieur de 
la Serbelle, caissier des édifices de la compagnie des 
Indes, et demoiselle Rose-Blanche-Sébastienne Mathieu 
de Merville de Saint-Rémy.— 20 août 1765. Mariage 
entre Jacques-Pierre Bourde de la Villehuet, officier de 
la Compagnie des Indes , et demoiselle Thérèse-Marie- 
Jeanne Frémery, fille de Nicolas-Jean Frémery, capitaine 
des vaisseaux de ladite Compagnie, et de dame Thérèse- 
Jeanne Surville.— 28 décembre 1765. Mariage entre 
Adrien-Joseph Brizeux et Julie Hervian. — 31 décembre 
1765. Mariage entre écuyer Pierre- Adrien de Boisnèuf , 
receveur de la capitation , et demoiselle Thérèse-Denise 
Georges de Beaulieu. — 14 octobre 1766. Mariage ent* 
écuyer Louis-Marie-François Dauphin d'Halinghen, officier 
des vaisseaux de la Compagnie des Indes , et demoiselle 
Angélique-Louise Offray de la Mettrie, fille de Julien-Jean 
Offray de la Mettrie , docteur en médecine , et de dame 
Louise-Charlotte Droneau.— 17 novembre 1766. Mariage 
entre noble maître Vincent de Livoys, sieur de Pradmeur, 
avocat en Parlement, et demoiselle Marie- Jeanne Price. 

— 10 février 1767. Baptême de Jean-Michel Purchot, né 
la veille, fils de Michel-Thomas Purchot et de Jacquette 
Bourvéllec ; parrain Jean Laurançon ; marraine Julienne 
Bourvellec. 

E. Suppl. 293.— GG. 14. (Cahiers).— In-tolio, 470 feuiUeU, papier. 

t9a#-i9«9.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 12 février 1768. Baptême de Louis-Joseph-Augustin 
du Saulchoy , fils de Louis-Marin du Saulchoy , écrivain 
des vaisseaux de la Compagnie des Indes, et de dame 
Catherine-Louise-Magdeleine Madec— 3 novembre 1768. 
Mariage entre écuyer Philippe-François Prévost de, la 
Croix, capitaine des vaisseaux de la Compagnie des 
Indes , veuf de dame Jeanne-Vincente-Félicité-Xavière 
Nagron de Lestang; et dame Léonore - Guyenne- 



60 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Françoise Frèmont, veuve de Claude-Thomas Goubert, 
ancien ingénieur de ladite Compagnie. — 14 novembre 
1768. Mariage entre Antoine-Jean-Marie Thévenard, 
capitaine des vaisseaux de la Compagnie des Indes et du 
port de Lorient, veuf de dame Françoise-Louise Olivier ; 
et demoiselle JuUenne-Ursule-Marie Esnoul des Chatelès. 

— 22 août i769. Mariage entre messire Louis-Augustin 
du Rocher de la Perigne, commandant des troupes du 
port de Lorient, et demoiselle Jeanne Calmel.— 13 sep- 
tembre 1769. Baptême de Jean-Marie-Charles de Langle, 
fils d'écuyer Pierre-Louis de Langle de Cary, officier des 
vaisseaux de la Compagnie des Indes , et de dame Jac- 
quette Conard de Suzor ; parrain écuyer Charles-Timo- 
thëe de Lambour, commissaire de la marine.— 25 
octobre 1769. Baptême de Jean-Marie Dussault, fils de 
Jean-François Dussault, ingénieur de la Compagnie des 
Indes, et de dame Marie-Marguerite Le Breton. 

£. Suppl. 294. — GG. 15. (Cahiers.) — In-folio, 587 feuillets^ papier. 

tVVO'iVIit* — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 16 avril 1770. Abjuration de la religion calviniste par 
Suzanne Beaulac, femme de Thomas Thomson, originaire 
d'Exeter en Angleterre. — 30 avril 1770. Mariage entre 
noble homme Charles-Jacques-Pierre Benoist de la Mothe 
directeur-général des Devoirs à Vannes , et demoiselle 
Élisabeth-Marie-Jacquette Boucher-Desfoirges. — 4 sep- 
tembre 1770. Mariage entre Alexis-Jacques Buisson de la 
Vigne, officier des vaisseaux de la Compagnie des Indes, 
et demoiselle Céleste Rapion de la Placelière. — 24 sep- 
tembre 1770. Baptême de François-Marie Bazin, né le 
même jour, fils de Charles Bazin et de Marguerite Richard; 
parrain François Humbert ; marraine Marie-Anne Rio du 
Jour. — 10 janvier 1771. Mariage entre noble maître 
Joseph-Louis-Marie Béard du Désert, avocat au parlement 
de Bretagne, et demoiselle Louise-Marie-Anne Fomier. 

— 29 janvier 1771. Mariage entre Julien-Louis Monistrol, 
directeur des postes et contrôleur des ventes de la Com- 
pagnie des Indes, et demoiselle Jeanne-Étiennette Mancel. 

— 6 août 1771. Mariage entre Jean-Marie Esnoul des 
Chatelès , conseiller du Roi, rapporteur du point d'hon- 
neur au tribunal de Nosseigneurs les maré(Aiaux de 
France, et demoiselle Julienne Fortin. — 12 août 1772. 
Baptême de Jean-Raymond-Charles Bourke , fils d'écuyer 
Richard Bourke et de dame Marie-Jacquette Saint-John. 

E. Sappl. 295.— G&. 16. (Cahiers.) — In-folio, 550 feuiUets, papier. 

t99S-it va. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 4 janvier 1773. Mariage entre Jean-Marie Kerléro de 



Rosbo du Crano , avocat au Parlement et officier dHn- 
fanterie garde-côtes au bataillon de Quimperlé, fils de 
maître Jean Kerléro de Rosbo, sénéchal de la juridiction 
de Lorient ; et demoiselle Elisabeth-Félicité Chautard. — 
22 septembre 1773. Mariage entre trés-illustre et trés- 
noble messire Jacques-Thomas de Fitzpatrick d'Ossory , 
major d'infanterie et capitaine des grenadiers au régi- 
ment de Foix , et demoiselle Anne-Brigitte Saint-John. 

— 23 septembre 1774. Baptême de Louis-Augustin-Fulcher 
Monistrol, né la veille, fils de Julien-Louis Monistrol, 
ancien contrôleur des ventes de la Compagnie des Indes, 
et de dame Jeanne-Étiennette Mancel; parrain Louis- 
François Monistrol, frère de Tenfant; marraine demoiselle 
Jeanne-Thomasse Cessé , sa tante. 

£. Suppl. 296. — GG. 17. (Cahiers.)— In-folio, 548 feuUlets, papier. 

t999-t9f#o. — Baptêmes» mariages et sépultures. 

— 24 février 1777. Transport depuis l'église jusqu'à la 
cale Orry et remise au révérend père Durox, supérieur 
de la communauté de Sainte-Catherine, du corps do 
vénérable père Basile Rudaux, récollet, vicaire de ladite 
communauté. — 19 décembre 1777. Bénédiction de la 
plus forte cloche de Lorient , nommée par le prince et la 
princesse de Roban-Guémené. — 10 mars 1778. Mariage 
entre Louis-François Galabert, conseiller du Roi, officier 
du point d'honneur et négociant, et demoiselle Marie- 
Cécile Le Lubois. — 22 mars 1778. Baptême de Vincent- 
Marie Molac (sic), né ce jour, fils de Joseph-Marie Molac, 
commis-juré au greffe, et de demoiselle Mathurine Janvier; 
parrain Vincent-Ange Pitouays, notaire et procureur; 
marraine demoiselle Marie-Marguerite Janvier , cousine- 
germaine de la mère de l'enfant. — 19 mai 1778. Ma- 
riage entre Ange-Marie Le Forestier de Keromant , con- 
seiller du Roi et miseur de la ville d'Hennebont , et de- 
moiselle Françoise-Joséphine-Marie Allanicde Bellechère. 

— 27 juillet 1778. Mariage entre maître Jean-François- 
Marie Chanu, sieur de Limur, lieutenant général de 
l'Amirauté de Vannes, fils de maître Charles-Louis Chanu, 
sieur de Kerhedein, alloué honoraire du présidial et lieu- 
tenant général de l'Amirauté de Vannes, et de dame 
Marie-Perrine-Jacquette Le Minihy du Rumen ; et demoi- 
selle Jeanne-Louise-Agathe Véry de Sainromain , fille de 
Jean-Paul Véry de Sainromain, ancien capitaine des vais- 
seaux de la Compagnie des Indes.— 28 juillet 1778. Mariage 
entre Jean-Pierre Galabert , officier du point d'honneur 
et négociant , et demoiselle Marie-Vincente de Blond de 
Saint-Hilaire. — 4 juin 1779. Inhumation, dans le cime- 
tière de la paroisse, de Marie-Magdeleine-Radegonde 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTONS DE LORIENT. 61 



Huguet, fille de la Sagesse, supérieure de Thôtel-Dieu 
de Lorient. — 3 janvier 1780. Mariage entre illustre et 
noble seigneur Jean-Christophe chevalier de Dieffen- 
thaller, bourgeois des ville et canton de Lucerne en Suisse, 
major d'infanterie et capitaine au régiment suisse de 
Castella, et demoiselle Marie-Marthe de ViUars de Roche. 
— 4 janvier 1780. Mariage entre écuyer François-Alexis- 
Eusèbe Gratien de Comorre et demoiselle Marie Françoise 
Bourgeois. — 11 mars 1780. Baptême de Jean-Marie 
Esnoul des Chatelès, fils de Jean-Marie Esnoul des Cha- 
telës , maire de la ville de Lorient , et de dame Julienne 
Fortin; parrain messire Jean-François de Blond de Saint- 
Hilaire , ancien capitaine des vaisseaux de la Compagnie 
des Indes ; marraine dame Émilie-Marie-Héléne Offray 
de la Hettrie. 

E. Suppl. 297. — GG. 18. (Cahiers.) ^ In-folio, 508 feuiUets, papier. 

tV9t«t994. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
26 avril 1781. Mariage entre messire René -Urbain de 
Bastard, chevalier, seigneur de Fontenay, capitaine au 
corps royal d'artillerie, et demoiselle Laurence-Joséphine 
Querangal de Kerascoët. — 4 septembre 1782. Baptême 
d' Auguste-Gabriel Salaun, fils d'écuyer Philippe-René 
Salaun de Kerbalanec, capitaine d'infanterie, et de dame 
Renée Villatte ; parrain messire Gabriel Chrétien, cheva- 
lier, seigneur de Chef-de-l'Étang, ancien capitaine du ré- 
giment du Dauphin- Dragons ; marraine demoiselle 
Aimée-Reine Henry de la Blanchetais. — 16 novembre 
1782. — Inhumation de messire Michel-Louis FroUo de 
Kerlivio, conseiller honoraire au présidial de Quimper, 
conmiissaire des guerres pour les milices garde-côtes de 
Bretagne, etc. — 30 octobre 1783. Baptême de François 
Mazois, né le 12 du même mois, fils de Marc-Antoine- 
François Mazois, négociant, originaire de la ville de Paris, 
et de dame Yvonne-Jeanne Yatar de Jouannet, originaire 
de la ville de Rennes ; parrain François Mazois, cheva- 
lier, conseiller du Roi en ses Conseils, ancien président 
des trésoriers de France et commissaire du Conseil pour 
les départements des impositions et affaires de la Géné- 
ralité de Paris, grand-oncle de Tentant du côté paternel ; 
marraine dame Renée-Jeanne du Vouhello, veuve de 
noble maître François-Pierre Vatar, sieur de Jouannet, 
avocat, imprimeur du Roi et du parlement de Bretagne, 
et présentement femme de noble maître Simon-Guil- 
laume-Gabriel Bmté de Rémur, directeur receveur géné- 
ral des domaines et bois du Roi en Bretagne, aïeule ma- 
ternelle dodit enfant. — 21 novembre 1783. Mariage 
entre Antoine-Jean-Marie Thévenard, brigadier des ar- 



mées navales, commandant de la marine et du port à 
Lorient, veuf en premières noces de dame Françoise- 
Louise Olivier, et en secondes noces de dame Julienne- 
Ursule-Marie Esnoul des Chatelès ; et demoiselle Marie-Hya- 
cinthe-Françoise Le Corvaisier, fille de Gabriel-Marie- 
François Le Corvaisier, garde-magasin général de la ma- 
rine et des colonies.— 21 juin 1784. Mariage entre Fran- 
çois-Charles Trochu, fils de François-Guillaume Trochu, 
originaire de Saint-Malo, et demoiselle Julie-Marque- 
Françoise Déroche, fille d^écuyer Raymond-François 
Déroche, ancien écrivain des vaisseaux de la Compagnie 
des Indes. — 24 octobre 1784. Mariage entre messire 
Marie-Jean-Sévère Urvoy, chef de nom et armes, cheva- 
lier, seigneur de Qosmadeuc, et demoiselle Julie-Jeanne 
Guérin de Frémicourt. 

E. Suppl. 298. — GG. 19. (Cahiers.) — In-folio, 513 feuUlets, papier. 

f 9 9S-t9f 99.— Baptêmes, mariages et sépultures. — 
30 janvier 1786. Baptême de Joseph-Hyacinthe de Théve- 
nard, fils de messire Antoine- Jean-Marie comte de Thé- 
venard, chef d'escadre des armées navales et comman- 
dant de la marine et du port à Lorient, et de dame 
Marie-Hyacinthe^Françoise Le Corvaisier ; parrain Jo- 
seph-Marie-Hyacinthe Frabwlet, sieur de Villeneuve; 
marraine dame Jeanne-Louise Le Corvaisier^ dame Le 
Blanc de la Combe. — 18 avril 1786. Mariage entre mes* 
sire Antoine-Jean-Bapliste d'Arfeuil, baron d'Erflfj capi- 
taine-commandant au régiment d'infanterie de Rohan- 
Soubise, et demoiselle Marie-Anne Bourgeois. — 2 mai 
1786. Mariage entre Jean-Baptiste Mpntagniès de la Roque 
et demoiselle Agathe-Michelle Quenot. — U septembre 
1786. Mariage entre Louis Lair des Bertries, garde-ma- 
gasin des Fermes du Roi à Lorient, et demoiselle Marie- 
Françoise Chevalier, — 26 septembre 1786. Mariage entre 
maître Augustin Le Guével de la Combe, doyen des pro- 
cureurs au siège royal de l'Amirauté de Lorient, et de- 
moiselle Jeanne-Danielle Chautard. — 13 mai 1788. 
Mariage entre messire Thomas-Louis de Villaret, cheva- 
lier de Joyeuse, lieutenant des vaisseaux du Roi, et de- 
moiselle Thérèse-Félicité de ViUars de Roche. — 4 août 
1788. Mariage entre Françoi^Daniel Dufay de la Bran- 
chère, offider des vaisseaux de la Compagnie des Indes, 
et demoiselle Jeanne-Joséphine-Louise Véry de Sainro- 
main.— 7 octobre 1788. Mariage entre Jean-Marie Of- 
fray, sieur de la Mettrie, négociant et changeur du Roi, 
et demoiselle Marie-Louise-Perrine-Angélique Aché. — 
!•' décembre 1788. Mariage entre messire Benoit-Georges 
de Najac, écuyer, commissaire des ports et arsenaux de 



L 



62 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



la marine, et demoiselle Henriette-Marie- Laurence Le 
Conte, fille de messire Arnould Le Conte, écuyer, con- 
seiller honoraire au Conseil supérieur de Pondichéry. 
— 16 décembre 1788. Mariage entre messire Armand- 
Marie-Louis Raiifrai, chevalier de la Bajonnière, lieute- 
nant des vaisseaux du Roi, et demoiselle Agathe-Anne- 
Calixte Christy de la Pallière. 

E. Suppl. 299. — GG. 20. (Cahiers.) — In-folio, 263 feuiUets, papier. 

1990-19110. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
15 juillet 1789. Mariage entre messire Toussaint-Jacques- 
César Le Normand de Lourmel, lieutenant des vaisseaux 
du Roi, et demoiselle Jeanne-Antoinette Guérîn de Fré- 
^micourt. — 10 décembre 1789. Baptême de Casimir- 
Marie Le Marant, né en 1786, fils d'Étienne-Louis Le 
Marant, écuyer, sieur de Kerdaniel, et de dame Jeanne- 
Céleste Buzot. — 8 janvier 1790. Baptême d'Amédée de 
Najac, fils de messire Benoit-Georges de Najac , etc. ; 
parrain messire Arnould Le Conte, aïeul maternel de 
Penfant ; marraine dame Marie-Thérèse Macalia de Dam- 
pierre, son aïeule paternelle.— 28 avril 1790. Mariage 
entre François-Dominique La Guerre, courtier des capi- 
taines de navires français, et demoiselle Perriue-Fran- 
çoise Duchesnay. — 31 nAi 1790. Baptême d'Auguste- 
Marie-Félix de Villaret, fils de messire Thomas-Louis de 
l^Uaret de Joyeuse, etc.; parrain messire Auguste-Louis 
de Queréon, sous-directeur du port de Brest ; marraine 
dame Marie-Thérèse Courtade de Joyeuse. — 24 juin 
1790. Baptême de Louise- Joséphine-Lorient Le Roulx, 
fille de Joseph Le Roulx de la Ville, négociant, connu 
dans le commerce sous le nom de La Ville-Le-Roulx, dé- 
puté de Lorient à TAssemblée nationale, et de dame 
Marie-Thérèse Lefebvre; parrains Jean-Jacques Le 
Cointe, ancien conseiller au Conseil supérieur des îles 
de France et de Bourbon, maire de Lorient, et Pierre 
Tenaud, négociant, premier officier municipal, repré- 
sentants de la cité et commune de Lorient ; présents 
MM. les officiers municipaux, MM. les notables, M. de 
Thévenard, officier général, commandant la marfne du 
port, et MM. les che& des différents corps invités à cette 
cérémonie. 

E. Suppl. 900. — GG. 21. (gibiers.) ^ In-foUo, 179 feuillets, papier. 

iV09-t999. — Répertoires des baptêmes. 

E. Suppl. soi. ~ GG. S2. (Registre.) — In-folio, SSÛ feuillets, papier. 

tn^m^ÈHWm* -— Répertoire des mariages. 



E. Suppl. 902. — GG. 23. (Cahiers.) — In-folio , 290 feuilleU, papier. 

1909-1 iflio. — Répertoires des sépultures. 

E. Suppl. a03. — GG. 24. (Registre.) — In-folio, 132 feuillets, papier. 

I1f05-llf1f«. — Publications de mariages. 

E. Suppl. 304. — GG. 25. (Registre.) — In-folio, 137 feuiUets, papier. 

ilfSS-llf09. — Fiançailles. 

E. Suppl. 305. — GG. 26. (Registre.) — In-folio, 144 feuiUets, papier. 

1700-1989. — Délibérations des bourgeois et ha- 
bitants de la paroisse Saint-Louis de Lorient. — Érection 
et dotation de la nouvelle cure ou paroisse de Lorient 
(19 février 1709). — Enregistrement d'un acte notarié, 
du 27 août 1702, par lequel le sieur Dondel du Faouô- 
dic, écuyer, seigneur de Queranguen, fait don aux ha- 
bitants de Lorient d'une parcelle de terre et des pierres 
nécessaires à la construction d'une église, d'un cimetière 
et d'un presbytère. — Décision portant que ceux qui 
voudront bâtir à Lorient seront tenus de se conformer 
aux alignements donnés par l'ingénieur du Roi (4 mai 
1724). - Élection d'un syndic pour vacquer aux affaires 
de l'église paroissiale et faire exécuter les règlements de 
police d'utilité publique (19 janvier 1727.).— Délibé- 
ration au sujet d'une requête du prince de Guémené sur 
la nécessité de faire paver les rues de Lorient, avec offre 
de se charger de la dépense, moyennant qu'il lui sera 
accordé une imposition perpétuelle sur les maisons des 
habitants (11 mai 1731.) 

E. Suppl. 306. -- GG. 27. (Registre.) — In-foUo, 9B feuiUets, papier. 

1988-1 lf«9. — Délibérations des bourgeois et ha- 
bitants , puis du f général » ou fabrique de la paroisse 
Saint-Louis de Lorient. — Nomination d'égailleurs pour 
parvenir à la confection du rôle de la capitation de 1733. 
— Adjudication de la boucherie pendant le temps du 
carême (7 mars 1734). — Remontrances en exécution de 
redit royal de décembre 1706 qui attribue la place la plus 
honorable dans les églises aux officiers du corps-de-ville 
après les seigneurs (i^^ octobre 1741). — Emprunt d'une 
somme de 4,000 livres pour payer les ouvrages et répa- 
rations de l'église (22 mars 1742). — Fondation à perpé- 
tuité d'une grand'messe de Requiem pour le repos de 
Pâme du sieur Nicolaï, ancien chirurgien-miyor au ser- 
vice de la Compagnie des Indes (10 octobre 1745). — 
Fondation de Pierre Gratia pour le repos de son âme et 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTONS DE LORIENT. 63 



de celle de sa femme (10 février 1754). — Acceptation 
d'un terrain donné parla Compagnie des Indes pour établir 
un cimetière (18 juillet 1756). -— Indemnité de logement 
accordée au recteur de la paroisse, en attendant qu'il ait 
été pourvu d'un presbytère (21 février 1762). 

E. Suppl. 307. — GG. 28. (Registre). — In-folio, 100 feaUleU, papier. 

tHUZ'tlin. — Délibérations du général de la pa- 
roisse Saint-Louis de Lorient. — Acquisition d^un terrain 
pour rétablissement d'un cimetière (7 novembre 1762). 

— Suppression d'une partie de la rue de Fulvy qui em- 
pêche que ledit cimetière ne soit achevé (10 juillet 1763). 

— Dispositions prises par suite de rétablissement du 
nouveau cimetière (17 juin et 1" juillet 1764). — Décision 
relative à la construction d'une nouvelle église parois- 
siale (3 août 1767). — Désignation de M. le vicomte Barrin 
pour poser, au nom du Roi , la première pierre de la 
nouvelle église (5 juin 1768). — Notification d'un arrêt 
du parlement de Bretagne invitant les corps et particuliers 
des villes de la province à ouvrir des souscriptions pour 
rachat des blés de l'étranger, en vue du soulagement des 
pauvres dans les villes et dans les campagnes (6 mai 
1770). — Enregistrement d'un arrêt du Parlement, du 
13 décembre 1775, qui enjoint aux généraux des paroisses 
de faire coucher les sacristains dans les sacristies pendant 
l'hiver (9 juin 1777). r- Engagement de faire abattre, à la 
première réquisition , les étaux et boutiques construits 
par tolérance sur le fonds des rues et des places pu- 
bliques (28 décembre 1777). 

£. Suppl. 303. — GG. S9. (Re^^stre.) — la-foUo, 200 feuUlets, papier. 

flififs-tifos. — Délibérations du général de la pa- 
roisse Saint-Louis de Lorient. — Composition du corps 
politique de la paroisse (26 septembre 1779). — Accep- 
tation d'une horloge offerte à l'église par la communauté 
de Lorient (22 juin 1780). — Décision portant qu'un 
nouveau cimetière sera établi hors ville dans l'intérêt de 
la santé publique (20 août 1780). — Acceptation de la 
fondation de M. Foucault, au capital de 10,000 livres 
(21 janvier 1781). — Prohibition de l'ouverture des ca- 
veaux de l'église pour y recevoir les personnes mortes , 
de quelque qualité ou condition qu'elles puissent être 
(2 mai 1784). — Dispositions prises pour que les cadavres 
n'entrent plus dans les chapelles de la ville avant jd'être 
transférés au cimetière (28 janvier 1787). — Projet de 
souscription pour la construction de la nouvelle église 
paroissiale (29 juillet 1787). 



E . Suppl. 309. — GG. 30. (Registre.) — In-foUo, 33 feuiUets, papier. 

ilfVt-tlf^s* — Inventaires de tous les vases sacrés, 
ornements et argenterie appartenant à l'église paroissiale. 

E. Suppl. 310. — GG. 31. (Liasse.) — 1 pièce, parchemin ; 1 pièce, 

papier ; 2 sceaux. 

t1f54, — Lettres-patentes du roi Louis XV en faveur 
des habitants de la paroisse Saint-Louis de Lorient, re- 
lativement à la fondation par le sieur Gratia d'une rente 
annuelle et perpétuelle de 150 livres (juillet 1754) ; déli- 
bération du général concernant cette fondation (8 juin 
1754). 

E. Suppl. 311. — HH- 1. (Liasse.) — 2 pièces, parchemin ; S pièces, 

papier ; 1 sceau. 

tlflO-tir4l, — Lettres-patentes du roi Louis XIY 
portant établissement de foires et marchés au bourg du port 
de Lorient (septembre 1710, copie). — Lettres-patentes de 
Louis XV créant un second marché en la ville de Lorient 
(6 décembre 1740) ; extrait des registres du Conseil d'État 
relatif à ces lettres ; requête des échevins et habitants de 
Lorient au parlement de Bretagne pour en obtemr l'en- 
registrement et la publication (9 février 4741).. 

E. Suppl. 312. — HH. 2. (Registre.) — in-folio, 48 feomets, papier. 

tHéBmt^KB, — Enregistrement des apprentis et des 
réceptions des maîtres orfèvres de la jurande de Lorient. 

E. Suppl. 313. — HH. 3. (Registre.) — In-folio , 48 feuillets, papier, 

iVAe-iif ¥•• — Enregistrement des visites des jurés 
de rorfèvrerie, 

E. Suppl. 314. — HH. 4. (Registre.) — In-foUo , 6S fenmets, papier. 

tUKOmtn^t, ^ Délibérations de la communauté des 
maîtres orfèvres de Lorient, Hennebont et le PortrLouis. 
— Requête à la Cour des Monnaies contre les colporteurs 
étrangers et les juifs , pour sauvegarder les droits de la 
communauté. — Élection d'un juré-garde de ladite com- 
munauté. 

E. Suppl. 815. — HH. 5. (liasse.) — S4 pièces , papier. 

tvif4-iifif9« — Lettres adressées aux gardes-jurés 
pour l'exercice de l'orfèvrerie. 

E. Suppl* 316. — HH. 6. (Registre.) — In-folio, 48 feoinets, papier* 

tV4i-ilfev. — Délibérations de la communauté des 
maîtres barbiers , perruquiers et étavistes de Lorient. 



L 



64 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



— - Enregistrement de lettres-patentes en forme de 
statuts pour toutes les communautés de maîtres barbiers, 
perruquiers, baigneurs et étuvistes établies dans les villes 
et lieux du royaume (6 février 1725). — Nominations de 
syndics. — Réceptions de maîtres barbiers. 

E. Suppl. 317. — UH. 7. (Registre.) — In-folio, 98 feuillets, papier. 

tvas-tvot. —-Délibérations de la communauté des 
maîtres barbiers , perruquiers, baigneurs et étuvistes de 
Lorient. — Réceptions d'un doyen des perruquiers, d'un 
inspecteur de la communauté, de maîtres barbiers. 

E. Suppl. 318. — HH. 8. (Liasse.) — 4 pièces , papier. 

t995«t1f99. — Mémoires et observations pour ob- 
tenir la franchise du port de Lorient (1785). — Arrêtés 
du Conseil d'État concernant : l'approvisionnement du 
tabac (29 mars 1787) ; — la vente des fruits et du beurre 
(16 octobre 1787), 

E. Suppl. 319. — II. 1. (Liasse.) ^ 23 pièces, papier. 

i1f58-ilf55« — Marchés passés avec des entre- 
preneurs par des particuliers pour constructions de 
maisons; requêtes, procès -verbaux, procédures. 

m 

Commune de Plœmeur. 

E. Suppl. 320. — GG. 1. (Cahiers.) — In-foUô , 582 feuillets, papier. 

teo9-tiM4« — Baptêmes et mariages. — Les 
premiers actes de baptêmes sont en latin. — 31 mai 1610. 
Baptême de Jàcquette de Benerven , fille de nobles gens 
Guillaume de Benerven et demoiselle Françoise de Kerié- 
zécael , sieur et dame de Kerbriant ; compère Charles 
Le Digoëdet, écuyer, seigneur de Talbouet, Tranhard et 
le Damain ; commère Jacquelte de Cosnoal, dame de la 
Demiville, Kermadehoy, etc. — 18 décembre 1619. Bap- 
tême de Jérôme Vars , fils de Gabriel Vars , sieur de 
Restanroy, et de demoiselle Louise Tuault; compère 
Jérôme du Bahuno, écuyer, sieur de la Demiville et de 
Kermadehoy ; commère demoiselle Jeanne du Bahunô, 
dame douairière de Kerivily et de Talhouet. — 1« janvier 
1623. Baptême d'Anne Riou, fille de noble homme Jean 
Riou, sieur de Kermello , et de demoiselle Françoise de 
Guernedur ; parrain messire Guillaume Riou , abbé titu- 
laire de Saint-Mauricfr-de-Carnoët; marraine demoiselle 
Anne Runbiern, dame du Cleusiou. — De 1625 à 1630. 



Inscription de prêts et de payements faits par le recteur 
de Plœmeur. — 21 août 1627. Baptême de Louis de 
Queraly, fils de François de Queraly, écuyer, seigneur 
dudit lieu , et de demoiselle Adelice Jubin ; parrain maître 
Louis de Queraly, sieur du Fos, conseiller au parlement 
deBretagne; marraine demoiselle MichelleGeorget. femme 
de Guillaume Jubin , écuyer , seigneur de Kerivily , 
Kerouran et autres lieux. — 29 mai 1633. Baptême de 
Marie Larcber, fille de noble homme Guillaume Larcher 
et de demoiselle Marie Bernard ; parrain messire Guy de 
Lopriac, seigneur do Kermassonet ; marraine demoiselle 
Marie de Kermoiial, dame de Locmaria. — 6 octobre 
1638. Baptême de Georges de la Couldraye, fils de 
Guillaume de la Couldraye, écuyer, sieur deBrensent, et 
de demoiselle Anne Pezron ; parrain Georges Guymarho, 
écuyer, sieur de Kersallo; marraine demoiselle Jeanne 
du Bahuno , dame de Talhouet. 



E. Suppl. 321.— GG. 2. (Cahiers.) — In-folio et in-4», 610 feuillets, 

papier. 

t«40-t«lfO.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— - 3 juin 16 i2. Baptême de Vincent de Livoys, fils de 
noble homme François de Livoys et de demoiselle Anne 
Perrier ; parrain Vincent Le Gouvello, écuyer, sieur de 
Kerléano, Rosgran , le Terre, etc. ; marraine demoiselle 
Jeanne Beaujouan , dame de Kergantel. — Depuis 1645 
jusqu'aux premières aimées du xviii» siècle, les baptêmes 
des enfants bâtards sont enregistrés à la fin des cahiers, 
k l'envers. — 20 juin 1651. Baptême de Jacques-François 
du Bahuno, fils de messire Guillaume du Bahuno et de 
dame Julienne Sorel, sieur et dame de la Demiville et 
de Kermadehoy; parrain et marraine deux pauvres 
nécessiteux de la paroisse. — 18 février 1659. Baptême 
de Jacques-Gilles Lëziart, fils de Jean-Baptiste Léziart 
et de Françoise Fouillen, sieur et dame du Boisdaniel; 
parrain messire Jacques de Mallenoë, seigneur dudit 
lieu ; marraine dame Gillette de la Sauldraye, dame du 
Coetdor, Kerlois, Chefdubois, Botdalan, etc. — 18 sep- 
tembre 1662. Baptême de Jacques Riou, fils de messire 
Nicolas Riou et de dame Françoise de Plœuc, seigneur 
et dame du Ros, de Launay, etc.; parrain messire 
Jacques de Kermorial , seigneur dudit lieu ; marraine 
demoiselle Brigitte-Françoise de Plœuc, dame dudit lieu. 
— 16 juillet 1664. Baptême de Louis Jubin, fils de messire 
Louis Jubin, chevalier, et de dame Renée Lhonoré, 
seigneur et dame de Kerivilly, Kerouran, KeiTivault, 
Kcrvihan , Kergatouarn et autres lieux. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E.— ARRONDISSEMENT DE LORIENT.-- CANTONS DE LORIENT. 65 



E. Suppl. 322. — GG. 3. (Cahiers.)— In-folio et in-i-, 799 feuillets, 

papier. 

t«9t-t«9lf.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 8 octobre 1671. Mariage' entre Nicolas de Kermorial, 
écuyer, seigneur de Kerveno, et demoiselle Perronnelle 
de la Couldraye , dame du Hanvaux. — 3 janvier 1686. 
Mariage entre haut et puissant messire Guillaume du 
Liscoet, marquis dudit lieu, seigneur du Saint, etc., 
résidant ordinairement au château du Saint, évôché de 
Cornouaille, et demoiselle Françoise Jubin, dame de 
Kerivily et autres lieux. — !«' juin 1686. Pose de la pre- 
mière pierre de la tour de l'église paroissiale de Plœmeur 
par Jean Léziari, écuyer, seigneur du Terre, etc. 

E. Suppl. 323. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio et ia-i», 791 feuillets, 

papier. 

t«99-tlf09. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— U mai 1691. Mariage entre noble homme Anne- 
Clément Robin, sieur de Kernombre, et demoiselle 
Renée de la Maison, dame de Rosember. — 3 mai 1700. 
Mariage entre messire Guillaume-François de Stanchin- 
gant, chevalier, seigneur de Sconhel, et demoiselle 
Anne-Louise de Maùclerc, fille de messire Antoine de 
Mauclerc, chevalier, seigneur de Péré, intendant au 
Port-Louis et à Lorient. — 7 mai 1706. Mariage entre 
Jean de Penguern , écuyer, seigneur de Lisle, et demoi- 
selle Louise-Ursule de la Couldraye, dame de Kermorial. 

— 27 juillet 1707. Mariage entre Jean Léziart, écuyer, 
seigneur du Terre, et dame Louise-Anne Caignart, 
dame de Chefdubois. 

£. Sappl. 321.— GG. (Cahiers.) — In-folio, 652 feuniets, papier. 

t1fOS-t1f«S.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 8 février 1713. Mariage entre Jean Eudo, seigneur 
de Kerroman, et demoiselle Magdeleine-Clémence Paix, 
fille de Barthélémy Paix , écuyer, sieur de Beauregard , 
capitaine des vaisseaux du Roi. — 31 mai 1718. Béné- 
diction de la cloche de la chapelle de Sainte-Nennoc, au 
prieuré de Lannénec. — 26 avril 1721. Abjuration du 
calvinisme par Ernest Reiter, allemand de nation. — 
A cette époque, nombreux passages d'Allemands allant 
à la Louisiane. 

E. Sappl. 325. — GG. 6. (Cahiers.)— In-folio, 667 feuilleU, papier. 

i994«iV4«. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 13 janvier 1726. Bénédiction par le recteur de quatre 
cloches fondues en cette paroisse, la nuit du 29 au 30 dé* 



I cembre précédent , par Joseph Le Beurier, fondeur de 
Vannes ; parrain et marraine de la première : messire 
Jean Léziart, chevalier, seigneur du Terre, et dame 
Jeanne de Baud , dame de Kerolain , Kermadoué, etc.; 
parrain et marraine de la seconde : messire Michel 
Jubin, chevalier, seigneur de Kerivily, et dame Marie- 
Magdeleine de la Roche-Rousse, dame de Kerguenel. — 
S.juillet 1734. Béaéfliction d'une cloche pour la chapelle 
de Saint-Bieuzy. — 14 juillet 1736. Bénédiction de la 
cloche de la chapelle de Saint-Laurent. 

E. Suppl. 326. — GG. 7. (Cahiers.)— In-foUo, 825 feuiUets, papier. 

1948-1969.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 26 mars noO. Bénodiclion de deux nouvelles cloches ; 
la première a pour parrain et pour marraine Armand- 
François de la Pierre, seigneur de Mélinville, et dame 
Jeanne Jourdain , dame de Kerolain et du Coeidor ; la 
seconde a pour parrain et pour marraine François- 
Jacques-Fortuné du Bahuno, chef de nom et d'armes, 
chevalier, seigneur de Kerolain et de Kermadehoué, et 
dame Louise- Antoinette Léziart, dame de Mélinville et 
du Terre. — 9 août 1755. Abjuration du calvinisme par 
Pierre Chaulet, de la paroisse de Saint-Sauveur delà 
Rochelle, second pilote sur les vaisseaux de la Compagnie 
des Indes. 

£. Suppl. 327.— GG. 8. (Cahiers.)— In-folio, 717 feuillets, papier. 

t95«-t9«5. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 4 avril 1758. Mariage entre messire Marie-Charles- 
Henri Dubois, chevalier, seigneur de la Rongére, 
capitaine d'infanterie au régiment de Berry, et dame 
Louise-Antoinette Léziart, veuve de messire Armand- 
François de la Pierre, seigneur de Mélinville. — 15 oc- 
tobre 1762. Baptême de Charles-Marie-Armand Dubois, 
fils de messire Marie-Charles-IIenri Dubois, etc.; parrain 
messire Jean-Baptiste-Armand de la Pierre de Mélinville, 
chevalier, seigneur de Talhouet; marraine demoiselle 
Marie-Françoise Denissé. 

E. Suppl. 328. — GG. 9. (Cahiers.) — In-foUo, 949 feuiUets , papier. 

t96e-t995*— Baptêmes, mariages et sépultures. 
26 octobre 1767. Mariage entre messire Antoine-Régis 
de ChazaI de Chamaret, capitaine au régiment de Pro- 
vence-Infanterie, et demoiselle Jeanne- Jacquette Corday. 

— 1771. Arrêt du parlement de Bretagne qui interdit 
aux nommés Louis et Joseph-Marie c se disant i de 
Lantivy de prendre le nom et les armes de cette famille. 



Morbihan. — Tome IV. — Suppl. Sérib E. 



9 



L 



66 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 329.— GG. 10. (Cahiers.)— In-folio, 914 feuillets, papier. 

tlflf«-t99S.— Baplômes, mariages et sépultures. 

— 24 juillet 1783. Bénédiction de la seconde et de la 
troisième cloche de l'église paroissiale ; la seconde a 
pour parrain et pour marraine François-Marie Jubin, 
écuyer, seigneur de Kerourant, et dame Louise-Antoinette 
Léziart du Ter, dame de la Rongëre ; la troisième a pour 
parrain et pour marraine Annibal-Julien-François, che- 
valier, seigneur du Bahuno de Kerolain , chef de nom et 
d'armes du Bahuno, et dame Marie-Henriette-Fortunée 
Dubois de la Rongère, dame de la Ferronière. — 7 août 
1783. Bénédiction d'une chapelle dédiée à saint Jean 
rÉvangéliste, sise dans la cour principale du manoir de 
Saint-Uhel , près du château de Tréfaven , ledit manoir 
appartenant à noble homme Jean-Marie Esnoul des 
Chatoies, maire de Lorient. 

E. Sujipl. 330. - GG. 11. (Cahiers.)— In-folio, 9C3 feuillets, papier. 

1994-19110. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 8 juin 1784. Bénédiction d'une cloche pour la cha- 
pelle de Larmor; parrain Armand-Jean-Baptiste de la 
Pierre, écuyer, seigneur de Talhouet, capitaine de dragons 
au régiment de la Reine; marraine dame Catherine- 
Sainte-Fortunée du Bahuno, dame du Bouëtiez.— 25 mal 
1790. Inhumation d'écuyer Louis-Augustin du Rocher 
de la Périgne, lieutenant-colonel d'infanterie, ancien 
commandant des troupes du port de Lorient. 

Canton de Plouay. — Commune de Bubry (i). 

t««9't900.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 31 mai 1677. Bénédiction d'une cloche pour la cha- 
pelle de Locolven ; parrain messire Anne-François 
Lévôque, chevalier, seigneur de Langourla et autres 
lieux. — 22 juillet 1677. Baptême de Vincent-Joseph de 
Talhouet, fils de messire Joseph de Talhouet, chevalier, 
et de dame Thérèse de Beaujouan , seigneur et dame 
de la Gralionnaye; parrain Vincent de Beaujouan, 
seigneur de Kermadio ; marraine demoiselle Magdeleine 
Hamon, dame de Langounay. — 25 août 1680. Mariage 
entre messire Philippe Couessin , chevalier, seigneur de 
la Béraye, Brécéhan, etc., et demoiselle Magdeleine 
Hamon. — 21 novembre 1691. Baptême de Joseph-René 
de Toulbodou, fils de Jean de Toulbodou, écuyer, 
seigneur de Kerally et de Saint-Trémeur. 



(1) Les archives anciennes de cette commune ayant disparu, 
nous avons relevé les uotes qui la concernent au greffe du tribunal 
de Lorient. 



Commune DE Calan. 

E. Suppl. 331. - GG. 1. (Cahiers.)— In-folio et in-4», 605 feuiUets, 

papier. 

> 

t«t9-tlfS9. — Trêve de Calan, dépendant de la 
paroisse de Lanvaudan.— Baptêmes, mariages et sépul- 
tures. — 26 juin 1620. Baptême de la petite cloche de 
l'église de la Trinité de Calan ; parrain Louis de Chef- 
dubois, écuyer, sieur de Reslraudan ; marraine demoi- 
selle Jeanne Jégado, dame de Kerdréan.— 26 avril 1677. 
Mariage entre noble homme Laurent Bernard et demoi- 
selle Catherine Le Lidour. 

E. Suppl. 332. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 532 feuiUets, papier. 

t9SO-i9llo.— Trêve de Calan. — Baptêmes , ma- 
riages et sépultures. — Note inscrite à la fin du cahier 
de 1746 : « En cette présente année, le !«' jour d'oc- 
tobre, les Anglais firent une descente en ce pays , près 
la barrière du Pouldu, en un certain endroit nommé 
le Loch ou autrement , selon le langage des habitants de 
cet endroit, le Louch ; ils étaient au nombre de 48 voiles ; 
ils mirent pied à terre environ 6 à 7,000 hommes; 
M. de Saint-Clair en était le commandant, et si, au lieu 
de s'amuser, de piller les bourgs de Guidel et de 
Plœmeur et les campagnes d'ailleurs, ils étaient venus 
directement à Lorient , ils y auraient entré de plein pied 
sans aucune résistance , d'autant que cette ville ne 
s'attendait pas à* cette descente inopinée. Ils vinrent se 
retrancher près le moulin à vent des Montagnes, à un 
bon quart de lieue de la ville, où ils posèrent quatre 
canons avec un mortier. Le vendredi suivant , ils com- 
mencèrent de grand matin à tirer fortement du canon 
et à jeter plusieurs bombes dans la ville, qui ne réussirent 
pas et ne firent point dommage, à l'exception de deux 
jeunes hommes de la paroisse de Plouay qui furent 
emportes par un boulet de canon, étant à prier Dieu sur 
la croix de la Mission. Mais, n'ayant pu réussir ni par le 
canon ni par les bombes , et craignant un grand nombre 
de peuple qui s'était assemblé dans la ville, ils laissèrent 
là leurs quatre canons et le mortier et se retirèrent dans 
leurs bâtiments avec fort peu de pertes. » 

COMHU>E dInGUINIEL. 

E. Suppl. 333.— GG. 1. (Cahiers.)— In-foUo et in-4», 523 feuillets, 

papier. 

fleS9-i909*— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 20 mars 1674. Baptême de Vincent-Joseph de Baud, 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PLOUAY. 



67 



fils d'écuyer Mathurin de Baud et de demoiselle Hélène 
de France, seigneur et darae de Bresséan, Kermaut, etc.; 
parrain Gilles de France, écuyer, sieur des Touches; 
marraine demoiselle Jeanne Cousturet, dame douairière 
de Bresséan. 

E. Suppl. 33i.-- GG. 2. (Cahiers.)— In-folio, 525 feuiUets, papier. 

t1f09-tlfS««— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— i avril 1733. Inhumation, dans le cimetière de l'église 
paroissiale, de messire Augustin de Robien, recteur 
d'Inguiniel. 

E. Suppl. 335. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 696 feuillets, papier. 

tlfS1f-tlf94.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 24 janvier 1774. Inhumation de Jeanne Le Padant, 
âgée de 100 ans. 

E. Suppl. 336. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 271 feuiUels , papier. 

t995-t9llo.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 16 juillet 1782. Mariage entre maître Antoine-Georges 
de Poilpré, notaire et procureur, veuf de demoiselle 
Pélagie-Renée Forget ; et demoiselle Mathurine Le Lay, 
veuve de maître Mathurin Hellec, notaire et procureur. 

— 18 décembre 1783. Inhumation, dans le cimetière 
paroissial, de messire Gabriel-François Le Gouvello de 
Kersivien, recteur d'Inguiniel. 

Communs de Lanvaudan. 

E. Suppl. 337.— GG. 1. (Cahiers.)— In-folio et in-4», 505 feuilleta, 

papier. 

t50S-t90ii.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— i^ années du \nv siècle. Les actes de baptême sont 
ainsi terminés : c Dieu donne la grâce à Tenfant d'être 
homme (ou femme) de bien et le paradis à la fin et à 
toute Passistance ; amen ; » ou encore : c Dieu doint 
bonne vie audit enfant, etc. » — 16 mai 1627. Baptême 
de Gillette Le Boulch , fille de Jean Le Boulch et d'Anne 
Auger; parrain haut et puissant écuyer Pierre de Gégado, 
sieur de Kerlot ; marrame demoiselle Gillette Hay, dame 
de Kerhollain. — 27 mars 1629. Baptême de Jean Le 
Michec ; parrain Jean de Gégado, écuyer, sieur de Lizivy, 
fils de Msr de Kerhollain ; marraine noble et puissante 
dame Gillette Hay, dame de Kerhollain, Coetmezec, 
Ck>etizec, Kerhern et autres lieux. — 20 septembre 1639. 
Baptême de Françoise Le Vary, fille de Julien Le Vary ; 
parrain messire Jean de Gégado, seigneur de Kerhollain ; 



marraine dame Françoise de Trécesson , femme de 
messire Pierre de Gëgado, seigneur de Kerlot. — 2 oc- 
tobre 1639. Baptême de Pierre Le Pape, fils de Marc Le 
Pape, écuyer, sieur du Bois-de-la-Haye, et de dame 
Catherine de Qiierlivec ; parrain messire Pierre de Gé- 
gado, chevalier, seigneur de Kerlot. c^cuyer ordinaire de 
la petile-écurie du Roi et capitaine garde-côtes de 
révôché de Cornouaille; marraine dame Gillette Hay, 
femme de messire Jean de Gégado, seigneur de Ker- 
hollain, etc.— 1664-1691. Enregistrement des fondations 
et testaments faits en faveur de l'église paroissiale de 
Lanvaudan.— 1674. Liste des membres delà confrérie 
de l'Adoration du Très Saint Sacrement en la paroisse 
de Lanvaudan. — 18 novembre 1686, Mariage entre 
messire François-Joseph Le Borgne, chevalier, seigneur 
de Rocumelen, et demoiselle Catherine-Ursule du Bahuno. 

— 2^2 novembre 1703. Inhumation, dans le chœur de 
l'église paroissiale, du cêté de l'Évangile, de messire 
Guy du Bahuno, chevalier, seigneur de Kerollain, Ker- 
madehoué , la Demiville et autres lieux. 

E. Suppl. 338. — GG. 2. (Cahiers.)— In-folio et in-4», 495 feuiUets, 

papier. 

t909-t94«>— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 3 septembre 1708. Mariage entre messire Anne-Gilles 
Jousselin de Marigny, chevalier, et dame Thérèse du 
Vergier, veuve douairière de messire Guy du Bahuno, 
seigneur de Kerollain et autres lieux. — 18 décembre 
1713. Inhumation d'Hélène du Verger, demoiselle des 
Marais, preuve de Georges Sohier, sieur des Marais, et 
mère de missire Georges-Joseph Sohier, recteur de 
Lanvaudan, morte au presbytère à l'âge de 80 ans c et 
quelque peu davantage, i — 24 juin 1721. Mariage entre 
messire François du Pérenno, chevalier, seigneur de 
Penverne, de Persquen, etc., et demoiselle Thérèse- 
Fortunée du Bahuno, dame de Kerollain. — 3 décembre 
1722. Baptême de Catherine-Françoise-Jeanne du Bahuno, 
fille de messire Jacques du Bahuno, chef de nom et 
armes , chevalier, seigneur de Kerollain , Kermadehoué, 
etc., et de dame Jeanne de Baud; parrain François du 
Pérenno, etc. ; marraine dame Catherine-Ursule du Ba- 
huno, dame de Yilleblanche. — 3 février 1723. Baptême 
de Jean-Thomas de Robien, né en 1701, fils de Sébastien 
de Robien, chevalier, seigneur de Ré, et de dame Louise 
Gouyon ; parrain messire Thomas de Robien , comte de 
Kerambourg; marraine dame Jeanne de Baud, dame 
de Kerollain. — 10 octobre 1726. Baptême de François- 
Jacques-Fortnné du Bahuno , fils de Jacques du Bahuno 



68 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



el de Jeanne de Baud; parrain François-Guillaume du 
Bahuno, chevalier, seigneur de Berrien , etc. ; marraine 
dame Thérèse-Fortunée du Bahuno, dame de Penvern et 
autres lieux. 

E. Suppl. 339. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio et in-i» , 487 feuillets, 

papier. 

tlfAlf-tirilO» — Baptêmes, mariages et sépultures* 

— 24 septembre 1749. Mariage entre messire Jean- 
Toussaint de Pluvié, chevalier, seigneur de Ménéhouarn, 
et demoiselle Paule-Marie-Anne du Bahuno, dame de 
Kerollain. — 19 janvier 1754. Baptême de Pauline- 
Françoise du Bahuno, flUe de messire François-Jacques- 
Fortuné du Bîihuno, chevalier, seigneur de Kerollain, etc., 
et de dame Françoise-Jeanne Jourdain, dame du Coetdor. 

— 1762. Baptême d'Annibal-Julien François du Bahuno, 
fils de François-Jacques-Fortuné du Bahuno, etc. — 
29 décembre 1767. Inhumation de Julienne Valy, âgée 
d'environ 100 ans.— l'^f mars 1789. Bénédiction d'une 
petite cloche pour l'église paroissiale. — 21 mai 1789. 
Bénédiction de deux grandes cloches pour l'église pa- 
roissiale; l'une d'elles nommée par Annibal-Julien- 
Françoisdu Bahuno, chevalier, seigneur de Kerollain, 
et mademoiselle de Kerpaen, dame de Kersallo. 

Commune de Plouay, 
E. Suppl. 340. — GG. 1. (Èahiers.) — In-folio, 537 feuillets, papier. 

tft90-i099. — Baptêmes. — Les premiers actes 
sont en latin. — 30 mars 1590. Baptême de Jérôme du 
Botdéru, fils de nobles gens Louis du Botdéru et Louise 
Le Forestier, sieur et dame de Kerdrého, Kerleau, 
Viilejouaye, etc. ; compères nobles gens Louis Hervé et 
Yvon Hervé, sieurs de Rusquet; ledit Louis en l'absence 
de noble et poissant Jérôme d'Arradon , seigneur de 
Quinipily et de Vieuxchastel, chevalier de l'ordre du Roi, 
capitaine de la ville d'Henne!)ont ; commère demoiselle 
Catherine de Pluvié, aïeule de l'enfant; « ausquelz j'ay prié 
le Créateur leur donner bonne et longue vie. x> — 13 sep- 
tembre 1599. Ordonnance de Le GotT, « scribe, » condam- 
nanties « fabriques » de l'église à acheter des ornements 
pour le service divin, plus deux missels et deux manuels, 
ainsi qu'à réparer l'église et le presbytère,— 1604. Bap- 
tême de Julien de Pluvié, fils de Guillaume de Pluvié et 
de Françoise deKersaudy. — 19 août 1607. Baptême des 
cloches de la paroisse ; la grosse cloche a pour parrain 
Louis du Pou, sieur dudit lieu ; la petite cloche a pour 
parrain et marraine Guillaume Guymarho, sieur de Ker- 



sallo, Keroursault et Pendréo, et dame Jeanne de Chef- 
dubois, dame douairière du Pou et de Kerguzangor. — 
18 novembre 1607. Baptême de Jean de Pluvié, fils de 
nobles gens Guillaume de Pluvié et demoiselle Françoise 
de Kersaudy, sieur et dame de Ménéhouarn; compère 
messire Jean de Chefdubois, sieur de Bruslé, du Terre 
et de Rosegrand ; commère dame Jeanne de Chefdubois, 
dame du Pou et autres lieux. — 17 novembre 1613. 
Baptême de Julien de Pongeoise, fils de nobles gens Jean 
de Pongeoise et demoiselle Claude de Chefdubois, sieur 
et dame de Kermorganl; compère Julien Bino, écuyer, 
sieur de Coettro, Kernivinen, etc. ; commère demoiselle 
Jeanne du Pou. — 22 décembre 1613. Bénédiction de la 
petite cloche de la paroisse ; parrain Alain de Glévède, 
sieur de Chefdubois ; marraine Renée Fleuriot, dame de 
Ménéhouarn, douairière de Manéauré (Ménoray). — 
3 novembre 1616. Baptême de Catherine Laigneau, fille 
de nobles gens Pierre Laigneau et Bertranne Guégan,sieur 
et dame de Villeneuve ; compère Louis de Keriézécael , 
écuyei-, seigneur de Cunfio ; commère demoiselle Cathe- 
rine de Chefdubois, dame douairière de Kersallo. — 
l'^r août 1622. Baptême de Louis Huby,. fils de nobles 
gens Gilles Huby et Françoise Le Provost, sieur et dame 
du Trescoet , demeurant en leur maison de Kerouhant 
en Plouay. — 18 août 1623. Baptême de Jean de Pluvié, 
fils d'écuyer Pierre de Pluvié et de demoiselle Louise 
Bizien, sieur et dame de Ménéhouarn. — 16 juin 1624. 
Baptême de Jean du Pérenno, fils de noble homme Louis 
du Pérenno et de demoiselle Julienne Huet, sieur et 
dame de Kerlebertz ; compère Jean du Pérenno, écuyer, 
sieur de Kerduel; commère demoiselle Louise de la 
Sauldraye , dame de Lamouhic. — 8 septembre 1625. 
BénMictîon en la chapelle de Notre-Bame-de-Vraie-Aide, 
au bourg de Thy-Henry en Plouay, d'une cloche neuve 
pour ladite chapelle. 

E. Suppl. S4I. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 663 feuillets, papier. 

toso-tlMS. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 24 février 1636. Baptême de Louis de la Forest, fils 
de Jean de la Forest et de Louise Marguerite c se disants 
de la petite église, passant par ici. » — 21 juillet 1647. 
Bénédiction de la cloche destinée à la chapelle Sainte- 
Anne en Plouay- — 20 mai 1653. Baptême de Claude de 
Quermabo, fils d'écuyer Philippe de Quermabo et de 
demoiselle Bertranne Geffroy, sieur et dame de Tresclé ; 
parrain noble homme Gilles Marot , sieur du Glazeuc ; 
marraine demoiselle Claudine Légal, dame de Chasteau- 
gal.— 10 avril 1663. Baptême de Bené-Joseph de Pluvié, 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PLOUAY. 



6» 



fils de messire Jean de Plu vie et de dame Adelice Pezroa, 
seigaear et dame de Ménébouara; parrain measire 
René de Laage; marraine dame Françoise Pezron, 
dame du Plessis-Bolcoezel et autres lieux. — 16 avril 
1664. Bénédiction d'une des cloches de la chapelle Notre- 
Dame de Bécherel; parrain messire Pierre du Botdéru, 
baron du Plessis-au-Rebours ; marraine dame Anne de 
Gner, dame douairière de Kerdrého, etc. — 15 novembre 
1666. Baptême d'une fille de a cordiers natifs » ; parrain 
messire Pierre du Botdéru , baron du Plessis ; marraine 
demoiselle Renée Lobéac, dame de Kervranic. 

E. Suppl. 342. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio , 497 feuiUets, papier. 

t«90-t«99« — Baptêmes , mariages et sépultures. 

— 9 février 1677. Mariage entre noble homme Jean 
Kerléro, sieur de Rosbo, et demoiselle Clémence CouUin, 
dame de Kerveno. — 10 mai 1678. Baplême de Jacques 
de Pluvié , fils d'écuyer messire Jacques de Pluvié et de 
dame Anne du Bouëtiez, seigneur et dame^e Ménéhouarn. 

— 17 octobre 1678. Mariage, en la chapelle de Kerohant, 
entre messire Julien Pezron, seigneur de Pennelan, de 
la paroisse de Lesbins , et demoiselle Marie de Baud , 
dame de Bréséhan , de la paroisse de Locmalo. 

E. Suppl. 343. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 532 feuillets, papier. 



fl«os-tif09. — Baptêmes, 
— 12 août 16VI4. Baptême de 
Boldéiii, fils de messire Glaude- 
déru , chef de nom et d'armes , 
Kerdrého, Collidoué, Trongoff, 
la Touche, elc, et de dame 
2 juillet 1697. Bénédiction de la 
de-Vrai-Secours. 



mariages et sépultures. 
Jean-Baptiste-René du 

Joseph-François du Bot- 
chevalier, seigneur de 
le Plessis-au-Rebours , 

Jeanne du Trévou. — 
cloche de Notre-Dame- 



£. Suppl. 344. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, «581 feuillets, papier. 

tfto-tvsa. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— Du 17 juin au 8 juillet 1714. c Mission i dans la pa- 
roisse de Plouay , pendant laquelle on administre la com- 
munion à 4,000 personnes. — 7 octobre 1714. Baptême 
de Jean-Nicolas Kerléro, fils de noble homme Jean Ker- 
léro et de dame Rose Drias, seigneur et dame du Cranno. 
—22 septembre 1722. Mariage entre noble homme Samuel 
du Feigna, sieur de Keranforest, de la ville de Quimperlé, 
diocèse de Quimper, et demoiselle Agathe-Françoise 
Lévesque, dame de la Perrière. 



E. Suppl. 345. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio, 850 feaiUets, papier. 

1989-1960. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 24 février 1758. Inhumation, dans le cimetière de la 
paroisse, de messire Jacques-René du Botdéru, cheralier, 
seigneur de Kerdrého, la Touche, le Plessis, Trongoff, 
etc., chevalier de Tordre militaire de Saint-Louis, ancien 
lieutenant-colonel du régiment de la Reine-Dragons, 
époux de dame Claude-Agathe Dubois de Braslé, mort en 
son château de Kerdrého. 

E. Suppl. 3i6. — GG. 7. (Cahiers.) — I^-^oUo, 618 feuiUets, papier. 

i950-t99!9, — Baptêmes et mariages. — 28 mai 

1760. Baptême de Jacques-Jean de Pluvié, né en 1750, 
fils de Jean-Toussaint de Pluvié, chef de nom et d'armes, 
chevalier, seigneur de Hènéhouarn, capitaine de cava- 
lerie au régiment de Ciermont-Tonnerre, et de Pauline- 
Marie-Anne du Bahuno, dame de KeroUain. — 5 avril 

1761. Bénédiction d'une cloche destinée à la chapelle de 
Saint-Sébastien, en la paroisse de Plouay ; parrain haut 
et puissant seigneur messire Jean-Hichel-Auguste, chef 
de nom et d'armes de Méhèrenc, chevalier, marquis de 
Saint-Pierre, Cunfio, la Claye, le Bois-de-la-Salle, etc. ; 
marraine dame Jeanne-Charlotte de la Pierre, dame 
douairière de Ménéhouarn. — 30 janvier 1774. Mariage 
entre noble homme Louls-Joseph-Chrysostome Ricard 
de Bignicourt, originaire de la paroisse Saint- Philibert 
de Dijon, et demoiselle Vincente-Marie-Anne Tortay de 
Kerohant. - 18 août 1779. Baptême de Hyacînthe-An- 
toine-Jean-Baptiste-Victor du Botdéru, né à Kerdrého 
en 1764, fils de messire Jean-Baptiste-Renè du Botdéru, 
chevalier, seigneur de Kerdrého, la Touche, le Plessis, 
Brûlé, etc., et de dame Jeanne-Renée-Thomase de Plœuc, 
dame de Saint-Guigeau, Tyquelen, etc. ; parrain messire 
Nicolas-Hyacinthe du Botdéru, capitaine des vaisseaux du 
Roi ; marraine haute et puissante dame Anne-Antoinette- 
Françoise de Kerhelguen, marquise de Tinteniac. 

E. Suppl, ?47. — GG. 8. (Cahiers.) — In-folio, 734 feuillets, papier. 



Hfat-tif^^* — Baptêmes, mariages et sépultures.— - 
De 1761 à 1764, enregistrement de remèdes contre plu- 
sieurs maladies, tirés de différents auteurs. — 24 juin 
1762. Inhumation de Jacques Faudet, papetier au moulin 
à papier du Pou, mort à Tâge d'environ 100 ans.— 
21 mai 1763. Inhumation, dans Péglise paroissiale, de 
Toussaint-Bonaventure Eudo de Kerrobel, seigneur de 
Kerviden, mort à son château de Kerviden. — 30 juillet 
1765. Inhumation, dans le cimetière, d'écuyer Louis dé 



70 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Sain^Pie^^e, chevalier de Tordre royal et militaire de 
Saint-Louis, ingénieur de la marine du Roi et de la Com- 
pagnie de Lorient, mort au château de Kerviden. — 
28 juillet 1781. Bénédiction du nouveau cimetière de 
Plouay par missire Chotard, recteur de cette paroisse, 
en présence de haut et puissant messire Jacques-Jean 
de Pluvié, chevalier, seigneur de Hénéhouarn, donateur 
du terrain sous Tunique condition quMl serait dit à perpé- 
tuité, à chaque inhumation, un Pater et un Ave Maria 
pour sa prospérité et pour celle de sa famille; en pré- 
sence également de haute et puissante dame Frau^ise- 
Anne-Pélagie de Lys , femme dudit seigneur, et de plu- 
sieurs autres personnes* 

£. Suppl. 348. — GO. 9. (Cahiers.) — In-folio , 425 feuillets , papier. 



t5lfS«i1f99. — Répertoire des baptêmes de la pa- 
roisse de Plouay. — 1630-1790. Répertoire des ma- 
riages. — 1700-1790. Répertoire des sépultures. — En 
guise de préface, longues et minutieuses observations 
sur la manière de rédiger les actes, par missire Guillaume 
Chotard, recteur de la paroisse depuis 1775 et auteur de 
la plus grande partie des tables. 

GOMlfUNE DB QUISTINIC. 

E. Suppl. 349. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio et in-4o, 640 feuillets, 

papier. 



!• — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 23 novembre 1642. Baptême de Claude Lehen , fils 
de messhre Louis Lehen et de dame Françoise de Me- 
suillac, seigneur et dame de Pratmeur ; compère liaut et 
puissant messire Claude de Lannion, baron dudit lieu ; 
commère dame Marguerite Le Capitaine, femme de 
messire Jacques de Mesuillac, seigneur du Timeur et 
autres lieux. — 3 juillet 1645. Baptême de Jacques de 
Quélenec, fils d'Hervé de Quélenec, écuyer, sieur de 
Kemormant, et de demoiselle Marie de Keroalan ; par- 
rain Jacques de Baud , écuyer, sieur du Parc ; marraine 
demoiselle Mauricelte du Quélenec. — 28 février 1649. 
Baptême de Jean Perrier, fils de nobles gens Jean Perrier 
et Catherine Coudère , sieur et dame de Talhouet, Co- 
querel, etc.; compère Jean Lehen, écuyer, sieur de 
Meneven.— 23 août 1649. Baptême, par missire Guil- 
laume Jagu , recteur de la paroisse, d'une cloche pour la 
chapelle de Locmaria en Quistinic, faite par maître 
Pierre AUain, fondeur ordinaire, demeurant au faubourg 
Saint-Yves de la ville de Vannes ; parrain Louis de Saint- 
Pezran, écuyer, sieur de Kerbeizic, Rosangat, Kerihuel, 



etc. ; marraine dame Catherine Coudère. — 24 février 
1654. Baptême de la cloche de la chapelle Notre-Dame- 
du-CloUre ; parrain noble homme Jean Berthelot , sieur 
de la Fontenelle ; marraine honorable fille Jeanne Le 
Bourdal. — 12 juin 1661. Ordonnance de M?«* Charles de 
Rosmadec, évéque de Vannes, pour faire signer par tous 
les ecclf^siastiques de son diocèse la formule de profes- 
sion de foi dressée par la dernière assemblée du clergé, 
pour Texécution des consliluUons des papes Innocent X 
et Alexandre Vfl qui ont condamné l'hérésie du jansé- 
nisme. A la suite se trouve la formule de la profession 
de foi. — 29 avril 1664. Baptême de Jeanne de Baud, 
fille de messire Jean de Baud et de dame Jeanne Lehen; 
parrain Antoine de Chefdubois, écuyer, sieur de Restrau- 
dan, Keriquello , etc ; marraine dame Jeanne Darrassen, 
dame de Kerleshouarne et autres lieux. — 22 juillet 1667. 
Inhumation de Jean de Baud , écuyer, sieur de Keroual. 



E. Suppl. 350. — -GG. 2. (Cahiers.) — In-foUo et in-4«, 578 feuillets, 

papier. 

ta94-i 909. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 28 mai 1679. Baptême de Louis-Jacques Jacquelot, 
né le 14 janvier 1678, fils de messire Florian-Louis 
Jacquelot, vicomte de la Hotte, la Huberderie, la Saul- 
draye, la Villeneuve-Quistinic, etc., et de dame Marie 
de la Bourdonnaye , demeurant au château de la Ville- 
neuve; parrain messire Louis de la Bourdonnaye, che- 
valier, vicomte de Couetlion, baron de Blossac, conseiller 
du Roi au parlement de Bretagne ; marraine dame Jac- 
quette Jacquelot , femme de messire Philippe-Emmanuel 
de Hardouin , chevalier, seigneur de la Girouardière. — 
19 janvier 1681. Baptême de Paul-François de Baud, 
fils de messire Jacques de Baud et de dame Anne Gui- 
marho, seigneur et dame de Keroual, demeurant en leur 
manoir de Pratmeur en Quistinic ; parrain messire Paul 
du Vergler, chevalier, seigneur du Ménéguen, conseiller 
honoraire en la juridiction royale d'Hennebont; mar- 
raine demoiselle Françoise de la Bourdonnaye, dame de 
Blossac. — 12 septembre 1694. Bénédiction de la cloche 
de la chapelle d« Saint-GuénQlé. — 22 septembre 1695. 
Pose de la première pierre du rétable de Téglise parois- 
siale. 

E. Suppl. 351. — GG. 3. (Cahiers.) — (n-foUo, 868 feuillets, papier. 

t909-t1fMl. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 2 mars 1749. Pose de la première pierre de la nou- 
velle église paroissiale de Quistinic 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PLUVIGNER. 



71 



E. Suppl. 352. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio , 468 feuilleta, papier. 

1951-1990. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 13 février 1752. Bénédiction de la nouvelle église pa- 
roissiale dédiée à saint Pierre. — 25 décembre 1752. 
Mariage entre noble homme Nicolas Dhuy, sieur de Mon- 
taigu, receveur des domaines du Roi, et demoiselle 
Marie-Jeanne du Buisson. 

E. Suppl. 353. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 2M feuillets, papier. 

1991-19IIO. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— Juin 1784. Mise en place des deux rétables des cha- 
pelles de l'église paroissiale. — Novembre 1784. Pose 
de la balustrade en fer de la chapelle Saint-Malhurin. — 
12 septembre 1785. Bénédiction du Calvaire. — 1786. 
En tète du registre des sépultures, insertion d'un remède 
contre le mal de gorge. — 29 juillet 1787. Pose de la 
première pierre de la tour de Saint-Mathurin. 

E. Suppl. 354. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio , 77 feuiUets , papier. 

l«OS-i99i9. — Répertoires des actes de baptêmes, 
mariages et sépultures. 

Canton de Pluvigner. — Commune de Brech (1). 

109O-19IIO. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— Inventaire des c bardes et trésors :» de la paroisse 
de Brech en Tannée 1624. — 16 septembre 1630. Bap- 
tême de Vincent Kerrio, fils de François Kerrio et .de 
Françoise Le Lueh ; compère messire Jean de Robien, 
seigneur de la Villemenguy; commère dame Marie Le 
Viconte , femme de messire Christophe de Robien , sei- 
gneur de Robien et de Kerrivallan. — 25 septembre 
1630. Baptême de Jean Morice, fils de nobles gens Pierre 
Morice et Jeanne de Bodoyec, sieur et dame de Loc- 
maria ; compère missire Jean Chesnault , chapelain de 
la Reine-mère, chanoine de Vannes et recteur de la pa- 
roisse de Brech ; commère dame Marie Le Viconte, etc. 

— 22 juillet 1694. Mariage entre messire Germain-Joseph 
de Talhouet, chevalier, seigneur de la Grationnaye, de la 
paroisse de Bubry, et demoiselle Marie-Catherine 
Pezron, dame de Pennelan, de la paroisse de Brech ; la 
bénédietion nuptiale est donnée dans la chapelle de 
Saint-Julien près Auray. — 19 mars 1723. Bénédiction 



(1) Les archives anciennes de cette commune ayant disparu, nous 
avons relevé les notes qui la concernent au greffe du tribunal de 



de la cloche de la chapelle de Sainl-Goal située au village 
de Calan en Brech. — l*' janvier 1771. Baptême de 
Georges Cadudal, né ce jour, fils de Louis Cadudal et de 
Marie-Jeanne Le Bayon , laboureurs , du village de Ker- 
léano; parrain Pierre Cadudal; marraine Yvonne Le 
Lamer. 

Commune de Gamors. 
E. Suppl. 355.— GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 625 feuillets, papier. 

iSt«-t«SO. — Baptêmes , mariages et sépultures. 

— 10 février 1641. Baptême de Renée de Saint-Pezran , 
fille de Louis de Saint-Pezran, écuyer, sieur de Keribuel, 
et de demoiselle Perrine Le Bècre ; compère Jean Le 
Bècre, écuyer, sieur de Coetrebouarn ; marraine de- 
moiselle Renée de Saint-Pezran, fille de Louis de Saint- 
Pezran, écuyer, sieur de Kerbilzic — 1644 et années 
suivantes. Les baptêmes des enfants illégitimes sont ins- 
crits à la fin de chaque cahier, à Tenvers.— 12 septembre 
1644. Baptême de Marie Cadio, fille de noble homme 
François Cadio et de demoiselle Perrine Le Bccre, sieur 
et dame de Limellec ; parrain Louis de Saint-Pezran , 
écuyer , sieur de Kerihuel ; marraine demoiselle Marie 
de Musuillac, dame de Kerdréan. — 11 novembre 1645. 
Paptême de Claude-René Le Clanche, fils de Julien 
Le Clanche et de Marguerite Lhomette; parrain haut 
et puissant messire Claude de Lannion , gouverneur 
de Vannes et d' Auray, baron de Lannion, Plounevez- 
Quintin , etc. ; marraine haute et puissante dame Renée 
d^Arradon, femme de haut et puissant messire Pierre 
de Lannion, baron de Vieuxchâtel, Camors, le Cruguel, 
Arradon et autres lieux. — 6 mai 1649. Baptême de 
Pierre du Vieuxch&tel, fils de nobles gens Thomas du 
Vieuxchâtel et Yvonne Lorseul , sieur et dame de la 
Porteverte ; parrain haut et puissant messire Pierre de 
Lannion, chevalier, baron du Vieuxchâtel, etc., gouver- 
neur de Vannes et d' Auray; marraine haute et puissante 
dame Thérèse Hutteau , baronne de Lannion, Quellen , 
Plounevez-Quintin et autres lieux.— 1661. Formule de la 
profession de foi qui devait être signée par tous les ecclé- 
siastiques du diocèse contre la doctrine du jansénisme. 

— 11 août 1661. Mort, au château de Quinipily en Baud, 
de haut et puissant messire Jean-Baptiste de Lannion, 
seigneur des Aubray, etc.; inhumé, le 13, en l'église 
paroissiale de Camors, dans la tombe-levée du chœur. 

— 23 novembre 1666. Mariage entre Julien de Lescouble, 
écuyer, sieur de Pérennès, et demoiselle Samsonne- 
Thérèse Le Bècre. 



72 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 356. — GG. 2. (Cahiers.) - In-folio et in-é», 502 feuillet», 

papier. 

i«1fa-i#99. — Baptêmes , mariages et sépultures. 
— 1670-1674. Comptes en charge et décharge du pro- 
cureur de réglise paroissiale de Camors. — 27 novembre 
1673. — Mariage entre François de la Roche, écuyer, 
sieur de Launay-Ploerdut, et demoiselle Magdeleine de 
Saint-Pezran , dame de Locoal — 23 novembre 1677. 
Mariage entre messire Guy de Langan, seigneur dudit 
lieu, et dame Magdeleine de Saint-Pezrari , dame de 
Launay. — 19 février 1678. Mariage entre noble homme 
Nicolas Lauzer, sieur de Kerdrun, et demoiselle Jacquette 
Le Songeux, dame du Ganquy. — 30 novembre 1689. 
Inhumation, dans Téglise de Camors, de Julienne de 
Coué, baronne de Camors. — 24 juin 1695. Mort, au 
château de Quinipily, de haut et puissant seigneur Claude 
comte de Lannion , chevalier, gouverneur des villes et 
châteaux de Vannes et d'Auray, capitaine du ban et 
arrière-ban de Pévèché de Vannes , baron de Camors , 
Vieuxchâtel, Malestroit, etc.; inhumé, le 27, dans Téglise 
paroissiale de Camors. 

E. Suppl. 357. — GG. 3. (Cahiers.)— In-foUo, 598 feuillets , papier. 



940* — Baptêmes , mariages et sépultures. 
9 février 1706. — Mariage entre Pierre de Rosnarho, 
âgé de 15 ans, fils d'honorable homme Paul de Ros- 
narho, de la paroisse de Plumergat , et Thérèse Le Cam, 
âgée de U ans , fille de François Le Cam , meunier, de 
la Motte en Camors. — 19 février 1735. Inhumation dans 
réglise de Locoal, après la visite de la justice, d'un* 
individu, sa femme et leurs enfants, au nombre de 
quatre, trouvés morts et incendiés, le 17, dans le village 
du Mané-Kermorvant. 

E. Suppl. 358. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio , 807 feuillets , papier. 

i1f4i-ilf«t« — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— € L^année 1746, les Anglais descendirent au Pouidu 
et attaquèrent Lorient ; Us brûlèrent Quiberon et firent 
mille impertinences. » — 24 septembre 1747. Bénédic- 
tion d'une cloche pour la chapelle de Sainte-Suzanne. 

— c En 1751, les blés furent presque tous perdus par 
les pluies ; les vins d'une grande cherté : 120 livres les 
Bordeaux, 54 I. les Nantais, les cidres 18 1., la bar- 
rique 21 à 24 1., le froment 27 1. la perrée, les seigles 
18 1. ; cette année , les plus forts et les plus riches de la 
paroisse n*ont aoûté que le tiers des autres années ; du 
mil point du tout. » — Bonne récolte en 1755. 



Commune de Landaul. 
E. Suppl. 359. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 514 feuillets, papier. 

t0it-t9O9. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 30 janvier 1689. Mariage entre messire Luc de Ker- 
nesne, chevalier, marquis de la Roche et Coatarmoal , 
comte de Go u mois, etc., et demoiselle Anne-Françoise 
de Robien , dame de Kerarabourg, flUe de messire André 
de Robien, comte de Kerambourg , baron de Lanvaux et 
de Pluvigner, et de dame Marie- Vincenle de Pulunian ; 
présents messire Charles de Kermeno , seigneur dudit 
lieu, Christophe de Robien, seigneur de Pérosse, et 
d'autres personnes. — 28 mars 1699. Mariage entre 
messire Sébastien de Robien, chevalier, seigneur de Ré, 
et demoiselle Louise-Christophelte Gouyon, demoiselle 
de Kerambartz. 

E. Suppl. 360. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 806 feuillets, papier. 

t90S-t90t. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 14 février 1703. Baptême de Vincent-Jean de Robien, 
fils de Sébastien de Robien, seigneur de Kerambartz, etc.; 
parrain messire Vincent de Robien , chevalier, seigneur 
dudit lieu; marraine Jeanne-Julie de Bodoyec, dame de 
Vaudurand. — 1756. On enterre les ossements du < re- 
liquaire > dans le cimetière, à main droite en entrant 
par la barrière. 

Commune db Landévamt. 

E. Suppl. 361. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio et in-4», 8U8 feuUleU, 

papier (1). 

t5lflf-t9t9.~ Baptêmes, mariages et sépultures. — 
13 novembre 1578. Baptême de Louis Morice, fils de 
noble homme Louis Morice et de demoiselle Jeanne Le 
Douarain ; compères noble homme Louis du Bodic, sieur 
de Kerroman, et Louis de Trédaso ; commère demoiselle 
Marie Le Picart, dame de la Demiville. — 5 avril 1586. 
Baptême de Guillaume de Kerlevyo, fils de noble homme 
François de Kerlevyo et de Jeanne de Kerlohan ; com- 
pères noble homme Jean du Bahuno, sieur de la Demi- 
ville, et noble homme Guillaume du Bodic; commère 
Adelice Brino. -— 20 mai 1607. Publication à Landèvant 
de redit royal relatif à la réparation des chemins. — 
12 décembre 1607. Baptême d'Olivier de Spinefort, fils 



(1) Tous les cahiers analysés dans ce premier article forment nn» 
collection distincte actuellement déposée an presbytère de Landé- 
vant. Nous avons cru devoir les intercaler ici pour mémoire, en tète 
de la collection de la commune. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIÉE. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PLUVIGNER. 73 



de noble homme Jean de Spînefort et de Françoise La- 
bourier, sieur et dame de Kervillio ; compère missîre 
Olivier Amette, recteur de Landévant; commère demoi- 
selle Louise Deffonlatne. — t Au mois de septembre 1608, 
M. de Vendosme, gouverneur de Bretagne, fait son entrée 
en la ville de Rennes et Nantes {sic), villes capitales dudit 
pays, et, s'en retournant en France, a laissé le maréchal 
de Brissac pour son lieutenant audit pays. 4608. î> — 
26 mars 1609. Pose de la première pierre du presbytère 
de Landévant par missire Olivier Amette, recteur de cette 
paroisse. — 2 avril 1609. Baptême de Louise de Spinefort, 
fllle de Jean de Spinefort, etc. — « Le U de mai 1610 , 
Henri IV, roi de France et de Navarre, fut tué en la ville 
de Paris par un malheureux assassin nommé François 
Ravaillac. 3> - 28 septembre 1640, Baptême de Renée de 
Spinefort, fille de Jean, etc.; compère noble homme 
Jean Le Boulhic, sieur de Bellerit ; commère demoiselle 
Renée de Musuillac, dame de Kerroman.— 8 juillet 1616. 
Baptême de Jeanne de la Haye , fille de noble homme 
François de la Haye et de demoiselle Marie Cadio , sieur 
et dame de la Haye; compère Jean Le Boulhic, etc. ; 
commère demoiselle Jeanne Guillemin. — 9 mars 1617. 
Baptême de Joachim de Kerpunce , fils de noble 
homme Jérôme de Kerpunce et de demoiselle Marie 
Gantière, sieur et dame de Lestumo; compère noble 
homme Joachim Le Livec ; commère demoiselle Vincente 
Le Gouvello.— Octobre 1617. Après l'enregistrement du" 
baptême du septième fils d'un de ses paroissiens, le 
recteur ajoute ce distique : « Septimus in lucem partu 
qui masculus exit strumosum fertur sistereposse malum.» 
— 24 octobre 1634. Baptême de Robert de Lespiney, 
fils de nobles gens François de Lespiney et Jeanne du 
Gué ; compère noble homme Robert Douviile , sieur de 
Neufbourg ; commère Françoise Coué, dame du Chiffart. 
— 1636 et années suivantes. Les baptêmes des enfants 
bâtards sont inscrits à la fin des cahiers, à l'envers. — 
5 avril 1637. Baptême de Gilles Lautriché , né en 1636, 
fils d'honorables gens maître Jean Lautriché et Jeanne 
Le Méthayer ; parrain haut et puissant seigneur messire 
René de Kermeno , conseiller au parlement de Bretagne, 
seigneur de Kermeno , Lanouan , etc. ; marraine dame 
Gillette Hay, dame de Kerholain. — 10 février 1639. . 
Baptême de Guillaume Lautriché, fils de Jean Lautriché, 
etc.; compère messire Guillaume de Broel, sieur de 
Lanigry, Kerlivio, Kerlavaret, etc.; commère Guyenne 
de Langle , dame des Rochettes , Kerambartz et autres 
lieux.— 4 avril 1639. Baptême d'Elisabeth de Lespiney, 
flUe de François de Lespiney, etc. ; compère Pierre 

Morbihan. — Tome IV. — Suppl. Série E. 



Demourier, écuyer, sieur de Kerfrezec; commère 
demoiselle Elisabeth de Lespiney.— 12 octobre 1644. 
Baptême d'Anne de Kermeno , fllle de messire François 
de Kermeno, sieur de Lanouan, et de Jeanne de Larlan; 
parrain messire Sébastien de Rosmadec, çieurdu Plessis; 
marraine Anne de Larlan, dame de Salarun. — ier août 
1645. Baptême d'autre Anne de Kermeno, fille de 
François de Kermeno, etc.; parrain messire Bertrand 
de Kermeno, sieur de Loyon ; marraine Anne de 
Larlan, dame du Penhairc.— 20 janvier 1649. Baptême 
d'Yvonne MalTart, née en 16-18, fille d'honorables gens 
Mact* Maffart et Jeanne Le MtHhayer; parrain haut et 
puissant Guillaume deBroel, écuyer, seigneur de Lanigry, 
Kerlivio, Kergal, etc. ; marraine haute et puissante dame 
Yvonne Sesbouez, dame de Loyon, Lanouan, etc.; 
ledit baptême administré par missire Malhurin Coasturet, 
recteur de Landévant et prieur de Saint-Cuénael. — 27 
décembre i65t. Baptême de Guillaume de Lespiney, fils 
de noble homme Louis de Lespiney et de demoiselle 
Marie Le Roy; parrain messire Guillaume du Bahuno, 
seigneur de la Demiville, Quermadehoy, etc.; marraine 
demoiselle Jeanne du Gué.— 21 novembre 1652. Baptême 
de Malhurin-Joseph du Quélenec, fils d'écuyer François 
du Quélenec et de noble demoiselle Julienne Guillemin ; 
parrain missire Mathurin Cousturet; marraine dame 
Marguerite Desportes , dame douairière de Saint- 
Georges. — 7 juillet 1658. Baptême d'Yvonne-Marie Le 
Livec, fille de noble homme Julien Le Livec, sieur 
de Kerbodo, et de demoiselle Jeanne du Lenen; parrain 
missire Mathurin Cousturet; marraine Yvonne Sesbouez, 
etc. — 20 avril 1670. Prise de possession du bénéfice de 
Landévant par missire Claude Boutouillic, recteur 
d'Hennebont, paroisse de Saint-Gilles, âgé de 27 ans. 
(n Dieu lui fasse la grâce de bien régir son troupeau. » 
(Note de la main même de missire Boutouillic.) — 17 
novembre 1674. Le baptistère de Péglise paroissiale est 
changé de place.— 13 juillet 1675. Note en marge: 
« Le 13« de ce mois, les paroissiens nous voulurent tuer, 
disant que nous avions la gabelle. > (De la main de 
missire Jacques Mary, curé de Landévant.) — Le 6 juin 
1678 , fut acheté le « soleil > à Vannes , et coûta 40 écus. 
— 7 novembre 1684. Mariage entre Joachim Guydo, 
écuyer, sieur du Resto, de la paroisse de Saînt-Gildas 
d'Auray , et demoiselle Yvorée Le Boulhic. — 25 août 
1685. Baptême de Jacquette Guydo, fille de Joachim 
Guydo , etc. ; parrain noble homme Jean Partenay , sieur 
de Kerjestin, de la paroisse de Saint-Gildas d'Auray; 
marraine demoiselle Jacquette de Lespiney , du bourg 



10 



L 



74 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



de Landévaut.—- 30 avril 1689. Inhumation, dans Téglise 
de Saint-Patern à Vannes, de missire Claude Boutouillic, 
recteur de Landc^vant, décédé audit Vannes, à l'auberge 
de Saint-Yves, après une maladie de deux jours, « étant 
de retour d'Arzal où il était allé payer les rations pour 
les paroissiens à une compagnie de dragons qui y est. 
CYtait un digne pasteur, vigilant, laborieux, intègre en 
ses mœurs, sobre, pieux et sans reproche de vie, et 
regretté généralement de tous ses paroissiens. » (Signé) : 
Jean Donias, curé. — 28 août 1689. Prise de possession 
du bénéfice de Landévant par maître Garraud , sénéchal 
de la principauté de Guéraené , au nom de son frère qui 
se trouvait alors à Rome. — 24 mai 1695. Inhumation, 
dans la chapelle du Rosaire, de Jean Cado, écuyer, sieur 
du Boterf. — 13 janvier 1697. Prise de possession du 
bénéfice de Landévant par missire Antoine Collin, c par 
procureur, et ne se rend dans sa paroisse qu'au mois de 
septembre de la même année, étant à Paris. » (Note de 
la main même de missire Collin). — 15 janvier 1708. 
Inhumation, dans la chapelle du Rosaire, de noble 
homme Nicolas Le Livec, sieur de Kerbodo. — 27 mai 
1710. Prise de possession du bénéfice de Landévant par 
missire Jean Cormier. 

E. Suppl. 362. — GG. 2. (Cahiers.) -- In-folio, 510 feuillets, papier. 

. t05O-t98O. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 31 août 1659. Baptême de Julienne-Bertranne Le Livec, 
fille de nobles gens Julien Le Livec, sieur de Kerbodo, 
et Jeanne du Lenen ; compère haut et puissant seigneur 
messire Bertrand de Kermeno, seigneur de Loyon; 
commère haute et puissante dame Julienne Grignon, 
femme de haut et puissant messire Guy de Lopriac, 
seigneur de Kermassonâet, Poulverne, le Bongouet, etc., 
conseiller au parlement de Bretagne. — 5 octobre 1705. 
Inhumation, dans le cimetière de Téglise paroissiale, 
de messire Jérôme de Perrien , chevalier, seigneur de 
Lanouan, Keringant, etc. — 17 septembre 1706.— Inhu- 
mation, dans le chœur de Téglise paroissiale, de noble 
homme Mathurin Le Boulhic, sieur de Kergant. — 
23 octobre 1716. Inhumation, dans la chapelle de la 
Trinité en Téglise paroissiale , de noble demoiselle Marie 
de Perrien , fille de feu messire Jérôme de Perrien et de 
dame Jeanne Eudo. — 25 octobre 1734. Mariage entre 
noble homme Olivier Savignon, sieur de la Barre, et 
noble demoiselle Jeanne-Françoise Authueil de Locmaria. 

E. Suppl. 363.— GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 589 fcuiUets, papier. 

1940-1995. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 9 octobre 1741. Mariage entre noble homme Thomas 



Gléquin de Kerdanie^et demoiselle Julie Hichel.—- 7 août 
1764. Mariage entre François-Joseph Rodrigue, maître 
chirurgien, de la paroisse de Saint-Jean-Brévelay, et 
demoiselle Lucie Joye. — 1771. Jérôme- François de 
Lantivy, chevalier, seigneur du Rest, Louis-Vincent 
de Lantivy, chevalier, seigneur de Talhouet, Jacques- 
François de Lantivy, chevalier de Kerveno, Jean-Louis 
de Lantivy, chevalier, sieur de Trédion , tous chefs des 
branches de la maison de Lantivy, appelaient, comme 
d'abus, de Tinsertion et enregistrement faits, le 18 août 
1735, sur le registre des mariages de la paroisse Saint- 
Alban d'Elven, d'une déclaration du prétendu mariage 
de feu écuyer Joseph -François de Lantivy-Bernac avec 
Jeanne Letuel {aliàs Le Luel) ; contre les nommés Louis 
et Joseph-Marie c se disant » de Lantivy. Extrait des 
registres du parlement de Bretagne contenant une 
sentence en faveur des premiers, ordonnant que ladite 
insertion sera biffée, interdisant à Louis et à Joseph- 
Marie de prendre le nom et les armes de Lantivy, etc. — 
13 mai 1772. Incendie de l'auberge de la Croix-Verte et 
de quatre autres maisons voisines, au bourg de Landévant. 
— 1774. Note sur le registre des baptêmes : c Louis le 
Bien-Aimé, quinzième du nom, est mort de la petite* 
vérole le 10 de mai 1774, en la soixante-cinquième 
année de son âge, après avoir régné près de soixante ans, 
k son château de Versailles ; il a laissé son royaume en 
proie à bien des troubles au-dedans; pour y mettre 
le comble, il ne manque que la guerre au-debors. » 

E. Suppl. 364.— GG. 4. (Cahiers.)— In-folio, 362 feuiUcts, papier. 

1990-1901. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 30 septembre 1776. Sépulture, en la chapelle de la 
Trinité de Téglise paroissiale, de haute et puissante dame 
Louise-ApoUine de Bégasson de la Lardais, femme de 
haut et puissant messire René-Joseph de Kerboutel de 
la Courpéan, chevalier, comte dudit lieu, décédé6 
au château de Lanouan.— 1777. c II a passé par ce bourg 
(Landévant), cette année 1777, le 21 du mois de mai, 
M««" le comte d'Artois, frère de Louis XVI, roi de France 
régnant; et, trois semaines après, c'est-à-dire le 12 de 
juin , H^ Joseph second , empereur de l'Allemagne, roi 
' des Romains, de Hongrie et de Bohême. » — -1778. Extrait 
d'un arrêt du parlement de Bretagne relatif au respect 
dû aux églises, à la sanctification des dimanches et fêtes, 
à la police des cabarets, etc.— 1779. Notes relatives aox 
réparations faites tant à l'église paroissiale qu'à diffé- . 
rentes chapelles de la paroisse. — 21 décembre 1780. 
Incendie de huit maisons du bourg.— 1786. Bénédiction 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PONTSCORFF. 75 



de la cloche de la chapelle Notre-Dame-des-Vertus, 
c vulgairement dite Berhet » (Sainte-Brigitte). 

Commune de Pluvigner. 
E. Sttppl. 965. •— GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 508 feuillets, papier. 

tao5-t99t. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 26 avril 1696. Inhumation, dans la nef de Téglise 
paroissiale Saint-Guigner, de noble homme Thomas Le 
Mezec, sieur de Portellec. — 2 août 1717. Mariage entre 
messire Jérôme-François Charpentier, chevalier, seigneur 
de Lennevos, et demoiselle Louise-Marguerite Eudo, 
fille de Louis-Joseph Eudo, chevalier, seigneur de Quer- 
onic, conseiller au parlement de Bretagne, et de demoi- 
selle Marie-Anne Le Mezec. 

E. Snppl. 366. -^ GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 530 feuilleU, papier. 

i1f!99-t9S9« — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 10 décembre 1737. Mariage entre messire Mathurin 
de Rosily, chevalier, seigneur de Meros, conseiller au 
parlement de Bretagne, fils de messire Joseph-Marie de 
Rosily et de dame Françoise Le Pape; et demoiselle 
Marie-Yvonne de Coetloury, dame dudit lieu, fille de 
messire Pierre de Coetloury. 

E. Snppl. 367. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio , 606 feuiUets, papier. 

t9S9-t95if, — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 19 juillet 1753. Baptême de Jeanne-Georgine Dargy, 
fille de messire Jean -Christophe Dargy, seigneur de 
Kergroix, et de dame Jeanne de Coué de Salarun; 
parrain messire Georges- René de Talhouet, chevalier, 
seigneur dudit lieu et de Keravéon, chef de nom et d'armes, 
baron de Coetrivas; marraine demoiselle Marguerite- 
Jeanne-Charlotte Dargy, demoiselle de Kergroix. 

E. Soppl. 368. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 528 fenUlets, papier. 

tVttS-tifIftt. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 28 septembre 1763. Mariage entre messire Vincent- 
Louis de Lantivy, seigneur de Talhouet, et demoiselle 
Marguerite- Jeanne-Charlotte Dargy. — 27 janvier 1774. 
Installation des sœurs de la Sagesse au bourg de Pluvigner, 
dans un hôpital élevé sur les ruines de Pancien , doté à 
nouveau par le seigneur de Lennevos de Queronic , avec 
le consentement du seigneur marquis de Robien et du 
général de la paroisse. Ce secours arrivait d'autant mieux 
que la paroisse était depuis longtemps affligée d'une ma- 



ladie épidémique. M»' l'évoque de Vannes permet de re- 
cevoir les sœurs en procession et avec cérémonies. — 
30 mai 1775. Bénédiction d'une cloche de l'ogiise parois- 
siale ; parrai i messire Jérôme-Louis Charpentier, che- 
valier, seigneur de Queronic; marraine dame Marie- 
Anne de la Faluère , dame de Lennevos. 

E. Suppl. 369. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 638 feuiUets, papier. 

t1flf«-t90i. — Baptêmes, mariages et sépnituies. 
— 15 juin 1780. Inhumation, dans le cimetière deSaint- 
Guigner, de missire Louis Cougan, recteur de la pa- 
roisse de Pluvigner, âgé d'environ 80 ans. — 31 août 
1784. Mariage entre écuyer Henri de Quénechquivillic, 
sieur de Garzoles, fils de Guillaume de Quéuechquivillic, 
et demoiselle Marie-Anne-Jeanne Chardevelle. — 18 sep- 
tembre 1786. Bénédiction de deux cloches de l'rglise pa- 
roissiale; l'une. a pour parrain messire Jean-Hélène- 
François de Boutouillic de la Villegonan, seigneur de 
Kergonan, Kerlois, etc., et pour marraine dame Marie- 
Anne Le Feuvre de la Faluère, dame de Lennevos; la 
seconde a pour parrain messire Pierre-Louis-Baptiste 
Le Charpentier, chevalier, seigneur de Lennevos, Quer- 
onic, Limoges, Beauregard, etc., conseiller honoraire 

au parlement de Bretagne, et pour marraine dame Jeanne- 
Renée de Coué, veuve de messire Jean-Christophe Dargy, 
seigneur de la Châtre, Kergrois et autres Iteux. — 9 dé- 
cembre 1788. Baptême de François-Marie-Melaine de 
MalûIIastre , fils de messire François de Malfillastre, 
écuyer, sieur de Cagny, et de dame Marie-Anne-Char- 
lotte Le Clerc. 

E. Suppl. 370. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio, 681 feuillets, papier. 

t655-t90!9. — Table des baptêmes, mariages et sé- 
pultures de la paroisse de Pluvigner. 

Canton de Pontsgohfp. — Commune de Gauoan. 
E. Suppl. 371. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 510 fevdllets, papier. 

t590-ta54l. — Baptêmes et mariages. — 15 août 
1606. Baptême de Marie Le Flo , fille de nobles gens 
écuyer Louis Le Flo et demoiselle Catherine de Tllospital, 
sieur et dame de Trémello ; parrain Jean de Chefdubois, 
écuyer, sieur de Bruslé ; marr aine demoiselle Marie Bizien, 
dame de Kerigomarch et autres lieux. — 7 octobre 1606. 
Baptême de Jacques du Quellenec , fils de nobles gens 
Tanguy du Quellenec et Marguerite Desporles, sieur et 
dame de Kerjacob ; compère Jacques Guymarho, écuyer, 



76 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



sieur de Lamouhic ; commère noble demoiselle Françoise 
Le Hen , dame du Quellenec. — 2 septembre 1007. Bap- 
tême de Georges Guymarho , fils d'écuyer Jacques Guy- 
marho et de demoiselle Louise de la Sauldraye : compère 
Georges de Cosnoal, écuyer, sieur de Saint-Georges, 
Kermérien, la Villeneuve, etc.; commère demoiselle 
Adelice de Coetsal, dame de Couélro, Kernivinen et autres 
lieux, c Dieu doint à Tenfaut bonne et heureuse vie. » 

— 2-2 juin ii)08. Baptême de Jean Desportes, fils de nobles 
gens Jean Desportes etGeorgine Fournoir, sieur et dame 
de Saint-Nudec; compère et parrain noble et puissant 
Jean de Gëgado , seigneur de Kerhollain, etc. ; commère 
demoiselle Jacquette de Cosnoal, dame de la Dcmiville et 
de Kermadehoy. c Dieu doint à Tenfant estre homme de 
bien et paradis à la On. > — 29 mai 1611. Baptême de 
François Le Mezec, fils de noble homme Pierre Le Mezec 
et de demoiselle Perronelle Regnault, sieur el dame de 
Kerhervy ; compère noble homme François Symon, sieur 
de la Grivardaie ; marraine demoiselle Jeanne Aubin , 
femme de noble homme Jean Regnault, sieur de Penliouet. 

— 4 janvier 1618. Baptême de Paul du Vergier , fils d'é- 
cuyer Jean du Vergier el de demoiselle Jeanne Rogon, 
sieur et dame du Ménéguen ; parrain Paul de Lage, 
écuyer, sieur Judit lieu, de Kerigomarch, etc. ;. marraine 
demoiselle Catherine de Chefdubois , dame de Kersallo, 
etc. — 9 juillet 1618. Baptême de Julien du Quélenec, 
fils d'écuyer René du Quélenec et de demoiselle Adelice 
Faucheur, sieur et dame du Quélenec ; compère Julien 
de Stanchingant, écuyer, sieur de Sconhel; commère 
demoiselle Jeanne Faucheur , dame de la Villeneuve. — 
21 septembic 1624. Baptême d'Armel Baellec, fils de 
nobles gens Jacques Paellec. et Jeanne de Locumeren, 
sieur et dame de Locoziern et de Locumeren. — 28 jan- 
vier 1626. Baptême de Vincent Guymarho, fils d'écuyer 
Jean Guymarho et de demoiselle Marie Le Boudoul, sieur 
et dame de Lamouhic ; compère messire Vincent Le Vi- 
conte, sieur de Kerusano etdePerros; commère demoi- 
selle Michelle Le Boudoul. — 25 février 1631. Baptême 
de Guy de Stanchingant, fils d'écuyer Julien de Stanchin- 
gant et de Jeanne Bino, sieur et dame de Sconhel , Res- 
tinoy , etc. ; compère messire Guy de Lopriac, conseiller 
du Roi, sieur de Kermassonnet ; commère dame Fran- 
çoise Le Digouédet , dame de Beaucours. — 25 juillet 
1639. Baptême d'Antoine Jourdain, fils de messire Tanguy 
Jourdain et de Gillette de la Sauldraye, sieur et dame de 
Bodalan ; compère Antoine de la Porte, écuyer, sieur de 
la PiboUière ; marraine dame Henriette du Breil , dame 
de Keravéon — 15 janvier 1640. Baptême de René Le 



Flo , fils d'écuyer Marc Le Flo et de demoiselle Anne Le 
Crossec , sieur et dame de Trëmelo ; parrain messire 
René du Fresnay, seigneur deCoetcodu, Kerlain, Meslan, 
le Plessis, etc.; marraine dame Marguerite Desportes, 
dame de Saint-Georges, Kermérien et autres lieux. — 
11 janvier 1654. Mariage entre Jérôme Pezron, écuyer, 
sieur de Penlan et du Leslé, et dame Jeanne Bino, 
dame douairière de Sconhel. 

E. Suppl. 372. — GG. 2. (Cahiers.) — In-foUo et ia-4», 574 feumeU, 

papier. 

t60t-t«94. — Baptêmes, mariages et sépultures. - 
A partir de 1672, les baptêmes des enfants illégitimes 
sont inscrits à la fin des cahiers, à l'envers. — 29 juillet 
1674. Baptême d'Armel Desportes, fils d'écuyer Jérôme 
Desportes et de dame Jacquette Ëudo, sieur et dame de 
Saint-Nudec; parrain noble, vénérable et discret messire 
Armel Aleno, seigneur de Penmené ; marraine dame 
Louise du Bouëtiez, dame douairière de Saint-Nudec. — 

16 juillet 1679. Baptême de Joseph-Pierre Desportes, fils 
de messire Jérôme Despories, sieur de Saint-Nudeo, et 
de dame Marie-Anne Marigo ; parrain messire Joseph 
Desportes ; marraine dame Perrine du Bahuno, dame de 
Kerorguen. — 3 mars 1680. Mariage entre Jacques de 
Baud, écuyer, seigneur de Keroual, et demoiseUe Anne 
Guymarho, dame de Kermain. — 10 juin 1680. Mariage 
entre Louis de Brossard, écuyer, sieur de la Tremblaye, 
et demoiselle Marie-Thérèse Guymarho, dame de Ker- 
main. — 22 mai 1681. Mariage entre messire Philippe- 
Emmanuel de Montlouis, seigneur de Plascaer, de la pa- 
roisse de Priziac, et demoiselle Françoise-Guillemette 
Simon, dame de Kerbringal. 

E. Suppl. 373. — GG. 3. (Cahiers.) — In-foUo et in-4», 520 feuiUets, 

papier. 

t«95-i9tt. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
27 mai 1685. Inhumation de messire Guillaume Riou, 
chevalier, seigneur du Plessis-Riou, dans l'église parois- 
siale de Caudau, en sa chapelle prohibitive de Sainte- 
Barbe. — 29 décembre 1685. Mariage entre messire 
René Aleno, écuyer, el demoisefie Françoise Riou, dame 
de Querhoant. 

E. Suppl. 374. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio et in-4», 445 feuillets, 

papier. 

tvtv-tifst. — Baptêmes, mariages et sépultures. — 

17 décembre 1716. Baptême de René-Mathurin de Baud, 
fils de Paul-François de Baud, chevalier, seigneur de 



SUPPLÉMENT A U SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PONTSCORFF. 



77 



Kèrmain, et de dame Aane-Élisabeth de Coetnempren ; 
parrain René-François Geffioy, chevalier, seigneur de 
la Villeblanche , conseiller au parlement de Bretagne; 
marraine demoiselle Marie-Anne-Mathurine du Vergier. 
— 28 octobre 1717. Baptême de Charlotte- Jacquette Des- 
portes, fille de messire Jean-Baptiste Desportes et de de- 
moiselle Marie-Catherine de Kersaintgilly, seigneur et 
dame de Saint-Nudec; parrain messire Jacques du Bouë- 
tiez, chevalier, seigneur dudit lieu ; marraine demoiselle 
Charlotte-Louise de Fresnay, dame du Diernelcz. — 
28 juin 1722. Bénédiction de la nouvelle église parois- 
siale de Saint-Pierre de Caudan qui avait remplacé l'an- 
cienne tombée en ruines depuis 1710. 

E. Suppl. 375 — GG. 5. (Cahiers.)— In-folio, 614 feuiUets, papier. 

1989-1951. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
18 août 1749. Baptême d'Antoine-René-Hyacinlhe Mau- 
duit , fils d'écuyer Antoine-Joseph Mauduit du Plessix et 
de dame Françoise-Anne Hardouin : parrain écuyer mes- 
sire Gabriel-Hyacinthe Mauduit du Plessix, lieutenant- 
colonel d'infanterie ; marraine dame Anne-Renée-Marie 
Hardouin, comtesse de Lys, — 16 décembre 1751. 
Baptême de Pierre-Jean-Marie de Baud, fils de messire 
Jean-Baptiste-Marie, chef de nom 'et armes de Baud, che- 
valier,» seigneur de Kermain, et de dame Marie-Ursule- 
Denise de la Villeloys de la Villéan. 

E. Suppl. 376. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio. 520 feuiUets, papier. 

1959-1900. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
18 janvier 1757. Mariage entre Antoine Forestier, sieur 
de Kermeno, et demoiselle Catherine-Thomase Trotin de 
Vallois de Douville. — 6 octobre 1765. Commencement 
d^une mission à Caudan, terminée le 20 du même mois; 
il y eut 1950 communiants ; détails sur les frais de la 
grande croix élevée à cette occasion. La dépense de la 
mission fut supportée par M»® de Keralno, dame de 
Sconhel, qui avait donné 1200 livres. 

E. Suppl. 377. — GG. 7. (Cahiei-s.) — In-folio, 516 feuiUels, papier. 

1909-1998. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
3 mai 1768. Bénédiction de la chapelle de la Vraie-Croix 
située au bourg de Caudan.— 19 juin 1768. Bénédiction 
de la cloche de ladite chapelle ; parrain honprable homme 
François Bonnet, sieur de Rohu ; marraine dame Renée- 
Guyonne Morin de la Chaise, dame de Kerscan. 



E. Suppl. 378. — GG. 8. (Cahiers.) — In-folio, 305 feuillets, papier. 

1 9 »4-t9eo.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 
12 février 1785. Baptême de Marie-Thérèse-Louise de 
Baud, fille de messire Pierre-Jean-Marie de Baud, sei- 
gneur de Kermain, etc., et de dame Marie-Jacquetle du 
Bouëtiez ; parrain messire Louis de la Vîlleloays de la 
Villéan ; marraine Thérèse-Aimée du Bouëtiez de Keror- 
guen. 

Commune de Glégubb. 

E. Suppl. 379. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 626 feuiUets, papier. 

1599-1054. — Baptêmes. — En tête du premier re- 
gistre (1597) est écrit : « Ce présent pappier de bastistoir 
est et aparlient à Tesglisse parrochialle de Cléguer ; tous 
ceulx OU celles quy le trouverront esgarré en ladicte 
esglisse le randeront et il leur sera paie le vin, musure 
dudict bourg de Cléguer. Faict en ladicte esglisse, ce 
premier jour de septembre l'an mil cincq cenctz quatre*- 
vîngt-saeze, missire Louis Le Hen estant rectenr de la- 
dicte paroesse; en tesmoign de quoy l'avons signée, les- 
dicts jour et an que dessus. » etc. — 28 juin 1597. Bap- 
tême de Jean Dessence, fils de noble homme Pierre Des- 
sence, seigneur de la Roche, et de demoiselle Jeanne de 
Chefdubois ; compère noble homme Bertrand de Chef- 
dubois, sieur de Kermorgant, représentant le seigneur 
don Juan d'Aquila , c corronel » de l'armée espagnole ea 
la province de Bretagne ; commère demoiselle Guillemette 
de Chefdubois, dame de Talhouet. — 28 avril 1603, 
Baptême de Claude de Pongeoise, fille de noble homme 
Jean de Pongeoise et de demoiselUe Claude de Chefdu. 
bois; parrain Louis de Chefdubois, écuyer, sieur de 
Restraudan, Kermorgant, etc.; marraine demoiselle 
Jeanne Carie, dame de Quirisouet. — 16 janvier 1607. 
Baptême de René Guymarho, fils d'écuyer Guillaume 
Guymarho et de demoiselle Catherine de Chefdubois , 
seigneur et dame de Kersallo, Kerousseau, Pendreff, etc.; 
parrain René du Quellenec , écuyer, sieur dudit lieu. — 
24 avril 1611. Baptême de David de Chefdubois, fils d'é* 
cuyer Louis de Chefdubois et de demoiselle Jeanne de 
Kergestin, sieur et dame de Restraudan, Talhouet, etc. ; 
compère haut et puissant messire David Papin, sire de 
Ponlcallec, Tronchâteau, la Bruyère, Quifistre, etc.; 
commère demoiselle Françoise de Kersaudy, dame de 
Ménéhouarn, Yieuxchâteau, etc. — 1613. Institution de 
messes pour la frairie du Saint-Sacrement dans la cha- 
pelle Saint- Yves et Saint-Louis. — A partir de 1623, les 
baptêmes d'enfants bâtards sont inscrits à la fin des re- 
gistres. — 2 février 1626. Baptême de Vincent de Clé- 



78 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



gaennec, fils de Jean de Cléguennec, écuyer, sieur de 
MoustoirlaD, et de demoiselle Louise Le Pavec ; compère 
messire Vincent Le Viconte, seigneur de Kerysano, Pen- 
ros, etc. ; commère demoiselle Mathurine de Baud , fille 
de messire Jean de Baud, seigneur de la Vigne, la Houlle, 
etc. — 6 février 1637. Baptême d'Alain de Chefdubois, 
fils d'écuyer David de Chefdubois et de demoiselle Isa- 
beau Le Floch, seigneur et dame de Restraudan; parrain 

m 

Alain de Guer, écuyer, seigneur de Pontcallec; mar- 
raine demoiselle Anne de Guer, dame de Kerdrého, etc. 

E. Suppl 380. — GG. s. (Cahiers.) -- In-folio et in-i», 511 feaiUets, 

papier. 

tsS4-t0Vll« — Baptêmes, mariages et sépultures. — 
24 janvier 1663. Baptême de Renée de Ciéguennec, fille 
de messire David de Clëguennec, seigneur de Heslien, 
Kermadeboy, Kerdavid, Kergouic, etc., et de demoiselle 
Jeanne du Mur ; parrain messire Paul du Verger, sei- 
gneur du Hénéguen, sénéchal de la cour d'Hennebont ; 
marraine demoiselle Anne de Ciéguennec, dame de Mes- 
lien, représentant haute et puissante dame Renée de 
Lannion, femme de messire Alain de Guer, marquis de 
Pontcallec. 

£. Suppl. 381. — GG. 3. (Cahiers.)— In-folio et in-l», 507 feuîUets, 

papier. 

tS90-t1fllft« — Baptêmes, mariages et sépultures. — 
€ Le 27» jour d'avril 1689 arriva à Pontscorff une com- 
pagnie de cavaliers du régiment de dragons de Langue- 
doc, commandée par le sieur de Haubec, capitaine, et 
y séjourna jusqu'au ii^ d'août de la même année, à cause 
des guerres d'Angleterre dont le prince d'Orange s'était 
emparé ; et le roi d'Angleterre fut contraint de se retirer 
en France, et s'en retourna en Irlande au commencement 
de mars, en la même année. > — 10 novembre 1695. 
Inhumation, dans l'église Aes Carmes d'Hennebont, de 
messire David de Ciéguennec, chevalier, seigneur de 
Meslien. — 5 septembre 1700. Baptême de Joseph- 
Alexis de Kerpaen, fils de messire Vincent-Hyacinthe 
de Kerpaen et de dame Anne Huo, seigneur et dame de 
Kersallo. 

E. Suppl. 382. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 525 feuillets, papier. 

t iflM-tVSS. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
7 novembre 1707. Mariage entre messire Joseph-Yves, 
chevalier, comte de Robecq, premier capitaine-général 
garde-c6tes du Port-Louis, et demoiselle Françoise- 



Marie de Ciéguennec de Meslien, fille de messire Joseph- 
Corentin de Ciéguennec, chevalier, seigneur de Meslien, 
Kermadehoué, etc., et de dame Jeanne-Marie Pégasse. 
— U janvier 1721. Mariage entre messire Philippe Du- 
grez de Mont-Saint-Père, enseigne des vaisseaux du Roi, 
et demoiselle Jeanne-Marie de Cli^guennec, fille de mes- 
sire Joseph-Corentin de Ciéguennec, etc. 

E. Suppl. 383.— GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 897 feuillets, papier. 

1 988-1 990. — Baptêmes, mariages et sépultures. — 
23 juillet 1782. Baptême de Jean-Marie Jubin, fils de 
messire François-Joseph-Jubin, chevalier, seigneur de 
Kerouran, et de dame Marie-Louise-Françoise de Robecq ; 
parrain messire Jean-Marie du Vergier, chef de nom et 
armes, chevalier, seigneur de Kernaull, ancien officier 
des vaisseaux du Roi ; marraine dame Marie-Ainn^e de 
Kersainlgily, comtesse de Robecq. — 10 août 1782. Ma- 
riage entre messire Jean-Louis-Marie de Kermerchou, 
chevalier, seigneur de Kerautem, fils de messire Joseph 
de Kermerchou, cbevalior, seigneur de Kerautem, le 
Cosquer, Kergroix, etc.; et demoiselle Marie- Aimée- 
Angélique de Robecq, fille de messire Charles de Robecq, 
chevalier, seigneur de Meslien, et de dame Marie-Ainiée 
de Kersaintgily. — 19 mai 1788. Baptême de Jean-Marie- 
Étienne-Auguste de Robecq, fils de messire Guy-Marie- 
Charles, comte de Robecq, chevalier, seigneur de Meslien, 
et de dame Marie-Anne-Ignace-Augustine-Françoise- 
Laurence Legrand ; parrain messire Jean Louis-Marie de 
Kermerchou, chevalier, seigneur de Kerautem; marraine 
dame Catherine-Ignace-Marie-Josèphe-Emmauuelle Le- 
grand, vicomtesse du Breignou. 

GOMMDNR DE GESTEL. 

E. Suppl. 38i. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio et in-4o, 845 feuillets, 

papier. 

1605-1990. — Trêve de Gestel, dépendant de la 
paroisse de Lesbins-PonlscorflF. — Baptêmes, mariages 
et sépultures. — 1631. t Missire Jacques Le Coroller, 
curé de Gestel, fit rebâtir la chapelle Saint-Jean de 
PontscorflF. i — 2 mars 1644. Bapiême de Louis du 
Plessis, fils d'écuyer Jacques du Plessis et de demoiselle 
Catherine de la Couldraye, sieur et dame de Kerouarch 
et de Penfrat ; compère Louis du Plessis, écuyer, sieur 
dudit lieu et de Kermartin ; commère dame Renée Riou, 
dame de Kerhorlay. — c La reine d'Angleterre passa par 
Pontscorff le 6 août 1644. » — c En 1649, M»" du Lam fit 
rebâtir la nef de Notre-Dame de Kergornet. » — 24 août 
1653. Mariage entre noble homme Jacques Le Venier, 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE PONTSCORFF. 79 



sieur de Bréhegair, et demoiselle Briande Guyardet, 
dame de Kermérien. — < Louis de Rohan, duc de Mon- 
bazon, fut à Pontscorff en 1659. » — 1662. c La croix 
fut placée à Kergornet. » — 25 décembre 1691. Baptême 
de Julien de Castillon , fils de nobles gens Guillaume de 
Castillon et Anne Derouge, sieur et dame du Cosquer ; 
parrain messire Julien Pezron, seigneur de Pennelan ; 
marraine demoiselle Renée Fouillen, veuve de noble 
homme Louis Tuault, sieur de Kerladec. — 7 décembre 
1692. Baptême de Jean-Bonaventure du Plessis, fils 
d'écuyer Louis du Plessis et de dame Marie-Élisabeth 
Le Moine, sieur et dame de Penfrat; parrain Jean 
Léziart, écuyer, seigneur du Ter; marraine demoiselle 
Bonaventure Le Moine, dame de Talhouet en Saint- 
Gouvry. — 3 février 1693. Mariage entre Jean-Baptiste 
Frogier, écuyer, sieur de Pontlevoy, et demoiselle Jeanne- 
Louise Lemoine, dame de Quermelin.— 1740. Une note, 
placée à la fin du registre , mentionne le prix du seigle 
en cette année : c à 6 livres le minot d'IIennebont, le 
mil 10 à 11 livres, le millier de foin 50 livres, la livre 
de beurre 10 sous,' la livre de viande 4 sous 6 deniers. > 
— 22 décembre 1750. Inhumation d'Anastasie Pitouays, 
dame du Lin. — 21 avril 1773. Baptême de Guillaume- 
Joseph-Marie Floyd de la Salle, fils d'écuyer Joseph- 
François-Marc- Antoine Floyd de la. Salle et de dame 
Thérèse-Victoire Desmeurs ; parrain messire Guillaume- 
René-Armand Floyd de Rosneven, recteur de Scaer; 
marraine demoiselle Marie-Anne Castic , dame de Cas- 
tellan.— 12 juin 1773. Bénédiction d'une cloche delà 
chapelle Notre-Dame de Kergornet; parrain haut et 
puissant seigneur messire René-Jacques-Louis Le Prêtre, 
chevalier, marquis de Châteaugiron et du Vergier; mar- 
raine dame Marie-Anne-Charlotte de la Briffe i'Amilly, 
marquise de Châteaugiron. — 25 septembre 1773. Bénédic- 
tion de la chapelle de M. Monistrol , située dans Péglise 
tréviale de Gestel. — 30 avril 1776. -Bénédiction d'une 
cloche de la chapelle de Kergornet. — 6 mai 1788. 
Baptême d'Augustin-Marie-Aimé Monistrol, né au manoir 
du Lin, fils de noble homme Julien-Louis Monistrol 
et de dame Jeanne-Étiennette Mancel; parrain Paul- 
Jacques-Augustin Perrier, administrateur de la Compagnie 
des Indes ; marraine demoiselle Marie-Perrine-Nathalie 
Monistrol , sœnr de l'enfant. 

COlMUlfE DE GUIDEL. 
E. Suppl. 385.— 6G. 1. (Cahiers.)— In-foHo, 516 feuiUets, papier. 

t&a9-tS8S. — Baptêmes. — Les premiers actes de 
baptême sont rédigés en latin. — 29 janvier 1569. 



Baptême de Charles Le Digouédet , fils de noble homme 
Louis Le Digouédet, sieur de Talhouet, et de demoiselle 
Julienne Lemée ; compères nobles gens Charles de Guer, 
seigneur de la Porte-Neuve, et Jean de Lopriac, seignemr 
de Kermassonnet ; commère demoiselle Julienne du Pou, 
dame de Rimaison. — 19 novembre 1570. Baptême de 
Marc de Keriézécael, fils de noble homme Bertrand de 
Keriézécael et de demoiselle Louise du Pou, seigneur et 
dame de Cunfio ; compères messire Marc de Rosmadec, 
chevalier de Tordre du Roi, et YvonLe Scanff ; commère 
demoiselle Anne du Kermagouer, dame du Pou. — 6 avril 
1578. Baptême de François Boterel , fils de nobles gens 
François Boterel, écuyer, sieur de Kervenal , Lesturgant, 
Saint-Nizon, Querisouet, etc., et demoiselle Gillette de 
la Sauldraye ; compères nobles gens François de Suasse, 
sieur de CoUedo, et François Chertier, sieur de la Rosaye; 
commère demoiselle Jeanne de Rosmadec, dame de 
Talhouet. — 18 février 15^2. Baptême de Louis de Ker- 
degacze, fils de nobles gens Jean de Kerdegacze et 
demoiselle Julienne Lemée^ sieur et dame de Kerdegacze, 
Trouhardet, etc.; compères Jean Bizien, écjyer, sieur 
de Kermorvan , et Guillaume du Bahuno, sieur de Ker* 
madehoay; commère demoiselle Louise Lemée, dame 
de Lescuit. — 42 septembre 1590. Baptême de Jean de 
Chefdubois, fils de nobles gens Louis de Chefdubois et 
Claude Le Brizoal, sieur et dame de Trouanguem; 
compères nobles gens Jean du Vergier, sieur de Penfrat, 
et Michel Hernou ; commère demoiselle Magdeleine de 
Chefdubois, dame de Saint-Nizon.— 18 septembre 1600, 
Ordonnance épiscopale relative à la tenue des registres 
paroissiaux, à la réparation des églises, à Tachât des 
ornements.— 4 janvier 1604. Baptême d'Alain Jourdain, 
fils de nobles gens François Jourdain , écuyer, et demoi- 
selle Hélène du Menez , sieur et dame du Coetdo, Bois- 
dallan, etc. ; compère Alain du Menez, écuyer, sieur de 
Lézurec ; commère demoiselle Jeanne du Bahuno, dame 
de Kerivilly, Kerivault et autres lieux. — 3 novembre 
1609. Baptême de Jacques du Plessis, fils de noble 
homme Michel du Plessis et de demoiselle Jeanne 
Jourdain, sieur et dame du Plessis; compère noble homme 
Jacques du Bahuno, sieur de Cohignac; commère demoi- 
selle Jacquette de Cosnoal , dame de la Demiville, Ker- 
madehouay, etc. — Le registre des baptêmes de 1613 et 
années suivantes commence ainsi : c Ce prèsant papier 
est et appartient aulx parroissiens de la paroisse de 
Guidel.... C'est pourquoy je vous supplie tous en général 
de me rendre ausdicts parroissiens, soubz peine de 
pescher mortellement. Ainsin soit-il ; car c'est Dieu quy 



L 



80 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



le commande en ses canons, commandementz et do- 
cnmans divins et spiriluelz. > — 8 octobre 1615. Bap- 
tême de François Boterel , fils d'ëcuyer René Boterel et 
de demoiselle Jeanne Carie, sieur et dame de Quervenal 
et de Qaerisouet ; compère François Jourdain , ëcuyer, 
sieur du Coetdo ; commère demoiselle Claude de Chef- 
dubois , dame du Vergier, le Yaurouault et autres lieux. 
—27 août 1 621 . Baptême de Tanguy du Verger, fils d'écuyer 
Nicolas du Verger et de demoiselle Claude Le Trancher, 
sieur et dame de Kerborlay; compère noble homme 
Tanguy Le Trancher, écuyer, sieur du Bodenno ; commère 
demoiselle Catherine de Chefdubois, dame de Kersallo, 
etc.— 16 juin 1627. Baptême de Louis de Chefdubois , 
fils d'écuyer Claude de Chefdubois et de demoiselle 
Marguerite de la Haye, sieur et dame de Troverne; 
compère Louis Boterel, écuyer, sieur de Kervenal, 
Lesturgant, etc.; commère demoiselle Hélène du Menez, 
dame du Coetdo. 

E. Suppl. 386. — GG. S. (Cahiers.) — In-foIio, 512 feuiUets , papier. 

te84-iS59. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 6 février 1644. Mariage entre messire Louis Botherel, 
seigneur de Kervenal, Kerisouet, Saint-Nizon, etc., et 
demoiselle Michelle Georget, dame douairière de Kerivily, 
Kerouran, Kerantouarn et autres lieux. — 18 septembre 
1656. Mariage entre messire Gilles de Meur, seigneur de 
Coetanroux, bailU de la juridiction royale de Carhaix, 
ti demoiselle Gillette-Magdeleine Jourdain, demoiselle 
du Coetdorl 

£. Suppl. 387. -^ GG. 3. (Cahiers.)— In-folio et in 4*, 519 feuiUets, 

papier. 

^•••-tSdt. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 14 septembre 1664. Baptême de Bertrand Botherel, 
flls de Louis Botherel et de Marguerite du Plessis, 
seigneur et dame de Kerisouet, la Porte-Carie, etc.; 
parrain messire Bertrand Guymarho, seigneur de Kersalo; 
marraine dame Françoise Le Brizoual, femme de messire 
Bertrand Jourdain , sieur du Coetdor.— 30 avril 1667. 
Baptême de Florian-Louis Jacquelot, fils de messire Louis 
Jacquelot, seigneur de la Motte, de la Sauldraye, etc., 
conseiller au parlement de Bretagne , et de dame Louise 
Cybouault. 

E. Suppl. 388.— GG. 4. (Cahiers.) — In-folio et in-i», 513 feuiUets , 

papier (1). 

**^t-ttOt. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 1«' novembre 1682. Baptême de Marie de la Couidraye, 

— 

(1> Les notes qui suivent ont été relerées en grande partie par 
11. labbé Eusenot, yicaire à Guidel. 



fille de Jérôme de la Couidraye, écuyer, sieur du Hanvot, 
de Kerbigot, etc., et de dame Marguerite Le Normand. 

— 2 juillet 1685. Baptême de Louise-Julienne Jourdain, 
fille de messire Vincent Jourdain, chevalier, seigneur du 
Coetdor, et de dame Louise-Anne de Gouandour ; parrain 
Julien de la Sauldraye ; marraine demoiselle Louise 
Voirdye. — 6 février 1687. Inhumation de demoiselle 
Anne de Baud, dame de Keranrun. -— 4 décembre 1688. 
Inhumation de Marguerite Boterel , demoiselle de Keri- 
souet, dans une des tombes de la chapelle de ses ancêtres, 
en l'église paroissiale. — 9 janvier 1696. Mariage entre 
Vincent Rolland, écuyer, sieur de Kernilis, delà paroisse 
de Poiildregal, diocèsodeQuimper, etdemoiselle Jacquette 
de Kerjosse, dame de Kerdudo, fille de feu Jean de 
Kerjosse.— 6 avril 1697. Baptême de Jérôme Rolland, 
fils de Vincent Rolland, etc. ; parrain Jérôme Brocherel ; 
marraine Marguerite de Chefdubois, dame douairière de 
Kernec. — 13 octobre 1697. Baptême de François-Anne 
Louvart, fils de noble homme François Louvart, sieur de 
Pontigny et de Kermartin , et de dame Bonavenlure Le 
Moine; parrain François Le Moine, écuyer, seigneur de 
Kerourin; marraine dame Anne Henry, dame de la 
Ronsièrc. — 12 mars 1699. Baptême de Joseph Louvart, 
fils de François Louvart, etc. ; parrain Nicolas de Kermo- 
rial, écuyer, seigneur de Kerveno et du Hanvot ; marraine 
dame Isabelle Rolland, dame de Keriquel.— 4 avril 1699. 
Inhumation de dame Julienne Rolland, dame de Talhouet, 
décédée la veille au manoir de Kermartin.— 16 août 1699. 
Baptême de Joseph Rolland, fils de noble homme Vincent 
Rolland et d'Anne-Jacquette de Kerjosse, sieur et dame de 
Kernilis; parrain messire Joseph-Corentin de Cléguenec, 
chevalier,seigneur deMeslien; marraine dame Agnès-Claire 
deMoëlien,damedeKerhorlay.— 7 mai 1700. Baptême de 
Catherine Louvart, fille de François Louvart, etc. ; parrain 
noble et discret missire Athanase Le Moine, prêtre; 
marraine demoiselle Catherine Henry.— 15 octobre 1701. 
Baptême de Laurence Louvart, fille de François Louvart, 
etc. ; parrain noble homme Adrien Le Chevalier, direc- 
teur de la Compagnie des Indes ; marraine Laurence Le 
Gouzronc, femme de M. de Pénigaud.— 8 octobre 1702. 
Baptême de Samuel-Fleury Rolland, flls de Vincent 
Rolland, etc.; parrain noble homme Samuel Billette, 
sénéchal de la juridiction de la Sauldraye ; marraine 
demoiselle Anne-Fleurie de Kerjosse, dame de Malherbe. 

E. Suppl. 389 GG. 5. (Cahiers.) - In-foUo , 504 feuiUels, papier. 

1908-1919. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 5 février 1703. Baptême de Marie-Françoise de Chef- 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. -^ CAîJTON DE PONTSCORFF. 81 



dubois, fille d'écuyer Louis de Chefdubois et de dame 
Catherine-Charlotte Jéguic , seigneur et dame de Tro- 
Tern; parrain noble homme Olivier Malherbe; marraine 
demoiselle Françoise Le Denmat, demoiselle de Kerian. 
— 18 février 1709. Inhumation de Louis de Chefdubois, 
écuyer, seigneur de Trovern, en présence de Jean-Fran- 
çois du Vergier, écuyer, seigneur de Kerhorlay, François 
Jéguic, écuyer, seigneur de Kervasiou, noble homme 
Vincent Rolland, sieur de Kernilis, noble homme Samuel 
Billette, etc. 

E. Suppl. 390. — GG. 6. (Cahiers.) — In-folio, 501 feuillets , papier. 

1919-1989. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 8 octobre 1719. Inhumation de noble homme Louis 
de Kermabon, sieur de Keranroch. — U novembre 1720. 
Inhumalion de noble homme Vincent Rolland , sieur de 
Kernilis, lieutenant de la paroisse de Guidel, en présence 
de Jean du Vergier, écuyer, seigneur de Kerhorlay, de 
nobles gens Jérôme et François Rolland, fils du défunt, 
d'écuyer Louis de Kerjosse et de noble homme Louis de 
Castillon.— 25 octobre 1725. Mariage entre François- 
Joseph de Kerjosse, écuyer, sieur de Penmarquer en 
Arzano , et demoiselle Marie Rolland de Kernilis, fille de 
feu Vincent Rolland , etc. , en présence de Louis de Ker- 
josse, père dudit François-Joseph, de Jacquetle de Ker- 
josse, dame de Kernilis, de Jean-Louis de Kermabon, 
etc.— 10 avril 1726. Inhumation, dans la chapelle Saint- 
Jean de réglise paroissiale, de messire Jean-François 
Jourdain, chevalier, seigneur du Coetdor, Kerlois, Chef- 
dubois, la Villeneuve et autres lieux.— 27 septembre 1728. 
Mariage entre noble homme François Rolland, fils de 
Vincent Rolland, et demoiselle Louise-Anne de Kermabon, 
fine de maitre Louis de Kermabon.— 10 novembre 1734. 
Mariage entre honorable homme Jean-Louis de Kerma- 
bon, sieur de Keranroch, fils de Louis de Kermabon et 
de demoiselle Jeanne Rohan , de la paroisse de Guidel ; 
et demoiselle Jeanne-Marie de Kerjosse, fille de noble 
homme Louis de Kerjosse et de Marie-Gabrielle de Cai- 
gnard, sieur et dame de Kemec, eu Arzano. 

E. Suppl. 391. — GG. 7. (Cahiers.) — In-folio, 510 feuinels, papier. 

1989-1940. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 19 avril 1739. Bénédiction de la grande croix d'ar- 
gent de régli»e paroissiale par messire Pierre Bouczo du 
Rongouet, doyen du Guémené-des-Bois et recteur de 
Guidel. — l^'août 1746. Mariage entre messire François- 
Jacques-Fortuné du Babuno, chef de nom et armes, che- 

MoRBiHAN. — Tome IV. — Sm^PL. Série E. 



valier, seigneur deKerolain, Kermadoué, Bresséant, etc., 
fils de messire Jacques du Bahuno et de dame Jeanne- 
Françoise de Baud ; et demoiselle Jeanne-Françoise 
Jourdain, dame du Coetdor, de Chefdubois, etc. , fille de 
Jean-François Jourdain. 

E. Suppl. 392. — GG. 8. (Cahiers.) — lu-folio, 517 feuillet», papier. 

1949-1959. — Baptêmes, mariages et sc^pultures. 

— 10 juillet 1756. Baptême de René-Marie-Hyacinthe 
de-Vénérosi-Pesciolini, fils de messire Jean-Jacques de 
Vénérosi-Pesciolini , chevalier de Tordre militaire de 
Saint-Louis, et de dame Marie-Françoise-Catherine des 
Blottières, demeurant au château de Talhouet en Guidel; 
parrain noble homme messire René du Mené de Lézurec ; 
marraine demoiselle Marie-Anne des Blottières. 

£. Suppl. 303. — GG. 9. (Cahiers.) - In-folio, 508 feaiUets, papier. 

I95ll«i99t. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 28 juillet 1761. Baptême de Nicolas-Charles Carré, 
fils de messire Charles-Auguste Carré, chevalier, seigneur 
de Lusançay, commissaire de la marine, et de dame 
Anne-Élisabeth de Montigny, seigneur et dame du Pou. 

— 25 décembre 1764. — Inhumation de François-Xavier 
Rolland, écuyer, sieur de Kernilis, âgé d'environ 77 ans. 

E. Suppl. 391. — GG. 10. (Cahiers.)— In-folio, 5li feuiUets, papier. 

1998-1994. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 10 août 1780. Baptême d'Élisabeth-Jeanne-Marie 
Bonfils, fille d'Henri-Ignace Bonfils de'. Saint- Loup, 
ëcuyer, ancien capitaine au régiment de Bearn, et de dame 
Marie-Thérèse-Désirée Guérin d'Essonville ; parrain mes- 
sire Jean -Baptiste -René Moufle, chevalier, seigneur 
d'Arsigny, ancien trésorier général de l'extraordinaire 
des guerres ; marraine Elisabeth-Anne de Montigny , 
dame de Lusançay. — 25 juillet 1783. Inhumation, dans 
le cimetière, de messire Antoine de Montigny, prêtre, 
ci-devant procureur-général des jésuites pour la province 
de France, décédé la veille au château du Pou, dans sa 
89« année ; en présence de messire Pierre-Constant de 
Montigny de Monplaisir, de messire Nicolas-Charles Carré 
de Lusançay, de messire Ignace-Henri Bonfils de Saint- 
Loup, etc. 

E. Suppl. 395. — GG. 11. (Cahiers.) — In-folio, 312 feuillets, papier. 

t1f9tt-t990. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
—22 septembre 1788. Mariage entre noble maître Jean- 
François-Joseph Le GuiHoa de Stangalen , sénéchal au 



11 



L 



82 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



4 

siège royal de Carhaix et maire électif de cette ville , et 
demoiselle Sophie-Marie-Philippiue-Noelle Le Blond de 
Saint-Hilaire, fille d'écuyer Jean-François-René Le Blond 
de Saint-Hilaire, major des vaisseaux du Roi. 

E. Suppl. 396. — GG. i% (Cahiers.)— In-folio, 389 feuiUets, papier. 

1509-1990.—- Tables des baptêmes, mariages et 
sépultuies de la paroisse de Gaidel. 

E. Suppl. 397. — GG. 13. (Liasse.) — 2 pièces, papier. 

1048-1 95*. — Délibérations du général de la pa- 
roisse : présentation des comptes; nominations d'égail- 
leurs. — Comptes en charge et décharge des procureurs 
de la chapelle de la Magdeleine, présentés aux vicaires- 
généraux de Têvôché de Vannes : oblations, produits du 
tronc; réparations de la chapelle ; droit du doyen; en- 
tretien des linges et objets mobiliers. (Voir d'autre part : 
l'' les comptes des fabriques de Téglise paroissiale, de 
1628 à 1675, mclf^s aux tables de baptêmes, mariages et 
sépultures de 1674-1710; 2" les comptes des trésoriers 
de la chapelle de la Magdeleine, de 1629 à 1634, dans 
les registres paroissiaux.) 

Commune de Pontscorff. 

E. Suppl. 398.— GG. 1. (Cahiers.) - In-folio et in-4% 510 feuillete, 

papier. 

l5ll«-iG9». — Paroisse de Lesbins-PontscorlT. — 
Baptêmes, mariages et sépultures. — Fin du xvi^ siècle. 
Relevé des tombes sises en Téglise de Lesbins et' des 
rentes dues pour ces tombes. — 15 avril 1601. Baptême 
de Jacques Guyardet, (ils de nobles gens Jean Guyardet 
et demoiselle Jacquette de Lantivy, sieur et dame du 
Lain; compère noble homme Jacques de Stanchingant ; 
commère demoiselle Louise Guymarho, dame de Pen- 
dreff. — 6 mars 1612. Baptême de Charles Bizien, fils 
de nobles gens Yves Bizien et Jeanne du Plessis , sieur 
et dame de Kermorvan ; compère noble homme Charles 
Baellec, sieur de Kermouel; marraine demoiselle Jac- 
quette de Lantivy, dame du Lain. — 19 avril 1662. — 
Baptême de Claude Le Paillon, fils de noble homme 
Guillaume Le Puillon et de demoiselle Renée Marquer, 
sieur et dame de Boiblay ; parrain noble homme Claude 
Le Puillon, sieur de Kerlozret; marraine demoiselle 
Marguerite Marquer, dame de Kerderff. — 9 juillet 1662. 
Baptême de Julienne de Stanchingant, fille d'écuyer Guy de 
Stanchingant et de dame Anne Drouet, sieur et dame de 



Montbrun; parrain Jérôme Pezron, écuyer, sieur de 
Pennelan et du Leslé; marraine dame Julienne Sorel» 
femme de messire Guillaume du Bahuno, sieur de la 
Demi ville, Kermadehoy et autres lieux. — 11 juin 1664. 
Bénédiction d'une cloche pour Téglise paroissiale de 
Lesbins ; parrain Jérôme Pezron, écuyer, sieur de Pen- 
nelan et du Leslé, sénéchal de Pontscorff; marraine 
demoiselle Renée Marquer, femme de noble homme 
Guillaume Le Puillon, sieur de Boblay. — Le même jour, 
bénédiction de la cloche de Thorloge de la c ville > 
de Pontscorff; parrain noble homme Yves Luhandre, 
sieur de Pezros ; marraine dame Jeanne Bino, dame de 
Pennelan H du Leslé ; on lui impose le nom de Jeanne. 
— Liste des membres de la confrérie de l'Adoration 
perpétuelle du Saint-Sacrement de Tautel, enrôlés en 
1681. — 24 octobre 1685. Bénédiction d'une cloche et 
de deux clochettes pour la chapelle Notre-Dame du 
Haut-PontscorflT — 14 avril 1687. Mariage entre noble 
homme Joseph Le Venier, sieur de Bréhiguer, et de- 
moiselle Julienne Le Milloch, fille de noble homme 
Julien Le Milloch , sieur de Kermarzeven. 

E. Suppl. 399. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio et in.4«, 561 feuiUets, 

papier. 

1090-1989. — Paroisse de Lesbins- Pontscorff. — 
Baptêmes , mariages et sépultures. — 7 décembre 1692. 
Baptême de Jean-Bonavenlure du Plessis, fils d'écuyer 
Louis du Plessis et de dame Marie-Élisabeth Le Moine, 
sieur et dame de Penfrat ; parrain Jean Léziart, écuyer, 
seigneur du Ter; marraine demoiselle Bonaventure Le 
Moine, dame de Talhouet en Saint-Gouvry. (Acte déjà 
porté sur les registres de Gestel.) — 8 janvier 1704. Bap- 
tême de Jean-Vincent Guyardet, fils de noble homme 
Jacques Guyardet, procureur-fiscal des juridictions de- 
Pontscorff, et de demoiselle Charlotte de Coatnours, 
sieur et dame de Loyan ; parrain messire Vincent- 
Hyacinthe de Kerpaen , chevalier, seigneur de Kersallo, 
Kerousseau, Keruhet, etc. ; marraine dame Jeanne-Marie 
de Baud, femme de Julien Pezron , écuyer, seigneur de 
Pennelan. — 31 janvier 1704. Baptême de Louis-Hya- 
cinthe Le Puillon, fils de noble homme Louis Le Paillon, 
sénéchal de Pontscorff, et de dame Marie-Éléonore de 
la Pierre, sieur et dame de Boblaye; parrain noble 
homme Julien Le Puillon, sieur de Villebriant; mar- 
raine demoiselle Marie-Thérèse de la Pierre. — 16 no- 
vembre 1722. Mariage entre noble homme Yves-Thomas 
Guyardet et demoiselle Marie-Pétronille-Renée Pezron 
du Leslé. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. - CANTON DE PONTSCORFF. 83 



E. Suppl. 400. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 515 feuillets, papier. 

1940-1999. — Paroisse de Lesbius-Pontscorff. — 
Baptêmes, mariages et sépultures. — 18 fi^vrier 1743. 
Mariage entre noble homme Jean Rosbo, sieur de Ker- 
léro, sénéchal des juridictions de Pontscorff et annexes , 
et demoiselle Marie-Louise Le Puillon. — 9 septembre 
1743. Mariage entre noble maître Jean-François Morin , 
avocat au Parlement et procureur-fiscal des juridictions 
de Pontscorflf et annexes , et demoiselle Marie-Vincente 
Le Puillon. — 18 juin 1748. Mariage entre Julien-Etienne 
Le Verger, sieur deKervily, et demoiselle Marie-Anne 
Le Masson. — 28 février 1753. Mariage entre noble 
homme Jean-François Corniquel, sieur de Kerbéro, et 
demoiselle Marguerite-Jeanne Duhallier. — 19 juin 1754. 
Mariage entre noble homme Jean Guyardet, sieur de 
Loyant, et demoiselle Marguerite Le Puillon de Villéon. 
■— 4 juinl758. Ouverture, en la paroisse de Lesbins, d'une 
mission bretonne et française qui se termine le 18 du 
même mois. — 12 avril 1762. Baptême de Jean-Marie- 
Pascal Le Puillon , fils d'Anne-Joseph Le Puillon et de 
demoiselle Ma rie-Corentine Bigeaud, sieur et dame de 
Villéon. — 12 janvier 1763. Mariage entre Claude-Louis 
Henry, écuyer , sieur de Kermartin , et demoiselle Anne 
Le Lidec, fille de Michel Le Lidec, notaire et procureur 
de la juridiction de Pontscorff. — 26 septembre 1765. 
Baptême de Vincent-Jacques-Marie Geffroy, fils de Joseph- 
Marie Geffroy, sieur de Lestenno, et de dame Marie- 
Marguerite Frogerays ; parrain Hyacinthe-Vincent-Marie 
Frogerays de Saint-Maudé ; marraine demoiselle Julie 
Geffroy de Keriaval. — 8 mars 1773. Mariage entre 
messire Joseph-Henri de Villeneuve, directeur des Fermes 
de Bretagne , fils de messire Pierre Henry , chevalier, 
seigneur du Quengo, et de dame Jeanne-Françoise Riech; 
et demoiselle Marie-Jeanne Corniquel de Kerbéro, fille de 
noble homme Jean-François Corniquel, sieur de Kerbéro, 
et de demoiselle Marguerite Duhallier. — 11 avril 1774. 
Mariage entre messire Éléonore-Armand-Constant Dam- 
pbernet, seigneur de Kermadehoy, et demoiselle Noelle- 
Marie-Désirée Le Flo, fille de noble homme Vincent 
Le Flo, sieur de Branhoc, et de dame Marie-Josèphe 
Baellec de Kermoual. — 7 novembre 1774. Mariage entre 
messire Jean-Marie Feydeau, chevalier, seigneur du 
Plessis-Nizon , et demoiselle Marie-Thérèse-Renée de 
Talbouel de la Grationnaye, fille de messire Vincent-Marie 
de Talhouet, chevalier, seigneur de la Grationnaye, 
ancien capitaine de cavalerie, et de dame Calherine- 
Ursule-Reine Gouicquet de Bocozel. — l®*" avril 1775. 
Bénédiction de la cloche de la chapelle Notre-Dame de 



la ville de Pontscorff; parrain haut et puissant seigneur 
messire René-Claude-Jérôme de Talhouet de la Gra- 
tionnaye, chevalier, capitaine au régiment du Roi-In- 
fanterie ; marraine dame Marie-Henriette Symon de la 
Carterie, dame de Talhouet-Grationnaye.— 22 mai 1775. 
Mariage entre maître Alexis-Michel-François Thomas, 
sieur de Caradeuc, sénéchal d'Auray, et demoiselle 
Thérèse-Julienne Le Verger, fille de noble homme 
Julien-Etienne Le Verger, sieur de Kervily. 

E. Suppl. 401. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 332 feuiUels, papier. 

t91f||-l99ll> — Paroisse de Lesbins-Pontscorff. — 
Baptêmes, mariages et sépultures. —27 mai 1782. Ma- 
riage entre noble homme René-Joseph Mancel, capi- 
taine des vaisseaux de Tlnde, subrécargue et négociant, 
et demoiselle Jeanne-Elisabeth Le Gouardun, fille de 
noble homme René-Marie Le Gouardun, capitaine des 
vaisseaux de la Compagnie des Indes. — 24 janvier 1785. 
Mariage entre messire Jacques-Louis-Marie de Meringo , 
écuyer, et demoiselle Marie-Corentine-Éléonore Le 
Puillon de Villéon. — 31 mai 1786, Bénédiction de la 
chapelle du château du Leslé par messire Vincent-Marie- 
David de Talhouet , recteur d'Hennebont. — 8 janvier 
1788. Baptême de Marie-Jeanne-Fortunée Henry, fille 
de messire Joseph Henry de Villeneuve j directeur des 
Devoirs de la province de Bretagne , et de dame Marie- 
Jeanne Corniquel de Kerbéro; parrain noble homme 
Jean-François Corniquel de Kerbi^ro ; marraine dame 
Marguerite Duhallier , dame de Kerbéro. 

Commune de Quéven. 

E. Suppl. 402 — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio et in-4», 512 feuiUets, 

papier. 

t«0«-teil«. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— Dans les premières années, quelques actes en latin. 
•— 17 février 1608. Baptême de Marguerite Guimarho, 
fille de nobles gens Guillaume Guimarho et demoiselle 
Catherine de Chefdubois, sieur et dame de Kersallo, 
Kerousseau et Pendrefif ; parrain noble et puissant Louis 
du Pou , sieur dudit lieu , de Kerguzangor , des Salles , 
etc.; marraine demoiselle Marguerite Guimarho, dame 
de Saint-AUouarn et dp Keruhué ; « lesquelz prient Dieu 
d'affection dévotieuse qu'il donne très-bonne, heiireuse 
et longue vye à leur filleure. i — 2 septembre 1638. 
Mariage , en la chapelle du manoir de Kerousseau, entre 
écuyer Jean du Couédic, de la paroisse de Scaer (Finistère), 
et demoiselle Louise Guimarho, dame de Kersallo. — Le 



84 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



même jour, mariage entre Nicolas du Plessis, écuyer, sieur 
dudit lieu, de la paroisse de Nizon (Finistère), et demoi- 
selle Hélène Guimarho.— 19 février 1640. Mariage, en la 
chapelle de Kerousseau, entre écuyer Jean de Saint- 
Pezran , et demoiselle Marguerite Guimarho , dame de 
Kerousseau. — 2 avril 16 i2. Baptême de Bertrand Gui- 
marho, fils de raessire Georges Guimarho et de Per- 
ronnelle d'Espinay, seigneur et dame de Kersallo, 
Kerousseau, etc. ; parrain messire Bertrand Guimarho , 
seigneur de Keriargon ; marraine dame Jeanne du Fau, 
dame de Saint-Pierre.— 20 août 1690. Baptême de Marie- 
Anne de Kerpaen, fille de messire Vincent-Hyacinthe 
de Kerpaen et de dame Anne Huo , seigneur et dame 
de Kersallo ; parrain messire Vincent de Kerpaen, che- 
valier, seigneur de Lopeau , père dudit seigneur de Ker- 
sallo ; marraine demoiselle Jacquette Barisy, dame de 
Kerjan, mère de ladite dame de Kersallo. — 26 février 
1691. Mariage entre noble homme Guillaume-Renê Mas- 
son, sieur de Beauchesne , et demoiselle Anne du Pé- 
renno. 

E. Suppl. 403. — GG. 2. (Cahiers.) - In-folio, 506 feuiUets , papier. 

1094-1940. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 14 mai 1715. Mariage entre messire Thomas-Louis, 
chef de nom et armes du Guermeur, chevalier, seigneur 
du Lézardeau , et demoiselle Marie-Bonne de Kerpaen , 
dame de Kersallo. — 16 août 1728. Baptême d'Antoine- 
Hyacinthe de Kerpaen , fils de Jean-Jacques de Kerpaen, 
écuyer, seigneur de Kersallo, et de demoiselle Marie-Anne 
Mauduit; parrain Antoine-Hyacinthe Mauduit, écuyer, 
sieur de Kerleau ; marraine demoiselle Marie-Bonne de 
Kerpaen, dame du Lézardeau. 

E. Suppl. iOI. — GG. 3. (Caliiers.) — In-folio, 786 feuillets, papier. 

t1f4t-t1fflo. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 25 juillet 1756. Bénédiction d'une cloche de l'église 
paroissiale. — 21 mars 1758. Baptême d'Élisabeth- 
Charlotte-Jeaune-Michelle Noblet , fille de messire Au- 
gustin Noblet, écuyer, seigneur du Penhoet, et de dame 
Marguerite-Charlotte de Monligny ; parrain écuyer messire 
Charles-Auguste Carré de Lusançay. — 14 avril 1766. 
Baptême d'Antoine-Constaut de Kerpaen, fils de messire 
Antoine-Hyacinthe de Kerpaen, seigneur de Kersallo, 
Kerousseau , etc. , et de demoiselle Placide-Félicité de 
Marniëre de Guer, demeurant au château de Kerousseau ; 
parrain messire Constant de Marniéro , chevalier de Guer, 
lieutenant général des armées du Roi ; marraine demoi- 
selle Marie-Anne Mauduit, dame de Kerpaen de Kersallo. 



E. Sappl. 406. — GG. 4. (Cahiers.)— In-foUo, 124 feuiUets, papier. 

I0ll9-t1f90« -— Tables des baptêmes, mariages et 
sépultures de la paroisse de Quëven. 



Canton du Port-Louis. — Commune de Groiz. 
E. Suppl. 406. — GG. 1. (Cahiers.^ — In-foUo , 562 feumets, papier. 

tots-tssil. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 2 juin 1647. Baptême de Catherine Le Gai, ÛUe de 
Gilles Le Gai , écuyer , sieur de Sain1>-Trichau , et de de- 
moiselle Marie Yvon. 



E. Suppl. 407. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 523 feuiUete, papier. 

tG90-t984. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— - « L'an de grâce 1696, le 14® jour de juillet, vers le 
soir, les Anglais et Hollandais mirent pied à terre dans 
l'île de Groix où ils ravagèrent, brûlèrent, pillèrent tant 
maisons que bestiaux, et les églises mêmes furent 
brûlées, les cloches enlevées. [Signé :] Yves Uzel, 
recteur. » — 8 août 1719. Baptême de Jean Le Meur, 
fils de noble homme Yves Le Meur , sieur de la Ville- 
péro, et de demoiselle Jeanne Le Berlic ; parrain Jean- 
François Jourdain , chevalier , seigneur du Coëdo ; 
marraine demoiselle Jeanne Desportes , demoiselle 
de Saint-Ducat. — Décembre 1720. Inhumation de 
quatre hommes de l'île de Groix au service du Roi , ap- 
partenant au vaisseau appelé Le Maréchal SEsirées, — 
17 janvier 1726. Baptême de Jacquette Barisy, fille de 
noble homme Jean-Jacques Barisy , sieur de Kerloret, 
et de dame Marie-Anne-Sainte Le Lidour ; parrain noble 
homme Jacques Le Lidour, sieur du Quenven; marraine 
demoiselle Anne Botterel. — 3 octobre 1726. Baptême de 
Jérôme-Rolland Le Meur, fils d'Yves Le Meur, sieur de 
Villepiraut, et de dame Catherine-Louise de Baud. — 
« Cette pï-ôsente année 1731, j'ai acheté les deux orceaux 

d'argent avec les deux et le bassinet ou plat d'étain 

pour servir à l'autel les jours solennels. [Signé :] P. Le 
Moign, recteur. » — « J'ai eu, ce jour, à la visite épis- 
copale tenue au Port-Louis par M. le doyen de Mendon, 
vicaire-général de M^»" de Vannes, la permission de bénir 
ou réconcilier la chapelle de Notre-Dame de Place-Manec 
en Locmaria , située dans cette île de Groix , et ai fait la 
cérémonie le 5« jour de septembre 1734. [Signé :] P. Le 
Moign , recteur. » 

E. Suppl. 406.— GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 510 feuiUets, papier. 

t9Sft«tlfS0«— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 29 janvier 1736. Bénédiction de la cloche de Notre- 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DU PORT-LOUIS. 85 



Dame de Place-Manec. — 17 octobre 1742. Bénédiction 
de la cloche principale de Téglise paroissiale Saint-Tudy ; 
parrain Paul-René de Cosnoal, chevalier, seigneur du 
Cartié, de Saint-Georges, TouUan, etc.; marraine demoi- 
selle Renée-Michelle Le Breton.— 31 octobre 1745. 
Inhumation, avec la permission de TAmirauté, de sept 
cadavres jetés à la côte de Groix, t sur lesquels on a 
trouvé des marques de catholicité ; > ils sont enterrés 
deux dans la chapelle Saint-Léonard , un à la chapelle 
Saint-Sauveur, trois à la chapelle Saint-Gildas , un à la 
chapelle Notre-Dame-du-Calme.— 20 février 1 754. Mariage 
entre noble homme François-Guy Tourtal , seigneur de 
Boisbrun, de la paroisse de Tréal, et demoiselle Thérèse- 
Barbe Ornerai. — 30 juillet 1758. Pose, dans la costière 
du mur du nord de l'église paroissiale Saint-Tudy, de la 
première pierre des fondations dudit mur refait à neuf, 
par le commandant de l'Ile de Groix , accompagné des 
officiers de la garnison, artillerie, garde-côtes, etc. 

E. Suppl. 409. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 482 feuiUets , papier. 

1909-1990.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 2 mai 1772. Baptême de Guillaume-Marcellin Proteau, 
né ce jour, fils de Pierre-Augustin Proteau , pilote , et 
de demoiselle Marie-Julienne Nouel; parrain Gildas 
Calloch , canonnier ; marraine demoiselle Marie-Magde- 
leine Le Tourneur, veuve Proteau. — 8 avril 1777. 
Bénédiction d'une cloche (sic].— 23 septembre 1777. 
Inhumation , dans le cimetière, de missire Jean-Louis 
Jannot, recteur de Saint-Tudy. — 27 mars 1786. Inhu- 
mation, dans le cimetière, de missire Jacques Le Danvigo, 
recteur de la paroisse de Loctudy, lie de Groix. 

Commune de Kervignac. 
E. Suppl. 410.— GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 357 feuilUts, papier. 

tMlt-tlfOtt. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 5 décembre 1667. Baptême d'Anne- Jeanne Baellec, 
fille de Jacques Baellec, écuyer, et de dame Françoise 
Hervé , dame de Keroualen ; compère écuyer Jean 
Baellec; commère dame Anne de Rohan, damedeLanigry. 

— 14 septembre 1691. Baptême de François-Marie de la 
Pierre, fils de François de la Pierre, écuyer, sieur de 
Talhouet, maître ordinaire en la Chambre des Comptes 
de Bretagne, et de Marguerite-Pélagie Eberar.— 5 janvier 
1695. Baptême d'Antoine de Lentivy, fils d'écuyer messire 
Jean de Lentivy, sieur de Kerrez , et de dame Françoise 
Guimarho. — 28 octobre 1705. Mariage entre messire 
Jacques de Pulmont, écuyer, capitaine au régiment 



d'Oleron, de la paroisse de Saint-Remy d'Amiens, et 
demoiselle Marie *Magdeleine Pihier, demoiselle de Ker- 
balais. 

E. Suppl. 411.— GG. 2. (Cahiers.)— In-foUo, 548 feumets, papier. 

1900-1988.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
-— 1710 et années suivantes. A la suite des tables est 
écrit : t Fait par moi, J. Boutouillic, recteur, qui vous 
prie de dire un Paler et un Ave pour lui qui a eu la peine 
de faire cette table. > — 6 janvier 1716. Baptême 
d'Hyacinthe-Marie de Livoys, fils de noble homme Vincent 
de Livoys , avocat à la Cour, et de demoiselle Angélique- 
Julienne de Lestang.— 26 août 1720. Baptême de René, 
d'Anne, de Jeanne-Marie et de Claude-René du Gouvello, 
enfants d'écuyer Clément du Gouvello et de dame Anne 
Riche, sieur et dame de Locohiarne. — 1725. Pose de la 
première pierre du rétable de la chapelle Notre-Dame- 
de-Pitié, au bourg de Kervignac. 

E. Snppl. 412.— GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 393 feuillets , papier, 

1984-1950. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 4 octobre 1735. Baptême de François-Thomas de 
Crémont, fils d'écuyer Charles-François de Crémont, 
commissaire de la marine, et de dame Christine Demol- 
landon ; parrain maître François-Marie Gardye des 
Fourneaux ; marraine demoiselle Thomase de la Touche. 

— 7 octobre 1741. Funérailles de missire Jacques Davy, 
ancien recteur de Kervignac, âgé de 83 ans. — 27 août 
1744. Baptême de Jean-Toussaint Le Mancq, fils de noble 
homme Jacques Le Mancq, notaire et procureur, ca- 
pitaine de la paroisse; ledit baptême administré par 
Vl^r Jean-Joseph de Jumilhac, évêque de Vannes; parrain 
Jean Le Moyne, chevalier, seigneur de Kerderf ; marraine 
Sainte-Françoise Boutouillic, dame du Val, veuve de 
Louis-Mathurin Blanchard , cheyalier, seigneur.du Val. 

— 9 février 1746. Baptême de Joseph-Marie de Livoys, 
fils de noble homme Vincent de Livoys, sieur de Pratmeur, 
avocat à la Cour, et de Marie-Anne Destays. 

£. Suppl. 413.— GG. 4. (Cahiers.)— In-folio, 696 feuUets, papier. 

t9St-t998.-— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 27 juin 1754. Bénédiction d^une cloche pour la cha- 
pelle Notre-Dame du village de Locadour ; parrain noble 
écuyer messire Jean-Baptiste Le Febvre; marraine 
dame Jeanne-Victoire Cordier, dame de Lëe, du château 
de Keroualan. — 26 septembre 1754. Extrait du registre 
d'audience du présidial de Vannes : sentence qui con- 






86 



ARCHIVES DU MORBIBAN. 



damne missire Louis Pépion, recteur de Kervignac, 
à desservir ou faire desservir la chapelle de Locohiarne, 
à la requête de messire François Le Gouvello de Ker- 
sivien, seigneur de Locohiarne, lieutenant des vaisseaux 
du Roi, etc. — 48 février 1760. Mariage entre messire 
Jean-Baptiste-Joseph-François de Francheyille, chevalier, 
seign3ur de Trélan, capitaine au régiment de Penthièvre- 
Infanterîe, fils de messire Jacques-Charles de Francheville 
et de demoiselle Jeanne-Marguerite du Bois-de-la-Salle, 
de la paroisse de Sarzeau ; et demoiselle Claude-Thérèse 
Le Treuze, fille de maître Louis Le Treuze, notaire royal, 
procureur-fiscal des juridictions de la Forêt et de 
Coetrivas, et de demoiselle Marie-Louise Le Goff. — 
24 août 1772. Mariage entre Clément-Louis Le Milloch, 
écuyer, avocat au Parlement, subdélégué de l'intendance 
à Hennebont, et demoiselle Marie-Anne Gardye de la 
Chapelle, fille de noble homme Pierre-Joseph Gardye, 
sieur de la Chapelle, officier des classes de la marine 
au quartier d'Hennebont. 

E. Suppl. 414.— GG. 5. (Cahiers.)— In-folio, 610 feuillets, papier. 

1994-1990.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 16 mars 1781. Baptême de Georges-Marie-René de 
Penfeunlenio, né en 1775, fils de haut et puissant 
messire François -Hyacinthe -Louis de Penfeunlenio, 
chevalier, marquis de ChefTontaine, et de haute et 
puissante dame Renée-Rosalie de Trévellec de Kery argon. 

— 12 janvier 1790. Mariage entre messire Pierre-Victor- 
Laurent de Chadirac, écuyer, lieutenant des vaisseaux 
du Roi au département de Rochefort, et demoiselle 
Thérèse-Élisabeth-Eugénie Daniel du Tréjet. 

Commune de Merlevenez. 
E. Suppl. 415. — GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 931 feuillets, papier. 

tsat-tiflio. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 27 avril 1701. Épousailles entre Pierre Stéphan et 
Louise Brient.— 2avril 1715. Baptême d'Hélène Jégado, 
fille de Mathurin Jégado et de Louise Le Guennec. — - 
5 juin 1730. Épousailles entre noble homme Vincent 
Le Floch et Marguerite Le Venier. — 22 février 1743. 
Inhumation de Joseph Candalh, « fabrique. >—- 11 fé- 
vrier 1744. Mariage entre écuyer Joseph-Bernard Allain 
et demoiselle Marguerite- Anne Dilhuit. — 15 août 1759. 
Baptême d'un nègre, âgé d'environ 12 ans, appartenant 
à écuyer Joseph-Bernard Allain ; on lui impose le nom 
de Joseph. — 26 août 1784. Baptême de Marie-François- 
Thomas Salaun, fils de messire Philippe-René Salaun 



de Kerbalanec, capitaine d'infanterie , et de dame Renée 
Villatte. ^ 

Commune de Nostang. 

E. Suppl. 416. ~ GG. 1. (Cahiei-s.)-- In-folio, 604 feuiUets, papier. 

tft95-tMMi.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 6 septembre 1599. Ordre est donné au recteur, aux 
prêtres et aux fabriques de la paroisse de Nostang de 
réparer Péglise et le presbytère, et d'acheter deux 
manuels pour l'église sous peine d'amende. [Signé :] 
LegoJ, scribe.— 29 août 1601. Baptême de Jacquette 
du Fresne, fille de noble homme Jacques du Fresne et 
de demoiselle Catherine Lisse, sieur et dame de Kericu ; 
compère noble homme Jérôme du Bahuno, écuyer, sieur 
de la Demiville et de Kermadehoué ; commère demoi- 
selle Jacquette Le Govello, dame de Kerrivault. — 
14 septembre 1605. Baptême de Jeanne du Fresne, fille 
d'écuyer Jacques du Fresne, etc.; compère noble homme 
Vincent Danglade, sieur de Kerhern ; commère demoi- 
selle Jeanne de Chefdubois , dame de Locunolay. — 
30 novembre 1608. Baptême de Catherine Le Feuvre, 
fille de nobles gens Jean Le Feuvre et Marguerite de la 
Haye, sieur et dame de Penquellan.— 30 mai 1627. 
Baptême de Nicole de Cosnoal , fille de messire Georges 
de Cosnoal, seigneur de Saint-Georges, Kermérien, 
le Crano, le Plessis, etc., et de demoiselle Marguerite 
Desportes ; compère Jean de Valleaux , écuyer, seigneur 
du Meslé, enseigne sous M^*" le duc de Brissac en la 
citadelle du Fort-Louis ; commère demoiselle Nicole 
Roland , femme de messire René du Bahuno, seigneur 
de Kergleveric, etc. — 25 janvier 1629. Mariage entre 
messire Georges de Cosnoal , sieur de Saint-Georges , et 
demoiselle Marguerite Desportes , dame du Reste ; ledit 
mariage célébré en la chapelle de Saint-Bieuzy en Nostang. 

— 1634. Baptêmes des enfants de cordiers enregistrés, 
comme ceux des bâtards, à la fin du cahier, à l'envers. 

— 25 août 1637. Baptême de Jacquette de Talhouet, 
€ âgée de 6 ou 7 ans, :► fille de feu François de Talhouet, 
écuyer, sieur de Keredrain, et de demoiselle Claude 
Thoumelin, dame du Rongouet.— 3 février 1650. Mariage 
entre messire Nicolas de Talhouet, chevalier, seigneur 
de Kerservant en Ploerdut, et demoiselle N!c3le de 
Cosnoal. — 3 février 1660. Mariage, en la chapelle de 
Saint-Georges, entre messire Louis de Perrien, chevalier, 
seigneur de Tréguerentec, et noble et puissante dame 
Nicole de Cosnoal , dame douairière de Kerservant et de 
Kersimon. — 16 mars 1660. Inhumation de messire 
Louis- Jacques-Alexandre Le Petit, chevalier de Chaus- 
seray, gentilhomme originaire du Poitou , décédé en la 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DU PORT-LOUIS. 87 



maison seigneuriale de Saint-Georges. — 19 février 1661. 
Mariage entre nobles gens Pierre de Castillon , sieur de 
Kerescant, de la paroisse de Lesbins, et demoiselle 
Hélène Jouan, dame de Kermelin, de la paroisse de 
Saint-Gilles-Hennebont. — 1662 et années suivantes. Les 
cordiers sont tous inhumés dans la chapelle de la 
Magdeleine en Nostang. — 6 février 1663. Baptême 
d*Hyacinlhe-Joseph Boterel, fils de messire François 
Boterel, juge au présidial de Vannes, et de dame Anne 
de Cosnoal.— 18 mars 1668. Baptême de Marc de Cosnoal, 
fils de messire Joseph de Cosnoal et de dame Anne Borin, 
demeurant ordinairement en la paroisse de Riantec; 
paiTain messire Marc-Hyacinthe de Rosmadec, chevalier 
deFordre de Saint-Jean-de-Jérusalem; marraine Françoise 
Ermar, dame de Saint-Georges. 

E. Suppl. 417. — GG. 2. (Cahiers.) — In-fofio, 497 feuillets, papier. 

teifO-lIftft*-- Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 19 juillet 1670. Inhumation, dans l'église paroissiale, 
de Jérôme de Cosnoal, écuyer, sieur du Crano.— 10 sep- 
tembre 1672. Mariage entre haut et puissant messire 
Anne de Volvire de Ruffec, chevalier, marquis de Saint- 
Briec, baron de Sens, etc., et demoiselle Julienne- 
Thérèse de Lopriac , fille de feu haut et puissant messire 
René de Lopriac, chevalier, baron de Coetmadeuc, 
demeurant ordinairement en la ville de Rennes, chez 
haut et puissant messire Guy de Lopriac, chevalier, 
seigneur de Kermassonnet, le Rongouet, etc., son grand- 
père, étant présentement au château du Rongouet en 
Nostang. — 16 janvier 1674. Baptême de Paul-Anne 
de Cosnoal, fils de messire Hyacinthe de Cosnoal et 
de dame Françoise Ermar , seigneur et dame de Saint- 
Georges; parrain messire Paul du Vergier, seigneur de 
Mènéguen ; marraine dame Anne de Rohan , femme de 
messire François de Broel, seigneur de Lanigry. — « Le 
16 avril 1681, fut passé le marché pour la réédification 
de réglise paroissiale de Nostang. » — 5 novembre 1686. 
Inhumation, dans Féglise paroissiale, du cœur de mes- 
sire Hyacinthe de Cosnoal , seigneur de Saint-Georges , 
décédé à Lieuzel en Pleucadeuc. -— 23 mars 1701. 
Baptême de Louis-Marc de Cosnoal, fils de messire 
Pierre-Hyacinthe de Cosnoal et de dame Marie-Gabrielle 
de Guer, sieur et dame de Saint-Georges ; parrain mes- 
sire Marc de Cosnoal , seigneur du Cartier ; marraine 
haute et puissante dame Louise-Bonne Le Voyer, mar- 
quise de Pontcallec. 



E. Supp. 418. — GG. 3. (Cahiers.)— In-folio, 677 feuillets, papier, 

19111-19911.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 
1741. Inhumation, dans l'église paroissiale, du cœur de 
messire Pierre de Cosnoal, seigneur de Saint-Georges, 
Kermérien, Kerhulic, Lieuzel, etc.— 1767. Note relative 
à la rareté du cidre ; il se vend de 30 à 45 livres la 
barrique.— 24 avril 1768. Bénédiction de la cloche de 
la chapelle Saint-Barthélémy située au village de Saint- 
Thomin en Nostang.— Pluie continuelle depuis le 7 juin 
jusqu'au 4 décembre 1768.— Mission à Nostang, du 
l®*- au 15 juillet 1770. — Le presbytère de Plouhinec est 
incendié, la nuit du 24 au 25 décembre 1770, pendant 
l'office de minuit.— 1770. Temps de calamités; quêtes 
et emprunts pour les pauvres ; distributions de blés à 
Nostang. Mauvaises récoltes; maladies et morts occa- 
sionnées par le blé ergoté. Prières et processions or- 
données par les vicaires-généraux du diocèse de Vannes. 
La misère continue en 1771 et en 1772. — La cloche de 
la chapelle Saint-Cado est refondue par Huet, de Vannes, 
et hônite le 6 juin 1773. — Dans la nuit du 30 avril au 
i^^ mai 1774, arrivage considérable de tabac à l'entrée 
du bras de mer qui va au moulin du Palais, à l'est de 
Couarde, près le Cosquer ; le soir, arrivée des fraudeurs 
de Baud, Camors, Quistinic, Languidic, Nostang et Ker- 
vignac. Combat contre les employés aux Devoirs de 
Landévant. Les fraudeurs se sauvent en abandonnant 
leurs provisions ; l'un d'entre eux, blessé d'un coup de 
fusil, est transporté à l'hôpital d'Hennebont où il meurt 
le 3 mai. — Mention ^u grand orage qui produisit 
beaucoup de dégâts à Hennebont et aux environs, dans 
la nuit du 22 au 23 août 1776. — En 1776, abondance 
de fruits comme on n'en avait jamais vu ; le prix de la 
barrique de cidre est de 6 livres, 3 livres et même 
au-dessous. 

E, Suppl. 419. — GG. 4. (Cahiers.)— In-folio , 199 leuiUets, papier. 

tlflflf-t»eo.— Baptêmes, mariages et sépultures. — 
27 avril 1783. Bénédiction de la première cloche de 
l'église paroissiale de Nostang; parrain Mi^"* Louis-Armand- 
François de la Rochefoucauld, grand-maître de la garde- 
robe du Roi ; marraine dame Félicité de Lopriac de 
Donges, veuve de messire Louis-Joseph de Querhoent, 
marquis dudit lieu , brigadier des armées du Roi. — Le 
même jour, bénédiction de la seconde cloche de la cha- 
pelle Notre -Dame-de-Bonne- Nouvelle, dite aussi de 
Locmaria. 



88 



ARCHIVES DB MORBIHAN. 



GOHMTNE DE PlOUHINEG. 

E. Suppl. 430.— GG. 1. (Cahiers.^ — In-foUo et iii-4», 552 feuillets , 

papier. 

iHO^-tSllt.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 
22 mars 1610. Baptême de Jacques Le Brizoual, fils de 
nobles gens Yvon Le Brizoual et Jeanne Le Carrer, sieur 
et dame de Berrenc; compère noble homme Jacques 
Marquer ; commère demoiselle Jacquette Le Bourdiec. — 
U mars 1670. Inhumation, dans la chapelle de la Mag- 
deleine, en Plouhinec, de Perrine Lozeh , cordière du 
village de Kerscran. — 26 novembre 1671. Épousailles 
de Jean Lozeh, cordier, et de Julienne Martin, cordière. 
— 30 avril 1680. Mariage entre Louis-Charles de Dou- 
ville, ècuyer, sieur de Kerfresec, et demoiselle Marie- 
Renée de Baud, dame de Keroual. 

E. Suppl. 421.— GO. 2. (Cahiers.) — In-folio, 503 feuUlets , papier. 

tSHS-tVtll.— Baptêmes, mariages et sépultures.— 

5 mars 1694. Baptême de Renée Le Bouil, fille de Pierre 
Le Bouil et de Marie Coquen ; parrain Julien Jègo ; mar- 
raine dame Marie-Renèe de Baud, dame de Kerfresec. — 
24 février 1695. Inhumation de Renée Desmouriers, 
dame de Douville et de Kerfresec. — 5 novembre 1707. 
Mariage entre messire Paul-René du Yergier, chevalier, 
seigneur du Pou, et demoiselle Anne de Lentivy, dame 
de Kergal. — 12 novembre 1709. Inhumation de maître 
Jean de la Faudrière, notaire royal de la juridiction 
d'Hennebont. — 10 août 1716. Baptême de Jean-François 
de la Faudrière, fils de noble homme Joachim de la 
Faudrière, sieur du Baudry, avocat au Parlement, et de 
demoiselle Françoise-Marguerite de Roulleaux ; parrain 
noble homme Jean de Roulleaux, seigneur de Kerjègu , 
père de ladite Françoise-Marguerite ; marraine demoi- 
selle Françoise Le TouUec, femme de noble homme 
François Barbe, seigneur de Kerfresec. 

E. Suppl. 422. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio , 610 feuiUets , papier. 

t9tO-t95ll.— Baptêmes, mariages et sépultures. — 

6 juin 1729. Baptême de Marie-Jeanne de la Motte, fille 
d'Armand de la Motte, écuyer, sieur de la Pisse, et de 
demoiselle Marie-Françoise de Paule.— 26 juillet 1736. 
Baptême de Jacques-François-Marie Le Daynes, fils de 
Roland-Paul Le Daynes, chevalier, seigneur de Ker- 
cambre, et de Jeanne Tascon.— 10 août 1745. Béné- 
diction par le recteur de Plouhinec, messire Claude 
Le Febvre de la Jaillerie, de deux cloches de Tëglise 



paroissiale, refondues et <!c augmentées t^ par le sieur 
Julien Huet, maître fondeur de cloches de la ville de 
Vannes ; parrain et marraine de la première : messire 
François Burin, chevalier, seigneur de Ricquebourg", 
commandant au gouvernement du Port-Louis, et dame 
Hyacinthe de Chappedelaine , dame de Clairambault ; 
parrain et marraine de la seconde : messire Charles 
de Clairambault, commissaire général ordonnateur de la 
marine au Port-Louis, et dame Thérèse Fenouil, dame 
de la Duz. — 9 novembre 1745. Baptême de Françoise- 
Ursule Voirdye, fille de maître Joseph Voirdye de la 
Houssaye, notaire royal, et de demoiselle Agathe Dumay. 
— 8 mai 1753. Baptême de Jean-François de Torcy, fllg 
de messire Robert de Torcy et de dame Marie-Laurence 
Caradec. — 6 novembre 1753. Mariage entre noble 
homme Jérôme-Florent de L'Homme et demoiselle 
Jeanne-Reni^e de Noisy de Gramont. — Enterrement de 
nombreux cadavres trouvés à la côte, principalement au 
mois de décembre 1755, par suite du naufrage d'un 
navire nantais.— 26 décembre 1759. Inhumation d'un 
cadavre trouvé à la côte, près le corps-de-garde d'Étel, 
et reconnu, d'après les objets qu'il portait, pour être 
celui du sieur de Botherel, écuyer, capitaine des vaisseaux 
du Roi , commandant en second du vaisseau Le Thésée 
€ que l'on sait avoir été submergé par la mer, lors du 
combat que les vaisseaux du Roi, commandés par 
M. le maréchal de Conflans, ont soutenu près la côte du 
Croizic contre les vaisseaux du roi d'Angleterre. > 

E. Suppl. 423. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 6i2 feuillets, papier. 

t9llO-t990. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
25 août 1761. Abjuration publique du calvinisme par 
Jean Widal, soldat au régiment de Quercy, du diocèse 
d'Alais. 22 juillet 1767. Bénédiction de la grande 
cloche de l'église paroissiale par Mi^' Jean-Louis de Goyon 
de Vaudurant, ancien évêque de Léon ; parrain messire 
Louis-Vincent vicomte de Langle, seigneur de Kerfrezec, 
Larmor, etc., capitaine des vaisseaux du Roi ; marraine 
dame Bonne-Josèphe de Kerboudet, dame de la Courpéan, 
comtesse de Perrien; ladite cloche nommée Louise- 
Bonne. — 17 juillet 1789. Baptême de Joseph-Jacques 
Chaton, fils do Julien-Marie-Constantin Chaton, cheva- 
lier, sieur de la Touche, et de dame Ursule-Josèphe Gé- 
min.— lef août 1789. Sépulture ecclésiastique donnée 
à un homme inconnu jeté par la mer sur la côte, • pré- 
sumant qu'il était catholique, n'ayant aucune preuve du 
contraire. » 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DU PORT-LOUIS. 89 



Commune du Ponr-Louis. . 

E. Suppl. 424. — AA: 1. (Liasse.) — 5 pièces, parchemin ; 

116 pièces, papier ; i sceau. 

tst^-llfso. — Leltres-patentes de Louis XIII et de 
Louis XIV relatives à l'établissement et à la fortification 
du Port-Louis. — Lettres-patentes de Louis XV qui 
créent un corps de communauté au Port-Louis. — 
Lettres des Rois, des gouverneurs, des commandants et 
des intendants de la province au sujet : des cérémonies 
publiques ; — des souhaits de nouvel an ; — de la con- 
vocation des députés aux États de Bretagne ; — de la 
réunion de la subdélogation du Port-Louis à celle de 
Lorient ; — de la convocation des États-Généraux ; etc. 

« 

E. Suppl. 4^. — BB. 1. (Registre.) — In-folio, 90 feuiUets, papier. 

19 18-1959. — Délibérations de la communauté de 
ville du Port-Louis concernant : l'érection d'un hôpital- 
général ; — les réparations du presbytère ; — la levée 
de la capitation, du dixième, du cinquantième, des 
fouages et du vingtième ; -r le logement des officiers de 
terre et de mer ; — la nomination du syndic de la com- 
munauté, du marguillier de l'église Notre-Dame et du 
procureur de la chapelle Saint-Pierre;— le tarif du 
pain et de la viande ; — l'établissement de deux archers 
de la ville ; — l'élection des officiers de la milice bour- 
geoise ; — le casernement; — les privilèges de rabatteur 
du papegault ; — la police de la ville ; — les feux de joie 
allumés à l'occasion des naissances du duc de Berry et du 
comte de Provence, de la prise de Port-Mahon. — Arrêt 
du parlement de Bretagne portant règlement pour le 
€ général > de Noire-Dame du Port-Louis. 

E. Suppl. 426. — BB.2. (Registre.) - Iii-foUo, 26 feuillets, papier. 

4959-1994. — Délibérations de la communauté de 
Tffle du Port-Louis concernant : la capitation et autres 
impôts ; — les mesures à prendre contre la peste dont le 
Portugal était soupçonné d'être infecté ; — les feux de 
joie ordonnés pour la victoire remportée par le maréchal 
d'Eslrées et pour la naissance du comte d'Artois ; — le lo- 
gement des prédicateurs ; — le tarif, des charrois et des 
chevaux de louage; — une réquisition de charrettes 
pour transport de poudres et munitions de guerre à 
Quiberon ; — la confirmation des anciens privilèges de 
la ville et l'obtention de privilèges nouveaux ; — la no- 
mination d'un grefflep ; — les comptes du casernement. 

MonBïHAN. — Tome IV. — Suppl. Série E. 



E. Suppl. 427. — BB. 3. (Registre.)— In-folio, 150 feuiUets, papier. 

1908-1995. — Délibérations de la communauté de 
ville du Port-Louis concernant : la composition du corps 
de communauté créo par lettres-patentes du Roi; — la 
capitation ; — l'établissement des octrois ; — la délimi- 
tation et l'adjudication des travaux de la banlieue ; ~ le 
règlement des charges locales ; — Tinventaire des archives 
de la communauté ; — le fouage ; — le pavage de la ville ; 

— les services funèbres célébrés après la mort du Dauphin 
et après celle du Roi ; — le renouvellement des officiers 
municipaux; — la nomination des commissaires de 
police et des officiers de la milice bourgeoise ; — la cons- 
truction d'un quai ; — la députation envoyée à Rennes 
et les réjouissances au sujet de la rentrée du Parlement ; 

— la création d'un bureau de santé à l'effet d'empêcher 
l'introduction en Bretagne de la peste qui s'était déclarée 
en Pologne (1770); — les réparations à faire à la maison 
des Petites-Ecoles; — la location et l'ameublement d'une 
maison destinée à servir d'hôlel-de-ville ; ~ les réjouis- 
sances ordonnées à Toccasion de la fête du Roi, du sacre 
de Louis XVI. — Ordonnance de l'intendant pour con- 
traindre les membres de la communauté de ville à assister 
régulièrement aux assemblées de cette communauté, et 
arrêt du Conseil d'État qui rend l'exécution de cette 
ordonnance commune à toutes les villes de la province. 

E. Suppl. 428.— BB. 4. (Registre.)— In-folio, 302 feuillets, papier. 

t995«l9llt« — Délibérations de la communauté de 
ville du Port-Louis concernant : la capitation, le ving- 
tième et l'industrie ; — le pavage ; — la vérification des 
comptes de la miserie, de l'octroi et du casernement ; — 
la construction d'une horloge ;— les réjouissances occa- 
sionnées par l'heureux accouchement de la Reine, la 
naissance du Dauphin , les avantages remportés sur les 
Anglais en Amérique, la publication de la paix, la 
naissance du duc de Normandie ; — l'acquisition de 
cinquante exemplaires de l'ouvrage de Parmentier sur 
la fabrication du pain de pommes de terre; — l'entretien 
de la banlieue ; — le logement d'un médecin ; — les 
précautions à prendre contre la peste , et l'organisation 
d'un nouveau service de santé, de concert avec les villes 
de Lorient et d'Hennebonl ; — le projet de quai ; — les 
travaux de charité ; — les vœux de l'ordre du Tiers à 
propos de la convocation des États-Généraux du royaume, 
et les assemblées préparatoires ;— l'adresse à l'Assemblée 
Nationale;— l'armement de tous les citoyens pour le 
rétablissement de la tranquillité publique ; — la formation 



12 



i 

L 



90 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



d'un comité permanent ; — la prestation de serment des 
troupes et de la milice nationale ; — les accaparements 
de grains ; — la contribution patriotique ; — la loi 
martiale ; — la création d'une nouvelle municipalité; etc. 

E. Suppl. 429. — BB. 5. ^Registre.) — In-folio, 183 feuiUets, papier. 

t99ll-l1fllt. — Procès-verbaux de vérification de 
passeports, enregistrés par le comité permanent établi 
à l'hôtel-de-villc du Port-Louis. — La seconde et princi- 
pale partie du registre est consacrée à la copie des lettres 
écrites par la nouvelle municipalité du Port-Louis. 

E. Suppl. 430. — BB. 6. (Liasse.) — 54 pièces , papier. 

fyBt-fafSO. — Délibérations de la communauté de 
ville du Port-Louis relatives à son établissement, à la 
nomination de3 maires , des échevins et autres officiers 
municipaux et des « délibérants > , à l'habillement du 
héraut, des archers et du tambour de la ville ; avec 
les approbations des gouverneurs, des commandants et 
des intendants de la province. — Lettres des intendants 
de Bretagne concernant les receveurs de la capitation et 
des octrois, les gages des employés de la communauté, 
l'obligation imposée à tous les membres de la commu- 
nauté d'assister à ses assemblées. — Procès-verbaux re- 
latifs à la formation de la nouvelle municipalité du Port- 
Louis. 

E. Sappl. 431.— CG. 1. (Liasse.)— 99 pièces, papier. 

te89-t'990. — Rôles de la capitation, du dixième 
et du vingtième pour la ville du Port-Louis ; décharges 
et réimpositions. — Correspondances relatives à un droit 
d'entrée sur le bois induement perçu par M. Villeneuve, 
major de la place. — Procès entre la communauté et le 
général de l'église tréviale de l'Assomption du Port-Louis, 
au sujet du droit de nomination des égailleurs et des 
collecteurs des fouagés. 

E. Suppl. 432.— ce. 2. (Liasse.)— 6 pièces, parchemin; 118 pièces, 

papier. 

istlf-t990.— Comptes en charge et décharge de 
la miserie du Port-Louis ; pièces à l'appui ; mémoires ; 
quittances ; procédures ; états de dépenses et de revenus ; 
lettres de l'intendant et des commissaires des États de 
Bretagne. 

£. Suppl. 433.— ce. 3. (Liasse.)— 10 pièces, parchemin ; 122 pièces, 

papier. 

1999-1998.— Lettres-patentes du Roi, arrêts du 
Conseil d'État et de la Chambre des Comptes de Bretagne, 



ordonnances du parlement et de l'intendant de cette 
province, délibérations et requêtes de la communauté 
du Port-Louis, relativement aux octrois et aux offices 
de receveurs et contrôleurs des octrois. — Procès-verbal 
qui règle l'étendue de la banlieue du Port-Louis.— 
Adjudications du bail des octrois. — Comptes rendus par 
les receveurs des octrois, avec approbations de l'inten- 
dant. — États du produit des droits d'octroi et d'entrée. 
— Ordonnances de payement ; quittances. — Remise des 
droits d'octroi aux religieux récollets de la ville. 

£. SuppL 434. — ce. 4. (Liasse.) — 155 pièces, papier. 

1990-1991. — Comptes rendus par les receveurs 
des octrois avec approbations de l'intendant. — États du 
produit des droits d'octroi. — Ordonnances de payement; 
quittances. 

E. Suppl. 435.— DD. 1. (Liasse.)— 10 pièces, parchemin; 74 pièces, 

papier ; 3 plans. 

1009-1-9 90. — Arrêt du parlement de Bretagne qui 
condamne les habitants de la ville du Port-Louis à con- 
tribuer, pour une somme de 600 livres, à la construction 
d'un presbytère à Riantec, leur paroisse. — Marché passé 
entre les habitants du Port-Louis et le sieur Léonard 
Hervé, fondeur de Nantes, pour l'acquisition de trois 
cloches destinées à l'église Notre-Dame dudit Port-Louis, 
et arrêts du parlement de Bretagne qui autorisent les 
habitants à faire entre eux 1' « égail » des sommes né- 
cessaires à cette acquisition. — Procès intenté à des 
particuliers par missire Urbain Sauvageau, recteur de 
Riantec, relativement à des ouvertures de maisons qui 
donnaient accès dans le cimetière de Notre-Dame.— 
Devis et procès-verbal d'adjudication des travaux à faire 
pour la construction d'une prison attenante au corps-de- 
garde de la porte de Locmalo.— Procès-verbal d'échange 
de terrains entre le domaine royal et des particuliers pour 
l'établissement d'une poudrière au Port-Louis. — Devis, 
procès-verbaux d'adjudication et de vérification relative- 
ment à la banlieue et aux pavés de la ville. — Sentence 
du siège royal d'Hennebont qui ordonne de faire boucher 
les entrées de caves prises sur la largeur des rues au 
Port-Louis, de faire abattre les étaux et auvents et 
généralement tout ce qui gênerait la voie publique, -r 
Plans et devis concernant le projet de construction d'un 
môle au Port-Louis. — Transport d'une croix de pierre 
de la promenade de la Muse à la porte de l'église des 
Récollets. — Adjudication de l'enlèvement des boues de 
la ville au profit de l'hôpital-général. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DU PORT-LOUIS. 91 



E. Sappl. 436. — DD. 2. (Liasse.)— 4 pièces, parchemin; 127 pièces, 

papier. 

*••*-* itt, — Procès relatif à la propriété de la 
maison des Petites-Écoles qui reste définitivement ad- 
jugée à la communauté de ville ; bail des réparations 
à faire à cette maison. 

E. Suppl. 437.— DD. 3. (Liasse.)— 2 pièces, parchemin ; 157 pièces, 

papier ; 8 plans. 

tififl-tifsil.-— Devis, adjudications <^t vérifications 
des pavés de la ville, de Thorlogc, des travaux de la 
banlieue. — Procès soutenu par la communauté de ville 
contre messire Alain-Jean de Bruillac, écuycr, sieur 
de la Villeneuve, relativement au pavage dû par les 
propriétaires des maisons et terrains bordant chaque 
rue. — Baux à ferme et ameublement de la maison 
commune. — Lettres de l'intendant de la province rela- 
tivement aux fortifications du Port-Louis. — Plans et 
devis concernant le projet de quai, cales et bassin 
à établir au Port-Louis. 

E. SuppL 438.— EE. i. (Lia.sse.)— 2 pièces, parchemin; 261 pièces, 

papier. 

1595-1951. — Lettres-patentes de Henri III, roi de 
France , arrêts de la Chambre des Comptes de Bretagne 
et du Conseil d'État relatifs au privilège de papegault 
accordé aux habitants du Port-Louis ; procès à ce sujet 
entre les abatteurs du t joyau » et les fermiers des devoirs 
d'impôts et billots de la province ; réunion dudit pri- 
vilège aux hôpitaux-généraux. — Délibérations de la 
communauté de ville et comptes en charge et décharge 
concernant les travaux et fournitures de casernement; 
pièces à l'appui ; mémoires ; quittances ; lettres de l'in- 
tendant de Bretagne; états de lits fournis par les 
habitants. 

E. SuppL 439.— EE. 2. (Liasse.)— 227 pièces, papier. 

t1f5S-t9'y9« — Comptes de casernement; mémoires 
et quittances pour réparations faites aux casernes ou aux 
lits et autres ustensiles de casernes ; états de situation ; 
lettres de l'intendant et des commissaires des États de 
Bretagne.-— Concordat entre le Saint-Siège et la cour de 
France pour la restitution des déserteurs des troupes 
du Roi qui se réfugient dans Pétat d'Avignon et le Comtat- 
Venaissin. — Traité passé entre les commissaires des 
États de Bretagne et le général de la paroisse du Port- 
Louis, par lequel celui-ci s'engage à fournir et entretenir 



en bon état tous les lits nécessaires aux casernes de 
cette ville, moyennant la somme de 12 livres 40 sous 
pour la location de chaque lit par an.— Instructions re- 
latives aux étapes et transports militaires, au numé- 
rotage des maisons sujettes au logomeiit des gens de 
guerre. — Tableaux des officiers de la miliciî bourgeoise 
du Port-Louis , avec approbations du gouverneur de la 
province. 

E. Suppl. 440.— EE. 3. (Liasi>c.)— 272 pièces, papier. 

I9lf8-ilf9«. -— Traité passe entre les commissaires 
des États de Bretagne et la communauté de ville du 
Port-Louis pour la fourniture des lits des casernes 
à raison de 15 livres 10 sous par au pour chaque lit. — 
Lettres des commissaires des États de Bretagne re- 
latives au rembour.î(Miient des dépenses des fournitures 
faites aux troupes, des loyers et des réparations des 
casernes, des convois et transports. — Lettres de l'in- 
tendant au sujet des traitements et de rbahillement des 
invalides pensionnés et des vétérans retirés au Port- 
Louis. 

E. Suppl. 441.— EE. 4. (Liasse.)— 203 pièces, papier. 

tlf^S-tlfdll. — Lettres des commissaires des États 
de Bretagne relatives au payement des loyers des ca- 
sernes et des lits fournis soit par la communauté de ville, 
soit par les adjudicataires. — Comptes du casernement ; 
mémoires de fournitures et de réparations ; quittances. 
— Procès-verbal de l'état des casernes. — Mémoire 
adressé par les habitants du Port-Louis au ministre de 
la marine, à l'effet de conserver en garnison le bataillon 
auxiliaire des Colonies. — Lettre de M. Bigot des Isles 
qui demande l'adhésion de la communauté au sujet de 
rétablissement projeté d'un phare à Belle-Ile. 

E. Suppl. 442. — FF. 1. (Liasse.) — 31 pièces, papier. 

1998-1990.— Lettres de l'intendant de Bretagne 
relatives : à la police de la ville ; — aux droits de gîte, 
gedlage et sortie réclamés par le concierge des prisons 
du Port-Louis ; — aux désordres commis dans les cam- 
pagnes ; — aux contrebandiers. — Mémoire concernant 
un projet de création d'un tribunal de police au Port- 
Louis. — Reçus, donnés par la municipalité du Port- 
Louis et la milice bourgeoise de Concarneau (Finistère), 
d'armes provenant de l'arsenal du Port-Louis et délivrées 
par M. de Camas, lieutenant-colonel au corps royal d'ar- 
tillerie, sous-directeur, en réside jice dans cette ville. 



92 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



E. Suppl. 443.— GG.l (Cahiers.)— In-folio, 520 feuillets, papier. 

1599-1051. — Trêve du Port-Louis, dépendant de 
la paroisse de Riantec. — Baptêmes. — 5 septembre 1580. 
Baptême de Jean Lescouble, fils de Jean Lescoubie et de 
Jeanne Frollo ; compères nobles gens Jean Beaujouan, 
sieur de Kermenezic, et Jean Le Berre ; commères de- 
moiselles Jacquette Beaujouan, dame de Couetcoursault 
et Jeanne Huby , dame de Kerrio. — 1*"*^* années du 
XVII® siècle. Les baptêmes sont administrés t en l'église 
de Monsieur saint Pierre de Blavet, » tantôt par le vicaire 
dudit Blavet (le Port-Louis), tantôt par le recteur de 
Riantec. — 16U. t Est notatu dignum quôd, quinlâ mar- 
tii 1614, domini barones de Camor et de Querveno ad 
aedificandum castellum Blavetensis primo venerunt. 
[ Signé : ] V. Robin. » — 15 août 1619. Baptême de la 
cloche de la chapelle Saint-Pierre pesant 419 livres ; par- 
rain messire Charles de Cessé, comte de Brissac, maré- 
chal et grand-panetier de France, lieutenant pour le Roi 
en Bretagne, gouverneur d'Hennebont et de la ville et 
citadelle du Port-Louis ; ladite cloche est nommée La 
jjarie.— l^r octobre 1622. Baptême de Pierre de Les- 
pinay, fils de noble homme François de Lespinay et de 
demoiselle Jeanne du Gué. — 11 décembre 1634. Bap- 
tême d'Armel Geffroy, fils de noble^homme Jean Geffroy 
et de demoiselle Jeanne Couttin, sieur et dame de Lau- 
nay ; parrain honorable homme Armel Couttin ; mar* 
raine demoiselle Marie Pitouays, femme de noble homme 
Yves Geffroy, sieur de Kerispertz, 

E, Suppl. 444. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 556 feuillets, papier. 

ie5tt-te99. — Trêve du Port-Louis. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 8 juin 1669. Baptême d'un 
nègre de Madagascar, amené en France sur un vaisseau 
de la Compagnie des Indes, au service du sieur Geston, 
directeur général de ladite Compagnie. On lui donne le 
nom de Claude. — De février à mai 1671. Abjuration du 
protestantisme par Gédéon Chabot, soldat de la garni- 
son, et par cinq autres individus, soldats pour la plu- 
part. — 19 janvier 1676. Baptême d'Emmanuel de Mont- 
gogué, fils d'écuyer Charles de Montgogué , commandant 
de la ville et château du Port-Louis, et de dame Geneviève 
Sevin ; parrain Charles de Montgogué, frère de l'enfant ; 
marraine demoiselle Marie-Emmanuelle de Mazarin , 
fille de Mff' le duc de Mazarin, pair de France. 

E. Suppl. 445. — GG. 3. (Cahiers.) — la-folio, 471 feuiUeU, papier. 

ieif9-te98« — Trêve du Port-Louis. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 11 mai 1682. Inhumation, 



dans le porchet de l'église paroissiale Sainte-Radegonde 
de Riantec, de missire Urbain Sauvageau, recteur dudit 
Riantec et du Port-Louis, « qui avait fait écrire pour épi- 
taphe sur sa tombe : Concukale sal infatuatum. » — 
29 juin 1682. Abjuration d'un soldat. — 25 octobre 
1682. Mariage entre Henri-Maximilien des Graviers, 
écuyer, seigneur dudit lieu, capitaine au régiment de 
Navarre, en garnison à Belle-Ile, et demoiselle Catherine- 
Magdeleine de Montgogué, fille de Charles de Montgogué, 
etc. — 1685-1686. Abjurations de soldats et de marins. 
— 22 octobre 1688. Inhumation, dans le chœur de Pé- 
glise Notre-Dame, de messire Claude du Châtel, cheva- 
lier, marquis du Châtel, de la Garnache et autres lieux, 
âgé de 68 ans. — 31 décembre 1688. Baptême de Charles- 
Joseph des Graviers, fils de Henri-Maximilien, etc. — 
1690 et années suivantes. On enterre soit dans le cime- 
tière de Saint-Pierre, soit dans l'église Notre-Dame du 
Port-Louis. — 1690. Abjuration d'un soldat anglais. — 
25 mars 1691. Baptême de Jean de Rebeyres, fils d'ho- 
norables gens Jean de Rebeyres d'Entraigues et Jac- 
quette Dubois. 

E. Suppl. 446.— GG. 4. (Cahiers.)— In-folio, 503 feuillets, papier. 

ieS4-ilf©9. — Trêve du Port-Louis. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 1694-1695. Abjurations de 
soldats. — 1702. Abjuration d'un matelot. — 5 mai 1702. 
Baptême d'un nègre, de 13 à 14 ans, amené des Indes 
occidentales; on le nomme Armand-Jean. — 1®' Juin 
1702. Baptême de Gabriel d'Essonville, fils d'écuyer 
Claude- Henri d'Essonville et de dame Françoise delà 
Garde. — 1703. Visite des registres paroissiaux par le 
doyen de Pontbelz. — 1707. Baptême d'un nègre. — 
7 novembre 1707. Mariage entre messire François de 
Laval-Montmorency, chevalier, lieutenant des vaisseaux 
du Roi, et demoiselle Claude-Emmanuelle Gelin de Tré- 
mergat, dame de Kercourtois. 

E. Suppl. 447. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 525 feuiUcts, papier. 

lYOS-ilfies.— Trêve du Port-Louis. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 1710. Baptême d'un nègre. — 
34 avril 1710. Baptême de Henri-Pierre-Louis de Lou- 
chart, fils de Pierre-Paul de Louchart, écuyer, sieur de 
Mottlion, capitaine au régiment de Piémont, et de dame 
Charlotte Chesneau. — 12 juin 1710. Baptême de René- 
Louis-Marie de Surville, fils de noble homme Jean.de 
Surville et de dame Françoise Mariteau. — 28 juin 1710- 
Abjuration de Pierre Auhel, matelot, du diocèse de 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E.— ARRONDISSEMENT DE LORIENT, — CANTON DU PORT-LOUIS. 93 



Saiûtes. — 18 janvier 1717. Baptême de Jean-Frauçois- 
Marie de Surville, né ce jour, fils de noble homme Jean 
de Sur ville, conseiller du Roi, receveur de ses droits au 
Port-Louis et trésorier des Guerres, et de dame Fran- 
çoise Mariteau ; parrain Jean-François Le Roux des Sau- 
drais; marraine demoiselle Catherine-Françoise-Marie 
de Surville. — 10 janvier 1720. Inhumation, dans le ci- 
metière de Notre-Dame, d'un soldat t expédié » à la ci- 
tadelle, pour cause de désertion.— 8 août 1723. Bap- 
tême de Denis-Pierre de Robien, fils de messire Pierre- 
Mériadec de Robien, major de la marine, et de demoi- 
selle Hélène de Brain. 

E. Suppl. 448. — GG. 6. (Cahiers.)— In-folio, 573 feuillets, papier. 

t1fie9-i945.— Trêve du Port-Louis. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 10 septembre 1724. Baptême, 
dans la chapelle de la citadelle, de François-Louis, nègre ; 
parrain écuyer François Burin de Ricquebourg, gouver- 
neur du Port-Louis, Hennebont et Quimperlé; marraine 
dame Marie-Louise du Parc, veuve de messire François 
Tranchant du Tret, seigneur de la Garenne. — 1729. 
Baptême d'un nègre âgé de 6 à 7 ans. — 1730. Baptême 
d'un nègre âgé de 19 ans. — 1«' mai 1733. Baptême de 
François-Simon Burin de Ricquebourg , fils de François 
Burin de Ricquebourg et de dame Marie-Louise Martin 
du Parc ; parrain Simon de la Vergue, écuyer, seigneur 
de Villeneuve, major du Port-Louis. — 9 août 1734. Ma- 
riage entre messbre' Jean-Christophe Dargy, chevalier, 
seigneur de la Châtre, et demoiselle Càtherine-Ieanne 
Aubert de la Ferrière. — 1735. Baptême d'un nègre. — 
12 juillet 1737. Baptême de Claude-Pierre de Saint-An- 
dré, fils d'écuyer Marc-Antoine de Saint-André et de 
dame Marie-Magdeleine Aubert de Vincelles; parrain 
écuyer Claude -Pierre de la Ferrière de Vincelles ; 
marraine Marie-Magdeleine de Rocherouze, dame de 
Kerguenel. — 23 avril 1743. Bénédiction de la cloche de 
la chapelle de la citadelle du Port-Louis ; parrain Fran- 
çois Burin de Ricquebourg ; marraine dame Catherine- 
Louise Delebarre, dame de MaroUes, femme de messire 
Pierre de Quatresols, écuyer, seigneur de MaroUes, in- 
génieur du Roi ; ladite cloche nommée Louise-Françoise. 

E. Suppl. 449. ~ 'GG. 7. (Cahiers.) — In-folio, 692 feuillets, papier. 

«94«-ii9e9. — Trêve du Port-Louis. — Bap- 
têmes, mariages et sépultures. ^ 19 mai 1746. Bap- 
tême de René-Marie-Christophe Dargy, fils de messire 
Jean-Christophe Dargy et de dame Jeanne-Renée de 






Coué ; parrain écuyer René Moëlien de Gonandour ; 
marraine dame Marie du Botdéru de Kerantré. — 13 dé- 
cembre 1746. Mariage entre Jacques- Robert de Cacheleu, 
écuyer, sieur de la Tourelle, et demoiselle Thomase Le 
Vasseur de Merville. — 13 décembre 1746 et jours sui- 
vants. Nombreux décès de soldats et de marins, ceux-ci 
provenant surtout des vaisseaux Le Tigre et Le Borée; 
inhumés à la fin dans un cimetière provisoire, hors ville. 
— 1750. Abjuration.— 5 janvier 1752. Baptême de 
Marc-Pierre Le Royer, né le 4 décembre 1751, fils de 
messire Félix-François Le Royer de la Sauvagère, che- 
valier, sieur d'Artezé, capitaine au régiment de Cham- 
pagne, ingénieur en chef des villes du Port-Louis et de 
Lorient et de toute la côte sud de Bretagne, et de demoi- 
selle Anne-Gatherine-Chariotte Audiger; parrain Marc- 
Pierre Le Voyer de Paulmy, comte d'Argenson, miuistre 
de la Guerre, représenté par messire Charles-Etienne 
Deschamps, commandant au Port-Louis ; marraine Ga- 
brielle-Élisabeth Desmotais, veuve de Marc-René-Alexi» 
de Valory, marquise de Destilly en Touraine, représen- 
tée par demoiselle Hyacint!îe de Clairani')ault, fille de 
messire Charles-Alexis de Clairambault, commissaire gé- 
néral de la Marine. Ledit baptême est célébré en grande 
pompe, < le régiment d'infanterie de Berwick-Irlandais, 
en garnison en cette place, étant sous les armes, bayonr 
nettes au bout du fusil, drapeaux déployés, les tambours 
battant aux champs, au bruit d'une salve de ddbze coups 
de canon, toutes les cloches de Téglise sonnant, en pré- 
sence du clergé assemblé et des RR. PP. Récollets, de 
tous MM. les officiers ou gentilshommes établis dans cette 
ville, des syndic et principaux habitants, etc. i — 7 août 

1752. Mariage entre Joseph-André de la Faudrière du 
Baudry et demoiselle Anne Huet. — 26 septembre 

1753. Baptême de Simon-Armand Véneron-Pesciolini, fils 
d'écuyer Jean-Jacques Véneron-Pesciolini et de demoi- 
selle Marie-Françoise-Catherine des Blottières ; par- 
rain Simon de la Ve»gue, écuyer, seigneur de Villeneuve, 
major du Port-Louis; marraine demoiselle Marguerite 
de Saint-André. — 19 janvier 1755. Baptême d'Antoine- 
René Le Royer, second fils de Félix-François Le Royer 
de la Sauvagère, etc. ; parrain Antoine-René Le Voyer 
d'Argenson, marquis de Paulmy, secrétaire d'État au dé- 
partement de la Guerre ; mêmes cérémonies que ci-des- 
sus. — 3 mars 1756. Baptême de Pierre Bouchot, n6 
ce jour, fils de Jean Bouchot atné , de Blaye, et de 
Jacquette Paillassa ; parrain Pierre Viez ; marraine Mi- 
chelle Caboureau , tous deux du Port-Louis. — 8 octobre 
1760. Baptême d'Ëmmanuel-Armand Boursier, fils de mes- 
sire Louis-Étienne Boursier, écuyer, commissaire des 






9l 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Guerres au département du Port-Louis , et de demoiselle 
Marguerite-Armande de Saint-André ; parrain Emmanuel- 
Armand du Plessis-Richelieu, duc d'Aiguillon, pair de 
France, commandant en chef de la province de Bretagne, 
représenté par M. le chevalier de Saint-Pern ; marraine 
demoiselle Perrine delà Perrière de Vincelles. — 13 mars 
4762. Bénédiction d'une cloche de l'église Notre-Dame , 
nommée Françoise-Magdeleine ; parrain messire Jean- 
Baptiste de Cavenac, commandant du Port-Louis ; mar- 
raine demoiselle Françoise-Magdeleine Bersolle , femme 
de Jacques Perron. — l""^ mai 1762. Baptême de Zacharie- 
Jacques-Théodore Allemand, né le môme jour, fils d'hono- 
rables personnes Philippe Allemand, officier de la marine 
du Roi , et demoiselle Marie- Jeanne Perron ; parrain et 
marraine honorables personnes Jacques Perron et de- 
moiselle Marie-Thérèse Allemand. — 7 juin 1762. Mariage 
entre messire René-François de Gouvello, seigneur de 
Rosmenô , et demoiselle Marie-Anne-Vincente JoUy. — 
9 février 1763. Mariage entre messire Ambroise Filhol, 
seigneur de Camas , et demoiselle Jeanne-Thérèse Béard 
des Bassières. — 12 août 1763. Baptême d'Yves-Marie 
Brantôme, né le même jour, fils d'Hilaire Brantôme et 
d'Annette Proux ; parrain honorable homme Yves Cariou ; 
marraine honorable femme Antoinette Le Galoudec. — 
8 juillet 1765. Mariage entre Germain-François-Joseph 
Dalbouy, seigneur du Pech, et demoiselle Elisabeth- 
Marie de Clairambault , fille de Charles-Alexis de Clai- 
rambault et de dame Hyacinthe de Ghapedelaine. 

E. Suppl. 450. — GG. 8. (Cahiers.) — In-folio, 617 feuiUets, papier. 

itYO-ilfOO. — Trêve du Port-Louis. — Baptêmes, 
mariages et sépultures. — 15 janvier 1772. Mariage entre 
messire Charles-Pierre Perrotté de la Fouillée de Rich^ 
bourg et demoiselle Marie-Brigitte Merigon de la Baume. 
— 12 janvier 1773. Mariage entre noble homme Fran- 
çois-Marie Guesdon de Kermoisan et demoiselle Marie- 
Françoise Béard du Dézert. — 1773. Abjuration. — 
16 mal 1780. Mariage entre messire Gildas Chrestien de 
Pommorio, sénéchal d'Hennebont, le Port-Louis et le 
port de Lorient , et demoiselle Marie-Anne Marchant. — 
22 juillet 1784. Mariage entre écuyer Joseph-Marie de 
Goetnempren et demoiselle Marie-Élisabeth Dufilhol, fille 
de noble homme Antoine-Hyacinthe Dufilhol , interprête 
des langues vivantes au Port-Louis. — 11 mal 1785. Ma- 
riage entre écuyer César-François de Puyferré et demoi- 
selle Louise de la Faudrière du Baudry de Kervégan, 
— 2 août 1785. Mariage entre mattre Louis-César Coudé 
du ForestOy avocat au Parlement, et demoiselle Marie- 



Modeste-Pauline Guillemaut de Beaulieu. — 12 septembre 
1785. Mariage entre messire César-Phœbus-Joseph de 
Filley de la Barre et demoiselle Marthe-Françoise de 
Sanguinet.— 2 mai 1786. Baptême de César-Louis- Aimé 
de Puyferré, fils de César-François de Puyferré, etc. — 
3 octobre 1787. Mariage entre messire Alain- Adélaïde- 
Marie de Bruillac, sieur de la Villeneuve, et demoiselle 
Marie-Anne-Marguerîte Le Veyer de Belair. — l»»" avril 
1788. Mariage entre messire Bernard-Pierre chevalier 
de Bruix et demoiselle Renée-Thérèse Tourtat, dame de 
Boisbrun. — 14 décembre 1788. Baptême de Jacques- 
Joseph-Marie de Coetnempren , fils de Joseph-Marie de 
Coetnempren, etc. 

E. Suppl. 451. — GG. 9. (Cahiers.) — In-folio, 363 fedUets, papier. 

t60e-t900. — Tables des baptêmes, mariages. et 
sépultures de la trêve du Port-Louis. 

£. Suppl. 452.— GG. 10. (Liasse.)— 4 pièces, parchemin; 239 pièces 

papier. 

ieM«ilf99. — Trêve du Port-Louis.— Comptes en 
charge et décharge rendus par le procureur de Téglise 
tréviale de Notre-Dame-de-PAssomption du Port-Louis, 
par le margu illier de la chapelle Saint-Pierre et par 
Fabbé de la fraîrie de la Sainte-Trinité dudit lieu; pièces 
à Tappui ; mémoires ; quittances. — Legs en faveur de 
Péglise Notre-Dame. — Baux à ferme de biens apparte- 
nant à la chapelle Saint-Pierre. — Inventaire des archives 
de Saint-Pierre. — Tableau de la rétribution des prêtres 
pour le service des fondations de Saint-Pierre et de 
Notre-Dame.— Bulles d'^indulgence du pape Clément XIII 
au profit de la chapelle Saint- Pierre. — Constifuts de la 
fabrique de Notre-Dame sur le clergé de France. 

E. Suppl. 453. — GG. 11. (Liasse.) — 97 pièces, papier. 

19 49- 19 99. — Règlement approuvé par l'évêque 
de Vannes pour les Petites-Écoles du Port-Louis. — 
Lettres de Tintendant de Bretagne et instructions du mi- 
nistère relatives : aux mesures à prendre contre les 
maladies contagieuses signalées successivement sur la 
côte d'Afrique (1749), dans le Portugal (1756-1757), en 
Pologne (1770), dans le Maroc (1784), à Alger (1787), et 
et à la répartition des frais faits dans ces diverses occa- 
sions entre les communautés du Port-Louis et de Lorient ; 
— à la mendicité et au vagabondage ; — à Padmission 
dans les hôpitaux des bas-officiers invalides ou pension- 
nés ; — aux cours d'accouchement et à la machine de 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DU PORT-LOUIS. 95 



M"^ du Coudray ; — aux secours accordes aux familles 
acadiennes importées en Bretagne ; — au traitement des 
personnes noyées ou asphyxiées ; — à divers cas de ma- 
ladies et à la distribution gratuite de boites de remèdes 
aux malades nécessiteux des campagnes ; — au logement 
à fournir au médecin de Thôpital ; — au travail à pro- 
curer aux ouvriers. 

E. Suppl. 454.— IIH. 1. (Liasse.) — 3 pièces, parchemin ; 144 pièces, 

papier. 

1099-1990. — Lettres de Tintendant de Bretagne 
concernant : les mines de la province ; — le prix des 
grains et la taxe du pain ; — la fabrication et le com- 
merce des cuirs ; — Texploitation des poudres et sal- 
pêtres du Port-Louis ; — la situation agricole de l'île de 
Croix et les moyens de l'améliorer ; — l'administration 
des diligences* et messageries; — la vérification des 
droits qui se perçoivent sur les grains et farines ; — leur 
exportation ; — la condition civile des Noirs existant en 
Bretagne ; — l'introduction des bestiaux dans les pays 
ravagés par Tépizootie ; — la pèche des huîtres. — Procès 
soutenu par la communauté de ville , au nom des habi- 
tants, contre le fermier des fours banaux du Port-Louis, 
au sujet des prix arbitraires auxquels il taxait la cuisson 
du pain. — Mémoire de la ville du Port-Louis tendant à 
obtenir que cette ville soit un des ports francs promis 
par le Roi aux États-Unis d'Amérique. — Rapports et 
correspondances des commissaires des États relative- 
ment : aux travaux projetés pour la navigation intérieure 
en Bretagne ; — à la culture du chanvre dans cette pro- 
vince. 

E. Suppl. 455. — II. i. (Liasse.) — 2 pièces, papier; 1 dessin sur 
pai'chemin ; 1 carte coUée sur toile. 

I9e4-I99i« — Carte géométrique de la province de 
Bretagne , dédiée et présentée à Nosseigneurs les États 
(iie) par leur très- humble et très-obéissant serviteur 
Ogée, ingénieur des Ponts-et-Chaus&ées et ingénieur- 
géographe de la province. Gravée en 1771. — Dessin 
à la plume des armoiries du Port-Louis (une ancre sur- 
montée de 3 fleurs de lys) , xviii® siècle. — Inventaires 
des archives de la communauté de ville du Port-Louis. 

COMMIJNB DE RuifTEG. 

E. Suppl. 456. — GG. 1. (Cahiers.) — la-foUo et ia-4* , 537 feuilletft, 

papier. 

ift^v-iiass.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 6 février 1610. Baptême de Jacquette Talvas, flUe de 



Vincent Talvas et de Julienne Mocarre; compère Jacques 
du Bahuno, écuyer, sieur de Cohignac, etc.; commère 
demoiselle Jacquette de Cosnoal, dame de la Demiville, 
de Kermadehoué et autres lieux. 

E. Suppl. 457. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio et in-4», 502 feuUlets, 

papier. 

1095-1 9 teo. — Baptêmes, mariages et sépultures; 

— 10 octobre 1702. Mariage entre Guillaume de Langle, 
écrivain du Roi, et Magdeleine Fournier.— 23 novembre 
1716. Mariage entre Balthazar de Pages, seigneur de la 
Vernède, capitaine au régiment de Louvigny, et demoi- 
selle Marguerite Gouzronc. — 6 décembre 1718. Mariage 
entre Jean-Jacques Barbon, écuyer, seigneur de Ple- 
maret, commandant le 2» bataillon du régiment de Lou- 
vigny , et noble demoiselle Anne Aubert de la Perrière 
de Vincelles. — 22 janvier 1719. Baptême de Claude- 
Jacquette de Cosnoal, fille de messire Marc- Antoine de 
Cosnoal, seigneur du Cartier, et de dame Jacquette 
Belenfant ; parrain Marc-Jacques-Jean de Cosnoal; mar- 
raine dame Claude-Emmanuelle Gelin de Trèmergat, 
dame de Laval. 

E. Suppl. 458. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 495 femllets, papier* 

ItîM-ilfA»*— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 7 octobre 1721. Mariage entre noble homme Yveg 
Le Meur, de la paroisse de Groix, et noble demoiselle 
Catherine de Baud, dame de Pratmeur, de la paroisse 
de Riantec. — 22 juin 1734. Bénédiction par messire 
Claude Le Febvre de la JaUlerie , recteur de Riantec et 
du Port-Louis, d'une cloche refondue pour servir à la 
chapelle de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, située au 
village de Locmalo en Riantec ; ladite cloche nommée 
Françoise -Catherine -Elisabeth par messire François 
Burin, seigneur de Ricquebourg, commandant des ville 
et citadelle du Port-Louis, et par dame Catherine-Elisa- 
beth Bouilling, dame d'Espréménil — 7 février 1735. 
Mariage entre messire Louis-Fiacre de Blois, capitaine 
au bataillon du Mellanger, milice de Touraine, et demoi- 
selle Jeanne Capelle. — 31 octobre 1735. Inhumation, 
dans le porchet de l'église paroissiale de Riantec, de 
Denis Okerelly , religieux dominicain , aumônier sur les 
vaisseaux. — 17 septembre 1736. Mariage entre messire 
Marc-Antoine de Saint-André , enseigne des vaisseaux 
du Roi, et dame Magdeleine Aubert, dame du Plessîs. 

E. Suppl. 459. — GG. 4. (Cahiers.) — In-foUo, 514 feumete, papier. 

1948-1908.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 29 mars 1746. Mariage, dans la chapelle Notre-Dame- 



96 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



des-Anges, en Riantec, entre Alain- Jean de Bruillac, 
écuyer, seigneur de Villeneuve, et demoiselle Claude- 
Jacquette de Cosnoal du Cartier. — Note de 1746 : 
c Année où les Anglais descendirent au Pouldu en Ploe- 
meur, attaquèrent Lorient et brûlèrent Quiberon. > — 
11 mai 1751. Mariage entre messire Nicolas de Lée, 
écuyer, capitaine au régiment irlandais de Lally-Infan- 
terie, en garnison au Port-Louis, et demoiselle Jeanne- 
Victoire Cordier de Kerouallan. — 16 janvier 1760. Ma- 
riage entre Richard Coghlan et demoiselle Marie-Anne 
du Cloistre. — 3 juillet 1762. Baptême de Perrine-Mar- 
guerite-Françoise de Longchamps, née à Brest en 1752, 
fille de M. de Longchamps, lieutenant des vaisseaux 
du Roi. 



£. Suppl. 460. — GG. 5. (Cahiers.)— In>folio , 829 feuillets , papier. 

19041-1900. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
-=•21 octobre 1785. — Inhumation de messire Joseph- 
Louis de Percy, fils de haut et puissant seigneur messire 
Louis-Éléonore-François de Percy, ancien officier de 
dragons , brigadier des Fermes du Roi , et de haute et 
puissante dame Angélique Picot de Peccaduc. — xviii* s. 
Nombreuses sépultures de cadavres trouvés à la cAte , le 
plus souvent inconnus ; pour les individus qui sont re- 
connus, ils ne reçoivent la sépulture ecclésiastique que 
s'il est prouvé qu'ils n'ont pas attenté eux-mêmes à 
leurs jours. 

Commune de SAiNTE-UÉLiNE. 

£. Suppl. 461. — GG. 1. (Cahiers.)— In-folio et in-4«, 23 feuiUeU, 

papier. 

19 91 -«900. — Trêve de Sainte-Hélène, dépendant 
de la paroisse de LocoaL— Baptêmes, mariages et 
sépultures. — 3 mars 1781. Baptême de Louis Le Chape- 
lain, fils de Pierre Le Chapelain et d'Anne Cado, gens 
djB labeur du village de Kervégant; parrain Louis 
Ferennès, de la paroisse de Plouhinec ; marraine Marie- 
Jfosèphe Kergozien, de Sainte-Hélène.-.- 31 janvier 1785. 
tiariage entre Joseph Jaiiré, fils de Jean Jaffré et de 
Jteanne Le Person ; et Marie-Renée Le Formai , fille de 
Jean Le Formai et de Marie Le Nézet. — 17 février 1789, 
Mariage entre François Le Person, dis de Joseph Le 
Person et de Vincente Le Boulh ; et Marie-Jeanne Stéphan, 
jUle 4e Jean Stéphan et de Marie-Jeanne Le Bouédec. 



Canton de Quiberon. — Commune df. Carnâc. 
E. Suppl. 46-2.— GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 42i feuillets, papier. 

1080-1909. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 6 octobre 1633. Inhumation d'un particulier dans un 
jardin, « à cause qu'il était mort de peste. » On y enterre 
de même sa femme et un de leurs enfants. Suivent une 
trentaine de décès attribués également à une peste, 
contagion ou épidémie , jusqu'au mois de juin 1634; 
toutes ces dernières inhumations ont lieu dans le cimetière 
de Carnac. (1) — 26 avril 1635. Baptême d'Anne Herman, 
fille de noble homme Jean Herman, sieur de Chesnevert 
et de Kercado, et de demoiselle Catherine Guillemin; 
parrain vénérable et discret messire Philippe du Ponlro- 
ger, prieur de Gàvre; marraine demoiselle Anne de 
Larlan. — 27 mai 1643. Baptême de Jacques Sorel, 
fils de messire Jean Sorel, seigneur de Salarun, du Latz, 
etc., et de dame Anne de LarJan ; parrain messire Jacques 
Sorel, seigneur du Bois-de-la-Salle ; marraine dame Anne 
du Botdéru , femme de haut et puissant Louis de 
Rimaison, seigneur dudit lieu. — 6 avril 1649. Baptême 
d'Anne Rio, fille de Laurent Rio et de Françoise Deslauriers; 
parrain Guillaume Guillemot, écuyer, sieur de Kerbodo; 
marraine dame Anne de Larlan. — 9 septembre 1698. 
Baptême de Vincent-Marie de Talhouet, né le même jour, 
fils de messire Germain-Joseph de Talhouet, chevalier, 
seigneur de la Grationnaye, et de Marie-Catherine Pezron; 
parrain Vincent de Robien , chevalier , seigneur de 
Sainte-Geneviève ; marraine Marie de Carheil , dame de 
Penlan. — 13 novembre 1698. Baptême d'Anne de 
Talhouet, née quinze mois environ auparavant et ondoyèe 
à Saint-Gildas d'Auray, fille de messire Germain-Joseph 
de Talhouet, etc.— 16 septembre 1700. Baptême de 
Catherine-Thérèse de Talhouet, née le 14 septembre de 
rann«^e précédente, fille de Germain-Joseph etc. ; parrain 
Jérôme-David Pezron , sieur de Penlan ; marraine 
demoiselle Catherine-Thérèse de Talhouet, dame de la 
Grationnaye. — 17 mars 1702. Baptême de Vincent* 
Joseph de Talhouet, né le 25 novembre 1700, fils de 
Germain-Joseph etc. ; parrain messire Vincent du Bot, 
chevalier, seigneur du Grégo; marraine dame Hélène- 
Monique de Langle, dame de la Boulaye.— 29 juin 1702. 
Baptême de Marie-Anne de Talhouet , née ce jour, fille 
de Germain-Joseph etc.— 14 juillet 1703. Baptême de 
Joseph Jégou, né le 9 juin précédent au château du Latz, 
fils de messire François-René Jégou, chevalier, seigneur 

(1) Extrait d^un cahier de sépultures qui fait aujourd'hui partie 
des archives du grefie du tribunal de Lorient. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE LORIENT. — CANTON DE QUIBERON. 97 



de Paule, du Latz, de Trégarantec, etc., et de dame 
Marie-Thérèse Gargian. — 22 novembre 1703. Baptême 
de Cécile-Elisabeth de Talbouet, née ce jour, fille de 
Germain-Josepb etc. 

E. Sappl. 463.-. GG. 2. (Cahiers.)— In-folio, 584 feuiUets, papier. 

t9to-tlf89. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 21 avril 1713. Inhumation de missire Jean Le Toullec, 
recteur de Carnac , mort d'une attaque d'apoplexie. — 
1717 et années suivantes. Les baptêmes des enfants 
illégitimes sont inscrits à la fin de chaque cahier, à 
l'envers. — 31 octobre 1726. Mariage entre messire Jcan- 
Josepb de Talbouet, chevalier, seigneur de Boisorhant, 
et demoiselle Françoise Le Hezec, dame de Kerlutu. — 
6 mars 1732. Baptême de Jules-Jean-Thomas Le Mezec, 
né au château de Kercado , fils de messire Louis-Marie- 
Joseph Le Mezec, seigneur de Kerbois, et de dame Louise 
de Robien; parrain messire Jean-Thomas de Robien de 
Ré ; marraine demoiselle Julie Le Mezec du Parco. — 
15 mars 1732. Inhumation de messire Toussaint-Raymond 
Le Gryl du Guern , recteur de Carnac. 

E. Sappl. 464. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 528 feuillets, papier. 

t988««95i« — Baptêmes, mariages et sépultures. 
^ 16 avril 1736. Mariage, dans la chapelle de Kercado, 
entre messire René de Champeaux, chevalier, seigneur 
de Trégouet, de la paroisse de Béganne, et noble 
demoiselle Julienne-Marguerite Le Hezec du Parco, de 
h paroisse de Plumergat. — 29 juillet 1738. Baptême de 
lean-Louis Le Mezec, fils de Louis-Marie-Joseph Le 
Hezec, écuyer, seigneur de Kerboch, Kerlutu, Kercado, 
etc., et de dame Louise de Robien. 

E. Sappl. 465. — GG. 4. (Cahiers.) — In-folio, 571 feuiUeU, papier. 

1959-1999.-- Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 22 avril 1752. Baptême d'Antoine- André Benoist de 
la Barre, fils d'André-Henri Benoist de la Barre et de 
demoiselle Jeanne-Rose Ponsard. — 1763. Bénédiction , 
par missire Caradec , recteur de Carnac , de la cloche de 
la chapelle de Saint-Aubin du Hanhon. — 23 avril 1778. 
Baptême de François-Ange-Marie Richart de la Marre , 
fils de Jean-Marie Richart de la Marre et de dame Marie- 
Anne Le Brech. 

E. Suppl. 466. — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 469 feuillets^ papier. 

i999-l99i. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 17 septembre 1783. Baptême d'Eugène-Pierre-Marie 



Jehan du Cosquer, né au château de Kercado, fils de noble 
homme Jean-Marie-Emmanuel Jehan da Cosquer et de 
dame Marie-Claude-Perrine Henry du Parc. — 25 janvier 
1784. Baptême de Joseph-Louis de Percy, fils de haut 
et puissant seigneur Louis-Eléonore-Frahçois de Percy, 
ancien officier de dragons, et de haute et puissante dame 
Angélique Picot de Peccaduc. — A juin 1790. Baptême 
de Marie-Félicité du Marquet , fille de François-Nicolas 
du Marquet, écuyer, brigadier d'ordre dans les Fermes 
du Roi, et de dame Renée-Perrine de Brossard ; parrain 
Jean-Félix de Brossard, écuyer, alloué des juridictions 
de Horéac ; marraine dame Marie-Françoise Gandon. 

Communs db Plouhabnel. 

E. Suppl. 467. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio et in-4«, 46&feuillets, 

papier. 

lft94-teso.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 2 février 1599. Baptême de Julien Le Bail, fils de 

Guillaume Le Bail et de Marie Le Qucllec; compères 

Jean Belz et Pierre Le Bail ; commère Julienne Camper; 

ledit baptême administré par missire Pierre Josse, curé, à 

Notre-Dame-du-Fleur (aujourd'hui : des-Fleurs), chapelle 

voisine du bourg, <c à cause de la contagion quy estoyt 

pour lors en la parroesse de Plouharnel. > Il en est de 

même pendant le mois de mars. — 25 mars 1599. 

Baptême d'un fils (sic) de nobles gens Pierre Le Priolic 

et Jeanne Brient, sieur et dame de Kergrose ; compères 

nobles gens Yves de Kerpezdron, sieur de Kercazdre , et 

Jean Perennès ; commère demoiselle Isabeau Dullen , 

dame de Treulan. — 10 juin 1640. Baptême de Claude 

Le Pendu , fils d'honorable homme Jérôme Le Pendu et 

de demoiselle Jeanne de Kerpezdron , sieur et dame du 

Bahuno ; compère Claude Robelot , seigneur de la 

Yoltaye ; commère honorable femme Yvonne Bellégo. — 

26 mars 1660. Baptême de Gilles de Launay, fils de 

nobles gens Guillaume de Launay et Perrine Le Pendu , 

sîeur et dame de Kerisperz ; parrain vénérable et discret 

missire Gilles Runigo, recteur de Plouharnel ; marraine 

demoiselle Vincente Le Priolic, dame du Léez. 

E. Suppl. 468. — GG. 2. (Cahiers.) ~ In-foUo et in4« , 358 feuillets, 

papier. 

tOS9-t1f85« — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 15 janvier 1697. Mariage entre noble homme Jacques 
Le Prado, sieur de Kergoff,.et demoiselle Marie de 
Launay. — 26 novembre 1708. Baptême de Jean-François 
de Launay, fils de noble homme Vincent de Launay et 



Morbihan. — Tomb IV. — Suppl. Série E. 



13 



98 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



de demoiselle Marie-Barbe Le Toullec. — 13 novembre 
1718. Bénédiction de la cloche de la chapelle Saint-Gilles 
par missire Georges Le Lamer, recteur de PlouharneL 

— 24 septembre 1720. Mariage entre noble homme 
André Nouel, sieur de Trébont, et demoiselle Françoise 
Le Prado, fille de noble homme Jacques Le Prado et de 
demoiselle Marie de Launay. — 30 avril 1731. Mariage 
entre Guillaume-François Boutouillic, écuyer, seigneur 
de Kergonan et de la Porte, conseiller du Roi au présidial 
de Vannes, et demoiselle Marie-Anne Le François, dame 
de la Pouparderie, native de Rouen. 

E. Suppl. 469. — GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 649 feuillets, papier. 

t949-t99t« — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 23 juillet 1745. Inhumation de noble et discret 
messire Alexis Brochereul de Rosmoilien, recteur de 
PlouharneL— 10 septembre 1754. Inhumation d'Edme- 
Germain de Rambut, employé dans les Fermes de la 
province de Bretagne. — Milieu du XVIII« siècle. 
Nombreuses sépultures de noyés trouvés à la falaise, 
enterrés avec la permission de l'Amirauté. — 5 mai 1771. 
Baptême de Jean Rohu , né le même jour au village du 
Pont-Neuf, fils de Jules-Joseph Rohu, syndic des classes 
de la marine, et de Louise Le Bagousse; parrain et 
marraine Jean Rohu et Jeanne Le Bideau , tous deux du 
bourg de PlouharneL — 10 septembre 1788. Baptême 
d'IIenri-Marie-Joseph deQuénechquivillic, fils d'Henri de 
Quénechquivillic , écuyer , sieur de GazoUes , et de dame 
Marie-Anne-Jeanne Chardevel, demeurant au château de 
Kergonan; parrain Henri-Joseph-Marie Thierry, con- 
trôleur général de la Ferme de la province ; marraine 
demoiselle Mélanie Chardevel. — 23 septembre 1788. 
Baptême de Pierre-Julien Le Bail , fils de Julien Le Bail 
et de Barbe Tanguy. 

Commune de Quiberon. 
E. Suppl. 470. — GG. 1. (Cahiers.) — In-foUo , 545 feuillets, papier. 

1099-1 lf99.— Baptêmes, mariages et sépultures, 

— 20 mars 1679. Baptême de Pierre Le Toullec, fils de 
Pierre Le Toullec et de Marie Rohu; parrain Vincent 
Le Toullec ; marraine Marguerite Le Toullec ; ledit bap- 
tême administré par missire Jean Le Toullec , vicaire de 
Quiberon. — c L'onzième jour de novembre mil six cent 
quatre-vingt-un, je certifie qu'il vint à nos côtes un 
vaisseau de Dieppe, nommé Le Prince, et qui y fit nau- 
frage, et que j'ai inhumé en terre bénite les corps de 
trois catholiques qui se nomment, selon la déclaration 



du pilote, le premier Gautier, cuisinier de M. l'ambassa- 
deur d'Aupède en Portugal, le second Augustin, valet 
de pied dudit ambassadeur, le troisième Nicolas, du 
Havre. [Signé :] Le Toullec, vicaire de Quiberon. > — 
18 juillet 1690. Bénédiction nuptiale donnée à noble 
homme Pierre Loréal , procureur-fiscal de Belle-Ile, et à 
demoiselle Antoinette Templier, tous deux de la paroisse 
Saint-Gérand du Palais en B-îUe-Ile, en présence de noble 
homme Pierre Lespineu, intendant de M"*«» Fouquet, etc. 
— 5 avril 1691. Inhumation, au cimetière de Quiberon, 
de vénérable et discret missire Julien Rio , prêtre de la 
paroisse de Locmariaquer, c qui , ayant naufragé dans 
la rivière de Vennes par rigueur du temps, il y a environ 
trois ou quatre semaines, son corps fut trouvé, le même 
jonr que ci-dessus, à la côte, et lui avons donné la sé- 
pulture ecclésiastique; nous prions Dieu de donner aussi 
le repos à son âme. Requiescat in pace, amen. [ Signé : ] 
Pierre Thomas, vicaire de Quiberon. » — 6 avril 1692. 
Inhumation de plusieurs matelots d'un navire qui avait 
fait naufrage à la côte le jour de Pâques. — 26 novembre 
1715. Mariage entre noble homme Hyacinthe-Augustin 
de Livoys de Kerfilis, de la paroisse de Saint-Caradeo- 
Hennebont, et demoiselle Guillemette Le Quellec, du 
Menée en Quiberon. 

E. Suppl. 471. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 514 feuillets, papier, 

l9SO-i9tttt«— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 1746. Descente des Anglais à Quiberon. — xviu» siècle. 
Nombreuses inhumations de cadavres trouvés à la côte , 
avec la permission de l'amirauté de Vannes et de la sé- 
néchaussée d'Auray.— 18 novembre 1755. Mariage entre 
Jacques-Guillaume de Livoys, fils d'Hyacinthe-Augustin 
de Livoys, etc.; et Marie Le Guennec, fille de Jean Le 
Guennec et de Marie Auffret. — 15 avril 1760. Mariage 
entre Joseph de Cadenet , natif de Provence , et demoi- 
selle Marie-Eugénie Le Toullec, fille de Grégoire Le 
Toullec et d'Anne Le Quellec. — 9 septembre 1764. Bap- 
tême de François-Jean-Marie de Kernavanoys, fils de 
Louis-François de Kernavanoys de Bolsdavy , sous-briga- 
dier dans les Fermes du Roi , et de dame Yincente-Fran- 
çoise France de Rochonvillé. 

E. Suppl. 472. — GG. 3. (Cahiers.)— In-foUo, 513 feuiUets, papier. 

I'9ea-i99i.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 10 juin 1766. Mariage entre Pierre-Nicolas Galpin et 
demoiselle Marie-Jeanne France de Rochonvillé, fille 
d'Adam France de Rochonvillé et de demoiselle Yvonne 



-1 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. — CANTON DE GUER. 



99 



Le TouUec. — 13 octobre 1768, Permission accordée par 
Ut^ de Bertin, évêque de Vannes, aux (rairiens de Saint- 
Pierre de Quiberon d'établir un tabernacle à la chapelle 
dudit Saint-Pierre et d'y garder le Saint-Sacrement, à la 
condition qu'ils entretiendront devant ce tabernacle une 
lampe allumée jour et nuit , que cette permission sera 
toujours révocable et que Ton ne pourra jamais s'en pré- 
valoir pour regarder la fraîrie de Saint-Pierre comme 
une trêve de Quiberon. — 22 août 1786. Mariage entre 
Jean- François Le Toullec, fils de Toussaint Le Toullec 
et de demoiselle Anne Le Rouzic ; et demoiselle Anne- 
Eulalie de Livoys , fille de Jacques-Guillaume de Livoys 
et de Marie Le Guennec. — 23 septembre 1786. Inhuma- 
tion, dans le cimetière de la chapelle Saint-Pierre, 
d'écuyer Louis-François de Kernavanoys du Boisdavy, 
décédé à sa maison du village de Kerdavid. — 21 août 
1787. Mariage entre maître Jacques -Marie-Toussaint 
Kergrohen, procureur du Roi à la sénéchaussée d'Auray, 
fils de maître François-Joseph Kergrohen et de dame 
Marie-Anne-Marguerite Henry de Kernivily ; et demoi- 
selle Marie-Félicité de Cadenet , fille d'écuyer Joseph de 
Cadenet et de dame Marie-Eugénie Le Toullec. 



ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. 

Canton de Guer. — Commune d'Augan. 
E. Suppl. 473. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folio, 480 feuUlels, papier. 

iftSO«te«9« — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 31 janvier 1585 (1). Baptême de Jean de Lésenet, fils 
de noble homme Julien de Lësenet, seigneur de la 
Roche, et de noble demoiselle Françoise Flouy; par- 
rains noble homme Jean Flouy, seigneur des Croix, et 
noble homme frère Pierre Rado , sieur de Saint-Lorans ; 
marraine demoiselle Isabeau du Guioy, c mère aïeule i 
de l'enfant. — 27 octobre 1588. Baptême de Mathurine 
de Lémo, fille de noble homme Guy de Lémo et de de- 
moiselle Jeanne Rogier, sieur et dame de Lëmo , Ba- 
ralon, etc.; parrain noble homme Jacques du Guiny, 
seignenr de la Garoulaye , la Biardaye et Bonaban ; 
< grand'-marraine » demoiselle Mathurine de Lémo, 
dame de Hanborel; c petite marraine » demoiselle Anne 
de Lémo.— 30 mars 1590. Baptême de Nicolas de Lémo, 
fils de Guy de Lémo , etc. ; parrains noble homme Ni- 
colas de Quéjau, sieur du Pièclo, et Jean de Lésenet, 

(1) Cet article, ainsi que plusieurs autres suivants, jusqu'à Tannée 
1017 , a été extrait de registres actuellement déposés au greffe du 
tribumal ée Ploênnel. 



sieur de la Vilie-Rouaud ; marraine demoiselle Françoise 
Rogier. — Dès 1590, les inhumations se font soit au ci- 
metière d'Augan, soit dans Téglise paroissiale, soit dans 
les cimetières ou dans les chapelles du Binio, du Gerguy, 
de Sainte-Catherine. — 23 octobre 1591. Inhumation, 
dans l'église d'Augan, de nol)le homme .... Lestournel, 
sieur de la Viile-Rouaud. — 12 août 1594. Inhumation, 
dans l'église d'Augan, de Philippe de Belouan, écuyer, 
sieur de la Villcfier, de Botplevan, du Vaujouan, de la 
Prévotaye en Tréal, etc. — 9 août 1597. Inhumation, 
au chanceau de Tégllse paroissiale, de René de Lësenet, 
écuyer, sieur des Marcheix, de la Villeder, la Ville- 
Rouaud, le Bois-Josselin , la Touche, la Gourgandaye, 
etc., décédé à Rennes. — 22 décembre 1598. Bénédiction 
de la seconde cloche de la paroisse d'Augan , nommée 
Claude; marraines demoiselle Claude de Bellouan, dame 
de la Villefier, de la Fresnaye, Botplevan, le Vaujouan , 
etc., et demoiselle Gillette de la Fresnaye, sa fille; par- 
rains maître Pierre Brunel, sieur de la Ville-Cadio, et 
Germain de Bien-Marchant. ~ 19 janvier 1600. Baptême 
de Guillaume Le Douarain, fils de noble homme Jean Le 
Douarain et de demoiselle Michelle Lucas , sieur et dame 
de Cambrigo ; parrain noble homme Guillaume Lucas , 
sieur de Lesmoral ; marraine Jeanne Le Douarain. — 
13 juillet 1600. Inhumation, dans l'église paroissiale, 
dans la chapelle etenfeu de Beaurepaire, de Hathurin 
Phelippes, écuyer, sieur de la Ville-Orio , décédé à la 
maison de Beaurepaire. — '^l février 1601. Inhumation, 
dans la chapelle et enfeu de Lémo , de Guy de Lémo, 
écuyer, sieur dudit lieu , de Baraton , de Fief-au-Gaffre, 
etc., fils de nobles gens Gabriel de Lémo et demoiselle 
Raoullette du CouèJor, sieur et dame desdits lieux. — 
11 juin 1601. Baptême de François de la Fresnaye, fils 
d'écuyer François de la Fresnaye et de Claude de Bel- 
louan, sieur et dame de la Fresnaye et de la Villefief ; 
parrain noble et puissant François de Carné , sieur de 
Rosampoul, de la Touche-Carné et de la Salle; marraine 
demoiselle Perronnelle de Trécesson , dame de la Bé- 
doyère. — 18 février 1602. Baptême de Siméon du Bois- 
guéheneuc, fils d'écuyer Jacques du Boisguéheneuc et de 
demoiselle Renée de Lësenet, sieur et dame de la 
Villerio , de la Pouesnaye , etc. ; parrain Simëon du 
Guiny, écuyer, sieur de la Biardaye; marraine demoi- 
selle Jeanne du Boisguéheneuc, dame de Brambro. — 
29 mai 1602. Baptême d'Hélène de Porcaro, fille d'écuyer 
Jean de Porcaro et de Jeanne des Timbrieux, sieur et 
dame de Gondras ; parrain Alain Lescouble , écuyer , 
sieur de la Gouraye; marraines demoiselles Françoise 



100 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Lescoable, dame du Poiit--Chevrier , et Jeanne Les- 
couble, fille aînée dudit sieur de la Gouraye. — 22 août 
1602. Baptême de Guillaume de Gourdan, filsd'éGnyer 
Olivier de Gourdan et de demoiselle Magdeleine de la 
Landelle, sieur et dame de la Chaussée ; parrains Guil- 
laume de Belouan, ècuyer, sieur de la Minière, et maître 
Guillaume Galliot ; marraine demoiselle Perronnelle de 
Porcaro, dame des Touches. — 1605-1606. c En Tan 
mil six cent cinq , au mois de juin, en la première se- 
maine dudit mois , la maladie contagieuse prit au village 
du Colle. > Nombreux décès. Au mois de juillet, le fléau 
attaque le village du Pourcaud ety fait encore des victimes. 
Il reparaît, en janvier 1606 , au village du PLxis; nou- 
veaux décès jusqu'au mois de mai.— 18 novembre 1605- 
Bénédiction de la grande cloche de Téglise paroissiale , 
nommée Jeanne ; parrain noble homme Jean du Bois- 
guéheneuc , sieur de la Poinays ; marraines demoiselle 
Jeanne Rogier, dame de Lémo, et demoiselle Renée de 
Lésenet, dame de la Villerio. — 2 mai 1607. Mariage 
entre Jean de la Ruée, écuyer, sieur dudit lieu, delà 
Vallière, etc., et demoiselle Françoise Desgrée, dame de 
Boquldé, fille d'ëcuyer Julien Desgrée et de demoiselle 
Marie de Quéjau, sieur et dame de la Touraille, Quéjau, 
Le Gaffre et autres lieux. — 24 juillet 1608. Mariage, 
dans la chapelle de Sainte-Catherine , entre maître René 
de la Touche et demoiselle Jeanne de Morzellec, dame 
du Bignon. — 11 avril 1609. Inhumation, dans la cha- 
pelle de Lémo à Téglise paroissiale , de Jean de Lémo , 
écuyer, sieur dudit lieu. — 3 septembre 1609. Mariage, 
dans réglise paroissiale de Saint-Malo-de-Beignon, entre 
maître Pierre Brunel , sieur de la Ville-Cadio , et hono- 
rable fille Perronnelle Macé. - 8 soptembre 1609. Inhu- 
mation , dans la chapelle de Lémo , de Charles de Lémo, 
écuyer, sieur dudit lieu, fils de Guy de Lémo et de 
Jeanne Rogier, sieur et dame de Lémo. — 8 juin 1611. 
Inhumation, dans l'église de Campénéac, en la chapelle 
et enfeu de Quéjau , de Julien Desgrée, écuyer, sieur de 
la Touraille , fils d'écuyer Prégent Desgrée et de demoi- 
selle Jeanne de Gerguy , sieur et dame de la Touraille. 
21 mai 1617. Baptême de Gillette du Guémadeuc, fille 
de haut et puissant messire Thomas du Guémadeuc et de 
Gillette de la Fresnaye, sieur et dame de Cadoudal, 
Beaurepaire, etc.; parrain messire François de Carné , 
sieur de Rosampoul , Castelan , etc. ; marraine dame 
Gillette Hay> femme de messire Pierre de Trécesson, 
vicomte dudit lieu, de Talcouesmeur, etc. — 13 juillet 
1617. Baptême d'Anne Doussay, fille de nobles gens 
Julien Doussay et Julienne de la HouUe, sieur et dame 



de l'Abbaye, la Villenart, etc.; parrain YvesLarcher, 
écuyer, sieur de la Touche et de Gourhert; marraines 
demoiselle Anne Bréhault, dame de la Garoulaye et de la 
Gras^ et Jeanne de Francheville, dame du Cosquer. — 
18 janvier 1618. Inhumation, dans Tenfeu de la maison 
de la Roche à l'église paroissiale, de demoiselle Jeanne 
de la Touche , dame de la Roche et de la Houssaye. — 
3 février 1621. — Baptême de Mathurin Brunel, fils de 
maître Pierre Brunel, sieur de la Ville-Cadio, et de 
Perronnelle Macé ; parrain Guillaume Macé , fils de feu 
maître Roland Macé, sieur de la Brousse ; marraine Ma* 
thurine Pellerin.— 4 novembre 1621. Baptême de Jeanne 
de Lésenet, fille d'écuyer Pierre de Lésenet et de de- 
moiselle Renée Briand, sieur et dame de la Roche ; par- 
rain Abel de Lésenet , écuyer, sieur de la Houssaye ; 
marraine demoiselle Jeanne de Lésenet, dame du Pontlor. 

— 5 janvier 1623. Baptême de Charlotte Errien, fille 
d'écuyer Julien Errien et de demoiselle Jeanne de 
Bréhant, sieur et dame du Vergier, de la Gouzays , etc. ; 
parrain messire Jean de Lésenet, seigneur de la Villedel, 
de Lémo, Baraton, etc., chevalier de l'ordre du Roi ; 
marraine demoiselle Jeanne de Bréhant, veuve de Pierre 
Avril, écuyer, sieurduLoup-Kergo.— 29 août 1624. Bap- 
tême de Biaise Errien , fils de Julien Errien , etc. ; par- 
rain Biaise PoUuche, écuyer, sieur de la Bourdelaye; 
marraine demoiselle Jeanne d'Avaugour , fille aînée du 
seigneur de la Lohière , dame de la Guichardaye. — 
16 janvier 1626. Inhumation, dans le chanceaa de 
l'église paroissiale, de Jean Desgrée, écuyer, sieur de la 
Touraille , fils d'écuyer Julien Desgrée et de demoiselle 
Marie de Quéjau. — 28 octobre 1626. Inhumation , dans 
la chapelle du Binio, de Jean Errien, écuyer, sieur da 
Prèneuf. — 9 juin 1628. Inhumation, dans i'enfeu de la 
Villefier à l'église paroissiale , de demoiselle Claude de 
Belouan, dame de la Fresnaye, fille d'écuyer Jean de 
Belouan et de demoiselle Françoise d'Arradon. — 19 juillet 
1628. Inhumation, dans l'église paroissiale, de messire 
Jean de* Lésenet, sieur de la Yilleder. — 2 décembre 
1630. Inhumation, dans le chanceau de l'église parois- 
siale, de Mathieu delà Planche, écuyer, sieur des Clos. 

— 19 février 1635. Mariage entre François Picaud , 
écuyer, sieur du Chesnoran, de la paroisse de Ploêrmel, 
et demoiselle Guillemette Brunel.— 15 juin 1636. Baptême 
d'Augan-Pierre Le Douarain, fils d'écuyer Jean Le Doua- 
rain et de demoiselle Perronnelle PoUuche, seigneur et 
dame du Tertre, de la Touraille, la Croix-Orain; etc. ; 
parrain Jacques PoUuche , écuyer, seigneur de la Motte; 
marraine demoiseUe Perrine Picaud, dame du Cambrigo. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. — CANTON DE GUER. 



101 



— 10 mai 1640. Baptême de Pierre Larcher, fils d'écuyer 
Jean Larcher et de demoiselle Magdeleine Riou, sieur et 
dame de Tréogat; parrain Pierre Bouessel, écuyer, sieur 
de la Ville*Bouchart ; marraine demoiselle Perronnelle 
PoUucbe, dame du Tertre-Cambrigo. — 24 janvier 1641. 
Baptême de Mathurin Picaud, fils d'écuyer François Pi- 
caud et de demoiselle Guillemette Brunel , sieur et dame 
du Chesnorain ; parrain missire Armel Brouxel; mar- 
raine demoiselle Perronnelle PoUuche, dame du Tertre 
et de la Touraille. — 17 octobre 1643. Inhumation, dans 
Téglise paroissiale, de dame Jeanne du Guiny, dame du 
Quengo, de Hardouin et do la Vieille-Cour. — 16 février 
1645. Mariage, dans la chapelle de la Voltaye , en la pa- 
roisse de Guer^ entre messire Henri Ermar, seigneur de 
laGrée-de-Callac et de la Ville-Moussart, et demoiselle 
Jeanne Le Livec, dame de Cguesplan, de h paroisse de 
Guer. — 3 juillet 1646. Mariage, à la chapelle du Bois- 
du-Loup, entre François Rozy, écuyer, seigneur de 
Saint-Soleil , de la paroisse de Guer, et demoiselle Ma- 
thurine Larcher, dame du Plessis. — 15 juillet 1647. 
Mariage, en 1^ chapelle de Codouan, entre Mathurin Pi- 
caud, écuyer, seigneur de Saint-Gouénan, et demoiselle 
Henriette de Lésenet, dame dudit lieu. — 19 jaTiviier 1649. 
Bénédiction de la seconde cloche de Téglise d^Augan, 
nommée Anne ; parrain Guy Le Douarain , écuyer, sieur 
de la Touraille; marraine demoiselle Anne Larcher, 
dame du Bois-du-Loup. — 28 octobre 1649. Inhumation, 
dans le chanceau de Téglise paroissiale, de demoiselle 
Guillemette de la Houlle, dame de la Grée-de-Boussac. 
— 18 septembre 1650. Inhumation, dans le chanceau de 
refuse paroissiale, dans la tombe de la Villerio, de mes- 
sire François du Boisguéheneuc , seigneur de la Poinaye 
et de la Yillerio. — 18 août 1652. Inhumation , dans le 
chanceau de Téglise paroissiale, de maître Pierre Brunel, 
sieur de la Ville-Gadio. — 10 septembre 1653. Baptême 
de Pierre Gervais , fils de nobles gens François Gervais 
et demoiselle Jeanne Drouet, sieur et dame de Brem- 
belle ; parrain messire Pierre de la Fresnaye, chevalier, 
seigneur dudit lieu, de la Villefier, Coetuhan, la Pom- 
meraye, etc. ; marraine demoiselle Renée Le Douarain» 
dame de la Touraille, fille ainée du seigneur du Tertre 
et de la Touraille. — 17 décembre 1657. Inhumation, 
dans la chapelle du Binio, dans les tombes de la maison 
du Verger, de demoiselle Jeanne de Brëhant , dame du 
Verger-Couzaye. — 15 janvier 1658. Mariage entre mes- 
sire René de la Pommeraye , seigneur de Querambart, 
de la paroisse d'Ambon, évêché de Vannes, et demoi- 
selle Anne Picaud , dame du Guiny. — 30 avril 1658. 



Baptême de Joseph-Pierre Ermar, fils de messire Tho- 
mas Ermar, seigneur de Kerhuily, Beaurepaire, etc., et 
de dame Ursule Burel ; parrain noble homme Raoul 
Burel, seigneur de la Bertinais; marraine dame Perron- 
nelle PoUuche, dame du Tertre-Cambrigo, de la Touraille 
et de Beauvais. — 10 septembre 1658. Mariage , dans la 
chapelle de Trieuc, en la paroisse d' Augan, entre messire 
René Maudet, seigneur de Renihel, et demoiselle Fran- 
çoise Boscher, dame de Roherman. -- 2 octobre 1658. 
Inhumation, dans la chapelle du Binio, dans les tombes 
du Verger, de Julien Errien, écuyer, seigneur du Verger. 

— 11 juillet 1662. Mariage, dans la chapelle delà maison 
de la Touraille , entre messire André Riou , sieur de la 
Ville-Briand , et demoiselle Renée Le Douarain, dame de 
la Touraille. — 25 février 1665. Inhumation, dans l'égUse 
paroissiale, de dame Perronnelle Polluche, dame du 
Tertre-Cambrigo. — 28 juillet 1665. Mariage entre mes- 
sire Pierre Le Douarain, seigneur de la Touraille, et 
demoiselle Jeanne du Loquet, dame des Touches. — 
28 septembre 1665. Mariage entre messire Joseph da 
Plessix , seigneur de la Padouière et de la Haie , et de- 
moiselle Julienne Picaud, dame du Guiny. — Mai 1667. 
Rehaussement du maitre-aulel de Téglise paroissiale. — 
11 juillet 1667. Baptême de René Le Douarain, fils de 
messire François Le Douarain et de dame Anne de 
Derval, seigneur et dame de la TieuUais, de Cambrigot, 
des Marcheix , de la Viile-Rouaud , de Chesnorain , etc. ; 
parrain haut et puissant messire René de Kermeao, 
seigneur marquis du Garo, de Kermeno, Baud, etc., ca« 
pitaine-lieutenant de 200 hommes d'armes des ordon- 
nances du Roi, vicomte de Trébrimoêl, Loyon, etc.; 
marraine dame Jeanne-Renée-Catherine de la Tronchais, 
dame dudit lieu et de Lésenet. — 20 août 1668. Inhu- 
mation, dans le chanceau de Féglise paroissiale, de dame 
Jeanne du Loquet, dame de la Touraille. — 12 octobre 
1668. Inhumation, dans le chanceau de l'église parois- 
siale, de Renée de Lésenet, dame des Touches. 

E. Suppl. 474. — GG. 2. (Cahiers.)— In-foUo et in-4>, 539 feoUleU, 

papier. 

I«tt9«i908.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 30 avril 1669. Mariage entre Jean Lambart, écuyer, 
seigneur du Boisraspè, de la paroisse de Guignan (lUe- 
et-Vilaine), et demoiselle Jeanne de Lésenet, dame dudit 
lieu. — 19 décembre 1669. Baptême de René Guihart, 
fils d'écuyer Gilles Guihart et de dame Henriette de 
Lésenet, seigneur et dame du Verger, de la Guyondais, 
etc. ; parrain René Picaud , écuyer , seigneur de Saint- 



102 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Gouénan ; marraine demoiselle Anne Picaud , dame de 
Quéhéon. 7- 3 janvier 1671^ Inhumation, dans le chan- 
ceau de l'église paroissiale, dans la tombe de sa maison, 
de messire François Le Douarain, seigneur delà Tieulais. 

— 7 juin 1671. Inhumation, dans le chanceau de l'église 
paroissiale, dans Tenfeu de la maison de la Roche, de 
René de Kervérien, écuyer, seigneur de Causon-Kervé- 
rien. — 2aoùt 1671. Baptême de Jean-Pierre Larcher, 
né en 1670, fils d'écuyer Jean-François Larcher et de 
dame Thérèse Merel, sieur et dame du Bois-du-Loup ; 
parrain Jean Riou, écuyer, seigneur de Caslou ; marraine 
demoiselle Perronnelle Le Dorlot, dame de Kerivalan. — 
S5 novembre 1671. Mariage, dans la chapelle de la maison 
de Lémo, entre écuyer Jacques Le Douarain et dame 
Gillonne Terrien. — 17 avril 1673. Mariage entre noble 
homme Mathurin de Mesière, sieur de la Porte et de la 
Guyondais, et demoiselle Henriette Picaud, dame de 
Saint-Gouénan. — 10 février 1676. Mariage, dans la 
chapelle de la maison de la Touraille, entre noble homme 
François Rozy, sieur de Saint-Soleil, de la paroisse de 
Maure (Ille>et- Vilaine), et demoiselle Jeanne Le Douarain. 

— 10 décembre 1676. Baptême de Joseph-Jean de 
Robelot, fils d'écuyer Charles de Robelot et de dame 
Mathurine de l'Hospital , seigneur et dame de Tréron ; 
parrain Joseph-Jean Le Douarain , écuyer , seigneur de 
Trévelec; marraine demoiselle Perrine Le Douarain, 
dame de Lémo.— 30 juillet 1681. Mariage, en la chapelle 
de la Touraille, entre noble homme Yves Razé, sieur de 
Lespinay, de la paroisse de Lieuron (lUe-et-Vilaine) , et 
demoiselle Jeanne Le Douarain , dame du Chastenet. — 
18 octobre 1683. Mariage célébré en la chapelle de 
Beaurepaire par messire Joseph-Pierre Ermar, abbé de 
Beaurepaire , entre messire Pierre de Lage , seigneur 
de Frémeur et de Rue-Neuve, et dame Julienne 
Farault, dame de la Ville-Martin. — 13 décembre 1683. 
Inhumation, dans la chapelle du Binio,de dame Mathurine 
de l'Hospital, dame de Tréron. — 17 mars 1684. Baptême 
de Thomas-François Le Douarain, fils de François-René 
Le Douarain , écuyer , seigneur de Lëmo , et de dame 
Charlotte Couessin ; parrain Thomas Le Douarain, écuyer, 
seigneur du Chesnorain ; marraine dame Thérèse Cado, 
dame de Trévelec. — 23 mars 1684. Baptême de Joseph- 
Paul Ermar, fils de messire Sèbastien-Mathurin Ermar 
et de dame Anne-Marie Farault , seigneur et dame de 
Beaurepaire ; parrain messire Paul de Bodoyec, seigneur 
de Kervillio ; marraine dame Julienne Farault, dame de 
Rue-Neuve. — 7 janvier 1686. Mariage, en la chapelle 
du manoir de Lémo , entre messire Georges-René de 






Servaude, seigneur du Boisdurand, de la Padouière, 
du Cahélo et de la Haye-Gerno, et dame Perrine- 
Françoise Le Douarain, dame de Lémo. — 24 février 
1688. Baptême de Jeanne-Jacquette Ermar, fille de 
messire Ma rc-Mathurin Ermar, chevalier, seigneur des 
Grées-de-Callac, de la Garenne, de la Ville-Moussart, 
etc., et de dame Louise-Anne Gatechair; parrain messiie 
Guillaume de la Houlle, procureur du Roi à Ploërmel; 
marraine dame Jeanne Le Livec, dame des Grées, aïeule 
de l'enfant. -— 18 novembre 1695. Inhumation, dans la 
chapelle de la Rouardais, à l'abbaye de Redon, de 
messire Marc-Malhurin Ermar, chevalier, seigneur des 
Grées, etc.— 7 avril 1696. Baptême d'Hyacinthe-Anne 
Ermar, fils de feu messire Marc-Mathurin Ermar, etc. ; 
parrain messire anonyme Ermar, chevalier, seigneur 
de Beaurepaire; marraina dame Jeanne Henry, dame 
du Bréhoussoux. — 11 avril 1697. Baptême de Thomas- 
Charles de Servaude, fils de Georges-René de Servaude, 
etc. ; parrain Thomas-François Le Douarain , écuyer, 
seigneur de Lémo ; marraine dame Charlotte Couessin , 
dame de Lémo. 

E. Suppl. 475. — GG. 3. (Cahiers.)— In-folio et ia-4o, 564 feuillets, 

papier. 

1904-1986. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 28 mai 1707. Mariage entre haut et puissant seigneur 
messire Jacques Le Conte de Nouant, chevalier des 
ordres du Roi, marquis de Bretoncelies, etc., de la 
paroisse de Bretoncelies en l'évéché de Chartres, et 
haute et puissante dame Louise-Anne Gatechair, dame 
des Grées, de Lieusel, la Gréé-de-Callac et la Viile- 
Moussart. — 23 avril 1710. Baptême de Jacques-Joseph 
de la Pasquerie, fils de noble homme Pierre-Guy de la 
Pasquerie et de dame Marie-Ânne de Lësenet ; parrain 
messire Jacques-Mathurin Guihart, seigneur du Verger; 
marraine dame Julienne Thomas, dame de Tréron.— 
22 mai 1710. Baptême de Joseph-Armand-Mathurin 
Ermar, né en 1709, fils de messire Amadore-Mathurin 
Ermar, chevalier, seigneur de Beaurepaire, et de dame 
Anne-Marie de Cosnoal ; parrain missire Joseph-Pierre 
Ermar, recteur de Ploërmel ; marraine dame Anne -Marie 
Farault, dame de Beaurepaire.— 22 décembre 1711. 
Inhumation, dans ses tombes prohibitives de Téglise 
paroissiale, de messire Jean-François Larcher ^ seigneur 
du Bois-du-Loup , de Lescoubliére , Tréogat, le Choisel, 
etc. — 26 juillet 1712. Mariage entre messire René-Alain 
du Bot, chevalier, seigneur de la Tertrée, de la paroisse 
de Pluherlin, évêché de Vannes, et demoiselle Jeanne- 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. ~ CANTON DE GDER. 



103 



Jacqaetle Ermar, dame des Grées-de-Callac. — 25 octobre 
1714. Mariage célébré dans la chai^elle de Beaurepaire 
par messire François-Jeaa-Marie Ermar, abbé de Beau- 
repaire, entre messire Louis de Giberne, chevalier, sei- 
gneur de Beaucbesne, chevalier de Saint-Louis, ci-devant 
lieutenant aux Gardes de Sa Majesté , de la paroisse de 
Derval, évôché de Nantes, et dame Ursule-Mathurine- 
Cécile Ermar, dame de Beaurepaire.— 8 avril 1720. 
Baptême d'Anne-Renée-Jeanne de la Fresnaye, née en 
1719, fille de messire Guillaume-Marie de la Fresnaye, 
chevalier, seigneur de la ViileQef , et de dame Anne- 
Perrine Chaillou ; parrain René Chaillou, écuyer, seigneur 
de Hérionette ; marraine demoiselle Jeanne-Françoise 
de la Fresnaye, dame de Coetuhan. — 5 mai 1722. 
Baptême de Jean-Louis-Marie du Bot, né en 1715, fils 
de messire René- Alain du Bot, chevalier, et de Jeanne- 
Jacquette Ermar, seigneur et dame des Grées-dc-Callac, 
de la ViUe-Moussart, la Grignonais, etc. ; parrain messire 
Jean-Louis du Bot, seigneur de Talhonet; marraine 
dame Marie-Magdeleine Le Febvre, dame de Villeneuve- 
Sécillon. — 3 juin 1723. Baptême de Bertrand-François- 
Pierre-César Le Douarain, fils de messire Thomas- 
François Le Douarain, chevalier, et de dame Marie- 
Hagdeleine Desgrëe, seigneur et dame de Lémo, les 
Marchix, la Ville-Rouaud , etc, ; parrain messire Ber- 
trand-Marie Desgrée, chevalier du Lou ; marraine 
demoiselle Perrine Le Douarain , dame des Marchix. — 
9 août 1726. Inhumation, dans Tune de ses tombes pro- 
hibitives , à réglise paroissiale . de messire Jean-Pierre 
Larcher, seigneur du Bois-du-Loup , de Baraton, 
Lescoublière , Tréogat, Brambelle, etc. — 11 novembre 
1727. Mariage entre René-Gilles-Joseph de Cadelac, 
écuyer, sieur du Coudray, de k paroisse de Plélan-le- 
Grand (lUe-et-Vilaine) , et demoiselle Anne-Jeanne Le 
Douarain, dame de la Ville-Rouaud.— 18 juin 1730. 
Inhumation , dans Téglise paroissiale , de messire Fran- 
çois-René Le Douarain , chevalier , seigneur de Lémo , 
des Marchix, de la Ville-Rouaud, etc.— 25 novembre 
1730. Inhumation , sous son banc, à l'église paroissiale, 
de messire Guillaume-Marie de la Fresnaye, chevalier, 
seigneur de la Villeflef, de la Ville -Esplé, etc. — 
23 octobre 1731. Bénédiction de la grande cloche de la 
chapelle du Binio , nommée Jeanne-Françoise ; parrain 
messire François de Saint-Rémy, chevalier de Saint- 
Louis ; marraine dame Jeanne-Jacquette Ermar , dame 
des Grées, etc.— 24 octobre 1731. Mariage entre mes- 
sire Jean-Baptiste de Langan, chevalier, et demoiselle 
Jeanne-Michelle Larcher, dame du Bois-du-Loup. — 



14 novembre 1731. Bénédiction de la grande cloche de 
réglise d'Augan, nommée Ingelelme-Marie et pesant 
388 livres ; parrain très-haut et très-puissant seigneur 
messire Ingelelme-Joseph marquis deVolviredu Ruflfec, 
comte du Bois-de-la Roche, seigneur supérieur et fon- 
dateur de ladite église; marraine très-haute et très- 
puissante dame Marie-Philippe de Lolivier de Saint- 
Maur. — Le même jour, bénédiction de la cloche de la 
chapelle Sainte-Catherine; parrain et marraine hono- 
rables personnes Jean-François Le Vaillant et Armelle 
Commandoux. — 16 août 1735. Baptême de Louis-Marie 
Vailland, fils de noble -homme Pierre Vailland, sieur de 
la Voirie, et de demoiselle Marie Caret ; parrain mes- 
sire Louis-Marie-Bertrand de la Fresnaye, chevalier, 
seigneur de la Villeûef ; marraine demoiselle Ursule-C6- 
cile-Renée Ermar, dame de Beaurepaire. 

E. Suppl. 476. — GG. 4. (Cahiers.) — In-foUo et in-è», 512 feuiUets, 

papier. 

«989««t99«« — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— G mai 1737. Baptême de François-Joseph-Nicolas de 
Robelot, fils de messire Joseph-Nicolas-Armel de Ro- 
belot et de dame Anne-Marie de la Ruée, seigneur et 
dame du Verger ; parrain messire Joseph de Robelot ; 
marraine Françoise Danet, dame de Haupas-Porcaro. 

— 8 août 1738. Inhumation de missire Mathurin Gandin, 
recteur d'Augan, dans le cimelière de la paroisse, au 
pied de la croix. — U juillet 1739. Mariage entre mes- 
sire Jean-Cbrysostome Larcher, chevalier, seigneur de 
la Touraille, fils de messire Isidore Larcher, seigneur da 
Cboisel, et de dame Marie-Anne Gaillard ; et demoiselle 
Jeanne-Françoise Le Douarain, dame de Lémo, fille de 
messire Thomas Le Douarain, seigneur de Lémo, et de 
dame Marie-Magdeleine Desgrée. — 23 janvier 1740. 
Inhumation, dans la chapelle de Beaurepaire, en Féglise 
paroissiale, de messire René-Alain du Bot, chevalier, 
seigneur de la Grignonais. — 12 mai 1740. Baptême 
d'Isidore-François Larcher, fils de Jean-Chrysostome 
Larcher, etc. ; parrain Isidore Larcher, écuyer, seigneur 
du Cboisel ; marraine dame Marie-Magdeleine Desgrée. 

— 25 février 1743. Mariage entre messire Joseph-Annibal 
de Farcy, chevalier, seigneur de Beauvais, de la paroisse 
de Paimpont (lUe-et-Vilaine), et demoiselle Ursule-Cécile- 
Renée Ermar, dame de Beaurepaire , fille de feu Ama- 
dore-Mathurin Ermar et d'Anne-Marie de CosnoaL — 
25 juin 1743. Mariage entre messire Jean-Baptiste-Fran- 
çois-Félix de la Noê, chevalier, seigneur de Couetpeur, de 
la paroisse de Maure (lUe-et-Vilaine), et demoiselle Louise- 



i04 



ARCHIVES DTJ MORBIHAN. 



Dominiqae-Émilie du Bot, dame de la Grignonais. — 
i6 juillet 1743. Inhumation, dans une des tombes prohi- 
bitives de Hardouin , par permission de M. de Kergouet- 
Henry, de dame Magdeleine Desgrée, dame Le Douarain, 
décèdée au château de Lémo.— 5 février 1744. Baptême 
de Louis-Claude Henry, né au château de Hardouin, fils 
de messire Louis Henry , chevalier du Quengo , et de 
dame Reine-Claude-Cunégonde de la Touche, dame de 
Eergouet. —20 mai 1744. Baptême d'Angélique-Émilie- 
Perrine du Bot, née au château du Brossais, en la pa- 
roisse de Saint-Grave , fille de messire Alexis-François- 
Amadore du Bot, chevalier, seigneur de la Grignonais , 
la Grée-de-Callac , la Ville-Moussart, etc., et de dame 
ÉmiHe-Marquise-Judith du Moulin ; parrain messire Da- 
niel- Pierre-Etienne du Moulin, chevalier, seigneur du 
Brossais; marraine dame Jeanne- Angélique -Jacquette 
Ermar, dame de la Grignonais. — 15 octobre 1744. Ma- 
riage entre messire Louis-Marie de la Fresnaye , cheva- 
lier, seigneur de la Villefief, la Ville-ès-Plets , etc., fils 
de messire Gnillaume-Marie de la Fresnaye et de dame 
Anne-Perrine Chaillou; et demoiselle Marie Le Douarain, 
fiUe de Thomas-François Le Douarain et de feue Magde- 
leine Desgrèe, seigneur et dame de Lémo. — 5 sep- 
tembre 1745. Baptême de Jean-Chrysostome-Marie-Jo- 
seph Le Douarain , fils de messire Joseph-Jean-François 
Le Douarain et de dame Françoise-Anne-Charlotte de la 
Fresnaie , seigneur et dame de Lémo ; parrain messire 
Jean-Chrysostome Larcher, chevalier, seigneur de la 
Touraille; marraine demoiselle Jeanne-Marie de la Fres- 
naie, dame de la Villefief.— 8 septembre 1746. Inhuma- 
tion, dans le cimetière d*Augan, de messire Jean-Joseph 
Robelot , chevalier, seigneur de Trézon , décédé au châ- 
teau du Verger. — 22 septembre 1747. Inhumation de 
mattre Jean-François Le Vaillant, sieur de la Ville-au- 
Voyer, notaire et procureur de plusieurs juridictions. — 
30 juin 1750. Inhumation, dans la chapelle de Beaure- 
paire, de dame Marie-Olive Jégou, dame de Beaurepaire. 
— 1751. Inhumation, dans une tombe de Lémo, par 
permission de M. Le Douarain, de dame Marie-Anne 
Gaillard , dame du Choisel , dëcédëe à la Touraille. — 
18 mars 1753. Baptême de René-Pierre du Bot, fils 
d'Alexis-François-Amadore du Bot, etc. ; parrain messire 
René- Armand de Talhouet, chevalier, seigneur de Sé- 
verac ; marraine demoiselle Angélique-Perrine-Émilie du 
Bot. — 24 juin 1754. Inhumation^ dans une tombe prohi- 
bitive de Lémo,en Téglise paroissiale, de messire Thomas- 
François Le Douarain, chevalier, seigneur de Lémo. — 
IT septembre 1756. Inhumation, dans son enfeu de 



réglise paroissiale, de messire Louis Henry, sieur de 
Kergouet, chevalier, seigneur de Hardouin. — 3 avril 
1757. Inhumation, dans le cimetière, de messire Phi- 
lippe-François de Talhouet, chevalier, seigneur de Sé- 
verac. ~ 15 avril 1758. Inhumation, dans une de ses 
tombes de la Roche, de dame Jeanne-Gabrielle Heudelor, 
femme de messire Jean de La Bourdonnaye, chevalier, 
seigneur de Boisry. — 23 avril 1758. Inhumation, dans 
le cimetière , de missire Henri Lesné des Chesnais , rec- 
teur d'Augan. — 17 juin 1759. Inhumation de messire 
Joseph-François Le Douarain, chevalier, seigneur de 
Lémo. — 23 juillet 1765. Mariage entre messire Henri- 
Jacques Busnel, chevalier, seigneur du Bouexic, de Mon- 
toray, etc., originaire de la paroisse de Néant, et demoi- 
selle Anne-Augustinc de Farcy de Saint-Laurent, fille de 
Joseph-Annibal de Farcy de Saint-Laurent, chevalier, 
seigneur de Beauvais , d'Augan , etc. , et d'Ursule-Cécile- 
Rence Ermar. — 30 juin 1767. Mariage, dans la chapelle 
de Trieux, entre messire Noël-Joseph Jocet, chevalier, 
seigneur de Timadcuc, fils de feu messire Gabriel-Anne- 
Marie Jocet de Timadeuc et de Mathurine Autrou , de la 
paroisse de Bréhan-Loudéac, évôché de Saint-Brieuc ; et 
demoiselle Agnès-Françoise de la Rochère, fille de mes- 
sire François-Marie de la Rochère et de Michelle Le 
Goueble. — 30 janvier 1769. Mariage, dans la chapelle 
du château de la Grée-de-Callac, entre messire Charles- 
Gaspard de Toustain, chevalier, sous-aide-major au ré- 
giment de cavalerie de Royal-Lorraine, originaire de la 
paroisse de Saint-Salomonde Pithiviers en Beauce, évêché 
d'Orléans, fils de messire Gaspard-François de Toustain , 
chevalier, seigneur de Richebourg, etc.; et demoiselle 
Angélique-Émilie-Perrine du Bot, fille de François-Alexis 
du Bot et de Judith-Emilie du Moulin. — 13 avril 1769. 
Inhumation, dans le cimetière, de missire Mathurin 
Josselin, ex-recteur de Notre-Dame-du-Roncier de Jos- 
selin, puis recteur d'Augan.— 11 juin 1769. Inhumation, 
c en présence d'un grand concours de monde, > de dame 
Jeanne-Suzanne de Caradeuc, dame de Séverac, la Ville- 
Voisin , Rohalaire , etc., décédée à son château de la 
Ville- Voisin, à Tâge d'environ 90 ans.— 6 novembre 
1769. Baptême de Jean-Marie- Annibal Busnel, né au 
château de Beaurepaire , fils de messire Henri-Jacques- 
François Busnel et d'Anne-Augustine de Farcy de Saint- 
Laurent ; parrain messire Jean de Couesplan , chef de 
nom et armes , chevalier, seigneur de la Ville-Morin , 
oncle paternel de l'enfant; marraine demoiselle Suzanne- 
Félicité-Marie de Farcy de Saint-Laurent, dame de Beau- 
vais, sa tante maternelle.— 15 novembre 1770. Baptême 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E.- ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. - CANTON DE GUER. 105 



de Louis-Philippe de Toustain , fils de Gharlçs-Gaspard 
vicomte de Toastain-Richebourg, chevalier, capitaine au 
corps de carabiniers, et d'Angélique-Émilie-Perrine du 
Bot; parrain très-haut, très-puissant, très-excellent 
prince lU"^ Louis-Philippe d'Orléans, duc d'Orléans, pre- 
mier prince du sang, représenté par haut et puissant 
seigneur Louis-François, marquis de la Bourdonnaye, 
ancien conseiller d'État; marraine très-haute, très- 
puissante, très-excellente princesse M"° Louise-Adélaïde 
de Bourbon, duchesse de Chartres, princesse du sang, 
représentée par haute et puissante dame Marie-Mag- 
deleine-Alexandrine du Moulin, comtesse du Bot de 
Talhouet; ledit baptême administré dans la chapelle 
du château de la Gréc-de-Callac , par permission de 
M»' l'évoque de Saint-Malo.— 14 octobre 1772. Baptême 
de Jean-Marie-François Le Douarain, fils de messire 
Jean-Marie Le Douarain, chef de nom et armes, cheva- 
lier, seigneur de Lémo, et de dame Marie-Perri ne-Mar- 
guerite-Nicole Beaugeard ; parrain écuyer Pierre Beau- 
geard, conseiller secrétaire du Roi, Maison, Couronne 
de France et de ses Finances ; marraine dame Fran- 
çoise-Anne-Charlotte de la Fresnaye, dame de Lémo. 

E. Suppl. 477.— GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 526 feuiUels, papier. 

tlIfS-tlflMI. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 16 septembre 1773. Mariage, dans la chapelle du châ- 
teau de la Villefief , entre messire Joseph-Jean-Chrysos- 
tome Larcher de la Touraille, enseigne des vaisseaux du 
Roi, fils de Jean-Clirysostome Larcher et de feue dame 
Jeanne-Françoise Le Douarain; et demoiselle Perrine- 
Marie-Gabrielle de la Fresnaye, fille de feu Louis-Marie- 
Bertrand de la Fresnaye, seigneur de la Villefief, et 
de Marie Le Douarain. — 30 mars 1774. Baptême 
d'Alexandre-Marc du Bot, fils d'Armand-Marie-Jean 
du Bot, chevalier, seigneur de la Rouardaye, Ville- 
neuve, Bohal, etc., et de dame Adrienne -Marie- 
Hyacinthe Henry de Bohal; parrain Alexandre Ea- 
brony de la Garoulaye, chevalier, seigneur dudit lieu; 
marraine dame Émilie-Marquisc-Judith du Moulin, dame 
du Bot; ledit baptême administré dans la chapelle de la 
Grée-de-Callac — 8 février 177G. Inhumation de missire 
Jean-Baptiste Guillou, recteur d'Augan. — 17 novembre 
4777. Bénédiction d'une chapelle située au midi et faisant 
partie de l'église paroissiale, sous l'invocation de Saint- 
Yves et de Saint-Vincent; elle avait été construite et 
ornée aux frais de missire Jean Guillou , ancien recteur. 
— 5 mars 1779. Baptême de Marie-Joseph de Savignhac, 
ne en 1778, fils de messire Joseph^René de Savignhac, 



chevalier, chef de nom et armes , seigneur de la Ville- 
Voisin, Rohaller, etc., et de dame Marquise-Jeanne- 
Émiliedu Moulin; parrain messire François-René-Marie 
de France, chevalier, chef de nom et armes , seigneur 
des Champs-Bullants ; marraine demoiselle Magdeleine- 
Louise-Chariotte du Moulin, demoiselle du Bois-Basset. 

— 26 juillet 1782. Baptême de Jean-Charles de Savignhac, 
né en 1781, fils do Joseph-René de Savignhac, etc ; par- 
rain Jean-Pierre-Nicolas Comynet, avocat au parlement 
de Paris, chargé des alTaires de M?*" le prince de Wur- 
temberg; marraine dame Émilie-Charlotte-Françoise du 
Moulin, dame Gouyquet de Bienassis. — 28 octobre 1783. 
Mariage entre messire Guillaume de la Motte du Portai , 
chevalier, chef de nom et armes, seigneur du Portai, etc., 
officier dans le régiment de Pondichéry, originaire de la 
paroisse de Billio, évêché de Vannes, et demoiselle Féli- 
cité-Jeanne de Charbonneau, originaire de la paroisse 
Notre-Dame de Nantes. -- 14 septembre 1789. Inhuma- 
tion de messire Louis-Ange-François-Annibal de Farcy, 
chevalier, seigneur de Saint-Laurent, Augan, Beaure- 
])aire, Beauvais, etc., associé et propriétaire par indivis 
des forges, forêt et chatellenie de Brécilien et partie du 
comté de Montfort en Paimpont; conseiller en la grand'- 
chambre du parlement de Bretagne, déc^^dé en son hMel 
à Rennes, transporté et inhumé en la paroisse d'Augan. 

Commune de 'Beignon. 

E. Sappl. 478. — GG. 1. (Cahiers.)— In-folio, 87 feuillets, parche- 
min; 398 feuiUets, papier. 

t50tt •1599.— Baptêmes, mariages et sépultures. 

— D63.1502, les baptêmes sont enregistrés en français, 
quelquefois en latin, par exception. — 19 juin 1548. 
Baptême de Robert de Launay, fils d'écuyer Jean de 
Launay et de demoiselle Françoise de Vaunouaye . sieur 
et dame de la Mulolière ; compères frère Robert Ilamelia, 
prieur de Saint-Barthélémy, et Jean Pasquier, sieur de 
la Yilleblanche ; marraine Lucrèce Le Bosec, dame de la 
Villeblanche. — 1564. <c [En] mill cinq cenctz soixante- 
quatre à Baignon régnoict la peste. »— 25 octobre 1571. 
Mariage entre noble maître Gilles Trotereau et Jeanne 
Macé. —17 juin 1577. Baptême de Grégoire Trotereau, 
fils de noble homme Gilles Trotereau , sieur de la Tour, 
et de Jeanne Macc ; parrains noble homme Grégoire de 
Trécessoiî, écuyer, sieur dudit lieu, et Jacques Eschelart; 
marraine Françoise Barre. — Septembre 1584. Peste au 
village de Vallelan. -- Septembre 1588. Peste au village 
de TEspinay. — 22 janvier 1590. Inhumation de véné- 
rable et discret missire Jean Trotereau, archidiacre de 



MonBiHAN. — Tome IV. — Suppl. Série E. 



14 



106 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Porhoet, vicaire et officiai de Tévêque de Saint-Malo; 
enterré dans Téglise de Beignon, à sa requête, « désirant 
être inhumé près la tombe de noble homme Gilles 
Trotereau, son frère. > — 19 octobre 1595. Inhumation 
de missire Pierre Hamon , subcuré de Beignon , » au 
thuillays, au côté de l'arbre du crucifix. » 

E. Suppl. 479. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio, 5il feuillets, papier. 

1595-1009. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— Avril 1598. Baptême d'un enfant né à Saint-Malo (de 
Beignon), « lorsque Ton estoict réfugiez audict lieu pour 
la crainte de Farmée du Roy qui estoict logée à Mesac et 
aulx paroisses circonvoysines. » — 10 octobre 1609. Inhu- 
mation, dans réglise de Beignon, de missire Guillaume 
Noël, recteur de Concoret. — 31 janvier 1624. Baptême 
de Roland Trotereau , fils de noble homme Grégoire 
Trotereau, sieur de la Tour, et de demoiselle Ollive Le- 
renec ; parrain honorable maître Jean Voirdie, sieur de 
la Fouaye; marraine honorable femme Julienne Robin. 

— 7 septembre 1625. Baptême de Jacques Voirdie, flis 
de noble homme Jean Voirdie, sieur de la Foye, et de 
demoiselle Jeanne Bouin ; parrain noble homme Jacques 
Saulnier, sieur de la Ville-Aubry ; marraine honorable 
demoiselle Gurvalle Pèlerin. — 26 juillet 1649. Mariage 
entre noble homme Guillaume Macé, sieur de la Porte, 
de la paroisse de Saint-Malo-de-Beignon, et demoiselle 
Guillemette Voirdie. — 13 juillet 1660. Mariage entre 
Yves Garault, sieur de la Vigne, et Malhurine de la Noë. 

— 18 octobre 1660. Mariage entre noble homme Julien 
Provost, sieur du Tertre, de la paroisse de Guer, et 
honorable fille Perronnelle Nouel.— 19 juillet 1662. Ma- 
riage entre noble homme Yves Labart, sieur du Valeslan, 
et demoiselle Julienne Trotereau , dame des Cormiers. 

— iQF février 1663. Mariage entre noble homme Jacques 
Joubelot, sieur de la Charoulays, de Ploermel, et demoi- 
selle Guillemette Hamon. 

E. Suppl. 480.— GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 558 feuillets, papier. 

1045-1099. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 23 décembre 1647. La grosse cloche de l'église de 
Beignon est refaite et refondue par maître Jacques Mar- 
tin; elle est bénite, le 26, et nommée Perronnelle; 
marraine demoiselle Perronnelle de la Villelouais; par- 
rain Pierre Voirdie, sieur de Fontenelles.— 7 août 1659. 
Baptême de Georges Trotereau, fils de noble homme 
François Trotereau et de demoiselle Julienne Héllgon, 
sieur et dame des Chesnais; parrain noble et discret 



missire Georges Le Bouvier, doyen de Beignon ; mar- 
raine demoiselle Perrine Mancel , dame de la Chastai- 
gneraye. — 5 janvier 1660. Baptême de René Nouel, fils 
de François Nouel, sieur des Perrières, et d'honorable 
femme Jeanne Provost ; parrain messire René Rozy , 
sieur de la Muletière ; marraine honorable femme Jeanne 
Cocquaire. — 7 août 1661. Baptême de Gabriel Hamon, 
fils de maître Guillaume Hamon, sieur du Parc, et de 
Renée Boulart ; parrain missire Gabriel Macé, recteur 
de Saint-Malo-de-Beignon et officiai de Farchidiaconé 
de Porhoet ; marraine dQjpoiselle Julienne Héligon , 
dame des Chesnais. — 13 octobre 1662. Baptême de 
Laurent Provost , fils de noble homme Julien Provost, 
sieur du Tertre, et de demoiselle Perrine Nouel ; parrain 
noble homme Laurent Nouel , sieur de la Villelouais ; 
mairaine demoiselle Jeanne Provost. — 30 janvier 1664. 
Bénédiction de la moyenne cloche de l'église de Beignon, 
nommée Julienne ; parrain noble homme Guillaume 
Macé, sieur de la Porte, avocat en la Cour, sénéchal des 
régaires de Saint-Malo-de-Beignon ; marraine demoi- 
selle Julienne Héligon, dame des Chesnais. — 10 avril 
1664. Baptême de Joseph Joubelot, fils de noble homme 
Jacques Joubelot et de demoiselle Guillemette Hamon, 
sieur et dame de la Charoulais ; parrain noble homme 
Guillaume Hamon, sieur du Parc ; marraine demoiselle 
Louise Joubelot. — 9 avril 1671. Inhumation, dans 
l'église de Beignon, de noble homme Jean Voirdie, sieur 

4 

de la Fouays. — 27 juin 1672. Inhumation, dans Téglise, 
vis-à-vis du grand aulél, de missire Georges Le Bouvier, 
recteur et doyen de Beignon. — 31 juillet 1672. Mariage 
entre Jean Jocet, écuyer, sieur du Ilaultlemée, de la pa- 
roisse de Ploërmel, et demoiselle Mathurine de la Motte. 

— 22 janvier 1674. Mariage entre noble homme Jean 
Trotereau, sieur des Rosais, de la paroisse de Tréal, 
évôché de Vannes, et demoiselle Gillette Lérat. — 7 no- 
vembre 1675. Baptême de Guillaume Trotereau, fils de 
nobles gens Grégoire Trotereau et Julienne Le Mercier, 
sieur et dame de la Tour; parrain maître Guillaume 
Hamon, sieur du Parc; marraine demoiselle Suzanne 
Chesnon. 

E. Suppl. 481. — GG. 4. (Cihiers.) — In-foiio et in-i», 532 fejillets, 

papier. 

«099-1099. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 2 janvier 1678. Bénédiction, par missire Jean Gaul- 
tier, « docteur aux droits » , recteur de Caro et officiai 
de Saint-Malo-de-Beignon, d'une cloche à Beignon, en 
présence de messire Sébastien du Guéraadeuc, seigneur 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. — CANTON DE GUER. 



107 



éTéque de Saint-Malo, conseiller du Roi en ses Conseils, 
baron de Beignon, abbé des abbayes de la Noë en Nor- 
mandie et de Saint-Jean-des-Prés, et de dame Marie- 
Françoise de la Villéon, marquise du Guémadeuc, par- 
rain et marraine de ladite cloche qui a reçu les noms de 
Sébâstienne-Marie-Françoise. — 23 avril 1679. Béné- 
diction d'une cloche nommée Sébastienne-Perronnelle 
et destinée à la chapelle de Saint-Méen , paroisse de 
Beignon. — Juin 1G86. Mariage entre noble homme 
François Rozy, sieur de Saint-Solain, de la paroisse de 
Maure, et demoiselle Phelinnc Duchesne. — 21 mai 1690. 
Baptême d'Armel Pirot, fils de noble homme Pierre 
Pirot et de demoiselle Jeanne Nouel, sieur et dame du 
Jannay ; parrain noble homme Armel Joublot, sieur du 
Harda ; marraine demoiselle Louise Trotereau, demoi- 
selle des Cormiers. — 13 août 1691. Mariage entre Jean- 
Baptiste Le Breton, écuyer, sieur de la Touche, procu- 
reur au Parlement, de la paroisse de Saint-Sauveur de 
Rennes, et demoiselle Louise-Françoise Tiolereau. — 
Le 21 janvier 1692, la grosse cloche de l'église de 
Beignon, du poids de 1100 à 1200 livres, ayant été re- 
fondue, fut bénite par missire Amaury Duchesne, rec- 
teur et doyen de Beignon, et nommée Sébastienne, du 
nom de l'évoque de Saint-Malo, Sébastien du Guémadeuc. 

— 24 mars 1693. Sépulture générale, dans le cimetière, 
des ossements qui étaient dans les reliquaires, avec ser- 
vice et sermon. — 30 novembre 1695. Bénédiction de la * 
chapelle de Sainte-Reine-des-Aulnays, en la paroisse de 
Beignon, construite par l'ordre de messire Sébastien du 
Guémadeuc, seigneur et évoque de Saint-Malo. « La dé- 
pense de la construction et ornements de ladite cha- 
pelle a été faite des oblations données en ce lieu-là depuis 
six ans que la dévotion s*y est excitée ». — 3 septembre 
1696. Bénédiction de la première cloche qui ait été à la 
chapelle de Sainte-Reinc-des-Aulnays ; parrain Sébas- 
tien du Guémadeuc, évoque de Saint-Malo ; marraine 
demoiselle Jeanne-Françoise-Rose de la Fresnays de 
Coetuhan , ladite cloche nommée Sébastienne-Jeanne- 
Françoise-Rose. 

E. Sappl. 482 — GG. 5. (Cahiers.) — In-folio, 643 feuillets, papier. 

• 

1900-1980. — Baptêmes, mariages et sépultures. 

— 2 septembre 1703. Baptême de Thérèse-Jacquette 
Bebin, fille de noble homme Jean-Baptiste Bebin, sieur 
de la Grignardays, et de demoiselle Anne-Marie de Farcy ; 
parrain messire Jacques de Farcy, chevalier, seigneur 
du Roseray ; marraine demoiselle Marie Larcher, de- 
moiselle du Bois-du-Lou. — 8 novembre 1703. Baptême 



d'Armel-Mathurin Joublot, fils de noble homme Armel 
Joublot, sieur du Harda, et de demoiselle Michelle- 
Agnès Trotereau ; parrain noble homme Armel Fablet. 
sieur de la Touche-Moysan ; marraine demoiselle Mathu- 
rine Joublot. — 15 juin 1704. Baptême d'Alexandre- 
Yves-Malhurin Hardas, fils de noble maître Jean Hardas, 
sieur du Vaulescan, avocat en la Cour et procureur-fis- 
cal desrégaires de Saint-Malo-de-Beignon, et de demoi- 
selle Michelle Le Parc ; parrain noble homme Alexandre 
Le Mercier ; marraine demoiselle Yvonne -Nicole Le Parc, 
dameduFretay. — 28octobrel712. Baptême d'Alexandre- 
Jacques Lores, fils de noble homme Jacques Lores, sieur 
de la Saudraye, sénéchal des régaires de Saint-Malo-de- 
Beignon, et de demoiselle Jeanne-Louise Héry ; parrain 
noble homme Alexandre Mercier, sieur du TufTay ; mar- 
raine demoiselle Catherine Boullays, femme de noble 
homme Louis Lohier, sieur de Kerdavid, sénéchal de 
Brécilien et de Plélan-le-Grand. - 2 février 1713. Bap- 
tême de Jacques-Ignace Fily , fils de noble homme 
Louis Fily, sieur du Breil, sénéchal et procureur de 
plusieurs juridictions, et do demoiselle Marie-Renée 
Labart ; parrain noble homme Jacques Lores, sieur de 
la Saudraye; marraine demoiselle Marguerite Voirdie, 
femme de noble homme Alexandre Mercier, fermier gé- 
néral des revenus de l'ôvêché de Saint-Malo, en Tarchi- 
diaconé de Porhoet. — 15 novembre 1719. Mariage 
entre noble homme Etienne-Guillaume Jehanne, sieur 
des Longrais, de la paroisse de Sérent, diocèse de Vannes^ 
et demoiselle Marie Trotereau. — 15 juillet 1720. Béné- 
diction de la moyenne cloche de l'église de Beignon. 
Cette cloche ayant été cassée, on avait été obligé de la 
refondre ; elle s'est alors Irouvée du poids de 800 à 
900 livres; parrain noble homme Alexandre Mercier, 
sieur du Tuffay, intendant pour l'évoque de Saint-Malo 
au château de Saint-Malo-de-Beignon; marraine demoi- 
selle Julienne Colin, dame des Fontenellesde laFouays; 
ladite cloche est nommée Alexandrine. — 14 juin 1723. 
Inhumation, dans Téglise, au pied de la statue de saint 
Laurent, de dame Julienne Colin, dame des Fontenelles, 
décédée, à l'âge de 83 ans, dans sa maison de la Fouays. 
— 28 septembre 1724. Baptême de Georges-Julien Pel- 
lerin, fils de maître Charles-Louis Pellerin, sieur du 
Parc, procureur-fiscal des régaires de Saint-Malo-de- 
Beignon, et de demoiselle Renèe-Gabrielle Touzelin; 
parrain noble homme Georges Touzelin, sieur de la 
Barre; marraine demoiselle Julienne Hamon, femme de 
maître Pierre Pellerin, procureur desdites régaires. — 
G juillet 173'). Baplème d'Alexis-Math urin Joubelol, fils de 



108 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



noble hoînme Pierre-Marie Joubelot, sieur de la Tieulaye, 
et de demoiselle Marie-Anne Jehanne ; parrain noble 
homme Mathurin-Vincent Jehanne, sieur des Cormiers ; 
maiTaine demoiselle Anne-Françoise Trotereau, demoi- 
selle de la Videlaye. — 17 juillet 1738. Bénédiction de 
la moyenne cloche de Téglise de Beignon, pesant 
706 livres après avoir été refondue ; parrain écuyer 
Jean-Hyacinthe de la Haye de la Villôon , avocat en la 
Cour, sénéchal des régaires de Saint-Malo-de-Beignon 
et de la baronnie de Beignon ; marraine demoiselle 
Renée-Gabrielle Touzelin, femme de Charles-Louis Pel- 
lerin ; ladite cloche nommée Vincente-Jeanne-Renée, le 
premier nom rappelant celui de l'évèque de Saint-Malo 
(Vincent-François Desmarets). 

E. Suppl. 483. — GG. (5. (Cahiers.)— In-folio et in-4», 559 feuiUels, 

papier. 

1940-1998. — Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 4 octobre 1751. Mariage entre noble homme Jean- 
François Macé , sieur de Lorgerais, de la paroisse de 
Tréal, évêché de Vannes, et demoiselle Alexandrine- 
Marie Pellerin, fille de maître Charles-Louis Pellerin, 
etc. — 7 décembre 1752. Inhumation, dans l'église , 
au premier pavé, de missire Guillaume Mahé, rec- 
teur-doyen de Beignon, promoteur de l'oflicialité de 
Saint-Malè-de-Bcignon. — 27 novembre 1755. Inhu- 
mation , au pavé de Téglise , de maître Charles-Louis 
Pellerin , sieur du Parc , procureur-fiscal des régaires 
de Saint-Malo-de-Beignon et procureur de Tofficialité 
dudit lieu. — 23 novembre 17G3. Mariage entre noble 
homme Pierre-François Janvier de la Motte, domicilié 
de fait de la paroisse de Paimpont, et de droit de celle de 
Guipry (Ille-et-Vilaine), et demoiselle Renée-Henriette 
Pellerin des Déserts, fille de feu Charles-Louis Pellerin, 
etc.— 26 novembre 1765. Mariage entre maître Pierre- 
Marie de la Noë, notaire et procureur de plusieurs juri- 
dictions, et honorable fille Jeanne- Frauçoise-Servanne 
Bècel ; la c« rémouie célébrée par missire Michel Bécel, 
recteur-doyen de Beignon. — 14 décembre 1770. Inhu- 
mation , dans réglise , proche le chœur, du côté de saint 
Laurent, de missire Jean-Marie Bécel, recteur-doyen de 
Beignon (il avait succédé à Michel Bécel en décembre 
4768).— 26 janvier 1772. Inhumation, dans l'église, à 
côté du chœur, proche la balustrade, du côté de 
rÉpltre, de missire Michel Bécel, « très-digne prêtre, » 
ex-recteur et ex-doyen de Beignon. 



£. Suppl. 484. — GG. 7. (Cahiers.)— In-folio, 400 feuiUets. papier. 

t99i-t990.— Baptêmes, mariages et sépultures. 
— 25 novembre 1778. Mariage entre noble maître Jean- 
François Le Gogal de Toulgoët, avocat au Parlement, 
sénéchal de la principauté de Guémenô, originaire de 
Plouguer-Carhaix, évôchc de Quimper, domicilié delà 
paroisse de Notre-Dame de Guingamp, diocèse de Tré- 
guier, et demoiselle Marie-Bonne-Gabrielle-Thérèse Le 
Breton de Ranzegat, fille de noble homme Pierre-Paul 
Le Breton de Ranzegat, négociant à Rennes, et de dame 
Jeanne-Julienne du Val-Pineu. — 28 septembre 1784. 
Mariage entre noble homme Jean-Baptiste Brager, pro- 
cureur-fiscal et juge de plusieurs juridictions, receveur 
des décimes du diocèse de Saint-Malo, et demoiselle 
Reine-Catherine Janvier, demoiselle de la Durantais. — 
30 décembre 1786. Inhumation, dans le cimetière, de 
Reine-Gabrielle Touzelin, veuve de noble maître Charles- 
Louis Pellerin, sieur du Parc, décédée à l'âge de 82 ans. 

E. Suppl. 485. — GG. 8. (Cahiers.) — In-4% 18 feuUlets, papier. 

t95i^-t9GO. — Délibérations du général de la pa- 
roisse de Beignon concernant : la nomination des tré- 
soriers ; — celle des égailleurs des fouages, de la capi- 
talion et du vingtième ; — la réparation de l'église et du 
presbytère ; etc. 

E. Suppl. 486. — GG. 9. (Liasse.) — i pièce, papier. 

t9G4, 17 avril. — Fondation faite par Joseph, Pierre 
et Raoul Bécel, delà paroisse de Beignon, qui constitue, 
au profit de la chapelle Sainte-Reine, sise en ladite pa- 
roisse, la somme de 40 livres de rente annuelle et per- 
pétuelle, moyennant celle de 800 livres de principal payée 
auxdits Bécel en liards provenant des oblations de cette 
chapelle (acte passé devant les notaires de la juridiclion 
des régaires de Sainl-Malo-de-Beignon). 

E. Suppl. 487. — GG. 10. (Liasse.)— 14 pièces, parchemin ; 

518 pièces, papier. 

t99t-ft990« -- Procédure entre NU' Antoine-Jo- 
seph des Laurens, évoque de Saint-Malo, et le général de 
la paroisse de Beignon, au sujet du partage des landes 
et communs de ladite paroisse; assignations, requêtes» 
consultations d'avocats, extraits des délibérations du gé- 
néral, mémoires de frais, etc. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. — CANTON DE GDER. 



109 



GOMHUNE DE GUER. 
E. Suppl. 488. — GG. 1. (Cahiers.) — In-folîo, 635 feuillets, papier. 

1598-1004.— Baptêmes, mariages et sëpullures. 

— 24 février 1576. Inhumation de noble homme Jean 
Pasquier, sieur de Villeblanche. — 23 août 1577. Décès 
de noble homme Jean Ugues, sieur de Télestan. — 
25 juillet 1578. Décès de demoiselle Georgette de 
Quéhéon, dame de Télestan. — 9 novembre 1578. 
Décès de Jean Le Bastard, seigneur du Clos-Perrin. 

— 7 juin 1579. Inhumation de mallre Pierre Per- 
chereî, sieur de la Motte. — 26 août 1579. Décès de 
noble homme Olivier Ugues, sieur du Chesnot. — 

29 septembre 1579. Inhumation, dans l'église parois- 
siale, de noble homme Jean de la Porte, sieur dudit 
lieu. — 23 octobre 1580. Inhumation, dans l'église de 
Guer, de demoiselle Anne de Cardelan, dame de Ja 
Voltaye. — 18 septembre 1581. Inhumation, dans l'église, 
de noble homme Jean Percherel, sieur de la Motte. — 

30 mars 1582. Inhumation de noble homme Jacques de 
Carbiguet, sieur dudit heu. — 15 juillet 1582. Mariage 
entre nobles gens Pierre de Loudigné et Anne de Mau- 
léon, dame du Chesnot.— 21 février 1583. Inhumation, 
dans l'église paroissiale, de noble homme Pierre de Lau- 
nay, sieur de la Roche. — 18 août 1583. Décès de noble 
homme Jacques Larchier, sieur du Quilly. — 27 janvier 

1585. Inhumation, dans l'église de Guer, de noble maître 
Pierre de Couédor, sieur des Abbayes et de la Marche. 

— 19 février 1585. Inhumation, dans l'église, de noble 
homme Jean du Plexis, sieur de l'Abbaye-Jarno. — 
l®»" septembre 1585. Mariage entre maître Jean Pellerln, 
sieur du Douet, et demoiselle Jeanne de Trébullan^ 
dame du Clos-Perrin.— 30 novembre 1585. Mariage, 
en la Chapelle-Neuve, entre nobles gens Jean Cotard, 
sieur de Boquidon , et Françoise de Callac. — 29 mars 

1586. Inhumation, dans l'église de Guer, de noble 
homme Pierre Robelot, sieur de la Voltaye.— 1°' mai 
1586. Mariage entre nobles gens Briand Hino, sieur de 
la Rebinays, et demoiselle Anne Percherel, dame de la 
Villyo. — 3 janvier 1587, Mariage entre Jean Lezot et 
honorable fille Jeanne Bouyn, fille d'honorables gens 
Jean Bouyn et Guillemette Pellerln, sieur et dame de 
Bocquidé.— 24 janvier 1587. Mariage entre maître Pierre 
Escorchart et Perrone Duchesne, fille de maître Julien 
Duchesne, sieur du Pré-Guihart. — 21 juin 1587. Ma- 
riage eutre maître Roland Macé, sieur de la Brousse 
en Sainl-Malo-de-Beignon , et Gurvalle Pellerin. — 
27 août 1587. Inhumation, dans l'église de Guer, de 



noble homme Jean Maillart, sieur de la Poterne.— 18 no- 
vembre 1587. Inhumalion, dans l'église, de noble homme 
Julien du Houx, sieur de Trébulan. — 25 novembre 

1587. Baptême de Jean de Kermadio, fils de nobles gens 
Guillaume de Kermatiio et Anne Robelot, sieur et dame 
de Kermadio; parrains noble homme Jean Duchesne, 
sieur de la Vieille- Ville, et Pierre du Plessis, sieur de la 
Porte-Pillet ; marraine demoiselle Jeanne Robelot, dame 
de Bruc— 10 janvier 1588. Baptême de Renée Huchet, 
fille de nobles gens Charles Huchet, conseiller du Roi au 
parlement de Bretagne, et Mathurine de Carbiguet, sei- 
gneur et dame de Redillac, Kerbiguet, le Tertre, le Lan- 
gouet, etc.; parrain noble homme Guillaume de Launay, 
seigneur de la Grée ; marraines demoiselles Renée de 
Couédor, dame des Vergiers, et Julienne Ridel, dame 
de la Porte. — 18 janvier 1588. Inhumation, dans l'église 
de Gùer, de noble homme Julien du Guiny. — 24 janvier 

1588. Baptême de Jean de Porcaro, fils de nobles gens 
Yves de Porcaro et Marguerite Cado, sieur et dame de 
Porcaro, la Gueurynais, etc. ; parrains nobles gens Jean 
Cado, sieur de la Chapelle, Rochefort, Carhccquelion, 
etc., et Jean Duchesne, sieur de la Vieille-Ville; marraine 
demoiselle Jeanne de Lésenet. — 18 février 1588. Bap- 
tême de Renée Pellerin , fille de maître Jean Pellerin et 
de demoiselle Jeanne de Trébulan, sieur et dame du 
Douet; parrain maître Roland Macé, sieur de la Brousse; 
marraines demoiselles Renée de la Villéan, dame dudit 
heu, de la Perrière, etc., et Roberde de Trébulan, 
dame du Choisel, femme de maître Jean Dulieu, sieur 
de la Hercoudaye. — 28 avril 1588. Baptême de Julien 
du Plexis, fils de nobles gens Pierre du Plexis et Mar- 
guerite Percherel, sieur et dame de la Porte-Pillet; 
paiTains nobles gens Jean Bouyn, sieur de Bocquidé, et 
François Mauny ; marraine Julienne Robelot, dame de 
la Chesnaye. — 10 octobre 1588. Baptême de Pierre 
Rouaud, fils de nobles gens Julien Rouaud et Marguerite 
Bouvet' sieur et dame de la Roche ; parrains nobles gens 
Pierre du Houx, seigneur du Couédic, et François de la 
Ruée, sieur dudit lieu ; marraine demoiselle Jacquette 
Guyhart, dame du Bois-Guymar. — 24 octobre 1588. 
Baptême de Julienne de Quéhéon , fille de nobles gens 
François de Quéhéon et Barbe du Houx, sieur et dame 
de la Domanchère; parrain noble homme Jean de la 
Porte, sieur dudit heu ; marraines demoiselles Julienne 
de Lambilly, dame de la Vallée, et Françoise du Houx, 
dame de Lestanc. — 12 décembre 1588. Baptême de 
Pierre Hino, fils de nobles gens Briand Hino et Anne 
Percherel, sieur et dame de la Robelynais; parrain» 






liO 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



noble homme Pierre du Plexis , sieur de la Porte-Pillet , 
et maître Guillaume Planchette, sieur de la Roche*Cado; 
marraine demoiselle Guillemette Pellerin , dame de Boc- 
quidé. — 17 mars 1590. Décès de noble homme Jean 
Avril, sieur de Lormays et de Couesbo; inhumé en 
Téglise de Nivillac, au diocèse de Nantes.— 16 septembre 
1590. Mariage, en la chapelle de Saint-Raoul, entre 
nobles gens- Yves du Plexis , sieur de la Houssaye , et 
Mathurine de la Marche. — 17 novembre 1590. Inhuma- 
tion, dans la chapelle du Bouexic, de noble homme 
Olivier Ugues, sieur de la Villehus. — 11 juillet 1591. 
Mariage entre maître Guillaume Planchette , sieur de la 
Roche-Cado, et Jeanne Macé. — 21 septembre 1593. 
Inhumation, dans la chapelle de Saint-Nicolas, de noble 
homme Mathurin Faruel, sieur de la Ville-Daniel. — 
24 février 1591. Baptême de Pierre du Houx, fils de 
nobles gens écuyer Pierre du Houx et Françoise de la 
Tourmerays , sieur et dame du Vaumarquer ; parrains 
noble homme Pierre du Houx, écuyer, sieur du Couédic, 
des Trébulans, du Vaumarquer, etc. , et noble homme 
Jean de Couesplan, sieur de la Villeraorin; marraine 
demoiselle Jeanne Rogier, femme d'écuyer Guy de Lémo, 
sieur dudit lieu.— 3 octobre 1594. Baptême de Jean 
Morice, fils de nobles gens Louis Morice et Jeanne 
Faruel, sieur et dame de la Ville-Syraon; parrains 
nobles gens Jean Faruel, sieur de la Ville-Daniel, et 
Pierre du Plexis; marraine demoiselle Louise Nyel, 
dame de la Ville-Estienne.-— 4 février 1595. Mariage, 
en la chapelle du Bouexic, entre noble.s gens Jean Faruel, 
sieur de la Ville-Daniel, et Françoise de Kerbiguet, 
dame du Plexis. — 24 août 1595. Baptême d'Yves Bos- 
chier, fils de maître Alain Boschier et de demoiselle 
Jeanne Niel, sieur et dame de la Rouère; parrains 
nobles gens Yves Pasquier, sieur de la Villeblanche, et 
Jean Pasquier, sieur de la Ville-Estienne ; marraine 
demoiselle Jacquelte Bousso. — 31 octobre 1595. Inhu- 
mation, dans la chapelle de Saint-Étienne, de noble 
homme Jean de Launay , sieur de la Hulolière. — 
lof juillet 1596. Baptême de Jean Caruel, fils de maître 
Je^n Caruel et de Jeanne Robin, sieur et dame de 
Lozeraye ; parrains noble homme Jean du Houx , sieur 
deTrébulan^ et maître Jean Le Jay, sieur des Moites; 
marraine demoiselle Anne de Mauléon, dame du Cliesnot. 
— 6 octobre 1596. Baptême de Jean Gouro, fils de 
nobles gens Jean Gouro et Anne du Lieu , sieur et dame 
delà Boullaye; parrains noble homme Jean Heudelor, 
sieur de Buschet, et maître Roland Macé, sieur de la 
Brousse ; marraine honorable femme Guillemette Pelle- 



rin, femme de maître Jean Bouvn, sieur de Bocquid(^. 

— 26 novembre 1597. Inhumation, dans l'église de 
Guer, de noble homme Pierre du Houx, sieur du 
Couédic. — 15 novembre 1598. Baptême de Jeanne 
Chrestien , fille de maître Pierre Chrestien et d'Hélène 
Boullart, sieur et dame du Clos-Boschier ; parrain noble 
et puissant Jean de Couédor, chevalier, seigneur du 
Boisglé ; marraines demoiselles Renée de la Villéan et 
Renée Ermar, dame de la Ville-Robert. — 14 avril 1599. 
Baptême de Guillaume du Besic, fils de nobles gens Jean 
du Besic et Perronne de Launay, sieur et dame du Besic; 
parrains noble homme Guillaume Le Livec, sieur de la 
Haute-Ville, et maître Roland Hamon ; marraine demoi- 
selle Marguerite Garel, dame du Parc. — 10 mai 1599. 
Baptême de Pierre de Couesplan, fils de nobles gens 
Jean de Couesplan et Suzanne Faruel ; parrains nobles 
gens Jean de Porcaro, sieur de Gondrays, et Pierre 
de Porcaro , fils de nobles gens Yves de Porcaro et 
demoiselle Marguerite Cado; marraine ladite Margue- 
rite Cado. — 23 mai 1599. Inhumation, dans l'église 
de Guer, d'écuyer Charles Huchet, conseiller au par- 
lement de Bretagne, sieur de Redillac et de Kerbiguet. 

— 14 décembre 1599. Baptême de Jean Ugues, fils de 
nobles gens Pierre Ugues et Gillette Ilavart, sieur et 
dame de la Villehus ; parrains nobles gens Jean de la 
Villegué, sieur de Monterfy, et Pierre Rouaud, sieur de 
la Roche; marraine demoiselle Yvonne Le Cadre, dame 
de la Poterne. — 26 avril 1600. Inhumation, dans l'église 
de Guer, en son enfeu, de noble homme Julien Robelot, 
sieur de la Chesnays, chevalier de Tordre du Roi, gen- 
tilhomme ordinaire de sa chambre.— 16 septembre 
1600. Inhumation, dans la chapelle du cimetière, de Jean 
Duval, sieurdelallatays. —23 septembre 1601. Mariage 
entre Jean Heudelor, écuyer, sieur du Plexis, et demoi- 
selle Mathurine de Kerbiguet, dame dudit lieu.— 
14 février 1602. Mariage, en la chapelle Saint-Laurent, 
paroisse de Caro, entre René Rouaud, écuyer, sieur de 
la Roche, et demoiselle Jacquette Le Moyne, dame de 
la Foys. — 28 juillet 1602. Baptême de Jeanne Heudelor, 
fille de Jean Heudelor, écuyer, sieur du Plessis, et de 
demoiselle Mathurine de Kerbiguet; parrain messire 
Jean du Bec, évêque de Saint-Malo, conseiller du Roi 
en ses Conseils d'État et privé; marraine Gillette d'Avau- 
gour.— 10 février 1603. Baptême de Marguerite Rouaud, 
fille de noble homme René Rouaud et de Jacquette Le 
Moine, sieur et dame de la Roche ; parrain noble homme 
Pierre de la Rocherre , sieur de la Planche ; marraines 
demoiselle Marguerite Bouvet, dame de Livoudray, et 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. — ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. — CANTON DE GUER. 



m 



Perronne de Quéhéon.— 27 février 1603. Baptême de 
Louis Heudelor, fils d'écuyer Louis Heudelor et de 
demoiselle Anne de Talhouet, sieur et dame de la Grée- 
Mareuc; parrain Louis-François Peschart, écuyer, sieur 
de Bienassis ; marraine demoiselle Renée Huchet. — 
22 mai 1603. Baptême de Barbe Faruel , fille de nobles 
gens Jean Faruel et Françoise de Kerbiguet, sieur et 
dame de la Ville-Daniel; parrain noble homme Alain du 
Loquet, sieur des Touches; marraine demoiselle Barbe 
du Houx, dame de la Domanchère. — 15 août 1603. In- 
humation, dans la chapelle Saint-Nicolas, de Jacques 
Morice, sieur de la Trumelais. — 20 septembre 1603. 
Baptême de François du Plessis, fils de nobles gens 
Julien du Plessis et demoiselle Françoise de Sèrent, 
seigneur et dame de l'Abbaye-Jaruo et de la Ville-Guerry ; 
parrain noble homme François. de Castel, sieur dudit 
lieu ; marraine demoiselle Françoise du Plessis , dame 
du Boschet, sœur germaine dudit sieur de TAbbaye- 
Jarno. — 9 novembre 1603. Baptême de René Rozy, fils 
de nobles gens Gratien Rozy et demoiselle Suzanne 
Robelot, sieur et dame de la Roze; parrain Jérôme 
Robelot, écuyer, sieur de la Voltais; marraine dame 
Renée du Bec, dame du Couédic. — 4 juillet 1604. Bap- 
tême de Jeanne de Marnière, fille de Jean de Marniëre, 
sieur de la Biffardièie, conseiller au parlement de 
Bretagne, et de demoiselle Hélène Duval ; parrain 
François d'Avaugour, écuyer, sieur de la Lohière ; 
marraine demoiselle Jeanne de Trogoff , dame des Fon- 
tenelles. — 22 mai 1605. Mariage, célébré à Bain, entre 
maître Jean Bouyn, sieur de la Grée, sénéclial de Guer, 
et Gillette Gouézel. — 9 juillet 1605. Inhumation , dans 
l'église de Guer, en Tenfeu de Kerbiguet,'de noble homme 
Pierre Le Bastard, seigneur des Hayes.— 28 octobre 1005. 
Inhumation, dans la Chapelle-Neuve, de Perrine Robelot, 
dame de l'Abbaye-Jarno , a et fut la première qui fut 
enterrée en ladite chapelle, et mourut de la contagion, d 
— ■ 17 avril 1607. Baptême de Jean de Porcaro, fils de 
noble homme Jean de Porcaro ; parrain noble homme 
Jean Faruel , sieur de la Ville-Daniel ; marraine demoi- 
selle Perronne de Porcaro , dame des Touches. — 8 sep- 
tembre 1607. Inhumation, dans l'église de Guer, de 
maître Jean Bouyn, sieur de Boquidé. — 16 mai 1609. 
Inhumation, dans Téglise de Guer, de dom Olivier Bécel; 
€ et [furent] dom Michel Mahé et dom Julien Mahè exé- 
cuteurs de ses ordonnances; et, le même jour, fut mise, 
de Tordonnance dudit défunt, une écharpe de taffetas 
rouge à la croix de la frairie de céans et deux rideaux 
devant Notre-Dame. » — i^^ novembre 1609. Inhumation, 



dans la chapelle de Monteneuf, de Julien Lescouble, 
écuyer, sieur de Tréron.— c Messire Jean du Bec, 
évêque de Saint-Malo, décéda le 20 janvier 1610. In 
memorid erit justus. »— 8j\iin 1611. Inhumation, dans 
l'église de Guer, sous le crucifix, de missire Gurval 
Pâinpont, recteur de cette paroisse. — 16 juin 1611. In- 
humation', dans l'église, de noble homme Jean de Por- 
caro, sieur de Coquelin. — 26 février 1612. Mariage 
entre noble homme Nicolas Alleno, sieur de Saint- 
Alouerne, de la paroisse de Guengat, évêché de Cor- 
nouaille, et demoiselle Renée Huchet. — 18 février 1613. 
Mariage entre Yves Bouin, sieur de la Nos, et demoi- 
selle Jeanne de Bonaban. — 25 août 1613. Inhumation, 
dans l'église de Guer, de René Bonenfant, écuyer, sieur 
de Villeneuve.— l®»" janvier 1614. Inhumation, dans 
l'égHse, d'Arthur Maillart, écuyer, sieur de la Poterne. 

— 13 novembre 1615. Inhumation, dans l'église de 
Monteneuf, d'Alain Lescouble, l'cuyer, sieur de la 
Gourais. — 6 juillet 1617. Mariage, dans la chapelle de 
Monteneuf, entre noble homme Mathurin Seize, sieur du 
Boschet, et demoiselle Jeanne Pa^quier, dame du Portail. 

— 18 octobre 1617. Inhumation, dans l'église de Guer, 
de Julien du Plexis, écuyer, sieur du Faupillet. — 
31 janvier 1619. Inhumation, dans la chapelle Saint- 
Biaise, de noble homme Charles Duval, sieur de la Hâ- 
tais, « assassiné en la ville de Guer. » — 11 avril 1619. 
Mariage entre Jean Oger, sieur de la Bretonnière, et 
demoiselle Jeanne de Bonaban. — i septembre 1619. 
Inhumation, à Saint-Marc, proche la chapelle de ce 
nom, de Jean Denis, lépreux. — 21 novembre 1619. 

— Mariage entre Pierre de la Porte, écuyer, sieur dudit 
lieu, et demoiselle Jeannette Figleuc, dame de Ville- 
neuve.— 17 mars 1620. Inhumation, dans la chapelle 
de la Téhelais, de noble homme Jean Pasquier, sieur de 
la Ville-Estienne. — En 1620, grande mortalité sur les 
enfants dans la paroisse de Guer.— 1621-1022. Lépreuses 
enterrées « en leur cimetière, » à Saint-Marc. — 15 mai 
1621. Inhumation, dans la chapelle du Bouexic, de 
Pierre Ugues, écuyer, sieur de la Ville-Hue. — 17 mars 
1624. Inhumation, dans l'église de Guer, de maître 
Yves Bouin, sieur de la Nos. — 5 février 1625. Inhuma- 
tion, dans l'église, de missire Bertrand Legeart, recteur 
de Guer. — 1625. Mariage, à la chapelle des Touches, 
entre Zacharie Guesdon, écuyer, sieur de la Bretonnière, 
et demoiselle Renée du Houx, dame de Fénicat. — Janvier 
1626. Mariage, en la chapelle Saint-Joseph, entre nobles 
gens Jean du Plessis , sieur de la Ville-Guériff , et demoi- 
selle Suzanne Hudelor. — 23 avril 1626. Mariage, en la 



112 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



chapelle Saint-Raoul, entre François Ugues, écuyer, sieur 
de la Ville-Hus, et demoiselle Louise Rouaud, dame de 
la Chapelle.— 27 avril 1626. Mariage entre Guillaume 
Le Livet, écuyer, sieur de Hautevllle, et demoiselle 
Renée Hudelor, dame de la Grée. — 8 mai 1627. Mariage, 
à la chapelle Saint-Etienne, entre Jean du Plessis, 
écuyer, sieur dudit lieu et de la Touche-Piarl, et demoi- 
selle Artuse Chresticn, dame de Bourienne. — 8 juin 
1027. Mariage entre François IIus, écuyer, sieur de 
Callandris, de l'évCché de Sainl-Brieuc, et demoiselle 
Suzanne Faruel, dame du Plessis. — 16 juillel'1627. In- 
humation, dans réglise de Guer, de maître Pierre 
Chrestien, sieur du Clos-Boscher. — 25 août 1627. In- 
humation, dans l'église de Guer, en la chapelle de 
Saint-Sauveur qu'il avait fait bâtir, de haut et puissant 
messire Jean de Marnière, conseiller au parlement de 
Bretagne, sieur de la Bîfardière, lequel décéda à Rennes 
le 21 ; ses entrailles furent enterrées à Saint- Yves, à 
Rennes, et son cœur aux Brûlais (Ille-et-Vilaine). — - 
27 août 1627. Inhumation, à Monteneuf, de Roland Le 
Veneur, écuyer, sieur de Palais. — 17 octobre 1627. In- 
humation, dans l'église de Guer, en TenfeudeCarbiguet, 
de François Hudelor, écuyer, sieur de Buschet. — 
9 avril 1628. Inhumation, dans l'église de Monteneuf, 
de François Lescouble, écuyer, sieur do Tréron. — 
6 juin 1628. Inhumation, dans l'église de Guer, en 
Tenfeu de la Voltays, de Guillaume Le Livet, écuyer, 
sieur de la Ilauteville.— 3 août 1628. Inhumation, dans 
l'église, de maître Jean Bouyn, sieur de la Grée, séné- 
chal de Guer. — 20 septembre*1628. Inhumation, dans 
l'église, de noble homme Jean Faruel, sieur de la Ville- 
Daniel. — 21 janvier 1629. Inhumation, dans l'église, en 
la chapelle Saint-Sauveur, de messire Louis Heudelor, 
sieur de la Grée-Marcuc — 24 septembre 1629. Mariage, 
en la chapelle Saint-Nicolas, entre Abel de Lésenet, 
écuyer, sieur de la Iloussaye, et demoiselle Jeanne 
Faruel, dame deBocquidé.— 13 mai 1629 (ou 1630). 
Mariage, à Pontivy, évôchô de Vannes, entre messire 
Pierre de la Fresnais, seigneur dudit lieu, de la Villcfief, 
de la Pommeraye, etc., et demoiselle Guyenne de la 
Voue, fille aînée de haut et puissant messire Louis de la 
Voue, chevalier de l'ordre du Roi et gentilhomme ordi- 
naire de sa chambre, baron de la Pierre, etc. — 31 août 
1632. Inhumation, dans l'église de Guer, de missîre 
Julien Michelot, recteur de cette paroisse et officiai de 
Saint-Malo-de-Beignon. — 19 février 1633. Inhumation, 
dans la chapelle Saint-Nicolas, de Malhurin Larcher^ 
écuyer, sieur du Quily. — 6 février 1639. Mariage entre 



noble homme Julien de Lespinc, sieur dudit lieu, séné- 
chal de Guer, et demoiselle Louise Bouin, dame du 
Tertre.— 28 septembre 1639. Inhumation, dans la 
chapelle de Saint-Raoul, de Julien du Plexis, écuyer, 
seigneur de l'Abbaye-Jarno. — 25 avril 1640. Inhuma- 
tion , dans l'église de Guer, en la chapelle de la BîfTar- 
dière, de Charles Hudelor, écuyer, sieur de la Garenne. 
— 28 juin 1611. Mariage entre Louis de Couesplan, 
écuyer, sieur du Placis, et Michelle Jannotin. — 
25 juillet 1611. Mariage, en la chapelle du château de la 
Basse-Bouexière , entre Alain Lescouble, écuyer, sieur 
de la Gouraye, et demoiselle Jeanne Gandin. — 28 sep- 
tembre 1641. Mariage entre Jean de Couesplan, écuyer, 
sieur des Frcsches, et demoiselle GuîUemetle Planchette. 
— 1 8 septembre 1 642 . Mariage entre Gilles Persay s, écuyer, 
sieur de la Géraudière, de la paroisse de Bréal (Ille-el-Vi- 
laine), et demoiselle Julienne Pasquier, dame de la Chas- 
taigneraye.— 18 novembre 1642. Mariage, à la chapelle de 
Saint-Martin, en la frairie de Coullemeneuc en Guer, entre 
noble homme Jean Gérard, de Malestroit, et demoiselle 
Artuse Chrestien, dame de Bourienne. — 23 avril 1643. 
Mariage entre noble homme Jean Le Sage, sieur de la 
Houss:»ye, de la paroisse de Bréal, et demoiselle Gillette 
Bouin, dame de la Vigne.— 13 novembre 1643. Inhuma- 
tion, dans l'église de Guer, de Jean de Couesplan, 
écuyer, sieur des Fresches. — 19 décembre 1643. Inhu- 
mation, dans la chapelle Saint-Sauveur de l'église pa- 
roissiale, du cœur de messire Julien de Marnière, con- 
seiller au parlement de Bretagne, seigneur de la Biffar- 
dière; le jour précédent, son corps avait été inhumé 
aux Brûlais. — 18 mai 1644. Inhumation , dans l'église, 
de Michel Le Roux, écuyer, sieur de MontmireL — 
11 novembre 16 li. Inhumation, dans l'église, de noble 
homme Toussaint Provost, sieur de la Fosse.— 6 juin 
1646. Inhumation, dans l'église, de Briand du Plexis, 
écuyer, sieur de la Roche-Garel. — 4 décembre 1647. 
Inhumation, à la Chapelle-Neuve, de René Rouaud, 
écuyer, seigneur de Livoudraye. — 23 octobre 1648. In- 
humation, dans l'église de Guer, de Noël Jonneaux, 
écuyer, sieur de la Motle-Lisé. — 7 juillet 1651. Inhu- 
mation, dans l'église, en l'enfeu de la Porte-Pillet, de 
messire Jean Chaignart, sieur de la Jugelays. — 4 avril 
1652. Inhumation, dans l'église, en l'enfeu du Boisglé, 
de Pierre Heudelor, écuyer, seigneur de Lohingat. — 
29 avril 1652. Inhumation, à la Chapelle-Neuve, de 
Pierre de Quéhéon, écuyer, seigneur de la Domanchère. — 
17 mai 1653. Inhumation, dans la chapelle Sainte-Anne 
des Touches, d'Alain du Loquet, écuyer, seigneur des 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. ~ CANTON DE GUER. 413 



Touches. — 5 mars 4654. Inhamalion , dans Téglise de 
Gaer, de noble homme Gaillaume Masson, sieur du Bos. 

— 25 juillet 1654. Inhumation, dans le cbanceau de 
réglise, de messire Hathurin de-Belouau, sieur de la 
Rimaudaye. — 15 octobre 1654. Inhumation, dans la 
chapelle Sainte-Anne, aux Touches, de messire Alain du 
Loquet, sieur des Touches.— 25 avril 1656. Inhumation, 
dans réglise de Guer, de Jean Morice, écuyer, sieur de 
la Ville-Symon. — 23 décembre 1656. Inhumation de 
maître Jean Pirot, sieur de la Barre.— 20 octobre 1657. 
Inhumation de messire Pierre de la Porte, seigneur 
dudit lieu.— 17 août 1658. Inhumation, à la Chapelle- 
Neuve, de Julien Rouaud, écuyer, seigneur de Livoudré. 

— 17 octobre 1658. Inhumation de maître Robert André, 
sieur de la Glaire-Fontaine.— 9 janvier 1660. Inhuma- 
tion, dans réglise de Guer, en Penfeu de la Porte-Pillet, 
de maître Julien Samouel, sieur de la Porte-Pillet.— 
24 avril 1660. Inhumation de Charles Ugues, écuyer, 
seigneur de Bocandy.— 15 août 1661. Inhumation de 
noble homme François Chaignart, sieur de la Jugelaye, 
avocat en la Cour. — 20 juillet 1662. Inhumation de 
Louis de Couesplan, écuyer, sieur du Placy. — 28 novem- 
bre 1662. Inhumation, dans la chapelle Saint-Raoul, de 
Jean Rouaud, écuyer, sieur de la Roche. — 7 avril 1663. 
Inhumation de Louis Le Livec, écuyer, sieur de Coues- 
plan, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, 
décédé à la maison de Porcaro. 

E. Suppl. 489. — GG. 2. (Cahiers.) — In-folio , 402 feuillets, papier. 

i«tft-ft«SG. — Baptêmes. — 2 août 1615. Baptême 
de Mathurine Provost, fille de nobles gens Toussaint 
Provost et Guiliemette Ugues , sieur et dame de la Fosse ; 
parrain noble homme Charles Duval , sieur de la Hataye ; 
marraine Mathurine Mouraud , dame du Buschet. — 
7 janvier 1616. Baptême de Gillette Bouyn , fille de maître 
Yves Bouyn et de demoiselle Yvonne de Bonaban , sieur 
et dame de la Noë ; parrain maître Jean André, sieur de 
la Claire-Fontaine; marraine demoiselle Gillette Gouëzel, 
femme de maître Jean Bouyn , sieur de la Grée , sénéchal 
de Guer. — 24 janvier 1616. Baptême de Pierre Heudelor, 
fils de François Heudelor, écuyer, et de demoiselle 
Mathurine Mouraud, sieur et dame de Buschet ; parrain 
Pierre Ugues , écuyer , siear de la Villehus ; marraine 
demoiselle Perronne Heudelor , dame de Yilleneuve- 
Bonenfant. — 9 novembre 1621. Baptême de Pierre 
Pasquier, fils de René Pasquier, écuyer, et de demoiselle 
Jeanne de Couéridouc , sieur et dame de Blanluet ; 

Morbihan. — Tome IV. — Suppl. Série E. 



parrain Pierre Jocet , écuyer , sieur de Saint-Denis ; 
marraine demoiselle Jacquemine Rouxel , dame du 
Quilly.— 9 janvier 1622. Baptême de Jeanne Le Veneurs, 
fille d*écuyer Roland Le Veneurs et de demoiselle Mathu- 
rine de la Porte , sieur et dame du Palais ; parrain Pierre 
de Couesplan , écuyer , sieur de la Villemorin ; marraine 
.demoiselle Jeanne Heudelor , dame du Chestelet. — 
20 juin 1622. Baptême de Pierre de la Fosse, fils de 
nobles gens René de la Fosse et Julienne Maillart , sieur 
et dame de la Plasellière et de la Poterne; parrain 
noble homme Pierre Heudelor, sieur delà Gulhoys; 
marraine Catherine Rîou , dame de la Ville-Texier. — 
23 octobre 1623. Baptême d'Olivier du Besy, fils de 
nobles gens Guillaume du Besy et Guiliemette Planchette, 
sieur et dame du Besy; parrain Olivier Havard, écuyer, 
sieur de la Haye ; marraine demoiselle Gillette Havard , 
dame de la Villehus. — 26 août 1624. Baptême de Jean 
Cëze, fils de nobles gens Mathurin Céze et Jeanne Pasquier, 
sieur et dame du Boschet ; parrain noble homme Jean 
Bonenfant, sieur de Villeneuve ; marraine Jeanne Le 
Baud. — 22 septembre 1624. Baptême d'Henri Masson, 
fils d'honorables gens maître Guillaume Masson et 
Jacquette Le Queu , sieur et dame du Tertre ; parrain 
maître Henri Le Queu, sieur des Haultais; marraine 
Perrine Morice , femme de sire Jean Rigon, de Ploër- 
mel.>- 26 janvier 1625. Baptême de François Le Roux, 
fils de nobles gens Michel Le Roux et Geneviève delà Porte, 
sieur et dame de Montmirel ; parrain François Heudelor, 
écuyer , sieur du Buschet ; marraine demoiselle Margue- 
rite Heudelor , dame de la Flécliaie. -- 27 janvier 1625. 
Baptême de Bertrand Boschier, fils d'honorable homme 
Pierre Boschier et de demoiselle Perronnelle du Rocher, 
sieur et dame des Rosiers; parrain missire Bertrand 
Legeard, recteur de Guer et officiai de Saint-Malo-de- 
Beignon ; marraine demoiselle Françoise Niel , dame de 
la Roche.— i5 mai 1625. Baptême de Pierre Bouyn, 
fils de nobles gens Jean Bouyn, sénéchal de Guer, et 
Gillette Gouézel, sieur et dame de la Grée; parrain 
maître Pierre Audren , sieur des Petits-Prés, procureur, 
notaire et arpenteur royal en la juridiction de Ploërmel ; 
marraine demoiselle Perrine Gouézel , dame de la Nos. — 
12 janvier 1626. Baptême de Jean Bouillant , fils de nobles 
gens Jean Bouillant et Renée Macé , sieur et dame de la 
Vallée; parrain noble homme Pierre Bouillant, sieur de 
Brenbillet; marraine demoiselle Jeanne de Condest, 
dame de la Rivière, fille atnée d'écuyer Jacques de 
Condest, sieur dudit lieu. — 21 avril 1626. Baptême de 
François Flagcul , fils de maître Mathurin Flageul et de 



15 



i 



114 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



Claude Mabé, sieur et dame de la Tenue; parrain 
François Heudelor, écuyer, sieur de la Choannière; 
marraine honorable femme Guillemette Poyat, femme 
de maître Jean Révyniel. — 7 juin 1626. Baptême de 
Jeanne Masson, ûlle de mallre JeanHasson, sieur du 
Lirio , et de feue demoiselle Perrine Crosnier ; parrain 
messire Louis Heudelor , chevalier de Tordre du Roi , 
seigneur de la Grëe-Mareuc ; marraine dame Jeanne de 
Lésenet, dame du Pontlo. — 13 juillet 1626. Baptême de 
Gilles Larcher, ûlsde nobles gens Malburin Larcher et 
Louise du Fournet, sieur et dame du Quilly et du 
Chouèsel ; parrain Gilles de Quéhéon , écuyer , sieur de 
la Domancbëre ; marraine demoiselle Malhurine de Ker- 
biguet, dgme du Plexis. — 20 septembre 1626. Baptême 
de Jacques de Porcaro, né en 1622, fils de messire 
Julien dePorcaro, chevalier de l'ordre du Roi, et de 
dame Renée Troussier, seigneur et dame de Porcaro, 
du Breil, etc.; parrain messire Jacques Troussier, 
seigneur du Pont-Menart, deCoetbo, Lourmays, Kertouair, 
etc.; marraine liante et puissante dame Anne Budes, dame 
du Hirel et autres lieux. — 8 novembre 1620. Baptême de 
René et de Jean de Porcaro , fils de Julien de Porcaro, 
etc.; le premier né en 1623 et le second en 1625; 
parrain et marraine de René : messire René de Talhouet, 
chevalier des ordres du Roi, seigneur de Talhouet, la 
Gacilly , le Bois-Orhand , et demoiselle Jeanne de Lésenet, 
dame duPonllo, du Val-Néant, de la Ville-Caro, etc.; 
parrain et marraine de Jean : messire Jean Troussier, 
chevalier des ordres du Roi , seigneur de la Gaptiére , 
du Parc, etc. , et haute et puissante dame Suzanne Le 
Provosl, vicomtesse d'Apigné et de Loyat-Pendonnel. — 
3 décembre 1626. Baptême de Marie du Plexis, fille 
d'écuyer Jean du Plexis et de demoiselle Suzanne Heu- 
delor, sieur et dame de la Yille-Guériff ; parrain Julien 
du Plexis, écuyer, sieur de TAbbaye-Jarno ; marraine 
demoiselle Catherine Riou , dame de la Ville-Tessier. — 
15 mars 1627. — Baptême de Julien de Porcaro, fils de 
Julien de Porcaro , etc. ; parrain Julien du Mur, l'cuyer, 
sieur dudit lieu ; marraine demoiselle Jeanne de la Tour- 
neraye, dame des Touches. — 20 avril 1627. Baptême de 
Julienne LePicart, fille d'ccuyer René Le Picart et de 
demoiselle Suzanne Riou , sieur et dame de la Perrière ; 
parrain Matiiurin Larcher, écuyer, sieur du Quily; 
marraine demoiselle Julienne Maillart, dame de la 
Placelière. — 3 mai 1627. Baptême de Barbe Heudelor, 
fille d'écuyer François Heudelor et de demoiselle Barbe 
Fareul, sieur et dame de la Choannière; parrain Pierre 
deCouesplan , écuyer, sieurdelaVille-Morin; marraine 



demoiselle Barbe du Houx, dame de la Domanchèro. — 
12 mai 1627. Baptême de Barbe ligues, fille d'écayer 
François ligues et de demoiselle Louise Rouaud , sieur 
et dame de la Villehus ; parrain Guillaume de Vaunoaise, 
écuyer, sieur de la Ferronnays; marraine demoiselle 
Barbe Rouaud. — 21 juin 1627. Baptême de Jeanne Le 
Livec, fille ainée d'ècuyer Guillaume Le Livec et de 
demoiselle Renée Heudelor ; parrain Alain du Loquet, 
écuyer, sieur des Touches; marraine dame Jeanne de 
Rosmadec, dame de la Grée-Hareuc. — 8 février 1628. 
Baptême de Mathurin de Couesplan, fils de nobles gens 
Jean de Couesplan et demoiselle Julienne Le Douarain , 
sieur et dame du Placy; parrain noble homme Mathurin 
Cèze, sieur du Boschet; marraine demoiselle Jeanne Fa- 
ruel, dame de Bocquidé.— 20 février 1628. Baptême de 
François Lambert, né en 1626, fils de messire René Lam- 
bert et de dame Renée Pépin, seigneur et dame delà Havar- 
dière ; parrain messire François Gouyon , seigneur de la 
Ville-Roux; marraine dame Renée Troussier, femme de 
messire Julien de Porcaro, seigneur dudit lieu. — 24 
février 1628. -- Baptême de François du Plessis, fils 
d'ècuyer Jean du Plessis et de demoiselle Jeanne Chrestien, 
sieur et dame de l'Aulne ; parrain François de Sérent , 
écuyer, sieur de la Provostaye; marraine demoiselle 
Yvonne de la Porte, femme de Pierre de Couesplan, 
écuyer, sieur de la Villemorin. — 29 juin 1628. Baptême 
de Guillaume Masson , fils de Jean Masson et de demoi- 
selle Marie Desnos, sieur et dame du Lério; parrain 
messire Guillaume Le Gouverneur , évêque de Saint-Malo, 
conseiller du Roi en ses Conseils d'État et privé ; 
marraine demoiselle Henriette de Lésenet , dame de la 
Villedel. — 13 juillet 1628. Baptême de Louis Le Livec, 
fils de feu écuyer Guillaume Le Livec et de demoiselle 
Renée Heudelor, sieur et dame de Haute-Ville; parrain 
messire Louis Heudelor , écuyer, seigneur de la Grée- 
Mareuc, la Chohannière, le Tertre, etc. ; marraine demoi- 
selle Suzanne Robelot, dame de la Roze. — 5 octobre 
1628. Baptême de Julien du Plessis, fils d'écuyer Briand 
du Plessis et de demoiselle Jeanne Jéguic, sieur et dame 
de la Roche ; parrain Julien du Plessis , écuyer , sieur de 
TAbbaye-Jarno; marraine demoiselle Jeanne de Condest« 
— 2 novembre 1628. Baptême de Julien ligues, filsd'é- 
cuyer François ligues et de demoiselle Louise Rouaud, 
sieur et dame de la Villehus; parrain Julien Rouaud, fils de 
René Rouaud , écuyer , sieur de Livoudray ; marraine 
demoiselle Gillette Havard , dame de la Villehus. — 23 
février 1632. Baptême de Gilles Huchet, né en 1631 
fils d'écuyer Briand Huchet et de demoiselle Louise 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E. - ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL. - CANTON DE GUER. H5 



Rabînard , seigneur et dame de Langouet, de Kerbiguet, 
etc.; parrain messire Gilles Huchel, seigneur de la 
Bédoyëre, de Rédillac, etc., conseiller du Roi en ses 
Conseils d'État et privé et son procureur gi'néral en 
Bretagne ; marraine demoiselle Jeanne de la Tourneraye, 
femme d'Alain du Loquet, écuyer, seigneur des Touches. 
— 16 mai 1632. Baptême de François du Plessis , fils de 
nobles gens Grégoire dû Plessis et Catherine Riou , sieur 
et dame du Cahello ; parrain François ligues , écuyer , 
sieur de la Viilehus ; marraine demoiselle Suzanne 
Heudelor, dame de la Ville-Guériff. — 14 juin 1632. 
Baptême de René Heudelor, fils de François Heudelor, 
écuyer, et de demoiselle Barbe Faruel, sieur et dame de 
la Choannière, la Ville-Daniel, etc.; parrain René Rouaud, 
écuyer, sieur de Livoudré, la BardouUaye, la Chapelle, 
la Roche, etc. ; marraine demoiselle Renée Becdeliëvre, 
dame du Bois-Basset. — 27 mars 1634. Baptême de 
Julien Rozy, fils d'écuyer René Rozy et de demoiselle 
Françoise d'Espinay, sieur et dame de Toulhouet; 
parrain messire Julien de Marnière, conseiller au parle- 
ment de Bret4igne, seignenr de la Biffardière , le Boisglé, 
la Hataye, etc. ; marraine dame Renée Troussier , dame 
de Porcaro, leBreil, Sitz, la Landelle et autres lieux.— 
12 juin 1634. Baptême de Grégoire Le Picard, fils 
d'écuyer René Le Picard et de demoiselle Suzanne Riou, 
sieur et dame de !a Perrière ; parrain Grégoire du Plessis, 
écuyer, sieur du Cahélo; marraine demoiselle Louise 
Cëze. — 18 septembre 1634. Baptême de Jean Jonneaux, 
fils d'ècuyer Noël Jonneaux et de demoiselle Françoise 
de Rouvray, sieur et 'dame de la Motte-Lizé ; parrain 
Jean Jonneaux, écuyer, sieur du Breil-Houssoux ; 
marraine demoiselle Jeanne Jonneaux, dame du Bois- 
marquer 

E. î^uppl. 490.— GG. 3. (Cahiers.) — In-folio, 474 feuillets, papier. 

l«80-t650.— Baptêmes. — 11 décembre 1636. 
Baptême deRenéUgues, fils de François ligues, écuyer, 
sieur duChesnot; parrain René Ugues, écuyer, sieur 
du Yaurenaud ; marraine demoiselle Louise Rouaud , 
dame de la Viilehus. — 12 mai 1637. Baptême de François 
du Plessis, fils d'ècuyer Jean du Plessis et tie demoiselle 
Suzanne Heudelor, sieur et dame de la Ville-Guériff; 
parrain François Ugues , écuyer, sieur delà Villehue; 
marraine demoiselle Jeanne du Plessis , dame de la Gui- 
houays. — 27 novembre 1637. Baptême de René Rouaud, 
fils d'ècuyer Julien Rouaud et de demoiselle Julienne 
Gouro, sieur et dame de la Chapelle; parrain René 
Rouaud, écuyer^ sieur de Livoudray ; marraine demoi- 



selle Louise Rouaud , dame de la Viilehus. — 20 février 
1640. Baptême de François-Julien de Lespine, fils de 
Julien de Lespine, sénéchal de Guer, et de demoiselle 
Louise Bouin; parrain noble et puissant messire François 
d'Avaugour, baron de la Lohière, de Guer, Couédor, 
Peillac, etc.; marraine demoiselle Jeanne Bouin, dame 
de la Fouais. — 10 février 1641. Baptême d'Henri-Gilles 
d'Avaugonr, né en 1640, fils de noble et puissant seigneur 
messire François d'Avaugour, baron de la Lohière, etc., 
et de dame Jeanne Frain; parrain messire Gilles Huchet, 
seigneur de la Bédoyère; marraine haute et puissante dame 
Henriette d'Orléans, douairière et marquise de Couesquen. 
— 8 décembre 1642. Baptême de René de Quèhéon, fils 
d'ècuyer Pierre de Quèhéon et de dame Jeanne Ee Bourg; 
parrain messire René Rolland, sieur de la Touche; 
marraine dame Anne Huchet, dame du Houx. — 3 sep- 
tembre 1643. Baptême d'Eustache de Couesplan, fils 
d'ècuyer Louis de Couesplan et de demoiselle Michelle 
Jannolin, sieur et dame du Placy ; parrain noble homme 
Eustache Gauvain , sieur du Rocher ; marraine demoiselle 
Mathurine Desgrés, dame de la Villeblanche. — 27 février 

1644. Bénédiction de la moyenne et troisième cloche de 
l'église paroissiale de Guer ; parrain maître Julien 
Saraoual, sieur des Vergers ; marraine honorable femme 
Renée Revyniel. — 12 mal 1644. Baptême d'Hélène née 
en 1640, de Julien né en 16il et de Jean né en 1643, 
tous les trois enfants de feu messire Julien de Marnière , 
conseiller du Roi au parlement dé Bretagne, seigneur de 
la Biffardière, et de dame Marie Maingard ; parrain et 
marraine d'Hélène : Michel Maingard, écuyer, sieur de 
la Tournairie , et dame Hélène Daval, veuve de messire 
Jean de Marnière, conseiller au parlement de Bretagne, 
seigneur de la Biffardière, aïeule de l'enfant; parrain et 
marraine de Julien : messire Guillaume de Marnière, 
chevalier, seigneur de la Hataye, oncle germain de 
l'enfant, et demoiselle Charlotte Le Fer, dame de la 
Tournairie; parrain et marraine de Jean : missire Louis 
Bourdier, prêtre, chanoine de Champeaux, recteur de 
Saint-Jean-sur- Vilaine et prieur de Saint-Leau , et dame 
Jeanne de Marnière, dame du Masle. - 9 janvier 1645. 
Baptê.me de René Flageul, fils de maître Pierre Flageul, 
sénéchal de Guer, et de demoiselle Marie Guérin, sieur 
et dame de la Tenue ; parrain François Heudelor , écuyer, 
seigneur de la Chouannière; marraine dame Louise 
Rabinard , dame de Kerbiguet et du Langouet. - 5 juin 

1645. Baptême de François Robelot, fils d'ècuyer Pierre 
Robelot et de demoiselle Marie Lescouble, sieur et dame 
de la Chênais ; parrain haut et puissant seigneur messire 






il6 



ARCHIVES DU MORBIHAN. 



François d'Ayaagour, seigneur baron de Guer et des 
cbâtellenies de Peillac , Hidouze, leBreil, etc. ; marraine 
dame Jeanne Le Bourg, dame de la Domanchère et de 
Quéhéon. — 15 août i645. Baptême de René Chaignart, 
fils de maître Jean Chaignart et de demoiselle Hélène 
Réminiac, sieur et dame de la Juhelaye ; parrain noble 
homme Jean Le Cadre , sieur du Lobo ; marraine 
dame Renée de Lésenet, dame du Yaumarquer. — 16 
août 1646. Baptême de Louis Marie, fils d'écuyer Charles 
Marie et de demoiselle Louise Gelin, sieur et dame de la 
Moisonnière; parrain Etienne Gelin, écuyer, seigneur 
de Peccaduc ; marraine dame Louise Rabinard , dame de 
Kerbiguet. — 12 juillet 1648. Baptême d'Yves Le Sage , 
fils de nobles gens Jean Le Sage et demoiselle Gillette 
Bouin, sieur et dame de la Houssaye; parrain noble 
honune Yves Razé, sieur du Val; marraine demoiselle 
Louise Cèze, dame de la Coudraye. — 31 mai 1649. 
Baptême de Jacques Aubert , fils de noble homme Louis 
Aubert et d'Aimée Simonnot , sieur et dame de Cham- 
beaux ; parrain messire Charles du Bollan , chevalier, 
seigneur de la Viilèan ; marraine haute et puissante dame 
Lucrèce de Guimgampois, veuve de haut et puissant 
seigneur Charles de Cambout, chevalier des ordres du 
Roi, conseiller en ses Conseils d'Etat el privé, gouver- 
neur de Brest, lieutenant de Sa Majesté en Basse-Bre- 
tagne, baron de Pontchâteau et de la Roche-Bernard, etc. 
— 30 septembre 1652. Baptême de Jean-Sylvestre Rouaud, 
fils d'écuyer Julien Ronaud et de dame Suzanne Thomas, 
seigneur et dame de Livoudray; parrain messire Jean 
de Carné, baron de Bléhéban; marraine haute et 
puissante dame Silvie de Roncherolies , dame de la 
Caunelaye. — 11 février 1654. Baptême de Julien-Jean 
de Belouan, né en 1652, fils de messire Mathurin de 
Belouan et de dame Renée de Couaridouc, seigneur et 
dame de la Rimaudaye, de Lohiogat, etc. ; parrain haut 
et puissant messire Julien de Porcaro, chevalier, seigneur 
de Porcaro , Sitz, Lourmoys , etc. ; marraine dame Jeanne 
du Guémadeuc, dame de la Chohannière. — 19 septembre 
1656. Baptême de Julienne- Renée de Porcaro, fille de 
messire Jacques de Porcaro, chevalier, et de dame 
Renée du Loquet, seigneur et dame de Sitz, des Touches, 
etc.; parrain messire Julien de Porcaro, chevalier, 
seigneur de Porcaro, du Breil, etc.; marraine dame 
Renée de Lésenet, dame douairière des Touches. — 9 mai 
1658. Baptême de Briand de Kerérault, fils de messire 
Jacques de Kerérault et de dame Gillette Heudelor, seigneur 
et dame de Kerérault et de la Yille-Daniel; parrain messire 
Briand Hucltet, chevalier, seigneur de Kerbiguet, du 



Langouet et du Plessis-Cintré; marraine dame Jeanne Le 
Livec, femme de messire Henri Ermar, seigneur des 
Grées et de la Grée-de-Callac. — 12 août 1658. Baptême 
de Jean Cèze, fils d'écuyer René Cèze et de demoiselle 
Louise Desgrée, sieur et dame du Boscher; parrain 
messire Jean du Mur, seigneur dudit lieu; marraine 
demoiselle Julienne Pasquier, dame de la Girardière. 

E. Suppl. 491. — 6G. 4. (Cahiers*) — In-foUo, 500 feuiUets, papier. 



— Baptêmes , mariages et sépultures. 
— 20 novembre 1659. Baptême de Jean-Alain ligues, 
fils d'écuyer François Ugues et de demoiselle Julienne 
Grignard, sieur et dame de la Yillehus; parrain Jean 
Pasquier, écuyer, sieur delà Villeblanche ; marraine de- 
moiselle Hélène Joubin, dame de la Mullotière.— 21 avril 
4661. Baptême de François-Thomas Ugues, fils d'écuyer 
Julien Ugues et de demoiselle Anne Guillaume , sieur et 
dame des Landes-Villehus ; parrain écuyer François 
Rouaud ; marraine demoiselle Marguerite Thomas, dame 
du Parc-Villehus. — 13 décembre 1662. Baptême de Jo- 
seph-Anne Larcher, fils de Guillaume Larcher, écuyer, 
sieur du Choisel, et de demoiselle Barbe de Lésenet; par- 
rain messire Abel de Lésenet, seigneur de la Houssaye ; 
marraine dame Magdeleine Riou , dame de Triogat. — 
18 janvier 1668. Baptême de François-Julien Thomas, 
fils de maître Jacques Thomas et de demoiselle Louise 
Boucher, sieur et dame de Bénéac; parrain mattre 
François Réminiac, sieur de la Douve; marraine hono- 
rable femme Julienne Rio, dame de Caranquer. — 1670 
et années suivantes. Les baptêmes des enfants illégitimés 
sont enregistrés à la fin de chaque cahier, à Tenvers, et 
avec eux ceux des enfants des cordlers de Saint-Marc ; 
ces derniers ont toujours pour parrains et marraines des 
cordiers du Grand-Village en Caro ou de la Magd<^leine 
en Carentoir. — 28 juillet 1671. Mariage entre maître 
Pierre Daniel, sieur du Bignon, procureur au parlement 
de Bretagne , et demoiselle Françoise Réminiac , dame 
des Vaux. -—3 janvier 1673. Mariage, dans la chapelle 
de Saint-RaouL entre Gabriel de Bertrand, écuyer, 
sieur du Mené, de la paroisse de Saint-Jacut, évêché de 
Saint-Brieuc , et demoiselle Renée de Quéhéon , dame 
de la Domanchère. — 2 octobre 1673. Baptême de Michel 
Eon . fils de maître Michel Éon , sieur de la Maisonneuve, 
et d'honorable femme Jeanne Flageul; parrain maître 
Alain Boulart, sieur des Piliers; marraine demoiselle 
Louise Boucher ^ femme de maître Jacques Thomas, sieur 
du Bénéac. 



SUPPLÉMENT A LA SÉRIE E.— ARRONDISSEMENT DE PLOERMEL- ^ CANTON DE GUER. 147 



fi. Suppl. 402. — 6G. 5. (Cahiers.)-* In-folio et in-4*, 565 feuilleU, 

papier. 

i#99«i#S9. — Baptêmes, mariages et sépultures.— 
U janyier 4678. Mariage, dans la chapelle de Saint- 
Joseph, entre noble homme Julien Guillart, sieur de 
Beauval, de la paroisse de Pleugriffet» évëché de Vannes, 
et demoiselle Anne de Lespine, dame du Tertre. — 
47 février 1678. Mariage, dans la chapelle de la Tru- 
meiays, entre Jean Cèze, écuyer, sieur du Placis, de la 
paroisse de Guem, et demoiselle Jeanne JdiiT, de la pa- 
roisse de Comblessac (Ule-et-Vilaine). — 18 juillet 4678. 
Baptême de François Chouart, fils d'écuyer Pierre Chouart 
et de dame Renée Rouaud, sieur et dame de la Garoulais; 
parrain François Jocet, écuyer, sieur du Pas-aux-Biches ; 
marraine dame Anne Maudet, dame de la Biardais. — 
22 août 4678. Inhumation, dans la chapelle de la Grée- 
Mareuc, de dame Gillette Heudelor, dame de Kerërault. 
— 4678. Mariage entre deux cordiers, célébré dans la* 
chapelle Saint-Marc, et enregistré avec les baptêmes des 
enfants bâtards, à la fin du cahier, à Tenvers. - 29 mai 
4679. Baptême de Charles-Anne Bouillant, fils d'ècuyer 
Jean Bouillant et de demoiselle Jeanne Colas , sieur et 
dame de la Vallée ; parrain Charles de Robelot , écuyer, 
sieur de Tresron ; marraine dame Anne Marie, dame de 
Saint-Laurent. — 23 juillet 4679. Baptême de Marie- 
Louise-Marguerite de Marniëre, née en 1678, fille de 
messire Jean de Marniëre, chevalier, seigneur du Boisglé, 
et de feue dame Marie de, la Roche de Saint-André ; par- 
rain messire Julien do Marniëre, chevalier, baron de Guer; 
marraine dame Marguerite de Rosmadec, baronne de 
Gaêl. — 1679. Inhumation d'un cordier dans la chapelle 
Saint-Marc, et baptême d'un enfant de cordiers, ces deux 
actes inscrits avec les baptêmes des enfants illégitimes, 
à la fin du registre, à Tenvers. — 13 avril 1681. Mariage, 
célébré dans la chapelle de Saint-Joseph par missire Jean 
Gaultier, archidiacre et chanoine de Téglise de Saint- 
Malo, entre messire Barthélémy Le Douarain, écuyer, 
seigneur de Beau vais, et demoiselle Anne Marie , dame 
de Saint-Laurent. — 9 février 1682. Mariage entre noble 
homme Jean Duboys, sieur du Bois-Mahé, et demoiselle 
Anne-Marie Gauvain, dame du Rocher. — 20 juillet 
4682. Mariage, dans la chapelle de Saint-Joseph, entre 
noble homme Georges Melier, sieur du Verger, procu- 
reur-fiscal de Guer, et demoiselle Louise Guyol, dame 
delà Fléchais.— 4" septembre 1682. Mariage, dans la 
chapelle du Bouexic, entre François Rouaud, écuyer, 
sieur de la Bardoulais, et demoiselle Thérèse Ugues, 
dame de Lescouet. — 30 septembre 1683. Baptême de 



François-Pierre Gervaiseau , fils de noble homme Gilles 
Gervaiseau et d'Anne Flageul, sieur et dame de la Ro- 
binière; parrain Pierre de Villiers, écuyer, sieur de 
Botorhan; marraine demoiselle Françoise Rèminiac, 
femme de noble homme Pierre Daniel , sieur du Bignon, 
procureur en la Cour. — 30 juillet 1684. Mariage entre 
messire Joseph-Louis du Guiny , chevalier, seigneur de 
Querho, de la paroisse de Saint-Étienne de Rennes, et 
demoiselle Marie-Anne-Julieune de Porcaro, dame dudit 
lieu. — 24 octobre 1685. Inhumation de maître René 
Samoual, sieur de la Porte-Pillet. — 25 février 1686. 
Baptême, à la chapelle de Porcaro, d'Achille-Marie 
du Guiny, fils de Joseph-Louis du Guiny, etc. ; parrain 
messire Achille-Ferdinand de Porcaro, chevalier, seigneur 
dudit lieu ; marraine dame Marie de Quëlen , dame de 
Bonaban. — 22 décembre 1686. Baptême de François 
de Servaude, fils de messire Georges-René de Servaude, 
sieur du Bois-Durant, et de dame Perrine-Françoise 
Le Douarain; parrain messire François-René Le Douarain, 
sieur de Lémo ; marraine dame Thérèse du Plessis, dame 
du Bois-Durant. — 6 mars 1687. Baptême d'Hyacinthe- 
René-Jacques Rouaud, fils de François Rouaud, écuyer, 
sieur de la Bardoulais, et de demoiselle Thérèse Ugues ; 
parrain écuyer René Lambert ; marraine demoiselle 
Julienne Ugues, dame de TÉcusson. — 17 février 1688. 
Baptême de René-Alain Samoual, fils de maître Alain 
Samoual, sieur du Portai, greffier de la juridiction de 
Guer, et de demoiselle Yvonne Éon; parrain missire 
René Gérard, recteur de Guer; marraine demoiselle 
Angélique Boulart, dame de la Gré